BOICEAU de La BORDERIE

blason des Boiceau de la Borderie
De ?, au palmier de ?
( BEAUCHET-FILLEAU)

D'après BEAUCHET et FILLEAU, la Famille BOICEAU de La BORDERIE, alias BOISSEAU, semble être originaire de la commune de Civray.

Le plus célèbre de cette famille fut sans conteste, Jean BOICEAU, sieur de la Borderie (Benest). Selon certains auteurs, il naquit au château d'Ordière (Benest), d'autres situent le lieu de sa naissance tout simplement à la Borderie. Suivant Eusèbe CASTAIGNE (Bulletin de la société Historique et Archéologique de la Charente), la Borderie était fief d'Ordière, (Benest), ce qui expliquerait la confusion.
Sa date de naissance également contestée, est vraisemblablement le 14 avril 1513 (Chanoine CHEVALIER : Verteuil sous la Réforme.). Il décéda le samedi 4 mai 1591, à l'âge de 78 ans, aveugle, mais exerçant encore en partie son métier d'avocat.
BOICEAU de La BORDERIE Jean est resté célèbre en raison de ses opinions religieuses (il était protestant), de ses travaux littéraires, mais surtout à cause de ses ouvrages de jurisprudence (Traité de la preuve par les témoins). Il fut aussi célèbre par ses écrits en langue poitevine, et l'amitié qu'il voua au poète Jean de La Péruse.
(José DÉLIAS).
Une quinzaine de jours avant sa mort, il abjura la religion réformée, reçut le Saint sacrement et fut enterré en l'église Notre Dame la Petite, qui était sa paroisse.
De son union en 1537 avec Guyonne de La Faye naquit :

Filiation suivie :
I) BOICEAU Pierre, seigneur de la Borderie et de Courteil (Benest).
Il vivait en sa demeure aux environs de 1620.
En 1618, il fut taxé pour rembourser aux députés de la Basse-Marche, leurs frais aux Etats-Généraux de 1614.
Le 23 février 1621, il rendit à Jean de La Roche-Joubert, abbé et baron de l'abbaye de Saint-Sauveur de Charroux, foi et hommage lige et dénombrement, "pour raison des fiefs et hébergement dudit Couteille."
En 1622, il vendit à Paul de l'Age, écuyer, sieur de Volude (son cousin), des dîmes provenant de la succession de 2 dames Françoise de Brette, leurs mères, et le 26 juin de la même année, il vendit celles qu'ils possédait du même chef dans la paroisse de Saint-Quentin. (BEAUCHET-FILLEAU).
D'une union inconnue, il eut pour enfant :

II) BOICEAU Hélie, seigneur de la Borderie et de la Tour de Courteilles.
Le 15 mars 1642, il renouvela l'aveu et dénombrement à messire Richard Smith, abbé commendataire de l'abbaye de Charroux. A cette occasion, Hélie BOICEAU se nommait bien écuyer-seigneur de la Tour de Couteille, mais il ajoutait encore de Sansac et du Mallangin.
Le 3 janvier 1676, il vendit, avec André BOICEAU, écuyer, sieur de la Glinière, son fils, demoiselle Louise BOICEAU (ou BOISSEAU), dame de Fombelle et demoiselle Celeste BOISSEAU, son fief de la Tour de Courteil avec grandes et petites dimes, terrages, agriers, et autre droits généralement quelconques... à Abel de Moneïs, écuyer, sieur d'Ordière (Benest).
Le 3 septembre 1667, une sentence le condamna comme roturier usurpateur du titre de noblesse. (BEAUCHET-FILLEAU).
Il épousa le 22 août 1637, Céleste Le Jay, qui lui donna pour enfants :
  1) Pierre, qui suit.
2) François, écuyer, sieur de la Tiffardière.
Il épousa Fleurance de La Marche.
De cette union naquit :
  a) André Louis, né le 12 septembre 1672 à Benest.
3) André, écuyer, sieur de la Ginière.
Il décéda après 1684.
4) Céleste. qui décéda après 1670.

III) BOICEAU Pierre, né après 1637, seigneur des Génétons (Benest).
Il fut garde du corps du roi et décéda à Tournay, de blessures qu'il avait reçues au combat de Leuze en 1691.
Il avait épousé Marie Thibault (décédée après 1697).
Veuve, par sentence de M. de Maupéou du 27 juin 1697, elle ne put garder le titre de noblesse, attendu que la "qualité d'écuyer que le sieur des Genêtons avait acquise comme garde du roi, s'était éteinte avec lui."(BEAUCHET-FILLEAU).
De son union avec Marie étaient nés :
  1) Pierre, qui suit.
2) André, baptisé le 23 avril 1679 à Benest. Il eut pour parrain André BOICEAU, écuyer, sieur de la Ginière, et pour marraine François BOICEAU.
3) Marianne, baptisée le 23 juillet 1681 à Benest. Elle eut pour parrain André BOICEAU, sieur de la Ginière, et pour marraine, Marie BOISSAUD.
4) Marie, qui épousa avant 1698, Marius de Goret (né bers 1660), fils de François, écuyer, seigneur de Coux et de Genouillé, et de Suzanne Garnier.

