DREUX

blason de la famille Dreux
D'azur au chevron d'or, accompagné en chef de deux roses d'argent, et en pointe d'un soleil d'or.
(Parfois une ombre de soleil)
(BEAUCHET-FILLEAU)

Famille noble et ancienne originaire des confins du Poitou et de la Touraine. Elle fut maintenue noble, d'ancienne extraction, par arrêt du Parlement de Rennes en 1689, puis par diverses ordonnances de 1700 à 1703.
En Charente, elle fut présente à Montrollet, de 1607 aux environs de 1750.

Filiation :
I) DREUX N., qui d'une alliance inconnue, eut entre autres enfants :
  1) Thomas, qui suit.
2) peut-être François, qui signa avec T. DREUX, un acte du Ier avril 1482, passé à Faye.

II) DREUX Thomas, seigneur des Barres (?), châtelain de la baronnie de Faye en 1482.
Dès le 5 décembre 1459, il était sénéchal de Savigny sous Faye, prieuré dépendant de l'abbaye de Saint-Benoît de Quinçay, près de Poitiers (Vienne), et il y était encore le 9 décembre 1484, et le 13 juin 1496.
Il fut aussi sénéchal de la Tour de Germigny (Sérigny - Vienne).
Le 15 juin 1489, il fut encore sénéchal de la Gastignonnière (Gâtelonnière, ou Gastillonière - Faye- La Vineuse - Indre et Loire), fief possédé alors par Jacques Le Roy, écuyer, seigneur de la Roche Saint-Cantin, et de la Gastignonnière.
De son union avec Louise de Harguesalles (alias Gardesalles), naquirent : (Xavier DREUX)
  1) Simon, qui suit.
2) Anne, qui épousa le 24 septembre 1449, Guillaume de Puyguyon. (Xavier DREUX)
3) Marie, qui épousa Charles Genebault. (Xavier DREUX)
4) René. (Xavier DREUX)

III) DREUX Simon, né vers 1470 à Savigny-Levescault (Vienne), seigneur des Barres, Boisaubry, la Gastillonière (Faye la Vineuse). Il fut mentionné comme seigneur de la Gastillonière, pourtant possédé par un autre Simon DREUX, dans un aveu de la baronnie de Faye, du 10 août 1553, par Bonaventure Gillier.
Il fut châtelain de Faye et fut ainsi qualifié dans un acte du Ier mars 1511.
Le 3 mai 1487, il tint les assises de la Tour de Germigny, à la place de son père, sénéchal de ce fief, en même temps que celui de Savigny, auquel il succéda dans ses charges.
Probablement vers 1480, il épousa Perrine Cacquereau, alias Caquereau, (née vers 1480 à Poitiers), fille de Jean, écuyer, seigneur de Fief-Clairet, échevin de Poitiers. (Elle était veuve en 1533).
De cette union naquirent :
  1) Pierre, qui suit.
2) Méry, né le 4 septembre 1507 à Poitiers, seigneur de Bois-Aubry, de la Gastillonière.
Il transigea avec son frère Pierre au sujet de la succession de leur père, et eut pour sa part la terre de Bois-Aubry.
Le 10 janvier 1554, il signa un acte comme conseiller du roi, enquêteur en la sénéchaussée de Poitou.
Il épousa le 15 janvier 1533 à Poitiers, Charlotte de La Coussaye, fille de Nicolas, seigneur de Fief-Bastard, et de Perette Godereau.
Il décéda le 8 octobre 1577, ayant eu de nombreux enfants qui firent la branche de Creuilly (non développée ici).
3) Marie, qui épousa N. Huguet (Xavier DREUX)
4) Françoise, qui épousa Claude Mango de Surgères. (Xavier DREUX)
5) Mathurine, née à Faye La Vineuse (Indre et Loire), et qui épousa François Charles Champeigné. (Xavier DREUX)
6) Françoise, qui épousa N. Barot (Xavier DREUX)
7) Léonardine, qui épousa N. Trinquant. (Xavier DREUX)
8) Isabeau, qui épousa N. Robin. (Xavier DREUX)
9) peut-être Simon, bachelier en lois, qui fut sénéchal de la Rabastrie, et qui tint des assises de ce fief le 3 juin 1528. (BEAUCHET-FILLEAU)

IV) DREUX Pierre, seigneur de Périgné, et des Barres.
Vers 1510, il épousa en premières noces Marie Colin (parfois appelée Scolin), qui lui donna pour enfants :
  1) peut-être Laurens. (Xavier DREUX)
2) Simon, qui suit.
3) Françoise. (Xavier DREUX)
Pierre épousa en secondes noces Françoise Quillebault. (Xavier DREUX)
De cette union naquit :
  4) Renée, née à Luçon (Vendée), et qui épousa le 2 septembre 1541 à Luçon, Abel Ranfray, seigneur de la Ramée. (Xavier DREUX)

