de BEAUPOIL de SAINT-AULAIRE

blason de la famille de Beaupoil
De gueules à trois accouples de chien d'argent posés en pal, liés d'azur, les liens tournés en fasce et à dextre, posés deux et un.

La maison de BEAUPOIL est originaire de Bretagne. Deux de ses membres, Hervé et Geoffroy de BEAUPOIL, se croisèrent en 1248, et leurs noms et armes figurent à la salle des croisades à Versailles.
Le nom de Sainte-Aulaire, alias Saint-Aulaire joint au nom de BEAUPOIL, date de Julien BEAUPOIL, fils de Guillaume, qui acquit le 7 janvier 1440, de la famille Robert de Limérac, la seigneurie de Sainte-Aulaire (Sainte-Eulalie, en bas-Limousin). L'investiture de cette terre leur fut donnée le 7 novembre 1441 dans la cour du château de Ségur, en présence d'Aymerie du Mas, damoiseau. (Gontran du MAS des BOURBOUX).
Elle s'est répandue en Limousin, et en Saintonge.
Une branche probablement naturelle, portant les mêmes armes que les BEAUPOIL de SAINT-AULAIRE du Périgord, détachée à une époque inconnue, a appartenu à la noblesse de l'Angoumois, où elle a possédé assez longtemps la seigneurie de Mareuil (Charente). Cette branche fut maintenue noble le 22 décembre 1666, par jugement de d'Aguesseau, intendant de Limoges, puis le 22 décembre 1698, par jugement de Bégon, intendant de La Rochelle, après avoir prouvé leur filiation depuis 1555.

Branche des seigneurs de la FORCE :
- de BEAUPOIL Jean, chevalier, écuyer des écuries du roi Charles VII, seigneur de Castelnouvel, dont il rendit hommage à Jean de Bretagne, vicomte de Limoges, le Ier novembre 1441.
Il était le second fils d'Yves de BEAUPOIL, seigneur de Noé-Malet, et de Marie de La Forest.
Il fit présent en 1440, à l'acquisition faite par son neveu de la seigneurie de Sainte-Aulaire, et à son contrat de mariage, en 1443.
Il épousa par contrat du 29 juillet 1440, Marie Prévost, fille d'Hélie, seigneur de la Force et de Masduran, et de Catherine de Talleyrand de Grignols. Ce mariage fut négocié par Julien de BEAUPOIL, neveu de son mari. Elle apporta à ce dernier, ses droits, et les biens qu'elle tenait du chef de son père, en la mouvance de Grignols, et qui lui avaient été donnés par son testament du 13 juillet 1439, ratifié par son contrat de mariage avec Jean.
Mais comme ces biens avaient été confisqués sur son père et sur son frère, parce qu'ils avaient tenu le parti des Anglais, Charles VII, roi de France, en fit don à Jean de BEAUPOIL et à Marie Prévost, sa femme, par lettres patentes données à Limoges le 9 mai 1442.
Ces biens consistaient dans les terres de la Force, de Masduran, de l'hôtel noble de la Prévôté en la ville de Bergerac, et de la seigneurie de Château-Jollet (Montboyer).
cependant, ils n'en furent en possession que par traité du 20 février 1449, conclu entre Jean de Bretagne, comte de Penthièvre et du Périgord, et Jean, dit Jehannot d'Abzac, qui était du parti anglais, et qui tenait garnison dans les châteaux de la Force et de Masduran.
Jean en fit hommage au roi, le 2 mai 1450.
Il transigea le 3 avril 1456, avec Charles de Talleyrand, seigneur de Grignols, sur les droits qu'il prétendait sur ces terres.
Le 8 août 1453, Charles VII adressa au sénéchal du Périgord, des lettres portant ordre à Jean de BEAUPOIL, chevalier, seigneur de la Force, d'abattre les places de la Motte-Montravel, Fouguerolles et autres forteresses qui s'étaient mises sous l'obéissance des anglais.
Il fit son testament le 13 novembre 1478, et fut inhumé dans l'église des frères mineurs de Bergerac.
Jean et Marie eurent pour enfants :
  1) Hélie, qui suit.
2) Antoinette, qui épousa en 1478, François de Lasteyrie, seigneur de Lasteyrie et de Gensac.
3) Jeanne, qui épousa par contrat du 23 janvier 1471, Gui, alias Guinot de Lostanges, damoiseau, seigneur de Saint-Alvère, fils de Jean Adémar, et d'Antoinette de Veyrines, dame de Saint-Alvère.
4) Françoise, dame de Castelnouvel, qui épousa Gilles d'Aubusson, seigneur de Villac, de Pérignac et de la Mothe, en Périgord; fils de Gui, seigneur des mêmes terres; et d'Arsène Louise Hélie, dame de la châtellenie de Villac.

- de BEAUPOIL Hélie, surnommé Prévost, seigneur de la Force, et de Masduran en Périgord, de Magézir et de Château-Jollet (Montboyer), et de l'hôtel noble de la Prévôté en la ville de Bergerac.
Il transigea le 20 septembre 1479, comme héritier de son père, et ayant les droits de défunte Bourguine Prévost, avec Jean de Talleyrand, seigneur de Grignols et prince de Chalais, sur les prétentions qu'il avait sur ces biens.
Le roi Charles VIII, en considération de ses services, lui permit par lettres du mois de mai 1496, d'établir dans sa terre de Montboyer, quatre foires par an et un marché toutes les semaines.
Il épousa le 2 novembre 1465, Odette de La Baume, fille de Jean, seigneur de la Baume, près de Bergerac, et de Guyotte de La Reynaudie.
Il ne vivait plus à la date du 22 avril 1503, alors qu'elle était dite encore vivante en 1517.
De leur union naquirent :
  1) Jean, dit Prévost, chevalier, baron de la Force et de Masduran, de Magésir et de Montboyer.
Le 3 novembre 1501, il épousa Claire de Talleyrand de Grignols, fille de Jean, seigneur de Grignols, prince de Chalais, vicomte de Fronsac; et de Marguerite de La Tour d'Auvergne.
Avec son frère Pierre, ils rendirent hommage de leur châtellenie, en 1509, au prince de Chalais. (G E PAPILLAUD).
Il fit trois testaments, les 8 août 1515, 21 décembre 1517 et 12 août 1520.
Ils vendirent ensemble le 2 mai 1519, à Jacques d'Aitz, seigneur de Mesmy et de la Feuillade, plusieurs rentes assises dans la paroisse du Bruc, de Saint-Léon, de Jaure, de Villamblard et de Bourrout (Dordogne), et la moitié de la prévôté, située à Grignols, pour le prix de 3000 livres tournois.
Il décéda sans enfant de Claire de Talleyrand.
Il eut cependant un fils naturel de Jeanne de La Grave, nommé Jean, qui fut capitaine de Montboyer, et qui fut légitimé par lettres de juillet 1654.
(Gustave CHAIX d'EST ANGE).
2) autre Jean, dit Prévôt, qui fut protonotaire du Saint-Siège, seigneur de Boisse. (Il est parfois dit que ce fut lui qui épousa Claire de Talleyrand).
Il fut légataire de son frère, par son testament du 21 décembre 1517.
3) Pierre, qui suit.
4) Raoulet, dit de la Force, chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Il utilisait ce titre lorsqu'il passa une transaction avec ses frères, le 13 avril 1507.
5) Marguerite, qui épousa avant 1517, Jean de Landeroy, seigneur de Villars et de Gademoulin. (Gensac La Pallue).
6) Françoise, qui épousa avant 1517, N., seigneur de Champniers, en Limousin.
Son frère lui légua ce qu'il possédait en biens fonds, à Grignols.
7) Antoinette, qui épousa en 1517, Louis de Talleyrand de Grignols, seigneur de Pilhac et de Campagne.
Elle eut deux enfants, nommés dans le testament de son frère.
8) peut-être Simon, qui fit la branche de Mareuil (Charente). (Gustave CHAIX d'EST ANGE).

