DUBOYS
de La BERNARDE, puis de LABARRE

blason de la famille Duboys de la Bernarde et de Labarre
D'azur à un calice d'or sur lequel sont penchés deux oiseaux affrontés d'argent baissant la tête dans le calice, le tout surmonté d'un croissant d'or.
Couronne comtale.
Cette couronne n'est pas présente pour marquer la prétention à un comté, mais pour signifier que le Gourdin qui accompagnait Guillaume TAILLEFER en Terre Sainte appartenait au comte d'Angoulême. C'est la signification de cette couronne. (Michel de LABARRE).


Cette famille de Saint-Amant de Boixe a été autorisé à adopté le blason de la famille Gourdin, tombée sans descendance.
Il fut apporté par les alliances successives de Anne Gourdin avec Jean Babaud, de Marie Babaud avec Louis Robert Bourrée, et enfin de Marie Thérèse Bourrée avec Jean Hélie DUBOYS de La BERNARDE.
Le lieu de la Bernarde (Saint-Amant de Boixe), a appartenu à la famille DUBOYS depuis le XVIème siècle.

Filiation suivie :
I) DUBOYS Pierre, procureur fiscal de la châtellenie de Montignac. Il habitait à la Bernarde, paroisse de Saint-Amant de Boixe.
Il épousa le 8 février 1579, au temple de Verteuil, Lucrèce Préveraud, fille de Jean, sieur de Fontclaireau, notaire à Verteuil.
Ils vécurent au logis de la Bernade, et eurent pour enfants, au moins :

II) DUBOYS Pierre, qui reprit à la suite de son père la charge de procureur fiscal de la châtellenie de Montignac, habitant lui aussi au logis de la Bernarde.
En 1614, il était fermier de Claude de Gontaud-Biron, veuve de Charles de Roye de La Rochefoucauld, pour un domaine agricole qu'il gérait.
Il épousa vers 1600 Jeanne Mousset.
Il décéda vers les années 1620, date où son épousa rendit hommage à Idas Préveraud, sieur de la Piterne et du Chastelard de Saint-Amand de Boixe.
Encore vivante en 1640, elle afferma des terres à Etienne Gourdin, sieur de la Barrière, demeurant au logis noble de Tourriers.
Elle fit encore un nouvel hommage en 1650 à Jean Préveraud, sieur du Breuil.
Pierre et Jeanne eurent pour enfants :
  1) Samuel, qui suit.
2) David, qui resta sans alliance.
3) Pierre, qui épousa Antoinette Maillosseau.
De cette union naquit :
  a) Jeanne.

III) DUBOYS de La BERNARDE Samuel.
Il reprit à son tour la charge de procureur fiscal de Montignac, et demeura également à la Bernarde.
Il épousa en 1640 Anne Seguin, fille de Michel Seguin de La Vervante, greffier à la baronnie de Montignac, et demeurant à Montignac.
De cette union naquit :


