de CORLIEU

blason de la famille de Corlieu
De sinople au chevron d'argent, chargé de trois quintefeuilles de gueules.
Famille de l'Angoumois, originaire d'Angleterre (de l'évêché d'York), d'où elle serait venue en France pendant la guerre de cent ans.
Cette famille fut maintenue dans sa noblesse en 1598, par Marsillac et Benoît, commissaires départis.

I) (*) de CORLIEU Thomas (alias CURLEW Thomas, nom anglais francisé). Capitaine d'archers, il vint d'Angleterre, en 1417, en France à la suite du duc de Clarence, pour secourir Jean de Valois, comte d'Angoulême.
Avec sa compagnie, il s'empara du château de Gourville, qui appartenait à un connétable de France, et le garda jusqu'à la fin de la guerre. Il ne le rendit qu'à la condition qu'il en épouserait l'héritière, Perrotte Dufresne, d'Anjou. (alias du Fresne).
De cette alliance, il eut donc pour enfants :
  1) Mérigon.
2) Hélie, qui décéda sans postérité.
3) Jehan, qui suit.
4) autre Jehan, qui épousa Anne Guy. Ils eurent :
  a) Marguerite, qui épousa Thérot Desmier en 1477.
5) Guyot, qui le 22 mars 1459, céda tous les droits qu'il avait en Gourville à Jean, son frère aîné.

II) de CORLIEU Jean, écuyer, seigneur de la moitié de l'hôtel de Gourville.
Il épousa Lucrèce de Champlaisant, (du pays de la Marche), d'où :

