de BARBEYRAC

Blason de la famille de Barbeyrac
 
Blason de la famille de Barbeyrac
D'argent au cheval barbe de sable, au chef d'azur chargé d'un croissant d'argent accosté de deux étoiles d'or.
(Barbe : race chevaline originaire d'Afrique du Nord).
 
De gueules au cheval d'argent, au chef cousu d'azur chargé d'un croissant d'argent accosté de deux étoiles d'or.
(Henri Jougla de Morenas)

Cette famille est originaire de Provence.
Elle fut citée depuis le XVème siècle, et sa filiation est établie depuis Guillaume de BARBEYRAC, vivant en 1560.
Sa filiation pour le département de la Charente s'établit comme suit :


- de BARBEYRAC Antoine, seigneur de Saint-Maurice.
Il exerça la charge de président trésorier de France, en la généralité de Montpellier.
Le 10 février 1719, il épousa Gabrielle de Benoît de La Prunarède, qui lui donna pour enfants :
  1) Antoine, qui continua la filiation de la branche aînée.
2) Charles, auteur de la branche de Souvigné, en Angoumois, qui suit.
3) François, qui fut l'auteur d'une branche en Saintonge, à Terrefort, dans la canton de Saintes.
4) Antoine, qui fut capitaine au régiment de Flandres, chevalier de Saint-Louis. Il n'eut pas de postérité.
5) Gabrielle, qui fut religieuse.

- de BARBEYRAC de SAINT-MAURICE Charles, seigneur de Souvigné, par son mariage.
Il fut capitaine au régiment de Vivarais Infanterie, chevalier de Saint-Louis.
Le 18 janvier 1766, il épousa Angélique Pauline de Beauchamps, dame de Souvigné, fille de René, chevalier, seigneur de Souvigné, et de Marie Sophie Renaudet. (Par cette union, elle lui apporta cette terre).
A l'assemblée de la noblesse en 1789, il fut représenté par Louis de Culant, à cause de son fief de Souvigné, mais il assista en personne à l'assemblée de Saintes.
Il décéda à Saintes le 19 avril 1791.
Il avait partagé son domaine en trois parts : le premiers tiers pour Angélique Pauline, sa femme, le second tiers pour Pauline Sophie, sa fille, et le derniers tiers pour François Alexandre, son fils. (Bruno Sépulchre).
Il avait eu pour enfants :
  1) François Alexandre, qui suit.
2) Pauline Sophie, qui épousa le 7 juillet 1799, Jean Charles Rémi de Touzalin, conseiller général de la Charente.
Elle lui apporta par cette union le logis de Souvigné.

- de BARBEYRAC de SAINT-MAURICE François Alexandre, dit le comte de Saint-Maurice, né à Saintes.
En 1789, il était garde-marine au département de Rochefort.
Il émigra en 1791 et servit en tant qu'officier de l'armée des Princes en 1796.
Le 22 mars 1798 (2 Germinal An VI), par procès-verbal, fut estimé la part de son héritage, pour l'adjudication après saisie. (Bruno Sépulchre).
Agé de 33 ans, et demeurant à Orléans, il fit sa déclaration devant le préfet du Loiret, le 14 Prairial An X. Il fut amnistié le 29 Vendémiaire An XI. (abbé Pierre Bureau).
En 1810, il épousa à Orléans Aglaé de Neufvy, dont il eut pour enfants :
  1) Charles François Maurice, né le 2 novembre 1811, qui épousa le 20 mai 1845 Marie Carré-Elis de La Serrie.
Il décéda le 6 septembre 1848, d'où postérité.
2) Marie Thérèse Anne.
3) Pauline Félicie.

- M. BOREL d' HAUTERIVE : Annuaire de la noblesse de France.
- Henri JOUGLA de MORENAS : Grand Armorial de France.
- Bruno SÉPULCHRE : article sur le logis de Souvigné, dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Editions Bruno Sépulchre.
- abbé Pierre BUREAU : Les émigrés charentais.
retour vers le menu des mises à jourretour vers le sommaire