de CHAMBORANT,
alias de CHAMBORAND


blason de la famille de Chamborant
D'or au lion de sable, armé et lampassé de gueules.
Devise : "Onque ne Failli"
Famille d'ancienne chevalerie, qui tire son nom du bourg et paroisse de CHAMBORAND, première baronnie de la vicomté de Bridiers, en Poitou, sur les confins du Limousin et de la Marche.
(*1) On trouve ce nom de Chamborant dans des textes du XIIème siècle, sous les formes suivantes : Chamboran, Camborent, Chamborent, Chambrent, Cambarent, Cambarento. Puis au XIVème siècle, dans des actes notariés : Chamborent, Chamborant, Chamborand.
Le lieu de Chamborand, est situé à 12 kms au sud de La Souterraine (département de la Creuse), berceau de cette famille. Il ne subsiste qu'un donjon rectangulaire de 16 mètres sur 10, construit avec des murs dont l'épaisseur atteint près de 2 mètres. A la fin du XIXème siècle, la partie supérieure de cet édifice remarquable par son entablement et ses machicoulis a été démolie. Les restes du donjon ont été vendus en 1980 à M. Bruno Frotier de La Messelière, en vu de sa restauration.
Plusieurs auteurs pensent que cette maison descendrait de celle des comtes de Flandre, elle-même issue de celle d'Alsace. Le comte Philippe, fils de Thierry d'Alsace (qui porta un écu gironné jusqu'en 1179), changea son blason pour un lion de sable sur champ d'or, qui selon la tradition, avait été gagné sur un prince Sarrazin, au cours d'un combat.
Les Chamborant paraîtraient alors avoir pris les mêmes armes que le comte Philippe, de son vivant, en mémoire de l'identité de famille ?

I) de CHAMBORAN Aimoins. Il naquit vers l'an 1015. Il avait pour frère Humbert, chanoine de Saint-Etienne de Salagnac, église réunie à celle des chanoines de la cathédrale de Saint-Etienne de Limoges. Il eut pour fils :

II) de CHAMBORAN Geoffroy, qui naquit vers 1040 ou 1045. Il donna une partie des dîmes de la paroisse de CHAMBORAND (Creuse), à l'église et aux religieux de Saint-Barthélémy de Bénevent, au diocèse de Limoges. Il eut pour fils :

III) de CHAMBORAN Geoffroy. Il naquit vers l'an 1070. Il eut d'une alliance inconnue :
  1) Ainard, qui suit.
2) Geoffroy, qui eut un fils nommé Geoffroy, décédé sans postérité.

IV) de CHAMBORAN Ainard, chevalier, seigneur de CHAMBORAND. Il naquit entre 1100 et 1110, et eut pour enfants présumés :
  1) Ainard, qui suit.
2) Guillaume.

V) de CHAMBORANT Ainard, naquit vers l'an 1145. Il eut peut-être pour enfants:
  1) Bertrand, qui suit.
2) Bernard, dont le sort est resté inconnu.
3) Amicie, qui devint l'épouse d'Aimard Gaham (de Gains). Elle fit une donation pieuse en 1240.

VI) de CHAMBORANT Bertrand. Il fut peut-être le père de :

VII) de CHAMBORANT Guillaume. Il naquit l'an 1210. Dans des plaintes portées au roi Saint-Louis contre Thibaud de Neuvis, sénéchal de Poitou, en 1263, par la comtesse de la Marche, on apprend que Guillaume eut pour fils :

VIII) de CHAMBORANT Geoffroy, qui naquit vers l'an 1235. Il fut qualifié de châtelain, et de monseignor comme son père, titre qui n'était donné qu'aux chevaliers.
Il fut père présumé de :
  1) Geoffroy, qui suit.
2) Humbert, qui fut tué à la bataille de Poitiers en 1356. (?), avec l'élite de presque toute la noblesse de France.
Il fut enterré dans le couvent des Frères Mineurs de Poitiers.
3) Guillot, qui fit la branche de Lavaux :

IX) de CHAMBORANT Geoffroy, chevalier. Il naquit aux environs de 1275.
Il épousa Denise Guazeau, (alias Gazeau), dite Guazelle. Elle rendit au château de Velhon, appartenant à Marie de Chauvigny, un aveu, le dimanche après la fête de la Madeleine (21 juillet 1354). De ce mariage naquirent vraisemblablement:
  1) Pierre, qui suit.
2) Guillaume, baron, sire d'Annebec et de Ranne en Normandie, conseiller et écuyer du corps du roi, ambassadeur de Sa Majesté près du duc de Bretagne, et du duc de Milan, Galéas Visconti.
Il testa le 22 février 1399. Il voulait être enterré dans le chœur de l'église Notre-Dame des Célestins de Ternes, au diocèse de Limoges, près du grand autel. Il laissait par ce même acte à chaque ménage ou feu des terres de Chamborant et de la Valadelle, une somme de 20 sols et une autre de 20 livres à la fabrique de l'église de Chamborant.
Il institua Pierre, son frère, son héritier universel et l'un de ses exécuteurs testamentaires avec l'évêque de Saint-Flour (qui passa plus tard à l'évêché de Limoges). Au cas où Pierre décéda avant lui, il appelait à la succession les enfants de Foucaud de CHAMBORANT, son neveu, fils aîné de Pierre.
Cependant, par un codicille daté du premier mars 1401 (1402), il changea de disposition pour sa sépulture, et voulut être enterré à Chamborant même, auprès de son père.
Il décéda avant le 27 mai 1406.
Ce fut peut-être lui, qui fut en 1389, sénéchal de la Marche, lieutenant du roi et son commissaire en Poitou, vers 1396.
Sceau de Guillaume sur une quittance de 1392.
Sceau de Guillaume sur une quittance de 1405.
3) et 4) deux filles, mentionnées dans le testament de Guillaume, leur frère, du Ier mars 1401.

X) de CHAMBORANT Pierre, chevalier, seigneur de CHAMBORAND, sire d'Orsaine et des Marches, seigneur de Droux, la Clavière, Vauzelle, la Mazerolle, etc. Il naquit en 1330.
Son frère Guillaume l'institua son héritier universel, en 1399 (1400).
Il épousa avant le mois de janvier 1350, Marguerite de Forges, (d'une famille de la région de Montmorillon (Vienne), dame des terres de Droux, la Clavière, Vauzelle et la Mazerolle, fille de Guillaume, seigneur de la Clavière, et de Philippe de Droux, dame dudit lieu. De ce mariage son issus :
  1) Foucaut, qui suit.
2) Guy, chambellan et écuyer du corps du roi. Il décéda à Paris le 26 mai 1404 et fut enterré en l'abbaye d'Ahun, où il avait fondé une chapelle.

XI) de CHAMBORANT Foucaut, écuyer, seigneur de CHAMBORAND, Droux, la Clavière, etc. naquit en 1350, ou 1355. Il servit le roi de France Charles VI en mars 1386, dans la compagnie d'Hélion de Naillac, qui passait revue le 17 octobre 1386. Il était décédé lors du testament de son oncle Guillaume (22 février 1399), qui faisait un legs en faveur des enfants de feu Foucault.
Il épousa N. de Maumont, sœur de l'évêque de Tulle (Bertrand). Ils eurent pour enfants :
  1) Foucaut, qui suit.
2) Pierre, chevalier, seigneur de Droux et de la Clavière. Il épousa avant le 15 juin 1422, Marquise du Breuil, qu'il laissa veuve et sans enfants. (Elle se remaria avec Guillaume de Montjouant, fils d'André).

XII) de CHAMBORANT Foucaut, chevalier, haut et puissant seigneur de CHAMBORAND, Droux, la Clavière des Marches, Vauzelle, Orsaine, Courtaillet, la Mazerolle, Jonnoulx-l'Aumône, Montichevrier, Brins, Saint-Priset le Betou, etc. Il naquit vers 1370, ou 1372. Il se disait vieux et décrépi en 1453. Il servit sous Charles VI, en qualité de chevalier banneret, avec 16 écuyers de sa chambre, en 1418. Il partagea ses biens le 10 mai 1452 entre Guy et Jacques, ses fils.
Il épousa Jacquette de Cluys, damoiselle, vers 1409, sœur de Jean, évêque de Tulle en 1428. De ce mariage vinrent :
  1) Guy, ou Guillaume, qualifié de noble et puissant homme, chevalier, seigneur de CHAMBORAND, Orsaine, les Marches, Montichevrier, Courtaillet, Vauzelle, l'Omone, Saint-Priest le Betou, la Borne-Longue, la Vareille, la Chassagne, Dompierre, etc. conseiller et chambellan du roi Louis XI.
Il épousa Brunissende de Malleret; damoiselle, fille de noble et puissant messire Philibert, chevalier, seigneur de la Roche-Guillebeau et de Lussac. Il décéda en 1492, sans enfants.
2) Jacques, qui suit.
3) Gilbert, qui devint abbé de Massay, au diocèse de Bourges, et prévôt-commendataire de Nave au diocèse de Tulle. Il fonda le 12 novembre 1481, dans la cathédrale de Tulle, une messe solennelle quotidienne.
4) Jacquette, qui épousa par contrat du 2 janvier 1435 (alias 1436), Jean de Menou, chevalier, seigneur de la Ferté, près d'Issoudun en Berry, et de Forge, paroisse de Preuilly en Touraine.
5) Marie, qui épousa par contrat du 10 avril 1445 Guillaume du Quartier, (alias Cartier), écuyer, seigneur de la Borde en Sologne, près de Romorantin.

XIII) de CHAMBORANT Jacques, seigneur de Droux, la Clavière et du Puy-Bernard. Il naquit en 1412, et servit sous Charles VII, avec son frère Guillaume, dans la compagnie d'hommes d'armes de Potron de Xaintrailles. Il fut le 2 avril 1450, le 6ème homme d'armes de la compagnie des ordonnances du roi. Il testa le 12 octobre 1501.
Il épousa par contrat du 28 mars 1452, passé à Sannat, Marguerite Chauvet, damoiselle, fille de Jean, écuyer, seigneur de Sannat, paroisse de Saint-Junien les Combes, diocèse de Limoges, et de Catherine Pot. Ils eurent pour enfants :
  1) Brangon, chevalier, seigneur de CHAMBORAND, Matrange, Orsaine et les Marches. Il fut le dernier CHAMBORANT à être seigneur de Chamborand).
Il fut écuyer ès-écuries du roi Louis XI, qui, en récompense de ses bons, louables, et recommandables services, lui accorda, par lettres du 4 février 1481, quatre foires par an en son bourg et terre d'Orsaine.
Il épousa en mars 1473 Anne de Pierre-Buffière, fille de Louis, chevalier, seigneur de Châteauneuf et de Peyrat.
Il vivait encore en 1529.
De ce mariage vinrent :
  a) Guiot, damoiseau. Il paraît dans la montre faite à Cazalle le 9 octobre 1504, comme employé aux nombres des hommes d'armes de la compagnie du marquis de Montferrat. Il servit aussi dans celle du maréchal de Gié en 1509. Il ne se maria pas, et était décédé avant 1514.
b) (*1) Souveraine, qui hérita de la terre et du château de Chamborand.
Elle épousa, peu avant 1514 Philippe Chauvet, écuyer, seigneur de la Villatte, lieutenant de la compagnie de M. de Burry. Elle décéda en 1541.
c) Madeleine, qui épousa en premières noces François de Retz, seigneur de Meck, dont elle n'eut pas d'enfant. elle épousa en secondes noces, avant le 13 avril 1541 Charles de Bièvre, chevalier, seigneur de la Vallade.
d) Marie, qui se maria avec un seigneur de Grossolles.
2) Guy, qui suit.

3) Bertrand, qui fut abbé de Massay en Berry, le 3 mars 1482.
( Ci-contre, photo de la tour de l'ancienne abbatiale de Massay, qui porte le nom de "Tour de Chamborand".

(Envoi de M. Damien PRELY,
Point info tourisme de Massay : tourisme.massay@wanadoo.fr )

 

Tour de l'ancienne abbatiale de Massay
4) Philippe. Il fut prieur commendataire de Semur, et chanoine du Dorat, près de Droux en Basse-Marche.
5) Christophe, chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem en 1492.
6) Souveraine, qui épousa par contrat du 21 août 1481, Pierre de CHAMBORANT, écuyer, seigneur de Terraille, Bonneveau et des Postes.
7) Marie, qui devint la femme de Galéas de Malleret, écuyer, seigneur de Maison en Haute-Marche. Elle mourut sans enfant.

