ARNAUD, ARNAULT, ARNAULD

blason de la famille Arnaud
variante du blason de la famille Arnaud
D'azur au croissant d'argent surmonté d'une étoile d'or
(Branche de Chalonne, Vouzan, Bouex, Viville)
D'azur au croissant surmonté d'une étoile, le tout d'argent.
(Branche de Ronsenac, Malberchie)
Cependant, il se peut qu'il n'y eu jamais qu'un seul blason, la différence sur les cachets entre l'or et l'argent, n'étant pas toujours évidente.

Dès le commencement du XVIème siècle, cette famille occupa les premières charges de la ville d'Angoulême, et fut anoblie par l'échevinage.

I) ARNAULD Jean, sieur de l'Isle d'Espagnac et des Gouffiers.
Le 25 janvier 1528, il acheta de François de Reffuges, seigneur des Bordes et de l'Isle d'Espagnac, la seigneurie de l'Isle d'Espagnac comprenant, maison, moulin, fuye, et tout ce qui en dépendait.
Jean était déjà seigneur des Gouffiers. (Chantal LAURENT)
Il épousa Marguerite Doucet (décédée après 1550).
Jean décéda vers 1533.
Veuve, et alors qualifiée de dame de l'Isle d'Espagnac, Marguerite arrenta divers héritages sis en ladite paroisse de l'Isle d'Espagnac en 1532-1533 (Pierre Trigeau, notaire royal à Angoulême). (Chantal LAURENT)
De son union avec Marguerite naquirent :
  1) François, qualifié de sieur des Gouffiers.
Il eut la charge de lieutenant-général d'Angoumois.
Il épousa Marguerite Odeau, (décédée après 1565)
en 1560-1561, alors veuve et qualifiée de dame des Gouffiers, elle vendit une maison à La Rochelle, rue de la Blaterge, moyennant 800 livres, à Jean Thibaud, marchand de La Rochelle. (Maquelilan, notaire royal à Angoulême). Cette vente se fit conjointement avec sa soeur Anne Odeau, épouse de Louis Estivale, conseiller au présidial d'Angoumois. (Chantal LAURENT)
2) Jean, qui suit.
3) peut-être Marguerite. (Chantal LAURENT)

II) ARNAULD Jean, seigneur de l'Isle d'Espagnac.
En 1547, alors avocat au parlement, et avec sa mère Marguerite Doucet, dite alors dame de l'Isle d'Espagnac, ils échangèrent avec le Chapitre Cathédral d'Angoulême, la seigneurie féodale d'Entreroche qu'ils possédaient, contre le village de la Font et les terres avoisinantes jouxtant celles de leur fief d'Espagnac. (L'hommage consistait en une paire de gants appréciés 5 sols, à mutation de seigneur et de vassal). Marguerite Doucet transporta aussi au chapitre 7 boisseaux de froment, 4 de seigle ou mesture, 4 d'avoine, 34 sols et 2 gélines de rentes féodales sur le village d'Entreroche. (Chantal LAURENT)
Il fut conseiller du Roi, lieutenant général d'Angoumois, en 1558. En tant que député, la même année, à Paris, il soutint un procès que le corps de ville avait au grand conseil. Ce fut un homme très apprécié.
Suivant le témoignage de Pasquier, dans son plaidoyer pour la ville d'Angoulême, ce fut un homme plein d'intégrité. (abbé NADAUD)
Le 27 septembre 1565, il rendit hommage du fief de l'Isle d'Espagnac à l'évêque d'Angoulême, pour raison de son hôtel noble, ses appartenances et dépendances en la châtellenie d'Angoulême.
En 1558, il épousa, Georgette Bricq. (abbé NADAUD)
Il fut étranglé dans sa maison, en 1568, pour n'avoir pas voulu suivre les factions des Calvinistes. (abbé NADAUD)
De son union avec Georgette étaient naquirent :
  1) Alain, qui suit.
2) Charles. qui fut religieux de l'abbaye de Saint-Cybard. (abbé NADAUD)
Il fut ordonné à Saint-Pierre d'Angoulême, le 23 décembre 1589. (Agnès RAFFY)
En 1597, il fut parrain de François ARNAULD, fils de son frère Alain et d'Hélix de La Touche. (Agnès RAFFY)
3) Suzanne.
4) François, seigneur des Gouffiers, alias Malatrait (paroisse de Péreuil).
Il épousa Gabrielle Fedic, alias de Feydis, et n'eut pour enfant, que : (abbé NADAUD)
  a) Hélène, qui épousa par contrat du 31 mai 1606, Paul Damas, seigneur d'Anlesy et de Montigny, chevalier de l'ordre du Roi, d'une grande maison de Bourgogne. (Elle fut la bisaïeule de Marguerite-Agnès Damas d'Anlésy, veuve de Pierre Damas, comte de Carmaillon, qui fut propriétaire de la terre des Gouffiers).
Selon François de Corlieu, dans son ouvrage sur l'Histoire de l'Angoumois, elle fut un parti considérable, et fut recherchée par plusieurs seigneurs. Paul Damas se battit en duel contre un de ses rivaux, et obtint son mariage par le succès de ses armes. (abbé NADAUD)
5) Philippe, avocat.
De son union avec Madeleine Barbe, naquit sans doute :
  a) Marguerite. (Agnès RAFFY)

