AIGRON

blason de la famille Aigron
De sinople à trois pigeons d'argent, les ailes éployées, posés deux et un.
Simon des Coustures dit : "de sinople à trois aigles d'argent, posées deux et un." Je pense qu'il s'agit d'une erreur.
Cette famille est sorti de Montignac-Charente, où elle possédait le fief de Combizan.

I) AIGRON Abraham, né vers 1593 à La Rochelle (Charente-Maritime), écuyer, sieur de la Motte et de Combizan, conseiller en la maison de ville d'Angoulême, de 1626 à 1642. (Promotion à la charge de conseiller par la mort de Pierre des Forges, le 19 octobre 1626.
Jean Trigeau est pourvu de la même place par le décès dudit AIGRON, le 5 février 1642.
)
Il avait en premières noces épousé Guillemine Bardin, puis en secondes noces le 3 juillet 1608 à La Rochelle, Marie Baudouin, (née vers 1588 à La Rochelle). (Lise DANDONNEAU)
Cette dernière décéda, veuve, âgée de 71 ans. Elle fut inhumée à La Rochelle, le 15 mai 1658 (Eglise Réformée). (Rapport des Archives Nationales du Québec, T53, 1975, p.111-113)
Il décéda à Angoulême, paroisse Saint-André, le 3 février 1642, laissant plusieurs enfants, dont :
  1) François, qui suit.
2) Jacques, qui fera la branche de La Rochelle.

II) AIGRON François, écuyer, sieur de Combizan.
Il fut lieutenant particulier au présidial d'Angoulême, puis président et lieutenant-général à Cognac, enfin vice-sénéchal d'Aunis, Saintonge et Angoumois.
Il fut aussi capitaine d'une compagnie de carabins, entretenue pour le service du roi.
Il fit un paiement à Guillaume Frétard, garde pour le roi des eaux et forêts d'Angoumois, pour des biens acquis par moitié avec Jean de Chergé, écuyer, seigneur dudit lieu, passé le 16 juin 1641, par acte, reçu Martin, notaire à Angoulême.

Il acquit de Clément Le Musnier la métairie noble de la Rocque, située à l'extrémité du bourg de Saint-Simon, du côté de Bassac, ainsi que le fief de la Font (ancienne dépendance de la seigneurie de Hautemoure en Saint-Simon, qui relevait de l'abbaye de Bassac.).
Il décéda peu avant 1676.
Il avait épousé le 8 août 1623 Anne Boire, d'où entre autres :
  1) Pierre, qui suit.
2) Françoise, qui se maria le 27 août 1647 avec Louis Bernard, écuyer, seigneur de Saint-Michel.

III) AIGRON Pierre, écuyer, sieur de Combizan et de la Font, né à Angoulême le 7 mars 1637.
Il vendit la terre de la Rocque vers 1695 à Pierre Rambaud, sieur de Mareuil.
Il se maria le 7, alias 16 janvier 1663 avec Marie de Girard, veuve de François Lambert, écuyer, sieur de Cesseau, d'où plusieurs enfants, entre autre :
  1) Marie, baptisée le 22 novembre 1663 à Saint-Martial d'Angoulême.
Elle épousa en premières noces, par contrat du 13 août 1681, passé devant maître Brugeron, notaire royal, à Saint-Amand de Nouère, François Lambert, sieur de Cesseau, fils de François, lieutenant du vice sénéchal d'Angoumois, et de Louise de La Couture, de Cognac.
Devenue veuve, elle épousa en secondes noces, par contrat du 18 octobre 1688, célébré le 21 décembre, Pierre Vigier, écuyer, sieur de Beaucaire (Saint-Amand de Nouère), et de Plançon.
Elle décéda le 21 avril 1744, et fut inhumée dans l'église de Saint-Simeux.

2) Françoise, née le 15 janvier 1665, baptisée le 28 novembre à Mérignac. (Registre paroissial de Mérignac).
3) une fille, baptisée le 26 octobre 1666 à Saint-Martial d'Angoulême. (Nadaud).
4) Anne, jumelle de la précédente.
5) Marie-Anne, née le 26 avril 1669, à Saint-Martial d'Angoulême. (Nadaud).
6) Jean-Henri
, qui suit.
7) Geoffroy-Pierre, baptisé le 31 août 1671 à Mérignac.
8) Jacquette, née le 12 août 1672 à Mérignac, et baptisée le 24 août 1672.
9) Charles, baptisé le 27 décembre 1673 à Mérignac.