- de BEAUPOIL Pierre, seigneur de Château Jollet (Montboyer), par suite de la transaction qu'il passa avec ses frères, le 22 avril 1503.
Il fut institué héritier universel de Jean, l'aîné, le 12 août 1520.
Le 26 juillet 1529, il fit son testament, dans lequel il se qualifia de seigneur de la Force, de Masduran, de Magézir, de Montboyer, de Château Jollet et de l'hôtel noble de la Prévôté, en la ville de Bergerac.
Il vivait encore le 14 juillet 1534.
D'une alliance inconnue, il eut pour enfants, au moins :

- de BEAUPOIL François.
Il épousa Philippe de Pellegrue, dame d'Aymet, fille de Guillaume, sire et baron d'Aymet, chevalier de l'ordre du roi; et de Jeanne de Caumont Lauzun.
Il décéda avant son père, et eut pour enfant une fille unique :
  1) Philippe, dame des baronnies de la Force, de Masduran, d'Aymet et de Montboyer, vicomtesse de Magézir.
Elle fut instituée héritière par Pierre de BEAUPOIL, son aïeul, et fut mise par ordre du roi, adressé au seigneur de Saint-Aulaire, le 3 novembre 1536, sous la tutelle de Philippe d'Aubusson, seigneur de Beauregard, pour être élevée auprès de la reine de Navarre.
Elle épousa en premières noces en 1542, François de Vivonne de La Chataigneraie, seigneur d'Ardelay. (Il fut tué en duel par Guy de Chabot de Jarnac, dans le parc du château de Saint-Germain en Laye, le 10 juillet 1547). (Le fameux coup de Jarnac).
Elle épousa alors en secondes noces, par contrat du 15 mai 1554, François de Caumont, seigneur de Castelnau, auquel elle porta tout les biens de sa branche. (Il était héritier de Jehan de Caumont, seigneur de Montboyer, décédé sans postérité. Ainsi furent réunies dans la même main, les deux châtellenies qui formèrent plus tard la vicomté de Magézir et de Montboyer). (G E PAPILLAUD).
François de Caumont fut égorgé avec son fils aîné, le 24 août 1572, lors de la Saint-Barthélémy, par les troupes de Coconat. Leur fils cadet, Jacques Nompar de Caumont de La Force, présent lui aussi lors du massacre, fit le mort et ainsi en réchappa. Il fut plus tard compagnon d'Henri IV, nommé maréchal de France sous ce roi et sous son héritier.

Branche de MAREUIL (Charente) :
La terre et seigneurie de Mareuil, relevait noblement du château de Jarnac, à hommage d'un aultour ramagé, payable à mouvance de seigneur et de vassal.
Elles consistaient en maison noble, cens, rentes, terrages, agriers, dîmes de blé, vins, argent, chapons, gélines, droits de lods et ventes, avec toute la juridiction noble, directe seigneuriale et foncière.

I) de BEAUPOIL de SAINT-AULAIRE Simon., écuyer, seigneur de Tiersac (s'agit-il du Tarsac actuel de Saint-Saturnin ?, ou Cierzac - Charente-Maritime, canton d'Archiac ?), et de Puymarson, (Saint-Germain de Salembre - Dordogne).
Il fit diverses acquisitions d'héritages, les 11 février 1555 et 28 janvier 1557.
Le 4 avril 1557, il épousa en premières noces Jeanne de Guinaudeau, fille de Méry, écuyer, sieur de Saint-Martin de Migronneau (Saint-Sulpice de Cognac), et d'Andrée Horric.
De cette alliance naquirent au moins :
  1) Simon.
2) Gabriel, qui suit.
3) Marguerite, qui épousa en 1609, Pierre Saulnier, écuyer, seigneur de la Mothe d'Entraigues, ou des Razes (paroisse de Nouillers - actuellement Les Nouillers - Charente-Maritime).
Ils se firent une donation mutuelle le 15 janvier 1622.
Elle en était veuve le 5 avril 1627, date où elle fit remise (Delaubertière, notaire), à Charles de BEAUPOIL, écuyer, seigneur de Puymarson, son neveu, des sommes dont il pouvait lui être redevable, tant à cause du décès de Simon de BEAUPOIL, son père, que de celui de Gabriel de BEAUPOIL, son frère. (Pierre GODINEAU)
4) autre Marguerite, (à moins qu'il ne s'agisse de la même personne ?), demeurant à Montigné, (actuellement Montigny - Burie), qui épousa par contrat du 17 novembre 1581 (Bourdeau, notaire à Burie - Charente-Maritime), Lancelot de Belleville, (né le 22 mars 1557, décédé avant le 20 août 1601), écuyer, seigneur de la Plessée (Loulay - Charente-Maritime), fils de Jean, seigneur de Harpedanne, dit de Belleville, et de Jeanne de BEAUPOIL de SAINT-AULAIRE..
Elle porta en dot pour ce mariage, 14000 écus.
Elle en fut veuve avant le 20 août 1601, date d'une quittance de 466 écus sols 2/3, qu'elle donnait comme tutrice de leurs enfants mineurs, Marie Claude de Rochechouart, veuve de Charles Claude de Belleville.
5) Jean, écuyer, seigneur de Tiersac.
Il fut présent au mariage de sa soeur Marguerite, en 1581. (Archives de la Vienne).
6) Marthe, qui épousa Pierre Antoine de La Grace, avocat au parlement de Bordeaux, avant 1606.
7) Charlotte, mentionnée en 1613.
Elle épousa Daniel Poussard, file de François, seigneur de Fors, Lignières, Saint-Trojan, et de Marguerite Girard de Bazoges. (Daniel était dit aussi seigneur de Saint-Brice, près de Cognac, et des marais de Bazoges.
Elle reçut procuration de son époux le Ier décembre 1633, devant Arnaud, notaire royal. Daniel décéda sans postérité vers 1635.
A la date du 6 mai 1643, Charlotte fit son testament en faveur de ses neveux.
Selon COURCELLES, Simon contracta un second mariage, sans dire le nom de l'épousée.

II) de BEAUPOIL de SAINT-AULAIRE Gabriel, écuyer, seigneur de Tiersac et de Puimarson.
Dans l'accord qu'il passa avec sa sœur, le 11 mai 1601, au sujet du legs qui avait à elle été fait par le testament de leur père, il y était dit que de son vivant, la maison de Tiersac avait été prise, pillée et saccagée, au point qu'il avait été obligé de l'abandonner, ainsi que les métairies qui en dépendaient, et de se retirer en Périgord.
Il épousa par contrat du 23 novembre 1595, -Jutarge, notaire royal), Marthe, alias Marque Saulnier, fille de François, écuyer, seigneur de la Borie, et de Guyonne, alias Guihane Arnal de La Faye. (Le frère aîné de Marthe, Guy, seigneur de la Borie, épousa le 10 novembre 1571, Peyronne de BEAUPOIL de SAINT-AULAIRE, fille de François et de Françoise de Volvire (Branche aînée). Son autre frère Pierre avait épousé Marguerite de BEAUPOIL, soeur de Gabriel).
Veuve , elle fit son testament le 6 mai 1643, en faveur de ses neveux.
Gabriel et Marque eurent pour enfant :