III) ARNAULD Alain, procureur.
De son union avec Hélix (alias Hélène) de La Touche, naquirent : (Agnès RAFFY)
  1) Madelayne, baptisée en 1594, paroisse du Petit Saint-Cybard. Elle eut pour parrain Noël Moulin, et pour marraine Madeleine Barbe, épouse de Philippe ARNAULD. (Agnès RAFFY)
2) François, baptisé en juin 1595, paroisse du Petit Saint-Cybard. Il eut pour parrain François Drouet, maître apothicaire, et pour marraine Françoise Le Musnier. (Agnès RAFFY)
3) Marguerite, baptisée en juin 1596, paroisse du Petit Saint-Cybard. Elle eut pour parrain Pierre Moulin, marchand bourgeois, et pour marraine Marguerite (Guignard ?) (Agnès RAFFY)
4) François, baptisé le 2 juin 1597, paroisse du Petit Saint-Cybard.
Il eut pour parrain, frère Charles ARNAULD, religieux de Saint-Cybard, et pour marraine Hélie de Létoile. (Agnès RAFFY)
5) Philippe, baptisé en août 1598, paroisse du Petit Saint-Cybard (Angoulême). Il eut pour parrain Philippe ARNAULD, son oncle, et pour marraine Marguerite ARNAULD, fille de Pierre, marchand et de Catherine Bernardeau. (Agnès RAFFY)
Qualifié d'écuyer, il possédait le fief de Chalonne.
Conseiller du Roi, et son premier avocat au présidial d'Angoumois, il fut nommé maire d'Angoulême le 10 avril 1639.
Etant maire, il fut reçu conseiller à l'échevinage de la maison de ville au décès de Jacques Laisné, sieur de la Vallade, le 7 septembre 1639. Il fit déclaration au greffe de l'élection de vouloir vivre noblement le 10 septembre 1639.
Il fut continué maire en 1640, puis sous-maire en 1641. Il fut ensuite reçu échevin par le décès de Guillaume Lambert, écuyer, sieur de Champourry, le 15 septembre 1642.
Léonard Mesneau fut pourvu par le décès du dit ARNAULD, le 28 mars 1659.
De son union en premières noces avec Jacquette Darmore, (alias de Maures), naquirent : (Agnès RAFFY)
  a) Anne, baptisée le 7 mai 1623, paroisse du Petit Saint-Cybard. Elle eut pour parrain Pierre ARNAULD, procureur, et pour marraine, Anne Darmore, épouse d'Etienne Pigornet. (Agnès RAFFY)
b) Marguerite, baptisée le 12 janvier 1625, paroisse du Petit Saint-Cybard. Elle eut pour parrain Pierre Dussouchet, et pour marraine Marguerite Pigornet. (Agnès RAFFY)
c) Marie, baptisée le 4 novembre 1626, paroisse du Petit Saint-Cybard. Elle eut pour parrain François Gervais, et pour marraine Marie de Chilloux. (Agnès RAFFY)
d) Alain, baptisé le 29 avril 1629, paroisse du Petit Saint-Cybard. Il eut peut-être pour parrain François Ponnet, et pour marraine Madelayne de La Touche.
Le 15 janvier 1657, il était qualifié de capitaine, d'écuyer, sieur de Chalonne, lors de son contrat de mariage, à Angoulême, avec Jeanne de Poutignac, originaire de La Rochefoucauld, fille de feu Pierre et de Marie Lériget.
(Agnès RAFFY)
e) François, baptisé le 11 septembre 1630 à la chapelle du château de Dirac. Il eut pour parrain François Drouet, maître apothicaire d'Angoulême, et pour marraine une de ses soeurs. (Agnès RAFFY)
f) Marie, baptisée le 28 mai 1632, paroisse du Petit Saint-Cybard. Elle eut pour parrain François Valette, et pour marraine sa soeur Anne.
Le 22 octobre 1652, elle épousa à Angoulême, paroisse Notre-Dame de La Peyne, Aimé de La Charbonie (ou de La Charlonie ?), écuyer, sieur d'Entreroche, conseiller du roi, fils de François, et de feue Jacquette Ferrand. (Agnès RAFFY)
Philippe épousa en secondes noces vers décembre 1654, Marthe Delabrousse (décédée vers mars 1663), du Pont d'Herpes, originaire de Courbillac, fille de Philippe, écuyer, sieur du Pont d'Herpes, et de Jeanne Delarochechardin (?)
Philippe décéda le 25 mars 1659 à Angoulême (Paroisse du Petit Saint-Cybard). (Agnès RAFFY)
6) Pierre, qui suit
7) André, baptisé le 29 novembre 1600, paroisse du Petit Saint-Cybard. Il eut pour parrain André d'Escuras, sieur de Chevaron, et pour marraine Charlotte Laisné, épouse de François Le Musnier. (Agnès RAFFY)

