de CHERGÉ

Blason de la famille de Chergé
blason de la famille du Chergé
D'argent au chef d'azur.
Henri Jougla de Morenas (Grand Armorial de France)
D'azur à la fasce d'argent chargée de trois étoiles de gueules.

Famille noble d'origine chevaleresque répandue en Touraine, Poitou et Angoumois, dont le nom primitif altéré par le temps était de CHARGÉ, "de Carriaco". (Charte de l'abbaye de Noyers).
Elle paraît être originaire de la baronnie de Faye La Vineuse en Touraine, où se trouvait le château de Chargé, paroisse de Razines (Indre et Loire).
Cependant, comme il y avait plusieurs fiefs de Chargé en Touraine, il n'est pas possible d'affirmer que toutes les personnes qui ont porté le nom de CHARGÉ ou de CHERGÉ appartenaient à une seule famille.
Les branches de la famille de CHARGÉ qui habitaient le Loudunais et le Mirebalais au XVIème siècle portaient :
blason de la Famille de Chergé, branche du Loudunais et du Mirebalais
D'argent au chef de gueules.

Les de CHERGÉ qui s'établirent en Angoumois au XVIème siècle portent le blason dessinées en tête de page.. Ils habitaient l'hôtel noble de Chergé, paroisse de Mornac.
La généalogie qui va suivre a été établie sur les titres originaux conservés en 1845 par M. Navarre, possesseur du château de Chergé, et sur des notes fournies par M. Michon et par P. Mérimée.
Elle est complétée par des notes des Archives de la Charente, parmi lesquelles se trouve l'inventaire des titres produites en 1667 par M. Barentin, intendant du Poitou, pour la maintenue de noblesse de Jean de CHERGÉ, écuyer, seigneur de Mornac, demeurant paroisse de Corbaon, élection de Fontenay Le Comte.

I) de CHERGÉ Pierre, écuyer.
Il épousa vers 1480 Jeanne de Jambes (ou de Chambes), fille de Pierre, écuyer, et d'Antoinette Bonnet. (Ils cédèrent à leur fille, par acte du 15 février 1489, (reçu par Trapoint, notaire royal en Angoumois), pour ses droits successifs, divers domaines et 200 livres.
Pierre passa un bail à rente d'une vigne à Mornac, le 10 novembre 1523 (Villedary, notaire à Pranzac).
De cette union naquit, au moins :

II) de CHERGÉ louis, écuyer, seigneur de Chergé et de Mornac.
Il fut mentionné dans divers actes du 28 août 1540 au 15 juin 1568.
Le 29 avril 1554, il reçut quittance de la somme de 10 livres payées par lui pour le service au ban et arrière-ban réuni cette même année. (Archives de la famille).
Le 10 juillet 1556, il rendit aveu à Hélie de La Place, écuyer, seigneur de Torsac et de Valette (à cause de ce dernier fief), au devoir d'un épervier et de 7 sous 6 deniers à muance de seigneur et de vassal.
Il épousa par acte du 26 septembre 1532 (Landau, notaire à La Rochebeaucourt), Jeanne Seguin, fille de Philippe, écuyer, et de Jeanne Des Aages (Barentin).
De cette union naquirent :
  1) Charles, qui suit.
2) Madeleine, qui épousa le 9 avril 1573, (Abre, notaire royal en Angoumois), Gilles de Lubersac, écuyer. Son frère la dota de 800 livres (Barentin).

III) de CHERGÉ Charles, écuyer, seigneur de Chergé.
Il fut mentionné dans un certain nombre d'actes d'échange, de baillette, etc., à partir du 9 avril 1573.
le 15 octobre 1571, (Robert et Berland, notaires à Champagné Saint-Hilaire - Vienne), il épousa Françoise Ribier, fille de Philippe, écuyer, seigneur des Vallées, et de Jeanne Des Aages.
Ils eurent pour enfants :
  1) Cybard, qui suit.
2) Jean, écuyer, seigneur de Cormorant (La Cour Morand - Saint-Sauvant - Vienne).
Le 16 septembre 1604, il partagea la succession de son père (Delaige, notaire à Angoulême).
Il fut qualifié de seigneur de la Bouchère, dans un acte du 20 octobre 1619.
Parmi les ruines du logis de Cormorant, fut trouvé une pierre grossièrement sculptée portant cette inscription : "J. de Chergé, 1632", qui se rapportait à lui.
De son union avec N., il ne semble avoir eu que des filles :
  a) Jeanne, qui épousa vers 1625 Charles Fouchier, écuyer, seigneur du Murault.
b) Catherine, qui épousa en 1630 Abel Garnier, écuyer, seigneur de Chenay.
Elle décéda à Saint-Sauvant le 14 juin 1637.
c) Antoinette, qui fut marraine de Catherine Garnier, le 12 février 1638.
Elle décéda le 4 avril 1638, à Saint-Sauvant.
d) Françoise, qui épousa à Lusignan, le 29 août 1637, Etienne Cordon, seigneur du Coudret (Registres de Saint-Sauvant, Lusignan).

