CORGNOL

blason de la famille Corgnol
D'or à deux chevrons de gueules.
Couronne de marquis.
Supports : deux lions rampants regardants.
Devise : "Soy Toy".
(d'Hozier).
Un cachet de famille donne aussi :
D'argent à deux chevrons de gueules

Le nom de cette famille s'est écrit parfois, Corgniolle, Corgnoul, Corgnon, Corignon...
Famille noble, très ancienne, originaire de Cornouaille Britannique, qui dès le XIVème siècle, habitait dans les environs de Ruffec et de Civray, sur les confins du Poitou et de l'Angoumois.
Elle a pu donner son nom au fief de la Corgnolée, ou Corgnollière, près de Saint-Maixent (Deux-Sèvres).

Noms isolés :
- CORGNOL Jean, écuyer, seigneur de Bonneuil (?).
Il épousa Pernelle de Nuchèze, et eut pour fils :
  1) Louis, écuyer, seigneur de Bonneuil, qui fit aveu de ce fief au château de Melle en 1418 (Archives Nationales, P. 1144, 52).
- CORGNOL Jeanne, peut-être fille du précédent, épousa vers 1410, Mérigot Herbert, écuyer, seigneur de Saint-Martin d'Entraigues (Deux-Sèvres) (Gén. de Ponthieu).
- CORGNOL Marie, fit aveu de Mirbazin (Pairé, Vienne), au seigneur de Couhé, en 1549 (Archives de la Vienne, Inventaire de Couhé).
- CORGNOL Louis, écuyer. Il fit un accord en 1554, avec Jean de La Porte, écuyer, seigneur de la Vallade, Châtillon (Généalogie La Porte-Lusignac). La branche familiale à laquelle il appartenait est inconnue.
- CORGNOL Perrette, épousa, le 5 février 1579, François de Goret, écuyer, seigneur de la Martinière (Vieux-Ruffec).
- CORGNOL Sarah, était en 1593, veuve de Jacques Gervais, écuyer, seigneur de Javrezac, près de Saint-Séverin de Pavancelle (Archives de la Charente E. 1514).
- CORGNOL René, écuyer, seigneur de Villars, épousa Geneviève de Ponthieu.
Il transigea, le 14 mars 1614, avec Jeanne de Ponthieu, veuve de René du Mas, écuyer, seigneur de Clareau (Archives de la Charente).
- de CORGNOL R., était le 9 décembre 1638, religieuse à l'abbaye de Saint-Ausonne d'Angoulême (Archives de la Charente E. 1469).

Filiation suivie :
I) CORGNOL Ronan (970), chevalier, seigneur de Magné (Chapitre de Saint-Hilaire).
Il épousa N., et en eut pour enfants, au moins :

II) CORGNOL Lambert (997), chevalier.
De son mariage avec N., naquirent :
  1) Arnaud, (1024).
2) Agnès, qui épousa en 1020 Pierre Bauderans, seigneur de Jarnac, d'où filiation dans la maison de Bauderans. Ils eurent au moins Boson Bauderans, qui épousa N., fille d'Emery de La Rochefoucauld, seigneur de Claix.
3) Ithier, qui suit.

III) CORGNOL Ithier Ier, (1024), chevalier.
De son mariage avec N., il eut pour enfants :
  1) Lambert, (1048), qui épousa Pétronille.
2) Aymeri.
3) Ithier, qui suit.

IV) CORGNOL Ithier II, vivant en 1059, chevalier.
Il épousa Agnès, soeur d'Hadémar. De cette union naquirent :
  1) Constantin, qui suit.
2) Aymery, vivant en 1083, écuyer, seigneur de Moulède.
Il épousa N, qui lui donna pour enfants, au moins :
  a) Arnaud, présent en 1119 à l'église d'Angoulême, et en 1125, à Saint-Cybard.

V) CORGNOL Constantin, vivant en 1090, écuyer, seigneur de Fontechaude.
Il se croisa et se trouva avec Jourdain IV de Chabanais à la prise de Jérusalem (Première croisade, 1099).
D'une alliance inconnue, il eut pour enfant :

VI) CORGNOL Géraud, vivant en 1121, chevalier, seigneur de Fontechaude.
Il épousa Resticie, et eurent pour enfants :
  1) Pierre, qui suit.
2) Etienne.

VII) CORGNOL Pierre Ier, vivant en 1147, écuyer, seigneur de Fontechaude.
D'une alliance inconnue, naquit :

VIII) CORGNOL Hélie Ier, vivant en 1171, écuyer, seigneur de Moulède.
De son alliance avec N., il eut :

IX) CORGNOL Fulchre, vivant en 1220, écuyer, seigneur de Moulède.
D'une alliance inconnue, il eut :

X) CORGNOL Emmanuel, vivant en 1253, écuyer, seigneur de Moulède.
De son alliance avec N., naquit :

XI) CORGNOL Hélie II, chevalier, seigneur de Moulin.
Il fut nommé dans un titre de l'abbaye de Saint-Cybard d'Angoulême, de l'an 1302 (Chapelle de la Madeleine, archives de la Charente).
Il épousa N., et en eut pour enfants, au moins :

XII) CORGNOL Arnaud, écuyer.
Il fit aveu en 1310, à Pierre Jousserand, écuyer, seigneur de Londigny.
De son alliance avec N., il eut :

XIII) CORGNOL Jean Ier, écuyer.
Il servit dans l'armée du seigneur de Nesle en Saintonge, en 1349, puis sous les ordres de Mr de Friscamp, capitaine du château d'Angoulême.
D'une alliance inconnue, il eut pour enfants, au moins :

XIV) CORGNOL Jean II, écuyer, seigneur de Brettes.
Il transigea, le dimanche après la fête de la Madeleine 1370, avec Olivier de Sansac, valet, tuteur de son fils Jean de Sansac et autres, au sujet des différends qu'ils avaient pour une rente de quatre septiers de froment, mesure de Ruffec, que Jean de Chambes leur avait promis d'assigner au profit de ce Jean CORGNOUL (d'Hozier, Prévost, preuves de Saint-Cyr).
En 1390, Jean transigea avec Guillaume Prévost, écuyer, seigneur d'Aizec.
Il épousa N., et de cette union naquit :