IV) AIGRON Jean-Henri, écuyer, sieur de Saint-Simon, né à Mérignac le 20 avril 1670, et baptisé le 15 septembre 1670.
Il épousa Catherine-Thérèse Joubert, de Birac.
En 1744, il était dit demeurant en son logis de la Galacherie, paroisse de Birac. En 1756, ce logis consistait en "maisons, bâtiments, cour, entrées et issues, et confronte vers le midi au chemin boisné qui conduit de la Valette à Cognac à droite". (Jean-Paul Gaillard - La Galacherie en Birac).
Ils n'eurent qu'une fille :
  1) Marie.
Il décéda à la Galacherie, paroisse de Birac, le 30 novembre 1745.

Branche de LA ROCHELLE :
II) AIGRON Jacques, né vers 1609 à La Rochelle, sieur de la Motte.
Il partit s'établir à La Rochelle, où il devint conseiller au présidial.
Au siège de la ville en 1629, il commanda, sous le nom de La Motte-Aigron, une compagnie rochelaise.
Il épousa le Ier mai 1634 à La Rochelle, Madeleine Bigotteau (née vers 1614, décédée le 21 mars 1650), fille de Michel, sieur du Plomb, conseiller du roi, contrôleur des greffes et consignations au siège Présidial de La Rochelle; et de Marie Barbier. (Rapport des Archives Nationales du Québec, 1975).
Il fut l'auteur de nombreux écrits, entre autres :
"Thémis en deuil, ou regret funèbre sur la mort du jeune Robert", publié en 1613.
"Harangue d'Uranie au Roy, pour le parfaict restablissement des lettres", publié à Paris : F. Jacquin , en 1615.
"Préface des "Lettres de Monsieur de Balzac" de Jean-louis Guez de Balzac. 3e édition, publié à Paris : T.du Bray, en 1626.
"Recueil curieux Touchant l'éloquance françoise; contenant la response du sieur de la Motte-Aigron aux lettres de phylarque, le discours d'Aristarque à Nicandre et la défaicte du paladin Daversac", publié à Paris en 1628.
Il décéda le 11 janvier 1644 à Saint-Barthélémy de La Rochelle.
Il avait eu pour enfants :
  1) Amador-Jacques, écuyer, sieur de Salampart.
2) François, qui suit.
3) une fille, baptisée à Saint-Barthélémy, le 12 Janvier 1639.
4) Madeleine, baptisée le 5 Avril 1639.
Elle épousa par contrat passé devant maître d'Abel Charbonnier, notaire à la Rochelle, le 20 mars 1660, Jacques Gobert, écuyer, sieur de Chouppe (ou Choupert) natif de la Rochelle, fils Jean, chevalier, seigneur de Nieul et de Millescus et de Marie Georget.
5) Henriette, baptisée le 7 octobre 1640, qui se fit religieuse au couvent de Saint-François de Fontenay (registre de Saint-Barthélémy 1671).
6) Emmanuel (Manuel), écuyer, sieur des Fontenelles, baptisé le 29 novembre 1643.
7) Anne, baptisée le 29 juin 1645, à Saint-Barthélémy de la Rochelle, décédée le 20 janvier 1701 à Naintré.
Elle épousa, le 9 mars 1666, à Saint-Barthélémy de la Rochelle, Pierre Levrault, seigneur de la Maisonneuve, (né en 1634 et décédé le 11 Février 1691), fils de Charles, seigneur de Naintré et de la Citière, et de Marie de Toucheprès Mesnard.