V) DREUX Simon, seigneur de Périgné, des Barres, et la Gastillonnière.
Dans un aveu de 1553 fait par Bonaventure Gillier, il fut mentionné comme tenant ce fief, au lieu d'autre Simon DREUX.
Il fut avocat à Poitiers, et assista en 1559 à la réformation de la Coutume du Poitou.
En 1562, une plainte des chanoines de Saint-Hilaire le Grand, au sujet du pillage de leur église par les Protestants, montra Simon comme conseiller du roi et enquêteur au Présidial de Poitiers.
Le 7 janvier 1536 (ou 1556 ?), il épousa Marie Clabat, fille de Jacques, sieur de Puyterra (?), et de Perrine Descolliers.
Par son testament daté du 31 décembre 1578 (Lecomte, notaire à l'Ile-Bouchard), il donna tous ses biens à son fils François, qu'il recommanda au passage à son cousin germain Pierre DREUX, abbé de Ham.
De son union avec Marie naquirent :
  1) Pierre, qui fut chartreux, et scribe général de la Grande Chartreuse.
Il était encore vivant le 7 décembre 1619, et fut mentionné comme oncle dans le contrat de sa nièce Jacquette.
2) François, qui suit.

VI) DREUX François, écuyer, seigneur des Barres, Périgné, et Montrollet (Charente).
Il fut conseiller du roi et premier assesseur au Présidial de Poitiers, en 1593.
En 1602, il fut élu maire de Poitiers.
En 1607, il fit l'acquisition pour 30000 livres, de Jean des Monstiers, vicomte de Mérinville, de la seigneurie de Montrollet. Il en fit hommage l'année suivante à la Tour Maubergeon.
Le 22 février 1593, (Beugnon et Simonneau, notaires à Fontenay Le Comte), il épousa Marguerite Marie Catherine Gobin, (décédée en juin 1631 à Poitiers), fille de Jacques, seigneur de Vaudurant.
Il fut inhumé à Sainte-Opportune de Poitiers, le 12 février 1616, et avait eu pour enfants :
  1) Simon, qui suit.
2) Bonaventure, baptisé à Sainte-Opportune de Poitiers le 7 mars 1598, écuyer, seigneur de la Brémaudière (Saint-Ouenne - Deux-Sèvres), d'Aigne, d'Iteuil, et de la Ratonnière (Coulombiers - Vienne). Il fit l'acquisition de ce dernier fief le 23 avril 1649, de Charles de Barbezières.
En 1627, il fut pourvu de l'office de Procureur du roi au bureau des finances de Poitiers.
Il épousa en premières noces le 17 février 1634 à Luçon (Vendée), Philberte Hillereau, fille de Jean, seigneur de la Traversière, puis en secondes noces en 1564, Catherine de La Coussaye, (née vers 1637), fille de René, écuyer, seigneur de Fougeray, et de Marguerite DREUX.
Il eut plusieurs enfants, qui continuèrent sa branche, non développée ici.
3) Jacques, baptisé à Sainte-Opportune le 17 juillet 1599, qui décéda jeune.
4) Catherine, baptisée à Sainte-Opportune le 20 décembre 1600. Elle eut pour parrain Simon DREUX, seigneur de Creuilly.
Le 12 juillet 1620 (Douadic et Denesde, notaires à Poitiers), elle épousa Jacques, alias François, ou René du Theil, écuyer, seigneur de Saint-Christophe (Charente).
5) Jacquette, alias Jacqueline, baptisée à Sainte-Opportune le 27 janvier 1603.
Elle épousa à Poitiers le 7 décembre 1619, Jacques Charlet, écuyer, seigneur de Mondon.
6) Jacques, baptisé à Sainte-Opportune de Poitiers le 16 mars 1604, écuyer, seigneur de la Vallée. Il était aveugle.
Le 23 juillet 1643, il acheta de Philippe du Raynier, la maison noble de Crémault (Bonneuil-Matours - Vienne).
Le 12 septembre 1633 (Gombault et Charret, notaires à Poitiers), il épousa Catherine de La Coussaye, fille de Louis et de Louise Macquelon.
Il fut inhumé à Saint-Julien l'Ars (Vienne), le 26 février 1675, ayant une descendance, qui fit la continuité de la branche (non développée ici).
7) François, baptisé à Saint-Opportune le 21 avril 1607, écuyer, seigneur des Meurs, alias des Murs (Liniers - Vienne), et des Essarts.
Il fut trésorier de France au bureau des finances de Poitiers.
Le 13 octobre 1635, (Martin et Barraud, notaires à Poitiers), il épousa Catherine Irland, (née le 27 février 1613), fille de Charles, écuyer, seigneur de Beaumont, et de Marie Dupond.
Il décéda le 8 avril 1654, et fut inhumé dans la sépulture de la famille à Sainte-Opportune, ayant eu plusieurs enfants qui continuèrent la branche. (Non développée ici).
8) Esther, baptisée à Sainte-Opportune le 30 août 1608.
En 1611, elle fut marraine à Saint-Cybard de Poitiers.
Elle décéda supérieure des Filles de Notre-Dame de Lusignan.
9) Marguerite, baptisée à Sainte-Opportune le 31 mai 1610.
Elle épousa le 29 septembre 1625, René de La Coussaye, écuyer, seigneur de Fougeray.
10) Pierre, baptisé à Sainte-Opportune le 15 mars 1613, écuyer, seigneur de la Sicaudière (Doussay - Vienne).
Il épousa le 8 juin 1643 à Poitiers, Susanne Cléret, (ou Clairet), dame de Saint-Julien l'Ars.
Il était décédé en 1676, ayant eu plusieurs enfants. (Rameau non développé ici)
11) Marie, qui épousa Julien Serizier, écuyer, seigneur du Cluzeau.
Elle fut inhumée à Poitiers le 29 décembre 1650.

