de CULANT
blason de la famille de Culant
D'argent semé de tourteaux de sable, au sautoir engrêlé de gueules.

Famille noble originaire de la Brie, qui a donné aux armées plusieurs officiers distingués, et nombre de chevaliers de Malte. Sa filiation remonte à la fin du XIVème siècle.
Les de CULANT furent possesseurs de terres dans la paroisse de Saint-Palais du Né. Ces terres dépendaient de la seigneurie d'Anqueville (1666-1824).
Cette maison de CULANT prétendait être sortie de celle du Berry, dont elle reprit les armes aux XVIIème siècle. Toutefois, elle ne put établir sa filiation sur preuves authentiques que depuis Guillaume de CULANT, qui va suivre.

Branche de SAINT-CYR :
I) de CULANT Guillaume, huissier d'armes du Roi et du duc de Guyenne.
Il vendit au roi, en 1382, des terrains situés près de la Bastille, à Paris.
Il épousa Marguerite de Dicy, dame d'Atilly en Brie.
Ils eurent sans doute pour enfants :
  1) Claude, qui fut seigneur de Bernay. Il fit un aveu au château de Tournon, en Brie, le 22 octobre 1418.
2) Guillaume, qui suit.
3) Louis, qui fera la branche de Ciré.

II) de CULANT Guillaume, seigneur d'Atilly. Il en fit aveu en 1440, d'après Lainé, commisaire examinateur au Châtelet de Paris.
Suivant la généalogie de Moréri, il épousa Marguerite de Thumery, et en eut pour enfants :
  1) Claude, seigneur de Saint-Ouen. Il forma la branche des seigneurs de Sarvins et de la Brosse, qui resta en Brie.
2) Eutrope, qui suit.

III) de CULANT Eutrope, écuyer, seigneur de Saint-Cyr en Brie.
Suivant une enquête faite à Parthenay, le 2 août 1540, pour la famille Légier, il eut pour enfants, d'une alliance inconnue :
  1) Charles, qui suit.
2) sans doute, Philippe, écuyer, seigneur de la Forest de Geay (Deux-Sèvres).
Il fit un aveu de son fief, au château de Thouars, le 18 mars 1540.
Il existait aussi un philippe de CULANT, seigneur de Saint-Cyr, qui fut enseigne de la compagnie de M. de Boissy, le 14 juin 1538, lorsqu'il donna quittance de ses gages.
Son sceau était un "écartelé, aux 1 et 4 de CULANT, et aux 2 et 3 de ?, à la croix de vair ?, cantonnée de quatre lions".
Il avait épousé Anne de La Fontaine, qui, étant veuve, rendit le même aveu le 14 juin 1553.
Ils eurent au moins pour enfants :
  a) Hélène, dame de la Forest, qui épousa Adrien des Fosses, seigneur d'Haraucourt (?), qui étant veuve donna ses biens à son neveu, Philippe de Fleury, qui fit aveu de la Forest, le 6 avril 1607.
b) peut-être une soeur, qui épousa un de Fleury, car se voit plus tard, le nom de Philippe de Fleury de CULANT, au XVIIème siècle.

IV) de CULANT Charles, écuyer, seigneur de Saint-Cyr en Brie.
Il fut appelé Charles dans l'enquête de 1540, et Jacques dans un Mémoire de titres, pour la famille Légier, fait au XVIIème siècle. Cependant, dans cette pièce, les noms furent souvent erronés et confondus, par le copiste).
Il épousa, le 7 mai 1514, Perrine Légier (qui se remaria vers 1530 avec Pierre des Oullières, écuyer, seigneur de Puychevrier), fille unique de Jean, écuyer, seigneur de la Sauvagère, et de Madeleine Claveurier.
Ils eurent pour enfants, deux filles, (qui furent placées par leur oncle Jacques Légier, écuyer, seigneur du Poiron, dans la maison de Mme de Boisy) :
  1) Hélène, qui épousa vers 1537, Jean de Marans, écuyer, seigneur des Ormes Saint-Martin, en Châtelleraudais.
2) N., qui fut seulement mentionnée en 1540.

Branche de CIRÉ :
La maison des de CULANT de Brie prétendant être sortie de celle des de CULANT du Berry, elle en reprit les armes aux XVIIème siècle, sans toutefois réussir à en prouver la filiation.
Voici donc le blason des de CULANT du Berry :
blason de la famille de Culant du Berry.
D'azur semé d'étoiles d'or, au lion de même brochant.