IV) ARNAULD Pierre, baptisé le 10 septembre 1599, paroisse du Petit Saint-Cybard (Angoulême). Il eut pour parrain Pierre de La Touche, et pour marraine Catherine Moulin. (Agnès RAFFY)
Le 11 août 1630, il épousa en premières noces à Angoulême, Romaine Dussieux (décédée vers 1650), fille de Claude, marchand bourgeois, et de Marguerite Rigollet. (Monique DUSSIEUX)
De cette union naquirent :
  1) Hélie, né le 11 août 1630 à Angoulême.
Le 15 décembre 1654, il épousa à Angoulême, Jeanne Bareau (née en 1635, décédée le 21 novembre 1718 à Angoulême), fille de Philippe, sieur du Grand Maine, et de Suzanne Nadaud. (Monique DUSSIEUX)
2) Marie, baptisée le 25 juillet 1631 à Angoulême.
Le 8 février 1650, elle épousa à Angoulême, André Valleteau de Chabrefy (né le 9 avril 1622 à Angoulême, décédé après 1688), sieur de Brouville, marchand, fils de Benoît, marchand bourgeois d'Angoulême, et de Louise Lambert.
D'où descendance. (Monique DUSSIEUX)
3) Jean, qui suit.
Au moment de son second mariage, il était qualifié de greffier, procureur postulant au siège présidial d'Angoulême.
Par contrat du 3 janvier 1640, passé à Angoulême, il épousa Françoise Gandobert, originaire d'Angoulême, (née en 1622), fille de Jean, sieur de Chenaux, et de Jeanne Aymard. (Agnès RAFFY)