III) de BEAUPOIL de SAINT-AULAIRE Charles, écuyer, seigneur de Tiersac, de Puimarson, et de Mareuil, par alliance.
Il épousa en premières noces, par contrat du 21 juillet 1634, (Greffier et Rousseau, notaires royaux), Marie Robinet de La Serve, dame de Mareuil, fille d'Antoine, écuyer, seigneur de Mareuil, et de Claude des Gittons. Elle était seule héritière de la seigneurie de Mareuil.
Le 9 octobre 1637, il fut parrain à Burie, de Charles Guinaudeau, fils de Pierre, sieur de Burie et de Montigny, et d'Anne Chesnel. Il fut à nouveau parrain le 30 novembre de la même année, toujours à Burie, de Marie Mableteau. La marraine était Marie de Clercy, épouse du seigneur de la Tourblanche.
A cause du fief de Mareuil, Charles comparut le 17 juin 1639, en la ville d'Angoulême, à la convocation du ban et arrière-ban de la sénéchaussée d'Angoumois, dans le ressort de laquelle ce fief était situé.
Le 11 mars 1642, il fit une acquisition, devant Meillot, notaire à Jarnac, de Léonard et Antoine Horric, frères, écuyers, seigneur des Girardières et de la Vallade, demeurant en la maison noble de la Courade, paroisse de Mareuil et de Courbillac.
De cette union naquirent :
  1) Louis, qui suit.
2) Gabrielle, née en 1637 et baptisée le 5 mai 1638 à Burie. Elle eut pour parraine Pierre Guinaudeau, sieur de Burie, et pour marraine Gabrielle Réorteau.
Le 17 janvier 1671, elle épousa par contrat à Bréville (Boisteau, notaire royal à Jarnac), Hélie Horric, seigneur du Burguet et de Bellevue, (né en 1644, décédé le 14 décembre 1696 à Bréville), fils de Pierre, seigneur de Bréville, et d'Anne Méhée. (Preuves de Noblesse de BEGON).
Elle décéda le 22 décembre 1696 à Bréville (Charente).
Ils demeuraient au logis noble du Burguet à Bréville, et ils décédèrent tous deux à huit jours d'intervalle.
3) Pierre, né le 26 février 1639 à Burie, écuyer, seigneur de Bazôges. Il eut pour parrain Pierre des Gittons, sieur de Robinney, et pour marraine Marguerite Saulnier, épouse de Claude de Belleville.
Il fut condamné à mort le 5 avril 1690, par la cour de Jarnac, pour avoir tué en duel sur une pièce de terre située au Mas des Fosses, près du bourg de Mareuil, Jean Blouin, capitaine au régiment de Béarn-Infanterie, suite à une dispute qui s'était engagée entre eux le 2 mars précédent. Gabriel de BEAUPOIL, écuyer, seigneur de la Serve, son neveu, considéré comme complice, fut également condamné à servir le roi dans ses armées pendant 5 ans.
Charles devait être décapité sur la place dudit Jarnac, mais cet arrêt ne fut pas exécuté, et le 6 mai 1701, devant Roux, notaire royal à Mareuil, Jean Blouin, marchand, demeurant au château de Bâlan, céda à Eutrope de BEAUPOIL, écuyer, seigneur de Mareuil, neveu du condamné, les droits qu'il pouvait avoir à exercer contre ce dernier ainsi que contre Gabriel de BEAUPOIL, en dommages et intérêts dont le transport lui avait été fait à lui-même, le 21 mars 1697, devant Dejarnac, notaire royal, par Pierre Blouin, sieur de la Quarantinière, Jean Guer, sieur de Brandart, Théophile Lechantre et Pierre Martin, frère et beaux-frères de la victime. (de CHERGÉ).
Le 14 juin 1672, il fut parrain à Bréville, de Pierre Horric, son neveu, fils d'Hélie et de Gabrielle de BEAUPOIL. Il demeurait à ce moment là au bourg de Mareuil.
Il y demeurait encore lorsqu'il fut à nouveau parrain le 30 novembre 1637 à Burie, de Marie Mableteau.
Il fut témoin avec son frère Alexandre, le 8 février 1674, de l'abjuration à la foi protestante d'Etienne Horric, frère d'Anne.
Il décéda le 12 mai 1717 à Mareuil.
4) Angélique, qui fut marraine à Mareuil, le 21 juillet 1695, de Jean Magé, fils de Pierre et d'Elisabeth Martineau.
Dans un acte notarial de vente de terre, du 14 juin 1708, l'un de ses biens était signalé, bornant la pièce vendue.
5) Anne, née en 1643.
Elle épousa Pierre Salé, demeurant à Courbillac, et décéda à Courbillac, le 2 janvier 1678, des suites de l'accouchement de sa fille, Suzanne, née le 28 décembre 1677.
6) Alexandre, qui fit la branche de Saint-Rémy.
Le 6 mars 1656, Charles passa une transaction, comme père et légal administrateur de ses enfants avec Marie Robinet, demeurant alors au lieu noble de la Baronnière, enclave des Pins, duché de La Rochefoucauld, avec René des Bouet, écuyer, sieur du Portal, et Charles de Frétard, écuyer, sieur d'Anvilliers, (comme mari de Charlotte des Bouet), demeurant au lieu noble de Bazauges, paroisse de Cressé en Poitou (Charente-Maritime). Suivant cette transaction, lesdits sieur et dame du Portal jouiront pendant 10 ans de la seigneurie et métairie de Bazauges, en remplacement de l'intérêt de la somme de 9200 livres que leur doit le dit sieur de BEAUPOIL. (Archives départementales de la Charente).
Charles épousa en secondes noces, le 10 septembre 1650, par contrat passé à la Baronnière, (Les Pins), Eléonore Horric, (protestante), fille d'Aaron, écuyer, seigneur de la Barronière, et de Marie de Ribier. (Ce mariage était protestant. Bruno Sépulchre, donne comme date le 12 juin 1669, et Courcelle et le comte de Saint-Saud donnent le 22 décembre 1666). Elle était veuve de René Decescaud, seigneur de Fontpalais, dont elle avait eu trois enfants, entre autres Madeleine, qui épousa Louis de BEAUPOIL, son beau-fils.
Ene 1668, la famille habitait au lieu noble de la Baronnière (Les Pins).
Elle en était veuve avant le 12 juin 1669. A cette date, elle habitait au lieu noble de la Baronnière (Les Pins). (Jean-Paul GAILLARD).
Le 22 décembre 1666, il obtint de M. d'Aguesseau, intendant de Limoges, élection de Saintes et de Cognac, une ordonnance par laquelle, sur le vû de ses titres, il fut maintenu dans la possession de sa noblesse.
Charles décéda en 1673, ayant eu des enfants de sa seconde union :
  7) Pierre, sieur de Mareuil.
Le 14 septembre 1668, les enfants du premier lit firent procéder à un inventaire (Petit, notaire royal), et le 12 juin 1669, il intervint une transaction devant Gibaud, notaire royal à Angoulême, entre ladite Eléonore Horric, demeurant au lieu noble de la Baronnière, et les enfants de son second mari, demeurant au logis de Mareuil.
Le Ier février 1673, ils procédèrent au partage de la succession de leur père, consistant en biens, domaines et héritages, rentes, agriers, dîmes inféodées tant de blé que de vin, terres nobles et non nobles, prés et vignes; le tout situé dans l'étendue des paroisses de Mareuil et de Courbillac.
Le 11 avril 1674, ils faisaient un échange devant Boistaud, notaire royal à Jarnac, avec Antoine Chevalier, écuyer, sieur de Bassac. (abbé Joseph NADAUD).

IV) de BEAUPOIL de SAINT-AULAIRE Louis, né vers 1635 sans doute à Burie, écuyer, seigneur de Mareuil, et de Tiersac.
Par contrat du septembre 1650, (Saulnier, notaire royal à La Rochefoucauld), il épousa Madeleine Decescaud, (décédée avant 1707), fille de Paul René, écuyer, seigneur de Fontpalais, et d'Eléonore Horric, (troisième épouse de son père). (Preuves de noblesse BEGON)
Il fut maintenu dans sa noblesse, par M. d'Aguesseau, intendant de Limoges, le 2 novembre 1669, et obtint des lettres du Conseil du roi, le 28 avril 1691 (le 15, selon NADAUD).
Le Ier juin 1669, Il était dit demeurant au logis noble de Mareuil. (Jean-Paul GAILLARD et Bruno SÉPULCHRE).
Le 30 octobre 1691, il vendit par acte passé devant Boitaud, notaire, à Elie Laisné, écuyer, sieur de Francheville, demeurant au logis de Poudhier, paroisse de Courbillac, des droits agriers dans la dite paroisse. (NADAUD)
Le 14 avril 1693, il reçut ainsi que sa femme, un abandon de biens, par Hélène Decescaud, demeurant à la Baronnière, par acte passé Broussard, notaire. (NADAUD).
Il fut parrain à Mareuil, le 17 novembre 1694, de François, fille de Barthélémy Hubert et de Marie Mage. La marraine fut Françoise Horric.
Il testa le 12 novembre 1701, devant Veillon, notaire à Jarnac.
Il décéda le 5 janvier 1702 à Mareuil. Le 17 janvier, sa veuve partagea, toujours devant Veillon, avec Gabriel, sieur de la Serve, Gabrielle, Jeanne, Madeleine et Marie, ses enfants puinés, et Eutrope, écuyer, seigneur de Mareuil, son fils aîné.
Elle décéda avant le 22 juin 1707, date à laquelle ses enfants partagèrent ensemble, en vertu d'un acte qui énonce toutes les dépendances de la seigneurie de Mareuil, et qui fut suivi d'un second, le 28 octobre de la même année.
Louis et Madeleine eurent pour enfants :
  1) Eutrope, qui suit.
2) Gabriel, né vers 1668, écuyer, seigneur de la Serve.
Il fut considéré comme complice de l'assassinat, par son oncle, Pierre, seigneur de Bazôges, de Jean Blouin, et fut condamné à servir pendant 5 ans dans les armées du roi.
Le 10 décembre 1709, il partagea avec ses quatre soeurs, une partie de la succession de leur père. Il s'agissait de la grange de "la Métayrie", dans le bourg de Mareuil, "joignant la terre d'Antoine Longueteau". Gabrielle, Jeanne t Madeleine reçurent l'autre moitié ainsi que l'aire de battage et le jardin attenant. En plus, elle obtiennent la petite maison correspondante à ce lieu. (Archives départementales de la Charente).
Au moment de son décès survenu le 25 février 1749 à Mareuil, il habitait au village du Plessis. Il fut inhumé dans l'église.
3) Louis, né vers février 1670.
Il décéda le 9 novembre 1682, et fut enterré dans l'église de Mareuil.
4) Gabrielle.
5) Jeanne, née vers 1673.
Elle testa le 23 mai 1732 à Mareuil. Son testament ne fut enregistré à Jarnac, que le 27 janvier 1733.
Dans les différents actes retrouvés, elle fut déclarée "ne savoir signer". Son testament, redigé par Boistaud, notaire royal à Courbillac, indiquait son âge et les donations faites à ses soeurs Gabrielle et Madeleine. (Archives départementales de la Charente).
6) Madeleine, née le 11 juillet 1675 à Mareuil.
Elle eut pour parrain Eutrope de BEAUPOIL, seigneur de Mareuil, et pour marraine Gabrielle de BEAUPOIL (sans doute ses frère et soeur).
7) Marie, née le 23 août 1678 à Mareuil, et baptisée le 5 septembre. Elle eut pour parrain Pierre de BEAUPOIL, seigneur de Bazôges, et pour marraine Angélique de BEAUPOIL, ses oncle et tante.
Elle fut religieuse au couvent des Filles Notre-Dame à Saintes.
Dans le testament de son frère Eutrope, il y est indiqué que ce dernier devait lui verser une pension de "30 livres pour une demye année".
8) Marie Anne, née le 14 avril 1685 à Mareuil.
Elle eut pour parrain Alexandre de BEAUPOIL et pour marraine Eléonore de BEAUPOIL, ses oncle et tante.
9) Angélique, qui fut citée avec son frère Eutrope, lors du partage des prés acquis de par leur oncle Pierre, à la date du 12 septembre 1702.
10) Eléonore, née vers 1656.
Elle épousa par contrat passé devant Boistaud, notaire à Jarnac, le 3 mai 1694 à Jarnac, Charles de Frétard, seigneur d'Anvilliers (né en 1653, décédé le 30 novembre à Bazauges), fils de Charles et de Charlotte des Bouet (alias Bouhet). (Preuves de noblesse - BEGON).
Peu de temps après son mariage, elle reçut par acte passé le 23 septembre 1694 à la Baronnière, devant Miche Brion, notaire de la juridiction de Saint-Mary, une donation de biens de son mari.
Ils devinrent propriétaires de la maison noble de Bazôges en Poitou.
Elle décéda le 16 novembre 1746 à Bazauges, ayant eu au moins 5 enfants.

