CHABOT de PEUCHEBRUN

blason de la famille Chabot  (Aigre)
D'azur à deux chabots d'argent posés en fasce, celui du chef regardant à dextre et celui de la pointe à senestre.
(Cachets de famille - BEAUCHET-FILLEAU)

Famille originaire de la ville d'Aigre, qui occupa pendant plusieurs années les charges de maire et de lieutenant général de police à Cognac, ainsi que celle de secrétaire du roi près la chancellerie de la cour des Aides de Bordeaux, charges qui conférait la noblesse.
Elle a fourni dans ses derniers temps un littérateur qui eut ses jours de succès et de célébrité.
Cette famille posséda en Charente :
- Le fief et château de Peuchebrun (orthographe actuelle : Péchebrun), sur les communes de Longré et Paizay-Naudouin, du 3 juillet 1718 à la fin du XIXème siècle.
- Marcillé, alias Marsillé (Saint-Fraigne), durant la première moitié du XVIIIème siècle.
- Le Breuil au Loup (Verdille), dans les années 1785.

Noms isolés :
- CHABOT Barbe, fut marraine à Chef-Boutonne le 15 décembre 1611.

- CHABOT Isaac, habitant d'Aigre, épousa, le 7 janvier 1699, Marianne Main.

- CHABOT N., seigneur de Marsillé, peut-être sieur de Courcelles.
Il assista à l'assemblée de la noblesse, avec François CHABOT, seigneur de Gironville, écuyer, et capitaine d'infanterie au régiment de la Guadeloupe.. (Charly GRENON).


Branche de Peuchebrun. (Longré)
I) CHABOT Isaac, seigneur de Boisfort, était originaire d'Aigre.
Il résidait à Aigre lorsqu'il épousa Sylvie Regnier.
De ce mariage naquirent :
  1) Jean, qui suit.
2) Anne, qui épousa Jean Rémond, seigneur de Lestang.
3) Madeleine, qui épousa Jean-César Salmon, seigneur de la Douette.

II) CHABOT Jean, né vers 1683, habitant la paroisse des Gours, écuyer.
Par contrat du 21 août 1702, il épousa à Cognac (paroisse Saint-Léger), Anne Marguerite Catherine Perrin, fille de Jacques, seigneur de Boussacq, élu en l'élection de Cognac, et de feue Anne Martin. Son père constitua en dot, à Jean CHABOT, sa charge d'élu de l'élection de Cognac.
Jean eut ainsi droit de cité à Cognac dont il devint maire et capitaine en 1722 et 1723, charge qui à cette époque, conférait la noblesse (privilège aboli au mois de septembre 1723), puis encore en 1724, 1725, et 1727.
Le 3 juillet 1718, moyennant 15900 livres, il fit l'acquisition du fief de Peuchebrun, de Nicolas de Lestang. A cette somme s'ajoutèrent 1652 livres et 10 sols pour la jouissance immédiate des biens acquis. (André DAVID). (Lors du recensement de 1790, avait été inclus dans la paroisse de Paizay-Naudouin. Actuellement, il se trouve dans la commune de Longré).
En 1752, il acheta de Moïse Dumas une charge de secrétaire du Roi, maison, couronne de France, près la cour des aides de Bordeaux (autre office qui conférait la noblesse aux titulaires et à leurs enfants nés et à naître en loyal mariage).
Le 12 février 1753, Jean vendit l'office de conseiller du roi, moyennant 11000 livres, à François Maulde, avocat au présidial d'Angoumois. (Caillaud, notaire royal à Angoulême). (Collection des inventaires sommaires des archives départementales antérieures à 1790).
Jean décéda le 8 mars 1765, âgé de 82 ans et fut inhumé le 8 mars dans l'église d'Aigre.
De son union avec Anne Perrin naquirent :
  1) François, qui suit.
2) Joseph, écuyer, seigneur de Marsillé en Saint-Fraigne, né vers 1711.
En 1744, il était lieutenant au régiment de Gondrin, puis fut en 1746, nommé capitaine au régiment de Montboisier.
Il fut breveté chevalier de Saint-Louis.
De son union avec une femme d'une famille d'Aigre, sa branche s'éteignit dans la famille Devars.
Il fut inhumé à Cognac le 7 décembre 1756, et d'après son acte de décès, était alors pensionné du Roi et ancien capitaine au régiment de Beaucourt-Infanterie.
3) Jean, né vers 1717, écuyer, seigneur du Breuil.
Il fut lieutenant général de police à Cognac, qualité qui lui était donnée dans un inventaire du 2 janvier 1746.
Le Ier octobre 1765, il épousa avec dispense du 2ème degré de consanguinité, donnée à Rome le 28 août 1765 par le pape Clément XIII, Marguerite Perrin de Boussac, (née vers 1730, décédée le 4 janvier 1813 à Cognac), fille de Jacques, seigneur de Boussac, ancien receveur des octrois de Cognac, et de Marguerite Perrin de La Foix.
Il décéda le 19 brumaire an III (9 novembre 1794) à Cognac, ayant eu pour enfants :
  a) Marie, qui fut baptisée à Cognac le 17 novembre 1766.
b) Jeanne, qui fut baptisée à Cognac le 15 juillet 1769.
Elle épousa le 4 octobre 1790 à Cognac, paroisse Saint-Léger, avec dispense de consanguinité du 2ème degré, Philippe Perrin de Boussac, (né le 12 novembre 1767), fils de Jacques Théodore et de Marie Thérèse Guillet de Planteroche. (LB)
4) Pierre de CHABOT, qui fit la branche de Gironville.
5) Marguerite, qui, le 10 juillet 1743, épousa en premières noces avec dispense de parenté du 3ème au 4ème degré, à Cognac (paroisse Saint-Léger), Jean Baptiste Perrin, seigneur de la Foix, lieutenant général de police à Cognac.
Elle épousa en secondes noces le 4 novembre 1748, à Cognac (paroisse Saint-Léger), Pierre Marot, caissier de la recette de la taille de l'élection d'Angoulême.

