de BOLOGNE

blason de la famille de Bologne
D'azur au griffon d'or, au chef cousu de gueules chargé de trois étoiles d'argent.
(André François Joseph BOREL d'AUTERIVE, et Albert RÉVÉREND)

Cette famille de BOLOGNE descendait de la famille des Capizucchi de Bologne (Italie), établie en Provence depuis le XVIème siècle.
(Son blason était : D'azur à trois bandes d'or).
Elle fut présente à Angoulême à la fin du XVIIIème siècle.

Le Grand Armorial de France de Henri JOUGLA de MORENAS, donne pour blason à cette famille :
autre blason de la famille de Bologne
Ecartelé aux 1 et 4 d'or à 4 tourteaux de gueules; aux 2 et 3 de gueules semé de fleurs de lys d'or; sur le tout, d'azur à la bande d'or.
(Henri JOUGLA de MORENAS)

- de BOLOGNE Pierre, née en 1706 à la Martinique. Il continua la tradition militaire de la famille en étant mousquetaire. Il participa à ce titre aux campagnes du Rhin et des Pays-Bas dans les guerres contre l'Autriche. Il fut réformé après la paix d'Aix La Chapelle, en 1748.
Il fut secrétaire du roi, maison et couronne de France, au parlement de Metz, de 1748 à 1781.
Résidant à Metz, il composa des odes sacrées et divers morceaux de poésie qui furent imprimées.
le 11 janvier 1764, il fit enregistrer à la Guadeloupe, ses lettres de provision de secrétaire du roi, qui lui accordaient les privilèges de noblesse de premier degré. (André François Joseph BOREL d'AUTERIVE).
Il est dit qu'il s'était installé à Angoulême. On le retrouve entre 1745 pour la vente des meubles et du logis de Puymeunier (Anais), et 1752 pour des fermes de pièces de terre. Il devint ainsi propriétaire de Puymeunier. Ce logis et cette terre furent saisis à la requête du seigneur de Fissac, et une adjudication fut faite le 7 septembre 1775, au profit d'Antoine Juzaud. (Bruno SÉPULCHRE et Jean-Paul GAILLARD).
Pierre décéda en 1792 à Dardenac (Gironde). On trouve aussi la date de 1790 à Angoulême.

- de BOLOGNE Marthe, soeur de Pierre, et veuve de Jean François Cazeau du Breuil, fut adjugé propriétaire du logis de Malaville, par arrêt du parlement de Paris du 26 juin 1736.
Le 17 novembre suivant, Martin Louis de Crevant lui fit des offres "en retrait lignagé", sur Malaville. Cependant ces offres restèrent sans suite.
En 1749, sa fille, Marie Marthe Cazeau et son mari, Pierre de Châtillon décidèrent de faire leur résidence au logis.
(Jean-Paul GAILLARD et Jérôme ROYER)


- André François Joseph BOREL d'AUTERIVE, et Albert RÉVÉREND : Annuaire de la noblesse de France.
- Henri JOUGLA de MORENAS : Grand Armorial de France.
- Bruno SÉPULCHRE et Jean-Paul GAILLARD : Article sur Puymeunier (Anais), dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- Jean-Paul GAILLARD et Jérôme ROYER : Article sur le logis de Malaville, dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
retour vers le menu des mises à jourretour vers le sommaire