IV de CHERGÉ Cybard, écuyer, seigneur dudit lieu.
Il épousa à Jarnac le 4 mai 1597, Elisabeth de Montalembert, fille d'André, écuyer, seigneur de Vaux et d'Estrades, et de Jeanne de Montberon.
De cette union naquirent :
  1) Jean, qui suit.
2) Gœffroy, écuyer, seigneur de Grandchamps.
Il épousa par contrat du 20 octobre 1645 (Noleau et Foucaud, notaires au Langon - Vendée), Hélène d'Arcemalle, fille d'Henri, écuyer, seigneur du Langon, et de Gabrielle de La Roche. Il se fixa à Saint-Aubin La Plaine (Vendée).
Dans son contrat, Jean, son frère, reconnut que la part de Geoffroy dans les successions de leur père et mère s'élevaient à la somme de 8500 livres.
Avant son mariage, Geoffroy avait suivi le parti des armes.
Le 9 juin 1644, il reçut une commission, signé Louis, et par le Roi, la Reine mère présente, et plus bas, Le Tellier, pour lever "une compagnie de cent hommes de guerre à pied français", à incorporer dans le régiment de Rumigny-Domezac.
Le 6 janvier 1644, il était lieutenant aide-major au régiment de Montauzier, d'après un congé accordé par le maréchal de Brézé, vice-roi de Catalogne (Barentin).
En 1674, Geoffroy rendit au seigneur de la Forêt sur Sèvre (Deux-Sèvres), un aveu pour certains domaines qu'il venait d'acquérir de Guy Desmier et de Catherine Bory, son épouse (Archives de la Vendée).
Sa postérité, s'il en eut une, est inconnue.
3) Marguerite, qui partagea avec son frère Jean, le 20 décembre 1631 les successions de feu Cybard, leur père, et de Françoise de Ribier, leur aïeule. Par cet acte, Marguerite, qui habitait la paroisse de Vœuil, près d'Angoulême, céda à son frère tous les droits dans lesdites successions qu'elle pouvait avoir à réclamer de Jean, seigneur de Cormorant, son oncle, à condition que son frère la garantisse des réclamations que son-dit oncle pourrait lui faire (Navarre).

V) de CHERGÉ Jean, écuyer, seigneur de Mornac et de la Vallette (paroisse de Touvres).
Il fut taxé à la somme de 2 livres 6 sols par le lieutenant-général d'Angoulême, pour sa part dans les frais du voyage fait par le sieur d'Ars, pour la noblesse de Guyenne en la ville de Paris. L'ordonnance fut signifiée le 21 juillet 1627, et la quittance fut datée du 28 du même mois.
Il servit au ban de la noblesse d'Angoumois, et fut employé à Angoulême (certificat du 4 août 1635), puis aux armées (certificat du marquis de Thianges, maréchal de camp, commandant au pays de Bresse et comté du Charolais, du 17 novembre 1635).
Le 7 mars 1665 (Varache, notaire), il transigea avec Geoffroy, son frère, et Jean de CHERGÉ, écuyer, seigneur de Beauregard (peut-être un frère des sus-nommés), l'acte portant décharge au profit dudit sieur de Mornac, des 8500 livres qu'il devait à son frère (Archives de la Charente).
Jean figura dans un grand nombre d'actes de 1634 à 1641 (Navarre).
Il épousa le 5 mai 1622 (Joly, notaire à Angoulême), Gabrielle Tizon, fille d'Hélie, écuyer, seigneur de Sigogne, conseiller au présidial d'Angoulême, et d'Antoinette Duport (Archives de la Charente).
Il décéda avant le 27 février 1662, date d'une procuration donnée par Jean, son fils aîné à Jean Tizon, son oncle, pour liquider la succession de son père et la communauté de biens qui avait existé entre ce dernier et Gabrielle Tizon, sa mère.
Ils eurent pour enfants :
 

1) Jean, qui suit.
2) Jacques qui fera la branche de Villognon.
3) Catherine, qui épousa François Pascal, sieur de la Brange en Périgord.
4) Marie, qui fut nommée, ainsi que ses frères et sa sœur, dans un échange passé par leur mère le 11 mai 1669 (Jeheu, notaire royal à Angoulême).
5) Marguerite, qui épousa le 26 novembre 1654 (Gadeau, notaire à Aunac), maître Henri Delacour, sieur de la Rivière.
Elle décéda sans doute avant l'acte d'échange du 11 mai 1669, mentionné plus haut.


VI) de CHERGÉ Jean, écuyer, seigneur dudit lieu et de Mornac.
Il quitta l'Angoumois pour aller se fixer à Saint-Aubin La Plaine (Vendée), près de son oncle Geoffroy.
Le 2 septembre 1661, il épousa à Poitiers (Nicolas et Hersant, notaires), Marie Fourestier, fille de Jacques, écuyer, seigneur de la Papinière, et de peut-être Marie Garin.
Il fut nommé dans l'acte d'échange du 11 mai 1669 précité.
Le 6 août 1667, il fut confirmé dans sa noblesse par ordonnance de M. Barentin, sur le vu des pièces par lui produites le 29 avril 1666, remontant à plus de deux siècles (Archives de la Charente).
Il décéda avant 1687, époque à laquelle Jacques de CHERGÉ, son frère, fut dit "curateur d'un sien nepveur, fils du sieur de Mornac, son aisné" (Papiers de famille).
Il laissa pour enfants :
  1) Robert, qui était mineur et sous la tutelle de son oncle Jacques de CHERGÉ, seigneur des Grois.
Il semble qu'il décéda sans alliance.
2) Marie Madeleine Martine, qui épousa en premières noces N. Audouard, écuyer, seigneur du Pain.
Elle en était veuve en 1689.
Elle épousa en secondes noces N. Navarre.
3) Elisabeth, qui épousa Pierre Mériaud, sieur de Chassay.