II) de CULANT Louis, écuyer, seigneur de Fontenailles.
Il était dit le troisième fils de Guillaume et de Marguerite de Dicy, mais il semble qu'il soit plutôt leur petit-fils.
Il épousa en 1440, Henriette de Vaux, qui lui donna, paraît-il, pour enfant :

III) de CULANT Jacques, écuyer, seigneur de Fontenailles.
Il vint se fixer en Saintonge, à la suite de son mariage contracté en 1495, avec Françoise Chaudrier, dame de Coulonges et de Soulignone. Elle était peut-être fille de Jean, écuyer, seigneur de Cirières, de Noireterre, et de Joachime de Beaumont.
Il était décédé en 1517, date d'une sentence de mainlevée obtenue par sa veuve, comme tutrice de leurs enfants mineurs.
Ils eurent pour enfants :
  1) Louis, écuyer, seigneur de Fontenailles. Il était décédé en 1531.
2) René, écuyer, seigneur de Coulonges. Il décéda sans alliance, après 1548.
3) Jacques, déclaré mineur en 1517.
4) Olivier, qui suit.
5) Madeleine, dame d'Atilly ?
6) Marguerite, déclarée mineure en 1517. Elle épousa en premières noces Pierre de La Touche, écuyer, seigneur de Ciré. Ce dernier décéda sans enfants en 1531, et légua sa terre de Ciré à sa femme.
Marguerite épousa ensuite en secondes noces, André de Hay, écuyer, seigneur de Bournille, d'une famille écossaise.
7) Jeanne, qui épousa Guy de Thorigny, écuyer, seigneur de Boisnerbert.
8) N., fille.
9) d'après M. Filleau, Pierre, qui fut protonotaire du Saint-Siège.

IV) de CULANT Olivier, seigneur de Coulonges, Ciré.
Il fut désigné comme héritier de Marguerite, sa soeur.
Il épousa le 27 octobre 1547, (et le 17 novembre 1547), Marie, alias Françoise de La Rochebeaucourt, fille de François, chevalier, seigneur de Saint-Mesme, gouverneur et sénéchal de Saintonge et d'Angoumois, sgr de Semoussac et Sémillac en Saintonge, capitaine de 100 hommes d'armes des ordonnances; et de Bonaventure, alias Anne de la Personne, dame de Varaize.
Il testa le 16 août 1562, et décéda le 12 octobre de la même année.
Il avait eu pour enfants :
  1) Isaac, qui suit.
2) Gabriel, écuyer, qui fera la branche de Nieul.
3) Hélène, qui épousa en premières noces, le 12 septembre 1576, Jean Poussard, écuyer, seigneur de Vandré (ou Landré), et de Genouillé en Saintonge.
Devenue veuve, elle épousa en secondes noces, Olivier du Bois, ou Dubois de Gaignac, seigneur de la Barbinaye en Bretagne.
4) Barbe, qui épousa en premières noces, François Conte, écuyer, seigneur de Loiré, décédé en 1572, puis en secondes noces, le Ier novembre 1573, Gabriel Cailhault, écuyer, seigneur de Montreuil sur mer, la Chevrotière.
5) Léa, qui épousa d'abord en première noce en 1581, Jean Gombault, seigneur de Champfleury, (4000 écus de dot), puis en seconde noces, François Herbert, écuyer, seigneur de la Grande-Forêt en Saintonge.
6) Jean, seigneur de Ciré (1587).( abbé Tricoire - le Château d'Ardenne).

