de CREVANT

blason de la famille de Crevant
Ecartelé d'argent et d'azur.

Cette famille, citée dès le XIème siècle, est originaire de Touraine et de Berry.
Elle hérita au XIIème siècle de la terre de Bauché, (commune réunie à celle de Vandoeuvres - Indre), et se titrait de marquis de Bauché.
A la fin du XVIème siècle, une union avec la dernière représentante de la famille d'Humières lui fit assimilée cette famille. Elle écartela son blason, et ajouta alors à ses titres celui de marquis, puis duc d'Humières (1690).

Elle posséda en Charente :
- la vicomté de Brigueuil, de 1561 à 1718.
- la seigneurie de Roissac (Angeac-Champagne), dans la première moitié du XVIIIème siècle.
- le logis de Malaville, dans la première moitié du XVIIIème siècle.
- le château de Montchaude, dans la première moitié du XVIIIème siècle.

Les premiers degrés n'intéressant pas la Charente, je commencerais donc la généalogie à partir de Jacques de CREVANT.
- de CREVANT Jacques, né en 1446, seigneur de Bauché.
Le 12 janvier 1484, il épousa Isabeau de Salignac de Cingé, dame de Cingé (Bossay sur Claise - Indre et Loire), fille de Pons, seigneur de Genouillac, et de Françoise de Sully.
Il décéda en 1501, ayant eu entre autres enfants :

- de CREVANT François, seigneur de Cingé (Bossay sur Claise), et de Jumilhac.
Il épousa en mars 1532, Louise de Ronsard, dame de Villegaye, (soeur du poète Pierre de Ronsard), fille d'honneur de la reine Eléonore, seconde épouse du roi François Ier, et fille de Louis, seigneur de la Possonière, et de Jeanne Chaudrier, dame du Bouchage.
De cette union naquirent :
  1) Louis, qui suit.
2) Antoinette, dame du Gueret, qui épousa Pierre de Saltun de Fontenailles. (Fabien ARBANÈRE)

- de CREVANT Louis Ier, chevalier, seigneur de Cingé, du Puy en Villaines, Azay le Férron, etc.
Il épousa par contrat du 15 juillet 1561, à Montrollet, Jacquette de Reilhac, vicomtesse de Brigueuil après le décès de ses frères, fille de François, seigneur de Mérinville, et d'Anne de Mortemer. (abbé Jean-Bernardin PÉRUCAUD)
De cette union naquirent :
  1) Madeleine, qui épousa Martin Fumée, chevalier, seigneur des Roches Saint-Quentin, (décédé en novembre 1618), maître des requêtes, fils d'Antoine, et de Claude de Riant.
D'où descendance.
2) Louis, qui fut l'auteur de la branche d'Humières.
3) René, qui suit.
4) Françoise, qui épousa en 1588, Humbert de Rochefort de La Croisette, fils de Claude et de Catherine de La Magdelaine de Beauvais. (Fabien ARBANÈRE)

- de CREVANT René, chevalier, seigneur de Cingé, de Tournon, de la Borde et de Princé.
Il épousa le 13 septembre 1604, Gabrielle Provost, (décédée en 1652), fille de Louis et de Françoise Morin, et en eut pour enfants :
  1) Louis, né le 8 septembre 1614 au château de Cingé (Bossay sur Claise - Indre et Loire).
Il fut page de la chambre du roi, et fut tué en 1632, au cours d'un duel. (Fabien ARBANÈRE)
2) Gabriel, né le 14 mai 1618 au château de Cingé, chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem.
Il fut inhumé dans la chapelle de Saint-Fiacre de l'église de Bossay (Indre et Loire). (Fabien ARBANÈRE)
3) Charles Hercule, qui suit.
4) Claude Bonaventure, né le 14 juillet 1629 au château de Cingé, prince d'Yvetot.
Il fit l'acquisition le 10 juillet 1663, de la principauté d'Yvetot en Normandie, pour 160000 livres.
Il épousa Marie d'Appelvoisin, fille de René et de Marie Sain.
Il décéda en 1676, ayant eu pour enfant :
  a) Françoise Julie, qui épousa Camille d'Albon, (décédé le 15 novembre 1729 à Saint-Romain de Popey - Rhône), fils de Gaspard, marquis de Saint-Forgeux, et de Françoise de Damas de Thianges.
Elle décéda le 23 novembre 1698, d'où descendance.
5) François Alexandre, qui fut reçu chevalier de Malte au Grand Prieuré de France, le 7 juin 1631. (Fabien ARBANÈRE)
6) Françoise, qui épousa le 5 juin 1632, Louis Gillier, marquis de la Villedieu de Comblé (Deux-Sèvres), fils de Claude et de Marie de Vivonne. D'où descendance.