En 1653, i
l était avocat du Roi, procureur au présidial, et conseiller de la maison de ville d'Angoulême.
:Pierre décéda le 4 juin 1659 à Angoulême, ayant eu pour enfants de sa seconde union :
  4) Jacques, qui fera la branche de Nanclas.
5) Jeanne, née en 1645.
Le 19 janvier 1665, elle épousa à Angoulême, Pierre Gilbert, (né en 1645, décédé le 2 novembre 1707 à Angoulême, sieur du Maine Brun, pair de la ville d'Angoulême.
D'où descendance. (Monique DUSSIEUX)

V) ARNAULD Jean, né le 10 octobre 1632.
Le Ier février 1656, il épousa à Angoulême, paroisse Saint-Martial, Louise Valleteau, fille de Benoît, marchand, bourgeois d'Angoulême, et de Louise Lambert.
Le 3 juillet 1681 (Pierre Audouin, notaire royal à Angoulême), il eut cession d'une créance de 3329 livres par Roch Frotier Tizon, chevalier, seigneur de Villars et de La Rochette, et Marie Anne Chesnel, son épouse, sur Louis Chesnel, chevalier, seigneur d'Ecoyeux, Château-Chesnel (Cherves-Richemont), et autres places. (Inventaire sommaire des archives départementales de la Charente, antérieures à 1790).
Il fut élu maire d'Angoulême, le 15 mars 1682, et fut également capitaine d'Angoulême.
Le 7 mars 1682 (Pierre Audouin, notaire royal à Angoulême), un compte fut fait par lequel Louis Chesnel, chevalier, seigneur d'Ecoyeux autres places, demeurant au château de Château-Chesnel (Cherves-Richemont), se reconnaissait débiteur de 8921 livres, et lui abandonnait jusqu'au complet paiement, 2000 livres chaque année sur les revenus de sa terre de Fouras. (Inventaire sommaire des archives départementales de la Charente, antérieures à 1790).
Il acheta le 21 septembre 1682, de Louis Bernard, père de Clément Bernard (son cousin issu de germain par suite de son mariage avec Claude ARNAULD, fille d'Alain), la charge de lieutenant-particulier au siège présidial d'Angoulême.
Il en fit don à son fils aîné, Jean.
Il testa le 25 juillet 1682 devant Audouin, notaire royal à Angoulême, et décéda le 9 novembre 1682. Son convoi fut fait par les chanoines de la cathédrale, le 10 novembre, assistés des curés et religieux de la ville. Il fut conduit de Saint-André aux Jacobins, où il fut enterré.
De son union avec Louise Valleteau naquirent ::
  1) Jeanne, née le 11 janvier 1665 à Angoulême. (Monique DUSSIEUX)
2) Jean, qui suit.
3) François, qui fera la branche de Champniers et de Viville.
4) Pierre Elisée, né le 9 novembre 1677 à Angoulême. (Monique DUSSIEUX)

