de BRETTES

blason de la famille de Brettes.
variante du blason de la famille de Brettes.
D'argent à trois vaches (brettes) de gueules, l'une sur l'autre.
D'argent à trois vaches de gueules, accolées et clarinées d'azur, l'une sur l'autre.
(d'Hozier)

Famille noble qui habitait la Basse-Marche et le Poitou.
Elle a sans doute tiré son nom de la paroisse de Brettes, près de Ruffec.

Branche de CROS :
I) de BRETTES Jeannot, écuyer, seigneur de Cros.
Il épousa le 15 avril 1532, Peyronne de Neufville, fille du seigneur de Magnac.
Ils firent des acquisitions le 22 octobre 1537 et le 21 mai 1547.
De cette union naquit, au moins :

II) de BRETTES François, chevalier, seigneur de Cros.
Il fut chevalier de l'Ordre du Roi, le 6 janvier 1571.
Il donna quittance en 1571 (sceau écartelé).
blason sur un sceau de 1570.
Ecartelé de trois vaches et de trois grues.
(sceau de 1570. Lainé : Archives de la noblesse).

Il épousa en premières noces, vers 1550, Anne des Roches, fille d'Antoine, seigneur d'Escheyrac, et de Françoise de Lavau; puis en secondes noces le 14 juillet 1565, Anne Vigier, veuve de Jean Guiot, écuyer, seigneur d'Asnières, fille de Benoît, écuyer, seigneur de Chalonne, et de Catherine Joubert.
Le 27 février 1567, il y eut une transaction contenant la vente de la seigneurie de Brouillac en faveur de François, donataire de Peyronne de Neufville, sa mère.
Il fut élu chevalier de l'Ordre de Saint-Michel par Charles IX, le 6 janvier 1571.
Il eut pour enfant de son premier mariage :
  1) Françoise, qui épousa le 15 octobre 1570 (Montazeau, notaire), René de l'Age, écuyer, seigneur de Volude.
Elle eut pour fille Marguerite, qui fut baptisée le 7 juin 1592. Le parrain fut Jean de Goret, sieur des Coux, et la marraine Marguerite Arembert.
Elle même fut marraine le même jour au baptême de Jehanne Pastureau, fille de Nicolas, sieur de Pinode. Le parrain était Jean de Goret, sieur des Coux.
(Registres protestants de Ruffec).
De sa seconde union, il eut :
  2) Cybard, qui suit.
3) Louise.

III) de BRETTES Cybard, écuyer, seigneur de Cros, du Masrocher, Brouillac.
Il épousa le 9 octobre 1589, Jeanne de Salaignac, fille du seigneur de Rochefort.
Le 10 mars 1584, sa mère, Anne du Vigier, autorisée de son mari, François de BRETTES, fit donation en sa faveur.
Par testament du 11 août et du 12 décembre 1612, ils firent légat à Abel et à leurs autres enfants, et instituèrent Gédéon, leur aîné.
Il fut assassiné, vers 1618, époque du partage de sa succession.
Il avait eu pour enfants :
  1) Gédéon, qui suit.
2) Abel, qui forma la branche de Richebourg.
3) Marc, légataire de son père le 12 décembre 1612. Il fut chanoine à Saint-Junien.
4) Françoise.
5) Olympe.
6) Nérée.
7) Anne.