XIV) de CHAMBORANT Guy, ou Guiot, ou Guyet, seigneur de Droux, la Clavière et de l'Age-Meillot. Il naquit environ en 1455, et servit sous les rois Louis XI, Charles VIII, et Louis XII. Il fut fait chevalier par ce dernier, sur le champ de bataille d'Agnadel, après la victoire remportée sur les Vénitiens (14 mai 1509).
Il épousa Françoise de Salaignac (Salignac), par contrat du 29 janvier 1491, fille de Jean, chevalier, seigneur de Magnac, le Chassedeuil, Verteillac, Jumilhac et Concors, et de Louise de Pierre-Buffière. Ils eurent pour enfants :
  1) Christophe, qui devint chanoine du Dorat et prieur de Chinon. Il donna son droit d'aînesse à son frère Pierre.
2) Pierre, qui suit.
3) Gaspard, qui fera la branche de la Clavière, (d'où les BELLOC de CHAMBORANT actuels) :
4) Jean, seigneur de la Roche-Servières. Il servit dans la compagnie d'Ordonnace de M. de Maugiron, revue à Macon le 19 juin 1541, et à Perpignan en 1542. Il décéda célibataire en 1550, à l'Age-Meillot.
5) Françoise, qui épousa par contrat du 20 septembre 1529 Martial de Lavau, écuyer, seigneur de Drouilles, Rochelidou, Châteauneuf et Leschoisiers, fils de Guillaume, conseiller du roi en la cour du parlement de Bordeaux, et de Léonarde de Jovion.
6) Jacquette, qui épousa Pierre de Rancé, chevalier, seigneur de Pisseloup, la Bertaudière et de Muney.

XV) de CHAMBORANT Pierre, chevalier, seigneur de Droux, la Clavière, etc. Il naquit vers 1494.
Il épousa par contrat du 17 avril 1534 Philippe de Loubes, fille de Jean, écuyer, seigneur de Regniers, et de N. dIlliers. Il testa le 3 novembre 1545.
De ce mariage naquirent :
  1) Jean, qui suit.
2) autre Jean, qui mourut célibataire.
3) Pierre, né posthume en 1545. Il fut chevalier, seigneur de Droux, de la Beausse, de Montgivray, de la Pouzerie, du Colombrail, baron d'Ars et de Neuvy-Saint-Sépulchre. Il fut chevalier de l'ordre du roi, gouverneur de la grosse tour de Bourges, conseiller-chambellan et colonel de la garde suisse de François de France, duc d'Alençon, frère du roi, et son lieutenant-général au gouvernement du Berry.
Il fut condamné à mort le 7 février 1584 pour avoir tué en duel Pierre de Coignac. Il était décédé avant 1591, et des lettres de rémission entérinées au Parlement de Paris le 21 octobre 1591, lui furent accordées à la demande de sa femme.
Il avait épousé Anne de La Forêt, fille du baron d'Ars, et de Claude de Chenevilles, dame de Neuvy-Saint-Sépulchre en Berry, près de La Chastre. Ils eurent :
  a) Louis, baron de Neuvy et d'Ars, seigneur de la Bauce, etc. Il fut gentilhomme ordinaire de bouche de l'archiduc Albert, prince des Pays-Bas, et maître de camp au service de ce prince. Il testa à Bourges en 1614, et décéda à Madrid peu après le 19 avril 1615, date d'un codicille.
b) Marguerite, qui hérita de son frère. Elle fut damoiselle d'honneur de la reine Marie de Médicis jusqu'à l'époque où elle épousa René Isoré, chevalier, seigneur baron d'Hervault, gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, fils de feu Honorat, chevalier de l'ordre du roi, et de Madeleine Babou.
4) Françoise, qui épousa par contrat du 13 janvier 1555, Léonard Martin, fils de Jean, écuyer, seigneur de Goutte-Bernard.
5) Charlotte, qui se maria en premières noces, par contrat du 29 mai 1561, avec Jean de Fougère, seigneur de Forges et de Clous, fils d'André et d'Isabeau de Lussat. Elle épousa en secondes noces Jean Séguier.
6) Claude, qui fut religieuse au couvent de Longefont, ordre de Fontevrault.
7) Léonarde, qui fut religieuse au couvent de Longefont, ordre de Fontevrault.

XVI) de CHAMBORANT Jean, né vers 1536. Il fut chevalier de l'ordre du roi, seigneur de Droux et de l'Age-Meillot. Il commença à servir en 1551 sous Henri II. Il fut colonel d'un régiment d'infanterie en 1585. Il transigea le 25 août 1574, au sujet de la succession paternelle, et testa le 19 novembre 1626.
Il épousa en premières noces Madeleine de La Beraudière, veuve de Mathurin Ripousson, chevalier, seigneur d'Artron et de la Mayre. Veuf et sans enfants, il épousa ensuite en secondes noces, par contrat du 31 juillet 1575, Catherine de Châteauvieux, fille de Claude, chevalier, seigneur dudit lieu, baron de Fromente, Verjon, etc. maître d'hôtel ordinaire du roi François Ier et son bailli en Bresse, et de Marie de Montchenu, dame de la Villatte (en Angoumois), etc. Il eut de cette alliance :
  1) Gaspard, qui suit.
2) Joachim, qui fera la branche de Villevert (Esse) :
3) Marie, destinée à l'état religieux.
4) Anne, destinée à l'état religieux.
5) Catherine, destinée à l'état religieux.

XVII de CHAMBORANT Gaspard, chevalier, seigneur de Droux. Il naquit vers 1576, et servit le roi Louis XIII.
Il épousa par contrat du 28 février 1606 Françoise Couraud, fille de Pierre, chevalier, seigneur de Rochechevreux, la Lande, Montcouart, les Granges et Riadoux, chevalier de l'ordre du roi, et de Jeanne de Rechignevoisin.
blason d'alliance de Gaspard de Chamborant, et de Françoise Couraud.
Parti, au 1 d'or au lion de sable, lampassé et armé de gueules (qui est de Chamborant), au 2 de sable à la croix alaisée d'argent (qui est de Couraud).

Les armes de la famille Couraud, normalement sont :
" De sable à la croix d'argent, et une bordure de gueules".
Ce blason est sculpté sur une pierre provenant d'un ancien portail, démoli en 1866, avec la date de 1635, au château de Droux, en Haute-Vienne.
Cette photo est visible sur le site de Monsieur Fauvet, à l'adresse suivant :
http://www.fauvet.net/index.php?
page=3&menu=8&principal=droux/aerien.php
& fond=E1F8CA&bord=8FA46C&titre=
Droux&retour=carte&texte=blason
De cette union naquirent :
  1) Pierre, qui suit.
2) Rigal, dit le chevalier de Droux. Il fut capitaine, et mourut assassiné par son valet de chambre en 1663.
3) Henri, dit M. de Champagnac, capitaine de cavalerie au régiment de Brouage. Il testa le 19 mars 1650, et mourut peu après à Saint-Martin de Ré.
4) Françoise, qui épousa le 19 septembre 1638, Jean de Mouraud, écuyer, seigneur de la Thibarderie, paroisse de Magnac, près de Droux, fils de Jean.
5) Marthe, qui devint la femme, par contrat du 26 février 1640, de Simon de Buat, écuyer, seigneur de Puy-Robin.
6) Gasparde, décédée célibataire avant 1673.
7) Jeanne, qui épousa Pierre Papon du Breuil, écuyer, seigneur de la Grange Blanche.

XVIII) de CHAMBORANT Pierre, chevalier, seigneur de Droux, né vers la fin du règne de Henri le Grand, mort en 1670. Il fut capitaine d'infanterie (Régiment Saint-Martial), d'une compagnie de 100 hommes de guerre. Il fut confirmé dans sa noblesse en 1667.
Il épousa Anne de Galliot, par contrat du 4 juillet 1638, fille de Jacques, chevalier, seigneur de la Saulaye-Baraton, de Groschef et de la Beaubinière en Poitou, gentilhomme ordinaire de la maison du roi, et de Françoise de Montauzier-la-Charouillère, dame d'Izernay. Ils eurent pour enfants :
  1) Pierre-Joseph, qui suit.
2) Henri, né au château de Droux, le 24 septembre 1644, et décédé célibataire, inhumé le 19 mai 1677, dans l'église de Droux, au tombeau de ses aïeux.
3) Françoise, née au château de Droux, le 20 janvier 1641.

XIX) de CHAMBORANT Pierre-Joseph, chevalier, seigneur de Droux, né au château de Droux le 20 mai 1639.
Il épousa Marie-Anne de Légalis, par contrat du 6 juillet 1683, ou 1685, fille de Gilles, chevalier, trésorier de France en la généralité de Poitiers, et de Marie Ferrand. Il fut inhumé dans l'église de Droux le 23 avril 1710. Ils eurent pour enfants :
  1) Antoine-Gilles, dit M. d'Armentis, qui fut capitaine au régiment de Beaujolais-Infanterie. Il naquit au château de Droux le 3 juillet 1686. Il fut tué à l'âge de 23 ans, en Italie, sans avoir été marié.
2) Marie-Françoise, née le 20 juillet 1687, qui épousa le 31 janvier 1713, Louis Pot, chevalier, seigneur de Piegu, fils aîné de Roland, chevalier, seigneur de Piegu, et de Marie de Roffignac.
3) Marie-Anne, née le 28 décembre 1689. Elle épousa en premières noces François de Mondin, chevalier, seigneur de Montortres, Rechignevoisin, la Barde, la Rue et Bouqueville, lieutenant-colonel d'infanterie de Saint-Germain Beaupré, chevalier de l'ordre militaire de Saint-Lazare. Elle épousa ensuite en secondes noces, par contrat du 28 mai 1726, Jean de CHAMBORANT, chevalier de la Grange-Pastoureau.
4) Pierre-Grégoire, né le 17 novembre 1691, et décédé au berceau.
5) Pierre-Gilles, né le 19 juin 1693, décédé encore enfant.

Branche de VILLEVERT (ESSE) :
Sculptures au fronton des dépendances du château de Villevert (Esse).
(photos de Jean-Marie Ouvrard).
XVII) de CHAMBORANT Joachim, chevalier, seigneur en partie de Droux, seigneur de Villevert, le Petit-Neuville, baron de la Chastre. Il naquit en 1578, et fut premier écuyer de Madame, sœur du roi.
Il épousa en premières noces Catherine Desvaux, (alias des Vaulx, ou de Vaud), dame de Villevert, par contrat du 16 octobre 1611, fille de Jean, écuyer, seigneur de Villevert, le Petit-Neuville, la Grange-Pastoureau, la Buissonnie, le Boucheron, Périssat, la Ribière, le Vignant, et de dame Françoise du Pin, sa seconde femme.
Joachim épousa ensuite en secondes noces Anne de Labarde.
Il eut de son premier mariage :
  1) Jean, qui suit.
2) Maria, qui fera la branche du Vignaud, de la Boissonnie et du Mastourneau :
3) Gilbert, qui fera la branche de Périssat :
4) Jean, seigneur du Boucheron. Il fut d'abord destiné à l'ordre de Malte, mais préféra se marier. Il fut capitaine de cavalerie au régiment du marquis de Villevert, son frère, et sa valeur fut telle qu'elle passa en proverbe. Il fut tué à Candie en 1669, et son corps rapporté en France, fut inhumé dans l'église d'Esse, au tombeau de ses aïeux. Il avait épousé Marthe Pinot, dame du Mas et de Vérinas (Lesterps), fille de Guillaume, écuyer, seigneur des dits lieux, de laquelle il eut pour enfant :
  (*1) a)Marie, qui épousa en 1673 Etienne Lecler, écuyer, seigneur de la Jarodie et de la Touraille, paroisse de Brigueil, en Poitou.
5) Guillaume, qui mourut au service du roi, et qui ne laissa pas de postérité.
6) Marthe, qui épousa Jacob de Mascureau, écuyer, seigneur de Millac.
7) Andrée, qui épousa Jean de Guimard, écuyer, seigneur de Jallais et du Bouchet, conseiller du roi, et son conseiller en la sénéchaussée et siège présidial d'Angoumois, maire d'Angoulême en 1650, fils de Jean, écuyer, seigneur de la Vigne, secrétaire et conseiller de la reine régente, gouverneur du comté de Confolens.
blason d'alliance des Guimard et des  de Chamborant
blason d'alliance des Guimard et des  de Chamborant
1) D'après des notes de famille et le nobiliaire du Limousin :
Parti, au 1 d'argent à une tige de laurier de sinople (qui est de Guimard), au 2 d'azur au lion rampant d'or, lampassé et couronné de même (qui est de Chamborant)
2) D'après le chevalier de Chamborant de Droux :
Parti, au 1 d'argent à un écho (pour écot), branche d'arbre dont les tiges et les feuilles ont été coupées de manière qu'il paraît noueux, péri en bande de sinople, duquel à son extrémité sort une branche vive s'étendant vers le chef; au 2 d'azur au lion d'or couronné de même, armé et lampassé de gueules.
Le fait que ce lion dans ces blasons soit d'or, (avec dans un, la langue et les griffes de gueules), sur un champ d'azur, semblerait nous indiquer une déclinaison de branche cadette par rapport à la branche aînée.