V) de CULANT Isaac, écuyer, seigneur de Ciré, Grollet, Saint-Même.
Il partagea avec ses frères et soeurs les biens de leurs père et mère, le 21 mars 1581, et hérita de la seigneurie de Saint-Même et du Grollet, par sa mère.
Le 22 décembre 1608, il vendit le château de Gondeville, (qu 'il avait acquis en partie le 23 février 1607), à Samuel de Lanauve. (Jean-Paul GAILLARD).
Il épousa en première noce en 1581 (ou 1587), Prégente Bastard, dame de Livois, fille de Georges (ou François), écuyer, seigneur de la Bastardière, Livois, etc.. et de Françoise de La Boucherie.
Il épousa en secondes noces le 15 mars 1609, Marguerite de Blois, fille de Geoffroy, seigneur de Roussillon et Saintonac, et de Gabrielle de Bourzolle, et soeur de Jacques, marié à la fille de son mari. Elle en était veuve en 1624, et se remaria avec Louis de Livenne, lorsqu'elle transigea avec son frère précité, qui lui-même était veuf à cette époque, pour règlement de compte de tutelle.
Isaac eut pour enfants de son premier mariage :
  1) Suzanne, qui épousa Benjamin de Magné, écuyer, seigneur de Cigoigne et de Mandroux en Saintonge.
2) Jeanne, qui se fut mariée avec Jacques de Blois, écuyer, seigneur de Roussillon.
Isaac eut de sa seconde union :
  3) Geoffroy, qui suit.
4) Henri, écuyer, seigneur de Landrais (Charente-Maritime), qui épousa vers 1640, Françoise de Livenne.
Ils eurent pour enfants :
  a) Jacques, écuyer, seigneur de Landrais.
Il fut capitaine au régiment de Royal-Etranger-Cavalerie.
Il épousa avant 1688, Marie Grousseau (aliàs Grassay), qui étant veuve, fit inscrire le blason de son mari à La Rochelle en 1698. Ils avaient eu pour enfants :
  a1) Marie.
a2) Hélène-Henriette, baptisée le 20 juillet 1673.
b) Catherine, qui épousa, le 13 mars 1687, François Gaudin, écuyer, seigneur du Cluzeau. (Paroisse d'Aims, Les Touches-de-Périgny et Haimps, commune du canton de Matha, arrondissement de Saint-Jean-d'Angély) (Tricoire, p.137, 138).
c) Marie-Anne, (alias Marianne, Tricoire, p.138), qui fut religieuse bénédictine à l'abbaye de Saintes en 1701. Elle avait fait profession le 8 mars 1699, et y vivait encore en 1742.
d) Marie, qui épousa en 1662, Isaac de CULANT, seigneur d'Anqueville, son cousin-germain.
e) autre Marie, qui épousa Jean Grousseau, écuyer, sieur du Chapitre, paroisse des Touche-de Périgné en saintonge. Elle décéda en 1701.
f) Marguerite, qui vivait en 1701.
5) René (alias Isaac), qui fut tué à l'armée en Hollande.
6) Gabrielle, qui épousa par contrat du 11 juin 1632, François de Bonnefoy-de-Brétauville, écuyer, seigneur de la Vigerie et de Bretauville, fils de Habraham, capitaine d'une compagnie de 100 Hommes de guerre à pied dans la ville de Pons en saintonge, et de Marie de Chevaleau.
7) Marguerite, qui épousa Théodore de Lescure, écuyer, seigneur de Breuil-Bastard.

VI) de CULANT Geoffroy, baron de Ciré en Aunis, seigneur de Saint-Même, le Grollet, la Barde, etc...
Il fit un traité en 1635 avec un sieur Siette, ingénieur-géographe, par lequel ce dernier s'engageait à dessécher une partie des marais noyés de la terre de Ciré, voisine de la mer.
Il épousa par contrat passé devant maître Charles Desrobers, notaire royal à Saint-Même, le 10 mars 1633, Jacquette Méhée, dame d'Anqueville, fille de Gédéon Méhée, écuyer, seigneur de l'Etang, et du Verger-Beau. Elle eut en dot, 60 000 livres.
Geoffroy décéda avant 1647.
Son épouse devenue veuve, épousa dès 1647, Louis Voyneau, écuyer, seigneur du Plessis-Mauclerc, (Jourdan) et décéda en 1663. (Tricoire, p.133).
Geoffroy et Jacquette avaient eu pour enfants :
  1) René, qui suit.
2) autre René, qui fera la branche du Verger-Beau.
3) Isaac, qui fera la branche d'Anqueville.
4) Marguerite, qui épousa en premières noces, N. Guyot, seigneur de Thorigny, puis en secondes noces, Florizel Rolland, chevalier, seigneur de Bellébat, dont elle était veuve le 22 février 1694.
5) Madeleine, née entre 1633 et 1647, qui épousa vers 1665, Charles de Renouard, écuyer, seigneur de Servolle.

VII) de CULANT René, dit le marquis de Ciré, chevalier, seigneur baron de Ciré, Saint-Même, le Grollet, etc..
Il fut baptisé au temple de Saint-Même, le 25 Mars 1635. (Tricoire, p.138)
Il épousa, le 2 novembre 1655, (Tricoire, p.138, indique le 10 décembre 1653), Madeleine Henry, fille de Jacques, baron de Cheusse, (commune de Sainte-Soulle, canton de la Jarrie, arrondissement de la Rochelle).
Ils eurent pour enfants :
  1) René, qui suit.
2) Henri, qui décéda sans alliance, en 1670 (Tricoire, p.138).
3) Madeleine, protestante. Elle passa en Prusse et décéda en Hollande.
Le Mémoire imprimé lui donne les titres de chanoinesse catholique-réformée, telle, dit-il, qu'elle fut qualifiée dans les lettres patentes de Frédéric, Electeur de Brandebourg, datées de Potsdam, le 23 décembre 1684.

