BRUN du MAGNOU

blason de la famille Brun
 
Variante du blason de la famille Brun
Burelé d'or et d'azur de huit pièces,
au lion d'or
allumé, armé et lampassé de gueules,
brochant sur le tout.

(BRUN de VILLESOUFFRAN)
(BARENTIN)
 
Burelé d'argent et d'azur de 10 pièces,
au lion de gueules brochant sur le tout, couronné, lampassé et armé d'or.

Noms isolés :
- BRUN Nicolas, damoiseau, seigneur de Bramefan.
Le 24 janvier 1405, il fit un échange avec l'abbé de Nanteuil.

- BRUN Marie, épousa en 1444, Jean Guyot. (Jean-Claude VRILLAC)

- BRUN Guyot, écuyer, seigneur de la Forest (Tessé), qui épousa aux environ s de 1500, Marie Corgnol. (Jean-Claude VRILLAC)

- BRUN Foulques, écuyer, seigneur de Magnou et de la Leigne.
En 1508, il avait droit de moyenne et basse justice. (Bruno SÉPULCHRE).

- BRUN Pierre Yves (?) écuyer, seigneur du Magnou (Condac).
Il épousa Marie Gascueil, ou Gasteuil, dont il eut pour enfants :
  1) Valère, alias Valérie, qui épousa le 9 février 1530, François Goulard, écuyer, seigneur du Breuil-Milon.
2) Guyonne, qui épousa le 19 avril 1529, Jean Goulard, écuyer, seigneur de Belaveau.

- BRUN Guy, seigneur du Magnou.
Le 8 juillet 1576, il fut parrain au baptême de Josias Pandin, fils de Jehan, sieur des Pailhardières, et de Marie du Jau (alias Dujau). La marraine était Louise du Courret. (Registre protestant de Ruffec)
Le 2 mai 1582, il reçut hommage de Joseph de Lesmerie, écuyer, seigneur de Moquetable et du Breuil (Ruffec), pour des vergers nobles assis devant le Treuil.
Il épousa Marguerite de Maumont.
De cette union naquit :
  1) Renée, qui fut le 2 février 1563, marraine au baptême d'Estienne Martin, fils de Micheau et de Jeanne Martin. Le parrain était Estienne Loreau. (Registre protestant de Ruffec)
Elle épousa par contrat passé le 30 mai 1564 à Condac (Carmignac, notaire à Condac), Pierre de Ponthieu, écuyer, seigneur du Breuil de Chives, fils de Christophe et de Marie de Beauchamps.
Elle en était veuve en 1591.
Peut-être Guy épousa en secondes noces N. de Polignac, car on trouve :
  - Françoise, dite fille de feu Guy, qui épousa le 12 mai 1585, Jean de Goret, écuyer, seigneur des Coux, fils de Jacques et de Philippe de Gombaud.

- BRUN Hélène, épousa en premières noces Charles Foucaud, écuyer, seigneur de la Trimouille, puis en secondes noces le 19 mai 1585, Jean Eschallé, écuyer, seigneur du Magnou et de Linazay.
(Lui-même avait épousé en premières noces le 20 octobre 1563 Jeanne de Nossay).
Jean Eschallé avait eu de son premier mariage, Charles Eschallé, écuyer, seigneur du Magnou, qui épousa en même temps que son père se remariait, Marie Foucaud, fille de feu Charles, écuyer, seigneur de la Trimouille, et d'Hélène BRUN.
Le 26 mai 1596, Charles transigea, tant en son nom que comme curateur de son frère René, avec Abraham BRUN, seigneur de Magnou, au sujet de la succession d'Hélène BRUN, sa belle-mère. (Jean-Claude VRILLAC)

- BRUN Françoise, fut reconnue comme protestante, en 1589. (Bruno SÉPULCHRE).

- BRUN Charles, fils de François, apothicaire, et de Jehanne Caillaud.
Il fut baptisé le dimanche 6 octobre 1591, et eut pour parrain Abraham (Habram) BRUN, sieur du Magnou, et pour marraine Louise Tizon, dame de Fontlebon.
(Registre protestant de Ruffec)

- BRUN Suzanne, fut enregistrée avec ce blason dans l'Armorial Général de la France, de Charles d'HOZIER, à la Généralité de Limoges, à la date du 29 août 1698.
Burelé de sable et d'argent de 10 pièces, au lion d'azur, armé, lampassé
et couronné d'argent, brochant sur le tour.

Ecu en losange.
Blason de Suzanne Brun.