Branche de BOUEX :
VI) ARNAULD Jean, né le 15 septembre 1671 à Angoulême.
Il conserva la mairie d'Angoulême qu'avait son père lors de son décès. Il en fut jugé digne, quoiqu' encore jeune. Il la garda cependant jusqu'en 1686.
Il fut conseiller du Roi, lieutenant particulier au siège présidial d'Angoumois.
Il avait acquis la réputation d'être fort habile, actif et soigneux dans ses affaires.
Le 9 février 1683, il épousa à Angoulême, Jeanne Dexmier, (née en 1670 à Angoulême, décédée le 15 juin 1732), fille de Noël et d'Anne Bigot. (Monique DUSSIEUX)
Le 24 mai 1683, il fit l'acquisition du château et de la terre de Bouex, avec tous ses droits de justice, et telle qu'elle avait été donnée, en 1452, à Jean de Livenne, par François Roye de La Rochefoucauld, comte de Roussy, seigneur de Marthon.
Le 12 octobre 1684 (Pierre Audouin, notaire royal à Angoulême), il eut un compte par lequel François Joseph de La Rochefoucauld, écuyer, seigneur de Maumont, comme fils et héritier de François et de Marie Eléonore Chesnel, se reconnaissait débiteur de 2912 livres en principal. (Inventaire sommaire des archives départementales de la Charente, antérieures à 1790).
Le 28 avril 1693 (Pierre Audouin, notaire royal à Angoulême), il eut un compte qui fixa à 2340 livres le montant d'une créance à lui due, sur Louis Chesnel, chevalier, seigneur d' Ecoyeux. (Inventaire sommaire des archives départementales de la Charente, antérieures à 1790).
Cette même année 1693, il se présenta de nouveau pour remplir la charge de maire d'Angoulême, en concurrence avec Chérade. Mais victimes de plusieurs dénonciations, il fut éconduit.
Le 4 septembre 1698, il fut assassiné par le sieur de Roismond, qui l'attaqua près d'Orléans, sur le chemin de Paris, d'où il revenait.
De son union avec Jeanne Dexmier naquirent :
  1) Noël, qui suit.
2) Anne, née en 1685.
Elle épousa le 18 février 1700 à Angoulême, Bertrand de La Laurencie-Charras, (né le 21 septembre 1669, décédé le 23 septembre 1755 à Charras), marquis de Charras, fils d'Armand, seigneur de Chadurie, marquis de Charras, et de Marie Cladier.
Elle décéda le 28 novembre 1718, avec le titre de Dame de Charras. (Monique DUSSIEUX)
3) Madeleine, dite Mme de Chenon, qui épousa à Bouex en 1711, Charles-César Dexmier, marquis de Chenon-Domezac, lieutenant-général d'épée de la province d'Angoumois.
4) Pierre, chevalier, seigneur de Méré. Il décéda âgé de 26 ans.

VII) ARNAULD de BOUEX Noël, seigneur de Bouex, Méré (Bouex), Vouzan, les Bournis, la Bigrie (enclave de Garat).
Il fut à 28 ans, conseiller particulier du Roi en tous ses conseils, et à 29 ans, maître des requêtes.
Il acheta en 1722, 140000 livres, les terres de Vouzan et la Bergerie (Vouzan), de Gabriel d'Abzac et de Marie-Anne de Nesmond.
Il fut très remarquable dans la grande affaire de Cartouche et de ses complices, affaire dont il fut le rapporteur.
Très en faveur auprès de Mme de Prie, maîtresse du régent, il se rangea de son parti contre Le Blanc, ministre des guerres, et partageant la mauvaise fortune de Mme de Prie, il fut exilé dans sa terre de Bouex, où il resta jusqu'à son décès, en 1749.
Il avait épousé Angélique-Catherine Guyot de Chesne, fille du célèbre avocat au Parlement.
Ils eurent pour enfants :
  1) Jean-Noël, qui suit.
2) François-Léonard, chevalier, seigneur de Méré.
Il décéda sans avoir été marié, laissant sa fortune à M. de Vouzan, son frère, et à Mme de Viville, sa soeur.
3) Nicolas-Noël, seigneur de Vouzan, la Bergerie, le Châtelard.
Il naquit en 1729, et décéda en 1761.
Il épousa en 1756 sa cousine, Marie de La Laurencie-Charras.
Ils eurent deux enfants :
  a) Bertrand, né en 1758 et décédé en 1771.
b) Marie, née en 1759, et décédée en 1779.
4) Anne-Françoise-Catherine Marie, dite Mlle ARNAULD de BOUEX.
Elle épousa en premières noces, en 1744, son cousin, Jean-Noël ARNAULD de VIVILLE, puis en secondes noces le 22 avril 1754 (Faure, notaire royal à La Rochefoucauld), Pierre Regnauld de La Soudière, dit le chevalier de la Soudière, brigadier des gardes du corps du Roi, chevalier de Saint-Louis.
(Le 16 février 1757, il acheta le château et la terre de Goué, fief qui passa par la suite à son gendre, le marquis de Tryon-Montalembert).


