BOISSON
blason de la famille Boisson
D'or à trois sapins terrassés de sinople.
(Armorial général de la France - Charles d'Hozier - Généralité de Limoges)
(Les trois sapins sont parfois positionnés sans terrasse et posés deux et 1)
Le blason de cette famille a subi de nombreuses modifications, je pense toutes infondées.
- Dans l'ouvrage de l'abbé MONDON tout d'abord : Est-ce une coquille de l'imprimeur, ou une erreur de l'abbé ? Les sapins se transforment par une erreur de copie en lapins.
- Passons à l'ouvrage de l'abbé NADAUD. Lui ne parle plus de sapins ou de lapins, mais de romarins... Le dessin aurait-il été aussi mauvais pour que les sapins se transforment en romarins ? pas impossible.
- M. de BREMOND d'ARS, lui fit sans doute une nouvelle erreur de copie par rapport au "romarins", car le terme pour sa description héraldique devient alors "romaine"...

I) BOISSON Antoine, écuyer, sieur de Bussac.
Il décéda après 1601, ayant eu d'une alliance inconnue :

II) BOISSON Jean, écuyer, sieur de Bussac, Roullet, et Rocheraud, conseiller du roi au présidial d'Angoumois.
Il fut élu maire d'Angoulême le dimanche 17 mars 1641, et continué en 1642. Le 15 janvier, il fut comme maire, reçu en l'office de conseiller, vaquant, par la mort de David Guillaumeau, écuyer. Le 24 mars 1642 (selon M.J SANSON), (24 mai, selon Simon des COUSTURES), toujours comme maire, il fut reçu en l'office d'échevin, vaquant, par la mort de Hélie Levêquot, écuyer, sieur de Coursac.
(Le même jour, (24 mars), Samuel Paulte, écuyer, sieur des Riffaux, fut comme premier pair, reçu en l'office de conseiller, vaquant, par la promotion de Jean BOISSON, en l'office d'échevin).
Il fit acte au greffe de l'élection de vouloir vivre noblement le 17 septembre 1642.
En 1643, il fut élu comme sous-maire.
Le 31 octobre 1647, François Pommet, écuyer, alors maire d'Angoulême, fut reçu en l'office d'échevin, vaquant par la mort de Jean BOISSON.
En 1666, il fut maintenu dans sa noblesse (M. CALLANDREAU).
Il épousa en 1632 Catherine Paulte, (décédée après 1658), fille de Jean, maire et capitaine d'Angoulême en 1562, et de Jeanne Chambaud.
Ils eurent pour enfants :
  1) Antoine, (alias Hélie), baptisé le 24 octobre 1639, écuyer, sieur de Bussac et de Birac.
Il fut d'abord conseiller au présidial, puis procureur du roi.
Il épousa le 18 juin 1657, paroisse Saint-Antonin d'Angoulême, Marie de La Rochefoucauld d'Orbé, (née vers 1632, décédée le 2 février 1693 à Angoulême, paroisse Saint-Antonin), fille de François, seigneur de Barro et du Châtelet, et de Mathurine de Ruaux.
En 1659, il était propriétaire de bâtiments au Maine des Champs (Bouteville), qu'il afferma à Charles Poivrier, marchand du bourg de Bouteville. Ces bâtiments appartinrent jusqu'à la Révolution à la famille BOISSON.
(Jérôme ROYER et Jean-Paul GAILLARD).
Le 22 octobre 1664, avec sa femme, ils vendirent les terres, fief et seigneurie du Chastenet (Saint-Amant de Bonnieure), à Jacques de Ravard, sieur de Saint-Amant de Bonnieure, et à Françoise de Carroy, son épouse. (Frédéric DEGORCE).
Le 27 décembre 1678, il acheta la terre et seigneurie de Claix, de Jean Callueau, seigneur vicomte de Saint-Mathieu, l'Oisellerie, Claix et autres lieux, et d'Anne du Tillet, son épouse. (Jean-Paul GAILLARD).
Il fut enregistré dans l'Armorial Général de la France, par les cabinets de Charles d'HOZIER, à la généralité de Limoges, le 29 août 1698, avec le blason présenté en début de page. Il semblerait que Clément, son frère, fut enregistré avec le même blason, cependant, on trouve dans le même Armorial Général de la France, mais à la généralité de La Rochelle, un autre blason pour Clément. (Voir un peu plus bas).
Antoine et Marie eurent pour enfants deux filles :
 

