BERNON
de PUYMÉRIGOU

blason de la famille Bernon de Puymérigou

De gueules à 4 roses d'or posées en pairle.
(Armorial général de France de Charles d'HOZIER - généralité de Poitiers)


Cette famille de la Basse-Marche a été rattachée sans preuve aux BERNON de l'Isleau.
Son blason initial, si elle eut un, n'es pas connu.
L'armorial général de France, généralité de Poitiers, lui attribua d'office le blason représenté en haut de page.
Les renseignements qui vont suivent sont extraits d'une confirmation de noblesse, datée de 1715 (BEAUCHET-FILLEAU).

I) BERNON Etienne, seigneur de Marans.
Il fut dit, sans preuve, fils de Scipion. Il fut aussi dit par ailleurs, fils de Jean et de Marie Gadoin (CHÉRIN).
Il fut l'un des 100 gentilshommes de la maison du roi, et d'après l'ordonnance de Blois de 1579, nul ne pouvait être reçu parmi les 100 gentilshommes ordinaires s'il n'était pas de race noble.
Il épousa Marie de Marans, et en eut pour enfants :
  1) Pierre, qui suit.
2) Marie, qui épousa Pierre Plument.
3) Jeanne, qui épousa Pierre de Plaisance.

II) BERNON Pierre, écuyer, sieur de Puymérigou.
Il épousa en janvier 1641, Louise Babaud, fille de Pierre, procureur fiscal du comté de Confolens, et de Catherine Marie de La Sudrie.
De cette union naquit :

III) BERNON Etienne, né en 1643, seigneur de Puymérigou, paroisse de Brigueuil l'Aîné (actuellement commune de Montrollet).
Il fut sénéchal de cette seigneurie.
En 1675, il épousa Marie d'Hugonneau.
Elle en était veuve en 1715, et fut poursuivie comme usurpatrice du titre de noble. Elle prouva que l'aïeul de son mari avait été rattaché à la maison du roi, et après avoir produit l'article de l'ordonnance de Blois, elle fut maintenue par sentence du 27 décembre.
De leur union étaient nés :
  1) Pierre, écuyer, seigneur de Marans.
Il avocat en parlement dans la paroisse de Brigueuil l'Aîné.
2) Pierre Etienne, écuyer, seigneur de la Courterie.
3) Jean, écuyer, seigneur de Puivinard.

Autres noms de cette famille :
- BERNON Anne, épousa Jacob Pasquet de Randon, écuyer, seigneur de Rocherbertier.
Ils eurent une fille, nommé Suzanne, qui naquit en 1708.

- de BERNON Catherine, qui épousa en 1733, Ignace Babaud, sieur de Barancon, lieutenant en l'élection de Confolens.

- de BERNON Etienne, seigneur de Puymérigou.
Il épousa Louise de Nollet.
Ils eurent pour enfants, au moins :
  1) Marie, qui épousa le 12 février 1775 (F. Plaisance, notaire à Saint-Junien), Jean de Saint-Garreau (Singarreau), chevalier, seigneur de la Barre, chevalier de Saint-Louis, fils de Louis et de Marie Anne de James.

- BERNON Marie Anne, épousa Louis de La Rapidie, chevalier, seigneur de Tisseuil, la Rapidie, conseiller du roi.
Ils eurent unefille, Marie Charlotte, qui se maria en 1790.

- BERNON Jean, écuyer, seigneur de Puymérigou.
Il assista par procureur à l'assemblée de la noblesse tenue à Poitiers, pour la nomination des députés aux Etats Généraux.
Il épousa par contrat du 6 février 1775, Louise Sylvine Marie du Breuil-Hélyon, fille d'Antoine Amable, chevalier, seigneur de la Guéronnière, et de Marie Silvine Robert de Villamartin.
Il périt sur l'échafaud révolutionnaire.
De son union étaient nés :
  - Etienne, né le 12 novembre 1774 et baptisé le lendemain à Brigueuil.
Il émigra en 1791 et fut inscrit sur la liste générale à la lettre B. Sa soeur, Marie Aimée Félicité fit devant le préfet de la Charente, le 27 Prairial an X, la déclaration prévue par le sénatus-cinsulte, et produisit le certificat de décès de son frère (qui le dit mort sans alliance à La Pommeraye - Maine et Loire, le 26 Nivôse an II, à la suite d'une blessure qu'il avait reçue ne combattant aux environs de cette commune). (Abbé Pierre BUREAU).
Il fut amnistié le 22 Fructidor an XI.
- 5 fils, tous tués à l'armée de Condé et durant l'émigration.
- Marie Aimée Félicité, qui épousa par contrat du 17 novembre 1800, son cousin germain Hubert du Breuil-Hélyon de La Guéronnière.


- Charles d'HOZIER : Armorial général de la France - Généralité de Poitiers.
- BEAUCHET-FILLEAU : Dictionnaires des familles de l'Ancien Poitou.
- Abbé Pierre BUREAU : Les émigrés charentais.
retour vers le menu des mise à jourretour vers le sommaire