VIII) de CULANT René, comte de CULANT, chevalier, seigneur baron de Ciré, Saint-Même, le Grollet, etc..
Il obtint une compagnie de cavalerie, mais par suite de mésentente avec ses chefs, il se retira dans ses terres.
En 1695 et 1696, il fut choisi pour commander la noblesse de Saintonge, du ressort de Saint-Jean d'Angély.
Il épousa le 15 septembre 1679 (Tricoire, p.138, indique la date du 15 septembre 1673), Marie de Gombaud, dame de Champfleury et de la Trépontière, veuve de François de La Rochefoucauld, marquis de Roissac.
Il décéda en 1715.
Son épouse devenue veuve, décéda à Saint-Même, le 14 Décembre 1728 à l'âge de 73 ans. (Bruno VEILLON).
Ils eurent pour enfant unique :

IX) de CULANT René-Alexandre, marquis de CULANT, baron de Ciré, Saint-Même, le Grollet, Champfleury, etc..
Il fut élevé dans le protestantisme que professaient ses parents, jusqu'à l'âge de 9 ans. Leur ayant été enlevé par lettre de cachet, il abjura, puis fit plusieurs campagnes dans un régiment d'infanterie de nouvelle levée, qu'il fut sur le point d'acheter lorsque le régiment, avec lui, fut fait prisonnier de guerre.
Ayant été réformé à la paix, il se retira alors dans sa province.
Il épousa à Saintes, le 31 juillet 1710, Jeanne d'Aiguières, fille de Louis, écuyer, seigneur de Trignan en Provence, (Tricoire, p.138 , indique Frignan) et de Geneviève de Meaux, dame de l'Isle en Poitou.
Elle décéda à Saint-Même, le 12 novembre 1743, à l'âge de 55 ans (Bruno VEILLON)
Il décéda trois mois après sa femme, à Saint-Même, (Tricoire, p.138, indique que c'est en Allemagne), le 20 Janvier 1744, laissant pour enfants :
  1) René, qui décéda au berceau.
2) Marie-Geneviève. Elle épousa le 28 Mars 1757 (Tricoire, p.138), François-Louis Green de Saint-Marsault, marquis de Châtellaillon, chevalier de Saint-Louis, grand sénéchal d'Aunis.
Elle décéda à Poitiers en mai 1775 (Jourdan).
3) Marie-Gabrielle, qui épousa à Saint-Même, le 16 janvier 1737, Joseph-Hector d'Auray, comte de Brie, fils de Armand, comte de Brie, marquis de Gevaudun (?), et de Louise-Elisabeth de Saint-Civier de Montault de Malartic, demeurant au Château d'Artignes en Agenais. (Tricoire, p.138).
Elle aporta à son mari, après le décès de son père, les terres du Grollet et de Saint-Même.
Son époux, décéda à Saint-Même, le 3 janvier1771, à l'âge de 60 ans.
Elle rédigea son testament le 17 avril 1773 et décéda à Saint-Même, le 24 avril 1773, à l'âge de 57 ans.
4) René-Alexandre, qui suit.
5) Louis Alexandre, baptisé à Saint-Même, le 18 août 1720. Il eut pour parrain Charles d'Aiguières, et pour marraine Madelaine de Rambouillet.
Il décéda à Saint-Même, le 28 décembre 1720, à l'âge de 4 mois. (Bruno VEILLON)
6) Marie-Thérèse, baptisée à Saint-Même, le 23 décembre 1721. Il eut pour parrain, René Alexandre de CULANT et et pour marraine, Marie Genevièvre de CULANT. (Bruno VEILLON), (Tricoire, p.138, indique le 25).
Elle épousa, le 1er décembre 1746, Auguste-Henri Baudouin de La Noue, écuyer, seigneur du Vieux-Fief. Elle décéda, le 1er mars 1765 (Tricoire, p.138), à 44 ans, et fut inhumée paroisse de Saint-Barthélémy de La Rochelle.
7) Charles Alexandre, baptisée à Saint-Même, le 20 juillet 1723, (Tricoire, p.138, indique le 21).
Il décéda à Saint-Même, le 19 mars 1724, à l'âge de 8 mois. (Bruno VEILLON).
8) Alexandre, dit le chevalier de CULANT, baptisé à Saint-Même, le 3 avril 1725.
Il eut pour parrain René de CULANT, et pour marraine, Marie Genevièvre de CULANT. (Bruno VEILLON), (Tricoire, p.138, indique pour naissance le 3 avril 1726, et baptisé le 7).
Il fut officier de marine.
Il décéda sans alliance, aux îles d'Amérique (Tricoire, p.139).

