de BEAUCHAMP

Noms isolés :
- de BELLO CAMPO Aimericus, fut cité dans les chartes de l'abbaye de Noaillé de 1087 et vers 1112. Il semble qu'il habitait les environs de Lussac les Châteaux (Vienne). (Dom Fonteneau)
- de BELLO CAMPO Aimericua et Allierus, furent cités dans la donation de la moitié de l'église de Benet (Vendée), à l'abbaye de Montierneuf de Poitiers, faite en mars 1088 par Pierre de Niorlo et son frère Etienne. (Dom Fonteneau).
de BELLO CAMPO Airaudus, fut cité comme membre d'une confrérie instituée par Pierre II, évêque de Poitiers, en 1107, en faveur de la Maison-Dieu de Montmorillon (Vienne). (Dom Fonteneau).
- de BELLO CAMPO Airaudus, et Ozanna sa femme, ainsi que Hugo, leur fils, accensèrent un petit jardin sis à Gençay (Vienne), aux religieuses du couvent de Montazay. (Dom Fonteneau).
- de BELLO CAMPO Philippus, était homme lige du comte de Poitou à cause de son château de Chizé...(Censif de Chizé - Archives Historiques du Poitou).
- de BELLO CAMPO Aimericus et Willelmus, devaient au comte de Poitou, à cause dudit château de Chizé, "sextaria avene" payables le dimanche après la fête de Saint-Michel, et "unum servientem peditem in exercitu et equitatione comitis ad custium proprium", pour ce qu'ils possédaient à Marclenne (commune de Secondigné, canton de Brioux - Deux-Sèvres) (Dom Fonteneau).
- de BELLO CAMPO, dominus Willelmus, "homo lgius comitis Pictavensis de hoc quod tenet a Boveon apud Sanctum Remigium ad L lib de placito et ad unam unciam aurei, 1253" .
- de BELLO CAMPO Dominus Petrus, "tenet terram in feodo domini Boeron, videlicet prope Santum Macirium ad homagium ligium et V solidos de placito, 1253.
- de BELLO CAMPO Symon, possédait des terres à Marçay, dans le fief de Hugo de Allimonia, 1253.
Il était décédé en 1258, lorsqu'Aenor, sa veuve, reçut une indemnité pour l'occupation injuste de ses terres de Journasio et de Molendino, par les agents du comte (Archives Nationales) - (Ledain : Comte Alphonse).
- de BELLO CAMPO Gaufridus, fut témoin d'un échange passé, le 10 février 1257, entre le Chapitre de Saint-Hilaire le Grand de Poitiers et le seigneur de Vivonne, au sujet de droits d'usage dans les bois de Champagné, appartenant audit chapitre. (Mémoires des Antiquaires de l'Ouest, 1847).
- de BELLO CAMPO Guillelmus, "tenet a dicto Boveron illud quod habet apud Fregnea, Seplacum et Niortum, videlicet in hominibus, censibus, terris, ad homagium ligium" (Hommage d'Alphonse).
- de BEAUCHAMP Geoffroy, ayant été en Angleterre (pendant la guerre du comte de la Marche), laissa au comte de Poitou son indemnité pour levées faites pendant 14 ans sur sa terre de Leequ, que ledit comte lui rendit, 1258. (Archives Nationales).
- de BEAUCHAMP Guinet, fut témoin d'une transaction passée entre Jeanne de La Sauzée, veuve de Hugues de Surgères, chevalier, seigneur de la Bougueraine, qui était en procès avec Guy de Surgères, son fils, et les exécuteurs testamentaires de son défunt époux (Généalogie de Surgères).
- de BEAUCHAMP Jean, fut cité dans un acte du mardi après la Sainte-Luce 1349.
- de BEAUCHAMP Jean, prêta serment de loyauté au roi d'Angleterre entre les mains de Jean Chandos, le 11 septembre 1361, à Chatellerault. (Mémoires des statistique, 1866).
- de BEAUCHAMP Rogier, chevalier du roi d'Angleterre, fit hommage au roi de France le 26 juillet 1362, à l'occasion de 2000 florins à l'écu de rente annuelle que ce prince lui avait donnés (Dom Fonteneau).
(Dom Fonteneau mit en note au dessous de la copie de cette pièce : "Il y a encore en Saintonge des gentilshommes du nom de BEAUCHAMP qui disent être sortis d'Angleterre, et descendre des comtes de Warwick. Ils sont connus sous le nom de MM. de Grand-Fief."
- de BEAUCHAMP Jean, valet, rendit le 20 octobre 1363, un hommage au Prince de Galles, à cause de son château de Saint-Maixent, pour une masure de terre sise paroisse d'Aigonnay et de Romans. (Livre des Fiefs).
- de BEAUCHAMP Guillaume, écuyer, seigneur de Marsigeau, fit aveu de ce fief à Angle en 1363, à cause de sa femme Jeanne Leter, dont il eut :
  1) Jeanne, qui épousa Jean des Mothes, écuyer.
- de BEAUCHAMP Jean, fut cité dans la commission donnée, le 19 octobre 1384, par Charles VI, aux sires de Parthenay et de Thors, de faire observer la trêve qu'il venait de conclure avec le roi d'Angleterre (Dom Fonteneau).
- de BEAUCHAMP Raoul, chevalier, fit montre le 19 juillet 1378. (Bibliothèque Nationales - Montres et Revues).
- de BEAUCHAMP Jehanne, était le 2 décembre 1434, veuve de feu Guillaume Bellivier, écuyer.
Elle avait à cette époque le bail de leurs enfants mineurs, et transigea en cette qualité avec divers membres de la famille de son époux, au sujet des successions de Guyard de Liniers et de Jehanne de Mayré, son épouse.
- de BEAUCHAMP Pierre, servait en archer dans la compagnie d'ordonnance du sénéchal de Poitou, qui fuit montre à Poitiers le 5 mai 1470. (Archives Historiques du Poitou).