IV DUBOYS de La BERNARDE Hélie, né vers 1640.
Il fut comme ses pères, procureur fiscal de la baronnie de Montignac, et demeura à la Bernade.
Il épousa en premières noces en 1669, Anne Préveraud, fille de Jean, sieur du Breuil, et de Anne Bouquet.
Ils eurent pour enfants :
  1) Jean, qui décéda sans alliance vers 1695.
2) Anne, qui épousa en 1684, (contrat du 8 octobre 1684), Charles Préveraud, sieur de la Boissière, procureur fiscal à Montignac, fils de Charles et de Jacquette Huet (seconde épouse de Hélie DUBOYS, son père).
3) Marie, qui épousa en premières noces en 1684 (contrat du 8 octobre 1684), François Préveraud, sieur de Mailloux, fils de Charles et de Jacquette Huet, frère de Charles, cité ci-dessus.
Devenue veuve rapidement, elle épousa en secondes noces en 1698, Philippe Maulde de Puymesnier, fils de Marie Rondrailh, la troisième épouse de Hélie DUBOYS, son père.
( Philippe Maulde, devenu veuf, épousa en secondes noces, Marie Lhoumaud, d'où une fille, Marie, qui épousa Pierre Préveraud de La Boissière, fils de Anne DUBOYS et de Charles.)
Après le décès de sa première épouse, Hélie épousa en secondes noces en 1679, et par contrat de mariage du 16 juillet 1678, Jacquette Huet, veuve de Charles Préveraud de Peumeas, procureur fiscal de la baronnie de Montignac, fille de maître Jacques et de Anne Birot de Servolle (demeurant à Mailloux, paroisse Saint-Etienne de Montignac).
Jacquette possédait une propriété nommé le Breuil, paroisse de Vouhartes. Elle avait aussi 4 enfants de son premier mariage qu'elle apporta avec elle.
Hélie et Jacquette eurent ensemble :
  4) Marie, qui épousa en premières noces Hélie Sauteraud, sieur de Lériget, demeurant à La Rochefoucauld; puis en secondes noces Georges Tizon, sieur de Langlade, demeurant au logis noble de Romefort, paroisse de Saint-Front, d'où postérité.
5) Marie, qui épousa Pierre Briand, sieur des Fontenelles, demeurant à Marcillac, d'où postérité.
Elle décéda avant son père.
6) François, qui suit.
7) Catherine, qui épousa en 1704 Michel Lhoumeau (contrat du 25 août 1704), marchand de draps de soie à Angoulême, puis commissaire de Police, fils de Michel et de Suzanne Hulin, domiciliés paroisse de Beaulieu à Angoulême.
Elle eut une postérité, et décéda avant son père.
De nouveau veuf, Hélie épousa en troisièmes noces, en 1691, à 51 ans, Marie Rondrailh, veuve de Michal Maulde de Puymesnier, avocat au Parlement et juge sénéchal à Montignac, fille de Hélie, procureur au siège présidial d'Angoumois, et de Anne de La Brousse.
Il n'y eu pas d'enfants de cette union, cependant Marie avait eu 4 enfants de sa première union, dont entre autres Philippe qui épousa en premières noces Marie DUBOYS, veuve de François Préveraud du Mailloux.
Marie Rondrailh décéda le 27 mai 1710.
Hélie décéda en 1727, âgé de 87 ans.