X) de CULANT René-Alexandre, marquis de CULANT, baron de Ciré, Champfleury, etc..
Il naquit à Ciré en août 1717 (Tricoire, p.139), et décéda le 2 juin 1788 (Tricoire, p.139).
Il entra au service dans le régiment du Roi-Infanterie.
Il devint capitaine au régiment de Royal-Pologne, avec lequel il fit les campagnes d'Allemagne jusqu'en 1744, époque où il se retira du service.
Il fut employé sur les côtes de l'Aunis comme lieutenant-colonel de dragons, en 1747, 1748, puis plus tard pendant la guerre, avec le grade de colonel.
Il fut nommé chevalier de Saint-Louis en mai 1763, ayant le brevet de mestre de camp de la même arme, pour prendre rang à partir du 10 octobre 1758.
Il fut aussi artiste et littérateur, et laissa quelques écrits sur la musique, des drames, des poésies, etc...
Il épousa en premières noces le 14 octobre 1744, Marie-Marguerite-Hélène Bady de Dourlers, fille d'Antoine-François, chevalier, seigneur du Sart de Dourlers, grand bailli d'Avesnes, et de Marguerite Rouillois de Castagne (Beauchet-Filleau) (alias Rouillon de Castagne, Tricoire, p.139), (alias Rouillon de Castaigne, Philippe Vallantin Dulac), dame d'Arbres et de Normont, qui décéda, le 11 janvier 1747. (Tricoire, p.139, indique le 12).
Il épousa en secondes noces en 1777, Eugénie Gourgeau, (Beauchet-Filleau), (Tricoire, p.139, indique Gourgault) soeur du célèbre acteur Jean-Baptiste-Henri.
René-Alexandre eut pour enfants de sa première union :
  1) Louis-Martin, né le 11 novembre 1745, (Tricoire, p.139).
Il décéda en bas-âge peu après sa mère.
2) Charles-Alexandre, qui suit.

XI) de CULANT Charles-Alexandre, comte de CULANT.
Il naquit le 27 novembre 1746 et fut baptisé le 28 novembre 1746, dans l'église Notre-Dame de La Rochelle.
Il devint mousquetaire dans le seconde Compagnie, à partir de novembre 1762, puis capitaine de cavalerie en 1771.
Il épousa le 13 novembre 1768 (Beauchet-Filleau), (Tricoire, p.139, indique le 12 décembre 1768), Elisabeth-Lucie Petit du Petitval, dame de Loiré, fille de Pierre-Alexandre-Gaspard, écuyer, seigneur du Petitval, et d'Angélique Jarry de Loiré, dont il n'eut pas d'enfants.
Il décéda avant son père vers 1773.
Son épouse décéda le 19 Juin 1781 (Tricoire, p.140).

Branche du VERGER-BEAU : (Paroisse de Saint-Porchaire, rattachée à Bréssuire, Deux-Sèvres)

VII) de CULANT René, écuyer, seigneur de Saint-Même et du Verger-Beau.
Il fut en 1664, parrain au temple de Saint-Maixent, d'une fille de Jean Chevalleau, écuyer, seigneur de Boisragon.
Il fut maintenu dans sa noblesse en 1667 par M. Barentin.
Il fit aveu de la Vergnaye (Saint-Sauveur de Givre en Mai - Deux-Sèvres), comme héritier de sa mère, le 30 avril 1680.
A la Révocation de l'Edit de Nantes, il fut obligé de s'exiler en Hollande, avec son fils, pour cause de religion, et ses biens furent confisqués.
Il avait épousé le 21 février 1663 ( Robert, notaire sous la cour d'Aubigné - Aubigny, Nanteuil - Deux-Sèvres), Suzanne Aymer, fille de René, écuyer, seigneur du Corniou, et de Julie d'Angliers de Joubert.
Ils eurent pour enfant, au moins :


VIII) de CULANT Geoffroy, écuyer, seigneur de Saint-Même et du Verger-Beau. (Saint-Porchaire, près de Bressuire - Deux-Sèvres)
Il se fit catholique à sa rentrée en France en 1713, ce qui lui permit de rentrer dans ses biens.
Il épousa Marie-Anne de Bonchamps, fille de René, écuyer, seigneur de Maurepart, et de Catherine de Meulles.
D'après une note, il serait décédé avant 1750, cependant, sa femme, rendant un hommage le 17 août 1776, se qualifia seulement d'épouse non commune de Geoffroy, sans mentionner le décès de ce dernier.
Ils eurent pour enfants :
  1) René-Alexandre, qui suit.
2) Marie, qui épousa Jean de Mane, écuyer, seigneur du Gazon.