- de BEAUCHAMP Marguerite, avait épousé messire Antoine de Massougnes, écuyer, dont un fils, Jean, qui se maria en 1431.
- de BEAUCHAMP Simon, fut le 14ème témoin du partage passé à Colombiers, le 6 mars 1516, entre Louis de Marconnay, IVème du nom, son frère et ses soeurs.
- de BEAUCHAMP Anne, épousa en septembre 1601, David Béchet, chevalier, seigneur de Biarge et de Chantemerle. (Elisabeth Bridier et Pauline Noé).
- de BEAUCHAMP Catherine, était en 1567, veuve de Jean Rat, échevin de Poitiers.
- de BEAUCHAMP Louis, signa au contrat de mariage de Jacques de Chevreuse avec Catherine de Villedon, du 16 janvier 1642.
- de BEAUCHAMP, de Souvigny (Souvigné ?), était un gentilhomme du Bas-Poitou de la religion protestante.
Il porta aussi le nom de La Pastellère, qui était une terre d'environ 1000 livres de rente. Il eut 3 garçons et 2 filles.
"Ces garçons, avec le baron de Toucheprès, assommèrent le comte de Mauléon. Ce sont des jeunes fous et furieux. Le cadet qui a été quelques temps à l'armée, est le plus brutal, 1662". (Mémoire par Colbert, intendant du Poitou).
- de BEAUCHAMP Gabriel, écuyer, seigneur de Saleigne, passa un acte l'an 1663. (J. Pellerin, notaire à Chef-Boutonne).
Il fut poursuivi par la chambre de réformation des forêts pour avoir commis des actes de malversation dans la forêt d'Aunay, et par arrêt donné à Fontenay Le Comte, le 27 mai 1667, il fut ordonné que les poursuites commencées contre lui seraient continuées.
Il fut également impliqué comme complice dans les poursuites dirigées en 1674 contre Charles de BEAUCHAMP, seigneur de Charbonnières, inculpé d'assassinat, et obtint, comme lui, des lettres de grâce en juin 1675.
- de BEAUCHAMP Jeanne, veuve de Pardoux de Cumont, écuyer, sieur des Lainières, passa avec ses enfants un acte de partage reçu le 26 juin 1677, par Giraud et Mauguillon, notaires à Tusson.
- de BEAUCHAMP Anne, épousa Daniel Marois, écuyer, seigneur du Pont.
En 1678, elle demeurait avec lui en sa maison noble de Gragonne (Bessé). Devenue veuve, elle y demeurait toujours en 1696.
Leur fille Charlotte, épousa Charles Préceraud, sieur du Courret. (Elisabeth Bridier et Pauline Noé).
- de BEAUCHAMP N., se réfugia en Frise pour cause de religion.
- de BEAUCHAMP Marie, épousa Gabriel Fleury, chevalier, seigneur de Villenouvelle, par contrat du 27 avril 1689, reçu Babin, notaire à Aunay.
- de BEAUCHAMP Henriette.
Enregistrement au bureau de contrôle de Chef-Boutonne d'un appel interjeté par N. Chalmot contre une sentence rendue à son profit le 9 décembre 1694.
- de BEAUCHAMP Mathurin, prêtre.
Enregistrement, etc., le 27 décembre 1694, du procès-verbal constatant la prise de possession de la cure de la Bataille, dressé par Rigault, notaire apostolique.
- de BEAUCHAMP Marie.
Enregistrement, etc., le 17 juin 1695, d'une procuration donnée par elle à autre Marie de BEAUCHAMP, et reçu par Ayrault, notaire royal en Angoumois.
- de BEAUCHAMP Jacques Thibault, (sieur de), seigneur du Cimetière (Commune de Chérigné, canton de Brioux), etc., passa en 1731 une ferme dans l'étude de maître Crampé, notaire à Chef-Boutonne.
- de BEAUCHAMP des CHARBONNIÈRES N., était vers 1735, seigneur du Teil-Estancelia et de Tournesac, ou Tournefor.
- de BEAUCHAMP Isaac, écuyer, seigneur de Bussac, fils de feu Louis de BEAUCHAMP, écuyer, seigneur dudit lieu et de Grand-Fief, vivait en 1738. (Dom Fonteneau).
- de BEAUCHAMP Louis, assista comme cousin germain au mariage en 1740, de Mathurin Fardeau, sieur de Bois-Joli, avec Marie du Rochier (Registres d'Aubigné).
- de BEAUCHAMP Guillaume, écuyer, seigneur de Souvigné, consentit une baillette d'un mas de terre sis à la Fragnée, paroisse de Hanc (Deux-Sèvres), le 23 septembre 1742.
Il avait fait une déclaration de cette pièce de terre, le 23 juin 1741, à René de BEAUCHAMP, écuyer.
- de BEAUCHAMP Alexis, sieur du Breuil, et
- de BEAUCHAMP René, assistèrent au ban de la noblesse en 1758.
- de BEAUCHAMP Jacques, était décédé le 13 novembre 1758, date d'une déclaration faite par dame Angélique de La Laurencie à Louis de Corgnol, écuyer, seigneur de Tessé et de Couturette.
- de BEAUCHAMP Antoine, chevalier de Saint-Louis, pensionné, ancien porte-étendard des gardes du corps du Roi, était décédé le 24 décembre 1779.
Thérèse Bernard, sa veuve, faisait ce jour cession d'une rente de 300 livres à Françoise Marguerite Sureau, veuve de feu François Sureau de Lamirande.
- de BEAUCHAMP N., faisait partie de la 5ème compagnie du régiment noble à pied, lors du licenciement de l'armée de Condé, 1801. (Th. Muret).
- de BEAUCHAMP Louisa, Vareilles, Magdalena et Olympia figurèrent sur une liste de protestants français fugitifs naturalisés en Angleterre (De Richemond).
- de BEAUCHAMP Marthe, alias Anne, épousa vers 1720, René de La Coussaye, chevalier, seigneur de Chaume.
- de BEAUCHAMP Louise Charlotte, épousa Charles du Bois de Saint-Mandé, chevalier de Saint-Louis, capitaine au régiment d'Orléans-Dragons, fils de Pierre Jacques et de Henriette de BEAUCHAMP.