III) de CORLIEU François, écuyer, seigneur de la Fenêtre qu'il acheta à la fin du XVème siècle de Jehan d'Aisse, (une cheminée porte les armes parti des CORLIEU et de Beaumont, et de CORLIEU et de Le Bascle), la Chaise (Vouthon), Rochereau, Chantoiseau (sur la Boëme), et les Ombrais.
écu d'alliance entre les de Corlieu et Beaumont
écu d'alliance entre les de Corlieu et les Le Bascle
Ecartelé au 1 et 4 de sinople au chevron d'argent chargé de trois quintefeuilles de gueules (qui est de Corlieu), au 2 et 3 d'argent au lion de gueules, armé, lampassé et couronné d'or (qui est de Beaumont).
Parti au 1 de sinople au chevron d'argent chargé de trois quintefeuilles de gueules (qui est de Corlieu), au 2 de sable à trois étoiles d'or, posées deux et un (qui est Le Bascle).
Il fut lieutenant général de la justice d'Angoumois de 1474 à 1512, échevin du corps de ville d'Angoulême à partir de 1498.
Dans un contrat daté du 5 août 1501, qualifié de lieutenant-général d'Angoumois, seigneur de la Fenêtre, il acquit le fief de Chantoiseau, appartenant au sieur Jean de Montaigu.
Il décéda en 1518.
Il avait épousé en premières noces N. de Beaumont, qui lui donna pour enfants :
  1) Robert, écuyer, seigneur de Rochereau (7 février 1533), la Chaise, la Fenêtre.
Il épousa Marguerite Guissarme, vers 1510, et eurent pour enfants :
  a) François, écuyer, seigneur de Puy Limousin en 1539, de la Fenêtre et du Rochereau en 1557.
Le 20 juin 1554, il fournit un aveu à Philibert Babou, évêque. Les confrontations furent soigneusement vérifiées sur le terrain en présence de plusieurs témoins qui étaient :"Guillaume Guillemeteau, sieur de Barbeblanche, 40 ans; Jean Caillet, marchand, 80 ans, demeurant au village de la Touche; Guillaume Parenteau, sergent de la juridiction de Rochereau, demeurant au village des Toussaints, âgé de 70 ans environ; Ambroise Trigeau, laboureur, demeurant au village des Ballues, 55 ans; Jean Veithon, laboureur, demeurant au village de la Bastille de ladite paroisse, âgé de 50 ans environ..."
Il fut conseiller du roi et président de la sénéchaussée d'Angoumois en 1557.
Il décéda avant 1574, ayant eu pour enfant, de N. :
  a1) Catherine qui épousa François de Ferrières. (Catherine de CORLIEU dans son testament du 16 décembre 1555, fait mention de Jean et de François de Ferrières, ses enfants). Son neveu François de Ferrières devint seigneur de la moitié de la terre de Rochereau.
b) Raymonde, qui épousa Joachim de La Croix, écuyer, seigneur de la Madeleine et des Brétinières.
c) Raphaël, écuyer, seigneur de Sigogne en 1561. Il fut plus tard seigneur de la Fenêtre et demeurait alors à La Rochefoucauld. Il fut aussi propriétaire d'une maison à Angoulême en 1579.
Il fut contrôleur des finances du Roi en la ville de Poitiers.
Il décéda peu après 1581.
2) Claude. Il fut chanoine d'Angoulême de 1506 à 1526.
3) Raymond. Il fut aussi chanoine d'Angoulême dès 1500, puis curé de Saint-Même.
4) Jean, écuyer, seigneur de Chantoiseau, qui suit.
5) autre Jean, qui fut enseigne dans la compagnie de Monsieur de Nevers.
6) Pierre, écuyer, seigneur de Chantegrelet, demeurant à Marsac en 1520.
Il épousa Florence de Chadurie, demeurant à Angoulême.
De cette union naquit :
  a) Suzanne, qui épousa par contrat du 25 décembre 1585, (passé devant Simmonet et Filianne, notaires), Michel Louis de Lesval, seigneur de Lesval et de la Perratière, gendarme de la compagnie d'Ordonnance du roi en 1586, commandant au château d'Archiac, fils de Michel et de Marie de Clérembault. (Badier - Dictionnaire de la noblesse).
François épousa en secondes noces vers 1504 Marguerite Loubet, veuve de Claude de Guissarme. (Elle devait être fille de Pierre, licencié-es-lois, lieutenant du sénéchal d'Angoumois, François Bouchard d'Aubeterre, en 1481).
De cette union naquit :
  7) Joachim, écuyer, seigneur des Ombrais.
Il fut avocat au parlement, et plaida la cause des chanoines d'Angoulême contre les habitants de plusieurs paroisses, au sujet de 8 deniers par feu, qui étaient demandés pour le vin qu'on présentait après la communion tous les jours de Paques.
Il épousa le 20 octobre 1540 Marguerite Ruze, fille de Jean et de Geneviève Brinon.
Ils eurent pour enfants :
  a) Marguerite, qui épousa Antoine Rouault, écuyer, seigneur de la Mothe, sans doute fils de François, avocat au présidial d'Angoulême, et maire de cette ville.
b) Anne, née le Ier septembre 1544, dame des Ombrais. Elle eut le Fenêtre en héritage de son cousin Raphaël.
Elle épousa en premières noces le 3 mai 1568 Louis Le Bascle, écuyer, seigneur de Seurans, gouverneur du château de Chinon.
Il décéda avant mai 1569, et n'eurent pas d'enfants.
Elle épousa alors en secondes noces le 6 février 1581 son cousin Aimery de La Croix, écuyer, seigneur de la Carte, fils de Joachim.
En 1573, elle fit établir un terrier concernant l'ensemble des possessions du fief. Par son mariage avec Aimery de La Croix, elle porta en dot le fief des Ombrais (Saint-Projet), de la Chaise (Vouthon), et de la Fenêtre (Saint-Sornin).
c) Madeleine, née posthume le 8 novembre 1552.