Joachim eut de son second mariage :
  8) N., décédé avant l'âge de la puberté.
9) N., décédé avant l'âge de la puberté.
10) N., décédé avant l'âge de la puberté.
11) N., fille, qui fut mariée avec messire Guiot, chevalier, seigneur de Puy-Catelin.
12) N.

XVIII) de CHAMBORANT Jean, marquis de Villevert, seigneur de Villevert, le Petit-Neuville, Puygelier, etc.Il naquit en 1613, et fut mestre de camp d'un régiment de cavalerie à son nom, maréchal de bataille des armées du roi. Il commença à servir sous le règne de Louis XIII. Sa valeur et sa bravoure étaient telles qu'on ne l'appelait jamais que le brave, le fameux Villevert.
Il épousa en premières noces, par contrat du 15 juin 1636 Gabrielle de Couhé, fille de François, chevalier, seigneur de l'Etang du Mas et de Mazière, et de Françoise de Javerlhac, qui lui donna pour enfant :
  1) Jean-Richard, chevalier, seigneur de Villevert et du Petit-Neuville.
Il épousa Elisabeth de Coustin, de la branche de Puy-Martin, de la maison de Manadeau. Ils eurent pour enfant :
  a) Ricard, seigneur de Villevert et du Petit-Neuville. Il fut capitaine au régiment de Rozière-Infanterie, et épousa sa cousin germaine, Marguerite de CHAMBORANT, fille de Charles, seigneur de la Grange-Pastoureau, du Chêne-Pignier et de l'Age-Berland, et d'Anne de Tisseuil,
b) Isabelle, alias Elisabeth, qui épousa son cousin issu de germain, Pierre de CHAMBORANT, chevalier, seigneur de la Boissonnie et en partie du Vignaud, fils de Jean, chevalier, seigneur du Vignaud, et de Marie de Rolland. Ils n'eurent pas de descendance.
c) Anne, qui épousa Philippe de Voluire, chevalier, seigneur de Saint-Vincent, près de Chasseneuil
2) François, chevalier, seigneur de Faut. Il devint par son mariage, baron de Saint-Junien.
Il épousa par contrat du 30 janvier 1682, Gabrielle-Anne du Lau, fille de Philippe, chevalier, seigneur du Chambon, Cellettes, baron de Saint-Junien, et de Anne de Rieublanc, dame de Saint-Junien. Ils eurent :
  a) Armand, baron de Saint-Junien. Il fut capitaine au régiment de Limoges, et mourut célibataire.
b) François, seigneur de Faut et de Chelebi. Il épousa Elisabeth Guiot, fille de Paul, chevalier, seigneur de Saint-Paul et du Dognon, et de Catherine d'Argens. Ils eurent pour enfant :
  (*1) b1) Etienne-Anne, né en 1746, baron de Saint-Junien, seigneur de Faut, Chelebi, Villevert, le Petit-Neuville, Longeville, etc.Il épousa Louise de James, fille de Jean, seigneur de Saint-Vincent, et d'Elisabeth de Voluire, dame de Saint-Vincent, Villevert et le Petit-Neuville.
Il décéda le 8 février 1781 au château de Villevert.
Il eurent pour enfant :
  (*1) b11) Louise-Sylvine, née à Confolens le 7 octobre 1773. Elle épousa Jacques Blamont, (ex-noble, et ci-devant garde du corps).
Elle fut condamnée à mort le 28 ventôse an 2, par le tribunal révolutionnaire de Paris, comme conspirateur, mais ne fut pas guillotinée le 18 mars 1794, car enceinte, elle bénéficia d'un sursis jusqu'à son accouchement, selon la loi d'alors.
La chute de Robespierre lui sauva la vie car le jour de la mort de l'Incorruptible, le 10 thermidor an 2 (28 juillet 1794), toutes les exécutions étaient suspendues provisoirement.
Elle accoucha le 24 thermidor an 2 (24 août 1794) et la requête qu'elle soumit au Comité de Sureté Générale fut acceptée. Elle fut alors libérée et quitta aussitôt Paris pour Bellac, où elle retrouva son mari élargi des prisons de Limoges. Ce dernier devint maire de Bellac sous la Restauration et décéda après 1830.
Elle lui survécut 34 ans, et elle décéda à Bellac, âgée de 91 ans, le 29 décembre 1864.
Sa descendance cependant demeure inconnue.
Jean épousa en secondes noces, par contrat du 29 avril 1653, Suzanne de Saulnier, fille de feu Etienne, écuyer, seigneur de Plessac, du Breuil et de Combaronie en Périgord, et d'Anne d'Orfeuille.
Il eut de ce second mariage :
  3) Jean-Baptiste, écuyer, seigneur de Puygelier (Puyréaux), qui épousa le 13 février 1684 Marie du Tiers.
(Les Chamborant, seigneur de Puygelier, et habitant le logis dudit lieu, avaient leur sépulture dans le chœur de l'église de Puyréaux).
De ce mariage naquirent :
  a) Jean, né en 1688, seigneur de Puygelier. Il épousa le 9 mars 1711, Marie d'Engienne, fille de Jean, sieur de Becoiseau, avocat, et de Jeanne Lériget, de la paroisse de Juillé (en présence d'Alphée de Monnéys, chevalier, seigneur d'Ordière, oncle maternel, et de Jean Lériget, avocat au parlement). Ils eurent pour enfants :
  a1) François, décédé sans laissé de postérité.
a2) Jean, chevalier de Puygelier. Il décéda sans laissé de postérité.
a3) Madeleine, qui épousa Honoré de La Grézille, chevalier de Saint-Louis, seigneur du Rocher. Ils eurent deux filles, dont la cadette Catherine-Thérèse, qui épousa Paul-Antoine de CHAMBORANT de Périssat, son cousin au 5ème degré.
a4) Marie, née en 1718. Elle somma respectueusement sa mère, en 1747, Marie Engienne (mariée en secondes noces avec Philippe du Lau, chevalier, seigneur de l'Age-Bâton), de consentir à son mariage avec François Andrée, sieur de Puypéroux, bourgeois "pour lequel elle a beaucoup d'inclination et qui en marque aussi pour elle".
a5) Anne, qui épousa à Puyréaux, le 7 janvier 1745, messire Louis de Goret, écuyer, sieur des Fourniers (Messeux), habitant la paroisse de Saint-Amand de Bonnieure.
b) Charles, né en 1690. Il eut pour parrain Charles de Chamborant, écuyer, sieur de la Grange-Pastoureau, et pour marraine Charlotte Collin. Il décéda à 27 ans, en 1717, diacre, docteur en théologie, et fut enterré dans la nef de l'église de Puyréaux, devant l'autel de Notre-Dame, 28 heures après sa mort subite.
c) Marie, née en 1687. Elle eut pour parrain noble homme Jean-Richard de Chamborant, écuyer, sieur de Villevert, et pour marraine dame Jeanne du Tiers. Elle décéda à 22 ans, célibataire, et fut enterrée dans l'église de Puyréaux, entre les autels de Notre-Dame et de Saint-Thibaud.
4) Jacques, seigneur du Boucheron. Il naquit en 1662, et eut pour parrain Jacques d'Abzac, et pour marraine Marie d'Archiac.
Il fut qualifié aussi de seigneur de Villevert.
Il épousa Anne Guiot de la Mirande, et en eut :
  a) N., garçon, décédé à Saint-Domingue, au service du roi, officier dans les milices de cette colonie.
b) Anne, qui fut reçue à Saint-Cyr en 1702. Elle épousa, au sortir de cette maison, en premières noces N. de Couhé, chevalier, seigneur de la Saludie (?), paroisse de Verneuil, près de Montembœuf. Elle épousa en secondes noces N.
c) Gabrielle, qui épousa en premières noces N. de Grivelle, lieutenant colonel des milices de la colonie de Saint-Domingue; et en secondes noces N. LeMayre de Grandpré.
5) Charles, qui suit.
6) Marie, décédé en 1677, sans avoir été marié.

XIX) de CHAMBORANT Charles, seigneur de la Grange-Pastoureau, du Chesne-Pignier et de l'Age-Berland. Il naquit le 16 septembre 1663 au château de Villevert, paroisse d'Esse en Angoumois. Il entra au service du roi, et mourut à l'âge de 30 ans 1 mois et 8 jours, au Chesne-Pignier, paroisse de Javerdat. Il fut transporté dans l'église d'Esse, où il fut enterré dans le tombeau de ses ancêtres.
Il avait épousé, par contrat du 17 janvier 1681, Anne de Tisseuil, fille de Luc, écuyer, seigneur d'Anvaux et de Manette, et de Anne de Valentin. de ce mariage sont issus :
  1) Jean, qui suit.
2) Anne-Henriette, qui épousa François du Pin, chevalier, seigneur de la Gazonnie. Elle mourut sans enfant.
3) Anne, dite demoiselle des Essarts, décédée jeune.
4) Marguerite, qui épousa Ricard de CHAMBORANT, chevalier, seigneur de Villevert, son cousin germain. Ils décédèrent tous les deux dans les années 1735-1740.

XX) de CHAMBORANT Jean, seigneur de la Grange-Pastoureau, et par son mariage baron de Droux. Il naquit en 1684, et fut capitaine au régiment de Rozière-Infanterie, ensuite chevau-léger de la garde du roi. Il commença à servir en 1702, sous Louis XIV, par une lieutenance au régiment de Toulouse-Infanterie. Il quitta ce régiment en 1707 pour prendre une compagnie dans celui de nouvelle création de Rozière, dont était lieutenant-colonel le seigneur de Tisseuil d'Anvaux, son oncle maternel, et y resta jusqu'à la paix,en 1714, époque à laquelle ces régiments de nouvelle levée furent réformés. Il entra ensuite aux chevau-légers de la garde du roi, où il continua de servir jusqu'en 1729.
Il épousa par contrat passé au château de Droux, devant Crouzeaux, notaire, le 28 octobre 1726, Marie-Anne de CHAMBORANT, dame de Droux, veuve de François de Mondin, chevalier, seigneur de Montortres, etc.fille de Pierre, baron de Droux, et de Marie-Anne de Régalis. De ce mariage sont issus :
  1) Paul Jean, qui suit.
2) Barthélémy, qui fut appelé le chevalier de Droux. Il naquit au château de Droux le 23 janvier 1730, et entra, par lettres de février 1747, lieutenant au régiment d'infanterie de Bourgogne, qui faisait alors la campagne d'Italie. Il ne rejoignit pas cependant ce régiment, et s'incorpora dans la gendarmerie. Il fut reçu dans la compagnie des gens d'armes de la reine, le 11 mars 1748, et servit jusqu'après la bataille de Minden en 1759, où il eut son cheval tué sous lui. Il entra ensuite lieutenant d'infanterie sous les ordres du marquis de CHAMBORANT la Clavière, son parent, colonel du régiment de Son Altesse Sérénissime le comte de la Marche. Il fut fait capitaine le 17 juin 1770, son régiment servant alors en Corse.
Ayant produit ses preuves de noblesse le 25 octobre 1770, il fut reçu chevalier de Malte au grand-prieuré d'Auvergne. Dès 1769, il avait été nommé gentilhomme de Son Altesse Sérénissime Monseigneur le Prince de Condé, qui lui obtint une compagnie au régiment provincial de Senlis. Le grand maître de Malte lui ayant permis de réunir la croix de Saint-Louis à celle de son ordre, sur l'exposé de ses services, le roi la lui accorda le 4 février 1777, et ce fut le Prince de Condé qui le fit chevalier de Saint-Louis.
(*1) Il résidait à Paris au Palais Bourbon, et ne se maria pas.
(*1) Il fut auteur d'un livre intitulé : "Inventaire des titres originaux généalogiques conservés jusqu'à ce jour des branches existantes de la maison de CHAMBORANT, etc", à Paris, 1783. (Livre de 244 grandes pages, de 1015 à 1783).