Ils figurèrent tous les trois dans un acte de 1689, comme héritiers de Jean de CHERGÉ, leur père, de leur aïeul, et de Geoffroy, leur oncle.

Branche de VILLOGNON (Saint-Gervais - Nanteuil en Vallée):
VI) de CHERGÉ Jacques, écuyer, seigneur de Chergé et des Grois.
Il continua à rester avec sa mère "en leur logis de Mornac".
Il figura dans un sous-seing passé avec son frère aîné et leur mère le 9 août 1669, à Angoulême, au sujet de la succession paternelle et des dettes de l'hérédité.
Le 11 mai 1669, il fit partie d'un échange avec le seigneur de Ruelle.
Ayant été appelé avec François et Jean, ses fils, à justifier de leur noblesse devant M. de Bernage, intendant du Limousin, auquel l'Angoumois était réuni, ils répondirent que les titres de leur maison étaient aux mains de Jean de CHERGÉ, leur frère et oncle qui avait obtenu le 6 août 1667 de M. Barentin, intendant du Poitou, une ordonnance de confirmation de noblesse. M. de Bernage, auquel elle fut communiquée les reconnut nobles par ordonnance donnée à Angoulême le 19 décembre 1697. (Archives de la Charente).
Il épousa en premières noces le 5 avril 1668, Antoinette Dexmier, fille de Jean, écuyer, seigneur de Juyers, et de Jacqueline Chrestien
De cette union naquirent :
  1) François, qui suit.
2) Jean, qui fera la branche du Marbœuf.
3) Marie, dite l'aînée, qui épousa en 1708, Jacques Tizon, écuyer, seigneur de Fontbaillant.
Elle testa le 18 août 1746 (Ribardière, notaire), veuve, et sans enfants.
4) autre Marie.
5) Françoise, qui épousa le Ier juillet 1709 Jean Philippe Carron, sieur des Iles (Archives de la Charente).
Elles figurèrent toutes les deux dans un acte de partage avec leurs frère et sœur, daté du Ier novembre 1717.
Jacques épousa en secondes noces le 7 août 1674, (Vivier, notaire), Jeanne Jourdain, fille de feu Louis, écuyer, seigneur de Beaumont, et de Marguerite Hastelet.
Jacques décéda le 3 mai 1716.

VII) de CHERGÉ François, écuyer, seigneur de Blanzais, puis de Villognon, du chef de Marie Regnauld, sa première femme.
Il fut confirmé dans sa noblesse avec son père par M. de Bernage.
Vers 1698, il vendit un bois taillis, paroisse de Vieux-Ruffec, et fit vers la même époque une autre vente, étant alors qualifié de seigneur de Fontbaillant. Ce fief lui vint sans doute de sa sœur Marie l'aînée, femme de Jacques Tizon, seigneur de Fontbaillant, dont elle n'avait pas eu d'enfants.
François fut parrain en 1695, dans l'église du Vieux-Ruffec, avec Françoise de La Rochefoucauld, à la famille de laquelle il était allié.
Il épousa en premières noces le 13 novembre 1695 (Bilhaud, notaire royal à Nanteuil en Vallée), Marie Regnauld (née le 19 mars 1666 à Saint-Gervais), fille de feu Jean, écuyer, seigneur de Villognon, et de Louise de Corgnol.
Elle décéda le 4 octobre 1700, à Saint-Gervais.
De cette union naquirent :
  1) Philippe, qui suit.
2) Louis, baptisé dans l'église de Saint-Gervais, le 26 septembre 1700. (Il n'y a pas de renseignements sur lui).
Après le décès de Marie Regnauld, survenu le 2 octobre 1700, François épousa en secondes noces le 5 juillet 1706, à Saint-Gaudent (Vienne), Catherine Petit.
Il décéda avant le 25 octobre 1728, date du mariage de Philippe, son fils aîné.
Ils eurent pour enfants :
  3) Marie Françoise, baptisée à Saint-Gervais le 24 mars 1708.
Elle épousa le 4 août 1733 François d'Angély, écuyer, seigneur de la Salle.
Veuve, elle décéda avant le 3 mai 1775.
4) Catherine Marie, baptisée à Saint-Gervais le10 octobre 1711.
5) Issac Pierre, qui fera la branche de Blanzais.