III) CHABOT François, né vers 1708, écuyer, seigneur de Peuchebrun, Marsillé et Jouhé (Pioussais - Deux Sèvres).
Le 25 août 1732, il épousa à Brioux sur Boutonne (Deux-Sèvres), Marie Tesnon, fille de Jacques, seigneur de la Ronze (alias de la Ronce), et de Françoise Gilbert.
Le 21 juin 1744, comme seigneur de Peuchebrun, il reçut un aveu d'Antoine de Chevreuse, écuyer, seigneur de Tourtron (Paisay-Naudouin).
En 1745, il fut parrain à Paizay-Naudouin de Catherine Pichot de La Plante, fille de Nicolas, sieur de la Plante, et de Suzanne Mourge. (Louis CHASSERIAU)
Le 27 avril 1757, il donna quittance à dame Anne Dussieux, veuve non commune en bien de Philippe Vigier, écuyer, seigneur de la Pile, de la somme de 3000 livres portée par une obligation consentie audit CHABOT par la dite Dussieux et le dit sieur de la Pile, le 17 mars 1732. La dite somme prise sur le prix de la vente faite par la dite dame à François Bareau de Girac, écuyer, doyen du chapitre cathédrale d'Angoulême, d'une maison lui appartenant de son chef. (Caillaud, notaire royal à Angoulême). (Collection des inventaires sommaires des archives départementales antérieures à 1790).
Il testa le 3 novembre 1762 et décéda le 7 avril 1763 à Chef-Boutonne (Deux-Sèvres), ayant eu pour enfants :
  1) Jacques, qui suit.
2) Joseph, qui fit le rameau de Bouin.
3) Jeanne Marie, née le 3 janvier 1737 à Longré.
4) Françoise Roze, qui fut baptisée à Longré le 8 mai 1738. Elle eut pour parrain Pierre CHABOT. (André DAVID).
Le 12 octobre 1760, elle épousa à Chef-Boutonne, Pierre Gilbert du Deffant, avocat en Parlement, sénéchal du marquisat de Chef-Boutonne, fils de Pierre et de Marguerite Charlotte de Lépine.
Elle décéda le 10 février 1832, d'où descendance. (LB)
5) Nicolas, écuyer, seigneur de Potonnier (Loubillé, autrefois paroisse de Narçais, ou Narsais - Deux-Sèvres), né le 22 mai 1745. Il eut pour parrain Nicolas Pichot, et pour marraine, Louis Maillet-Bouquet. (André DAVID).
Le 28 octobre 1773, il rendit le dénombrement de sa terre de Potonnier à François Emmanuel Guignard de Saint-Priest, ambassadeur de France près la Porte Ottomane, prieur du prieuré de Saint-Saturnin de Loubillé.
Il comparut à l'assemblée de la noblesse d'Angoumois, le 19 mars 1789, à Angoulême. (André DAVID).
Le 11 octobre 1785, il épousa à Chef-Boutonne, Marie Hélène Rosalie Renard, fille de Jean Baptiste, avocat au Parlement, et de Hélène Rosalie Albert.
Il décéda à Chef-Boutonne le 7 août 1820, laissant pour enfant :
  a) Hélène Rosalie, née le 7 février 1787 à Chef-Boutonne.
Elle épousa le 10 juin 1805, à Chef-Boutonne, François Anselme Gilbert du Déffant, (né le 28 janvier 1781 à Chef-Boutonne, décédé le 5 juin 1840 à Chef-Boutonne), fils de Pierre et de Françoise CHABOT.
Elle en était veuve quand elle décéda le 23 janvier 1868, à Chef-Boutonne. (LB)
6) Joseph Clément, qui fit un rameau.
7) Marie Anne, qui décéda sans doute jeune.
8) Hélène Marie, née à Peuchebrun, et baptisée à Longré, le 30 novembre 1739. Elle eut pour parrain, Jacques CHABOT, son frère, et pour marraine, Hélène Philippier "présentée par Suzanne Rouchier". (André DAVID).
Elle épousa à Chef-Boutonne le 14 juillet 1760 Pierre Brumauld, écuyer, seigneur de Montgazon, contrôleur des guerres au siège royal de la connétablie et maréchaussée de France à Ruffec, fils d'André et de Catherine N.
Elle décéda le 24 octobre 1803 à Ruffec, d'où descendance. (LB)