XV) CORGNOL Ithier III, écuyer, seigneur du Vivier-Estrain (Longré).
Il fit aveu au seigneur de Couhé, en 1380, pour le fief de Mirbazin (Pairé - Vienne).
Beauchet et Filleau disent qu'il fit aussi aveu en 1381, pour la Touche-Vivien (Chaunay - Vienne). Cependant, ce dernier fief ayant été possédé en 1383, par Jean de Chaunay, il se pourrait que Ithier ait été son tuteur (Archives de la Vienne, Inventaire de Couhé).
De son alliance avec N., il eut pour enfants :
  1) Aubert, qui suit.
2) Catherine, qui épousa en 1405, Jean l'Hermite, à qui elle apporta le Bouchet d'Aiffres.
3) Pierre, écuyer, qui eut un différend avec Jean du Plessis, écuyer, seigneur de Raix (?), près de Ruffec. Ce différend se termina par arbitrage, en 1408 (Duchesne).

XVI) CORGNOL Aubert, écuyer, seigneur du Vivier-Estrain (Longré), Châtillon sur Dive (Vienne), Mirbazin.
Il fit aveu de ce dernier fief en 1392, et le 3 octobre 1413.
Il posséda aussi le fief du Four de Caunay, jadis appartenant à Perrot de Mons, dont il fit l'hommage au château de Civray en 1418 (Archives Nationales P. 1144, 68).
Il eut entre autres enfants :
  1) Louis, qui suit.
2) Thomasse, qui épousa vers 1430, Jean V Janvre, écuyer, seigneur de la Bouchetière.

XVII) CORGNOL Louis Ier, écuyer, seigneur de Tessé (La Forêt de Tessé), Vivier-Estrain, Châtillon sur Dive, Mirbazin, Miserit (Brux - Vienne).
Il fit hommage de Tessé, au seigneur de Raix, près de Ruffec, le 26 mars 1454 (Clairambault).
Il rendit aveu de Mirbazin en 1432, 1454, 1461, au seigneur de Couhé, et de Miserit, le 15 juin 1443, au château de Civray (Archives Nationales P. 520, 19).
D'après le nobiliaire du Limousin, sa succession fut partagée le 10 juin 1483 entre 6 enfants, mais il en avait eu d'autres qui étaient sans doute décédés à cette époque.
Il épousa vers 1430, Marguerite Janvre de la Bouchetière, fille de Jean V, écuyer, seigneur de la Bouchetière, et de Marguerite Chenin.
Ils eurent pour enfants :
  1) François, qui suit.
2) Aubert, qui fera la première branche de Magné.
3) Marie, qui épousa vers 1460, Jean de Vaux, écuyer, seigneur de Rouffiac. Celui-ci fit aveu, à cause de sa femme, au château de Civray, le 16 mai 1474, pour le fief de Miserit (Archives Nationales P. 521, 20).
Elle en était veuve en 1492.
4) Jeanne, qui épousa Fouquet Brun. Il fit aveu de Mirbazin, comme tuteur de son fils, en 1481.
5) Perrine, alias Perrette, qui fut mentionnée dans le partage de 1483 (Nobiliaire du Limousin).
Dame du Vivier-Estrain, elle épousa en premières noces, vers 1480, Henri de Lestang, écuyer, seigneur de Longré, qui fit aveu de Vieilleville (Melleran - Deux-Sèvres), le 24 juin 1506 (Archives Nationales P. 521, 187). Elle lui apporta en dot le Vivier-Estrain.
(*2) Avant le 7 février 1512, Jean Le Roux et Nollet Falaise rétrocèdèrent à Perrette Corgnol les droits qu'il avaient acquis de son mari sur le prieuré de Pioussay. Elle percevait les dîmes à Pioussay et à Lugée (Pioussay), et en rendit aveu au seigneur dudit lieu, Jean de Rambures, en 1536.
Elle épousa ensuite en secondes noces, Jean de Saint-Martin, écuyer, seigneur de la Moujatière, qui fit à son tour aveu de la Vieilleville à Civray, le 9 septembre 1527 (P. 521, 189).
(*2) En 1543, elle donna tous ses biens à son fils Antoine et à sa femme, à charge pour eux de "bien et convenablement servir la donatrice après son décès et de faire exécuter son testament".
6) Marguerite, qui épousa le 23 janvier 1468 (Louis Migault, notaire à Ruffec), Jean Bremond, écuyer, seigneur d'Ars. Il fit aveu pour le fief de Miserit, à Civray, le 15 mai 1474 (P. 521, 19).
Dans le contrat de mariage il est dit : "... Marguerite CORGNOL...issue du côté paternel de la noble et ancienne famille des CORGNOL, connue en Angoumois depuis Lambert CORGNOL, chevalier, vivant à la fin du Xème siècle, et dont la fille Agnès CORGNOL épousa en l'an 1020, Pierre, sire de Jarnac".
7) Lancelot, écuyer, seigneur de Villefréart, Miserit.
Il fit aveu de ce dernier fief à Civray, le 30 novembre 1491, comme ayant cession de son beau-frère Jean Bremond (P.521, 24).
Il obtint, en 1485, des lettres de rémission, pour avoir tué, en se défendant, Macé Chesneau, son ancien domestique, qui l'avait attaqué. Dans cette pièce, il était dit gentilhomme de toutes lignes et d'ancienne chevalerie (Archives Nationales J. 210, page 116).
Il épousa vers 1470, Julienne Bremond, fille de Pierre, écuyer, seigneur d'Ars, et de Jeanne de Livron.
Beauchet et Filleau donnent pour enfants :
 

a) Jean, qui fit aveu de Miserit le 15 février 1502 (P. 521, 22). Il décéda peu après.
b) Catherine, qui épousa Jean de Toutessans, écuyer, qui fit aveu de Miserit, le 24 juin 1506 (P.521, 23).
Elle n'eut pas d'enfant, et sa succession fut partagée le 7 août 1521 (Généalogie Bremond d'Ars).

