AUBERT

blason de la famille Aubert de Bardon
 
blason de la famille Aubert de Bardon
Losangé de gueules et d'azur, à la bande d'or brochant sur le tout.
 
Losangé d'or et de gueules, à la bande d'or brochant sur le tout.

Famille de Saintonge et de l'Angoumois.

- AUBERT Louis, seigneur de Bardon (Courcerac - Charente-Maritime)
Il fut mentionné pour la première fois en 1463, quand il rendit un aveu au seigneur de Matha, pour la seigneurie de Bardon.

- AUBERT Antoine, ecuyer, seigneur de Bardon.
En 1485, la seigneurie de Mesnac (Charente) lui appartient (Jean-Paul Gaillard).
Il était dit procureur du duc de Penthièvre, et seigneur de Thors en partie (le 27 juin 1487), dans une contestation qu'il avait fait avec François, Jacques et Robert Chabot, seigneurs de Jarnac, pour divers héritages.
Il figura dans une sentense du 22 décembre 1500.
Il épousa le 15 janvier 1479, Denise d'Authon, veuve de Méry d'Aujac, seigneur de Courcerac.

- AUBERT Charles (alias Louis), écuyer, seigneur de Bardon.
Il épousa Catherine Vigier, et eurent :

- AUBERT Louis, écuyer, sieur de Bardon et de Courcerac.
Il épousa le 24 décembre 1577, (par contrat passé devant Augier, notaire à Angoulême), Charlotte de Saint-Marsault, fille de Jean, écuyer, sieur de Mazottes et de Puyguillier, et de Catherine Belcier. (d'Hozier).
En 1596, il devint seigneur de Courcerac, suite à une saisie opérée au préjudice de Marie d'Aujac. (Frédéric Chasseboeuf).
Il fit son testament à Courcerac, le 6 mai 1626 (Ranconeau, notaire à Saint-Jean d'Angély), et légua la troisième partie de son patrimoine, à Louis AUBERT, son petit-fils. (d'Hozier).
Ils eurent pour enfants, au moins :
  1) Gabriel, qui épousa N., fille de Pierre Guibert, seigneur de Landes, et de Marie Fouschier.
2) Jean, qui suit.
3) Peut-être Jacques, seigneur de Mesnac (Charente).
Il épousa Elisabeth de Ségorre, fille d'Isaac, seigneur de Forges, et de Marie d'Abillon.
Après le décès de son aîné, il fut seigneur de Bardon, en 1631.

- AUBERT Jean, écuyer, sieur de Mesnac, de Bardon et de Courcerac.
Il épousa par contrat du 13 décembre 1609 (Regnard, notaire à Saint-Jean d'Angély), Marie Festiveau, fille d'Elie, seigneur de Landes, conseiller au Parlement de Bordeaux, et de Suzanne Morsan. (d'Hozier). (Devenue veuve, elle épousa en secondes noces Benjamin de Livenne, seigneur de Landrais. Elle testa en 1635.)
Une assignation présentée en 1616 par les officiers du seigneur de Matha montre que les seigneurs de Bardon avaient fait fortifier leur demeure sans autorisation de leur suzerain. (Frédéric Chasseboeuf).
De cette union naquit, au moins :

- AUBERT Louis, seigneur de Bardon et de Courcerac.
Le 6 mai 1626, son grand-père Louis AUBERT, lui légua par son testament, la troisième partie de son patrimoine.
Il épousa par contrat du 19 novembre 1630, (Robert, notaire à Saintes), Henriette Gombaud, fille de Henri, chevalier, seigneur de Champfleuri, et de Elisabeth Herbert.
Le 22 juin 1667, il reçut une ordonnance rendue par d'Aguesseau, commissaire départi dans la généralité de Limoges, par laquelle il donna acte à Louis et à son fils Léonor, de la représentation qu'il avait fait devant lui des titres justificatifs de leur noblesse. (d'Hozier).
Ils eurent pour enfant, au moins :
  1) Léonor, qui suit.
2) Gabriel, qui fut maintenu dans sa noblesse en 1667 par d'Aguesseau, intendant de Limoges, puis le 5 juillet 1699, par Bégon, intendant de La Rochelle.