IV) de CORLIEU Jean, écuyer, seigneur de Rocheraud, Chantoiseau et de la Vergne.
Il fut avocat du Roi au siège présidial d'Angoumois.
Il rendit hommage le 17 janvier 1518 à Mathurine Acarie, dame de Puy de Nelle, pour son fief de Chantoiseau.
Il épousa avant 1520 Raymonde Couillault de Hauteclaire, fille de Cybard, écuyer, lieutenant-général d'Angoumois, seigneur du Maine-Gagnaud, et de Jeanne Girard.
De cette union naquirent :
  1) Robert, écuyer, seigneur de Chantoiseau, qui suit.
2) Cybard, religieux de Saint-Cybard dès 1541. Il fut pourvu à l'aumônerie de cette abbaye de 1547 à 1555.
3) Claude, qui fut religieux de La Couronne.
4) François, écuyer, seigneur de la Vergne, procureur du roi au présidial d'Angoulême en 1559, (charge que lui avait cédé son frère Robert), et conseiller de la ville d'Angoulême, de 1558 à 1574.
(*2) Il fut conseiller du Roi et du duc d'Orléans en la sénéchaussée d'Angoulême, dès 1544.
Il fut l'auteur du "Recueil en forme d'histoire, de ce qui se trouve par escrit de la ville et des comtes d'Angoulême", (parti en trois livres - Angoulême - 1576), et d'un traité de moral :" Briefve instruction pour tous les estats (1558).
Il écrivit aussi une "Vita Sancti Ausonnii Engolismensis", et un poème sur la Charente.
Il fit son testament en 1575, et se noya en traversant la Charente à cheval, au port de la Meure (Nersac), en 1576.
Il fut enterré au Cordeliers.
5) autre François, qui fut contrôleur du domaine à Angoulême. Il épousa sans doute Anne Jaubert. Il est dit seigneur de Grézignac en 1547.
6) Girard, décédé écolier à Paris.
7) Geoffroy, chevalier de Malte. Il décéda au siège de Malte en 1565.
8) Jeanne. Elle épousa Pierre du Port, écuyer, seigneur de la Foucaudie. (Elle était dite veuve de Pierre Martin).
9) Françoise, qui épousa le 19 janvier 1555 Martial de La Charlonie, écuyer, seigneur de Nouère, sénéchal de Chabanais, fils de Jean et de Catherine Obreyt, d'où postérité.
10) une autre fille, décédée jeune.

V) de CORLIEU Robert, écuyer, seigneur de Chantoiseau et de Lussaud (alias Lussant) en Champagne de Vigny, avocat et procureur du roi au siège présidial d'Angoumois.
Il épousa le 19 janvier 1541 ( (*) alias 25 mars 1550), Marie Pascaud, fille unique de Pierre, écuyer, seigneur de Lussant, et de Françoise Darain.
Il décéda le 29 août 1559.
Il avait eu pour enfants :
  1) (*) Pierre, écuyer, seigneur de Lussaud.
Il fut député à deux reprises, le 30 juin 1574 et le 12 septembre 1577, à la cour du roi Henri III, pour régler les affaires de sa province.
Il servit sous le maréchal de Montluc, et pendant les guerres civiles, garda le château de Blanzac en qualité de capitaine, sous les ordres de M. de Bellegarde. (Il fut nommé capitaine du château de Blanzac, pour le roi, en 1586).
Lorsqu'en 1599, on vérifia, par ordre du Roi, dans la généralité de Limoges, les titres de noblesse, il obtint, le 22 avril de la même année, un jugement des commissaires royaux, confirmée le 19 décembre 1609, par la Cour des Aides de Paris, qui le reconnut de noble race, et comme tel jouissant des droits, privilèges et franchises dues à son rang.
Il épousa le 13 août 1576 Marguerite Tabois de Périllon, fille d'André, sieur de Pailleron, et de feue Marguerite d'Alembert.
(*2) Il décéda le 12 septembre 1614.
Il avait eu pour enfant :
  a) Charles, écuyer, seigneur de Lussaud.
Il épousa Hippolyte de Beaumont. Elle apparut une quinzaine de fois comme marraine entre 1609 et 1645. Elle signa la plupart des actes où elle fut présente. Elle décéda le Ier février 1647.
Il décéda sans postérité.
b) Suzanne. Devenue héritière de la maison, seigneurie et métairie de Lussaud après le décès de son frère Charles, elle vendit cette terre le 21 août 1649 à Guillaume Lambert, écuyer, sieur de Lugeat. (Jérôme Royer et Jean-Paul Gaillard : article sur Lussaud - Champagne de Vigny).
c) N. fille.
d) N. fille.
2) Cybard, écuyer, sieur de Chantoiseau, qui suit.
3) Madeleine, qui épousa Jean Pommaret, écuyer, seigneur de la Vallade, conseiller du roi. (Il fut maire et capitaine de la ville d'Angoulême de 1574 à 1577 et décéda en 1607.)
4) peut-être (*2) Charles, né vers 1586, écuyer, sieur de Lussaud.
Il apparut plusieurs fois comme parrain entre 1618 et 1645 (le dernier étant vraisemblablement le baptême de sa petite-fille).
Il eut au moins trois enfants, qui furent baptisés, avec pour mère, un nom différent :
  a) Marie, fille de Suzanne Valleteau, baptisée le 7 octobre 1619. Elle épousa le 23 juin 1639, André Rouhault. Ils eurent pour témoins Hypolithe de Beaumont. Ils eurent trois enfants baptisés les 26 septembre 1642, 20 février 1645, et 18 février 1647.
b) Pierre, fils de Catherine Martin, baptisé le 17 juin 1622.
c) Alexis, fils de Magdeleine N., baptisé le 24 août 1627.
Il épousa (encore ?) le 19 novembre 1647, Isabelle Vigier. Il avait 63 ans, et elle environ 25 ans.
Il décéda le 19 février 1648.

