COUSSEAU

blason de Monseigneur Cousseau, évêque d'Angoulême.
De sinople, semé d'étoiles d'or et de billettes d'argent alternées.
Le blason est sommé d'une mitre et d'une crosse, et surmonté d'un chapeau d'évêque de sinople.
Devise : "SUSUM CORDA" (Elevez vos coeurs).
(Jean-Jacques LARTIGUE)
On peut voir ce blason sur la verrière du choeur de l'église de Champagne-Mouton, ainsi que dans de nombreuses autres églises de Charente.
(Ce blason avait été donné d'office en 1700 par d'Hozier à un Cousseau de Mauléon - BEAUCHET-FILLEAU)

- COUSSEAU Jacques, maître tailleur à Saint-Jouin sous Châtillon.
De son union avec Rose Hiou, naquirent :
  1) Antoine Charles, qui suit.
2) Louis Alexandre, qui devint curé de Lusignan, puis vicaire général d'Angoulême, appelé parfois l'abbé COUSSEAU.
Il fut présent à l'ouverture du cercueil en plomb de Philippe de Volvire, gouverneur d'Angoumois, le 14 janvier 1865, lors de creusements dans la cathédrale d'Angoulême.
Vers le milieu du XIXème siècle, il était propriétaire des château et propriété de Claix. A son décès, ses héritiers furent Monseigneur Antoine Charles COUSSEAU, ancien évêque d'Angoulême, et Marie Eustelle, religieuse de l'ordre de la Sagesse, ses frère et soeur.
Ces derniers cédèrent le château et la propriété à Charles Edouard Becquet, pharmacien à Saint-Claud, et à son épouse Marie Blanche Pautrot.
3) Adélaïde, qui fut religieuse à la congrégation des Filles de la Sagesse.
4) Marie Eustelle, également religieuse à la congrégation des Filles de la Sagesse.
5) Rose, qui décéda en bas-âge.

- COUSSEAU Antoine Charles, né le 7 août 1805 à Saint-Jouin sous Châtillon (Deux-Sèvres) (devenue en 1965 Mauléon, par la réunion de Châtillon sur Sèvre et de Saint-Jouin sous Châtillon).
Il était supérieur du séminaire de Poitiers, quand un décret du 17 juin 1850 l'appela au siège épiscopal d'Angoulême.
Préconisé à Rome le 30 septembre 1850, il fut sacré à Poitiers le 29 décembre suivant par son vénéré prédécesseur, Mgr Régnier, archevêque de Cambrai, assisté de Mgr Buissas, évêque de Limoges, et de Mgr Pie, évêque de Poitiers, et prit possession de son siège le 7 janvier 1851.
Mgr COUSSEAU donna aux soins multiples de l'administration de son diocèse toute son intelligence et son coeur. Sa ville épiscopale lui doit la restauration de sa cathédrale, la construction des églises de Saint-Martial, de Sainte-Ausonne et de la chapelle de Saint-Cybard. Il s'appliqua avec sollicitude à préparer des ministres dignes de Dieu et fit ériger un grand nombre de succursales. Il favorisa l'enseignement de l'histoire et faisait partie de la Société Archéologique de la Charente; mais son érudition écclésiastique surtout était étendue et brilla au Concile du Vatican, auprès de la science théologique de l'éminent évêque de Poitiers. Il faisait partie de la commission 'de retibus orientalibus', tandis que Mgr Pie était nommé rapporteur de la Congrégation 'de constitutione fidei'. A son retour du Concile, la maladie dont il souffrait depuis de longues années rendant l'exercice de ses fonctions épiscopales impossibles, il donna sa démission par un courrier du 12 août 1872, qui fut accepter le 5 octobre suivant.
Nommé chanoine de Ier ordre du Chapitre de Saint-Denis, par décret du 16 décembre 1872, il se retira à Poitiers, où il décéda le 13 octobre 1875.
Son oraison funèbre fut prononcée à Angoulême, dans la cathédrale, le 17 novembre suivant, par M. l'abbé Alexandre, chanoine théologal du Chapitre, et sa vie a été publiée par MM. Laurière et Maratu.
Outre ses mandements épiscopaux, Mgr Cousseau a prononcé quelques discours dans sa cathédrale, au sujet de la nouvelle sépulture de l'un de ses prédécesseurs, l'évêque Hugues Tizon, et de celle de Philippe de Volvire, etc...
Avant d'être promu à l'épiscopat, il avait donné à la Société des Antiquaires de l'Ouest, dont il était membre, plusieurs travaux importants : entre autres ses Mémoires sur l'auteur du 'Te Deum', sur l'ancienne Liturgie du diocèse, sur le monastère de Ligugé, le tombeau de l'aruspice Sabinus, les fondateurs de l'église de Lusignan, etc...

- BEAUCHET-FILLEAU : Dictionnaires généalogiques des familles de l'ancien Poitou.
- Abbé TRICOIRE : Les évêques d'Angoulême : Recherches historiques depuis les origines jusqu'à nos jours.
- Jean-Jacques LARTIGUE :
Dictionnaire et armorial de l'épiscopat français (1200-2000).
retour au menu des mises à jourretour vers le sommaire