((*1)Renseignements généalogiques communiqués par M. Rémy de LA SOUDIÈRE).

VIII) ARNAULD de CHESNE Jean-Noël, seigneur de Chesne et de Bouex, seigneur de Bouex, Méré, et de l'enclave de Garat, les Bournis, Vouzan, la Bergerie, etc...
Il fut lieutenant des maréchaux de France.
Il épousa Thérèse-Victoire de Pulleu, dont il n'eut pas d'enfant.
Possesseur de la belle terre de Chesne, près de Paris, il fut obligé de la démembrer pour faire honneur aux dettes de son père, et racheter la terre de Bouex, également compromise.
Il resta à Bouex pendant l'émigration, et fut nommé président de son district.
Il décéda en l'an VIII de la République, laissant pour héritier de son nom et de sa fortune, Louis ARNAULD de VIVILLE, son neveu.

Branche de CHAMPNIERS et de VIVILLE :
VI) ARNAULD François, né le 21 novembre 1673 à Angoulême. (Monique DUSSIEUX)
Il fut président au présidial d'Angoumois.
Il fut nommé par le roi, maire d'Angoulême, en septembre 1724, pour faire cesser les contestations qui existaient au sujet de cette charge. Il lui donna également la noblesse par ledit arrêt.
Lieutenant-particulier au décès de son frère, il fut ensuite lieutenant-général de police, poste qu'il occupa depuis sa création, jusqu'en 1738, époque à laquelle il s'en démit en faveur de son fils aîné.
Il acheta au prix de 500000 francs, la magnifique terre de Champniers, Viville, et Puy de Nelle, de concert avec son épouse, Marie-Louise-Rachel Birot, fille unique de Daniel, avocat en Parlement, et de Rachel Roger.
De cette union naquirent :
 

1) Louis-François, chevalier, seigneur de Champniers, le Breuil, Argence, Puyrobert, Puydenelle, Ferrière, Sigogne.
Il épousa Marie-Elisabeth Guillot de Goulard.
Il décéda en 1764, sans avoir eu d'enfant.
2) Jean-Noël, qui suit.


VII) ARNAULD de VIVILLE Jean-Noël, seigneur de Viville (Champniers).
Il fut capitaine au régiment du Roi-Infanterie.
Il épousa en 1747, sa cousine, Françoise-Catherine-Marie ARNAULD de BOUEX. (Après le décès de son mari, elle épousa en secondes noces Pierre Regnauld de La Soudière, brigadier aux gardes du corps, chevalier de Saint-Louis. Elle en eut deux filles : l'une religieuse, la seconde qui épousa le comte de Tryon-Montalembert). ((*1) Renseignements généalogiques communiqués par M. Rémy de LA SOUDIÈRE).
Ils eurent pour enfants :
  1) Louis, qui suit.
2) Marie-Anne, qui épousa François-Antoine de Jean de Jovelle.
Ils eurent pour enfants :
  a) Jean-Noël, qui hérita de Bouex.
b) Marie-Françoise-Catherine.
c) Marie-Victoire.
d) Marie-Joséphine.