IV) CHABOT Jacques, né le 22 août 1735 à Brioux sur Boutonne, écuyer, seigneur de Peuchebrun, Jouhé.
Il exerça le métier de juriste, et soutint une thèse de droit canon et de droit civil devant la faculté de Poitiers, le 18 juin 1757 (André DAVID).
Le 16 mars 1763, au nom de son père, il délivra une quittance à Louis Armand Guimard, seigneur de Fontgibaud, de 3842 livres restées dues à François CHABOT, sur une reconnaissance de 6000 livres signée en sa faveur, le Ier mars 1754, par messires Cosson de Guimps et Guimard de Couziers. (Caillaud, notaire royal à Angoulême). (Collection des inventaires sommaires des archives départementales antérieures à 1790).
Jacques fut parrain à Longré de Jean Bougnot (Bouniot), né au moulin de Peuchebrun, en 1776. (André DAVID).
Il épousa en premières noces le 24 septembre 1764 à Chef-Boutonne, Jeanne Charlotte Gilbert, (décédée le Ier novembre 1770 à Chef-Boutonne), fille de Pierre, avocat en parlement, et de Marguerite Charlotte Anne de Lépine.
De cette union naquirent :
  1) Marie, née le 22 juillet 1765 à Chef-Boutonne.
Elle décéda le 29 décembre 1766 à Chef-Boutonne.
2) Joseph Victor, né le 20 juillet 1766 à Chef-Boutonne.
Il décéda le 25 septembre 1767 à Chef-Boutonne. (LB)
3) Françoise Ordence, née le 2 septembre 1767 à Chef-Boutonne.
Elle décéda le 25 septembre de la même année.
4) Anne Rosalie, née le 10 décembre 1768 à Chef-Boutonne.
Elle décéda le 19 octobre 1771 à Chef-Boutonne.
5) Nicolas Edmé, qui suit.
En secondes noces, Jacques épousa le 24 février 1781 à Chef-Boutonne, Hélène Rosalie Albert, veuve de Jean Baptiste Renard, et fille de François Pierre et de Marie Rose Gilbert.
Il décéda le 20 janvier 1794 à Chef-Boutonne, ayant eu pour enfants de cette seconde union :
  6) Nicolas Mandé, qui fit le rameau de la Foye.
7) Françoise Pauline, née le 13 février 1783 à Longré.
Elle épousa son cousin Nicolas Joseph Achard CHABOT de BOUIN, le 7 thermidor An VII (25 juillet 1799).
Elle décéda à Chef-Boutonne le 3 septembre 1864.

V) CHABOT Nicolas Edmé, écuyer, seigneur de Peuchebrun, Luché (Deux-Sèvres), baptisé le 17 novembre 1769 à Paizay-Naudouin. Il eut pour parrain Nicolas CHABOT de POTONNIER, et pour marraine "demoiselle Marie CHABOT".
Il fut le dernier possesseur du fief de Peuchebrun, mais la famille resta cependant propriétaire du château. (Bruno SÉPULCHRE).
Le 16 septembre 1793, il épousa à Luché sur Brioux (Deux-Sèvres), Gabrielle Françoise Florimonde Desprez d'Ambreuil, fille de Joseph Elie, chevalier, seigneur d'Ambreuil, et de Françoise de Cumont.
Il décéda à Chef-Boutonne le 10 nivôse An XII (Ier janvier 1804), ayant eu pour enfants :
  1) Françoise Zélie Eglantine, née à Chef-Boutonne le 2 mars 1795.
Elle décéda au même lieu le 4 avril de la même année.
2) Joseph Michel, qui suit.
3) Françoise Aglaé Emilie, née à Chef-Boutonne le 28 octobre 1798.
Elle décéda célibataire au même lieu, le 14 novembre 1876.
4) Julie Victorine Caroline, née à Luché le 17 mai 1799.
Elle épousa le 2 février 1819 François Philippe Ferdinand Avril de Grégueuil., capitaine d'infanterie au régiment de Guyenne.
Elle décéda à Javarzay le 8 décembre 1819.
5) Jean Baptiste Ferdinand, né le 19 septembre 1800.
Il décéda célibataire le 16 mai 1829.
6) Catherine Claire, née à Chef-Boutonne le 28 juin 1802.
Elle décéda sans alliance à Luché, le 9 janvier 1848.
7) Pauline, née à Chef-Boutonne, le 29 août 1803.
Le 23 octobre 1826, elle épousa à Luché sur Brioux (Deux-Sèvres), Charles Frédéric de James de Longeville.
Elle décéda le 19 octobre 1871.