8) Collin, écuyer, seigneur de Châtillon sur Dive, et de Fontenille.
Il fut cosignataire le 10 octobre 1514, du "Procès-verbal de l'Arrêt des Coutumes d'Angoumois".
Il épousa Marie de Massougne, et eut pour fille :
  1) Marie, dame de Châtillon, qui épousa le 18 mai 1486 (ou 1496), Ithier de La Porte, écuyer, seigneur de la Vallade (Généalogie de La Porte-Lusignac).
Il fit reconstruite en partie Châtillon, où l'on peut voir ses armes accolées à celles des CORGNOL (Brouillet, indicateur archéologique de Civray).

XVIII) CORGNOL François, écuyer, seigneur de Tessé. Il naquit en 1430.
Il servit dans les guerres du règne de Charles VII, dès l'âge de 19 ans, à la suite de Joachim de Volvire, chevalier, seigneur baron de Ruffec, était l'écuyer, et le maître d'hôtel. (responsable des chevaux et des repas).
En 1454, étant âgé de 24 ans, il obtint des lettres de rémission pour s'être battu avec des vassaux du seigneur de Ruffec (Archives Nationales J. 191, page 112).
Il partagea la succession de son père le 17 juin 1483.
Il épousa vers 1460, Jeanne de Leigne, qui étant veuve, fit donation à ses enfants, le 7 octobre 1488.
Seul, le nom de l'aîné est connu :

XIX) CORGNOL Jean III, écuyer, seigneur de Tessé.
Il fit hommage de Tessé, le 12 novembre 1492, à Louis de Barbezieres, écuyer, seigneur de Montigné (Confirmation de noblesse par Maupéou).
Avec sa femme, il vendit un domaine, le 20 novembre 1498.
Il décéda le 26 décembre 1502. Ses enfants partagèrent sa succession, le 28 octobre 1533. (Nobiliaire du Limousin).
Il épousa vers 1490, Simonne de Barro, et en eut pour enfants :
  1) Pierre, qui suit.
2) François, qui fera la branche de Tessé.
3) Jean, qui décéda en 1503.
3) Philippe, qui fera la seconde branche de Magné.
4) Bertrande, qui épousa vers 1530, Marin Boilève, écuyer, seigneur de la Constantinière.
Elle était veuve en 1537, et fit aveu de Féolles, à Lusignan (P. 556, 232).
Elle eut un procès vers 1540, pour des rentes à la Constantinière, contre le Chapitre Saint-Hilaire le Grand (Archives de la Vienne, G. 979).
Ils eurent pour enfant :
  a) Renée, qui épousa en 1550 Louis CORGNOL, son cousin, fils de Pierre.

XX) CORGNOL Pierre II, écuyer, seigneur de Beauregard. (Ebréon)
Il partagea avec ses frères, le 20 octobre 1533.
Il épousa en 1530, Françoise de Massougnes, fille de Bertrand, écuyer, seigneur de Beauregard.
De cette union naquit :

XXI) CORGNOL Louis II, écuyer, seigneur de Beauregard.
Il fit un procès à son cousin Antoine CORGNOL, écuyer, seigneur de Tessé, en 1578.
Il épousa en premières noces vers 1550, Renée Boislève, fille de Marin, écuyer, seigneur de la Constantinière, et de Bertrande CORGNOL.
En son nom, il fit aveu à Civray, le 11 avril 1562, pour le fief de la Porte Niortaise (Archives de la Vienne).
De cette union naquirent :
  1) François, qui décéda jeune, sans postérité.
2) Marguerite, qui épousa Léon Sapinaud, écuyer, seigneur de Fayolle.
Louis épousa en secondes noces, le 24 juin 1560, Jeanne Sapinaud, fille de N., écuyer, seigneur de Fayolle (Saint-Saviol - Vienne).
Ils eurent pour enfants :
  3) Philippe, qui suit.
4) Marie, qui fut religieuse à l'abbaye de Saintes.
5) Pierre.
6) Renée.
7) Isabeau.

XXII) CORGNOL Philippe Ier, écuyer, seigneur de Beauregard, capitaine d'infanterie.
Il produisit ses titres de noblesse à Angoulême, en 1592.
Il épousa en premières noces en 1578, N. CORGNOL, fille de Louis, écuyer, seigneur de Magné (Branche de Magné). Elle décéda sans lui laisser de postérité.
Il épousa alors en secondes noces, le 30 juillet 1595, Louise de Mas, fille de Martial, écuyer, seigneur de Ligné, et de Gabrielle de Volvire.
De cette union naquirent :
  1) Charles, qui fera la branche de Beauregard.
2) Isaac, qui suit.
3) Marie-Jeannine, qui fut religieuse.
4) Renée, également religieuse.

XXIII) CORGNOL Isaac, né en 1604, écuyer, seigneur de Glanges, du Bois.
Il demeurait à la Motte en 1645.
Il épousa le 26 juin 1630, Marie de Lubersac, fille de Charles Ier (décédé le 29 novembre 1649), seigneur de Glanges et de Fougères, et de Jeanne de Lasteyrie du Saillant.
Il donna procuration à son fils Philippe, le 26 juin 1676 (Cladier, notaire) (Archives de la Charente).
Ils eurent pour enfant :

XXIV) CORGNOL Philippe II, écuyer, seigneur de Glanges et de Fougères.
Il fut chargé de représenter son père, en 1676. Il était alors seigneur de Fougères, et demeurait aux Touches (Anais).
Il passa un acte le Ier mai 1692, devant Fumeau, notaire à Montignac.
Il décéda à Jauldes, le 19 septembre 1690.
Il avait épousé le 21 juillet 1671, Charlotte de Martineau, fille de Nicolas, écuyer, seigneur de la Touche, de la Barrière, et de Jeanne de La Farge.
De cette union naquit :