V) DUBOYS de La BERNARDE François, sieur du Breuil, naquit à la Bernarde en 1682.
Château de la Bernarde.
(Saint-Amant de Boixe)
château de la Bernarde à Saint-Amant de Boixe
Il épousa en 1707 (contrat du 12 août 1707) , Jeanne Hériard, fille de Jean, juge sénéchal à Montignac, et de Marguerite Pigornet, demeurant à Aussac.
Pour son mariage, son père lui légua 10000 livres en préciput, plus quelques terres. Les beaux-parents donnèrent en dot à leur fille 5000 livres, dont 2000 payées à sa majorité, 2000 trois ans après, et 1000 au décès des parents. Ils donnèrent encore 200 livres le jour du mariage pour employer en habits nuptiaux. Moyennant quoi, Jeanne renonçait à toute succession.
Le 14 novembre 1722, il en ferme les terres de son père, par son propre père.
Il décéda à la Bernarde le 26 août 1764.
De cette union avec Jeanne naquirent :
  1) Jeanne, née le 26 septembre 1709
2) Marguerite, née le 26 septembre 1709, jumelle de Jeanne.
3) Marie Anne, née le 20 octobre 1710. (alias le 11 novembre 1710 ?).
Elle épousa en 1732 (contrat du Ier septembre 1732) Jean Thareau de Larial, fils de Louis Thareau de Lisle, et de Françoise Leprou.
Ils étaient encore vivants en 1768, et eurent pour descendants, entre autres Jean de Labrunerie.
4) Jean (alias Pierre ?), né le 19 juillet 1712. Il décéda au berceau.
5) Pierre, né le 10 août 1713. Il décéda le 12 juillet 1723.
6) Marie, née le 29 janvier 1715.
7) Jean Hélie, qui suit.
8) Jeanne Marie, née le 6 janvier 1718. Elle décéda le 7 octobre 1718.
9) Jeanne, née le 21 décembre 1718. Elle décéda le 9 janvier 1734.
10) François DUBOYS de La BRUNE, qui fera la branche de la Brune.
11) François, né le 14 avril 1721. Il décéda en bas-âge.
12) Françoise, née le 14 avril 1721, jumelle de François (?).
13) Pierre DUBOYS de GODEFROY, qui fera la branche de Godefroy
14) Anne, née le 14 août 1724.
Elle devint religieuse, soeur de la Sagesse.
15) François (alias Jean) DUBOYS de La BROUE, né le 10 décembre 1725.
Il épousa Marie Nicolas (remariée en 1793 avec M. Rochette), qui lui donna pour enfant :
  a) Jean Hélie, né en 1788. Il fut commissaire de police et eut lui même un fils :
  a1) Alcide, qui décéda sans postérité à Ruffec en 1905.
16) Jeanne, née le 13 février 1727. Elle décéda le 25 septembre 1728.
17) Roze, née le 11 septembre 1729. Elle décéda le 21 suivant..
18) Jean, né le 22 mars 1730, décédé le 5 janvier 1734.
19) François DUBOYS de BELLEPLANE, né le 6 avril 1733.
Il épousa en 1773 Marie Birot, sa cousine.
Il s'engagea dans l'armée et fut officier d'infanterie.
Il demeura avec sa femme à Coulonges, mais leur vie en commun fut de courte durée, car François décéda le 7 juin 1776, sans laisser de postérité.
Sa succession fut partagée entre quatre de ses frères et soeurs, car Jean Hélie et Anne y renoncèrent.

VI) DUBOYS de La BERNARDE Jean Hélie, né le 6 décembre 1716, chevalier, seigneur de la Barre, etc... Il décéda le 4 février 1802.
Il fit une brillante carrière militaire jusqu'au grade de Maréchal des Camps et Armées du Roi (nommé en mars 1788), charge anoblissante pour lui et sa descendance, breveté chevalier de Saint-Louis. (Il avait été lieutenant-colonel de dragons, et aide-maréchal-général des logis en Allemagne).
Demeurant à la Bernarde (Saint-Amant de Boixe), il épousa en premières noces, (par contrat du 10 décembre 1771, reçu Jean Bernard, notaire royal à Angoulême), et religieusement le le 20 décembre Marie Thérèse Bourrée, fille de Louis Robert, écuyer, seigneur du Grand et du Petit Balzac, Villement; et de Marie Babaud des Bouteries.
Elle amena avec elle tous les biens de la famille Gourdin, dont elle était héritière, à savoir les logis de Tourriers et de la Barre de Villejoubert. (Inventaire sommaire des archives départementales de la Charente, antérieures à 1790).
Le 27 mai 1772, ils vendirent à Emmanuel Sazerac, conseiller du roi, échevin de la ville d'Angoulême, le lieu et domaine du Maine-Blanc, paroisse de Saint-Martin, à Angoulême. (Florent GAILLARD et Jean-Paul GAILLARD). Etait compris aussi dans ladite vente faite moyennant 11000 livres et 240 livres de pot de vin, une borderie voisine, relevant du fief de Valette et de divers seigneuries. Acte reçu par Jean Bernard, notaire royal à Angoulême. (Inventaire sommaire des archives départementales de la Charente, antérieures à 1790).
Demeurant au logis de la Barre, et comme administrateur légal de son fils et de sa femme défunte, le 14 avril 1774, il fit dresser l'inventaire des meubles du logis de Tourriers, après le décès d'Anne Gourdin survenu le 12 du mois. (Acte reçu par Jean Bernard, notaire royal). (Inventaire sommaire des archives départementales de la Charente, antérieures à 1790).
Elle décéda en mettant au monde son fils :
  1) Louis Robert DUBOIS de La BARRE, qui suit.
Il épousa en secondes noces le 19 mai 1781, Catherine Marie (alias Guillemine Marie) de Guimard de Couzier, fille de Annet Jean, écuyer, seigneur de Puy-Français, Couziers; et de Marie Anne Joubert de La Vergne. Elle décéda en 1810.
Le 12 novembre 1781, il passa un marché avec Jean Rouyer, dit le Méchant, pour l'entretien des couvertures du logis de la Barre et celles du logis de Tourriers.