VI) CHABOT de PEUCHEBRUN Joseph Michel, né le 29 septembre 1797.
Il était procureur royal à Châtellerault en 1823, puis à la Roche sur Yon en 1826, et enfin à Fontenay Le Comte en 1830. (André DAVID).
Légitimiste, c'est à dire partisan de Charles X contre Louis Philippe Ier, il fut destitué par la monarchie de juillet. (André DAVID).
Est-ce lui qui devint propriétaire du domaine de Peuchebrun en 1847, suite à un partage de biens dans sa famille ?
Qualifié d'ancien magistrat et propriétaire demeurant à Fontenay Le Comte, il vendit par procès-verbal d'adjudication, le 31 octobre 1847, à l'étude de Maître Bonnisseau, notaire à Paizay-Naudouin, par l'intermédiaire d'un mandataire, Louis, né Colas Pommier, une partie du domaine de Péchebrun, situé sur la commune de Longré.
Vers 1850, il céda le moulin de Peuchebrun (Longré), à Jean Souvignon, son meunier.
(Loïc AUDRAN - Article sur le moulin de Peuchebrun, dans Histoires du pays d'Aigre et Alentours, Longré, n°34 Avril 2016).
En premières noces, il épousa en 1831, Charlotte Augustine Stoline Paillot du Chatenay, fille de Philippe Isaac Victor, conservateur des hypothèques de Fontenay Le Comte, et de Augustine Pineau.
De cette union naquit :
  1) Joseph Isaac Nicolas, qui suit.
En secondes noces, il épousa le 27 novembre 1838, à Fontenay Le Comte, Louise Agathe Perreau, fille de Charles Louis Honoré et de Marie Louise Andrée Augustine Désirée Perreau.
Il décéda le 26 mai 1872, ayant eu pour enfants de cette seconde union :
  2) Louise Désirée, qui décéda en bas-âge.
3) Louise Florimonde, qui épousa le 21 octobre 1862, Ernest-Robert du Botneau.
4) Adrien Michel, né le 7 septembre 1845 à Fontenay Le Comte (Vendée).
Il fut le dernier possesseur du château de Peuchebrun. (Bruno SÉPULCHRE).
Le 15 avril 1872, il épousa à Bournezeau (Vendée), Georgine Pulchérine Aulneau, fille de Philéas et de Céline Esgonnière.
Il décéda le 8 mai 1883, ayant eu pour enfants :
  a) Joseph Adrien Edouard, né le 19 juillet 1873, et qui décéda le 27 du même mois.
b) Marguerite Marie, née le 15 août 1874.
c) Madeleine Emilie Agathe, née le 7 juin 1877.
Elle épousa Raoul Desprez de La Morlais. (Michel BRILLAUD)

VII) CHABOT de PEUCHEBRUN Nicolas Joseph Isaac, né le 20 octobre 1832, à Fontenay Le Comte (Vendée). (Michel BRILLAUD)
Le 3 février 1856, il épousa à Fontenay Le Comte, Louise-Joséphine Marie Perreau, fille de Léon et d'Elisabeth Dufau.
Il décéda le 24 juin 1883, ayant eu pour enfants :
  1) Raymond Marie, né le 7 janvier 1857, et qui décéda en bas-âge.
2) Raymond Marie Julien, né le 14 août 1859.
Il décéda le 29 novembre 1891, sans alliance.

Rameau de la FOYE :
V) CHABOT Nicolas Mandé, né le 18 novembre 1781 et baptisé à Longré. Il eut pour parrain CHABOT de PONTONNIER, et pour marraine, Hélène Rosalie Renard, sans doute fille de CHABOT de PONTONNIER.
Il était fils de Jacques et d'Hélène Rosalie Albert. (Degré IV, branche principale).
Il fut maire de Pioussay (Deux-Sèvres), en 1813.
Le 9 septembre 1805, il épousa en premières noces à Ardilleux (Deux-Sèvres), Jeanne Marie Louise Delaubier, (née le 26 août 1786 à Chef-Boutonne, décédée le 14 janvier 1808 à Chef-Boutonne), fille de Jean et de Jeanne Pastureau. (LB)
De cette union naquirent :
  1) Jean Baptiste Edouard CHABOT de La FOYE, qui suit.
2) Hector, qui resta célibataire, et qui décéda à Nantes. (André DAVID).
Nicolas Mandé épousa en secondes noces à Pioussay (Deux-Sèvres), le 2 février 1813, Louise Hélène Albert, (née le 2 avril 1786 à Chef-Boutonne).
Nicolas Mandé décéda à Chef-Boutonne le 19 août 1856.

VI) CHABOT de La FOYE Jean Baptiste Edouard, né le 6 janvier 1808 à Chef-Boutonne.
Le 12 avril 1831, il épousa à Ardilleux (Deux-Sèvres), Jeanne Elsi Delaubier, (née le 9 octobre 1808 à Ardilleux, décédée le 31 mars 1872 à Chef-Boutonne), fille de Joseph Saturnin et de Jeanne Adélaïde Chauvin.
Il décéda le 27 décembre 1893 à Chef-Boutonne, ayant eu pour enfants : (LB)
  1) Nicolas Alfred Maxime, né le 29 mai 1832 à Ardilleux (Deux-Sèvres).
En 1852, il fut sur la liste cantonale de tirage au sort des conscrits. Il était alors infirme à cause d'une fracture au bras gauche, et domicilié à Couture d'Argenson (Deux-Sèvres).
Il décéda le 28 janvier 1856 à Couture d'Argenson. (LB)
2) Edouard, né le 31 juillet 1841.
Il décéda le 27 février 1859. (LB)