IV) de BRETTES Gédéon, chevalier, seigneur de Cros.
Il obtint une confirmation de noblesse de d'Aguesseau, le 30 août 1667.
Il servit comme volontaire en 1632, et eut à cette occasion la jambe emportée.
Il épousa en premières noces, le 19 avril 1612, Marguerite de Douhet; et en secondes noces, le 10 décembre 1642, Claude Dreux, fille de Simon, écuyer, seigneur de Montrollet, et de Florence Vidart. Il épousa enfin en troisièmes noces Gagrielle-Thérèse d'Allemagne, fille du seigneur de Bonneau.
Il testa le 28 avril 1672, devant Joachim Routier, notaire à Paris. Il fonda une messe de Requiem à Cieux, et institua Jacques-François, son fils, son héritier universel.
De sa première union, il eut pour enfant :
  1) Catherine, qui épousa à Pressac, le 6 juin 1676, Guy d'Aloigny, écuyer, seigneur de Boismorand. Elle apporta dans cette famille la seigneurie de Brettes. Cette terre, avant d'être une possession de la famille de BRETTES, avait appartenu à la famille de Corneille.
Elle fit son testament le 6 novembre 1695.
Il eut pour enfants de son second mariage :
  2) Jacques-François, qui suit.
3) Catherine, qui épousa Gabriel d'Abzac, écuyer, seigneur de Pressac.
4) Françoise.
5) Anne.
6) Marie.
De sa troisième union naquit :
  7) Anne-Gabrielle, qui épousa vers 1680, François de Cognac, chevalier, seigneur de Pairs (Saint-Christophe).

V) de BRETTES Jacques-François, chevalier, marquis de Cros, Cieux, Masrocher.
Il fut capitaine des chevau-légers de la garde du Roi, par commission du 7 janvier 1674, commanda le ban de la noblesse du Limousin en 1694.
Il épousa par contrat du 28 avril 1675, Anne Robin, fille de Jean, sénéchal de Brigueuil, et de Léonarde Duchesne.
De cette union naquit, au moins :

VI) de BRETTES Pierre, écuyer, marquis de Cros.
Il fut reçu page de la Grande Ecurie en avril 1707.
Il épousa par contrat du 20 août 1714, Suzanne Petiot, fille de Jacques, seigneur de la Motte, et de Catherine Roger.
Il décéda en 1729.
De cette union naquit, entre autres enfants :

VII) de BRETTES Joseph-Martial, marquis de Cros.
Il naquit le 22 juin 1716, fut reçu page en la Grande Ecurie le 15 décembre 1731, et décéda le 15 septembre 1793.
Il avait épousé par contrat du 26 février 1734, Placide-Anne de Cognac, fille de Charles-René, seigneur de Naliers, et d'Anne-Placide Bonhier de Roche-Guillaume. Elle décéda le 17 septembre 1752.
De cette union naquirent :
  1) Pierre, qui décéda jeune.
2) Antoinette, née le 20 octobre 1737. Elle épousa le marquis de Fissac.
3) Marie, née le 4 février 1739. Elle épousa Mathieu, seigneur de Vantaux.
4) Françoise, née le 6 mai 1740. Elle épousa le 30 janvier 1767, Joseph Tryon, seigneur de Salles.
5) Anne-Placide, née à Bellac le 4 août 1741. Elle fut religieuse au Carmel, et avait été auparavant élevée à la maison royale de Saint-Cyr.
6) Marie-Marguerite, née à Cieux le 11 janvier 1743. Elle fut reçue à Saint-Cyr en 1752, et devint religieuse aux Filles de Notre-Dame.
7) Jean-Baptiste, qui suit.
8) Anne, née le 9 mai 1746.
9) Charles, qui décéda jeune.
10) Joseph-Martial, qui fera la seconde branche.
11) Adrienne-Julie, née le 5 août 1752.

VIII) de BRETTES Jean-Baptiste, marquis de Cros, comte de Cieux.
Il fut baptisé le 12 septembre 1744.
Il fut reçu page de la Grande Ecurie le 15 juillet 1762. Il eut la distinction de chevalier de Saint-Louis, et eut le grade de colonel.
Il décéda à Paris le 9 février 1824, étant alors colonel en retraite, chevalier de Saint-Louis. Sa femme était décédée au château de Cros, le 6 mars 1787.
Il avait épousé par contrat du 24 mai 1780, au château de la Roche-Barentin, Louise-Madeleine de Barentin de Montchal, fille de Charles-Paul-Nicolas, vicomte de Montchal, et de Jeanne-Marie-Dorothée de Combres de Bressoles.
De cette union naquirent :
  1) Joseph-Martial-Armand, qui suit.
2) Lucie, qui épousa le comte de Villermont.