XXI de CHAMBORANT Paul-Jean, seigneur de la Grange-Pastoureau, Murat, Saint-Martial et Macloux, baron de Droux et de Fontbuffaut. Il naquit au château de Droux, le 6 janvier 1728, et commença à servir en Italie comme lieutenant au régiment de Bourgogne dès 1747. Il s'embarqua au moment de passer capitaine, et passa à Louisbourg au Canada, en 1755, avec le second bataillon du régiment de Bourgogne. Cette place fut assiégée en 1758, et il fut fait prisonnier de guerre en Angleterre. Rentré en France après un échange, il fut en 1759, dans les troupes détachées et embarquées sur l'escadre du capitaine Thurot, sur laquelle, par la saison la plus rigoureuse de l'hiver, pour éviter en mer l'ennemi, supérieur en nombre, ils parcoururent les mers du Nord, pour revenir ensuite aborder les côtes de l'Irlande, attaquer et prendre Califerlucs, où peu de jours après finirent les travaux militaires par un combat meurtrier et opiniâtre dans lequel périt Thurot et un grand nombre d'autres, et où tout le reste furent fait prisonniers. Conduit à Belfast en Irlande, il n'en revint que vers la fin de l'année, et fut fait capitaine le 4 janvier 1760, avec ordre du roi à prendre rang du Ier septembre 1755. La paix ayant été conclue en 1762, il fut réformé en 1763, puis nommé en 1773, lieutenant de MM les Maréchaux de France, et chevalier de Saint-Louis en 1777.
Il devint chef du nom et armes de sa branche, par le décès en 1781, d'Etienne Anne (décédé sans enfant mâle).
Il épousa Louise-Sylvine de Robert de Villemartin, dame de Fontbuffaut, Murat, Saint-Martial et Maclou, par contrat du 18 octobre 1763, fille de Pierre, chevalier, seigneur de Villemartin, etc. et de Marie de Joyet, dame de Boisseuil.
De ce mariage sont issus :
  1) Charles, qui suit.
2) François, né au château de Droux le 5 juillet 1769, baptisé le lendemain. Il fut reçu au berceau, chevalier de Malte en la vénérable langue et grand-prieuré d'Auvergne, le 2 janvier 1770, par bref de minorité.
3) Marie Sylvine, qui fut destinée à être chanoinesse. Elle décéda avant d'avoir produit ses preuves.
4) une autre fille, décédée au berceau.

XXII) de CHAMBORANT Charles, appelé le baron de CHAMBORANT. Il naquit au château de Droux le 3 décembre 1764.
Il fut page, en 1776, de Son Altesse Sérénissime Mgr le Prince de Condé jusqu'au 15 avril 1781.
(*1) Il fut le dernier chef du nom et armes de sa branche. (En 1839, ce fut la branche Maillat, Belair, Chambeau, qui devint du nom et armes des CHAMBORANT).
Il passa ensuite lieutenant de dragons, y ayant été nommé dès 1780.
Il épousa Adélaïde de Ligondès, dont il eut :
  1) Marie Victoire, qui naquit en 1790.
Il décéda à Padoue en 1839.

Branche du VIGNAUD (BRILLAC), de la BOISSONNIE (ESSE), et du MASTOUREAU (BRILLAC):
XVIII) de CHAMBORANT Maria, seigneur du Vignaud, le Mastourneau, et la Boissonnie, naquit vers 1614.
Il épousa par contrat du 29 juillet 1649, Marie Chevalier, fille de feu Jacques, chevalier, seigneur de la Frapinière et d'Availles en Poitou, et de Catherine de Linax. Ils eurent pour enfants :
  1) Jean, né vers le commencement de 1651. Il transigea, comme majeur de plusieurs années, avec sa mère, le 8 avril 1681, et épousa peu après Marie Rolland, dont il eut :
  a) Pierre, chevalier, seigneur du Vignaud et de la Boissonnie. Il épousa sa cousine germaine, Elisabeth de CHAMBORANT, fille de Jean-Ricard, chevalier, seigneur de Villevert, et d'Elisabeth de Coustin de Puymartin, qu'il laissa veuve sans enfant.
2) Marie, qui épousa Jean de Couhé, chevalier, seigneur de Comerça, le Vignaud, la Boissonnie. Ils eurent deux filles.
3) François, décédé au service du roi avant le 18 février 1693.
4) Jean, qui suit.
5) François, seigneur de Chambon. Il épousa, étant au service du roi, Anne de Rivaret, dont il eut :
  1) plusieurs enfants, tous morts jeunes.
2) N., chevalier de Saint-Louis. Il fut capitaine de cavalerie, maréchal des logis de gendarmes de la reine, et se retira du service en 1745, après avoir épousé N. de Fleury de Lhoumède, fille de Pierre, écuyer, et de Marguerite Jourdain, dont il n'eut pas d'enfant. Il décéda à Alloue vers 1759.
6) Joachim, mineur en 1684. Il décéda au service du roi sans avoir été marié.
7) Marthe, qui épousa avant le 18 février 1693, son neveu à la mode de Bretagne, Jean de CHAMBORANT de Périssat, seigneur de la Faigne, veuf de Françoise de Barbarin, dont il n'avait pas eu d'enfant. (Il n'en eut pas non plus de ce second mariage).
8) Suzanne, décédée célibataire.
9) Marie, qui épousa François de James, écuyer, seigneur de Boistison.

XIX) de CHAMBORANT Jean, écuyer, seigneur du Vignaud, la Boissonnie et le Mastourneau. Il naquit vers 1669, et devint aveugle au service du roi, ce qui l'obligea à se retirer. Il décéda en 1739.
Il avait épousé, par contrat du 8 avril 1695, Anne de La Bioche, fille de Jean, seigneur de Rivalex et d'Anne d'Essec. Ils eurent pour enfants :
  1) Jean, qui suit.
2) Joachim, dit le chevalier de Villevert, lieutenant de cavalerie, homme d'armes dans la compagnie des ordonnances du roi, sous le titre de la reine. Il mourut à Laon en 1740, âgé d'environ 37 ans.

XX) de CHAMBORANT Jean, appelé de Villevert, chevalier de Saint-Louis. Il naquit à la Boissonnie le 12 septembre 1696, et commença le service comme volontaire au 2ème bataillon du régiment d'infanterie du Périgord, et le quitta en avril 1758, parce que son obésité ne lui permettait plus de monter à cheval. Il avait été lieutenant colonel de cavalerie, sous aide major de la 2ème division des corps de gendarmerie, maréchal des logis commandant l'escadron des gendarmes de la Reine.
Il épousa par contrat du 7 octobre 1739, à Attigny (Ardennes), où il était en garnison, Elisabeth Catherine Le Tanneur, veuve de Nicolas Aubert, seigneur de Champvallon, fille de Jean François Gabriel, lieutenant en la prévôté d'Attigny, et de Jeanne de Balardelle.
Il décéda le 27 avril 1766 à Sainte-Menehould, en Champagne.
De cette union naquirent :
  1) Jean-Baptiste, qui suit.
2) Jean-Joachim, appelé le chevalier de CHAMBORANT. Il naquit à Attigny (Ardennes), diocèse de Reims, en juillet 1745. Il entra à l'école royale militaire en 1754, et fut chevalier de l'ordre militaire et hospitalier de Saint-Lazare et de Notre-Dame du Mont-Carmel en 1761, enseigne au régiment d'infanterie du comte de la Marche par lettre du 20 décembre 1761, lieutenant de la compagnie de La Chaise le 16 mars 1762. Redevenu par la réforme de l'année suivante sous-lieutenant, il reçut ordre du roi, le 29 janvier 1764, de passer en cette qualité à la compagnie des grenadiers de ce régiment. Il décéda à Sainte-Menehould le 29 avril 1764.
3) Christine-Elisabeth, née à Attigny le 2 janvier 1742. Elle fut reçue demoiselle de la maison royale de Saint-Louis à Saint-Cyr, et en sortit en 1772.

XXI) de CHAMBORANT Jean-Baptiste. Il naquit à Attigny (actuellement département des Ardennes), le 3 septembre 1740, et entra au service en 1758. Il fut chevalier de Saint-Louis, capitaine de cavalerie, maréchal des logis de la compagnie d'hommes d'armes des ordonnances du roi, sous le titre de la Reine. Il émigra en Russie avec sa famille. En 1793, il entra dans le service russe avec le grade de général, puis de commandant. Il fut ensuite gouverneur à Jitomir (actuellement en Ukraine).
Il épousa en 1780 à Mouzon (Ardennes), Renée Scholastique Lyon.
Il décéda en 1809 en Russie, et avait eu pour enfants : (Sources : Comte Graf Alexander de CHAMBORANT-BUKATOV).
  1) Victor Nicolas Marie Joseph de CHAMBORANT-VILLEVERT, qui suit.

Branche RUSSE : (Sources : Comte Graf Alexander de CHAMBORANT-BUKATOV)
XXII) de CHAMBORANT Nicolaï Maria Osif Ivanovitch. Il naquit à Mouzon en 1784 et décéda à Moscou le 6 janvier 1861. Il partit avec son père, avec le Prince de Condé, au moment de la Révolution. Il lui fut permit de porter le titre de comte, et porta dans l'armée le grade de général d'artillerie.
Il épousa Vip'gel'mina-Julia Matvéevna von Busse (alias Vilhelmine de Boussé). Elle décéda aussi à Moscou, comme son mari.
Ils eurent pour enfants :
  1) Victor-Victorovitch, qui suit :
2) Nicolaï Victorovitch, comte de CHAMBORANT. Il fut officier dans le régiment de hussards, à Narva. Il mourut le 13 janvier 1898.
Il avait épousé la princesse Natalia Kapitonovna Shenshina (alias Nathalie de Chinepine). Il eurent :
  a) Anna Nikolaevna, comtesse de CHAMBORANT, qui épousa en premières noces N. Verderevski, et en secondes noces, le vice gouverneur de Saratov, N. Novikov.
3) Vladimir-Karl-Vilgelm Victorovitch, qui fit un rameau.
4) Adelaïde-Alexandra Viktorovna, comtesse de CHAMBORANT, qui épousa le prince Albert N. Massalski.
Ils eurent pour descendance :
  a) Robert Albertovitch, comte de CHAMBORANT.
b) Blanch Albertovna, comtesse de CHAMBORANT.
c) Juanna Albertovna, comtesse de CHAMBORANT.
5) Ekaterina-Anna Viktorovna, comtesse de CHAMBORANT. Elle décéda à Moscou en 1858.
6) Eleonora-Ludmila Viktorovna, comtesse de CHAMBORANT, qui épousa le colonel de Chichkine.
7) Albert Karlovitch, comte de CHAMBORANT. Il épousa Elena NN, qui décéda à Paris. Lui-même mourut aussi à Paris.

XXIII) de CHAMBORANT Victor-Victorovitch, comte de CHAMBORANT, officier dans le régiment de hussards Bortemberg. Il épousa la comtesse Elisabeth Anniskova. Ils eurent pour enfant :

XXIV) de CHAMBORANT Alexander Victorovitch, comte de CHAMBORANT. Il servit à la société de bienfaisance de Saint-Pétersbourg. Il épousa Marie de Loubimova (alias Lubimoff), et en divorça en 1901. De cette union naquirent :
  1) (*2) Georges (alias Eugeny ?) Aleksandrovitch, comte de CHAMBORANT. Il est dit avoir une pension noble, en 1903, à Moscou.
Il eut pour fille :
  (*2) a) Olga.
2) Lev Alexandrovitch, comte de CHAMBORANT. Il est dit aussi détenir à Moscou, une pension noble, en 1903.
3) Boris Aleksandrovitch, qui suit.

XXV) de CHAMBORANT Boris Aleksandrovitch, comte de CHAMBORANT, né le Ier juin 1896. Il se maria en 1917, et mourut en 1939 à Paris. Il eut de son mariage :

XXVI) de CHAMBORANT Pavel Borisovitch, comte de CHAMBORANT, né le 6 décembre 1917 (lieu inconnu). Il fut tué en 1945.
Il avait épousé BUKATOVa Katerina Danilovna, qui lui donna pour enfant :

XXVII) de CHAMBORANT-BUKATOV Gennadi Pavlovitch, comte de CHAMBORANT-BUKATOV. Il naquit en 1945 au domaine de Mogilov. Il épousa Shpakova de Valentin Malahovna, née aussi de domaine de Mogilov, en 1941. Ils eurent :
  1) Alexander Gennadievich, qui suit.
2) Andrei Gennadievich, comte de CHAMBORANT-BUKATOV, né en Biélorussie en 1972. Il vit en Allemagne, célibataire.

XXVIII) de CHAMBORANT-BUKATOV Alexander Gennadievich, comte de CHAMBORANT-BUKATOV, né en Biélorussie en 1966.
(Ci-dessous, les armes actuelles des différentes branches de la famille de CHAMBORANT, dans le style de l'héraldique allemande.)
armes du comte Graf Alexander de Chamborant-Bukatov
(*1) Les six bannières représentaient les six principales alliances :
1) en haut à gauche : de Saint-Maur, duc de Montauzier
2) au milieu à gauche : de Salignac, marquis de Fénelon.
3) en bas à gauche : de Châteauvieux, comte de Confolens.
4) en haut à droite : d'Aubusson, duc de la Feuillade.
5) au milieu à droite : de Reilhac, vicomte de Brigueil et de Merinville.
6) en bas à droite : de Lezay-Lusignan, comte de la Marche, rois de Jérusalem et de Chypre.
Supports : deux dragons d'or.
Cimier : un dragon issant de même.
Ces dragons sont les armes des comtes de Flandre.
(renseignement héraldique fourni par M. Robert SEKULOVICH )
Il a épousé Stoljarchuk Rita, (née en 1970 en Allemagne). Ils ont pour enfants :
  1) Viktoria Aleksandrovna, comtesse de CHAMBORANT-BUKATOVA, née en Biélorussie en 1991.
2) Simona Aleksandrovna, comtesse de CHAMBORANT-BUKATOVA, née en Allemagne en 1996.
3) Jana Aleksandrovna, comtesse de CHAMBORANT-BUKATOVA, née en Allemagne en 1999.
4) Polina Aleksandrovna, comtesse de CHAMBORANT-BUKATOVA, née à Nürnberg, le 17 mars 2004.
5) Darja Aleksandrovna, comtesse de CHAMBORANT-BUKATOVA, née au Luxembourg en 2010.
6) Bagration Alexandrovich, comte de CHAMBORANT-BUKATOV, né en Allemagne en 2013.