VIII) de CHERGÉ Philippe, écuyer, seigneur de Villognon du chef de sa mère, né vers 1696.
Il fut parrain le 24 mars 1708 de sa sœur Marie Françoise.
Par contrat du 25 octobre 1728, reçu Bilhaud, notaire à Nanteuil en Vallée, il épousa Marie Regnauld, qui d'après des notes de famille, n'était âgée que de 15 ans à l'époque de son mariage.
Il décéda en 1756, âgé d'environ 60 ans.
De son union avec Marie naquirent :
  1) Charles César, qui décéda célibataire, ayant été auparavant le 20 octobre 1776, parrain de Charles César, son neveu.
2) Françoise Madeleine, baptisée à Saint-Gervais le 23 juillet 1730.
Elle épousa à Saint-Gervais le 3 février 1755 Jean de Fleury, écuyer, seigneur de l'Houmède, gendarme de la Reine.
3) Marie, alias Marie Louise, dite aussi Marie Denise, dans son acte de mariage du 10 juillet 1752, avec François d'Angély, écuyer, seigneur de Rochebrune, son parent.
Elle avait été baptisé à Saint-Gervais le 8 septembre 1732.
Elle décéda avant le 21 octobre 1778, date de l'intervention de son mari dans le partage des successions de Jacques Henri et de Marie Hélène, ses beau-frère et belle-sœur.
4) Marie, baptisée à Saint-Gervais le 10 octobre 1733.
5) Pierre Isaac, baptisé à Saint-Gervais le 30 octobre 1734, écuyer, seigneur de Nouailles.
Il décéda sans alliance, ou du moins sans postérité.
6) Marie Hélène, baptisée à Saint-Gervais le 9 mai 1736.
Elle décéda en novembre 1775, après avoir testé. Ses frères et sœurs partagèrent sa succession le 21 octobre 1778 (Deveaux et Houdard, notaires).
7) Jeanne, baptisée à Saint-Gervais le 28 août 1738.
8) François, baptisé à Saint-Gervais le 23 septembre 1739.
Il décéda jeune.
9) autre Jeanne, baptisée le 11 mars 1741.
10) François Laurent Philippe, qui suit.
11) Jacquette Louise, baptisée à Saint-Gervais le 17 novembre 1743.
12) Jacques Henri, écuyer, seigneur de la Borde, baptisé à Saint-Gervais le 4 juillet 1745.
Il fut parrain à Saint-Gervais en 1775.
Il testa en octobre 1775, et sa succession fut partagée entre ses frères et sœurs survivants le 2 octobre 1778.
13) Thérèse Dorothée, baptisée à Saint-Gervais le 13 avril 1747.
Elle fut inhumée le Ier mai 1751.

IX) de CHERGÉ François Laurent Philippe, écuyer, seigneur de Villognon et de Fontbaillant, dit le chevalier de Chergé, né à Saint-Gervais le 7 août 1742.
Il épousa au château de Pliboux (Deux-Sèvres), le 8 janvier 1776, Jeanne Modeste Geneviève de Lauzon de La Poupardière, fille de François, écuyer, seigneur de Lorigny, officier au régiment de Foix-Infanterie, et de Marie Anne Dupas.
Il assista par procureur à l'assemblée de la noblesse réunie pour nommer des députés aux Etats Généraux de 1789.
Il décéda le 24 avril 1821, ayant eu pour enfants :
  1) Charles César, baptisé à Saint-Gervais le 20 octobre 1776.
Il décéda le Ier août 1791.
2) Louise Henriette Philippine, baptisée le 22 décembre 1777.
Elle épousa le 5 Floréal An V (24 avril 1797), Marie Roch François de CHERGÉ, son cousin (Bonnard-Fontvillars, notaire à Nanteuil en Vallée).
3) Marie Hyacinthe Adelaïde, née le 2 août 1779.
Elle épousa le 3 août 1808 (Bonnard-Fontvillars, notaire), François d'Angély, chevalier de Rochebrune, son cousin.
4) Charles Frédéric, baptisé le 2 mai 1782.
Il épousa le 2 juin 1807 (Demondion, notaire à Ruffec), Marie Geneviève Jacques, fille d'Etienne Athanase, écuyer, seigneur des Plans (La Faye), et d'Anne Marie Lériget de Grand-Bois.
De cette union naquirent :
  a) Séraphine Marie Geneviève, née le 13 novembre 1810.
Elle épousa le 4 septembre 1833 (Demondion, notaire), Clément Beaupoil de Saint-Aulaire.
b) Joséphine Marie Jenny, née le 26 avril 1814.
Elle épousa le 20 février 1839 (Demondion, notaire), Simon Joseph Duchassaing de Ratevoul, lieutenant d'infanterie.
c) Anna Marie Rose, née le 6 septembre 1818, qui épousa à Ruffec (Demondion, notaire), le 5 août 1835, Jules Chausse de Lunesse.
5) François Isaac, qui suit.
6) Marie Dorothée Joséphine, née le 17 janvier 1789.
Elle épousa le 26 janvier 1818 (Bonnard-Fontvillars, notaire), François Hilaire Dumas de Champvallier.
7) Marie Hyacinthe Rosalie, née le 13 juin 1791.
Elle épousa le 16 novembre 1818 (Bonnard-Fontvillars, notaire), Jean Jacques Dumas de Champvallier.
Elle décéda le 14 mars 1830.