a)Mathurine, née vers 1660.
Elle
épousa le 21 janvier 1682 à Angoulême, paroisse Saint-Antonin, Pierre Galard de Béarn, seigneur de Blanzaguet et de Claix, (né vers 1649, décédé à Claix), fils de Charles et de Marie de La Grézille.
En 1698, le partage anticipé des biens de son père lui attribua la terre et seigneurie de Claix. Elle céda à son tour Claix, le 8 mars 1731 à Eméry Hastelet de Puygombert.
(Jean-Paul GAILLARD).
Elle décéda à Claix.
b) Marie-Rose, qui épousa en premières noces avant 1698, Jean de Lambertie, (décédé avant 1699), seigneur de la Chapelle, fils de Léonard, écuyer, seigneur de Marval, l'Espinasse, etc... et de Marie de Fontlebon. Elle n'en eut pas d'enfants.
Veuve, elle épousa en secondes noces le 3 juillet 1700, paroisse Saint-Antonin d'Angoulême, Jacques-Alphée Goulard, (né le 20 octobre 1681, décédé le Ier février 1760), chevalier, seigneur de Saint-Hilaire, fils de Jacques Martel, et de Marthe Fabrice de Grassenich.
Elle lui apporta les terres de Roullet et de Rocheraud.
Elle fut marraine d'Anne-Rose Méhée, demoiselle d'Ardenne, née au logis des Courades le 30 janvier 1688, et baptisée le 16 février suivant, dans l'église de Vibrac.

2) Clément, qui suit.
3) Jean, alias Hélie, sieur du Breuil, de Boiscouvier.

En 1678, il demeurait en sa maison noble d'Orlut (Mérignac). (Jean-Marie SAUVIGNON).
Il décéda le 2 avril 1684 à Mérignac ayant eu de son union avec Anne Bouché :
  a) Clément, né le 6 novembre 1673 à Mérignac.
b) Lucrèce, qui épousa le 24 mars 1693 à Angoulême, paroisse Saint-Antonin, Jean Gervais, seigneur du Châtenet, (né le 5 juillet 1668, à Saint-André d'Angoulême, décédé le 24 août 1733, même paroisse), maire d'Angoulême de 1717 à 1721, file de François et de Marie Pichot.
4) peut-être Marie , qui fut religieuse de l'abbaye de Saint-Ausone. (31 décembre 1695 - Pierre Audouin, notaire royal à Angoulême). (Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790).

III) BOISSON Clément, écuyer, seigneur de Birac.
Il fut enregistré dans l'Armorial Général de la France, par les cabinets de Charles d'HOZIER, à la généralité de La Rochelle, avec le blason de fantaisie ci-dessous :
D'argent à trois bandes d'azur.
Blason de Clément Boisson
Il n'eut de son mariage avec Marguerite Thomas, qu'un fils :

IV) BOISSON Clément, écuyer, sieur de Rochemont (Saint-Preuil), et de Birac.
A la fin du XVIIème siècle, il s'installa au logis de la Brouarderie (Bouteville).
Il fit son testament le 2 septembre 1703, et y demandait entre autres à être enterré dans l'église de Bouteville (Jérôme ROYER et Jean-Paul GAILLARD).