VI) de CORLIEU Cybard, écuyer, seigneur de Chantoiseau, conseiller du Roi au siège présidial d'Angoumois.
Il épousa le 17 février 1576 Delphine Gentil, fille d'André, écuyer, seigneur de Bardines.
Il fut pair de la ville d'Angoulême en 1579 et 1599, et décéda en 1600.
Il avait eu pour enfants :
  1) Jean, avocat au siège présidial d'Angoulême.
2) François, qui suit.

VII) (*) de CORLIEU François, écuyer, seigneur de Chantoiseau.
Il épousa le 5 janvier 1626 Marie Bourgoing, fille de François, écuyer, seigneur du Portal et de Jeanne Bouchier, d'où, au moins :

VIII) (*) de CORLIEU Charles, écuyer, sieur du Portal et de Fontpascaud. (Saint-Yrieix sur Charente).
Il épousa le 6 août 1658 Nicole Grimouard. Il était dit demeurant à la Baudie, paroisse de Gurat.
Un inventaire du 14 août 1662 mentionne une chapelle à la Baudie.
Dans un autre inventaire du 12 novembre 1687, fait par Nicole de Grimouard, 5 semaines après le décès de son mari, furent décrits les titres de noblesse du sieur CORLIEU, au nombre de 8, dont 6 sur parchemin et 2 sur papier, avec les armes de CORLIEU. (Alain Valageas : article sur la Baudie en Gurat).
Le 12 mai 1702, les héritiers CORLIEU vendirent Fontpascaud (Saint-Yrieix sur Charente), à Denis de Lagrassias. (Jean-Paul Gaillard et Bruno Sépulchre : article sur Fontpascaud).
Ils eurent au moins pour enfant :

IX) (*) de CORLIEU Joseph, écuyer, seigneur de la Baudie.
Il épousa le 24 février 1710, Marie Sauvo, fille de Jean, conseiller du Roi, juge magistrat en la sénéchaussée et siège présidial d'Angoumois.
De cette union naquirent au moins :
  1) Jean Joseph, qui suit.
2) Antoine, né le 9 septembre 1714 à la Baudie (Gurat), écuyer, chevalier de Saint-Louis. Il fut baptisé le 11 septembre 1714.. (Patrick CHANOINE)
Il fut capitaine au régiment d'infanterie de M. le Dauphin.
Il fit merveille à la bataille de Fontenoy, et rentra dans ses foyers criblé de blessures.
Le 19 mars 1768, il épousa à Saint-Cybard d'Ayras, Catherine Hippolyte de La Rochefoucauld-Bayers, (née le 22 mai 1726, décédée le 20 mars 1790), dame du Vivier et de Chaumont, fille de Jean et de Marie Marguerite des Escaud. La bénédiction nuptiale fut faite en présence de messire Louis-Gabriel Andras du Mesnil, de messire Jean de Juglar, de messire Joseph de CORLIEU, sieur de Labaudie, et de messire Jacques de CORLIEU, sieur du Luc. (Patrick CHANOINE)
Il décéda au Vivier (Saint-Cybard d'Ayras, devenu Blanzaguet Saint-Cybard), le 20 septembre 1792, sans avoir eu de postérité.
3) Jacques, écuyer, seigneur de la Baudie, qui épousa Marie de Pindray.
Ils eurent pour enfants :
  a) N. qui épousa une demoiselle de Salignac-Fénelon, et eut une postérité.
b) N. autre garçon.
c) N. fille.
d) N. fille
e) N. fille.