VII) DUBOYS de LABARRE Louis Robert, chevalier, seigneur de la Barre (Villejoubert), Chastelars, etc...né au logis de la Barre, le 29 janvier 1773, et baptisé le même jour dans l'église de Villejoubert.
Il fut député au champ de mai 1815 du grand collège électoral du département de la Charente, conseiller général du même département, chef d'état major de la Garde Nationale de la Charente.
Il émigra en 1791, et rentra dans l'Armée du duc de Bourbon (Compagnie des officiers du maréchal de Turenne), puis rejoignit le régiment des Chevaliers de la Couronne sous les ordres de Louis Joseph de Bourbon, prince de Condé.
Il fut ensuite cadet au régiment de Waldeck-Dragons autrichiens, puis Chasseurs-Noble, compagnie n° 10.
Pendant son absence, la Bernarde fut saisi. Le quatrième lot de la Bernarde, part revenant à la Nation comme représentant de l'émigré, fut adjugé le 12 Messidor an IV (30 juin 1796), DUBOYS, cultivateur à Saint-Amant de Boixe (Jean-Paul GAILLARD et Bruno SÉPULCHRE).
il en fut de même avec le domaine de la Barre (Villejouvert) Le 18 Thermidor an IV (5 août 1796), le domaine fut vendu, et acquit par Pierre DUBOIS, l'un des administrateurs du département. (Danielle ARNAUD). Il y a de fortes chances pour que Pierre DUBOIS, soit le même qui est racheté le 4ème lot de la Bernarde, mais je ne sais pas où rattaché ce Pierre DUBOIS...
Comme vendéen amnistié, il fut rayé provisoirement de la liste des émigrés, en surveillance à Niort. Il fut autorisé par le préfet de la Charente, à résider à Angoulême, près de son père infirme et octogénaire, le 18 Prairial an IX. Il fit sa déclaration devant le préfet de la Charente le 29 Floréal an X, et fut amnistié le 18 Frimaire an XI. (abbé Pierre BUREAU).
Il fut fait chevalier de Saint-Louis le 10 mai 1816, et devint conseiller municipal, puis maire d'Anais dès 1815, Député au Champ de mai 1815 du Grand Collège Electoral de la Charente, et conseiller général de la Charente en 1822.
Il décéda à Puy-Français le 11décembre 1857, qu'il avait racheté aux héritiers de sa belle-mère Guillemine de Guimard.
Il avait épousé à Angoulême le 27 mars 1803 (6 germinal an XI), Marie de La Loubière, dite Mimi, (née le 25 et baptisé le 27 octobre 1776 à Charmant), fille de Jean Marie Odet, chevalier, seigneur de Bernac, et de Jeanne Guy de Livernant. Elle décéda à Puyfrançais le 7 octobre 1848.
Ils eurent pour enfants :
  1) Charles, né le 12 janvier 1806 (22 nivôse an XIV) qui épousa N. Babin, du Maine Charnier.
Il décéda le 17 septembre 1851, sans postérité.
2) Charles Emmanuel Léo, qui suit.
3) Aline, née en 1808 à Angoulême. Elle décéda sans alliance, le 8 octobre 1844.
4) Herminie, née en 1809 à Angoulême. Elle décéda le 27 août 1887 à Puyfrançais, sans alliance et sans postérité.
5) Jeanne, dite Charlotte, née le 17 février 1804 (27 pluviôse an XII).
Elle épousa le 16 juillet 1827 Joseph Adrien de Terrasson de Montleau (né le 11 mai 1802 à Angoulême, et décédé en 1884 aux Andreaux), fils d'Alexandre René Gabriel et de Françoise Victoire d'Arlot de Cumond, d'où postérité.
Elle décéda aux Andreaux (Saint-Estèphe), le 16 février 1900.