X) de CULANT René-Alexandre, marquis de CULANT, chevalier, seigneur marquis du Verger-Beau, châtelain de Marsais, et autres lieux.
Il assista comme parent maternel, le 7 juillet 1742, au conseil de famille qui interdit Gabriel-René de La Haye-Montbault, devenu fou.
En 1752 et 1756, il rendit aveu à Jean-Baptiste Hugueteau de Chaillé, pour la seigneurie d'Ante (Sainte-Pezenne - Deux-Sèvres), qu'il tenait du chef de sa femme.
Il épousa le 17 juin 1750, Louise-Paule des Villiers de Chantemerle, dame de la châtellenie, terre et seigneurie de Marsais en Aunis, (née le 5 avril 1719, et baptisée le 9 octobre), fille de Louis, écuyer, sieur de Chantemerle, et de Françoise-Catherine de La Haye.
Il décéda à Marsay en Aunis, avant 1757, (ou le 12 octobre 1764 suivant Tricoire, p.134).
Il avait eu pour enfants :
  1) Louise-Elisabeth-Renée, qui naquit vers 1752.
Elle épousa le 23 février 1767, à 16 ans, Louis-Henri-Pierre Chalmot, écuyer, seigneur de Sainte-Rhue, fils de Henri-Charles, écuyer, et de Elisabeth-Thérèse de Conti.
Elle décéda le 10 novembre 1786, âgée de 36 ans.
2) Alexandre-Charles-René, né le 23 février 1753.
3) Charles-André-Louis-Alexandre, qui suit.
4) Louis-Alexandre-Henri-Benjamin, né le 5 juin 1756, et décédé le 14 juin 1758.
5) Marie-Louise-Radegonde, née le 2 octobre 1759.
Elle épousa les 9 et 16 avril 1776, Alexis-René-Angélique MARSAULT, chevalier, seigneur de Parsay, l'Ile Pellevoisin, Ecravoix, et autres lieux, fils d'Alexis, chevalier, seigneur de Parsay, et de Louise-Françoise Viault de Pressigny.
Ils eurent pour enfant Louis Alexis Charles MARSAULT , né en 1791, qui épousa en 1813 Constance Ernestine Louise de Liniers (1789-1838). Il décéda en 1856, ayant eu pour enfants : Charles Louis MARSAULT, qui épousa Marie de Grésignac; et Philippe Joseph MARSAULT de PARSAY, qui épousa Caroline de Mougon de Surimeau.
De cette union naquirent Suzanne MARSAULT, qui épousa René de La Houssaye; et Marie Marcelle MARSAULT, qui épousa Louis LECOMTE (1847-1922). Ils eurent pour enfant Jean LECOMTE qui épousa Madeleine Richer des Forges (1899-1988). (Renseignements fournis par M. Martin LECOMTE).

X) de CULANT Charles-André-Louis-Alexandre, alias Louis-Henri-Charles-Alexandre, né à Niort, le 28 février 1755, et baptisé le 2 mars.
Le 10 décembre 1769, il assista, comme oncle de la mariée, au mariage de Charles-Alexandre-Louis Chalmot, et de Marie-Louise-Renée-Elisabeth de CULANT.
Il assista aussi le 9 avril 1776, au mariage de sa soeur, Marie-Louise-Radegonde de CULANT, avec Alexis-René-Angélique Marsault de Parsay. A cette date, il était officier au régiment de Royal-Cavalerie.
Il fut chevalier de Saint-Louis, et ancien officier au régiment de Piémont-Cavalerie.
Il assista par procureur à l'assemblée de la noblesse du Poitou en 1789.
Il émigra, et servit d'abord comme agrégé dans les gardes de Monsieur.
Il passa à l'armée de Condé, et y était encore à l'époque du licenciement (1801), comme maréchal des logis dans le régiment d'Angoulême-Cavalerie.
Sa descendance, s'il eut une, est inconnue.