IX) de BRETTES Joseph-Martial-Armand, marquis de BRETTES.
Il naquit le 5 juillet 1781 au château de Cros. Il décéda à Paris le 5 juillet 1830.
Il avait épousé le 16 février 1812 Marie-Elisabeth d'Hamal, veuve du comte Louis de Bussy, et fille de Ferdinand-Alphonse, comte d'Hamal, et de Marie-Charlotte d'Horion.
De cette union naquirent :
  1) Jean-Baptiste-Charles-Armand, qui suit.
2) Jeanne-Marie-Josèphe-Ernestine, née le 5 juillet 1814.
3) Théodore-Charles-François-Gislain, né le 14 février 1816. Il fut capitaine de cavalerie, et fit la campagne de Crimée.
Il fut fait chevalier de la Légion d'Honneur.
Il épousa le 15 septembre 1853, Elisa de Corbier, fille de François, comte de Corbier, et de Hortense de Maulmont.
Il décéda sans postérité, le 15 janvier 1876.
4) Eugènie-Adélaïde-Valérie, née le 16 décembre 1817. Elle épousa le 2 mai 1853, Adolphe-Emile-Athanase-Adhémar de Beaulieu.

X) de BRETTES Jean-Baptiste-Charles-Armand, marquis de BRETTES.
Il naquit à Saint-Firmin le 16 juillet 1813.
Il épousa à Nouaillé (Vienne), le 18 juillet 1841, Marie-Louise Verriet de Litardière, fille de Louis, et de N. Rousseau.
Ils eurent pour enfants :
  1) Martial-Anatole, qui suit.
2) Marie-Elisabeth, née le 11 avril 1846.

XI) de BRETTES Martial-Anatole, marquis de BRETTES.
Il naquit à Nouaillé, le 13 septembre 1842.
Il fit la campagne de 1870-1871 dans les volontaires de Cathelineau, et fut nommé lieutenant à Angers.
Il épousa le 23 juillet 1872, à Poitiers, Camille-Marie-Joséphine Bellink, fille de Constant-Jean-Baptiste, et de Rosalie Moreau.
De cette union naquirent :
  1) Marie-Anne-Joseph-Henri.
2) Marie-Joseph-Louis.

Seconde Branche :
VIII) de BRETTES Joseph-Martial, écuyer, seigneur de la Sallette.
Il naquit le 18 mars 1750.
Il servit aux chevau-légers de la garde, et fut chevalier de Saint-Louis.
Il émigra en 1791, fit la campagne de 1792 à l'armée des Princes. Il fut retraité lieutenant-colonel de cavalerie.
Il décéda le 12 août 1829.
Il avait épousé le 23 février 1773 (Fournier, notaire), Louise-Léonarde de La Celle, fille de Louis-François, comte de Châteauclos, et de Sylvie Le Pannetier d'Amon.
De cette union naquirent :
  1) Marie-Sylvie-Anne, née le 29 décembre 1773. Elle fut reçue chanoinesse de l'Ordre de Malte le Ier mai 1833, puis archidiaconnesse de l'Ordre des Quatre-Empereurs, le 3 septembre 1839.
Elle décéda le 19 novembre 1858.
2) Jean-Baptiste-Joseph, qui suit.
3) Louis-François, qui fera la troisième branche.
4) N., qui décéda en bas-âge.
5) Victor, né le 18 novembre 1786. Il devint directeur de l'enregistrement à Gap, Nevers et Châteauroux.
Il fut nommé chevalier de la Légion d'Honneur le 29 décembre 1854.
Il décéda en décembre 1859.
Il avait épousé le 24 février 1814, Marie-Joséphine Godeau, fille d'Hippolyte, et de Amélie Verdin.
De cette union naquirent :
  a) Henri, né le 25 décembre 1814. Il décéda à Bourges le 10 février 1843.
b) Louise-Léonarde, née le 10 juin 1816. Elle décéda le 29 mars 1886.
c) Sylvie-Anne, née le 27 mars 1825. Elle épousa Martial de BRETTES, son cousin, le 10 mai 1846.
Elle décéda le 5 octobre 1866.