Rameau de Joseph Clément CHABOT :
IV) CHABOT Joseph Clément, né le 19 décembre 1748 à Brioux sur Boutonne, écuyer, seigneur de Lussay (Deux-Sèvres).
Il était fils de François et de Marie Tesnon. (Degré III, branche principale).
En mars 1789, il comparut à l'assemblée de la noblesse du Poitou, chargée d'élire ses députés aux Etats-Généraux. (André DAVID).
Il fut élu maire de Lussay. (Louis CHASSERIAU)
Le 23 février 1778, il épousa à Mougon (Deux-Sèvres), Julie Marguerite Monnet, (née le Ier juillet 1760 à Mougon, décédée le 13 mai 1812 à Lussay - Deux-Sèvres), fille de Claude Jean Baptiste, député, et de Marie Anne Marguerite Allain. (Louis CHASSERIAU)
Joseph Clément décéda le 24 février 1830 à Chef-Boutonne, ayant eu pour enfants :
  1) Louis François Chéri, qui suit.
2) Sincère, né le 18 janvier 1790 à Chef-Boutonne.
En 1823, il était lieutenant au 4ème de ligne.
Le 23 juin 1823, il épousa à La Bataille (Deux-Sèvres), Henriette Adélaïde Pauline de Malvault.
Il décéda le 26 septembre 1823 à Chef-Boutonne. (LB)

V) CHABOT Louis François Chéri, né le 12 novembre 1785 à Chef-Boutonne.
Ancien chef de bataillon, il fut breveté chevalier de Saint-Louis, chevalier de la Légion d'Honneur, et de l'ordre de Saint-Ferdinand d'Espagne. (André DAVID).
Le 10 mai 1815, il épousa à Villedoux (Charente-Maritime), Julie Françoise de La Rade, (née le 26 février 1794 à Saint-Jean d'Angély), fille de Modeste et de Julie Boutet. (LB)
Il décéda le 9 août 1866 à Villedoux, ayant eu pour enfants :
  1) Louis Clément Modeste Eugène, qui suit.
2) Julie Clémentine, née le 16 juin 1816.
En septembre 1838, elle épousa Théodore de Lestrade.
Elle décéda le 18 septembre 1854.
3) Ernestine Laure, née le 30 mai 1821.
En 1840, ezlle épousa Hippolyte Monnet, avocat.
Elle décéda à Pau, le 18 août 1844.

VI) CHABOT Louis Clément Modeste Eugène, né le 8 septembre 1818.
Il fut garde général des forêts. (André DAVID).
Il épousa Grégoria de Grégoire des Gardies.
Il décéda le 22 février 1877, ne laissant qu'une fille :
  1) Jeanne, qui épousa à Bordeaux, Julie Dieudonné Guffray, comte de Rosemont. (André DAVID).

Rameau de BOUIN (Deux-Sèvres) :
IV) CHABOT Joseph, né à Longré le 31 décembre 1736. Il fut baptisé à Longré le 3 janvier 1737. Il eut pour parrain messire CHABOT, seigneur de Marsillé, et pour marraine, demoiselle Gilbert. (André DAVID).
Il était fils de François et de Marie Tesnon. (Degré III, branche principale).
Le 14 janvier 1772, il épousa à Chef-Boutonne, Jeanne Catherine Rempnoulx, fille de Joseph, procureur fiscal, et de Marie Anne Pélerin (André DAVID). (LB)
Il décéda le 5 décembre 1816 à Chef-Boutonne, ayant eu pour enfants :
  1) Marie Anne Catherine Julie Luce, née le 13 décembre 1772 à Bouin (Deux-Sèvres). (LB)
Elle épousa Etienne Renard. (André DAVID).
2) Nicolas Joseph Achard, qui suit.

V) CHABOT Nicolas Joseph Achard, né le 18 septembre 1775 à Bouin.
Le 25 juillet 1799, il épousa sa cousine, Françoise Pauline CHABOT, (née vers 1784 à Longré, décédée le 3 septembre 1864 à Chef-Boutonne), fille de Jacques et d'Hélène Rosalie Albert.
Il décéda le 25 avril 1842 à Chef-Boutonne, ayant eu pour enfants : (LB)
  1) Joseph, né le 11 mai 1801 à Chef-Boutonne.
Il décéda le 10 mai 1819 à Chef-Boutonne. (LB)
2) Françoise Clémence, née le 3 février 1804 à Chef-Boutonne.
Elle décéda le 15 mai 1804. (LB)
3) Nicolas Jules, qui suit.