- de CREVANT Charles Hercule, chevalier, marquis de Cingé.
Il fut gentilhomme de la chambre du roi.
Il épousa le 8 juillet 1651, à Saint-Jean d'Angély (Charente-Maritime), Marguerite de Labrousse, fille de Pierre et de Marie Conan.
De cette union naquirent :
  1) Antoine, qui suit.
2) Marie Louise Jacquette, qui épousa Marc François de Gélinard.

- de CREVANT Antoine, né le Ier novembre 1652 au château de Cingé, chevalier, marquis de Cingé.
Il épousa le 24 avril 1681, Marie Anne de Gélinard, fille d'Emmanuel, seigneur de Malaville, vicomte de Varaise, et de Marguerite du Fossé.
Le 14 février 1736, Marie Anne de Gélinard, marquise de Crevant et veuve, était encore présente au logis de Malaville. Par arrêt du Parlement de Paris du 26 juin 1736, le logis fut adjugé à Marthe Bologne, veuve de Jean François Cazeau, et le 17 novembre suivant, Martin Louis de CREVANT, son petit-fils fit des offres en "retrait lignagé" à Marthe Bologne, mais ces offres restèrent sans suite. (Jean-Paul GAILLARD et Jérôme ROYER)
Ils eurent pour enfant :

- de CREVANT Louis Emmanuel, chevalier, marquis de Cingé.
Il fut gentilhomme ordinaire de la chambre du roi
Il épousa en 1708, Marthe Henriette de Saint-Gelais, (décédée à Paris le 25 mai 1724), fille de Jean et d'Henriette de La Rochefoucauld. Marthe Henriette était héritière avec sa soeur Henriette, de la terre de Montchaude. Cette terre de Montchaude paraît être restée en indivision, jusque vers 1737. (Etienne BARTH) et (P. LACROIX)
Marie Henriette apporta aussi les 2/5ème de la seigneurie de Roissac (Angeac-Champagne). Le 5 novembre 1712, par acte de Rullier, notaire royal héréditaire, Louis Emmanuel de CREVANT, Marthe Henriette et Henriette de Saint-Gelais, sa soeur, épouse du comte de Vaillac, donnèrent procuration à Pierre Hyllairet, leur receveur et intendant à Roissac, pour arrenter quelques pièces de terres à Messieurs Roy, Guillemeteau et autres. (P. LACROIX)
Il décéda en 1724, ayant eu pour enfants :
  1) Louis Martin, qui suit.
2) Martin Louis, né au château de Cingé en 1712. (P. LACROIX)
3) Charles Louis, né au château de Cingé le 19 décembre 1713, qui fut ecclésiastique. (P. LACROIX)
4) Martin Philippe, né le 28 juillet 1715, dit le chevalier de Crevant. (P. LACROIX)
5) François, né en 1717, intitulé abbé de CREVANT.
En 1746, il était dit seigneur de Montchaude. Il fit alors donation à Charles de Livenne, Jean Léon de Livenne, et autre Charles de Livenne. (Etienne BARTH)
6) Marie Anne Marthe Henriette, née vers 1718.
Après le décès de son frère Louis Martin, en 1739, ses droits sur Roissac lui revinrent, et ainsi fut titrée dame de la seigneurie de Roissac pendant quelques années.
(P. LACROIX)

- de CREVANT Louis Martin, né vers 1710, chevalier, marquis de Cingé, de Beauché en Touraine, de Roissac et de Malaville en Angoumois, et de Chevalon en Saintonge.
Il fut page de la chambre du roi en 1727, et fut officier au régiment des Gardes Françaises. (P. LACROIX)
Le 17 novembre 1736, il fit des offres en "retrait lignagé" à Marthe Bologne, veuve de Jean François Cazeau, au sujet du logis noble de Malaville, qui lui avait été précédemment adjugé le 26 juin, par arrêt du Parlement de Paris. Ces offres cependant restèrent sans suite. (Jean-Paul GAILLARD et Jérôme ROYER)
Il décéda en 1739, et ses droits sur Montchaude passèrent à sa tante Henriette de Saint-Gelais. (Etienne BARTH)

Branche des CREVANT d'HUMIÈRES :
blason d'alliances des familles de Crevant et d'Humières
Ecartelé aux 1 et 4 contre-écartelé d'argent et d'azur,
(qui est de CREVANT),
aux 2 et 3 d'argent fretté de six pièces de sable
(qui est d'HUMIÈRES)