IX) de BRETTES Jean-Baptiste-Joseph, dit Frédéric, vicomte de BRETTES. Il naquit le 24 mars 1776.
Il entra à l'Ecole Militaire sur preuves faites devant d'Hozier, le 31 août 1786, et fut nommé chevalier de la Légion d'Honneur en 1824.
Il devint directeur de l'enregistrement à Poitiers, Nimes, Rodez et Périgueux. Il y prit sa retraite et décéda le 17 mai 1859.
Il avait épousé, le 11 juillet 1809, Marie-Henriette-Pauline Bruneau d'Ornac de Verfeuil, fille de N., capitaine au régiment de Navarre, et de Marie-Thérèse-Pauline de Niel.
Ils eurent pour enfants :
  1) Henri-Séverin, qui suit.
2) Philippe-Amédée, née le 25 janvier 1822. Il décéda en 1830.
3) Pauline, née le 16 juillet 1827. Elle épousa le 23 juillet 1837 (Gaillard, notaire à Périgueux), Léon de La Valette de Montbrun.

X) de BRETTES Henri-Séverin, vicomte de BRETTES, né le 18 mai 1818.
Il épousa le 2 avril 1860, (alias 19 mars, selon Nadaud), Marguerite-Hélène du Breuil-Hélion de La Guéronnière, fille d'Alfred, et de Marie-Aimée de BRETTES.
Ils eurent pour enfants :
  1) Joseph, né le 28 mars 1861.
2) Angèle, née le 9 novembre 1863.
3) Gédéon, né le 9 juillet 1867.
4) René, né le 25 novembre 1873.
5) Marguerite, née le 28 septembre 1875.
6) Thérèse, née le 7 mai 1877.

Troisième branche :
IX) de BRETTES Louis-François, dit François-Théodore, vicomte de BRETTES, né le 17 septembre 1777.
Il fut reçu chevalier de Malte, le 12 novembre 1784, et fut page du grand maître, et du Roi en sa Grande Ecurie le 13 juillet 1789.
Il passa aux Antilles, et épousa dans l'île de Sainte-Lucie, en 1803, Marie-Reine-Joséphine de La Guiocherie, fille de N., et de N. Morée de La Grange.
Ils eurent pour enfants :
  1) Charles, qui suit.
2) Rose-Marie-Séverine, née à Sainte-Lucie le 20 décembre 1805. Elle épousa à Limoges le 23 août 1837, Henri-Etienne Psalmet Gauthier du Marache de Ville-Moujeanne.
3) Louis, né à Sainte-Lucie le 10 mai 1808. Il épousa le 9 août 1836, Amélie-Jeanne Chapt de La Touche. Ils n'eurent pas d'enfants.
4) Marie-Aimée, dite Sylvie-Anne, née à Sainte-Lucie le 18 août 1809. Elle épousa à Limoges, le c11 juin 1833, Alfred du Breuil-Hélion de La Guéronnière.
5) Marie-Françoise-Zoé, née à Sainte-Lucie en 1812. Elle fut religieuse Visitandine à Poitiers.
6) Henri-Sévère-Martial, qui fera la quatrième branche.