X) (*) de CORLIEU Jean Joseph, chevalier, seigneur de la Baudie et de la Croix.
Il épousa en premières noces Marie-Suzanne de Pindray, dont il n'eut pas d'enfants, puis en secondes noces, le 29 août 1744, Louise Babinet, fille de Pierre-Mathieu, écuyer, seigneur de la Chaume, Renneville, Nauzières, conseiller au présidial de Poitiers, et de Marie-Madeleine Babin. Ils demeuraient au lieu de Loches en Salles-Lavalette.
En 1761, lui demeurait à Angoulême et elle au logis de Loches, suite à une sentence du 6 mars 1761, prononçant la séparation de biens et de corps. (Jean-Paul Gaillard et bruno Sépulchre : article sur Loches en Salles-Lavalette).
Se doit être lui qui le 26 août 1791, était dit demeurant au logis de Lhermitte en Gurat. (Alain Valageas - article sur Lhermitte en Gurat).
Il eut de cette seconde union :
  1) François, qui épousa Jeanne de La Loubière, fille de Jean, seigneur de Bernac.
En 1786, il demeurait au logis de Loches.
Le 29 octobre 1792, par acte passé devant le notaire Crassac, Jeanne de La Loubière renonça à la communauté de biens avec son mari François de CORLIEU.
Il émigra et le domaine de Loches, alias l'Oche, fut saisi, divisé en 23 lots qui furent vendus aux enchêres le 24 thermidor an II (11 août 1794). (Jean-Paul Gaillard et Bruno Sépulchre : article sur Loches en Salles-Lavalette).
Il décéda sans postérité.
2) Pierre Guillaume, qui suit.
3) N., fille.
4) N., fille.

XI (*) de CORLIEU Pierre Guillaume, né le 4 janvier 1750, à Loches (Salles-Lavalette), dit le chevalier de CORLIEU.
(*1) Il fut garde du corps sous les règnes de Louis XV, et de Louis XVI, lieutenant de cavalerie, puis capitaine de gendarmerie.
Il termina sa carrière dans la gendarmerie à Poitiers, et avait été breveté chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis.où il décéda, le Ier novembre 1834.
Il épousa Marie Anne Louise Cadot, (née le 16 août 1764 à Troyes, paroisse Saint-Jacques, baptisée le 17, décédée le 3 novembre 1818 à Poitiers), fille d'Yves, capitaine de cavalerie. (Patrick CHANOINE)
Ils eurent pour enfants :
  1) Yves Marie Hippolyte, qui suit.
2) Charles François, qui épousa mademoiselle de CORLIEU, sa cousine.
De cette union naquirent :
  a) Blanche, qui épousa M. le comte de Pommeroy, chef d'escadron, officier de la Légion d'Honneur.
b) Maria. Elle épousa M. de Cardonne, chef de bataillon de la garde impériale, chevalier de la Légion d'Honneur et de l'ordre du Metjidié de Turquie. Il fit la campagne de Crimée, et périt à Satory, près de Versailles, tué par l'explosion d'une mine mal dirigée, en 1856.