XXV) CORGNOL Issac-François, écuyer, seigneur de la Touche et de Glanges.
Il épousa en premières noces le 10 décembre 1698, Renée CORGNOL, fille de Philippe, écuyer, seigneur de Tessé, de Beauregard, et de Charlotte de Martin (Branche de Beauregard).
De cette union naquirent :
  1) Louis, qui suit.
2) Philippe, écuyer, seigneur de Glanges, chez Sillac.
Il fut témoin en 1749, au mariage de Philippe Vigier, écuyer, seigneur de la Pile.
3) Marie-Charlotte, qui fut baptisée à Anais, le 6 février 1700.
Isaac-François épousa en secondes noces le 11 juillet 1727, Marguerite Guy, fille de Pierre, procureur à Angoulême, et de Marie Lasnier.
Ils eurent pour enfant :
  4) Marguerite, qui épousa Florent de Raymond, sieur de Peyrat. Ils firent une vente de divers domaines, le 12 mai 1680.
Isaac-François décéda le 23 avril 1738.

(*) XXVI) CORGNOL Louis III, né le 2 août 1701, écuyer, seigneur de la Touche, d'Anais, de Sillac, de Fougère, et de Rochebertier (Vilhonneur).
Il eut un procès le 28 juillet 1784, contre Louis Pasquet, écuyer, seigneur de Randon (Archives de la Charente, Mallot, notaire).
Il épousa le 16 février 1734, Suzanne Pasquet du Randon (née en 1708 et décédée le 16 septembre 1768), fille de Jacob, écuyer, seigneur de Rochebertier, et de Anne Bernon.
De cette union naquirent :
  1) Louis, qui suit.
2) N., qui habitait La Rochefoucauld. Il y fut enterré.
3) Marianne, qui fut religieuse à Ruffec.
4) Marie, qui habitait la Touche. Elle décéda le 28 mars 1816 à Vilhonneur.
Elle avait épousé Elie de Guimard.
5) Suzanne, qui habitait Sillac. Elle fut enterrée à Saint-Ausonne.
Il décéda le 10 octobre 1752.

XXVII) de CORGNOL Louis IV, marquis de Rochebertier (1778), seigneur de la Touche, Fougère, Sillac, Rochebertier.
Il naquit le 17 février 1740, et décéda le 14 avril 1785, d'un coup de pied de cheval.
Il épousa le 25 janvier 1764, Marie-Rose Grant de Luxolière (décédée le 12 juin 1828), fille de Guy, chevalier, seigneur de la Brousse, de Bellussière, et de Marie-Thérèse de Restier de Lavaure.
En 1789, étant veuve, elle représenta le fief de la Touche au ban de la noblesse d'Angoumois, pour son fils Jean-Guy, encore mineur.
De cette union naquirent :
  1) Jean-Guy, qui suit.
2) Annette, qui épousa N. de Labatut, demeurant à l'Isle d'Espagnac.
3) (*3) Suzanne (Sophie), née le 19 juin 1772. Elle épousa à Vilhonneur le 4 février 1797 (16 Pluviôse An V) , Julien René de Ruffray (1770-1841), fils de Jean et de Françoise de Livron, demeurant à la Forge de Rancogne. Elle décéda le 13 août 1867.
4) (*3) Madeleine-Rosalie, née le 6 août 1773. Elle épousa à Vilhonneur le 7 novembre 1803 (15 Brumaire An XII) Pierre Duchassaing de Ratevoult (né le 20 avril 1771), fils de Joseph et de Catherine Combealbert.
5) Marie-Julie, née en 1776. Elle épousa le 9 septembre 1805, à Confolens, Joseph Duboys de La Vigerie, fils de Jean et de Louise Dutriou.
Elle décéda en 1856.
6) Suzanne-Elisabeth, née en 1780. Elle épousa N. Barraud de Lapecherie (né en 1764 et décédé en 1855), capitaine demeurant à Montbron.
Ils n'eurent pas de postérité. Elle décéda en 1860.

XXVIII) de CORGNOL Jean-Guy, marquis de Rochebertier, chevalier de l'Ordre de Saint-Louis (le 29 novembre 1815).
Il naquit le 21 juillet 1769 et fut baptisé à Anais le 24.
Il émigra dès la fin de 1789 et se trouva à Munster le 22 avril 1792. Cette année là, il faisait partie des effectifs de la deuxième compagnie d'infanterie des gentilshommes de Saintonge, Angoumois et Aunis.
Le 31 janvier 1794, il rejoignit l'armée du prince de Condé dans la compagnie n° 9 des chasseurs nobles, et participa aux campagnes de 1794 à 1800.
Il suivit l'armée en Russie et obtint du Roi le brevet de sous-lieutenant.
Il fut amnistié le 22 thermidor an X, et était toujours en surveillance à Vilhonneur en Messidor an XIII (Référence : L'émigration militaire, Jean Pinasseau, Paris 1971).
Il épousa le 26 décembre 1802, Marie-Jeanne-Julie Labrousse de Mirebeau, (née à Teyjat - Dordogne, le 27 avril 1776, et décédée à Vilhonneur le 17 novembre 1828), fille de François, (1732-1802), écuyer, seigneur de Veaubrunet, garde du corps du Roi; et de Anne Favret du Pommeau (décédée en 1802).
Il décéda à Vilhonneur le 12 octobre 1829.
De son union avec Marie Jeanne Julie, naquirent :
  1) Marie-Rose-Octavie, née le 28 août 1803, dame de Rochebertier. Elle décéda le 15 octobre 1882, sans postérité.
2) Marie-Mathilde, née le 28 août 1803, soeur jumelle de la précédente.
Elle épousa le 28 janvier 1829 Marcelin Perrot (3/11/1797 - 22/4/1858). Elle décéda le 24 décembre 1894, sans postérité.
3) Marie-Victoire, née le 4 mai 1805. Elle épousa le 9 janvier 1826 Pierre Florestan Duburguet, médecin à Montbron.
Elle décéda le 20 août 1827, sans postérité.
4) Suzanne-Albine, née le 19 septembre 1806. Elle épousa le 23 avril 1833 Martial-François du Mosnard, et habita Confolens.
Elle décéda le 20 décembre 1844.
5) Anne-Anette, née le 12 mai 1808. Elle épousa le 2 septembre 1834, Gustave-Philibert de Lagrange (décédé en 1871), à Aubeterre.
Elle décéda le 5 septembre 1892.
6) Marie-Laure, né le Ier novembre 1810. Elle épousa le 5 février 1839 Philippe-Pierre Philibert (décédé en 1849), à Segonzac.
Elle décéda le 24 mai 1866, sans postérité.
7) Marie-Amélie, née le 19 juin 1812. Elle était aveugle, et resta célibataire. Elle décéda en 1901.
8) Marie-Jeanne-Julie, qui suit.
9) Marie-Anne, dit Anna, née le 7 janvier 1816. Elle épousa le 2 juin 1840 Joseph Duboys de La Vigerie, receveur des contributions indirectes.
Elle décéda le 20 avril 1885.
10) Suzanne-Elisabeth-Léa, née le 12 août 1817. Elle épousa le 22 mars 1841 Henri Moreau, avocat à Cognac.
Elle décéda en 1879.