Branche d'ANQUEVILLE :
VII) de CULANT Isaac, chevalier, seigneur d'Anqueville (Saint-Même).
Le 21 mai 1666, pour régler des problèmes de partage, Claude Chasteignier fit don d'Anqueville aux neveux de Jacquette Méhée et de Geoffroy de CULANT, dont Isaac.
Il revint à la religion catholique.
(*1) Il fut parrain d'Etienne Isaac Horric, baptisé le 8 mars 1700, à Chassors. La marraine fut Madeleine de Renouard, (peut-être la première épouse de Isaac de Renouard). Témoin : Pierre de Lacroix.
(*1) Il fut également témoin au baptême de Françoise Marie Julie Horric, baptisée le 29 avril 1699, à Chassors.
Il figura dans un arrêt de 17 août 1701 et décéda peu après.
Il épousa en 1662, Marie de CULANT, fille d'Henri, seigneur de Landrais (son oncle), et de Françoise de Livenne.
Ils eurent pour enfants :
  1) Elisabeth, baptisée au temple de Saint-Même, le 19 avril 1670 (Registre protestant de Saint-Même).
2) Henri, né le 18 octobre et baptisé au temple de Saint-Même, le 4 novembre 1670 (Registre protestant de Saint-Même).
3) Gabriel, qui suit.
4) Françoise, aliàs Marie, qui épousa le 4 Juillet 1689 (Tricoire, p.134, indique le 5), Jacques de Manes, chevalier, seigneur du Gazon.
(*1) Elle fut marraine de Jacques Horric, baptsié le 3 mai 1702, à Chassors. Le parrain était Jacques Horric, petit cousin de Daniel Horric.
5) Geneviève, qui épousa à Saint-Même, le 9 janvier 1702, Alexandre de Chevreuil, écuyer, seigneur de Romefort, originaire de Mons. (Bruno VEILLON)- (Mons, canton de Matha, arrondissement de Saint-Jean-d'Angély).
(*1) Est-ce elle qui fut témoin, parmi d'autres, au baptême de Marie Horric, le 3 mai 1702, à Chassors ?
6) Françoise-Marie, épouse de Pierre de Gobert, écuyer, seigneur de Mosnac, (ou Monac, paroisse d'Agris),(Dubournais jeune, notaire royal à Agris, A .D 16).
7) Charles.

VIII) de CULANT Gabriel, écuyer, seigneur d'Anqueville.
Il exerça la charge de conseiller du roi.
Il épousa le 27 janvier 1699, (Tricoire, p.135, indique à Cognac, le 3 février), Elisabeth Hillairet (décédée en 1716), fille de Raymond, sieur de la Pomerade, et d'Elisabeth Mestayer.
Ils eurent pour enfants :
  1) Gabriel, baptisé à Saint-Léger le 6 janvier 1702. Il décéda jeune.
2) Marie-Elisabeth-Scholastique, qui épousa à Saint-Même, le 3 novembre 1722, (Bruno VEILLON), Joseph de Marin, écuyer, seigneur de Saint-Palais, de Chapitre, et autres lieux.
3) François-Louis, qui suit.

IX) de CULANT François-Louis, comte de CULANT, chevalier, seigneur d'Anqueville.
Il fut baptisé dans l'église Saint-Léger de Cognac, le 27 avril 1703. (Paul de Lacroix, p.172, indique le mois d'août).
Il servit quelques temps dans le corps royal de l'artillerie.
Il vendit une rente à Jacques Horric, en 1739.
Il épousa en 1724, Claire-Louise-Charlotte de Besnard, fille de Charles, intendant de la marine à la Martinique, et de Claire Portier. Elle décéda à Saint-Même, le 3 février 1758, à l'âge de 50 ans. (Bruno VEILLON), (Tricoire, indique le 1er février, Tabuteau, notaire à Angeac-Charente).
Il décéda plus tard, à Saint-Même, le 21 Avril 1767, à l'âge de 64 ans. (Bruno VEILLON).
De son union avec Louis-Charlotte sont nés :
  1) Claire-Jacquette, baptisée à Saint-Même (Charente) le 6 août 1732.
Elle eut pour parrain, Jacques de CULANT, chevalier, et pour marraine, Charlotte Pontie. (Bruno VEILLON).
Elle épousa à Saint-Même, le 9 février 1762, René de Sainte-Hermine, chevalier, seigneur de la Barrière, chevalier de Saint-Louis, capitaine au régiment de Rouergue.
2) Alexandre-Louis, qui suit.
3 Jean-François, baptisé à Saint-Même, le 6 décembre 1736.
Il eut pour parrain, Green de Saint-Marsault, et pour marraine, Jeanne d'Aiguières, marquise. (Bruno VEILLON), (Paul Lacroix, p.172, indique probablement par erreur le mois de Septembre).