- de CREVANT Louis II, né vers 1565, vicomte de Brigueuil, seigneur d'Azay et d'Argy.
Le 18 février 1595, il épousa Jacqueline d'Humières, dame d'Ancre, fille unique de Jacques, marquis d'Ancre, et de Renée d'Averton.
Il décéda le 2 novembre 1648 au château d'Azay, deux mois après son fils Louis, marquis d'Humières, laissant la vicomté de Brigueuil à son petit-fils, fils dudit Louis et d'Isabelle Phélypeaux, ayant eu pour enfants : (abbé Jean-Bernardin PÉRUCAUD)
  1) Louis, qui suit.
2) Charles Hercule, né le 6 novembre 1590 à Azay le Férron (Indre), qui fut premier gentilhomme de la chambre du roi, capitaine de 50 hommes d'armes, et gouverneur de Compiègne.
Il décéda le 12 mai 1622 à Royan (Charente-Maritime). (Fabien ARBANÈRE)

- de CREVANT Louis III, né en 1606, seigneur d'Argy, baron de Preuilly, seigneur d'Azay le Ferron, puis marquis d'Humières.
Il fut capitaine des 100 gentilshommes de la maison du roi, et fut nommé gouverneur de Compiègne.
Il épousa le 14 juillet 1627, Isabelle Phélypeaux, (née le 13 août 1611, décédée en 1642), fille de Raymond, seigneur de la Vrillière, et de Claude Gobelin.
Il décéda le 20 mars 1648 à Paris, ayant eu 9 enfants, dont entre autres :
  1) Louis, qui suit.
2) Jacob, marquis de Preuilly, qui fut chef d'escadre et lieutenant général des armées navales du roi.
Il décéda en 1675 à Messine. (Fabien ARBANÈRE)
3) Roger, chevalier, qui fut bailli et Grand-Croix de Malte.
Il décéda le 18 juillet 1687 à Malte. (Fabien ARBANÈRE)
4) Raymond Louis, marquis de Preuilly, seigneur de Lassigny.
Il fut lieutenant général des armées navales du roi.
Il décéda le 20 juin 1688. (Fabien ARBANÈRE)
5) Balthasar, qui fut chevalier de Malte, commandeur de Villiers au Liège, et abbé de Saint-Pierre de Preuilly et de Saint-Maixent.
Il décéda le 20 septembre 1684. (Fabien ARBANÈRE)

- de CREVANT Louis IV, né vers 1628, duc d'Humières, vicomte de Brigueuil, baron de Preuilly.
Dans les années 1653 et 1654, il servit aux sièges et à la prise de Mouzon et de Saint-Ménéhould. Il participa également à l'attaque d'Arras. En 1655, il fut à la prise du Quesnoy, puis à celles de Landrecies, Condé, Saint-Guillain, Hombourg, Bitche, Courtrai, la Capelle, ainsi qu'à la bataille de Cassel.
En 1656, il fut promu au grade de lieutenant général des armées du roi.
En 1658, il était à la bataille des Dunes, puis à la prise de Dunkerque, Bergues, Furnes, Dixmudes, Audenarde et Ypres. Il fut nommé gouverneur de cette dernière ville.
En 1667, il participa encore à la prise de Tournai, de Douai, puis de Lille.
En 1668, après le traité d'Aix La Chapelle, il fut nommé gouverneur général de Flandre, et vint s'établir à Lille, dont il fut nommé également gouverneur.
Il fut créé maréchal de France en 1668.
Le maréchal de Turenne venant d'être nommé capitaine général par Louis XIV, Louis partit en exil en 1672, pour avoir refusé de prendre ses ordres auprès de lui. Il ne rentrera en grâce qu'après avoir fait acte de soumission.
En 1676, comme capitaine des 100 gentilshommes de la maison du roi, il conquit les places de Condé, puis d'Aire et le fort de Linck.
Avec le maréchal de Luxembourg, il emporta l'année suivante, la place de Valenciennes. Toujours en 1677, il fut à la bataille de la Peene, puis prit Saint-Guillain, et en 1678 la ville de Gand.
Nommé commandant de l'armée des Flandres, lors de la guerre des Réunions en 1683, il prit les villes de Courtrai et de Dixmude, puis en 1684, détruisit la ville d'Audenarde.
Lieutenant du roi en Picardie après le Traité des Pyrénées, il fut nommé Grand Maître de l'Artillerie de France par Louis XIV en 1685, et fut fait chevalier des Ordres du Roi en 1688 (Ordre du Saint-Esprit et Ordre de Saint-Michel).
En 1689, il fut battu devant Walcourt par le prince de Waldeck, et fut alors rappelé par Louvois.
Louis XIV éleva sa terre de Monchy-Humières en Picardie, en duché, par lettres du mois d'août 1690.
Le roi le nomma plus tard commandant général dans toute la Flandre, et il commanda alors l'armée du Lys. En 1692, il participa au siège de Namur. (WIKIPEDIA)