X) de CHERGÉ François Isaac, appelé aussi Jean, dit le chevalier de Villognon, né le 29 avril 1786.
Il entra aux vélites de la garde impériale le 31 décembre 1807, fit toutes les campagnes de 1805 à 1809, devint le 13 mai 1811 sous-lieutenant au 36ème léger, fit la campagne de Russie (1812), puis celle d'Allemagne (1813), et fut nommé chevalier de la Légion d'Honneur en récompense de l'action dont le certificat qui suit :
" Nous soussigné, chef de bataillon, commandant le premier bataillon du 36ème régiment d'infanterie légère, 32ème division, certifions à qui il appartiendra qu'à la bataille de Hutterbock, le 6 septembre 1813, M. de CHERGÉ, sous-lieutenant dudit régiment, quoique blessé d'un coup de feu à la poitrine, a retiré des mains de l'ennemi une pièce de canon; que, malgré le désordre et la précipitation de la retraite, il l'a conduite à bras à l'aide de plusieurs sous-officiers de son régiment, jusqu'à ce qu'il ai pu y atteler des chevaux, et que c'est à la valeur, au zèle et à l'activité de ce brave officier qu'est due la conservation de cette pièce dont la remise a été faite le lendemain 7, à Torgau, au parc d'artillerie du 12ème corps, auquel elle appartenait, et dont le commandant a donné récépissé. En foi de quoi nous nous sommes fait un devoir de délivrer le présent à M. de CHERGÉ comme une marque authentique de notre satisfaction sur sa conduite dans cette journée.
Fait à Torgau, le 8 septembre 1813. Signe : le chef de bataillon, Serasino; plus bas, le général de division, Comte R. Durute
".
François épousa le 17 juin 1816 (Bouteland, notaire), à Genouillé - Vienne), Luce Elisabeth de Brilhac, fille de Jean, et de Elisabeth Félicité de Bessac de La Feuilletrie.
De cette union naquirent :
  1) Geneviève Luce Adeline, née le 16 mars 1817, et qui épousa le 24 septembre 1838 (Constantin Beauregard, notaire à Voulême), Anne Claude de Juglart de Saint-Georges.
Elle décéda en mars 1893.
2) Charles Salomon, né en 1821.
Il décéda le 3 juillet 1826.
3) Aimée Lucette Caroline, née le 16 avril 1823.
Elle épousa le Ier septembre 1845 (Brumault de Montgazon, notaire à Voulême), Etienne de Manny.
4) Marie Louise, née le 27 décembre 1827.
5) Marie Rosalie, née le 20 décembre 1829.
Elle épousa son cousin Pierre Isaac Chrysostome de CHERGÉ.

Branche de BLANZAIS :
VIII) de CHERGÉ Isaac Pierre, écuyer, seigneur de Blanzais.
Il fut baptisé le 26 septembre 1700 à Saint-Gervais.
Le 8 octobre 1762, il épousa à Lizant (Vienne), Jeanne Ingrand, fille de Jean Baptiste, et de feue Marie Anne Gourjault.
Il décéda à Lizant le 16 novembre 1778, ayant eu de son union :
  1) Pierre Isaac, qui suit.
2) Isaac Pierre Hubert, né à Lizant le 5 novembre 1766.
Il décéda le 19 mai 1772.
3) Marie Jeanne Sylvie, qui épousa le 9 mars 1790 à Lizant, Jacques Guiot d'Ervaud, chevalier de Saint-Louis.

IX) de CHERGÉ Pierre Isaac, seigneur de Blanzais et de Nouailles, baptisé à Lizant le 14 novembre 1764.
Il épousa au Trillaud, paroisse de Messeux, le 12 octobre 1784, Marie Anne de Villedon, fille de Louis, écuyer, seigneur de Maslandry, et de feue Marie Regnauld.
Il assista par procureur à l'assemblée de la noblesse convoquée à Poitiers en 1789, pour nommer des députés aux Etats Généraux, émigra en 1791 et fit la campagne de 1792 dans l'armée des Princes (Ière compagnie noble du Poitou-Infanterie).
En 1799, il faisait partie d'un corps de troupe au service de la Hollande, commandé par le comte Damas-Stockholm, d'après un certificat délivré par le comte d'Henterville. Obligé de se retiré du service pour cause de santé, il se retira à Stockholm, où il se livra au commerce pour subvenir aux besoins de sa famille.
Il décéda le 24 octobre 1816, dans sa maison, rue de la Monnaye, au numéro 13, et fut inhumé dans l'église Sainte-Catherine.
De son union avec Marie Anne naquirent :
  1) Louis Chrysostome Ferdinand, né à Messeux le 15 septembre 1785.
Il épousa Marguerite Rose Adeline Chedaneau.
2) Jean Baptiste, qui suit.
3) Marie Françoise, née à Lizant le 3 octobre 1787.
Elle épousa à Messeux le 3 octobre 1817 (Demondion, notaire à Ruffec), Jean Charles de Chevreuse.
Elle décéda sans enfants à Champagne-Mouton.
4) Pierre Charles Isaac, né à Lizant le 4 août 1789.
Il épousa le 8 avril 1818 (Martin Lacombe, notaire à Nanteuil), Rosalie Hectorine Brumauld des Houlières, fille d'André Hector, ancien officier de cavalerie, et de Marie Françoise Regnauld de La Courière.
De cette union naquirent :
  a) Issac André, né à la Chévrie le 30 mars 1827.
b) Ferdinand Chrysostome, né audit lieu le 26 octobre 1830.
Il épousa N. Pascault-Dubuissonnet, et eut pour fils :
  b1) Marie Ferdinand Athénaïs Maurice, qui décéda le 24 mars 1893, âgé de 35 ans, sans alliance.

X) de CHERGÉ Jean Baptiste, né à Messeux le 13 septembre 1786.
Il épousa à Montalembert, le 10 mai 1819 (contrat du 20 avril, reçu Serph, notaire à Civray), Susanne Regnauld, fille de Jean, chevalier, seigneur des Fontaines, et de Marie Couturier.
De ce mariage naquirent :
  1) Marie Alexandrine, née le 26 juillet 1820.
Elle décéda le 4 août 1831.
2) Jean Baptiste Alexandre, né le 2 septembre 1822.
Il épousa N. Guyot, fille de N., et de N. de Laspierre, et en eut pour enfants :
  a) Agénor, dont la destinée est inconnue.
b) Louise, qui épousa Pierre Bourchenin.
3) Pierre Isaac Chrysostome, qui suit.
4) Jean Aimé Florentin, né le 25 avril 1825.
Il épousa Anne Charpentier, fille de N., dont il eu :
  a) Florentine, qui épousa N. Vasseur.
b) Marie, qui épousa N. Lesage.
5) Agénor Démosthène, né le 16 avril 1831.
Il épousa Joséphine Cordova, qui lui donna pour enfants :
  a) Hélène.
b) Marie, qui resta avec sa sœur Hélène sans alliance.
6) Adeline, née le 19 avril 1837, qui épousa Pierre Désiré Gueny-Chambaudry.