IV) BOICEAU Pierre, né vers 1671, écuyer, sieur des Génétons et de la Tiffardière.
Il porta le titre de seigneur de la Borderie (Benest).
En 1696, une requête fut présentée au sénéchal aux fins d'obtenir justice, par Pierre BOISSEAU, écuyer, seigneur de la Tiffardière de la Borderie et de Latour, cornette au régiment royal de Roussillon-cavalerie, qui avait été grièvement outragé par Antoine Mérilhou, soi-disant avocat en la cour. Ce dernier lui avait donné un soufflet. L'affaire fut portée devant M. de Campagnac, lieutenant des maréchaux de France, qui commit messire Charles de Peyrot, chevalier, seigneur de Jofrenie, pour procéder à une enquête. Après l'enquête les parties furent ouïes. Pour éviter la peine qu'il méritait, ledit Mérilhou prétendit qu'il avait déposé une plainte sur le même sujet devant le juge ordinaire du marquisat d'Hautefort, et M. de Campagnac renvoya les parties à justice. Mais comme c'était un cas de royal, l'outrage ayant été fait à une personne de qualité, la cour dut en connaître : le plaignant demanda en outre à obtenir promptement une juste réparation.
Il fut maintenu dans sa noblesse le 5 janvier 1705, sur preuves remontant à 1547, par sentence de Pinon, intendant à Poitiers.
Le 26 novembre 1698, il épousa à Champagne-Mouton, Suzanne (alias Jeanne) Goret (née le 29 septembre 1661 à Champagne-Mouton), fille de François, écuyer, seigneur de Coux et de Genouillé, et de Suzanne Garnier.
Il décéda le 2 octobre 1731 à la Borderie (Benest), ayant eu pour enfant :

V) BOICEAU Jean Pierre, né le 21 septembre 1699 à Benest, sieur de la Borderie.
Il était également nommé seigneur de la Tiffardière, en raison d'un domaine de ce nom qu'il possédait près de Niort. Il habitait la Borderie, mais ne fut que rarement appelé seigneur de ce lieu.
Il abjura le protestantisme pour se convertir au christianisme.
En 1736, il fut nommé curateur des enfants mineurs, Henry et Catherine de Monéis.
Il épousa en 1716, Jeanne de Pressac. (née vers 1695, décédée le 18 mai 1768 à Benest), fille de N., et de Françoise Cartier.
Il décéda le 9 octobre 1745 à Benest, ayant eu pour enfants :
  1) Jean Pierre, qui suit.
2) Marie, née le 21 novembre 1718 à Benest.
3) François, né le 28 novembre 1719 à Benest.
4) Marie Anne, née le 27 octobre 1721 à Benest.
Elle habitait la Borderie en compagnie d'un neveu âgé de 26 ans, Pierre BOICEAU.
Elle décéda le 24 février 1803.
5) Anne, née le 20 juin 1725 à la Borderie - Benest.
6) Paul François, né le 23 juin 1726 à la Borderie - Benest.
7) Jean Pierre, né le 18 janvier 1728 à la Borderie - Benest.
8) Marguerite, née le 6 janvier 1729 à la Borderie - Benest.
9) Henry Joseph, né le 11 février 1730 à la Borderie - Benest.
10) René François, né le 12 novembre 1731 à la Borderie -Benest.

VI) BOICEAU Jean Pierre, né le 9 décembre 1717 à Benest.
Il porta le nom de la Borderie et de la Fénicardière.
Il épousa en premières noces Jeanne Charlotte Vachier, puis en secondes noces, le 12 juin 1762, Marguerite Louise Ferré de Peyroux (née le 29 octobre 1741, décédée le 28 mars 1803 à Civray), fille de Jean et de Catherine Jeanne Madeleine du Breuil Hélion de La Guéronnière.
De cette union naquirent :
  1) Jacques, né à Benest.
2) François, qui se fit moine à Charroux.

Noms isolés :
- BOICEAU François, né vers 1530, écuyer, sieur de Sansac et du Cluzeau.
D'une union inconnue, il eut pour enfant :

- BOICEAU Jean, sieur de la Borderie.
D'une union inconnue, il eut pour fille :
  1) Jeanne, née avant 1600, à Charroux (Vienne).
Elle épousa Jean Faure, sieur de Chantegrelet.

- BOICEAU de La BORDERIE Marie, épousa vers 1630, Daniel Bardon, sieur de la Couraudière.

- BOICEAU Marie, veuve de Marius de Goret, qui épousa Olivier Garnier (décédé avant 1746), seigneur de Fontanon, fille de Pierre.

- BOICEAU François, écuyer, seigneur de la Borderie.
Il servit au ban des nobles du Poitou en 1758, et assista à l'assemblée des nobles de 1789.

- BOICEAU LABORDRIE Jean, qui après avoir déposé sa particule, avait aussi pris le soin à la Révolution, d'enlever les 4 girouettes de son château, et de les entreposer dans une chambre haute à l'abri des regards, comme nous l'apprends un inventaire dressé le 6 Floréal an IV. (José DÉLIAS)).

- BOICEAU Marguerite, qui épousa le 14 février 1809 à Benest, Gabriel de Montalembert (né en 1782 à Desvergnes - Montemboeuf, décédé le 27 août 1867 à Champsac - Haute-Vienne), fils de François Pierre, et de Marie Geoffroy de La Tibaudière.
Ils eurent une fille nommée Victoria.

- BOICEAU Antoinette, née le 6 juillet 1782.
Elle épousa le 22 octobre 1816, Charles Duverrier de Boulzat.

- BOICEAU Antoinette, née le 20 novembre 1790.
En 1812, elle demeurait toujours à la Borderie. (José DÉLIAS)).
Elle épousa le 21 mai 1823, Jean Girard.
Ces deux Antoinette seraient fille de François BOICEAU de la BORDERIE et de Jeanne Boutet.

- Jean-Robert CHARRAUD : Histoire de Benest, enclave poitevine de Charente.
- BEAUCHET-FILLEAU : Dictionnaires des familles de l'ancien Poitou.
- José DÉLIAS : article sur la Borderie (Benest), dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- LAURENT Chantal : Généalogie sur Internet : http://gw.geneanet.org/chantallmc
retour vers le menu des mises à jourretour vers le sommaire