La généalogie qui suit a été dressée sur les preuves de noblesse produites devant M. d'Aguesseau, intendant du Limousin, le Nobiliaire du Limousin, les documents recueillis par Dom Fonteneau dans le chartrier du château de Grand-Fief, les manuscrits du comte de Sainte-Maure, une généalogie communiquée par M. Théophile de Bremond d'Ars.
Filiation suivie :
I) de BEAUCHAMP Guillaume, alias Jean, écuyer, seigneur de Souvigné.
Le 31 décembre 1403, il recevait un hommage comme seigneur de la terre de Souvigné.
Il rendit, le 16 février 1407, un hommage à Jean de Granges.
D'une alliance inconnue, Il eut pour enfants :
  1) Guillaume, qui suit.
2) Marguerite, qui épousa Antoine de Massougnes.
Les deux familles se partagèrent alors la seigneurie de Souvigné, jusqu'au milieu du XVIème siècle. (Bruno Sépulchre).

II) de BEAUCHAMP Guillaume.
Il reçut divers hommages les 8 avril 1434, 3 août 1435 et 20 août 1450.
Lui-même rendit le 4 mai 1464, dénombrement de son fief de Villeneuve à Geoffroy Taveau, seigneur de Morthemer.
Il avait épousé, suivant la tradition, Jeanne de La Magdeleine, dont il eut :
  1) Pierre, qui suit.
2) Nicolas, qui épousa Marguerite de Loubes, fille de Guillaume, écuyer, seigneur de Regny (?), et de Jeanne de Poix.

III) de BEAUCHAMP Pierre, écuyer, seigneur de Villeneuve et de Souvigné.
Le 26 juillet 1423, il rendit au nom de Guillaume, son père, un aveu au prieur d'Aunay.
Il en reçut un pour son propre compte le 8 janvier 1490, et, le 15 mai suivant, en rendit un pour sa terre de Villeneuve à Léonnet et Mathurin Taveau, seigneurs de Mortemer.
Il transigea en 1497 avec Jean de Massougnes, et donna le 22 juillet 1512 procuration à Geoffroy, son fils, issu de son mariage avec Mabille Envoy.
Ils eurent pour enfants :
  1) Geoffroy, qui suit.
2) Jeanne, qui épousa René Chabot, écuyer, seigneur de Laleu, paroisse de Châtain (Vienne).

IV) de BEAUCHAMP Geoffroy, écuyer, seigneur de Villeneuve, Souvigné, etc.
Il rendit un hommage au prieur d'Aunay le 24 juillet 1523.
En 1529, il participa, pour dis sous, à la rançon de François Ier.
Il avait épousé le 11 juin 1509 Michelle de Viron.
Il décéda avant 1532, laissant pour enfants :
  1) François, qui suit.
2) Marie, qui épousa le 5 mars 1532 Christophe (alias Charles), de Ponthieu, écuyer, seigneur du Breuil de Chives.
Ils décédèrent avant le 9 février 1576. (Fabien ARBANÈRE).
3) probablement Louise, qui épousa en 1542 Pardoux de Cumont.

V) de BEAUCHAMP François, écuyer, seigneur de Bussac, Villeneuve, Souvigné, Maisonnais, Chastenet le Rond, etc..
Il épousa Marie de Ponthieu, dame de Bussac.
Il rendit en 1550 un aveu au Roi, comme vicomte d'Aunay, de la seigneurie de Bussac, à lui obtenue par son mariage, et au nom de leurs enfants mineurs.
Le 27 septembre, il en rendait un autre à Marguerite de Poix, dame de Germain (Deux-Sèvres), pour sa seigneurie de Chastenet le Rond.
Il fit son testament le 10 novembre 1586.
Il eut de ce premier mariage :
  1) Louis, qui suit.
2) René, écuyer, seigneur de Maisonnais, et de Bussac.
Il épousa par contrat du 31 décembre 1537 Fleurance Desmier, fille de Alain, écuyer, seigneur de Chenon, et de Anne Jay, et veuve de Jean Mangot, écuyer, seigneur de la Chèze.
Il était décédé avant le 10 novembre 1586, date à laquelle sa veuve était remariée avec Georges d'Hautefois.
La postérité possible de ce mariage est inconnue.
3) N., qui épousa vers 1560, Louis Corgnol, écuyer, seigneur de Magné. (Jean-Claude VRILLAC).
François épousa en secondes noces, le 12 octobre 1553, Tholomée de Chergé, qui lui donna :
  4) Olivier, qui fera la branche de Guignebourg (Londigny).
5) Jacques, qui fera la branche de la Grange.
François épousa en troisième noces le 13 janvier 1558, Catherine Corgnol, veuve de N., écuyer, seigneur de Maigné, dont il eut :
  6) Marie, citée dans une requête présentée au Roi, le 5 août 1591, par Isaac Corgnol, écuyer, seigneur de Maigné et de Fontenilles.
7) D'après une généalogie et des maintenues de noblesse de 1674 et 1697 à La Rochelle, Roland, qui fera la branche de la Briasse
Enfin, François épousa en quatrièmes noces, le 19 juin 1578 Françoise de Massougnes, qui lui donna :
  8) Daniel, qui fera la branche de Villeneuve.

VI) de BEAUCHAMP Louis, écuyer, seigneur de Bussac, Grand-Fief, Saint-Georges des Côteaux.
Il fut nommé dans le testament de son père en 1586, comme étant décédé.
Il avait épousé Françoise Vigier, dame de Saint-Georges des Côteaux, qui, le 13 juin 1587, prit le titre de tutrice ayant la garde noble de ses enfants mineurs.
Ceux-ci étaient :
  1) Isaac, qui suit.
2) Gabriel, baptisé au château de Bussac le 8 décembre 1577, dont la succession se partagea le 16 juillet 1615.
3) Sylvie, née le 18 mai 1570.
Elle était en 1606, femme de Jean Mathé, écuyer, seigneur de la Souzaye, gouverneur de Taillebourg.
Elle épousa en secondes noces Jacques de Jaucourt.
4) Suzanne, laquelle dans un acte du 10 juillet 1608, prit le titre de dame de Villefollet.
Sa succession se partagea avec celle de son frère Gabriel.
5) Louise, qui le 10 juillet 1608, était femme de Jean Chesnel, écuyer, seigneur de Migré, et était veuve le 5 septembre 1629.
Elle épousa en secondes noces le 22 janvier 1635, Gédéon de Pressac de Lyonnat, chevalier, baron de Lisle.
Elle vivait encore le 26 juillet 1644.
6) Hélie, qui fera la branche de Charbonnières.