VIII) ARNAULD de VIVILLE Louis, seigneur de Champniers, Viville (Champniers), le Breuil, etc...
Il naquit en 1746.
Il fut président à la cour des monnaies de Paris, lieutenant-général criminel à la sénéchaussée et siège présidial d'Angoumois.
Il épousa le 25 juillet 1782, Françoise-Julie de Lignac, dont il n'eut pas d'enfant.
Il ne voulut pas émigrer à la Révolution, cependant, sur les conseils de sa femme, il consentit à passer à l'étranger, et perdit ainsi son immense fortune.
Au décès de M. ARNAULD de CHESNE, en l'an VIII, il revint en France, recouvra ses droits de citoyen, et put recueillir l'héritage de son oncle (Bouex, Méré, Vouzan, etc...). Il fit aussi, sur la fin de ses jours, un héritage considérable d'un grand-oncle maternel, M. Guyot de Chenizot, héritage dont il ne put profiter, étant décédé avant que la liquidation ne fut achevée.
Il partagea sa fortune entre tous les enfants de sa soeur, Mme de Jovelle, désignant tout spécialement sa terre de Bouex, comme devant appartenir à son neveu Jean-Noël de Jean de Jovelle.

Branche de RONSENAC et de NANCLARS :
V) ARNAULD Jacques, baptisé le 10 août 1642 à Angoulême. (Monique DUSSIEUX)
Il épousa Jeanne Sauvestre, et en eut pour enfants :
  1) Thérèse, qui fut religieuse à Saint-Ausonne, en 1720.
2) Pierre, qui suit.
3) N., qui épousa N. de Montargis de la Groüe, en 1680.

VI) ARNAULD Pierre, né en 1662.

l'Armorial de Charles d'Hozier, pour
Pierre Arnault,
conseiller du roi, garde-minutes dans la chancellerie du présidial d'Angoulême
,
lui octroya pour blason :
D'azur à un croissant d'or surmonté d'une étoile de même.

blason de Pierre Arnauld
Il fut maire d'Angoulême en 1721. (Par édit du mois de mai 1717, la mairie perpétuelle avait été supprimée et la triennale rétablie. Par un autre édit de 1723, la mairie triennale fut supprimée et il fut créé un office de maire ancien, alternatif et perpétuel).
Pierre obtint un arrêt du conseil , de 1723, qui le dispensa des trois années, quoique la mairie eut été supprimé sur sa tête avant ses trois années révolues.
Il épousa, à Paris, en 1694, Marguerite-Catherine de Vouges, qui lui donna pour enfants :
  1) André, qui suit.
2) Jeanne, qui épousa en 1736, Péries de Grésignac, conseiller au présidial.
3) N., fille, qui décéda en 1754.
4) N., fille, qui décéda à Paris en 1710.
5) N., fille, qui décéda également à Paris en 1710.

VII) ARNAULD André, seigneur de Ronsenac.
Il naquit en 1700, et décéda en 1782.
Il fut conseiller au présidial d'Angoumois.
Il avait épousé, en 1729, Anne de Navarre du Cluzeau, et eut pour enfants :
  1) Pierre, qui suit.
2) N., décédé encore enfant.
3) Clément-Charles, appelé le chevalier de Ronsenac. Il fut licencié en Sorbonne, et devint vicaire-général de l'évêché de Digne, en Dauphiné. Il décéda en 1772.
4) N., (garçon), qui décéda jeune.
5) Thérèse-Anne, qui épousa en 1760, Cyprien-Gabriel de Terrasson, chevau-léger de la garde du roi, chevalier, seigneur du Maine-Michaud.
6) François, qui fut capitaine à seize ans. Il fit toutes les campagnes de Hanovre, et décéda, en 1813, retraité comme colonel du régiment de Bassiny.