XI) de CHERGÉ Pierre Isaac Chrysostome, né le 5 avril 1825.
Il épousa sa cousine Marie Rosalie de CHERGÉ, fille de François Isaac et de Luce Elisabeth de Brilhac.
De cette union naquirent :
  1) Marie Eulalie Adeline Léopoldine, qui épousa en décembre 1889, Pierre Oyhamburu, receveur des contributions indirectes à Couhé.
2) Adélien, qui épousa Alix Davidis.
3) Mélanie, qui épousa N. Astier.

Branche de MARBŒUF (Champagne-Mouton) :
VII) de CHERGÉ Jean, écuyer, seigneur de Marbœuf.
Il fut parrain dans l'église de Vieux-Ruffec, avec Françoise de La Rochefoucauld (famille qui traitait les de CHERGÉ de cousins).
D'après une tradition, (décrite par Charles Louis Gilbert de CHERGÉ), la duchesse douairière de La Rochefoucauld étant venue vers 1780 à son château de Champagne-Mouton, manda Henri de CHERGÉ (fils de Jean), qu'elle appelait son cousin, pour être son convive à un diner champêtre servi dans sa garenne, ayant au préalable refusé un splendide repas que les habitants de Champagne avaient préparé pour elle...
Jean partagea le Ier novembre 1717 avec ses sœurs les successions de leurs père et mère.
Il épousa en premières noces le 25 juin 1708, Marie Madeleine David, veuve en secondes noces (le 8 octobre 1707), de Jean Carron, sieur de Beaulieu. Elle décéda sans enfants, après avoir testé en faveur de son troisième époux, ce qui donna lieu à un long procès avec les enfants des premiers mariages.
Jean épousa en secondes noces le 14 juin 1738 (Ribardière, notaire), Jeanne Regnauld, fille de Jean, écuyer, seigneur de Boisclair, et de Louise de La Tour.
Il décéda le 16 avril 1739, et sa veuve le 6 août de la même année fit dresser un inventaire du logis de Marbœuf. (Bruno Sépulchre et Jean-Paul Gaillard)
Il ne laissa pour enfant que :

VIII) de CHERGÉ Henri, écuyer, seigneur de Chergé et de Marbœuf, né en 1739.
Il épousa le 21 février 1760 (contrat du 11 février, reçu Bezeau et de La Ribardière, notaires à Champagne-Mouton), Louise Madeleine de Fleury, fille de feu Joachim, écuyer, seigneur de Blanzac, et de Bénigne Chitton.
Il décéda le 3 novembre 1780. Sa veuve continua à vivre au logis de Marbœuf. (Bruno Sépulchre et Jean-Paul Gaillard).
De cette union étaient nés :
  1) Jeanne Madeleine, baptisée dans l'église de Vieux-Ruffec le 23 février 1761.
2) Louise Thérèse, baptisée le 19 mai 1762 dans l'église de Vieux-Ruffec.
Le 5 Prairial An II, au cours du partage de Marbœuf, elle eut le second lot comprenant la chambre et le colombier. (Bruno Sépulchre et Jean-Paul Gaillard).
Elle épousa le 14 mars 1793 Noël Chrysostome Fouquet de La Simonie, officier de marine.
Elle décéda le 30 juin 1827.
3) François Henri, baptisé dans l'église de Vieux-Ruffec, le 3 juillet 1763.
Il décéda sans enfants.
4) Charles Auguste Georges, qui suit.
5) Marie Elisabeth, baptisée dans l'église de Vieux-Ruffec, le 27 juin 1767.
Le 5 Prairial An II, au cours du partage de Marbœuf, elle eut le troisième lot comprenant, l'escalier en commun avec sa sœur Louise, la cuisine, le cellier, le fourniou et la buanderie. (Bruno Sépulchre et Jean-Paul Gaillard).
Elle décéda célibataire le 8 juin 1824 aux Forges de Turgon.
6) Henri Hubert, né le 4 août 1768 au Vieux-Ruffec.
Il émigra et périt à Liège en 1793.
7) Marie Roch François, baptisé dans l'église de Vieux-Ruffec le 16 août 1770.
Le 5 Prairial An II, au cours du partage de Marbœuf, il obtint une maison, une grange ainsi que d'autres bâtiments. (Bruno Sépulchre et Jean-Paul Gaillard).
Il épousa en premières noces le 19 novembre 1794 (Lacombe, notaire à Nanteuil), Jeanne Céleste de Goret, fille de Louis, écuyer, seigneur de la Martinerie, et de feue Françoise Chitton.
Devenu veuf le 11 mai 1796, il épousa en secondes noces le 24 mai 1797 (Bonnard-Fontvillars, notaire à Nanteuil), Louise Henriette Philippine de CHERGÉ, fille de François Laurent Philippe, écuyer, seigneur de Villognon, et de Jeanne Modeste Geneviève de Lauzon de La Poupardière.
De cette union naquirent 5 enfants, dont 3 décédèrent jeunes.
Les survivants furent :
  a) Marie Louise Hélène, née le 25 mai 1808, qui épousa le 4 août 1828 (Dujarrie, notaire à Champagne-Mouton), Jean Adolphe Albert du Vignaud.
b) François Charles Marie Frédéric, né le 16 mars 1818.
Il publia quelques travaux généalogiques et collabora à l'édition du nobiliaire du Limousin de Nadaud, donnée par M. l'abbé Roy-Pierrefitte.
Il épousa Françoise Antoinette de La Porte du Theil de Forges, fille de Charles Henri, et de Françoise Caroline des Roches de Chassay de Marit.
Il décéda le 21 mai 1879 à Saint-Hilaire sur Benaise, sans postérité.