Rameau de Vladimir (comte de CHAMBORANT) :
XXIII) de CHAMBORANT Vladimir Karl Vilgelm Victorovitch, comte de CHAMBORANT. Il naquit en 1834 à Moscou, et mourut le 6 août 1890 au même endroit. Il fut expéditeur étranger des correspondances de Moscou.
(*1) Il épousa le 5 février 1865 Elisabeth Cheremetieff (Nadine DEVAL). Ils eurent pour enfants :
  1) Vasily Vladimirovitch, né à Moscou le 2 mars 1867, comte de CHAMBORANT. Il servit à Samara, en Russie.
Il épousa Evdokia NN. De leur union naquit :
  a) Alexandra Vassilievna, comtesse de CHAMBORANT. Elle naquit à Samara le 12 juin 1893.
2) Nikolay Vladimirovitch, comte de CHAMBORANT, né à Moscou le 11 décembre 1869. Il fut chef de l'assemblée provinciale, à Pinsk.
Il épousa Tamara le N (?).
De leur union naquit :
  a) Tamara Nikolaevna, comtesse de CHAMBORANT, née à Moscou, le 26 janvier 1896, et décédée le 11 août 1896.
3) Pierre Vladimirovitch, qui suit.
4) Adelaïda Vladimirovna, comtesse de CHAMBORANT, née à Moscou le 26 mai 1872. Elle épousa NN. Gildebrand.
5) Julia Vladimirovna, comtesse de CHAMBORANT, née à Moscou le 28 juin 1873.
Elle épousa Vassili Guessel, qui émigrèrent en France avec leur trois filles. (Nadine DEVAL)
De cette union naquirent :
  a) Loulia (Lioucia), qui épousa en premières noces en Bulgarie, Vsevolod Ogneff. (Nadine DEVAL)
De cette union naquit une fille :
  a1) Tatiana. qui épousa Francis Deval.
Il décéda en 2010, et Tatiana en 2011. Elle habitait alors à Angoulême. (Nadine DEVAL)
De cette union naquirent :
  a11) Marie-Pierre Nadine. (Nadine DEVAL)
a12) Véronique. (Nadine DEVAL)
Veuve, Loulia revint en France avec sa fille Tatiana.
Elle y épousa en secondes noces N (russe), de qui elle eut pour enfant : (Nadine DEVAL)
  a2) Nadine, alias Nadia. (Nadine DEVAL)
b) Kira, qui épousa un Anglais, et qui vécu en Angleterre.
Ils eurent trois filles qui vivent respectivement en Angleterre, aux Etats-Unis, et en France. (Nadine DEVAL)
c) Tatiana, qui n'eut pas de descendance. (Nadine DEVAL)
d) Igor, qui rejoignit la Finlande à pied par la Baltique, et qui participa à des combats en mer Noire jusqu'à la fin de la Révolution.
Il rejoignit ensuite le reste de sa famille, alors émigrée en France.
Il eut deux fils. (Nadine DEVAL)
e) Oleg, qui fut tué par les Bolcheviks pendant la guerre révolutionnaire. (Nadine DEVAL)
6) Maria Vladimirovna, comtesse de CHAMBORANT, née. à Moscou en 1876.
7) Elena Vladimirovna, comtesse de CHAMBORANT, née à Moscou en 1877.
8) Agnessa Vladimirovna, comtesse de CHAMBORANT, née à Moscou en 1878. Elle épousa NN. Rataiski.
9) Varvara Vladimirovna, comtesse de CHAMBORANT, née à Moscou. elle épousa NN. Belevzev.
1) Liudmila Vladkshrovna, comtesse de CHAMBORANT, née à Moscou. Elle a terminé sa carrière à l'institut de Smolni.

XXIV) de CHAMBORANT Pierre Vladimirovitch, comte de CHAMBORANT, né à Moscou en 1884.
Il fut élève à l'école militaire.
Durant la grande guerre de 1914-1918, craignant pour sa vie, il confirma son fils Vladimir, dans son titre de comte de Chamborant.
Il recueilli plusieurs des orphelins de sa famille.
Il vécut à Voronej, et eut donc pour enfants, au moins : (Nadine DEVAL)

XXV) de CHAMBORANT Vladimir, comte de Chamborant. Il ne le sut que 70 ans après que son père l'eut confirmé dans ce titre, par l'administration qui lui communiqua ce brevet.
Il fut célèbre dans les milieux du cheval, pour avoir sauvé la race Akalteke. Le général Boudienny voulait les éliminer totalement, et Vladimir en emmena quelques uns dans le Caucase, réussissant ainsi à en préserver. Bien plus tard, un des chevaux issus de son élevage a été offert à la France par l'Union Soviétique.
Il décéda en 1995. (Nadine DEVAL)

Branche de PÉRISSAT (ESSE) :
XVIII) de CHAMBORANT Gilbert, appelé de Droux, seigneur de Périssat. Il naquit vers 1615, et décéda le 26 mai 1642. Il fut enterré dans le tombeau des de Vaux, ses ancêtres maternels, ancien seigneur de Villevert, dans l'église paroissiale de Saint-Etienne d'Esse.
Il épousa par contrat post-nuptial du 25 avril 1642, Marthe Neaulme, fille de Guillaume, seigneur de la Fraigne, et de Françoise Dubois, de la ville de Confolens. Il la laissa veuve un mois après, étant enceinte de :

XIX) de CHAMBORANT Joachim, seigneur de Périssat, paroisse d'Esse, et de la Fraigne, paroisse de Lesterps. Il naquit à Confolens le 20 octobre 1642, et décéda, âgé d'environ 28 à 29 ans, laissant veuve Marguerite du Pin, qu'il avait épousé par contrat du 4 janvier 1660, fille de Jacques, écuyer, seigneur de Joncherolles et des Picardies, et de feue Marguerite Hugonneau. Ils eurent pour enfants :
  1) Jacques, qui suit.
2) Jean, appelé de Périssat. Il était le 18 octobre 1690, le mari de Françoise de Barbarin, dont il resta veuf et sans enfant. Il épousa en secondes noces, sa cousine, Marthe de CHAMBORANT, fille de Maria et de Marie Chevalier. Ils moururent sans enfants, postérieurement au 11 juillet 1706, date où il fut convoqué au ban de la province d'Angoumois, pour le service du roi, pour s'assembler à Angoulême, et de là, se rendre à Libourne aux ordres de M. le maréchal de Montrevel.
3) autre Jean, qui fera la branche de Maillat, Belair et Chambaud :
4) François, décédé avant 1690, sans alliance.
5) Anne, décédée sans alliance avant le partage de sa succession et de celle de François, entre ses autres frères, en 1690.

XX) de CHAMBORANT Jacques, appelé de Droux, seigneur de Périssat, la Rivière et Villemendy. Il naquit en 1662.
Il épousa par contrat du 18 mai 1700 Françoise du Pin, fille d'Antoine, écuyer, seigneur des Roches et de Chez Pabot, et de Jeanne Dumoulin, qu'il laissa veuve, et qui mourut longtemps après lui, fort âgée, vers 1760. Ils eurent pour enfants :
  1) Antoine, qui suit.
2) Anne, qui épousa vers 1735 Jean de Charon, écuyer, seigneur de Puy-Grenier, paroisse d'Abzac.
(*) (Le chevalier de Chamborant, attribuait à la famille Charron de Puygrenier, le blason suivant : " d'argent au chat de sable, langué de gueules, se léchant l'anus de même". Chérin, généalogiste du Roi, à qui l'ouvrage avait été offert, a rajouté de sa plume "oh, le vilain matou !".)

XXI) de CHAMBORANT Antoine, né en 1701, seigneur de Périssat, la Rivière, le Boucheron, la Boissonnie et les Pras.
Il épousa par contrat du 15 février 1730 Catherine Legoust, fille de Pierre, seigneur des Pras, et de Marguerite d'Ardillac, de la ville de Confolens. Il mourut âgé de 65 ans, le 4 décembre 1766, et fut enterré dans l'église de Saint-Maxime de Confolens. De cette union naquirent :
  1) Jacques-Alexis, seigneur de Périssat, etc. chevalier de Saint-Louis, capitaine au 2ème régiment des chasseurs à cheval. Il naquit le 2 octobre 1731, et commença à servir en 1754 comme volontaire au régiment de la Marche-Prince.
2) Pierre, appelé le chevalier de CHAMBORANT. Il fut officier au bataillon de l'Inde, et décéda à Confolens le Ier janvier 1766, à l'âge de 31 ans. Il fut inhumé dans l'église de Saint-Maxime.
3) Louis-Antoine, appelé le chevalier de Beaumoreau. Il servit avec son frère au bataillon de l'Inde, où il fut aide major-général de la cavalerie. Il mourut à Pondichéry, âgé d'environ 30 ans, le 31 mars 1766.
4) Paul-Antoine, qui suit.
5) Philippe. Il naquit à Confolens le 16 novembre 1751. Il fut abbé de CHAMBORANT, docteur en droit, vicaire général au diocèse de Clermont, prêtre en 1776.
(*) 6) Marie-Catherine Gabriel, née à Confolens le Ier juin 1735. Elle fut religieuse carmélite à Saint-Denis.
Le 7 (alias 27) mars 1794, après la fermeture de son couvent, elle avait cherché asile avec trois de ses sœurs chez un aubergiste du village, le citoyen Maingot. Elle y fut arrêtée, (elle était dite âgée de 59 ans, et domicilié à Françiade (Seine), et fut condamnée à mort le 7 germinal an 2, par le tribunal révolutionnaire de Paris, comme conspiratrice, pour avoir entretenu des intelligences et correspondances avec les ennemis de l'extérieur. (Renseignements issus du site : http://les.guillotines.free.fr/guillo-ch.htm)
7) Anne, née et baptisée à Confolens le 24 octobre 1737. Elle fut religieuse aux filles Saint-Marie de la Visitation, rue du Bac, à Paris.
8) Marie-Rose, née le 3 août 1741. Elle épousa en premières noces en 1777 François Duplessis, chevalier, seigneur de la Merlière, près de Cellefrouin, chevalier de Saint-Louis, ancien capitaine de cavalerie. Après le décès de son mari, elle se remaria en secondes noces avec le neveu de ce dernier, Louis-François, fils de Jean Duplessis, et continua à vivre à la Merlière, avec Catherine Victoire Duplessis, la sœur de son mari. A la Révolution, son mari ayant émigré, elle demanda peu après le divorce à Cellefrouin, et l'obtint. Louis-François Duplessis mourut en émigration le 3 juillet 1794.
Incarcérée au motif qu'elle lui aurait envoyé 300 livres en or, Marie-Rose fut condamnée à mort, et guillotinée le 16 juillet 1794, avec Catherine Victoire Duplessis, sœur de Louis-François. (*1) (Elle fut guillotinée place de la Barrière du Trône, devenue plus tard place de la Nation. Elle fut inhumée dans la fosse de Picpus, à côté de la place).
9) Marie-Anne, née le 18 janvier 1746.
10) Anne, née le 20 septembre 1753. Elle épousa en 1778 François de Voluire, chevalier, seigneur de la Grange, de Ruffec, Brassac, etc.ancien officier d'infanterie.
11) et encore 9 autres enfants, morts au berceau, ou n'ayant pas dépassé l'âge de 12 ans.

