ACARIE


Noms isolés :
- ACHARIE Radulfus, fut l'un des seigneurs (Proceres) de la cour du comte de Poitou, duc d'Aquitaine.
Il fut témoin de la donation faite en 1126 par Guillaume X à l'abbaye de Montierneuf.
- ACARIE Guillaume (Guillelmus Acharias), fut témoin dans une charte de la commanderie de Coudrie, en 1130.
- ACARIE Pétronille, devait 6 deniers de cens au prieuré de Marennes, dépendant de Notre-Dame de Saintes, vers 1171.
- ACARIE Guillaume, épousa Pétronille de Clisson, fille de Guillaume, seigneur de la Bonaste, d'après une charte de Coudrie, de l'an 1212.
- ACARIE Gislamond, vendit la terre de Ram à Guillaume de La Garde, chevalier, du pays d'Arvert. Ce dernier la donna en 1233 à Notre-Dame de La Garde en Arvert.
- ACHARIE Aimeri, Guillaume, Hugues et Robert, frères, firent don d'une pièce de terre sise devant la porte de l'hôpital de Font-Sèche de Saint-Jean de Jérusalem en 1226, du consentement de Hugues, sire de Tonnay-Charente, leur suzerain (Charte de la communauté du Perrot, bibliothèque de l'Ecole des Chartes, XV, 87).
- ACARIE Guyot, fut nommé dans une composition d'acquêts, faite en 1310 par Simon Picquois, de fiefs et rentes tenus dudit Guyot ACARIE (Trésor des Chartes).
- ACARIE Guyot, et N., son frère, eurent leurs biens confisqués en décembre 1347, à cause de leur rébellion. Leurs biens furent donnés par le Roi à Perrot de Faye (Archives Nationales JJ. 76, 49, 44).
- ACARIE Guyot, seigneur de Jaunay. Il s'agit peut-être du même personnage que cité précédemment.
Il épousa en 1350 Marguerite de Poillé, fille de Jean, seigneur de Sainte-Gemme, dont la succession fut partagée en 1373.
- ACARIE Elie, écuyer, seigneur de ?. Il fit hommage à La Rochelle, le 27 août 1364, au Prince de Galles.
- ACARIE Guillaume, était en 1374 homme d'armes de M. Geoffroy de La Celle, chevalier.
- ACARIE Bertrand, chanoine de Surgères.
Il fut présent en 1497, au mariage de Philippe de Barbezières, écuyer, avec Hélène de Fonsèque.

Filiation suivie :
I) ACARIE Philippe, écuyer, seigneur du Fief l'Archer.
Il épousa vers 1390, Isabeau de Sigoigne (alias de Sigogne). Ils eurent pour enfants :
  1) Jean, qui suit.
2) Marie, qui en 1412, épousa Bertrand Goumard, écuyer, seigneur d'Echillais.

II) ACARIE Jean, écuyer, seigneur du Fief et de Crazannes (Charente-Maritime), qu'il avait acquit en 1447.
Il fut fait capitaine de Genouillé (Saintonge) en 1437.
Il avait assisté au partage de la succession de Guillaume Béchet, chevalier.
Le 21 février 1436 (Dom Fonteneau, 82), il épousa Jeanne de Ligné, qui semble avoir été sa seconde femme. Elle en était veuve en 1469.
Il eut d'une première union :
  1) Jean, qui suit.
De Jeanne de Ligné naquirent :
  2) Antoine, qui fera la branche de Crazannes.
3) Gillette, qui épousa Pierre de Nuchèze, chevalier, qui fit aveu à cause de sa femme, en 1460, à Louis de Marconnay.
4) Jeanne, qui épousa vers 1450 Foucaud Desmier, écuyer, seigneur d'Olbreuse.
5) Isabeau, qui épousa Jean Brugière, écuyer, seigneur de Chaix. Elle en était veuve en 1482, lorsqu'elle donna une croix d'or aux Jacobins de Fontenay (Archives Historiques du Poitou, 1).