V) de BEAUPOIL de SAINT-AULAIRE Eutrope, né le 4 avril 1668 à Mareuil, écuyer, seigneur de Mareuil, et de Tiersac.
Il eut pour parrain Eutrope Guinodo (Guinaudeau), seigneur de Montigné (Montigny), et pour marraine Jeanne Vinet, dame de la Courade.
Le 31 mars 1689, il fut convoqué au ban de la noblesse réuni à Angoulême, où il rejoingit son oncle Alexandre.
Sa famille fut à nouveau maintenue noble, le 12 décembre 1698, par jugement de Bégon, intendant de La Rochelle, après qu'elle ai prouvé sa filiation depuis 1555.
(Gustave CHAIX d' EST-ANGE)
Au cours d'un inventaire du logis de Mareuil, dressé en 1713, il fut décrit une cassette couverte de cuir noir, "cousue" avec de petits clous, contenant les titres de noblesse de la famille, ainsi que d'autres papiers concernant la seigneurie de Mareuil. (Jean-Paul GAILLARD et Bruno SÉPULCHRE).
Il épousa Marie Anne Nicollon, (décédée quelques jours après son mari), fille unique de François, écuyer, seigneur des Brétonnières, capitaine au régiment d'infanterie de la reine, et de Claude Duval.
Il testa le 9 mai 1713 (Boistaud, notaire à Courbillac). (Archives départementales de la Charente).
Il décéda en 1725, ayant eu pour enfants :
  1) Louis Eutrope, qui suit.
2) Marie, née et baptisée le 7 août 1697 à Mareuil. Elle eut pour parrain Pierre de BEAUPOIL, écuyer, seigneur de Bazôges (son grand oncle), et pour marraine Gabrielle de BEAUPOIL (sa tante).
Elle fut marraine à Mareuil, le 5 janvier 1757, de Charles André, fils de Louis Alexandre, et de Marie Anne Honorée de La Cour.
Elle resta célibataire et son testament fut rédigé par Debussac, notaire.
Elle décéda le 31 décembre 1763 à Mareuil.

3) Marie Anne, dite de Fontenelle, née le 15 août 1698 à Mareuil, et baptisée le 17. Elle eut pour parrain Alexandre de Beaupoil, seigneur du Mesne (Grand-oncle), et pour marraine Marie Anne de Montalembert, dame de la Courade (3ème épouse de Philippe Horric).
Elle décéda le 14 juillet 1758 à Mareuil, et fut inhumée dans l'église.
4) Jeanne, dite de la Noüe, née le 10 octobre 1699 à Mareuil, et baptisée le 11.
Elle eut pour parrain Jean Bachelet, curé de Mareuil, et pour marraine Jeanne de BEAUPOIL, sa tante.
Le 8 février 1759, elle fut marraine à Mareuil, d'Alexandre André, fils de Louis Alexandre et de Marie Anne Honorée de La Cour.
Elle décéda le 9 mars 1786 à Mareuil, et fut inhumée dans le cimetière.
5) Marie, née le 22 octobre 1701 à Mareuil, et baptisée le 23.
Elle eut pour parrain Hélie de BEAUPOIL, seigneur de la Gaillarderie (grand-oncle), et pour marraine Marie de BEAUPOIL, peut-être sa tante.
Elle décéda avant 1720.
6) Françoise, dite de Beauvais, née le 15 mai 1704 à Mareuil, ondoyée par la permission de l'évêque le 26.
Ele fut baptisée le 16 juin et eut pour parrain Alexandre de Céris, seigneur du Château et Migron, et pour marraine François Angélique Poussard, dame de Vaux, épouse de Pierre de Montalembert, seigneur de Vaux.
Elle fut elle-même marraine le 19 mai 1760 de son petit neveu, Louis Alexandre André.
Elle décéda célibataire le 28 août 1762 à Mareuil, et fut inhumée dans l'église.
7) Anne, née le 10 janvier 1709 à Mareuil, et fut baptisée le lendemain.
Elle eut pour parrain Louis de BEAUPOIL et pour marraine Marie Anne de BEAUPOIL, ses frère et soeur.
Elle décéda le 17 janvier 1709 à Mareuil.
8) François, né le 5 juillet 1711 à Mareuil.
Il eut pour parrain François de Lestang, seigneur de Sigogne, et pour marraine, Anne de BEAUPOIL.

VI) de BEAUPOIL de SAINT-AULAIRE Louis Eutrope, né le 20 avril 1695 à Mareuil, écuyer, seigneur de Mareuil.
Il fut baptisé le 27, et eut pour parrain Louis de BEAUPOIL, seigneur de Mareuil (son grand-père), et pour marraine Julie Horric, épouse de Jean de Livenne.
Par acte de Boistaud, notaire royal à Courbillac, en date du 15 juillet 1720, il devint majeur à l'âge requis de 25 ans, et endossa la tutelle de ses frère et soeurs. (Archives départementales de la Charente).
Il épousa en premières noces à Voulon (Vienne), le 5 juillet 1725, Anne de Couvidon, (alias Couvidou), fille de feu Alexandre, chevalier, seigneur de Fleurac, et de Anne Françoise d'Aubanneau de Villenon.
Il fut enregistré à l'Armorial Général de France, généralité de La Rochelle, par les cabinets de Charles d'HOZIER, avec le blason de fantaisie ci-dessous.
D'or au lion de gueules.
Blason de Louis de Beaupoil
De cette union naquirent :
  1) Anne Françoise, qui fut baptisée le 23 avril 1726 à Voulon (Vienne). Elle eut pour parrain François Comte, et pour marraine Françoise Aubanneau de Fleurac de Villenon.
Elle épousa par contrat du 27 septembre 1755 (Roux, notaire), et le 13 octobre 1755 à Mareuil, (Roux, notaire royal), Henri de Montalembert, écuyer, seigneur de Coulonges, paroisse de Saint-Sulpice et de Saint-Simon (né à Cherves - Charente, vers 1736, décédé à Mareuil le 18 mars 1787), fils de Pierre, seigneur de Saint-Simon, et de Marie Tison d'Argence.
Elle décéda entre 1792 et 1810, ayant eu plusieurs enfants.
2) Louis Alexandre, qui suit.
3) François Eutrope, né vers 1728.
Il fut émancipé le 22 janvier 1748. Il avait auparavant eu pour tuteur Michel Thoumeau, avocat en la cour, demeurant à La Rochefoucauld. Le 25 du même mois, il reçu avec son frère Louis Alexandre, une quittance... (voir article sur son frère Louis Alexandre).
Le 15 février 1731, il fut condamné par le présidial d'Angoulême à payer une dette de 234 livres, plus les frais de justice, à Jean Garnier, marchand "demandeur", habitant Jarnac.
Le 14 décembre 1741, il fut parrain à Mareuil, de François Eutrope Thoumeau, fils de Michel, avocat au parlement, et de Marie de La Grézille.
Il fut garde du corps du roi, et décéda le Ier septembre 1754 à Mareuil.
Louis épousa en secondes noces le 12 février 1737, à Saint-Pardoult (Charente-Maritime), Louise Ursule Griffon de Varennes (née le 23 juin 1686 à Saint-Jean d'Angély, inhumée le 16 octobre 1755 à Saint-Pardoult), fille de Charles François, conseiller du roi, et de Marie Ursule d'Aillaud de Varennes.
Il décéda le 24 juin 1737 à Saint-Pardoult (Charente-Maritime), et fut enterré dans l'église.