XXII) de CHAMBORANT Paul-Antoine, appelé le chevalier de CHAMBORANT de Périssat, seigneur de la Ribière et le Boucheron. Il naquit à Confolens le 14 février 1739, et fut lieutenant aux volontaires de Flandre.
Il épousa en premières noces, par contrat du 12 août 1776, Catherine-Thérèse de La Grezille, fille d'Honoré, écuyer, seigneur du Rocher et de Puygelier, chevalier de Saint-Louis, et de Madeleine de CHAMBORANT.
Devenu veuf, et n'ayant pas eu d'enfant issu de cette union, il épousa alors en secondes noces, par contrat du 6 février 1780, Marie-Marthe de Boni, fille de Joseph de Boni de Lavergne, chevalier, seigneur de Montortres, Rechignevoisin, comte de Ladignac, et de Marie-Marthe de Mondin de Montortres, comtesse de Ladignac. Ils eurent pour enfants :
  1) Alexis Marie Paul, né et baptisé à Confolens le 9 décembre 1780.
Il décéda à Paris le 17 mars 1853.
Il avait épousé N. Corderoy de Malubert, de Pressac, dont il n'eut pas d'enfant. Sa descendance cependant continua par :
  a) un bâtard, Charles-Guillaume GOURSAUD de CHAMBORAND, né à Confolens le 6 février 1807, qui fut adopté par son père, (N. Corderoy de Malubert, lui légua même une partie de sa fortune).
(*1) Il épousa le 9 avril 1836 à Paris(étant alors avocat au conseil du Roi et à la cour de cassation), Pauline Curmer, (née le 11 juillet 1817), fille d'Alexandre François, ancien notaire à Paris, et d'Alélaïde Geneviève Marion de Viville. Elle lui apporta une dot considérable. Il tenta plusieurs fois de se faire élire à la députation par l'arrondissement de Confolens. Il racheta le château de Villevert, qui avait appartenu longtemps à la famille de CHAMBORANT- VILLEVERT.
Il fut élu maire d'Esse, conseiller général, puis promu baron par décret impérial en 1865.
(*1) Il avait pris le titre de comte de CHAMBORANT, mais il fut contraint de le supprimer par jugement du tribunal de Confolens, confirmé par arrêt de la Cour de Bordeaux le 23 juillet 1872, (à la demande de Pierre Alfred de CHAMBORAND, domicilié à Confolens), et de s'appeler désormais Goursaud (nom de sa mère) de CHAMBORANT.
Il eut un fils unique, issu de son mariage :
  a1) Albert Marie Paul, né le 14 septembre 1837.
Il fut sous-lieutenant, le 2 octobre 1858, puis lieutenant, au 2ème régiment des hussards, où il entra par permutation, sans doute parce que ce même régiment était la continuation de celui qui s'appelait autrefois Hussards de CHAMBORANT, du nom de son colonel.
(*1) Il épousa en 1864 une riche héritière corrézienne, Rose Hélène Goursaud de CHAMBORANT, (Elle était née le 27 novembre 1841), fille de Léon, propriétaire, ancien président du tribunal de commerce de la Seine, et de Julie Clémentine Acloque. Le mariage fut célébré à Saint-Philippe du Roule, par Mgr Berthault, évêque de Tulle, assisté de Mgr Cousseau, évêque d'Angoulême.
Ils eurent 4 enfants. Malheureusement, la famille fut décimée par la tuberculose, et la baronne Hélène de CHAMBORANT, mourut à Cannes, le 13 mai 1879, à l'âge de 37 ans. (Vois article sur la chapelle Sainte-Hélène, en bas de page).
2) Rose Hélène, née et baptisée à Confolens le 31 janvier 1782.

(*1) Branche de MAILLAT, BELAIR (ETAGNAC), et CHAMBEAU :
(actuellement le Chambaud, commune de Saint-Maurice des Lions).
XX) de CHAMBORANT Jean, seigneur de Maillat, né vers 1665. Il devint par son mariage seigneur de Chambeau.
Il épousa par contrat du 29 novembre 1691, Catherine Vidaud, dame de Chambeau, fille de Pierre, écuyer, seigneur de Chambeau, et de Jeanne d'Asnières d'Aisenay. De ce mariage sont issus :
  1) Jacques, qui suit.
2) autre Jacques, écuyer, seigneur de Chambeau. Il naquit en 1699, et décéda le 23 février 1769.
Il servi plusieurs années au régiment d'infanterie de Beauce. Il épousa en premières noces le 3 mai 1735 Anne Pinot de Chadeuil, dont il n'eut pas d'enfant. Il épousa ensuite en secondes noces, le 14 juin 1764, Valérie de Barbarin de Puyfraignoux, fille de Jean, écuyer, seigneur du Montet et de Puyfraignoux, et de feue Marie de Salignac.
Ils eurent :
  1) Louise, appelée mademoiselle de Chambeau, qui épousa en 1778, N. de Livron. Elle décéda l'année d'après, sans enfant.
3) Françoise, appelée mademoiselle de Maillat, décédée sans alliance.

XXI) de CHAMBORANT Jacques, seigneur de Maillat, Belair et Chambeau. Il naquit vers 1693.
Il épousa en premières noces Marguerite de Plument, qui le laissa veuf, et qui lui donna :
  1) N. mort jeune.
2) N. mort jeune.
3) N. mort jeune.
Il épousa ensuite en secondes noces Madeleine du Pin de La Gazonnie, par contrat sous seing privé du 27 mai 1729. Le mariage fut célébré le 3 juin suivant dans l'église de Saint-Genest de Sangon, (Saulgond ?), diocèse de Limoges. Elle était fille de François, écuyer, seigneur de la Gazonnie, et de Jeanne de l'Epine. De ce second mariage sont nés :
  4) Jacques, qui suit.
5) autre Jacques, appelé le chevalier de Maillat. Il décéda en 1764, sans alliance, étant garde du corps du roi, compagnie de Beauveau.

XXII) de CHAMBORANT Jacques, seigneur de Belair, paroisse d'Etagnac, et de Maillat, puis en 1779, de Chambeau, par la mort sans enfant de sa cousine Louise, N. de CHAMBORANT, dame de Livron.
Il naquit le 17 novembre 1732.
Il épousa en premières noces, par contrat du 13 mai 1748, Marie de La Couture-Renon, fille d'Antoine, écuyer, seigneur de Béreix, paroisse de Blond (Haute-Vienne), et de feue Marie Mondot. Ils eurent pour enfants :
  1) Jacques, né le 11 août 1749, et décédé peu après.
2) François, seigneur de Chambeau. Il naquit le 2 janvier 1750.
Il épousa, par acte de célébration de mariage du 17 avril 1775, qui avait été ci-devant fait le 17 janvier de la même année, sans connaissance de parenté, Marie de Plument, fille de feu Jacques, écuyer, et de feue Marie du Theil. De cette union naquirent :
  a) François, né à Bouchefaud, paroisse d'Etagnac, le 22 juillet 1776.
Il avait épousé Catherine Sophie Martin de Bordesoul.
Il décéda le 5 février 1872 aux Picardies, commune de Lesterps, veuf et sans enfants.
b) Madeleine, née à Chambeau, paroisse de Saint-Maurice des Lions, le 29 avril 1779.
3) Martial, qui suit.
4) François, appelé le chevalier de Maillat, né le 21 septembre 1762. Il se destina d'abord à l'état ecclésiastique, et entra ensuite au service du roi, comme volontaire au régiment de Médoc-Infanterie. Il décéda sans postérité.
5) Françoise, née le 7 janvier 1754. Elle fut religieuse au couvent de la rue de l'Oursine, à Paris.
6) Marie Madeleine, née le 14 mai 1759. Elle fut religieuse à l'abbaye royale des Allois de Limoges.
Devenu veuf, il épousa en secondes noces le 28 juillet 1772 Marie Madeleine Barbarin. Aucun enfant ne naquit de cette union.

XXIII) de CHAMBORANT Martial, né le 5 juin 1757, chevalier de Chamborand.
Après avoir été quelques années volontaire au régiment d'Artois, il épousa en premières noces, par contrat du 29 juillet 1782, Catherine de Limaigne de Ville Paneix, fille de Pierre, bourgeois, et de Marie des Voisins.
Catherine de Limaigne, seule à Chambeau à la naissance de son fils François Auguste, en 1793, (Martial étant alors prisonnier à Confolens en tant qu'ex noble), avait demandé au tribunal révolutionnaire de libérer son mari, afin qu'il vienne l'assister dans ses couches. Sa demande fut acceptée, avec ordre "audit citoyen Martial CHAMBORANT CHAMBAU de rester au lieu-dit Chambau jusqu'à toute nouvelle réquisition du dit tribunal", réquisition qui n'eut pas lieu.
Ils eurent pour enfants :
  1) Jeanne Thérèse, qui décéda sans postérité.
2) François Auguste, qui suit :
Devenu veuf, Martial épousa en secondes noces le 18 septembre 1808 Jeanne Moury Lagarde, dont il n'eut pas d'enfants.

XXIV) de CHAMBORANT François Auguste, né à Chambeau le 3 juillet 1793.
Il étudia trois ans de 1807 à 1810 à l'hôpital civil et militaire d'Angoulême. Il suivit ensuite des cours de chirurgie à la faculté de médecine de Paris durant 2 ans. A l'issue de cette période, il fut affecté comme chirurgien sous aide à l'armée à Mayence, le Ier mars 1812.
Il partit le 25 juin avec la Grande Armée pour la campagne de Russie. Il arriva à Moscou le 14 septembre et en repartit le 13 octobre.
Le 21 novembre, au passage de la Bérésina, il perdit son cheval et tous ses effets. Il fut fait prisonnier quelques mois plus tard, et reviendra, libéré de son "esclavage", depuis Riga en septembre 1814, à Saint-Maurice des Lions, chez son père Martial, où il exerça la profession de médecin chirurgien.
Il y décéda le 13 octobre 1869.
Il avait épousé le 31 août 1818 Marie Rose Sicamois, fille de François, juge suppléant au tribunal civile de Confolens, et de Anne Rose Boreau Laguayre. (Elle était née à Confolens le 23 mars 1801, et décéda le 22 novembre 1881).
Ils eurent pour enfant :

XXV) de CHAMBORANT Pierre Alfred, né le 12 juillet 1820 à Saint-Maurice des Lions.
Il épousa Marguerite Sudre, (née à Saint-Maurice le 6 avril 1825, décédée à Confolens le 8 janvier 1887).
Il fut le dernier du nom et armes des CHAMBORANT (nom unique et en un seul nom) de France.
Il décéda à Confolens le 14 décembre 1890, ayant eut pour enfants :
  1) Marie, qui épousa Adolphe Jaray.
2) Anne, née le 14 octobre 1854. Elle épousa Jean Paillette.
3) Marie Françoise Augustine, née le 5 juillet 1866 à Confolens.
Elle épousa le 19 juin 1888 à Confolens, Jacques Elias Maurice Dubois (né à La Châtre - Indre- le 15 février 1855, décédé à Confolens le 17 janvier 1934), fils de Jean Charles et de Inès Marie Catherine Garcia-Alvarez.

Branche de la CLAVIÈRE :
XV) de CHAMBORANT Gaspard, seigneur de la Clavière, dans la Haute-Marche, diocèse de Bourges, et par son mariage, baron d'Azay le Féron, en Touraine. Il naquit vers 1506, et fut gentilhomme ordinaire de la maison du roi.
Il épousa vers 1539, Louise de Reilhac, baronne d'Azay, veuve de Jean Frotier, baron de Reuilly et du Blanc en Berry, fille de Bertrand, chevalier, vicomte de Brigueil et de Mérinville, premier échanson du roi Louis XI, et de Renée de Brillac d'Argy. Ils eurent pour enfants :
  1) Jean, qui suit.
2) François, qui mourut sans postérité avant l'an 1561.
3) Gabrielle, qui épousa par contrat du 3 février 1558, François Falucon, chevalier, seigneur de Touron.
4) Françoise, qui épousa par contrat du 12 février 1568 Gabriel de Pouyennes, écuyer, seigneur de Monlevis, en Berry.
5) Aimée, dont le sort est inconnu.

XVI) de CHAMBORANT Jean, naquit vers 1540, ou 1541. Il fut qualifié de haut et puissant seigneur de la Clavière et de la Bertaudière, en Marche, et de Chaume, en Touraine. Il était chevalier de l'ordre du roi.
Il épousa Anne de Razès, veuve d'Audibert de Magnac, seigneur du Repaire, et fille d'Antoine, écuyer, seigneur d'Orsaine, des Lignes et des Marches, et de Marie de Jovion. Ils eurent pour enfants :
  1) Pierre, qui suit.
2) autre Pierre, seigneur du Pleix et du Reignier. Il épousa, par contrat du 26 avril 1598, Jeanne de La Mothe, veuve de Jean de Saint-Yrieix, seigneur de Mondid en Bourbonnais, et fille de Pierre, seigneur d'Aspremont et de la Chastre, l'un des cent gentilshommes de la maison du roi, et d'Anne d'Aymey.
Il décéda avant le 16 février 1628, lui laissant un fils :
  a) Jacques, seigneur de Chamblet et du Pleix, qui épousa Catherine Billard, fille de Pierre, écuyer, seigneur de Nantillat, capitaine de la châtellenie royale de Verneuil, et de Charlotte Constant. Etant décédé en 1636, il laissa pour héritière :
  a1) Elisabeth, qui épousa en premières noces, par contrat du 30 avril 1640, François de La Croix, seigneur de Poumay, écuyer ordinaire du roi en 1653; et en secondes noces Louis Mareschal, écuyer, seigneur de la Franchette, brigadier des gendarmes ordinaires du roi.
Elle mourut subitement, à Paris, au mois de juillet 1699.
3) Jean, seigneur du Montet. Il épousa Gabrielle de CHAMBORANT, fille de Jean, seigneur du Pleix-Goulard et de Mêne, et de Marie de Tiercelin
4) Marguerite.