Il épousa Marie Fé de Ségeville, (décédée après 1769), fille de Jean, sieur de Ségeville, et de Marguerite Pineau
De cette union naquit, au moins :

V) BOISSON Paul, chevalier, né à Bouteville vers 1724, seigneur de Rochemont, la Brouarderie, et de Vouillac.
Il fut colonel de dragons, lieutenant du roi en la province d'Angoumois, et breveté chevalier de Saint-Louis.
Il fut présent sur la liste des membres de la noblesse d'Angoumois, figurant sur les procès-verbaux des Assemblées Générales et Particulières, tenues à Angoulême du 16 mars au Ier avril 1789.
Demeurant en son logis de la Brouarderie (Boutevile), il épousa par contrat du 7 novembre 1766 (Caillaud, notaire royal à Angoulême), Anne Michelle Petit du Petit-Val, (née vers 1710), fille de François et d'Esther Bermon. La célébration religieuse eut lieu à Saint-Antonin d'Angoulême, les 10 et 11 novembre.
Elle était veuve d'Elie Pasquet (décédé avant 1766), sieur de Saint-Mesmy, Balzac, Vouillac, et autres lieux. Elle lui apporta par ce mariage le logis de Vouillac (Champniers).
Le 17 mai 1775, Pierre Voix de Fontbelle, demeurant au logis de Puyroyer (Saint-Preuil), fit l'acquisition de Rochemont. (Jean-Paul GAILLARD).
Elle décéda le 25 août 1778 et fut inhumée le 27 à Bouteville, sans avoir eu d'enfants, d'aucun de ses deux mariages. (abbé Pierre BUREAU).
Paul émigra à la Révolution, et ses biens furent saisis et vendus comme bien nationaux. (Jérôme ROYER et Jean-Paul GAILLARD).
Le domaine du Colombier (Eraville), fut estimé par le procès-verbal du 23 Prairial an IV, et adjugé le 26 à Jean Louis et Henri Charles Annibal Marrot, frères, demeurant à Châteauneuf, pour 18873 livres. (Jean-Paul GAILLARD).
Son dossier d'émigration portait : "Inscrit sur la liste des émigrés du département de la Charente". Il réclama contre cette inscription le 27 mars 1793, et fit une nouvelle réclamation enregistrée au ministère de la police générale, le 25 Prairial an VIII. Il fut rayé provisoirement par arrêté du préfet de la Charente du Ier Thermidor an VIII.
Il résida à Lyon du Ier décembre 1791 au 29 septembre 1793. Il fut incarcéré à la prison Saint-Joseph de Lyon, le 13 octobre 1793, et y resta jusqu'au 20 Frimaire an III, date de sa mise en liberté. Il resta à Lyon jusqu'au 23 Messidor an V.
Il fit sa déclaration devant le préfet de la Charente, le 29 Floréal an X et fut amnistié le 13 Fructidor an X.
(abbé Pierre BUREAU).
Il décéda à Angoulême le 22 avril 1808. (abbé Pierre BUREAU).

Autre BOISSON de ROCHEMONT, non rattachés à la filiation :
- BOISSON Jean, écuyer, sieur de Boiscouvier et du Colombier (Eraville), lieur où il demeure à la fin du XVIIème siècle.
Il épousa Marie Birot.
Le 24 juillet 1692, "étant mandé au corps de la noblesse d'Angoumois, pour le service du roy", il rédigea son testament en faveur de sa femme.
Veuve avant 1720, Marie Birot résidait toujours au Colombier en 1735. Elle testa le 24 août 1738 et décéda avant le 16 septembre suivant, date du partage de ses biens entre ses héritiers. (Jean-Paul GAILLARD).

- BOISSON de ROCHEMONT Marie, fille majeure demeurant ordinairement au lieu de la Borde, paroisse de Gondeville, et de présent dans une chambre de maison occupée par le sieur Sirier, maître chirurgien de la ville d'Angoulême, fit son testament le 15 février 1756 (Caillaud, notaire royal à Angoulême).
Il y déclara qu'elle s'en rapportait pour ses funérailles, ainsi que pour les messes, prières et aumônes à célébrer et faire pour son âme, à la bonne discrétion de Philippe Lainé de Bellegarde, prêtre, curé de Mainxe, son cousin germain.
Elle disposa de ses meubles et acquêts en faveur de demoiselles Madeleine et Marie Rosalie, ses soeurs. (Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790).
- BOISSON de ROCHEMONT Madeleine, soeur de Marie, demeurant au Colombier (Eraville), fit son testament, le 8 septembre 1788, en faveur de sa soeur, Marie Rosalie.
(Jean-Paul GAILLARD).
- BOISSON de ROCHEMONT Marie Rosalie, soeur des deux précédentes.