VII) de BEAUCHAMP Isaac, chevalier, seigneur de Bussac.
Il naquit le 22 mai 1575, et fit le 15 mars 1599, la représentation de ses titres de noblesse. Il y est fait mention de son mariage avec Esther des Granges, fille de Gabriel, écuyer, seigneur de Beauvais, et de Marguerite des Francs (contrat du 8 janvier 1597, Payraudeau, notaire à Thouars).
Il était en 1601, en procès avec René de l'Estang et partagea le 16 juillet 1615, avec son frère Hélie, les successions de Gabriel et Suzanne précités.
De son mariage naquirent :
  1) Louis, écuyer, seigneur de Bussac, décédé sans postérité.
Il avait épousé en 1644 Anne de Montaigne, fille de Raymond, seigneur de Courbiac.
2) Alexandre, qui suit.
3) Anne, qui, le 7 janvier 1645, fit un échange avec son frère Alexandre.
Elle demeurait à Fleury, commune d'Aubigné, canton de Chef-Boutonne (79).
Elle épousa Pierre Chalmot, écuyer.
4) Gabriel, écuyer, seigneur de Saleigne ?, qui épousa Olive Varichet ?, d'où :
  a) Louis, né le 24 février 1652.

VIII) de BEAUCHAMP Alexandre, écuyer, seigneur de Bussac, la Vallade, etc.
Il épousa le 23 mai 1636 Marie Martin, fille de Pierre, sieur du Magnou, et de Marie Pélerin, son épouse.
Il fut maintenu dans sa noblesse le 14 juin 1667 par d'Aguesseau, intendant du Poitou.
Il fut maître alternatif des eaux et forêts, attaché à la forêt d'Aunay, et fut condamné le 27 mai 1667, par arrêt donné à Fontenay, à 4000 livres d'amendes envers le Roi, et à se défaire de sa charge dans les 6 mois, pour avoir malversé dans ses fonctions.
Il eut de son mariage :
  1) Renée, en faveur de laquelle testa le 27 avril 1645, Marie Marignat.
2) Alexandre, qui suit.
3) Charles, garde marine à Toulon, décédé en 1688.

IX) de BEAUCHAMP Alexandre, chevalier, seigneur de Bussac, Souvigné.
Il épousa le 8 août 1671 Françoise de Sarragand, fille de Jean, écuyer, seigneur du Breuil, et de Jeanne Texereau.
De cette union naquirent :
  1) Alexandre, écuyer, seigneur de Souvigné.
Il transigea le 29 mai 1734, tant en son nom qu'en celui de René, son frère, avec Marie de Coustin de Bouzolles de Caumont, veuve de Louis-François, marquis de Lostanges, au sujet des sommes dues à ladite dame comme mère tutrice de son fils, et qu'elle avait droit de répéter sur ledit Alexandre, leur père.
En 1722 et 1725, il rendit hommage des seigneuries de Bussac et Rochefollet au château d'Aunay.
2) René, qui suit.
3) Françoise, qui épousa en 1699 Blaise de Gasq.
4) Louise, qui épousa en 1700 Richard Massiot, écuyer, seigneur de la Mothe.

X) de BEAUCHAMP René, écuyer, seigneur de Souvigné et du Breuil-Sarragand, enseigne des vaisseaux du Roi.
Il fut rappelé dans la transaction passée, le 29 mai 1732, par son frère Alexandre et la veuve du marquis de Lostanges.
Il avait épousé le 12 juillet 1714, Marie-Sophie Renaudet, fille de Joseph, maire perpétuel de Saintes.
Il fut dispensé, en raison de son grand âge, de servir au ban de 1738.
Le 11 août 1745, Pierre Pichon, bourgeois, comme fondé de procuration de René de BEAUCHAMP, demeurant alors à Saintes à ce moment là, rendit hommage pour le fief de Souvigné, au château de Ruffec. (Bruno Sépulchre).
Il eut de son mariage :
  1) Léon, qui suit.
2) Joseph, chevalier de Saint-Louis, capitaine de grenadiers au régiment d'Artois, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, qui épousa Elisabeth Faucher de La Ligerie.
Etant en cantonnement à Perpignan, il donna procuration à Pierre Nayrault, prêtre, prieur de la paroisse de Souvigné, pour le représenter le 20 août 1764, auprès de Louis Le Musnier, chevalier, seigneur de Raix, afin de lui donner le dénombrement du "fief de Guillaume Prévost", en Souvigné. (Jean-Paul Gaillard et Bruno Sépulchre).
3) Emmanuel, chevalier de Saint-Louis, capitaine au régiment d'Orléans.
4) Angélique-Pauline, qui épousa le 18 janvier 1766 Charles de Barbeyrac de Saint-Maurice. En 1767, il demeurait au château de Souvigné avec sa femme, et y était d'ailleurs toujours en 1789.
Le domaine de Souvigné fut estimé par procès-verbal du 2 Germinal an VI (22 mars 1798). On y apprends qu'à ce moment là, Charles de Barbeyrac était décédé, et que le domaine fut partagée en trois tiers.
Un tiers pour Angélique Pauline de BEAUCHAMP; un tiers pour sa fille Pauline Sophie, et le dernier tiers représentant l'émigré François Alexandre, qui fut vendu aux enchères. Ce tiers fut adjugé à Angélique Pauline, le 29 Germinal an VI (18 avril 1798). (Bruno Sépulchre).
Ils eurent au moins deux enfants :
  1) François Alexandre, qui émigra à la Révolution.
2) Pauline Sophie.
5) Marie-Angélique-Sophie.