VII) de BEAUPOIL de SAINT-AULAIRE Louis Alexandre, écuyer, seigneur de Mareuil, le Petit Beauvais.
Il fut baptisé à Voulon (Vienne) le 7 février 1727. Il eut pour parrain René Philippe de La Grèze, et pour marraine Magdeleine de Couvidou de Fleurac de Voulon, épouse de Pierre Mesnard de la Tâcherie.
Le fut émancipé le 12 janvier 1748, ayant auparavant pour tuteur Michel Thoumeau, avocat en la cour demeurant à La Rochefoucauld. Le 25 janvier, il fut reçu une quittance avec son frère François Eutrope (Reçu Poitevin, notaire royal), où comme héritiers chacun pour un tiers de défunts Louis de BEAUPOIL et Anne Couvidou, leurs père et mère, d'une part.et à Pierre Bonniot, seigneur de Fleurac, demeurant à Cognac, d'autre part, de la somme de 2000 livres à laquelle s'élevait la part qui lui revient sur la somme de 3000 livres qui devait être payée à eux et à la dite BEAUPOIL, leur soeur (Anne Françoise), sur le prix de la seigneurie de Fleurac de Vaux, acquise par le dit sieur Bonniot, de LOuis Alexandre Couvidou, ci-devant seigneur dudit Fleurac, et de dame Marie Texier, sa femme, suivant acte du 10 juillet 1744.
Le 10 mars 1760, Jean de Jambes, écuyer, seigneur du Breuil en Fouquebrune, exerçant les droits de Thérèse Lhoumeau, son épouse, rendit hommage à Louis Alexandre, de la Charlotrie. Ses biens confrontaient au logis noble de Mareuil, avec un chemin entre eux deux, à l'est. (Jean-Paul GAILLARD).
Il épousa en premières noces le 15 octobre 1755, à Avy (Charente-Maritime), Anne Honorée de La Cour, (née le 3 août 1722 à Saujon, décédée le 11 novembre 1761 à Mareuil), fille d'André, écuyer, seigneur de Pernaud, et d'Elisabeth de La Porte.
De cette union naquirent :
  1) Louis Alexandre Aimé, né le 18 mai 1761 à Mareuil.
Il décéda jeune.
2) Charles André, né le 5 janvier 1757 à Mareuil.
Il fut gendarme du roi.
Il épousa le 18 mai 1775 à Jardres (Vienne), Jeanne Françoise du Vigier de Mirabal, (née le 4 février 1750 à Saint-Matré - Lot, décédée le 25 août 1830 à Saint-Pierre d'Exideuil - Vienne).
Il eut une postérité, et décéda en émigration.
3) André Alexandre, né le 8 février 1759 à Mareuil, dit le chevalier de Mareuil.
Il décéda le 13 décembre 1821 à Dampierre (Charente-Maritime).
Louis Alexandre épousa en secondes noces le 11 décembre 1769 à Archigny (Vienne), Marie Louise d'Outreleau, (baptisée le 4 avril 1736 à Archigny, décédée le 22 novembre 1788 à Mareuil), fille de François, écuyer, seigneur de Laubue, et de Marie Louise Pignonneau.
Il décéda le 4 janvier 1800 à Mareuil, ayant eu pour fils :
  4) Alexandre David, qui suit.

VIII) de BEAUPOIL de SAINT-AULAIRE Alexandre David, né le 28 mars 1779, écuyer, seigneur de Mareuil.
Il épousa le 13 octobre 1800 à Couture d'Argenson (Deux-Sèvres), Marie Charlotte Désirée de Céris, (baptisée le 20 mars 1773, paroisse Notre-Dame de l'Assomption des Trois Rivières en Guadeloupe, décédée le 21 mai 1852 à Couture d'Argenson), fille de Jean, chevalier, seigneur de Chenay. (Jean-Pierre PHILIPPE).
Alexandre David décéda le 14 novembre 1811, ayant eu pour enfants : :
  1) Louise Sophie Désirée Charlotte, née le 24 janvier 1802 à Couture d'Argenson (Deux-Sèvres), "ameau de la Foye, chez le frère de la mère de l'enfant chez lequel elle a fait ses couches".
Elle épousa le 9 septembre 1833 à Couture d'Argenson, Jean Pélisson, (né le 10 mars 1790 à Saint-Maixent - Deux-Sèvres, décédé le 8 mai 1856 à Beauvais sur Matha - Charente-Maritime), docteur en médecine.
Ils eurent un fils, nommé Pierre, qui épousa le 17 août 1857 à Poitiers, sa cousine germaine Juliette Augustine de Céris, fille de Louis Benjamin de Céris, frère cadet de Marie Charotte Désirée, et de Marie Hélène Beauvisage de Montaigu.
Elle décéda à Poitiers le 26 octobre 1876. (Jean-Pierre PHILIPPE).
2) Charles Clément, né le 21 décembre 1803 aux Gours.
Il épousa le 3 septembre 1833 aux Plans (La Faye), Séraphine Marie Geneviève de Chergé de Villognon, (née le 13 novembre 1810 à Ruffec, décédée le 24 février 1884 à Mareuil - Dordogne), fille de Charles Frédéric et de Marie Geneviève Jacques. (Jean-Claude VRILLAC).
Il décéda le 6 septembre 1885 à Mareuil (Dordogne), ayant eu pour enfants :
  a) Marie Geneviève Aldégonde Delphine, née le 19 mars 1834 à La Faye.
Elle épousa le 11 février 1852 à La Faye, Gaspard Philippe de Labouret, (né le 11 août 1813 à Nice).
b) Charles Frédéric, né le 13 février 1837 à La Faye.
Il fut capitaine d'infanterie de marine.
Il décéda le Ier février 1871, au lieu-dit la Chize (Jura), 'tué devant l'ennemi au combat de Cluze", alors qu'il protégeait avec ses hommes d'un bataillon du 3ème régiment de marine, les dernières troupes de Bourbaki, en retraite vers le territoire Suisse. (Jean-Pierre PHILIPPE).
c) Marie Paul, né le 26 janvier 1844 à La Faye.
Il décéda le 5 juillet 1846 à Poitiers. (Jean-Pierre PHILIPPE).
3) Alexandre Victor, qui suit.
4) Bertrand Pierre Auguste, né le 12 octobre 1806 aux Gours.
Il décéda au même endroit le 26 octobre 1806. (Jean-Pierre PHILIPPE).
5) Marie Joséphine, née le 29 janvier 1808 aux Gours.
Elle décéda au même endroit le 13 août 1811. (Jean-Pierre PHILIPPE).
6) Charles Camille, né le 20 juin 1809 aux Gours.
Il devint agent comptable de la marine à Toulon, après avoir travaillé dans ce poste aux Forges et Fonderies de Ruelle, en 1840, puis à celle d'Indret en 1846. (Jean-Pierre PHILIPPE).
Le 5 septembre 1849, il épousa à Indret (Loire-Atlantique), Marie Jeanne Dunau, (née le 22 mars 1807 à Plérin - Côtes d'Armor, décédée le 22 août 1867 à Guérigny - Nièvre).

IX) de BEAUPOIL de SAINT-AULAIRE Alexandre Victor, né le 2 janvier 1804 aux Gours.
Il fut capitaine au long cours pendant de nombreuses années avant de passer dans la Royale vers 1845. Il relata les récits du sauvetage du "Topaz", brick goélette (d'où une médaille d'or de Ière classe au nom de la Reine Victoria), et surtout le naufrage de la goélette "La Levrette" (commandant, Louveau de La Règle), sur les côtes inhospitalières de l'actuelle Colombie. (Jean-Pierre PHILIPPE).
Le 7 avril 1831, il épousa à Lorient (Morbihan), Marie Louise Bizilly, (née le 16 mai 1804 à Lorient, décédée le 23 mars 1879 à Lorient).
Il décéda le Ier juillet 1852 à Lorient, d'où descendance en Loire-Atlantique et Morbihan.