III) AIGRON François, né vers 1635 à La Rochelle, écuyer, sieur de la Motte, baptisé à Saint-Barthélémy (Charente-Maritime), le 18 août 1636.
Il fut conseiller du Roi, juge magistrat civil et criminel au siège Présidial de La Rochelle, et premier assesseur de la maréchaussée d'Aunis, par nomination du 30 décembre 1653.
Il épousa en premières noces, le 4 mars 1658 à La Rochelle, Marie Anne de Loze, fille de Laurent, sieur de Montluc, chevalier de Saint-Michel, gentilhomme ordinaire de la Chambre du Roi; et de Marie Foucher.
De ce mariage naquirent :
  1) Marie Anne, baptisée à Saint-Barthélémy le 14 janvier 1659.
Elle décéda âgée de 38 ans, au couvent des Ursulines de La Rochelle, et fut inhumée à Saint-Barthélémy le 25 février 1697.
2) François, écuyer, sieur de la Motte, né le 14 février, et baptisé le 2 mars 1661 à Saint-Barthélémy.
Il posséda des marais salants à Ars.
En 1701, il était lieutenant sur les vaisseaux du Roi, et capitaine d'une compagnie franche du département de la marine à Cayenne.
Ce fut peut-être lui qui épousa Marguerite Guillot, veuve en 1743.
3) Madeleine, baptisée le 16 janvier 1662. Elle eut pour parrain Laurent Deloze, écuyer, sieur de la Touche, et pour marraine Madeleine AIGRON.
Il épousa ensuite en secondes noces à la Rochelle, par contrat passé le 13 février 1668, Claude, alias Claudine Divé, (née le 12 novembre 1651 à Poitiers, paroisse Saint-Porchaire), fille de Fiacre, seigneur de la Jaroussière, conseiller au Présidial; et de Françoise Bontemps, devant Demontreau, notaire, (en présence de Louis Durand, écuyer, seigneur de la Vaumartin, conseiller du Roi et président au siège Présidial de La Rochelle, cousin du futur). La célébration eut lieu à Notre-Dame, le 14 février 1668. (Lionel MERIAU)
De cette union naquirent :
 

4) Jacques, né hors union, le 6 juin 1665. Il fut baptisé le 26 novembre 1668.
5) Claude, né le 15 et baptisé le 26 novembre 1668.
6) Claude, baptisé le 16 mai 1671 à La Rochelle. Il eut pour parrain François Aigron, et pour marraine Marie Anne Aigron. (Lise DANDONNEAU)
7) Henriette, baptisée le 16 mai 1671 à La Rochelle. (Lise DANDONNEAU)
8) Jules, baptisé le 30 juillet 175 à La Rochelle. (Lise DANDONNEAU)
9) Marie, baptisée le 30 juillet 1675 à La Rochelle. (Lise DANDONNEAU)
10) Jeanne, née le 12 et baptisée le 20 juillet 1676, à La Rochelle. Elle eut pour parrain Michel Bigotteau, et pour marraine Jeanne Goupil. (Lise DANDONNEAU)
11) Suzanne, baptisée le 18 septembre 1677 à La Rochelle. (Lise DANDONNEAU)
12) François, né posthume, baptisé le 9 octobre 1680 à Saint-Sulpice en Pareds (Vendée). Le parrain était Fiacre Divé, sieur de la Maisonneuve, et la marraine Marguerite Caillaud. (Lionel MERIAU)
Il décéda à l'âge de 12 ans, et fut inhumé à Saint-Sulpice en Pareds le 16 novembre 1693, en présence de Jeanne Divé, sa tante.
(Lionel MERIAU)

François fut inhumé à Saint-Barthélémy le 17 juin 1680.

Nom isolé :
- On trouve aussi Marie (soeur d'Abraham ?), qui épousa après contrat du 6 avril 1619 François Normand, écuyer, seigneur des Bournis (Garat), maire d'Angoulême en 1645-1646 et 1653-1654.

Il existe enfin une famille AIGRON émigré au Canada, originaire de La Rochelle, qui pourrait être une branche des AIGRON de La Rochelle.
Cependant, pour l'instant, on ne trouve pas de lien la rattachant à cette famille.
On peut voir le blason de la famille AIGRON sur un vitrail dans l'église de Mérignac.

- Nobiliaire de la Généralité de Limoges : Simon des Coustures.
- Beauchet-Filleau : Dictionnaires des familles de l'ancien Poitou.

- Abbé Tricoire : le château d'Ardenne.
- Abbé Adolphe Mondon : Notes historiques sur la baronnie de Marthon.
- Vigier de la Pile : Histoire de l'Angoumois.

- Jean-Paul Gaillard : article sur la Galacherie - Birac, dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente. Librairie Bruno Sépulchre.
- Lionel MERIAU : Notes généalogiques.
- Renseignements fournis par Gérard Bachelier : Mérignac, deux mille ans d'histoire.
- Lise DANDONNEAU : Généalogie sur Geneanet : http://gw.geneanet.org/lispider?lang=fr&pz=simon&nz=dandonneau&ocz=66&p=abraham&n=aigron&oc=6767
retour vers le menu des mise à jourretour vers le sommaire