- BOISSON de ROCHEMONT Henri Charles Annibal, prieur de Saint-Chartier de Javarzay (Deux-Sèvres), d'Arnay Le Duc (diocèse d'Autun), religieux de Saint-Cybard d'Angoulême.
Le 20 mars 1765 (Caillaud, notaire royal à Angoulême), il fit un renouvellement pour 9 ans, du bail à ferme des revenus du prieuré de Saint-Chartier de Javarzay, moyennant 220 livres chaque an, au profit de Charles Robert, commandant de la brigade de maréchaussée de Chef-Boutonne, et demeurant à Javarzay.
Le 19 novembre 1765 (Caillaud, notaire royal), il fit démission du prieuré de Saint-Michel de Marcillac, entre les mains de François Delpy de Saint-Geyrac, abbé de Saint-Cybard. (Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790).

Autres noms non rattachés :
- BOISSON Jean, de Châteauneuf.
Il se fit céder le Ier mai 1450, par Perrotin et Perrauld Martin, frères, un arpent de terre, qu'ils possédaient audit lieu d'Etaules, dépendant de la seigneurie de Mondot Gastaud.

- Le 12 novembre 1562, BOISSON Jean, d'Angeac-Charente, ainsi que de nombreux autres personnages, déclarèrent tenir de Guillaume Gélinard, écuyer, sieur de Malaville, un maine appelé "Maine d'Orte", avec ses appartenances, maisons, jardins, etc...

- BOISSON Marguerite, épousa Jean Ferret, écuyer.
Ils eurent pour enfant Gilles, baptisé à Grassac en 1641.

- BOISSON Jean, sieur de Boiscouvier, (D'hozier dit Boislouvier), et
- BOISSON Charles, écuyer, sieur du Breuil,
furent enregistrés dans l'armorial général de la France de Charles d'Hozier, à la généralité de La Rochelle, avec ce blason de fantaisie :
D'azur à trois bandes d'argent.
blason de Jean et de Charles Boisson

- Nobiliaire de la Généralité de Limoges : Simon des COUSTURES.
- Nobiliaire du diocèse et de la généralité de Limoges : abbé Joseph NADAUD.
- Notes historiques sur la baronnie de Marthon : abbé Adolphe MONDON.
- Le château d'Ardenne : abbé TRICOIRE.
- Histoire de l'Angoumois : VIGIER de la PILE.
- Dictionnaires des familles de l'ancien Poitou : BEAUCHET et FILLEAU.
- Michelle AILLOT : Entre Boëme et Charraud, sur les chemins du temps jadis.
- Armorial Général de France de Charles d'HOZIER, généralité de Limoges.
- M.J SANSON : Noms et ordres des maires, échevins et conseillers de la maison commune d'Angoulême.
- Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790, rédigé par MM. P. de FLEURY et J. de La MARTINIÈRE, archivistes.
- Jérôme ROYER et Jean-Paul GAILLARD : articles sur la Brouarderie et le Maine des Champs (Bouteville), dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- Jean-Paul GAILLARD : articles sur le château Saint-Georges (Claix, le Colombier (Eraville),
et Rochemont (Saint-Preuil), dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- Jean-Marie SAUVIGNON : article sur Orlut (Mérignac),
dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- Frédéric DEGORCE : article sur le Chastenet (Saint-Amant de Bonnieure), dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- M. CALLANDREAU : L'ordre de la noblesse de l'Angoumois, aux Etats Provinciaux de 1789.
- abbé Pierre BUREAU : Les émigrés charentais.
retour vers le menu des mises à jourvers l'armorial général de France, généralité de Limogesretour vers le sommaire