XVII) de CHAMBORANT Pierre, chevalier, seigneur de la Clavière, de la Chaume, de Lavy, etc. lieutenant des cent gentilshommes de la maison du roi, et lieutenant pour sa Majesté au gouvernement de la ville et fort de Ham en Picardie.
Il épousa en premières noces, par contrat du 29 décembre 1636, Diane de Gentils, fille de Charles, chevalier, seigneur de Lavy, Montechery et de Barconneau, en Touraine, et d'Artuze Commacre. De ce mariage sont issus :
  1) Etienne, qui suit.
2) Claude, qui fut prêtre, et abbé de l'abbaye d'Assertal en Alsace, près de Landau. Il fut aussi prieur de Notre-Dame d'Iseure en Berry.
3) Françoise, qui épousa par contrat du Ier mai 1627 Claude de La Marche, chevalier, seigneur de Parnac.
4) Isabelle. Elle épousa par contrat du 26 juillet 1637, Jean Bertrand, écuyer, seigneur de Beaumont, fils de Georges, écuyer, seigneur de Boisvert, et de Françoise Ajasson.
Pierre épousa ensuite en secondes noces, par contrat du 13 janvier 1659, Renée de La Chastre, fille de Silvain, chevalier, seigneur de Parey et de Neupoix, et de Gabrielle Pot. Il la laissa veuve peu de temps après, et sans enfant d'elle.

XVIII) de CHAMBORANT Etienne, seigneur de la Clavière (Eguzon - Indre), Aiguson, (Eguzon - Indre), Puy-Laurent, Lavis et le Noyer. Il naquit vers 1597, et fut maréchal des camps et armées du roi, conseiller du roi en ses conseils privés, gouverneur de Phillisbourg et pays adjacents, lieutenant des cent gentilshommes ordinaires de la maison du roi, mestre de camp de deux régiments, l'un de cavalerie, l'autre d'infanterie.
Il épousa par contrat du 28 mai 1639 Marie Philippes, fille de Fiacre, écuyer, seigneur de Grand-Maison, conseiller du roi, trésorier général de ses finances en la généralité de Soissons, et de Marie Germain. De ce mariage sont issus :
  1) Pierre, qui suit.
2) Marie, qui épousa, par contrat du 18 octobre 1660, François de Barbançois, fils de Silvain, et de Marguerite de Bridiers.
3) Isabelle, accordée en mariage, le 18 décembre 1668, à Jean de La Chastre, chevalier, seigneur de Brillebaud, Brientes, Fontancier et les Couts. Mais elle ne l'épousa pas, et devint peu de temps après la femme de Paul de Bridiers, chevalier, seigneur baron de Saint-Julien.
4) Madeleine, qui fut religieuse à Longefort, ordre de Fontevrault.
5) Elisabeth, qui fut religieuse à Longefort, ordre de Fontevrault.
6) Marguerite, qui fut religieuse à Longefort, ordre de Fontevrault.

XIX) de CHAMBORANT Pierre, né au château de la Clavière (Haute-Marche), le 3 août 1655, et appelé le marquis de la Clavière, chevalier, seigneur dudit lieu et de Puylaurens, Aiguson, Villemandeur. Il fut en 1670 page de Louis XIV en sa grande écurie, et en 1675 cornette de cavalerie au régiment de Calvo. Il fut ensuite capitaine de cavalerie au régiment de Rorthais, à la tête de laquelle il fit toutes les campagnes de guerre d'alors, jusqu'à la paix de 1714.
Il épousa par acte de célébration de mariage du 6 avril 1683, Marie-Anne Lefort de Villemandeur, fille de Georges, chevalier, baron de Cernoix, seigneur de Villemandeur, et d'Anne de La Lande, en Orléanais. Ils eurent pour enfants :
  1) Alexandre Etienne, appelé le marquis de Puylaurens, paroisse de Saint-Georges des Landes, ressort de Montmorillon. Il fut chevalier de Saint-Louis, lieutenant des vaisseaux du roi, et l'un des écuyers de main de la reine. Il naquit au château de la Clavière le 25 novembre 1685.
2) Claude, qui suit.
3) Henri. Il fut reçu chevalier de Malte en la vénérable langue du grand-prieuré de France, par bref de minorité. Il mourut au château de Looze en Champagne, âgé de 6 ans, le Ier janvier 1705.
4) Marie Anne, qui épousa par contrat du 14 novembre 1721, André Hébert, seigneur de Pallière, de Saint-Allyre, baron de Châteldan et vicomte de Ferrières, fils de N., gouverneur de Pondichéry.

XX) de CHAMBORANT Claude, seigneur de la Clavière, Aiguson, Villemandeur, etc. Il naquit le 3 juillet 1688, et fut appelé le comte de la Clavière, et fut chevalier de Saint-Louis, lieutenant général des armées du roi, gouverneur de Montmédy, de Pont d'Arlos en Bugey, et en même temps de la personne de Louis-François-Joseph de Bourbon, comte de la Marche, prince du sang, premier gentilhomme de ce prince lors de son mariage.
Il épousa Marie-Anne Moret de Bournonville, par contrat du 18 juin 1728, fille de Louis, chevalier, seigneur de Bournonville, colonel au régiment, colonel général des dragons de France, et de Catherine Duret de Saint-Christ.
De ce mariage sont issus :
  1) Louis, né et baptisé le 7 mars 1729, décédé à l'âge de 4 ans.
2) André Claude, qui suit.
3) Marie Anne Thérèse, née le 4 septembre 1731. Elle devint la première dame d'honneur de Son Altesse Sérénissime madame la princesse de Conti. Elle épousa François Jean de La Myre, comte de Maury.
4) Aglaé Félicité, née le 17 décembre 1738, et décédée le 2 avril 1746, pensionnaire au couvent de la Visitation de Sainte Marie de Montargis.

XXI) de CHAMBORANT André Claude, seigneur de Villemandeur, Burron, la Picardière, etc. Il naquit le 3 février 1732 à Paris, et fut baptisé dans l'église Saint-Roch.
Il fut chevalier de Saint-Louis, maréchal des camps et armées du roi, gouverneur du Pont d'Arlos, commandant pour Sa Majesté dans la Lorraine allemande, grand bailli d'Allemagne, habitant à Sarreguemines, mestre de camp, propriétaire d'un régiment de cavalerie hongroise de son nom, ci-devant colonel-lieutenant de celui d'infanterie de M. le comte de la Marche, et inspecteur général de la cavalerie hongroise, premier écuyer de Louis Joseph de Bourbon-Condé, prince du sang.
(*1) Il fut propriétaire du deuxième hussard Chamborant. Il avait pour devise : "Noblesse oblige, Chamborant autant".
(*1) Il fut présumé mort en Bavière en 1805.
Il épousa en premières noces, par contrat du 26 février 1759, signé de leurs Majestés et de la famille royale, Marie-Louise Perrine Richard de Fondville, fille de Pierre Denis Claude, écuyer, et de Louise Marie Bailly de Saint-Marc. Elle décéda à Paris, et fut inhumée dans l'église de la Madeleine, sa paroisse, en 1762, laissant pour enfants :
  1) Balzamie Marie, née le 25 novembre 1761, décédée au Mans, dans sa onzième année, en 1771.
2) Alexandrine, née à Paris, baptisée le 13 décembre 1762.Elle décéda peu après sa naissance.
André Claude épousa en secondes noces, par contrat du 3 février 1770, signé du roi et de la famille royale, Marie Julie Vassal, fille de Jean, écuyer, et de Julie de Veil. Elle mourut de la petite vérole à Sarreguemines, en avril 1781, laissant :
  3) Jeanne Julie Thérèse, née à Paris, à l'hôtel de Condé, le 7 novembre 1770. Elle fut reçue chanoinesse du chapitre noble de Neuville, par brevet du 8 février 1777. (*1) Elle épousa le marquis de Moynier.
4) Justine Rose, née au même hôtel, le 27 août 1772. Elle fut aussi reçue chanoinesse, comtesse de Neuville, le même jour que sa sœur.
(*1) Elle épousa en 1792 Georges Antoine Thérèse de Belloc.
Il fut autorisé à porter le titre de chevalier d'Empire, et à avoir pour armes un blason parti de BELLOC et de CHAMBORANT, par acte de Napoléon Ier du 25 prairial an XII.
Parti : au 1 coupé d'or et de gueules, à la bande coupée d'azur et d'or et chargée d'un poisson d'argent; au 2 d'or au lion rampant de sable, armé et lampassé de gueules, senestré en chef d'un giron de gueules occupant le tiers de l'écu et chargé d'une croix de chevalier légionnaire..
blason de la famille Belloc de Chamborant, depuis la fin du XIXème siècle
Ils eurent pour enfant :
  - Augustin de BELLOC, (né en 1810, décédé le 12 mai 1892); Il fut autorisé depuis le 25 juillet 1864 à s'appeler " de BELLOC de CHAMBORANT", d'où les de BELLOC de CHAMBORANT actuels, les seuls à porter le nom (avec ou sans BELLOC) de CHAMBORANT de France. Il reçut un règlement d'armories assorties aux lettres patentes du Ier octobre 1864. Il reçut aussi confirmation du titre conféré à son père Georges Antoine Thérèse, par lettres patentes du 10 septembre 1808. le règlement d'armoiries de 1864 fut identique à celui de 1808.
Parti : au 1 coupé d'or et de gueules, à la bande coupée d'azur et d'or et chargée d'un poisson d'argent; au 2 d'or au lion rampant de sable, armé et lampassé de gueules, senestré d'un giron de gueules du tiers de l'écu, chargé d'une croix de chevalier légionnaire.
(Je ne sais pas si ce blason a réellement existé, il est cependant représenté comme tel, dans l'ouvrage de Philippe LAMARQUE : Armorial impérial sous Napoléon III).
blason de Augustin de Belloc de Chamborant
5) Gabrielle Adélaïde, née le 5 mai 1774, et baptisée le 7 dans l'église de Saint-Roch. Elle décéda à Sarreguemines en 1776.

A la fin du XIXème siècle, le blason fut modifié, certainement par André Elzéard de BELLOC de CHAMBORANT, pour devenir les armes actuelles de cette famille.
Écartelé aux 1 et 4 : coupé d'or et de gueules à la bande coupée d'azur et d'or chargé d'un poisson d'argent, et aux 2 et 3 d'or au lion rampant de sable, armé et lampassé de gueules.
(Information fournie par Mr Guillaume de CHAMBORANT)
blason actuel de la famille Belloc de Chamborant

Branche de LAVAUX :
IX) de CHAMBORANT Guillot, fils présumé de Geoffroy. Il est possible que ce fut lui qui servit sous Claudin d'Arenvillers, maréchal de Normandie, en 1367, et en avril 1370 sous Pierre d'Alençon, (il fut 4ème des écuyers de la montre du comte d'Alençon, et lieutenant du roi en Normandie le Ier avril 1370.)
Il fut père de :

X) de CHAMBORANT Guillaume, écuyer du corps de garde du roi. Il fut présumé père de :

XI) de CHAMBORANT Guillaume, chevalier, seigneur de Lavaux. Il naquit vers 1335, et épousa Enord de Saint-Maur, fille de Guy, chevalier, et de Marguerite de Montauzier. Ils eurent pour enfants :
  1) Hélion, qui suit.
2) Guillaume, qui fera la branche du Terraille.
3) Héliette, qui épousa Jean Le Grouing, seigneur de la Mothe au Grouing.

XII) de CHAMBORANT Hélion, chevalier, seigneur de Lavaux. Il épousa Enord Pot, dame de Vaux et de Varenne, fille de Guillaume, chevalier, seigneur de la Prugne, le Balathier, Champrois et de Piégu, et de Blanche de La Trémoille.
Il fut père de :

XIII) de CHAMBORANT Guillaume, écuyer, seigneur de Lavaux et de Varennes. Il eut de son mariage avec N. :
  1) Hugues, qui suit.
2) André, dont la destinée est inconnue.

XIV) de CHAMBORANT Hugues, ou Huguet, chevalier, conseiller et chambellan du roi, seigneur de Lavaux, la Mothe-Feuilly, la Ferté sous Reuilly, etc. Il naquit vers 1420 ou 1425, et servit sous les règnes de Charles VII et Louis XI.
Il épousa Catherine de Voudeny, fille de Drouin, chevalier, seigneur de Menetou sur Cher, de la Mothe-Feuilly et de la Ferté-Gilbert, et de dame Lignières. De ce mariage vinrent :
  1) François, qui suit.
2) Jeanne, qui épousa Antoine de Lévy, comte de Villars, seigneur de Sury le Comtal, Saint-Marcelin et de Châtelard, fils d'Antoine, comte de Veyland, vicomte de Lautrec, baron de la Roche et d'Annonay, et d'Isabelle de Chartres, dame d'Onsambray.
3) Louise, dont le sort est inconnu.
4) Catherine, dont le sort est inconnu.