XI) de BEAUCHAMP Léon, chevalier, seigneur de Souvigné.
Il naquit en 1725 et épousa à Pons le 8 février 1766 Marie-Agnès de Mariol, fille de Barthélémy, capitaine de vaisseau, chevalier de Saint-Louis.
Léon fut en 1766 capitaine au régiment d'Artois-Infanterie et chevalier de Saint-Louis.
Etant décédé avant 1789, sa veuve fut représentée pour l'élection des députés aux Etats Généraux.
De ce mariage furent issus :
  1) Anne-Joseph, né le 20 novembre 1767.
Il fit ses preuves devant Chérin le 25 mai 1782, pour être reçu aspirant garde-marine.
2) Léon-Louis, qui suit.
3) N., qui épousa Louis-Alexis-Jean Pallet de Blanzais.
4) N., fille, habitant Pons vers 1850.

XII) de BEAUCHAMP Léon-Louis, né le Ier août 1770, officier au régiment de Normandie en 1785.
Il épousa le 4 fructidor an X (22 août 1802), Jeanne Guenon de Saint-Seurin, dont il eut :
  1) Léon-Charles, qui suit.
2) Joséphine, qui épousa N. du Bousquet d'Argence.

XIII) de BEAUCHAMP Léon-Charles, marquis de BEAUCHAMP, né le 4 février 1803.
Il décéda au château de Saint-Seurin de Clerbise, le 18 février 1867, étant ancien officier de marine.
Il avait épousé le 27 février 1825 Adélaïde-Eudoxie Martin de Bonsonge, fille de Henri-André et de Louise Fresneau de La Gastaudière.
De cette union naquirent :
  1) Henri-Dieudonné-Guidon, qui suit.
2) Jules, mort en 1849.
3) Théophanie, qui épousa N. de Payen.
4) Thècle.

XIV) de BEAUCHAMP Henri-Dieudonné-Guidon, marquis de BEAUCHAMP, né le 16 avril 1831.
Il décéda sans postérité à Romarsund, officier au 52ème régiment d'infanterie, le 19 août 1854.

Branche de GUIGNEBOURG , (LONDIGNY):

VI) de BEAUCHAMP Olivier, écuyer, seigneur de Guignebourg.
Il épousa le 10 mars 1587 Marthe Arnoul, dont il eut pour enfants, au moins :

VII) de BEAUCHAMP Isaac, écuyer, seigneur de Guignebourg.
Il épousa le 15 janvier 1624 Marie de Barbezières.
De cette union naquirent :
  1) Charles, qui suit.
2) Marthe, qui épousa en premières noces, Jérôme Poisson, seigneur de Saint-Maixent en Germeville.
Elle épousa en secondes noces par contrat de mariage du 19 mars 1668 (reçu Georget, notaire), Pierre Vallantin, écuyer, seigneur de Villeneuve, fils de François, seigneur de Villeneuve, et d'Anne de Massougne. Le mariage se fit en présence de François Vallantin, écuyer, sieur de Montbrun; Charles de Barbezières, écuyer, sieur de la Talonnière; ainsi que de François Poisson, sieur d'Angeville, Jean Beaudel, prieur d'Oradour, et Léonard Desbrandes, curé de Mons. (Bernard BORDIER et Christian RIMBAUD).
3) Marie, qui fut cité dans un plumitif d'audience à Angoulême, du 28 novembre 1659.
4) Gabrielle, qui épousa Jean de Lesmerie.

VIII) de BEAUCHAMP Charles, écuyer, seigneur de Guignebourg.
Il épousa le 4 mars 1645 Marie (alias Marguerite) Lériget.
Le 3 juillet 1684, Marguerite de Lériget, alors veuve, rendit hommage à Casimir Prévost, seigneur de Londigny, pour son fief de Guignebourg. (Bruno Sépulchre).
Ils avaient eu pour enfants, entre autres :
  1) Elisabeth, qui épousa en 1688 Thomas de Ponthieu, et à qui elle apporta la terre de Guignebourg.

Branche de CHARBONNIÈRES :
VII) de BEAUCHAMP Hélie, écuyer, seigneur de Bussac et de Grand-Fief.
Il épousa le 27 septembre 1606 Antoinette Chesnel, fille de Guy, écuyer, seigneur de Migré, et de Anne de Poulignac.
Le 16 juillet 1615, il partagea avec son frère Isaac.
La terre de Grand-Fief lui fut alors échangée contre la seigneurie de la Valade, qui passa à Isaac.
Il eut de son mariage :
  1) Jean, qui suit.
2) Benjamin, qui épousa aux environs de 1645, Sylvie de La Rochefoucauld.
Ils eurent pour enfants, au moins :
  a) Isaac, qui fera la seconde branche de Villeneuve. (Eric Percy-Marinier : Histoire et généalogie de la maison de Regnauld de La Soudière)
3) Louis, qui fera la branche des Bernardières.

VIII) de BEAUCHAMP Jean, écuyer, seigneur de Grand-Fief.
Il épousa le 5 novembre 1629, ( les cérémonies religieuses devant être célébrées suivant les formalités de l'Eglise Réformée de France, dont faisaient profession les époux), Hélène Giraud, fille de Benjamin, écuyer, seigneur de Blanzay et d'Antraize, et de feue Marguerite Bidault.
Le 6 octobre 1636, se fit l'inventaire de sa succession à la requête de sa veuve.
Ils eurent pour enfants :
  1) Henri, écuyer, seigneur de Grand-Fief et du Treuil-Estancelin.
Il fut qualifié haut et puissant seigneur dans son contrat de mariage du 9 février 1653, avec Marguerite de Ponthieu, fille de Pierre, écuyer, seigneur de Chives et de Champdeniers (Aunis), et de feue Françoise de Beaunay.
Au mois de mars 1682, il fit abjuration de la religion réformée, qu'il professait comme ses parents, ce qui lui attira de nombreuses poursuites de la part de ses créanciers protestants, sur quoi il obtint du Roi, le 26 mai 1695, des lettres de surséance.
Il avait été maintenu noble par d'Aguesseau, le 14 juin 1667.
Il prit part à l'acte de tutelle des enfants mineurs de son frère Charles, qui eut lieu le 2 janvier 1675.
Il vivait encore en 1699, mais été décédé avant 1705.
2) Charles, qui suit.