Branche de la DIXMERIE (Jonzac) :
- de BEAUPOIL de SAINT-AULAIRE François, seigneur de Tayac, fils de François II, seigneur de Gorre, et de Marguerite d'Amelin, sa seconde épouse.
Il acquit la Dixmerie en 1624.
Le 17 janvier 1621, il épousa Marguerite, dite Jeanne de Charrières (ou Charrier), dame de Brie sous Archiac, fille de Geoffroy et de Jacquette de Pelletan.
De cette union naquirent :
  1) Marguerite, qui épousa le 14 janvier 1649, François Alamigeon (né vers 1613, décédé en novembre 1863), fils d'Ysaac et de Marguerite de Pasquet.
2) Claude
, qui suit.
Etienne, né vers 1640.
Il fut maintenu dans sa noblesse le 19 octobre 1666, par jugement d'Aguesseau, intendant de Limoges.
De son union avec Marguerite de La Cour, naquit :
  a) Claude, qui épousa le 28 janvier 1676 à Vanxains (Dordogne), Marie Joumard (baptisée le 6 avril 1659 à Vanxains), fille de Poncet et de Marie de La Touche.
Il décéda en 1690 à Vanxains, ayant eu pour enfants :
  a1) Etienne, qui épousa vers 1700, Madeleine de La Brousse.
a2) René.
a3) Madeleine, qui épousa vers 1700 Raymond Robinet, fils de Gabriel et de Jeanne de La Garde de Saignes.
a4) Marie, née en 1688.
Elle épousa le 20 mars 1714, François Charles Robinet (baptisé le 12 novembre 1684), fils de Gabriel et de Jeanne de La Garde de Saignes.
Elle décéda en 1776.
4) Françoise, qui épousa vers 1645, François Joumart Tison, seigneur d'Argence et de Dirac.
5) Marie, qui épousa Claude Charrière. (Jean Hervé FAVRE)

- de BEAUPOIL de SAINT-AULAIRE Claude, seigneur du Fief du Colombier, autrement désigné la Mothe Moulidars, seigneur de Brie, Parsay (Berneuil), la Dixmerie, etc.
Il fut maintenu dans sa noblesse le 19 octobre 1666, par d'Aguesseau, intendant de Limoges.
Il épousa le 16 octobre 1651, Louise Dexmier du Breuil, fille de Guy, chevalier, seigneur du Breuil, du Plessis et des Barrières, baron de Blanzac et de Renée du Fournoux de Parsay, sa seconde épouse.
De cette union naquirent :
  1) Alexis, qui suit.
2) Etienne, qui fit une branche cadette.
3) Claude, qui épousa le 22 février 1694, à Soubran - Charente-Maritime, Angélique de Belleville, fille d'André et d'Elisabeth de Guinanson.
De cette union naquit :
  a) Angélique Jeanne, qui épousa le 9 octobre 1724, à Lagorce (Gironde), Jean François de Belleville (né vers 1695, décédé en 1765), fils d'Elie et de Jeanne de Villedon.
4) Marie Henriette, qui épousa Eléonor de Campet.

- de BEAUPOIL de SAINT-AULAIRE Alexis, chevalier, seigneur de Brie, de la Dixmerie, et de Parsais (Berneuil).
Il épousa le 12 novembre 1686, Marie de Racault, et eurent pour enfants, au moins :
  1) Antoine, qui suit.
2) Charles, seigneur du Colombier et du fief de Parsay, en 1712 (Berneuil).
Il épousa en premières noces Catherine de Mérignat, et demeurait à Berneuil en 1714.
Il semble qu'il épousa en secondes noces en 1721, Françoise de Montault.
Il eut pour enfants, au moins, d'une de ses deux unions :
  a) peut-être Louise, qui épousa Joseph Durousseau, sieur de la Motte (ou Motte-Montlieu), en Berneuil.
En 1700, elle était alors veuve et en possession de la terre de la Motte. (Elle passa ensuite entre les mains de sa fille, qui avait épousé Jean Galliot).
(Roger MARCHIVE).
b) Alexis, qui épousa Jeanne Oullier.
Il était âgé de 45 ans lorsqu'il décéda. Il fut enterré dans la chapelle de Parsay (Berneuil).
Ses filles mineures furent alors sous la tutelle de Jean de BEAUPOIL, en 1747, puis d'Antoine de BEAUPOIL, en 1758.
L'une d'elle était :
  a1) Catherine, qui en 1760, était dite majeure et maîtresse de ses droits.
Elle possédait le fief du Colombier en 1771, et elle vota pour le fief de Parsay, à Saintes, en 1789.
3) Pierre, qui épousa peut-être en premières noces en 1710, Marie Elisabeth Boy-Bellaud, puis peut-être en secondes noces en 1720, François Mathieu de Jagenas, fille de Jean et de Marie Le François. (Jean Hervé FAVRE).
De cette union naquit :
  a) Jean, qui épousa le 4 septembre 1762, Marie de Vallée.
Il décéda en 1807. (Jean Hervé FAVRE).

- de BEAUPOIL de SAINT-AULAIRE Antoine, chevalier, seigneur de Brie.
Il épousa le 31 décembre 1722, Bénigne Honorée de Morineau.
De ce mariage naquirent :
  1) Guy Antoine, né le 28 mai 1739.
Il épousa Marie Marguerite Françoise Codière de Thury.
Il décéda le 27 février 1794 à Liège (Belgique), ayant eu pour enfants :
  a) Aimée Félicité, née le 15 avril 1785.
Elle épousa Charles Armand de Coflin de Frédouville.
Elle décéda en 1827.
b) Angélique, qui devint religieuse.
c) Louisa, qui épousa N. Leroy de La Cheminarderie.
d) Marie Elisabeth Antoinette.
2) Charles, qui suit.
2) Moïse, qui fut chanoine de Poitiers, et abbé de Coulombs, après son frère Antoine Charles.
3) Antoine Charles, né en 1741.
Il fut abbé de Coulombs, et aumônier ordinaire de la Reine.
Il décéda à Paris, le 4 avril 1787.
4) Luce, qui fut religieuse.
5) Marie, qui fut également religieuse.
6) Pierre, qui décéda en 1766.
Il avait été garde marine.

- de BEAUPOIL de SAINT-AULAIRE Charles, chevalier, seigneur de Brie.
Il épousa le 9 mars 1768, Bénigne Elisabeth de Campet de Saujon.
Elle représenta son mari, à cause de son fief de Brie, en 1789, aux assemblées de la noblesse tenues à Saintes. Elle y était accompagnée par deux de ses fils, N., et Gui.
De cette union étaient nés :
  1) Charles Antoine, né vers 1772.
Il décéda en 1783.
2) Charles Thomas, qui d'une union inconnue, eut pour enfants :
  a) Victoire, née en 1767.
Elle épousa Joseph Ignace Beraud du Perou.
Elle décéda en 1829.
b) Françoise Elisabeth, née en 1768.
Elle épousa Jean Dexmier d'Archiac, colonel.
Elle décéda en 1858.
3) Félicité, qui épousa Pierre Duret, avocat.
4) Guy, qui décéda après 1829.
5) N., (fille), qui épousa N. de La Faye
6) N., dite Mimi, qui décéda en 1847.

Branche cadette de la DIXMERIE : (Données généalogiques issues de la page Geneanet de Jean Hervé FAVRE).
- de BEAUPOIL de SAINT-AULAIRE Etienne, qui épousa le 6 juin 1687, Marie Fradet de Caubourg, fille d'Henri et d'Elisabeth Nicolles.
De cette union naquirent :
  1) Angélique.
2) Charles, qui suit.
3) Charles Claude.
4) Etienne Eléonor, qui épousa Anne Blanchard.

- de BEAUPOIL de SAINT-AULAIRE Charles, né après 1687.
Il fut officier de marine.
Le 9 septembre 1713, il épousa Louise Sylvie Blanchard de Mons, fille de Pierre Charles et de Louise Morineau.
De cette union naquit :

- de BEAUPOIL de SAINT-AULAIRE François Claude, né le 19 novembre 1724 à Jonzac (Charente-Maritime).
Il fut officier de marine.
Le 16 juillet 1757, il épousa en premières noces Marguerite Françoise Bellot de Segonzac, fille de François et de Marguerite Charpentier.
De cette union naquirent :
  1) Adélaïde.
2) Claude Charles Antoine, né en 1761.
Il épousa le 23 février 1778, Harpedanne, dite Suzanne de Belleville (née en 1762), fille de Jean François et de Marie Staffe de Saint-Albert.
Il décéda le 21 juillet 1831, ayant eu pour enfants :
  a) Cécile, née en 1780.
Elle épousa le 30 septembre 1811, Pierre Braud.
Elle décéda en 1822.
b) Félicité, née en 1782.
Elle épousa en 1818, Jean Pierre Léon Durand, officier de santé.
c) Guy, né le 27 mai 1783.
Il épousa Claire Marie Gaigneron de Prenouveau, et décéda le 27 mai 1861.
3) Marc Antoine, qui suit.
4) Aimée Etiennette, qui épousa en 1776, Jean Pierre de Beaumont de Gibeau.
5) Antoine Claude Auguste, né le Ier février 1766 à Jonzac.
Il fut prêtre, et décéda le 3 septembre 1792 à Paris.
6) Félicité, qui épousa en 1777 Jacques Honoré de Beaumont, lieutenant au régiment de Beauvaisis.
7) Guy.
François Claude épousa en secondes noces le 23 février 1778, Suzanne Chapuzet (née en 1712, décédée le 6 octobre 1793).
Il décéda avant 1786.