X) de CULANT Alexandre-Louis, comte de CULANT, seigneur d'Anqueville.
(Portrait de Louis-Alexandre de CULANT, envoyé par M. Fabien ARBANERE.)
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Il est intéressant de constater que sur le texte de droite, relatif au portrait de Louis Alexandre de CULANT, le lion du blason est représenté contouné.
On trouve cette même représentation dans l'église de Saint-Même les Carrières, ornant une clé de voûte. (restauration datée de 1731, donc avant sa naissance).
Blason dans l'église de Saint-Même

Il fut baptisé à Saint-Même le 27 juillet 1733.
(*) Il ne reçut les cérémonies du baptême que le 17 novembre 1734 (Registre paroissial de Saint-Même). Il eut pour parrain René-Alexandre de CULANT, marquis de CULANT, chevalier, seigneur des châtellenies de Ciré, Saint-Même, les Fraigneaux, etc... et pour marraine Jeanne d'Aiguières, épouse dudit marquis.
Il devint lieutenant au régiment de Beauvaisis le 26 octobre 1746, capitaine au régiment de Beauvoisis en 1758, maréchal des logis des grenadiers à cheval en 1765, maître de camp de cavalerie en 1769, brigadier des armées du Roi, le 5 décembre 1781 (grade créé par Louis XIV en 1668, correspondant à celui de maréchal de camp), et enfin maréchal de camp en 1790.
Il fut élu en 1789, avec le marquis Claude-Anne de Saint-Simon, député de la noblesse en Angoumois, aux Etats Généraux.
Il décéda à Anqueville le 29 fructidor an VII (15 septembre 1799).
Après la mort de sa veuve, décédée le 30 avril 1824 (Etat civil de Saint-Mê me), le domaine d'Anqueville fut vendu par les héritiers.
Il décéda à son château d'Anqueville le 15 septembre 1799.
Il avait épousé Marie-Jeanne-Monique Poitevin de l'Epinière (née à Villefagnan), fille d'Henri Poitevin-Loubeau, seigneur de Lespinière et de la Cantinolière; et de Marie Girard
En juillet 1787, Alexandre Louis se qualifiait aussi du titre de seigneur de la Cantinolière (Villefagnan) . (Bruno SÉPULCHRE).
Elle décéda sans postérité, à Saint-Même le 30 avril 1824, et le domaine d' Anqueville fut vendu par les héritiers.

Branche de NIEUL :
V) de CULANT Gabriel, écuyer, seigneur de Nieul.
Il fut tué au siège de Saint-Jean d'Angély, en 1569.
Les généalogies ne donnent pas d'autres renseignements sur lui, mais il dû avoir pour fils, ou pour petit-fils :
VI) de CULANT Gabriel, écuyer, seigneur de Nieul.
Il épousa le 12 juin 1613, Gabrielle de Vandel. Elle se remaria plus tard avec Charles de Gallard, écuyer, seigneur de Parsay. Elle était fille de François, écuyer, seigneur de la Roche-Maurepas, et de Marguerite Barbastre.

- BEAUCHET-FILLEAU : Dictionnaires des familles de l'ancien Poitou.
- Abbé Adolphe MONDON : Notes historiques sur la baronnie de Marthon.
- Abbé Joseph NADAUD : Nobiliaire du Limousin.
- de BREMOND d'ARS : Extrait du cahier du rôle du ban et arrière-ban de la sénéchaussée d'Angoumois, 1635.
- Etienne BARTH : Le canton de Barbezieux au temps passé.

-
Abbé TRICOIRE: Le château d'Ardenne.
- André LECLER : Dictionnaire historique et géographique de la Haute-Vienne.
- Gérard BACHELIER : Généalogie Bonnefoy.
- Registre Paroissial de Saint-Même les Carrières (Charente).
- Renseignements de Monsieur Bruno VEILLON.
- (*) - Notes généalogiques envoyées par M. Fabien ARBANERE.
- (*1) - Notes généalogiques envoyées par M. Michel DORMOY.
- Pierre-MARTIN CIVAT : Saint-Mesme Les Carrières (Biblio. Mazarine ref.80171).
- Archives des Armées, Vincennes : Trésor royal 4YF3438, CULANT d'ANAQUEVILLE.

- Bulletin de la Société des Archives Historiques, revue de la Saintonge et de l'Aunis (année 1891).
- Saint-Même les Carrières : Notes historiques... autour de la pierre. Saint-Même Patrimoine - 2003.
- Jean-Paul GAILLARD : article sur le château féodal de Gondeville, dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- Bruno SÉPULCHRE : article sur la Cantinolière (Villefagnan), dans dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- Martin LECOMTE : Renseignements généalogiques.
retour vers le menu des mises à jourretour vers le sommaire