XII (*) de CORLIEU Yves Marie Hippolyte, né à Troys (Aube), paroisse Sainte-Madeleine, le 15 août 1783. Il fut baptisé le 23 août 1783 et eut pour parrain son grand-père Jean Yves Cadot, et pour marraine Catherine Hippolyte de La Rochefoucauld, épouse d'Antoine de CORLIEU. (Patrick CHANOINE)
Il entra dans l'administration des douanes en 1803, et en démissionna en 1809. Il fut ensuite receveur municipal des contributions à Pont-Hubert (banlieue de Troyes).
Admis le Ier juillet 1814 dans les gardes du corps du roi Louis XVIII, compagnie de Noailles, il passa en 1816 dans la gendarmerie, qu'il quitta avec son grade de lieutenant.
Il fut par la suite administrateur dses hospices. (Patrick CHANOINE)
Le 9 novembre 1807, il épousa en premières noces à Romaines ( ancienne commune de l'Aube, fusionnée avec Ramerupt), Louise Marie Zoé d'Aulnay de Romaines, (née le 14 octobre 1785 à Vaucogne - Aube, décédée le 16 août 1816 à Epernay), fille d'Elzéar Eléonor, ancien capitaine au régiment d'Artois, et d'Anne Marie Victoire de Biencourt de Potrincourt. (Patrick CHANOINE)
De cette union naquirent :
  1) Emma Victoire Clémentine, née à Romaines, le 23 novembre 1808.
Elle décéda à Paris, I2ème arrondissement le 5 avril 1823. (Patrick CHANOINE)
2) Charles Aristide Pierre, né à Romaines le 20 mars 1810.
Il décéda sans postérité, le 19 décembre 1830 à Paris, Ier arrondissement, au moment où il aurait été élève officier à Saint-Cyr. (Patrick CHANOINE)
3) Louis Victor, qui suit.
4) Eudoxe Achille François, né le 3 juillet 1812 à Troyes (Aube).
Brigadier au 2ème escadron du corps de spahis réguliers, il fut tué accidentellement d'un coup de pistolet lors de manoeuvres, à Bou Ramy (Algérie), le 6 janvier 1835, sans avoir eu de postérité. (Patrick CHANOINE)
5) Victorine Amélie, née le 10 mai 1816 à Troyes
Le 9 juin 1835, elle épousa à Provins (Seine et Marne), Augustin Paulin Quatre-Solz de Marolles, (né à Paris le 5 décembre 1805, décédé au château de Marolles (Marolles en Brie - Seine et Marne), le 19 décembre 1881), président au tribunal de Mantes, fils de Balthazar Charles et de Marie Aglaé Elisabeth Prondre de Fleuranges.
Elle décéda le 5 mars 1841 à Saint-Martin des Vignes (commune rattachée à Troyes depuis le 10 juillet 1856), d'où descendance. (Patrick CHANOINE)
Yves-Marie-Hippolyte épousa en secondes noces, le 20 septembre 1822 à Provins, Adèle Julie (dite Juliette), de Bournet, (née le 11 juillet 1787 à Vendeuvre sur Barse (Aube), décédée le 17 juin 1878 à Provins), fille de Gilles Séverin et de Marie Françoise Lerouge de La Grange.
Yves Marie Hippolyte décéda à Provins, le 21 novembre 1860, ayant eu pour enfant de sa seconde union : (Patrick CHANOINE)
  6) Marie Hortense Zoé, née à Vitry le François (Marne), le 18 avril 1827.
Le 22 mars 1846, elle épousa à Provins, Moïse François Gustave du Mas de Salvert, (né le 7 juin 1814à Mosnac, décédé le 18 septembre 1891 à Provins), lieutenant-colonel au 12ème dragon, fils d'Antoine Clément et de Marie Jeanne Fé de Maumont.
Elle décéda le 3 juin 1905 à Provins, d'où postérité. (Patrick CHANOINE)