XXIX) de CORGNOL Marie-Jeanne-Julie, né le 2 mai 1814, dame de Veaubrunet et de Rochebertier.
Elle se conforma à la "Coutume d'Angoumois" qui "Contre la disposition du Droit Commun.....reçoit les filles à la succession & partage des fiefs.....& prendre le droit d’aînesse à faute de mâle "
Elle épousa le 2 mai 1838 Pierre-Jeantty (alias Gentil) Perrot (né le 15 janvier 1798, et décédé en 1865), conseiller municipal de Vilhonneur, fils de Bertrand et de Jeanne Delmas Marsalet. (Pierre Gentil était frère de Marcellin, époux de Marie Mathilde, soeur de Julie).
Elle fut marraine de la cloche de Vilhonneur (Cloche fondue en 1850). Le parrain fut Pierre Dutartre-Boisjoly, conseiller municipal.
Elle décéda le Ier févier 1892, ayant eu pour enfants :
  1) Pierre-Léon, né en 1839. Il épousa en avril 1861, sa cousine Marie Duchassaing de Ratevoult, petite-fille de Madeleine-Rosalie de CORGNOL.
2) Pierre-Alfred, qui suit.

XXX) PERROT de CORGNOL Pierre-Alfred, né le 21 août 1843, sire de Rochebertier. Il décéda le 21 novembre 1881.
Il épousa Marie-Mathilde Bon, fille de Camille et de Eugénie Bardonnaud.
Ils eurent pour enfant :

XXXI) PERROT de CORGNOL Raymond, né le 19 avril 1881, sire de Rochebertier. Il décéda le 14 octobre 1928.
Il épousa Marie-Germaine Chatard (née le 6 novembre 1884, et décédée le 27 mai 1980), fille d'André et de Marie-Odette Barbot d'Hauteclaire.
De cette union naquirent :
  1) Patrice, qui suit.
2) André.

XXXII) PERROT de CORGNOL Patrice, né le 22 avril 1910.
Il fut fait chevalier de la Légion d'Honneur le 3 mars 1954, et eut la Croix de Guerre 1939-1945.
Il épousa le 18 juin 1942 Simone Lacourte (née le 5 avril 1924, et décédée le 24 janvier 2002), fille de Lucien, officier de la Légion d'Honneur, Croix de Guerre 1914-1918, 1935-1945.
Il décéda à Paris le 25 octobre 2000, et fut inhumé à Massignac (Charente), ainsi que sa femme.
Ils eurent pour enfant :

XXXIII) PERROT de CORGNOL Christian, né le 2 juin 1943, à Paris XVème.

Première branche de MAGNÉ :
XVIII) CORGNOL Aubert, écuyer, seigneur de Magné (Courcôme), du Montet (Saint-Gaudent - Vienne), Puy de Brux (Brux - Vienne), Parc de Chaunay, Portail de Sigogne, etc...
Il fit un hommage à Chizé et un aveu à Civray en 1466.
Il partagea avec ses frères et soeurs le 10 juin 1483 (Nobiliaire du Limousin).
Il fit hommage au château de Chizé en 1466 et en 1489, pour les fiefs du Portail et du Four de Sigogne (Archives Nationales P. 520, 33 et 40).
Il rendit aveu au château de Civray, à cause de sa femme, pour Puy de Brux, et le Parc de Chaunay, les 15 octobre 1466 et 26 juillet 1473; et du Montet, le 6 juin 1471.
Il renouvela ces aveux comme tuteur de ses enfants, le 20 mai 1474 (Archives Nationales, P. 521, 190-192, et 522, 80-84).
Il fut encore mentionné dans un aveu de 1501, fait par le seigneur de Ruffec (D. F. 82, titres Beauchamp). Cependant, il devait être décédé à cette date.
Il épousa en 1460 Catherine Merlet, fille d'Alain, écuyer, seigneur de Magné, et de N. Bergier du Montet.
De cette union naquirent :
  1) Jean, qui suit.
2) Collin, écuyer, seigneur de Fontenilles. Il épousa Jacquette Bertrand, veuve de Jean Rabaine, seigneur d'Usson.
3) Mathurine, qui épousa Méry de Thoirac. Il décéda en 1503. Elle fit aveu de Saint-Constant au château d'Aunay (Archives Nationales P. 556, 241).
4) Marie, qui épousa Guyot Brun, écuyer, seigneur de la Forêt Mériguet. Ils firent un aveu à Civray le 9 octobre 1501.
Etant veuve, elle échangea Puy de Brux, pour la Barre, cédée par Guy Faubert, écuyer, seigneur d'Oye, le 9 juin 1524.