VIII) DUBOYS de LABARRE Charles Emmanuel Léo, né le 24 mars 1819, à Angoulême.
Il fut élève dans l'atelier d'Eugène Delacroix, et devint artiste peintre.
Il était propriétaire du logis de Puyfrançais (Anais), où il décéda le 9 juillet 1905.
Il avait épousé le 14 octobre 1851, Félicité Radegonde Laure Préveraud de Chambonnaud, (née le 11 mars 1831, décédée le 11 mars 1893 au logis de Puyfrançais), fille de Jean Louis, maître de Postes à La Rochefoucauld, et de Marie Pauline de Touzalin.
De cette union naquirent :
  1) Louis Marie Roger, qui suit.
2) Marie Jeanne, née au logis de Puyfrançais en 1853, et décédée en 1929.
Elle avait épousé Léon Marie Augustin Henri Ythier Dumuys, conservateur des Musées Historiques et de Jeanne d'Arc d'Orléans, chevalier du Saint-Sépulcre et de Saint-Grégoire Le Grand (né en 1854 et décédé le 20 février 1911), fils de N., et de Marie Pauline de Touzalin, d'où postérité actuelle.
3) Charles Marie Ivan, né le 22 mai 1856 à Puyfrançais.
Il fut élève de l'Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr.
Il décéda sans alliance et sans postérité, le 10 avril 1878 à Puyfrançais.
4) Marie Henri Ludovic, né le 15 juillet 1862 à Puyfrançais, et décéda également à Puyfrançais le 21 décembre 1941.
Il avait épousé le 25 février 1889 à Govalet (Parzac), Marie Julienne Clotilde Cantillon de Lacouture (née le 27 août 1867 et décédée en 1949), fille de Jean Henri, et de Marie Ernestine Amédine de Clervaux. (Jean-Pierre BRUYAS)
De cette union naquirent :
  a) Hélène Anne Marie, née le 10 février 1890 à Parzac.
Elle épousa le 4 juin 1912 à Anais, Yves Bernard de La Gatinais (né le 31 décembre 1886 à Lamballe), fils de Pol Bernard et de Marie Cécile Picot de Plédran, d'où postérité.
Elle décéda le 13 septembre 1959 à Saint-Maudez (Côtes d'Armor). (Jean-Pierre BRUYAS)
b) Charles Marie Louis Robert, né le 15 septembre 1891 à Parzac.
Il fut assureur maritime, et eut la distinction de Chevalier de la Légion d'Honneur.
Il épousa le 6 juillet 1926, à Courbevois (Seine), Yvonne Tourret, d'où un fils.
En 1943, il fut témoin du mariage de Pierre Charles Marie Léo DUBOYS de LABARRE et de Désirée Anna Caillon.
Il décéda le 30 décembre 1951 à Suresne (Seine). (Jean-Pierre BRUYAS)
c) Pierre Charles Marie Léo, né le 15 octobre 1895 à Parzac.
Comme son frère, il devint assureur maritime.
Il eut la Croix de guerre, fut élu maire de Naillat (Creuse) en 1944-1945, et président du Comité de Libération.
Le 22 juillet 1943, il épousa à Courbevoie (Seine), Désirée Anna Caillon (née le 22 janvier 1896 à Paris, décédée le 18 mai 1975 à Naillat (Creuse), et inhumée dans le cimetière de cette commune). Elle était fille de Claude Victor et d'Antoinette Vilmin. Le frère de Pierre, Charles, fut témoin à son mariage.
Il décéda le 24 avril 1977 à la Gassotte (Naillat). (Jean-Pierre BRUYAS)
d) Etienne, né en 1899 à Puyfrançais, et décédé en 1967 à Angoulême.
Il fut conseiller général de la Charente, et eut la distinction de Chevalier de la Légion d'Honneur.
Il épousa en 1922 Jeanne Martin de Beaucé (née en 1901, et décédée en 1986), d'où six enfants.
5) Marthe, qui épousa le 9 novembre 1909, son cousin germain Georges de Rogier (né en 1854), chef de bataillon d'infanterie en retraite, chevalier de la Légion d'Honneur, fils de Charles Marie et de Coralie Augustine Marie Préveraud de Chambonnaud (soeur de Mme Léo de LABARRE).
Il décéda sans postérité.
Elle décéda à Poitiers vers la fin des années 1950 - début des années 1960.