III) ACARIE Jean, écuyer, seigneur du Fief, de Puy du Fou en Saint-Georges de Rex (Deux-Sèvres), de Genouillé, sieur de Puydenelle (Champniers).
Il fit aveu du fief de Saint-Georges en 1470, à cause de sa femme, à Pierre Chasteigner, seigneur de Saint-Georges.
Il fournit, le 2 juin 1463, un dénombrement de tout ce qu'il tenait dans les paroisses de Champniers, l'Isle d'Espagnac, Ruelle, Saint-Angeau, Marsac, Garat, Brie, Vars, Chabrac, Nersac, le Peyrat, La Couronne, etc..., à l'évêque d'Angoulême.
Il le renouvela le 20 décembre 1472.
Cet ensemble constituait le fief de Sigogne en Champniers, dont la famille ACARIE était déjà propriétaire en 1440.
Il était également seigneur de Sigogne en Coulgens.
Il épousa Gillette du Puy du Fou, fille de Pierre, écuyer, seigneur de Saint-Georges de Rex, et de Marthe Orry.
De cette union naquirent :
  1) Renaud, qui suit.
2) Odette.
3) Mathurine, qui épousa Jean Goumard, seigneur de Blanzay.

IV) ACARIE Renaud, alias Arnaud, écuyer, seigneur du Fief, de Sigogne en Champniers, et Sigogne en Coulgens.
Il fit en 1469, comme procureur de la veuve de son oncle Antoine, aveu du fief de Crazannes.
Il servit au ban de 1467, en remplacement de son père.
Il rendit le même aveu le 20 janvier 1486 à Robert III de Luxembourg, de son fief de Sigogne, tenu à hommage-lige.
Le 23 janvier 1498, il assistait au mariage de Philippe de Barbezières avec Hélène de Fonsèque (Don Fonteneau, 82).
Suivant différents auteurs, il se maria une ou deux fois. En premières noces, il épousa Marie N., et en secondes noces Antoinette de Culant.
De ses différentes alliances, il eut pour enfants :
  1) Jean, qui suit.
2) Anne, dame de Sigoigne.
3) Marguerite, qui épousa N. de La Rochechandry.
4) Antoinette, qui épousa Louis Béchet, écuyer, seigneur de Genouillé.

V) ACARIE Jean , écuyer, seigneur du Fief-Archier, et de Sigogne.
Il rendit aveu en 1507 de son hôtel du Puy du Fou au seigneur de Saint-Georges de Rex.
En tant que seigneur de Sigogne en Coulgens, il fit au comte de La Rochefoucauld, le 23 octobre 1528, le dénombrement, des héritages et choses qui suivent, tenus au dit seigneur de La Rochefoucauld, à cause de la terre de Montignac, à hommage-lige, à savoir sur : "l'hébergement de l'avouant et les maisons dudit lieu de Sigogne, paroisse de Coulgens, avec ses appartenances, hommes, terres, vignes et bois dudit hébergement et dépendances.
Il servit en archer au ban de Saintonge, en 1537.
Il épousa Catherine Pastoureau, qui veuve se remaria avec Jean Jaubert, seigneur de Barrault. Elle acquit pendant ce second mariage la seigneurie de Saint-Michel Le Cloux.
Beauchet et Filleau pensent qu'il décéda sans enfants, mais peut être cependant y eu-t-il :
  1) Matheline, qui épousa Jean de Montagut, écuyer, sieur de Puydenelle.
Elle transporta, par son mariage, le fief de Sigogne dans la famille de Montagut.

Branche de CRAZANNES (Charente-Maritime) :
III) ACARIE Antoine, seigneur de Crazannes.
Il était décédé en 1469, lorsque sa veuve Arnaude Parthenay fit aveu du fief de l'Echelle, représentée par Renaud ACARIE (Pièces Originales).
Ils eurent pour enfants :
  1) Aimery, qui suit.
2) Guyonne.
3) Mathurine.

IV) ACARIE Aimery, alias Mery, écuyer, seigneur de Crazannes.
Il épousa le 14 janvier 1496, Andrée de Rochechouart, fille de Jacques, écuyer, seigneur du Bourdet, et de Louise d'Aubusson.
Il décéda au mois de juillet 1511.
De son union avec Andrée naquirent :
  1) Charles, écuyer, seigneur du Bourdet et de Charroux.
Il épousa le 26 mai 1527, Françoise du Puy, fille de Jean, seigneur du Coudray-Morin, et de Philippe de Bossey.
Il décéda sans avoir eu de postérité.
2) Jean, qui suit.
3) Anne, qui épousa en premières noces Louis de Laval, seigneur de Borée et des Hayes-Gascelin; et en secondes noces Joachim de Daillon.
Elle testa le 2 avril 1563, en faveur de son frère Jean.
4) Jacques, écuyer, sieur de la Rousselière.