XIX) CORGNOL Jean, écuyer, seigneur de Magné, du Montet, etc..
Il fit aveu à Civray le 27 septembre 1501.(P. 521, 193, jadis scellé de ses armes).
D'après d'autres notes, il fit aveu du Montet dès le 8 février 1498 (Archives de la Vienne).
Le 4 avril 1514, il acquit des terres vendues par Jacques de Bessac, écuyer, par acte passé à Civray.
le 7 mai 1518, il reçut le paiement d'une rente de 8 livres due par le sieur de Miserit.
Il décéda en 1518.
De son mariage en 1483, avec Catherine de l'Age, fille de Jean, écuyer, et d'Isabeau de La Porte, il eut pour enfant :

XX) CORGNOL Louis, écuyer, seigneur de Magné, du Montet, etc..
Il fit aveu à Civray le 20 novembre 1519.
Il fut mentionné dans les titres de Courcôme, comme ayant été poursuivi à cause de divers actes de violence, vers 1540-1546. (Archives de la Vienne, G. 795).
Il épousa en 1520 N., qui lui donna pour enfant :
  1) Catherine, qui épousa en premières noces, en 1540, Philippe CORGNOL, son cousin, qui fera la seconde branche de Magné.
Elle épousa ensuite en secondes noces le 15 janvier 1558, François de Beauchamp, écuyer, seigneur de Bussac et de Souvigné.

Seconde branche de MAGNÉ :
XX) CORGNOL Philippe, écuyer, seigneur de Magné et du Montet. Il décéda en 1557.
Il épousa en 1540 sa cousine Catherine CORGNOL, fille unique de Louis, de la première branche de Magné.
Ils eurent pour enfant :

XXI) CORGNOL Louis, écuyer, seigneur de Magné, et Montet, etc..
Il eut un procès en 1578, pour la chaussée du moulin de Magné à Courcôme (Archives de la Vienne, Saint-Hilaire, G. 797).
Il épousa en 1560 N. de Beauchamp, fille de François, écuyer, seigneur de Souvigné, et de Marie de Ponthieu.
De cette union naquirent :
  1) Isaac, qui suit.
2) N., qui épousa en 1578 Philippe CORGNOL, de la branche principale (XXII).
Il comparut pour son beau-père au procès du moulin de Magné.
Elle décéda sans postérité.

XXII) CORGNOL Isaac, écuyer, seigneur de Magné, Fontenilles, Guignebourg, du Montet, etc... Il décéda en 1615.
Il demanda au Roi, par requête du 5 août 1591, des lettres de rescision, au sujet d'un partage qu'il avait signé pendant sa minorité, le 10 septembre 1584, à l'instigation de François de Beauchamp, écuyer, seigneur de Souvigné, son aïeul maternel, en faveur d'une fille née du second mariage contracté par ledit Souvigné avec Catherine CORGNOL, aïeule paternelle d'Isaac (D. F. 82 Beauchamp).
Il fit divers aveux les 22 février 1598, 14 mars 1609, et 7 décembre 1611.
Il épousa en 1590 Renée d'Alloue, dame de Bourbon, fille de René, écuyer, seigneur de Chestellus, et de Florence de Barbezières.
De cette union naquirent :
  1) Philippe, qui suit.
2) Florence, qui épousa par contrat du 2 mai 1622, Etienne de Barbezières, écuyer, seigneur de Montigné.
3) Jacquette, qui épousa le 16 avril 1617 François du Mas, écuyer, seigneur de Roussillon.
4) François.

XXIII) CORGNOL Philippe, écuyer, seigneur de Magné (Courcôme).
Il fit aveu en 1618 et 1630 pour Fontenilles.
Il fit accord conjointement avec sa soeur Florence, le 4 décembre 1623, au sujet des dettes de la succession de leur père.
Il céda le Montet à Charles Desmier, écuyer, seigneur des Fenêtres (Charmé).
D'une alliance inconnue, (Beauchet et Filleau disent qu'il épousa vers 1630, Emerie de Morel (qui se remaria en 1634, avec Louis Fumée, écuyer, seigneur de la Bazinière).
Il eut au moins :
  1) Henry, qui suit.
2) Marguerite, qui épousa le 31 janvier 1656, paroisse Saint-Antonin d'Angoulême, Louis de Barbezières, écuyer, seigneur de Montigné, Villesion et autres places, fils d'Etienne, chevalier, seigneur de Montigné, et de Fleurence Corgnol (fille de d'Isaac, seigneur de Maigné, et de Renée d'Alloue).
Elle eut deux enfants : Antoine et Charles.
(Bernard BORDIER et Christian RIMBAUD).
3) Suzanne, qui épousa Jean Bajol (alias Bajot).

XXIV) CORGNOL Henri, chevalier, seigneur de Magné, Fontenilles. Il décéda en 1675.
Il fut parrain à Nanclars, le 23 décembre 1646.
Il passa un acte le 5 octobre 1663, devant Renaud et Gurat, notaires (Archives de la Charente).
Il épousa à Saint-Martial d'Angoulême, le 13 février 1651 (Nobiliaire du Limousin), Marguerite Normand, fille de François, écuyer, seigneur de Puygrelier, et de Marie Aigron. Devenue veuve, elle transigea avec ses filles et leurs maris, le 18 novembre 1675 (Archives de la Charente E. 998).
Ils eurent pour enfants :
  1) Emerie, dame de Magné, qui épousa le 7 mars 1666 (Marreau, notaire à Juillé), Henri de Volvire, chevalier, seigneur du Vivier et de Touchabran.
2) Madeleine, qui épousa Antoine du Souchet (décédé en 1713), écuyer, seigneur du Villard. Elle en était veuve, le 15 avril 1713 (Archives de la Charente E. 1051).