VI) CHABOT de BOUIN Nicolas Jules, né à Chef-Boutonne le 5 septembre 1807.
Il écrivit un grand nombre de romans et de pièces de théâtre, peu lus et peu jouées, à l'exception de "La Marraine", dont la première représentation eut lieu au théâtre de la duchesse de Berry, dont la mari, prétendant au trône, fut assassiné sur ordre de Napoléon. (André DAVID).
Il utilisa plusieurs pseudonymes : Charles CHABOT, Michel Morin, Octave de Saint-Ernest, Jules Pecherel. (LB)
Le 20 septembre 1842, il épousa à Paris, Céline Louise Aspasie Rommel, (née vers 1815).
Il décéda le 12 mars 1856 à Chef-Boutonne, ayant eu pour enfant : (LB)
  1) Juliette Louise Pauline, née le 12 août 1836 à Paris.
Elle épousa le 8 mai 1855 à Chef-Boutonne, Agathon Xavier Morisson, (né le 10 avril 1826 à Chef-Boutonne), fils de Pierre et de Rosalie Moreau. (LB)

Branche des CHABOT de GIRONVILLE :
III) de CHABOT Pierre, né vers 1712, écuyer, seigneur de Marsillé, qui lui appartenait en 1755, et où il demeurait encore en 1765.
Il était fils de Jean et de Anne Marguerite Catherine Perrin. (Degré II, de la branche principale).
Il partit ensuite habiter à Aigre, et afferma Marcillé. Il en était encore propriétaire en 1782. (Jean-Paul GAILLARD et Bruno SÉPULCHRE).
En juillet 1785, il demeurait en son logis noble du Breuil au Loup (Verdille). En avril 1790, il n'était plus seigneur du Breuil au Loup, mais était dit habiter tout de même au village du même nom. (Jean-Paul GAILLARD et Bruno SÉPULCHRE).
Il fut sous-lieutenant au régiment de La Rochefoucauld-Dragons.
En 1760, il fut témoin au mariage d'Hélène CHABOT de PEUCHEBRUN, sa nièce, et de Pierre Brumauld de Montgazon. (Louis CHASSERIAU)
Dans le rôle des 20ème dans l'élection d'Angoulême en 1780, il apparaît que Pierre CHABOT, demeurant à Aigre, était propriétaire d'un domaine et d'héritages dans la paroisse de Brettes, et de rentes dans celle de Souvigné, le tout du revenu de 386 livres. Il paya donc pour cet impôt, 42 livres 9 sols.
Il épousa le 19 juin 1747 à Beauvais sur Matha (Charente-Maritime), Marie Cabauld des Nobles, (née le 22 janvier 1725 à Beauvais sur Matha, décédée le 18 avril 1790 à Aigre), fille de Michel, avocat en parlement, et de Marie Chotard. (Régis3) (LB)
Il décéda le 20 décembre 1792 à Aigre, ayant eu pour enfants : (LB).
  1) Marie, née le 8 juillet 1748 à Beauvais sur Matha. Elle fut baptisée au même endroit, le 15 juillet 1748. (Régis3)
2) Pierre, né le 19 juin, et qui fut baptisé le 21 septembre 1749 à Beauvais sur Matha. (Régis3). Il eut pour parrain N. Cabauld de la Maison Nouvelle, et pour marraine, Claire Drouchet. (LB)
Il fut garde du corps de Louis XV et Louis XVI.
Le 27 janvier 1778, il épousa Anne Mesnard de La Mongerie, fille de Gabriel et de Françoise de Lavergne.
Sous la Restauration, il reprit la particule, et reçut le titre d'écuyer. (Charly GRENON).
Il décéda le 3 novembre 1834 à Beauvais sur Matha. (LB)
3) Jean, né vers 1752 à Saint-Fraigne.
Il fut juge de paix du canton d'Aigre.
Sous la Restauration, il reprit la particule, et reçut le titre d'écuyer. (Charly GRENON).
Il décéda le 16 juillet 1825 à Aigre. (LB)
4) Joseph, né le Ier octobre 1752, et baptisé le 30 octobre 1752 à Saint-Fraigne, seigneur de Lestang.
Il était qualifié de cultivateur, et de débitant de tabac. (LB)
En premières noces, il épousa Marie Anne Cabaud Desnobles, (née le 3 août 1754 à Saint-Jean d'Angély, décédée le 6 octobre 1795 à Aigre), fille de François et de Marie Anne Drahonnet. (LB)
Après la Révolution, suspecté d'émigration, une indemnité fut réclamée par ses frères et soeur. (Pierre BUREAU).
Le 5 juillet 1797, Joseph épousa en secondes noces, à Charmé, Jacquette Champeville de Boisjoly, (née le 8 mai 1772 à Charmé), fille de François et de Marie Anne Melleraud.
Il décéda le 4 septembre 1833 à Aigre, ayant eu pour enfants de sa seconde union : (LB)
  a) Jean, né le 14 mai 1798 à Aigre. (LB)
b) Jacquette, née le 11 janvier 1800 à Aigre.
Elle épousa le 21 juin 1820 à Aigre, Jean Léonard de Vars, fils de Claude et de Marie Horric de La Mothe.
D'où descendance. (LB)
c) André, né le 21 mai 1808 à Aigre. (LB)
d) Delphine, qui épousa N. Lallier. (LB)
5) Anne, qui épousa le 15 mai 1776 à Aigre, François Joseph de Chastaignier, fils de François Joseph, et de Bénigne Thérèse des Bordes. (LB)
6) François, qui suit.
7) Michel, né en 1766, écuyer.
En l'an VIII de la République, il fut nommé maire de Lupsault (et laissa au passage la particule). (Charly GRENON).
Le 20 décembre 1790, il épousa à Lupsault, Marie Madeleine de Conan, (née le 5 janvier 1765 à Lupsault, décédée le 24 février 1842 à Saint-Fraigne), fille de François, seigneur du Bouchet, chevalier de Saint-Louis, et de Marie Jeanne Elisabeth de Meschin. (LB)
Par cette union, il devint possesseur du château du Bouchet.
Sous la Restauration, il reprit la particule, et reçut le titre d'écuyer. (Charly GRENON).
Il décéda le 24 janvier 1842 à Villejésus, ayant eu pour enfants :
  a) Jean, né le 2 avril 1791 à Aigre.
Il décéda le 17 octobre 1795 à Aigre. (LB)
b) Clément Pierre, né le 5 janvier 1793 à Aigre.
Il décéda le 15 septembre 1793 à Aigre. (LB)
c) Anne Adèle, née le 27 avril 1795 à Aigre.
Le 19 avril 1825, elle épousa à Lupsault, Pierre Zacharie de Lacombe, (né le 12 septembre 1785 à Saint-Jean d'Angély, décédé le 20 février 1830 à Tonnay-Boutonne - Charente-Maritime), fils de Pierre et de Jeanne Sophie Manay.
Elle décéda le 22 janvier 1890 à Saint-Jean d'Angély (Charente-Maritime), d'où descendance. (LB)
d) Augustine Zilia, née le 21 février 1797 à Aigre.
Le 19 juin 1822, elle épousa à Lupsault, Auguste René Fradin de Linière, (né le 5 mai 1800 à Saint-Maixent l'Ecole - Deux-Sèvres, décédé le 27 octobre 1867 à Avignon - Vaucluse), fils de Henri Jacques Aimé et de Julie Suzanne Robin Thibaudière.
Elle décéda le 15 mars 1876 à Paris, XVIIème arrondissement, d'où descendance. (LB)
e) Clémentine Adélaïde Louise, née le 10 janvier 1802 à Lupsault.
Le 2 mars 1826, elle épousa en premières noces à Lupsault, Armand Louis Lebègue, (né le 17 janvier 1804 à Mansle, décédé le 2 avril 1846 à Angoulême), fils de Pierre Louis et de Marguerite Huet.
Veuve, Clémentine épousa en secondes noces le 17 mars 1851 à Mansle, Henri Louis Léonard Durand, (né le 29 janvier 1804 à Saint-Denis d'Oléron - Charente-Maritime), fils de Léonard Marie, et de Suzanne Laroche.
Clémentine décéda le 19 octobre 1885 à Mansle, d'où descendance de sa première union. (LB)