XIII) (*) de CORLIEU Louis Victor, né le 13 mars 1811, à Troyes (Aube)
Le 27 décembre 1841, il épousa à Arcis sur Aube, Marie-Herminie de Paillot, (née le 3 décembre 1819 à Arcis sur Aube, décédée le 30 août 1866 à Villeneuve sur Bellot - Seine et Marne), fille d'Antoine Jacques Louis, sous-préfet de l'arrondissement d'Arcis sur Aube, et de Célinie de Mauroy.
Il décéda le 26 juillet 1864 à Villeneuve sur Bellot (Seine et Marne), ayant eu 13 enfants, dont : (Patrick CHANOINE)
  1) Marie Berthe, qui épousa Henri Parichault.
2) (*1) Marie Louis Antoine.Il fut lieutenant au Ier régiment d'infanterie de Ligne, et fut blessé très grièvement à Conneré (Sarthe), dans une attaque de Uhlans, pendant la guerre de 1870. Il décéda, célibataire, en 1871, âgé de 26 ans des suites de ses blessures.
3) Marie Paul Charles.
4) Marie Moïse François Gustave, qui devint officier.
5) Marie Victor Hippolyte Henri, qui devint officier d'artillerie.
6) Marie Céline Louise, qui épousa Louis-Charles-Georges Chanoine.
7) Marie Joseph Pierre Aristide.
et six enfants décédés en bas-âge.

Noms isolés :
- de CORLIEU Odon, qualifié de miles, en 1218
- de CORLIEU Pierre, qualifié de miles, en 1222.
- de CORLIEU Jean, vivant en 1227.
- de CORLIEU Pierre, qualifié de miles, en 1274.
(*2) - de Corlieu Suzanne. Elle fut marraine au baptême de Jean Chasteau, le 16 novembre 1604, et à celui de Suzanne Galleteau, le 28 janvier 1616.
(*2) - de CORLIEU Pierre, sieur de Bellisle (?). Il fut présent à l'enterrement de Marie Coublau (?) décédée à l'âge de 35 ans à Lussaud. Elle était originaire du village de Villeneuffe Dumont, en Poitou.
(*2) - de CORLIEU Marc-Antoine. Son nom se vit en mai 1638, et en décembre 1642.
- de CORLIEU Marie Julie, et
- de CORLIEU Catherine Hippolite, vendirent le 8 juillet 1844, à Jean Jacques Malmeneyde et M. Niolâne, demeurant à Dignac, le domaine de la Baudie en Gurat, et une borderie, pour 25000 francs payables jusqu'en 1868. (Alain Valageas - article sur la Baudie en Gurat).

- (*) Renseignements généalogiques envoyés par Monsieur Maxime CHANOINE.
- (*1) Renseignements généalogiques envoyés par Monsieur Hervé de CORLIEU.
- (*2) Renseignements généalogiques communiqués par M. Jean-Luc TESSERON.
- Patrick CHANOINE : Documents généalogiques sur Yves Marie Hippolyte de CORLIEU.
- Henri de MONTÉGUT : les Ombrais, Histoire d'un vieux logis en Angoumois.
- François de CORLIEU : Recueil en forme d'histoire, de ce qui se trouve escrit de la ville et des comtes d'Angoulême.
- Nicolas VITON de SAINT-ALLAIS : Nobiliaire universel de France.
- Louis AUDIAT : Deux victimes des septembriseurs "les bienheureux frères La Rochefoucauld"
- Extrait du cahier du rôle du ban et arrière-ban de la sénéchaussée d'Angoumois (1635) : De BREMOND d'ARS
- F Fils DUMAS DELAGE (du côté d'Ecuras n°2)
- Autour d'Ecuras n°20

- BEAUCHETet FILLEAU : Dictionnaires des familles de l'ancien Poitou.
- abbé TRICOIRE : le château d'Ardenne.
- Association Promotion Patrimoine : Châteaux, manoirs et logis.
- Michelle AILLOT : Entre Boëme et Charraud, sur les chemins du temps jadis.
- Jean-Paul GAILLARD et Bruno SÉPULCHRE : articles sur Fontpascaud (alias Chantoiseau) - Saint-Yrieix sur Charente, Loches - Salles-Lavalette; dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Editions Bruno Sépulchre.
- Alain VALAGEAS : articles sur Lhermitte - Gurat, et sur la Baudie - Gurat; dans
Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Editions Bruno Sépulchre.
- Jérôme ROYER : article sur Lussaud - Champagne de Vigny; dans
Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Editions Bruno Sépulchre.
- BADIER : Dictionnaire de la noblesse.
retour vers le menu des mises à jourretour vers le sommaire
Cette page a été mise à jour le 8 novembre 2009.