X) de BRETTES Charles, comte de BRETTES, né à Sainte-Lucie en 1804. Il décéda le 22 décembre 1868.
Il avait épousé en 1856, Marie-Jeanne-Augustine-Hersilie de Gaillard de Laubingue, fille de Marie-Honoré-Charles, et de Marie-Thérèse-Isabelle-Aurore d'Encosse de La Balut.
Ils eurent pour enfants :
  1) Charles-Marie-Augustin-Gaston, né à Sainte-Lucie le 26 mai 1857.
2) Sylvie-Anne, née le 29 juillet 1859. Elle décéda le 29 mars 1882.
3) Charles-Marie, né le 9 décembre 1860. Il épousa le 6 septembre 1882, Anita Lousteau.
4) Joseph-Marie-François, né le Ier septembre 1862.
5) Martial-Sévère-Marie, né le 22 août 1863.
6) Marie-Jeanne, née le 25 juin 1865.
7) Anne-Marie, née le 17 mai 1867.
8) Henrice-Marie-Thérèse, née le 31 juillet 1869.

Quatrième branche :
X) de BRETTES Henri-Sévère-Martial, né le 6 juillet 1814.
Il entra à Saint-Cyr en 1833, et fit la campagne de Rome comme capitaine de chasseurs à pied, celle de Crimée où il fut blessé à l'Alma.
Il fut nommé chef de bataillon le 10 septembre 1854.
Il prit sa retraite le 28 octobre 1867, puis reprit du service en 1870.
Il avait été reçu chevalier de la Légion d'Honneur depuis 1850, fut officier en 1856, chevalier de deuxième classe de l'Ordre de Pie IX, décoré de la médaille militaire et de l'ordre du Medjidié de 4ème classe.
Il épousa le 11 mai 1846 (Barberon, notaire à Poulaine - Indre), Marie-Anne-Sylvie de BRETTES, sa cousine germaine, fille de Victor et de Marie-Joséphine Godeau. Elle décéda le 5 octobre 1866, lui laissant pour enfants :
  1) Jean-Joseph-Martial, qui suit.
2) Marie-Louise, née le 30 novembre 1856.
3) Jean-Joseph-Henri, né le 18 décembre 1858.
4) Jeanne-Marie, née le 21 mars 1860.
5) Marie-Joseph-Charles, né le 25 mars 1862.

XI) de BRETTES Jean-Joseph-Martial, vicomte de BRETTES, né le 10 août 1847.
Il participa aux expéditions du Grand-Chaco (Argentine).

Branche de RICHEBOURG : (paroisse de Cieux - Haute-Vienne)
IV) de BRETTES Abel, écuyer, seigneur de Richebourg.
Il épousa le 28 août 1634, Anne Berger de Vaux, fille de N., seigneur de Vaux.
Ils eurent pour enfants :
  1) François, qui épousa le 17 juillet 1690 (?), Marthe de Saint-Georges.
2) Jean, qui épousa le 16 octobre 1656 (alias 20 février 1657, selon Nadaud), Peyronne Surin.
3) Isaac, qui suit.

V) de BRETTES Isaac, écuyer, seigneur du Rivaud.
Il testa le 28 mai 1667.
Il avait épousé le 14 octobre 1660, Louise de La Barde.
De cette union naquirent :
  1) Jean, qui suit.
2) N., fille.
3) N., fille.

VI) de BRETTES Jean, écuyer, seigneur du Rivaud.
Il fut maintenu noble le 13 août 1697.
Il se maria le 24 juillet 1681. Le nom de sa femme, et ceux de ses enfants, s'ils en eurent, ne sont pas connus.

- BEAUCHET-FILLEAU : Dictionnaires généalogiques des familles de l'ancien Poitou.
- abbé Joseph NADAUD : Nobiliaire du diocèse et de la généralité de Limoges.
- Alexis FAVRAUD : Notes historiques sur les communes de l'ancien arrondissement de Ruffec.
- Registres protestants de Ruffec. (communiqués par M. Frédéric BLANCHET).
retour vers le menu des mise à jourretour vers le sommaire