IX) de CHERGÉ Charles Auguste Georges, écuyer, baptisé au Vieux-Ruffec le 24 avril 1765.
Le 5 Prairial An II, il partagea avec ses frères et sœurs le logis de Marbœuf, et en eut le premier lot. (Bruno Sépulchre et Jean-Paul Gaillard).
Il épousa le 14 octobre 1785 (Papaud et Mérigeaud, notaires), Marie Madeleine Elisabeth de Rameau, fille de Léonard, écuyer, seigneur de Montlaurier (Asnoix - Vienne), et de Marie Anne de Vassé de Paumidy.
De ce mariage naquirent :
  1) Léonard Charles, qui suit.
2) Charles Auguste, né le 8 juin 1787.
Il épousa le 25 octobre 1816 Elisabeth Demardre, et eurent pour enfants :
  a) Elisabeth Zélie, qui épousa le 11 juillet 1841, à Asnoix, Jules Louis Sardin de Fonfaix.
b) Constant Emile Sévère, né le 14 avril 1820.
Charles Auguste décéda le Ier juin 1870.
3) Benjamin, qui décéda jeune.
4) Marie Emilie, née le 8 juin 1795.
5) Marie Lindane, qui décéda jeune.

X) de CHERGÉ Léonard Charles, né le 6 juillet 1786.
Il épousa le 7 septembre 1812 (Perrain et Chiron, notaires à La Villedieu du Clain - Vienne), Marie Françoise Bouthet du Rivault, fille d'André et de Marie Victoire Florence Marsault.
Il décéda à Charroux le 20 mai 1835, ayant eu de son mariage :
  1) N., un garçon décédé jeune.
2) N., un garçon décédé jeune.
3) N., une fille décédée jeune.
4) Charles Louis Gilbert, qui suit.
5) Auguste André, né le 28 janvier 1816.
Il épousa le 19 avril 1841, (par contrat du 25 mars, reçu Gras et Deloynes, notaires à Poitiers), Marie Josèphe Théodosie Malafosse de Couffour, fille de Félix, et de feue Marie Jeanne Delphine Laurent de Reyrac.
De cette union naquirent :
  a) Augustin Félix Gaston, né le 6 juin 1842.
Il décéda le 12 mai 1844.
b) Marie Thérèse, née le 2 juin 1846.
Elle épousa le 30 avril 1866 Jules de Voyon.
c) Valentine, née le 18 mars 1854.
Elle épousa le 6 octobre 1874, Paul, vicomte de La Fare.
Auguste André décéda le 22 février 1889.

XI) de CHERGÉ Charles Louis Gilbert, né à Poitiers le 18 août 1814.
Il commença sa carrière littéraire vers 1832 en signant des articles dans la Gazette de l'Ouest, organe des légitimistes du Poitou.
Deux ans après, en 1834, la Société des Antiquaires de l'Ouest le reçut dans ses rangs. Il y devint secrétaire en 1838 et le resta jusqu'en 1840, puis y fut nommé président en 1843. De 1836 à 1840, il y fit partie du conseil d'administration.
Outre les rapports sur les travaux de la société et les discours qu'il y fit comme secrétaire et président, il publia dans les Mémoires :
- Notice sur l'abbaye de Charroux (tome I).
- Notice sur le château de Richelieu (tome II).
- Promenade archéologique dans une partie du département d'Indre et Loire (tome III).
- Notice sur le château et la sainte chapelle de Champigny sur Veude (tome III).
- Notice sur le château, l'église et l'hospice d'Oiron (tome VI).
- Note sur un médaillon de Tiraqueau (tome VI).
- Notice biographique sur Jean de La Haye (tome VIII).
- Mémoires sur l'abbaye de Montierneuf (tome XI).
- Biographie de François de Nuchèze, vice-amiral de France et intendant général de la marine (tome XX).
Il publia encore :
- Lettres sur le congrès archéologique de Poitiers (tome X).
- Note sur la voie romaine de Poitiers à Bourges (tome XI).
- des rapports sur l'acquisition du torse de la statue de Louis XIII provenant de Richelieu.
- des rapports sur l'acquisition de la cheminée du château de Chiltré (tome IV).
- rapport sur le cippe funéraire de Civaux.
- rapport sur les peintures murales du château de la Barre (tome VI).
Il fut nommé par arrêté du ministère de l'intérieur, le 24 mai 1840, inspecteur des monuments historiques du département de la Vienne, ainsi que correspondant des ministères de l'intérieur et de l'instruction publiques pour les travaux historiques.
Par ce biais, il obtint grâce à ses instances, et a ses relations intimes avec Prosper Mérimée, inspecteur général, pour divers monuments détériorés par les ans, ou maltraités plus encore par la main de l'homme, d'importantes allocations qui ont assurés leur conservation.
Pour son zèle à remplir ses fonctions, le ministre lui décerna en 1841 une médaille de bronze.
Il écrivit encore :
- La vie des saints du Poitou.
- L'histoire des congrégations religieuses d'origine poitevine.
- Guide du voyageur à Poitiers.
- Lettres d'un paysan gentilhomme, sur les lois du 28 mai 1858 et le décret de janvier 1859, relatifs aux noms et titres nobiliaires.
- Observations d'un campagnard sur la loi municipale.
Il collabora également aux journaux conservateurs : l'Abeille, et le Courrier de la Vienne, et l'Echo du Blanc.
Il coopéra aussi à la publication de la première édition du Dictionnaire des familles du Poitou, pour lequel il écrivit un certain nombre de biographies, en même temps qu'il y dessinait tous les écussons qui accompagnaient cet ouvrage.
Un de ses derniers écrits fut sa Note sur un appendice héraldique ajouté à de vieilles armoiries (1874).
Le 24 mai 1811, il épousa Antoinette Lucie de l'Admirault (ou Ladmirault), fille de Jean Félicien Victor, et de feue Marie Félicité Gourdon de La Lande (contrat reçu par Allaire, substituant Bouchardon, notaire au Blanc).
De cette union naquirent :
  1) Charles Victor Georges, qui suit.
2) Marie Charles Henri, né à Poitiers le 28 mai 1844.
Il décéda le 15 février 1861.
3) Marie Charles François Maurice, né à Saint-Hilaire (Indre), le 11 février 1846.
Il décéda le 27 février 1856, à Poitiers.
4) Marie Charles Auguste Raymond, qui suivra.
5) Félicie Esther Marie, née à Saint-Hilaire le 10 mai 1850.
Elle fut religieuse aux Dames Auxiliatrices du Purgatoire, et partie à la fin de l'année 1892 pour aller fonder une maison de son Ordre à New-York.
6) Esther Alexandrine Marie Jeanne, née le 10 février 1853.
Elle épousa le 25 juin 1879, Achille Ernest Tony de Liron d'Airolles.
Charles Louis Gilbert décéda le 5 octobre 1885.