VII) DREUX Simon, chevalier, baron de Montrollet (Charente), seigneur de la Coste-Mézières, Saint-Généroux (Deux-Sèvres).
Il fut conseiller au Grand Conseil (d'Etat et Privé).
Le 31 juillet 1631, il partagea avec ses frères et soeurs les biens de leur père et mère (Douadic, notaire).
En premières noces, il épousa Florence Vidard, (décédée avant le 10 décembre 1642).
Le 30 décembre 1623 (Bourbeau, notaire à Poitiers), ils se firent une donation mutuelle.
De cette union naquirent :
  1) Simon, qui suit.
2) Pierre, qui fut baptisé à Poitiers, le 29 octobre 1629.
3) Claude, qui épousa le 10 décembre 1642, au château de Montrollet, Gédéon de Brettes, seigneur baron du Cros, fils de Cybard, écuyer, et de Jeanne de Salignac de Rochefort. (Fabien ARBANÈRE)
4) François Simon, chevalier, seigneur de la Coste-Mézières.
Il fut capitaine de dragons dans le régiment de Nancré.
Le 22 décembre 1691, il fut déchargé avec son frère Simon, des sommes taxées par le rôle arrêté au conseil.
Il fut confirmé dans sa noblesse le 26 juin 1696.
Il épousa Sophie Catherine de Walkershoven, fille de Pierre, bourgeois de Hambourg, et de Catherine Fauteman. (Xavier DREUX)
De cette union naquit :
  a) Catherine Sophie, née en 1688.
Le 20 mai 1704, elle épousa Alexandre Hilaire Piet de Beaurepaire.
Elle décéda à Poitiers le 22 août 1705.
5) Catherine, qui épousa Etienne de Salignac. (Xavier DREUX)
Est-ce elle qui fut aussi religieuse aux Filles de Notre-Dame de Limoges ? (BEAUCHET-FILLEAU)
6) Marie, qui épousa le 23 décembre 1634, Guy de Marsanges, baron de Montrocher.
7) Marguerite, qui décéda jeune.
En 1649, Simon épousa en secondes noces Catherine Nicolas, dame des Granges (Elle se remaria avec Charles de Couhé de Lusignan, écuyer, seigneur des Effes).
Il décéda le 11 septembre 1652 à Paris, ayant eu pour enfants de cette seconde union :
  8) François. (Xavier DREUX)
9) Jeanne, qui épousa en premières noces Robert du Bouex, chevalier, marquis de Villemort, (veuf de Marie d'Escoubleau), puis en secondes noces Louis de Montbel.
10) Simon, né à Montrollet le 26 juillet 1634, seigneur de la Rochette.
Il était sous la tutelle de François du Theil en 1662, et fut maintenu noble en 1696, étant alors garde du corps du roi.
Il décéda en 1721.
11) Marie, mineure en 1662.