IV) de CHABOT de GIRONVILLE François, qui fut baptisé le 24 avril 1756 à Beauvais sur Matha. (Régis3), écuyer, seigneur de Gironville.
Il fut lieutenant, puis capitaine au régiment de Guadeloupe.
Il assista à l'assemblée de la noblesse de Saintonge, convoquée à Saint-Jean d'Angély, pour nommer des députés aux Etats Généraux.
Le 23 mars 1789, il y signa le cahier de doléances de la sénéchaussée. (Charly GRENON).
Le 13 janvier 1789, il épousa en premières noces à Aigre, Jeanne Cot, (décédée le 22 vendémiaire an IX - 14 octobre 1800, à Aigre), fille de Sauveur André, et de Marie Baud. (LB)
De cette union naquirent :
  1) Pierre, né le 27 juin 1781 à Aigre.
Durant les guerres de la Révolution et de l'Empire, il fut soldat, et obtint la médaille de Sainte-Hélène.
Il fut surnuméraire dans l'administration des droits réunis, en 1811, et employé des contributions indirectes.
Le 19 juin 1811, il épousa en premières noces à Angoulême, Marie Geneviève Pavie, (née le 22 octobre 1786 à Angoulême), fille de Gabriel et d'Anne Dubreuil.
Pierre épousa en secondes noces le 5 octobre 1833 à Montguyon (Charente-Maritime), Marie Boucherie, (née le 26 germinal an XIII - 16 avril 1805 à Montguyon), fille de François et d'Antoinette Mesnier.
Il décéda le 25 décembre 1862 à Libourne (Gironde), sans enfants ? (LB)
2) Marie, qui suit.
François épousa en secondes noces à Saint-Fraigne, le 23 octobre 1826, Marie Michaud, fille de Jacques et de Marie Brun. (LB)
Il décéda le 14 janvier 1842 à Saint-Fraigne, ayant eu pour enfants de sa seconde union : (LB)
  3) François, né le 30 mai 1807 à Saint-Fraigne.
Il était qualifié de charpentier en 1842 et 1883, et de mécanicien en 1861.
Il décéda le 9 octobre 1883 à Saint-Fraigne, célibataire. (LB)
4) Marie, née le 18 mars 1811 à Saint-Fraigne. (Enfant illégitime ?). (LB)
5) Geneviève, née le 11 avril 1822 à Saint-Fraigne.
Elle décéda le 24 janvier 1836 à Saint-Fraigne. (LB)

V) de CHABOT Marie, née le 5 janvier 1790 à Aigre.
Elle fut peut-être la mère de Pierre CHABOT, enfant naturel né à Aigre le 12 février 1820, qui fondera le théâtre itinérant CHABOT. (LB)
Elle était décédée en 1858.
D'une union inconnue, elle eutdonc pour enfant : (Charly GRENON).