V) ACARIE Jean, écuyer, seigneur du Bourdet et de Crazannes.
Il épousa Catherine de Goumard, veuve de Gilles de Larmandie, et fille de Guy, seigneur de Romegoux, et de Catherine de La Tour.
Ils eurent pour enfants :
  1) Jean, qui suit.
2) Guy, écuyer, seigneur de Romegoux, devenu chef protestant.
3) Charlotte, qui épousa François Gombault, écuyer, seigneur de Champfleury.

VI) ACARIE Jean, seigneur de Crazannes, du Bourdet, Charost.
Il fut tué au siège de Chartres en 1568.
Il avait épousé Marie de La Rochechandry, fille de Louis, seigneur de Neuvic, et de Renée de Montbrun.
De cette union naquirent :
  1) Jacques, qui suit.
2) Josué, qui décéda sans alliance.
3) Josias, qui décéda sans alliance.
4) Zacharie, qui fut tué à l'assaut de Crozon (Bretagne), en 1594, sans postérité.
Il avait peut-être épousé Jeanne Gombaud.
5) Anne, qui épousa Bertrand Belcier, baron de Crozes.

VII) ACARIE Jacques, écuyer, seigneur de Crazannes, du Bourdet, Charost.
Il succéda à son beau-père dans sa charge de capitaine des gardes.
En 1624, il combattit à Coutras, puis au siège de Saint-Jean d'Angély, et également à Montauban où il décéda.
Il avait épousé en 1581 Catherine Belcier, fille de Pierre, baron de Crozes, et de Charlotte de Boulainvilliers.
Ils eurent pour enfants :
  1) René, qui suit.
2) Louis, qui fit la branche du Bourdet.
3) Charlotte Marguerite, qui épousa en 1630, Charles Poussard, écuyer, seigneur de Lignières.
Elle fut fille d'honneur de la reine, qui lui donna lors de son contrat de mariage, pour les bons services reçues d'elle, 12000 livres. (abbé Guérin : Lignières-Sonneville et Saint-Palais des Combes).
Veuve, elle habitait encore le château de Lignières-Sonneville en 1669. (Jean-Paul Gaillard : article sur Lignières-Sonneville, dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente).
Elle décéda en 1694.
Elle figura souvent comme marraine de 1636 à 1659.
Le testament qu'elle rédigea le 13 janvier 1673, devant Rondrailh, notaire royal, contenait ceci :
"Je veux, que mon corps soit inhumé dans la chapelle dudit Lignières, sans qu'il soit fait aucune cérémonie lors de mon enterrement, mais seulement célébré une grand'messe, et quelques autres dans ladite chapelle, et autant à la huitaine et à la quarantaine; et qu'il soit fait un annuel par telle personne que François Hector Poussard, mon fils, ou Paule Poussard, ma fille, voudront faire élection...
Et en cas que j'arrive à décéder hors de Lignières, veux que mon coeur soit apporté et enterré dans ladite chapelle, avec celui du défunt Charles Poussard, mon fils aîné, qui est entre les mains de Maître Jacques Delafont, procureur fiscal, auquel j'ordonne de le délivrer à mondit fils ou fille, ou autre qui fera faire l'enterrement...
Ordonne à Hector et Paule Poussard après mon décès de faire blanchir la chapelle; fonde à perpétuité 50 livres pour être distribuées aux pauvres, sur laquelle somme sera donné à diner à 13 femmes le Jeudi Saint, et à chacune d'elles une miche de pain valant 3 sols, et 3 sols en argent...
Veux que suivant volonté de feu mon mari, l'office procureur fiscal soit et demeure dans la maison de Maître Jacques Delafont, à lui, ses enfants ou ceux qui en descendront, en considération des services qu'il a rendus à la maison depuis 35 ans, et en cas que l'on veuille le déposséder, que mes héritiers le remboursent...
Veux que le bonhomme Montait soit toute sa vie nourri dans notre maison et donne à ses enfants 200 livres pour les services qu'il a rendus, plus à Jeanne Piget, quand elle se mariera, au sortir de la maison, 200 livres...
Veux que sur deniers par moi destinés aux pauvres, il soit pris 15 sols pour une messe par an à pareil jour de mon enterrement, etc...
" (abbé Guérin)