VIII) DREUX Simon, baptisé à Poitiers le 31 janvier 1634, chevalier, baron de Montrollet (Charente), seigneur de Saint-Généroux (Deux-Sèvres).
Il fut maintenu noble par Barentin, en 1667.
Le 31 janvier 1658, il épousa en premières noces à Saint-Paul de Poitiers, Marie Rogier, (inhumée le 5 septembre 1662), fille de Philippe, écuyer, seigneur de Migné, trésorier de France, et de Renée de Chesse.
Simon épousa en secondes noces le 18 février 1663 (Merlin et Mallet, notaires de la baronnie de Saint-Victurnien - Haute-Vienne), Jeanne du Pin, fille de Gauthier, écuyer, seigneur de Maisonrouge, et de Gabrielle Joubert.
Il décéda le 18 janvier 1692 à Paris, ayant eu pour enfants de cette seconde union :
  1) Gauthier, qui fut baptisé à Montrollet le 15 juin 1666, chevalier, baron de Montrollet.
Il fut capitaine au régiment d'Artois, et fut maintenu noble par Quentin de Richebourg, le 27 décembre 1715.
Le 10 octobre 1707, il épousa à Paris, Elisabeth de Braques (?), demoiselle de Châteauvert.
Il décéda sans enfants, le 15 mars 1726, laissant beaucoup de dettes.
2) Jacques, qui fut cornette dans le régiment de Noailles.
Il fut tué à la bataille de Fleurus en 1690.
3) Simon, qui fut capitaine d'infanterie dans le régiment de Permangle.
Il fut tué au siège de Barcelone en 1706.
4) Simon, qui suit.
5) Marie, qui épousa le 2 novembre 1709, Léonard Barbarin, chevalier, seigneur du Monteil.
Elle hérita avec sa soeur, de leur oncle Simon, sieur de la Rochette, le 27 novembre 1721.
Elle était veuve en 1730.
6) Anne, qui épousa le 17 janvier 1695, Etienne de Salignac, écuyer, seigneur du Vignaud et du Petit Bourdicaud (Etagnac - Charente), (décédé au château du Fraisse - Nouic - Haute-Vienne), fils de Pierre et de Louise du Rieu. (Gérard MATHOUT)
Elle hérita avec sa soeur, de leur oncle Simon, sieur de la Rochette, le 27 novembre 1721.
Le 17 février 1737, elle vendit sa part dans la seigneurie de Montrollet, au marquis de Mérinville.
Elle décéda le 19 mars 1737. (Gérard MATHOUT)

IX) DREUX Simon, né à Montrollet le 4 septembre 1677, chevalier, baron de Montrollet (Charente).
Il fut lieutenant de son frère dans le régiment de Permangle, puis dans le régiment de Royal-Infanterie.
Il hérita de ses frères et partagea en 1730 avec ses soeurs.
Cependant, comme les dettes de son frère aîné, Gauthier, et les reprises de sa veuve absorbèrent presque toute sa succession, pour payer les dettes, ils furent obligé de vendre Montrollet au marquis de Mérinville.
Il épousa le 4 janvier 1717 à Saint-Auvent (Haute-Vienne), Antoinette de La Romagère, veuve de Léonard de La Place, écuyer, seigneur du Repaire, et fille de Pierre et de Léonarde de Champelon. (Gérard MATHOUT)
Il décéda à Saint-Junien (Haute-Vienne), avant 1744.
De son union avec Antoinette naquirent :
  1) Simon Gauthier, écuyer, seigneur de Fontferiat.
Le 16 février 1740, il épousa à Chaillac sur Vienne (Haute-Vienne), Marguerite de Lagarde, fille de Jacques et de Françoise du Soulier. (Gérard MATHOUT)
Le 13 juillet 1744, il donna quittance définitive au marquis de Mérinville, pour la vente de Montrollet (Charente).
2) Elisabeth Thérèse Léonarde, née en 1722, et qui épousa Joseph Vidaux, bourgeois de Saint-Junien.
Elle eut une fois les dettes payées, la somme de 3800 livres.
Elle décéda le 13 avril 1745 à Saint-Junien. (Gérard MATHOUT)
3) François, écuyer, seigneur du Repaire, qui fut gendarme de la garde du roi, compagnie de Bourgogne.
Avec son frère Jean Baptiste, il approuva la vente de Montrollet le 5 avril 1752.
4) Jean Baptiste, qui avec son frère François, approuva la vente de Montrollet le 5 avril 1752.

- BEAUCHET-FILLEAU : Dictionnaires des familles de l'ancien Poitou.
- Fabien ARBANÈRE : Généalogie sur Geneanet : http://gw.geneanet.org/fab21?lang=fr&pz=fabien&nz=arbanere&ocz=0&p=claude&n=dreux+de+montrollet
- Pierre MATHOUT : Généalogie sur Geneanet : http://gw.geneanet.org/gmathout?lang=fr&pz=gerard&nz=mathout&ocz=0&p=simon+iv&n=dreux&oc=1
- Xavier DREUX : Généalogie sur Geneanet : http://gw.geneanet.org/xcdreux?lang=fr&pz=xavier+philippe+lucien&nz=dreux&ocz=0&p=thomas&n=dreux&oc=2
retour vers le menu des mises à jourretour vers le sommaire