Branche de TESSÉ :
XX) CORGNOL François, écuyer, seigneur de Tessé.Il épousa en 1534 Charlotte Turpin, fille de Jacques, écuyer, seigneur de Jouhé, et de Françoise de La Lande.
Ils eurent pour enfants, au moins :

XXI) CORGNOL Antoine, écuyer, seigneur de la Forêt de Tessé.
Il eut un procès en 1578, contre Louis CORGNOL, écuyer, seigneur de Beauregard, son cousin (Archives de la Charente), et en 1597, contre Lucien de Vessac, écuyer, seigneur de la Forêt de Tessé.
Il épousa en premières noces, en 1650, Suzanne Goulard, fille de François, écuyer, seigneur du Breuil-Millon, et de Valère Brun.
De cette union naquirent :
  1) Louis, qui suit.
Antoine épousa en secondes noces en 1580, Jeanne de Parthenay, veuve de Louis Hériard, écuyer, seigneur de Bramefand (Paizay-Naudouin), et fille de Jean, écuyer, seigneur de Maisonnay, l'Orberie.
Il vendit avec elle, les domaines de l'Orberie (Rom - Deux-Sèvres), le 27 décembre 1589 (Inventaire de Couhé).

XXII) CORGNOL Louis, écuyer, seigneur de Tessé et de la Chapelle.
Il vendit Tessé en 1634, à son cousin Charles CORGNOL, de la branche de Beauregard.
Il épousa Adrienne Desmier, et décéda sans postérité.

Branche de BEAUREGARD ((*2) métairie au Vivier de Longré):
XXIII) CORGNOL Charles, écuyer, seigneur de Beauregard, de Tessé qui 'il acheta en 1634 à son cousin Louis CORGNOL, de la branche de Tessé.
Il fut capitaine de 30 carabins.
Il fut convoqué au ban de la noblesse d'Angoumois en 1635, mais ne s'y présenta pas. (Théophile de Bremond, Rôles, 60).
Il assista le 18 février 1624, au contrat de mariage de Jacques du Rousseau, écuyer, seigneur de la Forêt, avec Jeanne Sapinaud, passé à Fayolle.
Il épousa le 6 février 1623, ou 1625, Charlotte du Rousseau, fille de Julien, écuyer, seigneur de Ferrières, et de Claude Audouin.
De cette union naquirent :
  1) Philippe, qui suit.
2) Jean, écuyer, seigneur de Beauregard, qui fut capitaine au régiment d'Hocquincourt.
3) Florence.
4) Catherine.
5) Marie.
Elle signèrent, toutes les trois, le 23 décembre 1647, à Tessé, la ratification du contrat de mariage de Philippe (Archives de la Charente, Gibaud, notaire).
6) Renée, qui était mineure sous la curatelle de son frère, en 1671.

XXIV) CORGNOL Philippe, écuyer, seigneur de Beauregard, de Tessé.
Il demeurait paroisse d'Ebréon quand il fit ses preuves de noblesse le 14 août 1666, auprès de Beury d'Aguesseau, chevalier chargé de la "Vérification des titres de noblesse dans la généralité de Limoges, élection de Saintes".
Il obtint un arrêt de la cour des aides de Paris, le 10 juillet 1665 (Clairambault).
Dans un procès en 1671, contre M. Abraham Gilbert, ministre, il était dit héritier de ses frères et soeurs, et curateur de sa soeur Renée (Archives de la Charente).
Il épousa le 30 décembre 1647 Charlotte de Martin, fille de Gabriel, écuyer, seigneur de Chateauroy, et de Martiale de Villoutreix.
De cette union naquirent :
  1) Louis, qui suit.
2) Louise, qui épousa Louis Regnaud, écuyer, seigneur de Villognon, dont les enfants furent sous la curatelle de Philippe CORGNOL , leur aïeul, le 6 janvier 1682 (Archives de la Charente E. 1011).
3) Renée, qui épousa le 10 décembre 1698, son cousin Isaac-François CORGNOL, écuyer, seigneur de la Touche, de Glanges, fils de Philippe et de Charlotte de Martineau (XXV).
4) Philippe, qui fut moine de l'abbaye de Nanteuil en Vallée, puis prieur de Saint-Hilaire de Voulesme en 1695, prieur de Champdolent en 1698, et prieur d'Aizec. Il résigna le 23 décembre 1716, le prieuré de Notre-Dame de Champdolent, diocèse de Saintes (Archives de la Charente, E. 1064).

XXV) CORGNOL Louis, chevalier, seigneur de Tessé, Beauregard.
Il épousa en premières noces N., qui lui donna pour enfant :
  1) Louis-Jacques, qui suit.
Louis épousa ensuite en secondes noces le 8 août 1701, Marie Caillot.
De cette union naquirent :
  2) peut-être Madeleine, baptisée à Ruffec, le 28 janvier 1707.
3) François, qui fut religieux à l'abbaye de Nanteuil en vallée en 1750, puis prieur de Vieux-Ruffec en 1762.
4) Jacques-Philippe, qui devint curé de Limalonges en 1769. Le 6 octobre 1769, il intenta un procès devant le siège de Civray, contre Gabriel Gourjault, écuyer, seigneur d'Aubanie, qu'il accusait de divers actes de violence (Greffe de Civray).

XXVI) CORGNOL Louis-Jacques, chevalier, seigneur de Tessé, Couturette (Saint-Martin - Deux-Sèvres), Beauregard, Ebréon, Romazières, Beaupuy, Fleury, etc...
Il épousa Françoise de Ponthieu, dame de Beaupuy.
Il fut nommé légataire de Louise Catherine de Ponthieu, par testament olographe, du 15 décembre 1752.
Il reçut diverses déclarations, le 28 novembre 1756 (Greffe de Chef-Boutonne).
Il passa un bail, le 3 juin 1771, comme donataire de sa femme.
Il décéda sans postérité.