- de BEAUPOIL de SAINT-AULAIRE Marc Antoine, né en mai 1763 à la Dixmerie (Jonzac).
Il épousa en 1780, Marie Harpedanne de Belleville, (née en 1763), fille de Jean François et de Marie Staffe de Saint-Albert.
Il décéda en 1796 à Quiberon (Morbihan), ayant eu pour enfants :
  1) Adélaïde, qui décéda le 14 janvier 1854 à Montendre (Charente-Maritime).
2) Alexandre, né en octobre 1781.
Officier, il épousa en premières noces avant 1825, Philippe Frogier.
De cette union naquirent :
  a) Herminie, née en 1825.
Elle épousa en 1843 Jean Adolphe Eugène Coyteux Duportal, docteur en médecine.
Elle décéda le 7 mai 1907. (Jean-Claude VRILLAC).
b) Alexandre, né le 29 février 1840.
Il fut capitaine d'infanterie, et décéda le 11 février 1873.
c) René Armand.
Alexandre épousa en secondes noces après 1826 Catherine Anne Ranson.
Il décéda le 17 janvier 1841, ayant eu de cette seconde union :
  d) François.
3) André, qui suit.
4) Antoine, qui décéda en 1857.
5) Antoinette, qui décéda le 16 novembre 1858 à Montendre.
6) Jean André, né en 1792.
7) Marie, qui décéda le 12 mars 1861 à Montendre.
8) Sophie, qui décéda le 17 janvier 1847 à Montendre.

- de BEAUPOIL de SAINT-AULAIRE André, né le 22 juillet 1785 à la Bruyère (Souméras - Charente-Maritime).
Il épousa en 1813 au Pignier (Coux - Charente-Maritime), Louise Virginie Gaudin, fille d'Auguste et de N. Mériaud.
Il décéda le 13 novembre 1842 à la Bruyère, ayant eu pour enfants :
  1) André Auguste, qui suit.
2) André Auguste Louis, né le 18 mars 1822 à la Bruyère (Souméras).
Il fut officier d'artillerie.
En octobre 1860, il épousa à Couternon (Côte d'Or), Alix, dite Jeanne de Fraguier (décédée en 1884), fille de Gabriel Auguste Armand et d'Alexandrine Reinold de Sézerin.
Il décéda le 29 décembre 1894 à la Bruyère, ayant eu pour enfants :
  a) N.
b) Armand, né le 10 mai 1863 à Valence (Drôme).
Il épousa peut-être en premières noces en 1890, Brigitte Pic de Blays de La Mirandole, puis en secondes noces le 19 août 1929, Lucie de Durand de Prémorel (née en 1878, décédée en 1945).
Il décéda en septembre 1963 à Besançon (Doubs).
c) Jean, né le 14 janvier 1865 à Bourges (Cher).
d) Camille, né en 1867.
Il décéda en 1889.
3) Léon Nicolas, né en mars 1824.
4) Marie Antoinette Louise, née en 1827.
5) Pauline, née en octobre 1829.
Elle décéda en mai 1889.
6) André Léon, né le 10 novembre 1830 à la Bruyère (Souméras - Charente-Maritime)
Il épousa le 30 septembre 1861, aux Jards (Montlieu La Garde - Charente-Maritime), Marie Ansault.
De cette union naquirent :
  a) Louise, née en avril 1854.
Elle épousa Paul Ramadier.
b) André Guy Marie Joseph, né le 6 juillet 1862 aux Jards (Montlieu La Garde).
Il fut officier de cavalerie, et épousa le 12 octobre 1897, Béatrix de Lamée de Soulages (née en 1873).
c) Marie, née en avril 1865.
d) Marguerite, née en mai 1872.
Elle épousa en 1895, André Godineau (né avant 1872).

- de BEAUPOIL de SAINT-AULAIRE André Auguste, né le 30 janvier 1818 à Courpignac (Charente-Maritime).
Il fut receveur de l'enregistrement.
Le 24 janvier 1864, il épousa à Paris, Isabelle Epremier Esther Couturier de Vienne, (née le 17 janvier 1835 à Paris, décédée le 28 août 1907 à Sarlat), fille d'Amable Félix et de Louis Esther de Maleville.
Il décéda le 8 septembre 1890 à Sarlat la Canéda (Dordogne), ayant eu pour enfants :
  1) Marguerite, née le 15 mars 1865 à Jonzac (Charente-Maritime).
Elle épousa le 9 avril 1883 à Sarlat (Dordogne), Jean de Boysson (né en 1854, décédé en 1940), fils d'Amédée et de Marie Thérèse de Chaunac-Lanzac.
Elle décéda en 1898.
2) Charles Auguste Félix, qui suit.

- de BEAUPOIL de SAINT-AULAIRE Charles Auguste Félix, né le 13 août 1866 à Angoulême.
Pour sa déclaration de naissance, il eut pour témoins : Charles Frédéric de BEAUPOIL de MAREUIL, et son beau-frère Gaspard de Labouret, époux de Marie Geneviève Aldegonde Delphine de BEAUPOIL). (Jean-Pierre PHILIPPE).
Diplomate, il termina sa carrière en tant qu'ambassadeur de France à Madrid, puis à Londres après avoir été collaborateur de Lyautey au Maroc, et envoyé extraordinaire à Bucarest pendant la guerre 14-18.
Il écrivit de nombreux ouvrages historiques et politiques, dont la "Confession d'un vieux diplomate". (Jean-Pierre PHILIPPE).
Le 16 janvier 1899, il épousa à Paris (église Saint-Honoré d'Eylau), Marguerite Henriette Balny d'Avricourt (née le 10 août 1878 à Berne (Suisse), décédée le 14 juin 1970 à la Malartrie - Vézac (Dordogne), fille de Léopold et de Maria Spitzer.
Il décéda le 30 septembre 1954, à la Malartrie (Vézac - Dordogne), ayant eu pour enfants :
  1) Louise, née le 30 décembre 1899.
Elle épousa le 29 juillet 1927, Charles Le François des Courtis (né en 1892, décédé en janvier 1993).
Elle décéda en 1982.
2) Edmond Charles Marie, né le 15 février 1902 à Paris.
Il épousa le 4 février 1944 à Bussière-Boffy (Haute-Vienne), Marie Gisèle Claire Ida Renée Robillard de Magnaville (née le 5 janvier 1914 à Bussière-Boffy), fille de Jacques et de Nathalie Dufaur.
Il décéda le 22 janvier 1977 à Nantes (Loire-Atlantique), d'où descendance.
(Son fils Philippe est actuellement chef du nom et d'armes de sa famille. (Jean-Pierre PHILIPPE).
3) Régine, qui épousa Jacques Joseph Ernest de Maleville.

Branche des seigneurs de SAINT-REMY (Cherves-Richemont) et (Chenac - Charente-Maritime) :
V) de BEAUPOIL de SAINT-AULAIRE Alexandre, né vers 1645, écuyer, seigneur du Maine. (alias du Mesne), et de Mareuil.
Il fut convoqué au ban d'Angoulême le 31 mars 1689, et fut maintenu dans sa noblesse per jugement de M. Begon, intendant de la généralité de La Rochelle, le 20 décembre 1698, sur la production de ses titres, remontant avec filiation à l'année 1555.
En 1703, Il était dit demeuré en son logis du Bourg des Dames, paroisse de Courbillac. (Jean-Paul GAILLARD).
Il épousa le 6 juin 1673 à Bréville, Anne Horric (née vers 1655, décédée le 31 janvier 1719 à Courbillac), fille de Pierre, écuyer, seigneur de Bellebue, et d'Anne Méhée.
(Le mariage avait été promis le 2 novembre 1669, signé Prévost, notaire royal. Hélie, fils aîné, étant né, un contrat de mariage fut signé le 6 juin 1673, devant Prévost, notaire à Thors).
Ils demeuraient au logis "du bourg des Dames", paroisse de Courbillac.
Il décéda le 22 octobre 1721 à Courbillac, et fut enterré dans l'église, ayant eu pour enfants :
  1) Hélie, qui suit.
2) Etienne Alexandre, né en 1674.
Il épousa Anne Le Blanc (née le 4 mai 1701 à Bercloux - Charente-Maritime, décédée le 3 juin 1766 à Bercloux), fille de Jean et d'Anne Robe.
Il décéda le 11 mai 1760 à Bercloux, d'où descendance en Charente-Maritime.
3) Catherine, née le 3 avril 1678 à Saint-Aubin de Courbillac.
Elle eut pour parrain Pierre Salé, son oncle, et pour marraine Catherine Gestreau.
4) Marie Anne, qui habitait au Bourg des Dames, paroisse de Courbillac.
Dans un acte du Ier février 1732, faisant tant pour elle que pour Hélie de BEAUPOIL, son frère, écuyer, seigneur de Saint-Rémy, elle négocia avec deux laboureurs à bras, la plantation de vignes. (Boistaud, notaire royal à Courbillac) (Archives départementales de la Charente)
Dans un autre acte (Boistaud, notaire), du 29 novembre 1733, elle fit l'acquisition pour la somme de 350 livres, d'une petite métairie. (Archives départementales de la Charente).
Elle fut fréquemment marraine et signa de nombreux actes paroissiaux, à partir de 1695.
Il semble qu'elle resta sans alliance.