XII) de CHERGÉ Charles Georges Victor, né à Poitiers le 30 août 1842.
Il s'engagea dans l'armée pontificale où il devint officier aux Zouaves Pontificaux. A la bataille de Mentana, il y fut leur porte-drapeau. Cet étendard fut percé d'une balle piémontaise tandis qu'il le portait au milieu de son régiment. Cette conduite lui valut les éloges du colonel de Charette et la Croix de chevalier de l'Ordre de Pie IX.
Ce fut à cette occasion que sur la demande de son père présentée à Sa Sainteté par l'intermédiaire de Son Eminence, le cardinal Pitra, le Saint-Père sanctionna par son approbations, les modifications que M. de CHERGÉ apportait dans les ornements de son blason héréditaire, ajoutant au heaume à 5 grilles posé de profil qui surmonte l'écusson, pour cimier, une main dextre de carnation tenant dressé en pal un drapeau déployé aux couleurs pontificales (argent et or), le parti blanc troué d'une balle. Cri de guerre : Mentana.
Georges épousa le 25 août 1868, Marie Rose Thérèse de Jouvenel, fille de N., baron de Jouvenel, et de N., de Saint-Thamar.
De cette union naquirent :
  1) Lucie Marie Angèle Marie Thérèse, née à Saint-Hilaire le 29 juin 1869.
2) Marie Joseph Charles Aymard, né à Saint-Hilaire le 13 juin 1870.
3) Henri, né à Saint-Hilaire le 6 février 1874.
Il décéda en bas-âge.

Branche cadette :
XII) de CHERGÉ Marie Charles Augustin Raymond, né à Saint-Hilaire (Indre), le 19 février 1848.
Il fit la campagne de 1870 dans les mobiles de l'Indre. Parti comme simple soldat le 2 septembre, il fut nommé le 27 octobre suivant lieutenant dans le second bataillon. Il fit en cette qualité les campagnes de la Loire et de l'Est.
Il fut cité à l'ordre du jour à Chagey le 15 janvier 1871, et fut nommé chevalier de la Légion d'Honneur le 16 novembre 1871.
Il épousa à Saint-Michel de Bannières (Lot), le 2 juin 1875, Louise Victoire Anna Marie de Jouvenel, fille de N., baron de Jouvenel, et de N., du Bessol.
De cette union naquirent :
  1) Marie Charles Joseph Adhémar Maurice, né à Bannières le 16 avril 1876.
2) Marie Anna Charlotte Angèle, née à Bannières le 19 septembre 1877.
3) Thérèse Marthe Marguerite Marie, née à Bannières, le 9 octobre 1879.
4) Marie Bernard Tony Adhémar, né à Bannières le 13 juin 1883.
5) Radegonde Louise Anna Marie Bernadette, née à Bannières, le 13 février 1889.


- Beauchet-Filleau : Dictionnaire des familles de l'ancien Poitou.
- Généalogie envoyée par Monsieur Guy DUCHASSAING.
- Henri Jougla de Morenas : Grand Armorial de France.
- Bruno Sépulchre et Jean-Paul Gaillard : article sur Marbœuf (Champagne-Mouton), dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente; Editions Bruno Sépulchre.
- de Bremond d'Ars : Extrait du cahier du rôle du ban et arrière-ban de la sénéchaussée d'Angoumois, 1635.
retour vers le menu des mises à jourretour vers le sommaire