VI) CHABOT Pierre, né à Aigre, le 12 février 1820.
Travaillant dans le monde du cirque, il devint directeur d'un théâtre mécanique.
Le 15 avril 1858, il épousa à Bordeaux, Henriette Schossig, (née dans le Hanovre, le 17 juillet 1821, fille d'un père écuyer dans un cirque). Par ce mariage, ils reconnurent et légitimèrent 5 enfants. (Charly GRENON).
De cette union naquirent :
  1) Euphrasie, née à Metz (Moselle), le 21 mai 1854.
Elle sera la bisaïeule de Sabine Rancy, la grande directrice de cirque, née en 1929, arrière-petite-fille de Théodore Rancy, né à Chalais en 1818. (Il fut créateur et directeur de cirque). (Charly GRENON).
2) Pierre Eugène, né à Briey (Meurthe et Moselle), le 6 juillet 1850.
Après la fin de la première guerre mondiale, il fit évolué l'établissement de son père vers la comédie mélodramatique, la danse, et en fit un théâtre forain de 1200 places.
Il occupa longtemps la charge de commissaire à l'Union Syndicale Patronale, éditrice du journal 'l'Industriel forain".
Il épousa en premières noces Marie Moulin, et en eut pour enfant :
  a) Albert, qui épousa Henriette Pérès, fille de Joseph et de Henriette Rose CHABOT.
En secondes noces, Pierre Eugène épousa Marcelline Pérès.
Il décéda à Etampes (Essonne), le 9 octobre 1924. (Charly GRENON).
3) Pierre Henri Victor, né à Wazemmes (devenu un quartier de Lille - Nord), le 14 mai 1852.
Domicilié à Royan, il fut le premier banquiste français (personne qui se déplace de ville en ville), pour présenter le cinématographe dans une fête foraine, aux foires de juillet 1896, à Rochefort sur mer. Il se produisit plus tard à Tours, puis à Limoges, etc... (Charly GRENON).
4) Marie Augustine, née à Avesne (Nord), le 2 mai 1853. (Charly GRENON).
5) Henriette Rose, née à Caudebec (Seine-Maritime), le 6 mars 1855.
Elle épousa Joseph Pérès, propriétaire du théâtre des marionnettes milanaises.
De cette union naquit: Gabriel, qui épousa Nina Pérès, soeur de Marcelline, seconde épouse d'Eugène CHABOT, et Henriette, qui épousa Albert CHABOT, fils d'Eugène et de sa première épouse, Marie Moulin.
Les deux théâtres fusionnèrent et devinrent le théâtre PERES-CHABOT. (Charly GRENON).

- BEAUCHET-FILLEAU : Dictionnaires des familles de l'ancien Poitou.
- P de FLEURY et J de La MARTINIÈRE : Collection des inventaires sommaires des archives départementales antérieures à 1790.
- Pierre BUREAU : Les émigrés charentais.
- Bruno SÉPULCHRE : Article sur Peuchebrun (Longré et Paizay-Naudouin), dans Châteaux, logis, et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- Jean-Paul GAILLARD et Bruno SÉPULCHRE : Articles sur Marcillé (Saint-Fraigne), le Breuil au Loup (Verdille), dans Châteaux, logis, et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- Loïc AUDRAN : Article sur le moulin de Peuchebrun, dans Histoires du pays d'Aigre et Alentours, Longré, n°34 Avril 2016).
- Charly GRENON : Article sur la famille CHABOT, une grande famille d'artistes forains, dans Histoires du pays d'Aigre et Alentours, n°3 - Octobre 2000).
- André DAVID : Aux confins de trois provinces : Longré et environs aux XVIIIème et XIXème siècles.
- Louis CHASSERIAU : Généalogie sur Geneanet : https://gw.geneanet.org/leglaizeux?lang=fr&pz=louis&nz=chasseriau&ocz=0&p=jean&n=chabot&oc=2
- Michel BRILLAUD : Généalogie sur Geneanet : https://gw.geneanet.org/akenaton79?lang=fr&p=nicolas+edme&n=chabot+de+peuchebrun
- Régis3 : Généalogie sur Geneanet : https://gw.geneanet.org/regis3?n=chabot+de+peuchebrun&oc=&p=pierre
- LB : Généalogie sur Geneanet : https://gw.geneanet.org/lb1977?lang=fr&iz=1544&p=isaac&n=chabot+de
retour vers le menu des mises à jourretour vers le sommaire