Filiation suivie :
I) BRUN Abraham, écuyer, seigneur du Magnou (Condac), la Leigne (Condac), Aubanie, Theil-Gaubert, Bastardé.
En 1598, il était curateur de Charles d'Alloue, écuyer, seigneur de Châteauneuf.
Les 29 mai 1602 et 14 décembre 1611, il fit aveu du fief de Theil-Gaubert ou d'Aubanie (Limalonges - Deux-Sèvres), au château de Civray, comme exerçant les droits de Suzanne d'Albanie, sa femme.
Le 12 mars 1608, avec sa femme, il constituèrent une rente de 100 livres au profit de Jean Pidoux, écuyer, seigneur de la Maduère, docteur en médecine.
Il décéda avant le 29 novembre 1629, et sa femme avant le 13 janvier 1633.
De leur union étaient nés :
  1) Pierre, qui suit.
2) Abraham, qui fera la branche de la Maingotière.
3) Catherine, qui épousa le 29 décembre 1629 (Grimaud et Surreau, notaires à Civray), Louis Dexmier, écuyer, seigneur de Chenon.

II) BRUN Pierre, écuyer, seigneur du Magnou, la Leigne, Aubanie, le Theil-Gaubert, et Bastardé.
Le 13 janvier 1633, il partagea la succession de ses père et mère et soeur.
Il épousa en premières noces à Romorantin le 24 juin 1623, Madeleine d'Orléans, fille de Jacques, chevalier, seigneur des Bastardes, et de Françoise de Brie.
De cette union naquit :
  1) François, qui suit.
Pierre épousa en secondes noces Catherine Gourjault.
Une pièce de procès, datée du 21 mai 1662, relatif au paiement des arrérages de la rente constituée par son père en 1608, montre qu'à cette date, il était déjà décédé.
De sa seconde union étaient nés :
  2) Susanne, qui était majeure le 21 mai 1662.
3) Angélique, encore mineure en 1662, et qui l'était encore le 29 mai 1664.

III) BRUN François, écuyer, seigneur de Bastardé.
Il transigea le 29 mai 1664, avec Jeanne de Mallevault (alias de Mallevau), veuve de son oncle Abraham.
Le même jour, il vendit à Pierre de La Barre, écuyer, seigneur de Champmagen (Montalembert - Deux-Sèvres), pour la somme de 43000 livres, la terre et seigneurie d'Aubanie.
Le 9 juin suivant, ce fut au tour de la terre de Champmagen d'être vendue (qu'il avait reçu de Pierre de La Barre ?), à Charles Plument, écuyer, seigneur de Bailloc, et à Louise du Rousseau, sa femme.
Sa postérité, s'il en eut une, est inconnue.

Branche de la MAINGOTIÈRE (Saint-Macoux - Vienne) :
II) BRUN Abraham, écuyer, seigneur de Villesouffrant et de Maingotière.
Il prit part au partage du 13 janvier 1633, et eut pour sa portion d'héritage le lieu noble de la Leigne (Condac).
Il épousa Jeanne de Mallevault.
Il décéda avant le 29 mai 1664, car il était dit dans l'acte de vente consenti ce jour là à Pierre de La Barre, de la terre d'Aubanie, que ce dernier avait payé à l'acquit du vendeur 8500 livres à Jeanne de Mallevault, sa veuve.
Le 24 septembre 1667, Jeanne obtint de M. Barentin, une confirmation de noblesse pour elle et ses enfants, qui étaient :
  1) Abraham, qui suit.
2) René.
3) Aimée.
4) Susanne.
5) Marguerite, qui épousa avant le 3 septembre 1708, Louis Moysen, écuyer, seigneur de Pers, la Roche-Laugerie.
6) Elisabeth.

III) BRUN Abraham, écuyer, seigneur de la Maingotière.
Le 12 octobre 1685, il abjura le protestantisme à Cloué (Vienne), avec ses deux enfants.
Il asista aux bans de 1689 et 1690.
D'une alliance inconnue, il eut donc :
  1) Pierre Abraham.
2) Marguerite Angélique, âgée de 18 mois en 1685.

- BRUN de La MAINGOTIÈRE N., peut-être fils du précédent, se réfugia en Hollande, pour cause de religion, et ses biens furent donnés à sa soeur en 1701.


- BEAUCHET-FILLEAU : Dictionnaires des familles de l'ancien Poitou.
- Charles d'HOZIER : Armorial Général de la France, Généralité de Limoges.
- de BREMOND d'ARS : Extrait du cahier du rôle du ban et arrière-ban de la sénéchaussée d'Angoumois (1635).
- Bruno SÉPULCHRE : article sur Magnoux (Condac), dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- Jean-Claude VRILLAC : Recueil historique, généalogique et héraldique, des anciennes familles du ruffécois.
- Registres protestants de Ruffec. (communiqués par M. Frédéric BLANCHET).
retour au menu des mises à jourretour vers le sommairevers l'armorial d'Hozier