- AUBERT Léonor, seigneur de Bardon et de Courcerac.
Il épousa par contrat du 13 novembre 1650, (Estourneau, notaire de Matha), Catherine Groussaud, alias Grousseau.
Il fut maintenu noble avec son père, par d'Aguesseau, le 22 juin 1667, puis à nouveau le 5 juillet 1699, par Bégon, intendant de La Rochelle. (d'Hozier).
Lui et sa famille devaient être protestants, car ses filles abjurèrent, en 1683, dans l'église de Courcerac, entre les mains de l'évêque de Saintes; (Frédéric Chasseboeuf).
Ils eurent pour enfant, au moins :
  1) Isaac, seigneur de Courcerac, Bardon et Mesnac.
Il fut lieutenant-colonel de cavalerie au régiment de la Reine, et chevalier de Saint-Louis.
2) Charles, qui suit.
3) Léonor, écuyer, docteur en théologie.
Il fut curé d'Echebrune (Charente-Maritime), puis prieur de Saint-Romain, en Angoumois.
Il décéda le 12 août 1733.
4) Gabrielle, qui fut religieuse. Est-ce elle qui était aux Dames de la Foi, à Pons ?
5) Catherine, qui fut religieuse. Est-ce elle qui était à l'Hôtel-Dieu de Pontoise ?

- AUBERT Charles, écuyer, seigneur de Bardon et de Courcerac.
Il naquit le 6 mars 1670, et dut baptisé le 27. Cet extrait fut signé Cartier, curé de l'église de Saint-Romain de Courcerac.
Il fut lieutenant de vaisseau du Roi, puis capitaine d'une compagnie franche de la marine. (Capitaine de frégate et chevalier de Saint-Louis).
Il épousa par contrat du 26 juillet 1710, (Guillou, notaire à Brest), Marie Anne de Longueville, fille de Paul, seigneur de la Maison Blanche, Champmorant et Crain, capitaine de vaisseau du Roi; et de Geneviève Le Roi. (d'Hozier).
Il décéda le 30 juillet 1724, ayant eu pour enfants :
  1) Marie, qui épousa en premières noces Augustin de Bosc Henry, puis en secondes noces le 26 septembre 1737, Melchior Armand Beguin de Savigny.
Elle décéda en octobre 1762.
2) Denis, qui suit.
3) Thérèse Henriette, née le 30 juillet 1721, et baptisée le 31. (Kerret, recteur de l'église de Brest).
Il fut produit pour elle en avril 1729, des preuves de noblesse afin d'être admise au nombre des filles demoiselles que Sa Majesté fit élever dans la Maison Royale de Saint-Louis. (Fondée à Saint-Cyr, dans la parc de Versailles). (d'Hozier).
4) François, qui fut chef d'escadre des armées navales à Brest.
Après le décès de son frère Denis, il mit en vente les terres de Courcerac et de Bardon. (Frédéric Chasseboeuf).

- AUBERT Denis, né en 1704 à Brest, chevalier, seigneur de Bardon et de Courcerac, Mesnac, Kerault et autres lieux.
Il fut capitaine de vaisseau du roi en 1756, brigadier des armées royales, et chevalier de Saint-Louis en 1740.
Il épousa en premières noces Suzanne Françoise Mol de Guernellis, puis en secondes noces le 27 mai 1766, à l'âge de 62 ans, Marie Jeanne de La Laurencie de Villeneuve, fille de Charles Henri, marquis de Vileneuve La Comtesse, et de Marie Renée de La Laurencie
Il décéda sans postérité en 1787, âgé de 83 ans. Le lendemain, son corps fut inhumé dans le choeur de l'église de Villeneuve La Comtesse (Charente-Maritime).
Devenue veuve, elle rendit hommage le 13 décembre 1787, au château de Chizé, de diverses terres.
Elle se fit représenter en 1789 par le chevalier de La Laurencie, aux assemblées de la noblesse tenues à Poitiers et à Saint-Jean d'Angély.

- Louis Pierre d'HOZIER : Preuves de noblesse de Thérèse Henriette AUBERT de COURCERAC.
- Frédéric CHASSEBOEUF : article sur Bardon, dans Châteaux, manoirs et logis de la Charente-Maritime.
- Jean-Paul GAILLARD : article sur le château de Mesnac, dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- Henri JOUGLA de MORENAS : Grand Armorial de France.
retour vers le menu des mises à jourretour vers le sommaire