IX) de BEAUCHAMP Charles, écuyer, seigneur de Charbonnières.
Il épousa le 9 mai 1658 (Perraud, notaire de la baronnie de Chizé), Marie Groussard, fille de noble Etienne, seigneur d'Angle, et de Marie Ripault.
Il fut maintenu noble par d'Aguesseau le 14 juin 1667, puis par l'intendant de La Rochelle, le 17 décembre 1699.
Il eut plusieurs graves démêlés avec la justice.
Le 26 novembre 1671, un décret de prise de corps fut lancé contre lui par le sieur Imbert, prévôt de la maréchaussée de Civray, au sujet d'une rencontre à main armée qui avait eu lieu contre lui et Jean de Lostanges, seigneur de Paillé, et dans laquelle il fut prouvé que c'était le sieur de Charbonnières qui avait été l'agresseur. Cette affaire n'eut probablement pas de suite, mais trois ans après, les 14 avril et 9 juin 1674, il fut condamné par contumace à avoir la tête tranchée sur la place du Marché-Vieil à Poitiers, à 1000 livres d'amende envers le Roi, et conjointement avec Isaac et Daniel de BEAUCHAMP, etc., ses complices, à la somme de 3000 livres, pour faire construire à la conciergerie un appartement pour loger les femmes séparément des hommes, à 500 livres pour les pauvres infirmes, à 200 livres aux religieuses hospitalières, à 200 livres aux Frères de la Charité, et à tous les frais du procès, et ce pour avoir attenté aux jours des enfants de Charles des Arnauds, écuyer, seigneur de Boisseuil, et à ceux de Jacques Gaudin, sieur de la Cour.
Il obtint des lettres de grâce au mois de mars 1675, motivées sur l'abandon que fait le dernier plaignant des poursuites faites à sa requête, moyennant une somme de 12000 livres payées au sieur de la Cour et 50 livres aux Frères de la Charité, pour faire prier pour le repos des âmes des enfants dudit sieur de la Cour, et qu'il paiera tous les frais du procès.
Il fut cependant considéré comme mort civilement, et par un acte de curatelle passé le 2 janvier 1675, Henri Groussard, son beau-frère, fut nommé tuteur de ses enfants, qui étaient :
  1) Henri, qui suit.
2) Charles, lequel était en 1699, enseigne des vaisseaux du Roi.
3) Benjamin.
4) Marie.
5) Hélène-Bénigne, qui épousa en 1706 Henri Isle, seigneur de la Touche.
6) Sylvie.

X) de BEAUCHAMP Henri, seigneur de Charbonnières.
Il était lieutenant au régiment de la Reine-Dragons, lorsqu'il épousa le 25 janvier 1699, Catherine Lefebvre, fille de Mathieu, en dernier lieu, prêtre et chanoine du chapitre de Sainte-Radegonde de Poitiers, et de feue Marguerite du Breuil, son épouse.
Le 24 janvier 1716, et encore en 1723, il rendit hommage au château d'Aunay de sa seigneurie du Breuil-Chigner, le Treuil-Estancelin, etc.
Ils eurent pour enfants :
  1) Henri-Charles, qui suit.
2) Marie-Catherine.
3) Elisabeth.
4) Jeanne-Alexandrine, toutes les trois célibataires en 1704.

XI) de BEAUCHAMP Henri-Charles, chevalier, seigneur de Charbonnières, Grand-Fief, etc.
Il fut dans sa jeunesse destiné à l'Etat ecclésiastique et était chanoine de l'église Sainte-Radegonde de Poitiers, lorsqu'il résigna ses bénéfices entre les mains du Pape, le 31 mai 1719.
Il fit partie du ban de la noblesse de Saintonge, convoquée en 1758, et on le trouve cité en 1752 dans un état du domaine royal du Poitou.
Il avait épousé le 4 août 1724 Madeleine-Dorothée de Lescours, fille de Louis-François, marquis de Paranzay et d'Elisabeth Green de Saint-Marsault.
De cette union naquirent :
  1) Balthazar-Louis, né le 2 septembre 1729, décédé jeune.
2) Henriette, qui épousa Pierre-Jacques du Bois de Saint-Mandé, capitaine au régiment d'Orléans-Dragons, chevalier de Saint-Louis.
Ils vivaient en 1778, et le 28 novembre de cette même année, ils comparurent dans un acte relatif à la visite du prieuré de Saint-Léohon de Lavairé.
3) Marie, qui épousa le 27 janvier 1749, Jacques Antoine Goulard, capitaine au régiment de Montboissier-Infanterie, fils d'Antoine, seigneur de Villefranche, et de Marie du Sablon. (Jean-Claude VRILLAC)
4) peut-être, Charles-Grégoire, qui suit.

XII) de BEAUCHAMP Charles-Grégoire, marquis de BEAUCHAMP, seigneur de Grand-Fief et de Champ-Fleury, né le 25 juillet 1751.
Il se fit remplacer à l'assemblée de la noblesse du Poitou en 1789, par M. Louis-Charles du Breuillac, et fut nommé député de la noblesse aux Etats-Généraux par le bailliage de Saint-Jean d'ANGELY.
Il fut l'un des signataires de la protestation du 21 juin 1790 contre le décret du 10 juin de la même année, proclamant l'abolition de la noblesse.
Entré de très bonne heure au service, il se trouva à la bataille de Rosbach, cornette dans le régiment des Cars-Cavalerie. Il y reçut quatre blessures, ce qui ne l'empêcha pas de rapporter son étendard.
Plus tard, il émigra et servit dans l'armée des princes.
Après le licenciement, il se rendit dans ses terres du pays de Liège, qu'il tenait du chef de sa femme, et donna asile dans son château à un grand nombre d'émigrés. Il se rendit caution pour la nourriture de ceux qu'il ne pouvait pas loger, et pour les fournitures que les marchands leur consentaient sur sa garantie. Bientôt tous ses biens furent confisqués en France et dans le pays de Liège, après l'occupation par l'armée française. Lorsqu'il fut rentré dans sa patrie, il supporta avec résignation la perte de sa fortune, et décéda en 1817.
Il avait épousé Louise-Hélène, baronne de Rosen, dont il n'eut pas d'enfants, pas plus que d'un second mariage contracté plus tard.