Le 8 mars 1653, il épousa Louise Antoinette Thérèse de La Châtre, (née vers 1635, décédée le 2 décembre 1723), fille d'Edmé et de Françoise Anne de Cugnac Dampierre.
Elle fit restaurer l'église de Brigueuil. (Jacques BRUN et José DÉLIAS).
Il décéda le 30 août 1694 à Versailles (Yvelines), ayant eu pour enfants :
  1) Marie Thérèse, qui épousa le 10 février 1677, Jean Alphonse de Gand, dit Vilain, prince d'Isenghien, (né le 13 juillet 1655, décédé le 6 juillet 1687), fils de Philippe Balthasard, prince de Masmines, et de Luisa Sarmiento.
Après le décès de son père, elle posséda en indivision la vicomté de Brigueuil avec Anne Louise et Anne Louise Julie, ses deux soeurs. En 1718, pour payer les dettes de leur père, elles vendirent la vicomté avec tous ses droits, à Jean Martial de Jaucen, écuyer, seigneur de Crosne et de Noisy sur Seine, conseiller et secrétaire de la maison du roi et de ses finances. (Jean Martial de Jaucen donna aussitôt la vicomté en dot à sa fille cadette, Marguerite). (abbé Jean-Bernardin PÉRUCAUD) et (Jacques BRUN et José DÉLIAS).
Elle décéda le 20 août 1732 à Saint-Jacques (Douai - Nord). D'où descendance.
2) Anne Louise, née en 1669, qui épousa en premières noces le Ier août 1682, Louis Alexandre de Vassé, marquis de Vassé, seigneur de Dangeul, (né en 1656, décédé le 7 août 1684 à Toulon - Var), fils d'Henry François, marquis de Vassé, et d'Anne Bénigne de Beringhen.
Anne Louise épousa en secondes noces le 25 juin 1686, Louis Charles de Hautefort, marquis de Surville, (décédé le 19 décembre 1721 à Paris), fils de Gilles, marquis de Hautefort, et de Marthe d'Estourmel.
Après le décès de son père, elle posséda en indivision la vicomté de Brigueuil avec Marie Thérèse et Anne Louise Julie, ses deux soeurs. En 1718, pour payer les dettes de leur père, elles vendirent la vicomté avec tous ses droits, à Jean Martial de Jaucen, écuyer, seigneur de Crosne et de Noisy sur Seine, conseiller et secrétaire de la maison du roi et de ses finances. (Jean Martial de Jaucen donna aussitôt la vicomté en dot à sa fille cadette, Marguerite). (abbé Jean-Bernardin PÉRUCAUD) et (Jacques BRUN et José DÉLIAS).
Elle décéda en 1732, d'où descendance avec ses deux unions.
3) Anne Louise Julie, qui épousa le 15 mai 1690, Louis François d'Aumont, (né le 30 mars 1671, décédé en 1751 au château d'Humières - Pas de Calais), duc d'Humières, fils de Louis Marie Victor, pair de France, et de Françoise Angélique de La Mothe Houdancourt. D'où descendance.
Après le décès de son père, elle posséda en indivision la vicomté de Brigueuil avec Marie Thérèse et Anne Louise, ses deux soeurs. En 1718, pour payer les dettes de leur père, elles vendirent la vicomté avec tous ses droits, à Jean Martial de Jaucen, écuyer, seigneur de Crosne et de Noisy sur Seine, conseiller et secrétaire de la maison du roi et de ses finances. (Jean Martial de Jaucen donna aussitôt la vicomté en dot à sa fille cadette, Marguerite). (abbé Jean-Bernardin PÉRUCAUD) et (Jacques BRUN et José DÉLIAS).
4) Marie Louise, née en 1658, qui fut abbesse de Notre-Dame de Monchy les Pierreux, près de Compiègne.
Elle décéda le 20 janvier 110. (Fabien ARBANÈRE)
5) Henri Louis, marquis d'Humières.
Il fut colonel d'un régiment à son nom, et fut tué au siège de Luxembourg, le 13 mai 1684. (Fabien ARBANÈRE)
6) Louis François Roger, comte de Brigueuil.
Il décéda le 7 juin 1679. (Fabien ARBANÈRE)


- abbé Jean-Bernardin PÉRUCAUD : Notice sur Brigueuil.
- Etienne BARTH : Le canton de Barbezieux au temps passé.
- P. LACROIX : Chroniques, faits historiques et traditions de l'Angoumois occidental.
- Jacques BRUN et José DÉLIAS : article sur le château de Brigueuil, dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- Jean-Paul GAILLARD et Jérôme ROYER : article sur le logis de Malaville, dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- Base collaborative PIERFIT : Généalogie sur Geneanet : http://gw.geneanet.org/pierfit?lang=fr&p=jacques&n=de+crevant
- Fabien ARBANÈRE : Généalogie sur Genenanet : http://gw.geneanet.org/fab21?lang=fr&pz=fabien&nz=arbanere&ocz=0&p=jacques&n=de+crevant+de+cinge
- WIKIPEDIA : article sur Louis IV de CREVANT : https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_de_Crevant
retour vers le menu des mises à jourretour vers le sommaire