VIII) ACARIE René, chevalier, seigneur de Crazannes.
Il décéda au siège de Montpellier en 1622.
Il avait épousé le 12 septembre 1611, Angélique de La Rochefoucauld, fille de Louis, écuyer, seigneur de la Bergerie, et de Suzanne de Beaumont des Dorides.
De cette union naquirent :
  1) Pierre, qui suit.
2) René, chevalier de Saint-Jean de Jérusalem, reçu en 1631.
3) Jeanne, qui décéda sans doute célibataire.

IX) ACARIE Pierre, écuyer, seigneur de Crazannes.
Il fut mestre de camp, puis lieutenant-général de l'artillerie à l'arsenal de Paris.
Il épousa Charlotte Martel, fille d'Isaac, écuyer, seigneur de Lindeboeuf, et d'Elisabeth Puchot.
D'après certains auteurs, il décéda sans enfants,.
D'après d'autres, il eut pour enfants un fils et une fille, qui décédèrent jeunes.

Branche du BOURDET (canton de Mauzé - Deux-Sèvres) :

Blason de la branche Acarie du Bourdet
D'azur au chevron d'or, accompagné de trois étoiles du même.
(P. Anselme - Nouvelle édition, dans Archives de la Saintonge - Tome I)

VIII) ACARIE Louis, chevalier, seigneur du Bourdet, la Rousselière, Boisredon (Mirambeau - Charente-Maritime), la Barde et autres places.
Il fut capitaine au régiment des Gardes, puis maréchal de camp des armées du roi.
Il épousa Philippe du Chemin, fille de Pierre, écuyer, sieur de Chartuzac, et d'Anne Arsaud.
De cette union naquirent :
  1) François Louis Marie, qui suit.
2) Catherine, qui épousa le 7 juin 1647, Charles de Cugnac, écuyer, seigneur de Caussade.
3) Charlotte, qui épousa Henri Gandillaud, seigneur de Saint-Aignan.
4) Louise, qui épousa en premières noces, par contrat du 13 janvier 1664, François d'Alloue, seigneur de la Thibaudière. Elle en fut veuve en 1669, et en eut deux fils.
Elle épousa ensuite en secondes noces Jules Couffier-Caravas, comte de Bossavant. (Patrick ROUSSEAU).
5) Gabrielle, qui devint supérieure des Filles de Notre-Dame de Saintes.
6) Elisabeth.

IX) ACARIE François Louis Marie, baptisé à Lignières le 7 mai 1636 (âgé de 8 ans) (abbé Guérin), écuyer, seigneur du Bourdet, Crazannes, Piperon, Boisredon.
Il fut tué au siège de Valenciennes en 1655.
Il avait épousé le 25 janvier 1653, Anne Marsault de Lugeon, fille de Jean, seigneur de Saint-Georges, lieutenant-général de la sénéchaussée de Saintes.
Ils eurent pour enfants :
  1) Angélique, dame du Bourdet.
Elle épousa le 12 janvier 1678, Charles de Durfort, marquis de Civrac.
Elle rendit aveu en 1699 et 1717 des fiefs et seigneuries de Crazannes en Saintonge, relevant du château de Cognac, dont elle avait hérité de Pierre ACARIE, seigneur du Bourdet, son cousin.
Elle était veuve en 1698, et fit insérer ses armes à l'Armorial de Guyenne.
Elle décéda sans postérité en 1722.
2) Marie, qui décéda jeune.

- Beauchet-Filleau : Dictionnaires des familles de l'ancien Poitou.
- Abbé Adolphe Mondon : Notes historiques sur la baronnie de Marthon.
- Robert Simonnaud : Champniers sous l'ancien régime.
- Jean-Paul Gaillard : article sur Lignières-Sonneville, dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente.
- abbé Maurice Guérin : Lignières-Sonneville et Saint-Palais des Combes.
- Patrick ROUSSEAU : données généalogiques sur sur la famille ACARIE.
retour vers la page d'accueil de la familleretour vers le menu des mise à jourretour vers le sommaire