VIII) ARNAULD Pierre, chevalier, seigneur de Ronsenac, Malberchie (Villebois-Lavalette), Villesion (Nanclars), et Nanclas.
Il fut conseiller du Roi et son procureur en la sénéchaussée et siège présidial d'Angoumois.
Il épousa Anne de La Sarlandie, fille de Pierre, écuyer, seigneur de Nanclas, grand-maître des eaux et forêts.
Il décéda en 1813, âgé de 82 ans, et sa femme, en 1827, à l'âge de 93 ans.
Ils eurent pour enfants :
  1) André, né le 27 avril 1761, et baptisé le même jour à Saint-André d'Angoulême, chevalier de Ronsenac.
Le 11 février 1791, il épousa au Petit Saint-Cybard d'Angoulême, Louise Elisabeth Constance Navarre, fille de Pierre Navarre du Cluzeau, écuyer, seigneur de Brisebarre, le Château, etc, et d'Elisabeth Goguet.
Il émigra à la Révolution, et son divorce pour la cause d'émigration, fut prononcé à Angoulême le 17 Brumaire An II. Il fit sa déclaration le 29 Floréal An X et fut amnistié le 18 Frimaire An XI. (abbé Pierre Bureau).
Il décéda sans postérité, le 26 janvier 1840. Il avait cependant eu un fils décédé en bas-âge.
2) Arnauld de Nanclas, qui suit.
3) N., qui épousa M. des Bordes.
4) N., appelée Mlle de Ronsenac. Elle décéda en 1851.
5) N., appelée Mlle de Villession, qui décéda en 1829.

IX) ARNAULD de NANCLAS Pierre, chevalier de Saint-Louis, né le 8 juillet 1765 et baptisé le 9 à Saint-André d'Angoulême.
Il épousa à Lignières-Sonneville le 15 février 1814, Marie-Aimée-Eléonore de Plas, fille de François Barthélémy, baron de Plas, ancien colonel au régiment du Roi Infanterie, et de Philippine de Robinet de Plas.
Il émigra à la Révolution, et ses parents déclarèrent qu'il n'a plus paru dans sa famille depuis 1789, mais qu'il servait encore dans le régiment de Bassigny, en garnison à Tours, vers le milieu de l'année 1792. (abbé Pierre Bureau).
Il décéda à Villebois-Lavalette le 20 février 1847.
De son union naquirent :
  1) Philippine-Hermine, qui naquit le 30 mai 1815, à Angoulême. Elle épousa Mélanie-Jean-Louis-Charles Le Gardeur, comte de Tilly.
2) Mathilde, née le 8 juillet 1816. Elle épousa, le 15 juin 1840, Jean de Maillard de Lacombe, garde du corps, compagnie de Grammont.
3) Philippe-Eugène-Edmond, né le 8 janvier 1818.
4) Philippe-Edgard, né le 28 avril 1822. Il épousa le 22 février 1834, Françoise-Louise-Adrienne de Bideran. Il décéda sans enfant, le 11 avril 1867.

- Abbé Adolphe Mondon : Notes historiques sur la baronnie de Marthon en Angoumois.
- Abbé Joseph Nadaud : Nobiliaire du diocèse et de la généralité de Limoges. (Cette notice a été confectionnée avec les archives du château de Bouex).
- M.J. Sanson : Noms, et ordre des maires, échevins et conseillers de la maison commune d'Angoulême.
- Robert Simonnaud : Champniers sous l'ancien régime.
- abbé Pierre BUREAU : Les émigrés charentais.
- Inventaire sommaire des archives départementales de la Charente, antérieureses à 1790, rédigé par P. de FLEURY et J. de La MARTINIÈRE.
- (*) Précision généalogique envoyée par M. Thibaut PEYROCHE d'ARNAUD.
- (*1) complément généalogique communiqué par M. Rémy de LA SOUDIÈRE)
- Agnès RAFFY : Registres de la paroisse du Petit Saint-Cybard (Angoulême), et Généalogie sur Geneanet : https://gw.geneanet.org/agnessono?lang=fr&pz=agnes&nz=raffy&ocz=0&p=jean&n=arnauld&oc=4
- Monique DUSSIEUX : Généalogie sur Geneanet : https://gw.geneanet.org/ecuras?lang=fr&pz=monique&nz=dussieux&ocz=0&p=pierre&n=arnaud
retour vers le menu des mises à jourvers l'armorial d'Hozierretour vers le sommaire