VI) de BEAUPOIL de SAINT-AULAIRE Hélie, né le 29 mai 1673 à Courbillac, écuyer, seigneur de Saint-Rémy (Chenac et Cherves-Richemont), de Baigne, de la Gaillardrie et de Mareuil.
Il épousa en premières noces le 20 avril 1705 à Saint-Seurin d'Uzet (Charente-Maritime), Suzanne Jolly de Besnes, (décédée le 7 juin 1706 à Saint-Seurin d'Uzet).
De cette union naquit :
  1) Marie Anne, qui épousa le 11 mai 1734 à Chenac, Charles Gaspard de Vallée.
Elle décéda en 1750, d'où descendance.
En secondes noces, Hélie épousa le Ier mai 1708 à Chenac, Suzanne Pelletan, (née le 7 août 1671 à Chenac - Charente-Maritime, décédée le 12 octobre 1731 à Chenac), veuve de Louis Henri de Livenne, chevalier, seigneur de la Chapelle, et fille de Jean, conseiller du roi, président en l'élection de Saintes, et de Suzanne Jolly.
En 1731, Suzanne Pelletan demeurait avec son mari, Hélie de BEAUPOIL, au logis de Saint-Rémy (Cherves-Richemont). (Jean-Paul GAILLARD).
Il décéda le 12 novembre 1732 à Chenac (Charente-Maritime), ayant eu pour enfant :
  2) Cécile, née le 7 juin 1708.
Elle décéda le 26 août 1731 à Chenac.
3) Suzanne, née le 18 juillet 1710 à Chenac.
Le 10 septembre 1727, elle épousa à Chenac, Jean Thimothée de Cumont, (décédé en 1762), chevalier, fils de Ruben et de Judith Peanne.
D'où descendance.
4) Michel Alexandre, qui suit.

VII) de BEAUPOIL de SAINT-AULAIRE Michel Alexandre, né le 29 septembre 1712 à Chenac, écuyer, seigneur de Saint-Rémy et de Baigne.
Il épousa le 23 décembre 1738 à Fléac sur Seugne (Charente-Maritime), Honorée Bénigne Elisabeth de La Cour, (née le 24 mai 1717, et baptisée le 31 à Saujon - Charente-Maritime, décédée le 12 août 1784 à Avy - Charente-Maritime), fille d'André, écuyer, seigneur d'Avy, de Pernant, d'Orignac et de Montanson; et d'Elisabeth de La Porte.
Il décéda le 15 avril 1772 à Pons (Charente-Maritime), ayant eu pour enfants :
  1) André Alexandre, baptisé le 22 août 1740 à Chenac.
2) Modeste Bénigne Honorée, née le Ier février 1742 à Pons, et baptisée le 8.
Le 17 juin 1778, elle épousa à Pons, paroisse Saint-Martin, (par contrat 3 mars 1788, devant Laurenceau, notaire royal), Jean Eutrope de Curzay (né vers 1728 à Rouillac, décédé le 6 juillet 1820 à Bordeville - Rouillac).
Le 22 mai 1785, elle habitait au logis de Bordeville (Rouillac), avec son mari Jean Eutrope de Cursay, chevalier, seigneur de Bordeville, et y vivaient encore en 1788. (Jean-Paul GAILLARD et Bruno SÉPULCHRE).
Elle décéda le 8 août 1810 à Rouillac, ayant eu au moins deux filles.
3) Jean Thimothée, né le 15 août 1743 à Chenac.
Il décéda le 16 janvier 1744 au même endroit.
4) Jean Jacques, qui suit.
5) Pierre Charles, baptisé le 8 mai 1746 à Chenac.
Il épousa %arie Catherine Marguerite Mousseau.
Il décéda le 19 janvier 1818 à Saintes.
6) Marc Antoine, né le 7 mars 1851 à Chenac.
Il décéda le 15 septembre 1852 à Chenac.

VIII) de BEAUPOIL de SAINT-AULAIRE Jean Jacques, baptisé à Chenac le 15 novembre 1744, écuyer, seigneur de Saint-Rémy.
Il combattit dans l'escadre de de Ternay, à l'armée de Rochambeau, et devint vice-amiral.
Il fut breveté chevalier de Saint-Louis le 3 novembre 1778.
Le 12 mai 1826, il épousa Marie Anne Schomann-Smith, (née le 3 septembre 1805)
Il décéda à Paris le 18 juillet 1830, ayant eu pour enfant :

IX) de BEAUPOIL de SAINT-AULAIRE James Henri Edouard, né le 17 mars 1827 à Paris.
Il épousa Anne Cécile Neaupuy, (née le 23 janvier 1834 à Castelmoron - Lot et Garonne).
Il décéda le 6 mars 1888 à Bordeaux, ayant eu pour enfant :

X) de BEAUPOIL de SAINT-AULAIRE Edouard Henri Eugène, né en 1856.
Il épousa le 8 septembre 1891, Anne Marie Giraud.


Personne présente dans l'armorial dressé par Charles d'HOZIER :
- de BEAUPOIL Elisabeth, fille de Bernard, seigneur de Pontville et de Chaumont par sa femme.
Elle épousa le 13 novembre 1684, François de Salignac, chevalier, marquis de Fénelon, vicomte de Saint-Julien, baron de Loubert, etc.
Elle vivait encore en 1721.
Son blason fut enregistré dans l'armorial général de la France, de Charles d'Hozier, en date du 29 avril 1700.
Elle décéda le 2 mai 1740 à Manot.
De gueules à trois couple d'argent, deux en chef et un en pointe.
Blason d'Elisabeth de Beaupoil
Précisions : Elisabeth de BEAUPOIL de SAINT-AULAIRE était née à Saint-Méard (Dordogne), le 26 décembre 1665.
Elle était fille de Bernard, seigneur de de Pontville, de la branche des de BEAUPOIL de FONTENILLES, et d'Anne de Raymond, dame de Chaumont.
Elle épousa le 13 novembre 1684, au château de Rognac, (Bassillac - Dordogne), devant des Martins, notaire royal, François de Salignac-Fénelon, vicomte de Saint-Julien et baron de Loubert, fils de François Pons et d'Anne du Lac de Lasparède.
Ils eurent, d'après Fénelon (François de Salignac de La Mothe-Fénelon), 15 enfants nés à Manot. Fénelon reçut et éduqua à Cambrai, certains de ses petits-neveux, dont Gabriel Jacques, né le 25 juillet 1688 à Manot, son préféré, qu'il appelait Fanfan.
Elle décéda à Manot, le 2 mai 1740.

- BEAUCHET-FILLEAU : Dictionnaires des familles de l'ancien Poitou
- de COURCELLES : Histoire généalogique et héraldique des pairs de France...
- Gustave CHAIX d' EST-ANGE : Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle.
- Gontran Du MAS des BOURBOUX : L'ancienne noblesse du Périgord, subsistant en Dordogne.
- Etienne BARTH : Le canton de Barbezieux au temps passé.
- G. E. PAPILLAUD : Une paroisse de l'ancienne Saintonge : Montboyer, du XIVème siècle à nos jours.
- Jean-Paul GAILLARD : articles sur Saint-Rémy (Cherves-Richemont), le logis du Bourg des Dames (Courbillac), la Charlotrie (Mareuil), la Baronnière (Les Pins), dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- Jean-Paul GAILLARD et Bruno SÉPULCHRE : articles sur le logis de Mareuil, Bordeville (Rouillac), dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- Odette FAYE et Michel KAHN : article sur Château Jollet (Montboyer), dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- Roger MARCHIVE : articles sur la Motte, ou Motte-Montlieu (Berneuil), Parsais (Berneuil), dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- Armorial général de la France, dressé par Charles d'HOZIER - Généralité de Limoges, publié par J. MOREAU de PRAVIEUX.
- Jean-Pierre PHILIPPE : Renseignements généalogiques sur la branche des BEAUPOIL de MAREUIL.
- Jean-Claude VRILLAC : Recueil historique, généalogique et héraldique des anciennes familles du Ruffécois.
- Gilles JEANNEAU : Généalogie sur Geneanet : http://gw.geneanet.org/guyenne33?lang=fr;p=charles;n=de+beaupoil+de+saint+aulaire;oc=4
- Jean Hervé FAVRE : Généalogie sur Geneanet : http://gw.geneanet.org/favrejhas?lang=fr;p=francois;n=de+beaupoil+de+saint+aulaire
retour vers le menu des mises à jourretour vers le sommaire