Branche des BERNARDIÈRES (MIGRON-17).
VIII) de BEAUCHAMP Benjamin, écuyer, seigneur du Breuil, des Bernadières, de la Cabourne.
Il épousa à Taillebourg le 17 mai 1645, Silvie de La Rochefoucauld, fille d'Isaac, écuyer, seigneur de Voussac, Salignac, etc. et de Jeanne de Pons, qui testait le 10 juillet 1657.
Il fut maintenu noble par M. d'Aguesseau le 14 juin 1667, et fit partie de l'assemblée de famille convoquée le 24 mai 1675 pour nommer un curateur aux enfants mineurs d'Alexandre de BEAUCHAMP, son cousin germain.
Il faisait son testament le 24 juillet 1676.
Il avait eu pour enfants :
  1) Isaac, qui suit.
2) Alexandre, rappelé avec son frère Isaac dans le testament de leur mère du 10 juillet 1657.
3) Silvie, citée dans le testament de son père.

IX) de BEAUCHAMP Isaac, écuyer, seigneur des Bernardières, la Cabourne.
Il fut maintenu noble avec son père.
Il fut impliqué dans les poursuites de Charles, son cousin, et fit l'objet, comme lui, d'avoir la tête tranchée sur la place du Marché-Vieil à Poitiers, mais il obtint des lettres de grâce au mois de mars 1675.
Il épousa le 15 février 1667 Marie de BEAUCHAMP.
Il s'agit sans doute d'elle, sous le prénom de Madeleine, qui étant veuve de N. des Bernardières, fut enregistrée dans l'armorial général de la France, dressé par Charles d'Hozier, avec le blason ci-dessous :
D'azur à une aigle d'argent.
blason de Madeleine Marie de Beauchamps
Ce blason fut enregistré le 5 août 1698.
De cette union naquirent, au moins :
  1) Alexandre, sur lequel il n'y a pas de renseignements.

Branche de la GRANGE (BESSÉ- 16 ?)
VI) de BEAUCHAMP Jacques, écuyer, seigneur de Bussac.
Il était huguenot et fut condamné à mort en 1569 par le parlement de Bordeaux. C'était dans son château de Bussac que les pasteurs de Saintes allaient célébrer leur culte.
Il épousa le 11 octobre 1595 Marie d'Anché, d'où :

VII) de BEAUCHAMP Charles, seigneur de la Grange.
Il épousa le 4 mars 1641 Anne Nicolas.

Branche de la BRIASSE : (Données généalogiques envoyées par M. Hubert MARCHADIER).
VI) de BEAUCHAMP Roland, écuyer, seigneur de la Maisonneuve.
Il fut capitaine du château de Montendre
Le 10 septembre 1584, il épousa Suzanne de Beaumont (décédé avant 1625), fille de Jacques, sieur de la Garlière, et de Suzanne Ducourret.
Il testa le 20 juin 1605, et décéda avant 1611, ayant eu pour enfants :
  1) Roland, qui suit.
2) Isaac.
3) Olivier, écuyer, seigneur de Jauriac en Moulons, demeurant en Vallet (Charente-Maritime).
Il épousa le 3 août 1625 Marie de Coulon (décédée entre 1663 et 1684), fille de Jacques de Michelle de Marets.
De cette union naquirent :
  a) Françoise qui épousa le 10 juin 1663 Abraham Doyenard, seigneur de la Bretonnière, demeurant à Maisonneuve en Vallet.
Elle était encore vivante en 1704, ayant eu deux enfants : Jean et Gabrielle.
b) Marthe, vivante en 1701.
c) Catherine, également vivante en 1701.
d) Michelle, qui testa en 1674.
4) François, écuyer, seigneur de Bessac en Vallet (Charente-Maritime), y demeurant.
Il épousa le 14 mai 1606 Jeanne Martin, qui lui donna pour enfants :
  a) Olivier, seigneur de Bessac.
b) Marie, qui épousa soncouin germain, Samuel de BEAUCHAMP.
5) Esther, qui épousa Marc de Ransement, écuyer, seigneur de Joumilhat.

VII) de BEAUCHAMP Roland, écuyer, seigneur de la Briasse.
Il épousa le 14 octobre 1611 Sara de La Bretonnière (alias Bertonnerie).
Il décéda avant 1618, ayant eu pour enfant, au moins :

VIII) de BEAUCHAMP Samuel, écuyer, seigneur de la Briasse.
Il épousa le 7 juillet 1646 Marie de BEAUCHAMP, sa cousine germaine.
Etant veuve, elle fut maintenu noble en 1674 avec ses deux fils :
  1) Jacques, écuyer, seigneur de la Briasse, marié le 10 août 1671 avec Marie de Fretel, maintenue noble étant veuve en 1697, à La Rochelle.
2) Roland, qui suit.

IX) de BEAUCHAMP Roland, écuyer.
Il fut père de :
  1) François.
2) Jean.
Ils furent maintenus noble à La Rochelle le 8 août 1697.

Branche de VILLENEUVE :
VI) de BEAUCHAMP Daniel, écuyer, seigneur de Villeneuve.
Il épousa, par contrat du 25 octobre 1604, (Laprade, notaire), Isabeau Chastaigner, fille de René, écuyer, seigneur du Lindois, et de Claude de Salignac.
Le 17 février 1633, ils se firent un testament mutuel dans lequel ils donnaient par préciput à Isaac, écuyer, seigneur du Parc, leur fils aîné, certains objets, etc..
Ils avaient eu de leur union :
  1) Isaac, qui suit.
2) Louise, qui, le 29 septembre 1768, était veuve de Pierre Pélerin, sieur de la Verrie, et remariée en 1675 avec René de Cumont, écuyer, seigneur de Fief-Brun, lequel faisait compte le 7 décembre 1675, avec Isaac de BEAUCHAMP, son beau-frère.
3) Anne, épousa le 26 juillet 1632 (Martin, notaire), François de Lestang, écuyer, seigneur du Vivier. (Jean-Claude VRILLAC).