XV) de CHAMBORANT François, écuyer, seigneur de Lavaux, de Mêne, la Mothe-Feuilly, etc.Il naquit vers 1440 ou 1443, et commença à servir sous le règne de Louis XI, et continua sous celui de Charles VIII. Il fut écuyer de l'écurie du roi.
Il épousa Dauphine d'Aubusson, fille de Jean, chevalier, seigneur de la Borne et du Dognon, conseiller, chambellan du roi, et de Agnette de Saint-Georges-Vérac, dame de Champignelle. Ils eurent :
  1) Jean, qui suit.
2) Pierre. Il est présumé père de :
  a) Adrien, écuyer, seigneur de la Faye et de Montlevie. Il vivait le 26 août 1544. Il épousa Jeanne Ajasson, fille de Guiot, chevalier, seigneur de Vot et de Grandsaigne, et de Jacqueline de Barbançois de Sarzay. Ils eurent :
  a1) Arthus, écuyer, seigneur de la Faye. Il eut de N. :
  a11) Charles, écuyer, seigneur de la Faye et de Montlevie. Il épousa N., qui le rendit père d'au moins :
  a111) Marie, qui épousa par contrat du 25 avril 1599, Claude André.
a12) autre Charles, qui fut religieux de l'abbaye de Déols, seigneur de Magny.
a2) Gilbert, qui épousa Madeleine Le Bègue. Il testa le 28 mars 1580, et laissa ses biens à son fils :
  a21) Gabriel, écuyer, seigneur de Beauregard. Le 17 janvier 1588, il vendait, conjointement avec sa première femme, Elisée de Chauvigny, à Jean de CHAMBORANT, seigneur de la Clavière, quelques dîmes sises en la paroisse d'Argenton. Ils eurent pour enfants :
  a211) François.
a212) Elisée.
a213) Pierre, qui fut religieux chambrier de l'abbaye de Deols, et prieur des prieurés de Mangy, Surin et Genouillac.
Gabriel, devenu veuf, épousa en secondes noces Lucrèce de La Touche, qui à son tour demeura veuve avant le 25 avril 1616, jour où elle vendit la métairie de Fraigne, paroisse de Sarzay. Elle avait eu une fille :
  a214) Marguerite.

XVI) de CHAMBORANT Jean, écuyer, seigneur de Lavaux, de Mêne. Il naquit vers 1461, et eut pour enfants, d'une alliance inconnue :
  1) Gabriel, qui suit.
2) François, qui, le 17 décembre ... était curateur de Joachim et de Louis de CHAMBORANT, enfants de Louis, son frère.

XVII) de CHAMBORANT Gabriel, chevalier, seigneur de Lavaux, de Mêne. Il naquit vers 1493, et servit sous François Ier. Il fut le premier homme d'armes, le 18 juillet 1525, dans la compagnie d'ordonnance de Louis d'Ars, duc du Terme, composé de 50 hommes d'armes et de 113 archers.
Il épousa Louise de Sainte-Maure, ou Saint-Mort, dont il eut 7 enfants, cités dans un partage provisionnel du 20 juillet 1546. Ils furent :
  1) Gabriel, chevalier, seigneur de Lavaux, de Mêne et de Betoulades. Il servit longtemps, soit dans la compagnie du marquis de Villard, grand amiral de France, soit dans celle de François de France, duc d'Alençon, frère du roi, duquel il fut écuyer d'écurie. Il fit partie de la maison de madame Elisabeth de France, fille de Henri II, en qualité de maréchal des logis de cette princesse lorsqu'elle se maria avec Philippe II, roi d'Espagne, en 1549.
Il épousa, par contrat du 15 avril 1575, Radegonde de Lezay, fille de René, chevalier de l'ordre du roi, seigneur de Marais, Saint-Etienne, etc. et de Françoise d'Allery.
2) Léon, qui suit.
3) Joachim, qui servit dans la compagnie de M. de Coucy, seigneur de Buire, depuis le 30 avril 1551 jusqu'au 20 août 1555.
4) Louis, dont la destinée est inconnue.
5) Marie, qui épousa le 29 novembre 1568 François Leclerc, écuyer.
6) Jeanne, qui devint l'épouse de Pierre d'Argières, écuyer, seigneur du Breuil.
7) Marguerite, qui épousa François de Magnac, écuyer.

XVIII) de CHAMBORANT Léon, écuyer, seigneur en partie de Lavaux, de Mêne, et du Pleix-Goulard. Il naquit vers 1530, et fut homme d'armes, en 1557, dans la compagnie d'ordonnance du prince de Condé.
Il épousa en premières noces, par contrat du 12 février 1555, Françoise de Rance, fille de Léon, chevalier, seigneur de la Chapelle-Barejou et du Chastellerie, en Berry, et de feue Marie de Magnac. Ils eurent pour enfants :
  1) Jean, qui suit.
2) Renée, qui épousa Gabriel de Mondin, écuyer, seigneur de Montortres, dont est descendu François, qui épousa Marie-Ange de CHAMBORANT, de la branche de Droux.
Léon épousa en secondes noces Charlotte Augustin, de la Courbat, dont il eut :
  3) Martine, qui épousa par contrat passé au château du Pleix, paroisse de Mêne, le 15 février 1599, Robert de Forges, écuyer, fils de Louis, seigneur de Bois-Garnier, et de Renée Descolard.

XIX) de CHAMBORANT Jean, écuyer, seigneur du Pleix-Goulard et de Mêne. Il naquit sous le règne de François II, et décéda en 1560. Il épousa Marie de Tiercelin, qui lui donna pour enfants :
  1) Silcaire, qui épousa par contrat du 16 février 1607 François de La Selle, écuyer, fils de Louis, écuyer, seigneur de Bouairy, etc. et de Marguerite de Bridiers.
2) Gabrielle, qui se maria peu après sa sœur, avec Jean de CHAMBORANT, seigneur du Montet, troisième fils de Jean, seigneur de la Clavière, de la Chaume, et de la Bertaudière, chevalier de l'ordre du roi, et d'Anne de Razès.

Branche du TERRAILLE et de JOUILLAC :
XII) de CHAMBORANT Guillaume. Il naquit vers 1387, ou 1388. Il épousa Agnès de La Chapelle, dame de Terraille, terre qu'elle lui porta. Ils eurent pour enfants :
  1) N., qui suit.
2) Imbert, écuyer, seigneur de Jouillac. Il resta célibataire, ou du moins, ne laissa pas d'enfant. Il donna à Jean de CHAMBORANT, écuyer, seigneur du Terraille, présumé son neveu, le seigneurie de Jouillac.

XIII) de CHAMBORANT N. Il fut le père de :

XIV) de CHAMBORANT Jean, écuyer, seigneur du Terraille et de Jouillac. D'une alliance inconnue, il eut pour enfants :
  1) Pierre, qui suit.
2) Jacques, qui fut pitancier de l'abbaye de Massay, diocèse de Bourges, le 8 octobre 1484.

XV) de CHAMBORANT Pierre, écuyer, seigneur du Terraille, Bonneval, Jouillac, et des Portes.
Il épousa Souveraine de CHAMBORANT, par contrat du 21 août 1481, fille de Jacques, chevalier, seigneur de Droux et de la Clavière, et de Marguerite Chauvet. Ils eurent pour enfants :
  1) Martin, qui suit.
2) Pierre, dont la destinée est inconnue.

XVI) de CHAMBORANT Martin, écuyer, seigneur du Terraille, Jouillac et de Pionnat. Il naquit vers 1482, et servit le roi Louis XII le 25 mai 1515. Il fut homme d'armes de la compagnie de M. de La Trémoille, prince de Talmond, et continua dans la même compagnie sous le règne de François Ier, au moins jusqu'en 1522.
Il épousa en premières noces Honorée Bertrand, dont il eut :
  1) Catherine, qui épousa par contrat du 24 octobre 1546 Gilbert de Peyroux, chevalier, seigneur de Saint-Hilaire en Auvergne.
Il épousa ensuite en secondes noces Madeleine d'Aubusson, fille de Jean, chevalier, seigneur de la Feuillade, laquelle resta veuve, et épousa en secondes noces Claude de La Trémoille, écuyer, seigneur de Fontmorand.
Les enfants de ce second mariage furent :
  2) Jean, qui suit.
3) César, dont le sort est inconnu.

XVII) de CHAMBORANT Jean, seigneur du Terraille. Il servit le roi François Ier comme homme d'armes dans la compagnie d'ordonnance de M. de Maugiron, suivant la revue faite à Perpignan le 15 septembre 1542.
Il épousa par contrat du 27 janvier 1534, Louise de Châteaubodeau, fille de Jean, chevalier, seigneur de Champ, etc. et de Marguerite de Cor-de-Bœuf, dame de Beauverger. Ils eurent pour enfants :
  1) François, dont la destinée est inconnue.
2) Marguerite, qui épousa par contrat du 21 septembre 1586, Etienne Fort, seigneur de la Chassagne et des Monneyroux, en Marche.
3) peut-être Jean, qui naquit vers 1540. Il fut présent dans le procès verbal des preuves testimoniales de la noblesse de Jacques du Mosnard, pour sa réception dans l'ordre de Malte, en date du 16 mars 1600. Il ne se dit alors âgé que de 59 ans.

Pour finir, voici deux blasons présent sur des sceaux, décrits dans Beauchet et Filleau. N'ayant pas de représentations dessinées, je les ai imaginé ainsi.... Si quelqu'un possède une photo, ou un dessin de ces sceaux, je suis prêt à les refaire aussitôt.
Blason sur le sceau d'un autre Guillaume :
" un lion, et pour cimier un lion assis au milieu d'un vol, et de chaque côté est une épée en forme de coutelas, entouré d'un ceinturon."
(Mémoire pour les honneurs de la Cour, dressé le 16 novembre 1752)
blason sur un sceau  d'un autre Guillaume de Chamborant
Blason sur le sceau de Guillaume de CHAMBORANT, chevalier bachelier, qui servit en Guyenne en 1380.
" un lion et un lambel de 5 pendants."
blason sur un sceau de Guillaume de Chamborant, de 1380

Noms isolés :
- de CHAMBORANT Marie. Elle épousa Etienne de Varaignes, alias Varennes.

Chapelle Sainte-Hélène :
La chapelle Sainte-Hélène, construite de 1879 à 1883, comme mausolée de la baronne Hélène de CHAMBORANT, a été classé Monument Historique en 1988.
"Edifiée par l'architecte parisien Félix Périn, beau-frère de la défunte, elle illustre le style néo-bysantin de la fin du XIXème siècle. Le porche et l'intérieur sont décorés de mosaïques à fond d'or portant des inscriptions tirées des Saintes Ecritures, et des images angéliques. L'autel et les statues des saints, en marbre blanc, annoncent davantage l'art du début du XXème siècle. Un grand vitrail, repris d'un carton d'Alphonse Périn 'peintre chrétien', père de l'architecte, représente les 3 vertus théologales, la foi, l'espérance et la charité, au dessus de 9 blasons des ancêtres, ou alliés des CHAMBORANT.

Blasons du vitrail de la chapelle du château de Villevert (Esse).
Photos de Jean-Marie OUVRARD.

Ce vitrail a été réalisé par Duhamel-Mariette, maître verrier à Rouen."

- Le site de M. Jean-Christophe Nouhant, à propos de la famille de Chamborant : http://pageperso.aol.fr/jcnouhant
- Beauchet et Filleau : Dictionnaires des familles de l'ancien Poitou.
- Abbé adolphe Mondon : notes historiques sur la baronnie de Marthon.
- Abbé Joseph Nadaud : Nobiliaire du Limousin.
- Librairie Bruno Sépulchre : Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente.
- Association Promotion Patrimoine : Châteaux, manoirs et logis.
- Extrait du cahier du rôle du ban et arrière-ban de la sénéchaussée d'Angoumois, 1635 : de Bremond d'Ars.
- abbé Chevalier : Monographie de la commune de Puyréault.
- Renseignements concernant la branche russe des CHAMBORANT, envoyés par Monsieur le Comte Alexander de CHAMBORANT-BUKATOV, que je remercie ici vivement de sa contribution.
- (*) Précisions généalogiques aimablement fournies par M. Hervé Dupuis.
- (*1) Données isssues du travail généalogique sur la famille de CHAMBORANT, envoyées par M. Pierre DUBOIS. que je remercie ici vivement de son excellente contribution.
- (*2) Le site Internet très complet de Monsieur Guillaume de CHAMBORANT, sur la famille de CHAMBORANT : http://www.chamborant.fr
- Renseignement héraldique fourni par M. Robert SEKULOVICH, relatif aux armoiries à "l'allemande".
- Nadine DEVAL : Renseignements généalogiques sur sa famille, issue de Vladimir Victorovitch, comte de CHAMBORANT.

retour vers le menu des mises à jourretour vers le sommaire