(*1) précisions généalogiques de M. Christian de CORGNOL. qui m'a fournie gracieusement la majeure partie de cette généalogie.
Cette généalogie a été publiée dans le volume 42 n°4 hiver 1991 des "Mémoires de la Société Généalogique Canadienne Française", et a été élaborée aux sources suivantes :
- Archives Bremond d’Ars.
- Archives Barbezières.
- Archives de la Charente:E.737-E.954-E.971-E.998-E.1011-E.1051 E.1064-E.1107-
E.1469-E.1514-
- Archives de la Vienne:G.795-G.797-G.800-G.803-G.804-G.979-
- Archives Duboys de la Vigerie.
- Archives familiales, preuves pour la Maison Royale de l'Enfant Jésus (03/07/1788).
- Archives La Porte-Luzignac.
- Archives Lapeyre de Bellair
- Archives de l'Ordre de la Légion d'Honneur.
- Archives PREVOST, preuves pour St-Cyr, (d'Hozier).
- Archives du MAS, preuves pour St Cyr, (Cab.titres,307).
- Archives Nationales: J.191,P.112-J.210,P.116-P.114,68-P.518,108 P.520,33,40-
P.521,19,20,22,23,24,187,189,190,192,193,194-P.522,80,84,85-
P.556,232,241-P.1144,44,52,68-
- Invent. de Couhé-St Hilaire, G.797-
- Archives Ponthieu.
- Archives Sansac.
- Beauchet-Filleau, "Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou".
- Boissonade P., "Histoire de Poitou", Boivin, Paris, 1915.
- British Library (Add. 17 316).
- Bureau P. " Les émigrés charentais ", Pulim, Limoges, 2003.
- Callandreau M., "L'Ordre de la Noblesse d'Angoumois aux Etats Provinciaux de 1789",
p.302, Cognac (1911).
- Chevalier J.F.,"Cartulaire de l'Abbaye de St Pierre de Cellefrouin (XI°,XII°), Ruffec, 1938,
p.20,21,86,87.
- Clairambault, "Recueil sur la noblesse d'Angoumois"
- Corlieu F. (de), "Receuil en forme d'histoire de ce qui se treuve par escrit de la ville et des
comtes d'Angovlesme", p.21,23,25, Angoulême, 1629.
- Corgnol C. (de), "Sur l'ancienneté de la famille de Corgnol", Mémoires de la Société
Généalogique Canadienne-Française, Vol.40 n°2, été 1989.
" "Une famille charentaise, généalogie de la famille de Corgnol", Mémoires
de la Société Généalogique Canadienne-Française, , P.138-141 et Vol.42
n°4, hiver 1991, p.257-268, Montréal.
- Coustures Simon (des), "Nobiliaire de la Généralité de Limoges", Ducourtieux, Limoges,
1901.
- "Les Coutumes du pais et duche d'Angoumois", Angoulême, 1720.
- Debord A., "Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Amant-de-Boixe", Oudin-Beaulu, Poitiers,
1982.
- Debord A., "La société laïque dans la Charente du XI°,XII° siècle", Picard, 1984.
- Decourtieux P. "Histoire de Limoges", Decourtieux, Limoges, 1925.
- Dylon M., "Les royaumes celtiques", p.27,29.
- Gervais, "Histoire de l'Angoumois",
- Hozier Charles (d'), "Armorial Général de la France" Moreau de Pravieux, Dijon, 1895.
- Jouglas de Morénas, "Grand Armorial de France".
- La Martiniére J. de, "Cartulaire du prieur‚ de Notre-Dame de Barbezieux (1060-1379)",
p.21,22,74,75,86,87,88, La Rochelle1912.
- Le Chevalier J., "Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Pierre de Cellefrouin XI°-XII° siécle",
Ruffec, 1936.
- Lefranq Paul, "Cartulaire de l'abbaye de St Cybard", p.37,100,101,118,119,121,122,123,
146,147,159,160,169, Angoulême, 1930.
- Martin-Buchet, "Historique des communes de la Charente".
- Martin-Civat P., "Les seigneuries de Cognac, Jarnac et Merpins, dans l'empire Anglo-
Angevin au XII°et XIII° siècles", Cognac, 1957.
- Marvaud M.F., "Etudes historiques sur l'Angoumois", p.122
- Nadaud J., "Nobiliaire du diocèse et de la généralité de Limoges", Palais Royal, Paris.
- Nanglard J., "Cartulaire de l'Eglise d'Angoulême", p.86,87,139 Angoulême, 1900.
- Pétiet R., "Armorial Poitevin", Niort, 1911.
- Pierron Y., "La Rochefoucauld au péril de Calvin", La Péruse, Ruffec.
- " "La Rochefoucauld au péril des Lumiéres", La Péruse, Ruffec, 1992.
- " "La Rochefoucauld au péril du bonnet rouge", La Péruse, Ruffec, 1994.
- " "La Rochefoucauld au péril des jacobins", La Péruse Ruffec, 1996.
- Pinasseau J., "L'émigration militaire", Picard, Paris 1971.
- Roy de Pierrefitte L., "Nobiliaire du diocése et de la généralité de Limoges", 1882.
- Tardoire P. de la, "Le Château de La Rochefoucauld", Bouchateau, La Rochefoucauld, 1934.
- Tesseron G. "La Charente sous Louis XIII", Coquemard, Angoulême
- " "La Charente sous Louis XIV", " "
- Thomas G., "Cartulaire des comtes de la Marche et d'Angoulême", S.A.H.C., Angoulême,
1934.
- Touzaud M.D., "La seigneurie de Magné", Angoulême, 1900.
- Vigier de la Pile, "Histoire de l'Angoumois", Paris, 1846.

(*) précisions généalogiques de M. Guy DUCHASSAING.
(*2) extrait de l'ouvrage de André DAVID : Aux confins de trois provinces, Longré.
(*3) complément généalogiques envoyés par M. Guy DUCHASSAING.
- Bernard BORDIER et Christian RIMBAUD : Généalogie de la famille de BARBEZIERES, publiée dans le bulletin de l'Association Généalogique de la Charente "La recherche généalogique en Charente".
retour vers le menu des mise à jourretour vers le sommaire