VII) de BEAUCHAMP Isaac, écuyer, seigneur du Parc, Villeneuve.
Il épousa par contrat du 24 août 1633, Marie d'Anché, fille de Jean, écuyer, seigneur du Fresse, et de Marie du Jau..
Il fut maintenu noble par ordonnance de M. d'Aguesseau du 14 juin 1667.
Le 7 octobre 1675, il fit compte avec René de Cumont, son beau-frère, d'une somme de 1243 livres 12 sols, qui lui revenait sur la succession de René de BEAUCHAMP, écuyer, seigneur de Maisonnais.
Il eut pour enfant :
  1) Marie, qui épousa en 1667, son cousin Issac de BEAUCHAMP. (Eric Percy-Marinier : Histoire et généalogie de la maison de Regnauld de La Soudière)

(*) Seconde branche de VILLENEUVE :
IX) de BEAUCHAMP Isaac, écuyer, seigneur de Villeneuve.
Il épousa en 1667 sa cousine Marie de BEAUCHAMP, fille de Isaac, écuyer, seigneur du Parc et Villeneuve, et de Marie d'Anché.
Elle apporta à son mari la terre de Villeneuve.
De cette union naquirent :
  1) Alexandre, qui décéda sans postérité. (Eric Percy-Marinier : Histoire et généalogie de la maison de Regnauld de La Soudière)
2) Marie, qui épousa Gaspard de La Laurencie. (Eric Percy-Marinier : Histoire et généalogie de la maison de Regnauld de La Soudière)
3) Balthasar, qui suit.
4) Anne, qui épousa N. Grousseau, seigneur du Chapitre. (Eric Percy-Marinier : Histoire et généalogie de la maison de Regnauld de La Soudière)

X) de BEAUCHAMP Balthazar, écuyer, seigneur de Villeneuve, les Bernardières, Chastenay.
Il naquit en 1675.
Il devait cens et rentes à l'abbaye des Alleuds.
Il épousa en 1705 Marie-Anne Girard, fille d'Abraham, écuyer, seigneur du Pinier, et de Renée d'Aitz.
Il décéda à Javarzay le 30 mai 1754, âgé d'environ 80 ans, laissant de son mariage :
  1) Pierre-Joseph, qui suit.
2) Jeanne-Gabrielle, dame de Chastenay, laquelle assistait au mariage de sa soeur Marie-Charlotte, le 13 septembre 1751.
Elle testa le 19 septembre 1752 en faveur de sa soeur Angélique, qui, le 25 janvier 1763, renonçait au bénéfice de cette donation.
Elle fut inhumée dans l'église de Javarzay, le 12 novembre 1762, à l'âge de 54 ans.
3) Angélique, dame de Chastenay Le Rond.
Elle arrenta certaines pièces de terre en 1775 et vendit en 1783 la terre et seigneurie de Chastenay le Rond, paroisse de Saint-Vincent la Châtre (79), moyennant 22000 livres, à Gabriel-Benjamin de Mallevault.
4) Marie-Charlotte, qui, le 13 septembre 1754, épousa à Javarzay Jean du Boulet, écuyer.
Elle testait le 16 octobre 1755.

XI) de BEAUCHAMP Pierre-Joseph, chevalier, seigneur marquis de Roissac.
Il vendit, conjointement avec ses soeurs précitées, à Gabriel Viollot, garde du prince de Conti, le 19 septembre 1758, une maison sise à Javarzay, dite anciennement la Pagerie.
En 1754, il prit possession de la terre de Roissac. Il en fit modifier la construction dans le goût de l'époque. (Jérôme Royer et Jean-Paul Gaillard).
Il épousa le 2 septembre 1743, (par contrat passé devant Soulet, notaire), Marie Hyacinthe d'Hauteclaire de Gourville. (Veuve, elle fit faire un inventaire de Roissac, avec François Gabriel Regnauld, son gendre). (Jérôme Royer et Jean-Paul Gaillard).
Il décéda à Angoulême le 3 févier 1781, ayant eu deux enfants :
  1) François Hyacinthe, né le 7 juin 1744 à Angoulême. Il décéda le 12 avril 1766, sans alliance.
2) Marie Hyacinthe
, née le 7 septembre 1750.
Elle épousa par contrat du 11 juin 1776 (Crassac, notaire à Angoulême), François Gabriel de Regnauld, comte de la Soudière, fils de François, comte de la Soudière, et de Marie Elisabeth Le Gardeur de Tilly.
Elle lui apporta la baronnie de Roissac.
Elle décéda le 2 février 1816.

- BEAUCHET-FILLEAU : Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou.
- J. MOREAU de PRAVIEUX : Armorial Général de la France, dressé par Charles d'HOZIER - Généralité de Limoges.
- Abbé Joseph NADAUD : Nobiliaire du diocèse et de la généralité de Limoges.
- De BREMOND d'ARS : Extrait du cahier du rôle du ban et arrière-ban de la sénéchaussée d'Angoumois (1635)
- Eric PERCY-MARINIER : Histoire et généalogie de la maison de Regnauld de La Soudière.
- (*) Mise au point généalogique sur la seconde branche de Villeneuve, envoyée par Monsieur Rémy de La SOUDIÈRE
- Hubert MARCHADIER : Données généalogiques relatives à la branche de la Briasse (Sources : généalogies saintongeaises, manuscrit de Charles Vigen).
- Jérôme ROYER et Jean-Paul GAILLARD : article sur Roissac (Angeac-Champagne), dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- Elisabeth BRIDIER et Pauline NOÉ : articles sur Gragonne (Bessé) et Chantemerle (Saint-Fraigne), dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- Bruno SÉPULCHRE : articles sur Guignebourg (Londigny), et le logis de Souvigné, dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- Jean-Paul GAILLARD et Bruno SÉPULCHRE : article sur le fief de Guillaume Prévost (Souvigné), dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- Bernard BORDIER et Christian RIMBAUD : Généalogie de la famille de BARBEZIERES, publiée dans le bulletin de l'Association Généalogique de la Charente "La recherche généalogique en Charente".
- Jean-Claude VRILLAC : Recueuil historique, généalogique et héraldique des anciennes familles du Ruffécois.
retour vers la page Blasonretour vers le menu des mise à jourretour vers le sommaire