IX) DUBOYS de LABARRE Louis Marie Roger, né le 23 octobre 1852 au logis de Puyfrançais. Il décéda le 24 octobre 1924 au domaine de Maziéras.
Il habita le château de Maziéras, commune d'Issac (Dordogne).
Il épousa à Issac (Dordogne), le 18 février 1884, Marie Françoise Suzanne Defreix de Mazièras (alias Françoise Caroline Marie Suzanne, née le 13 décembre 1861 au domaine de Maziéras (Issac) et décéda le 7 janvier 1948 à Bergerac), fille de Jacques Ludovic, juge de paix, et de Marie Caroline Zoé de La Porte aux Loups.
Ils eurent pour enfants :
 

1) Charles Marie Henri, né le 9 juin 1885 au domaine de Maziéras.
Il disparu au front le 25 octobre 1914, près de Saint-Nicolas Les Arras (Pas de Calais).
2) Marie Radegonde, née le 7 mai 1886. Elle décéda le 15 novembre 1981.
Elle avait épousé le 7 janvier 1914, Albéric Marie John Gaston du Puch (né le 7 novembre 1881, décédé en 1951), fils d'Elie Théodore Albéric, lieutenant-colonel au 4ème chasseurs d'Afrique en retraite, officier de la Légion d'Honneur, commandeur du Nicham Iftikar; et de Mary Frances Stafford-Henderson.
Ils eurent 4 enfants, qui continuèrent sa postérité.
3) Marguerite Anne Jacqueline Marie, née le 25 juillet 1887. Elle décéda le 25 février 1908, des suites de couches.
Elle épousa le 16 avril 1907, Pierre Auguste Renouard, docteur en droit, d'où un fils et postérité actuelle.
4) Geneviève Jeanne Marie, dite Gina, née le 12 décembre 1888. Elle décéda aussi en 1918, sans alliance ni postérité.
5) Ivan Maurice François Régis Marie, né le 23 mars 1890.
Elève séminariste, il fut mobilisé en 1914 et fut tué au front le 28 août de la même année, près de Raucourt dans les Ardennes.
Il est inhumé au cimetière militaire "Sedan-Yorcy", près de Sedan.
6) Odette Louise Marie Joseph, née le 26 mai 1892.
Elle décéda le 7 janvier 1984, sans alliance ni postérité.
7) Hubert Henry Ignace Marie, né le 31 octobre 1895.
Il décéda le 17 novembre 1903.
8) Guy Gabriel Antoine Marie, né le 15 août 1898. Il décéda le 11 août 1989.
Il fut sous-lieutenant après la guerre 1914-1918, et devint après la seconde guerre mondiale, agent d'assurance à Bergerac.
Il eut la distinction de chevalier de la Légion d'Honneur.
Il épousa en avril 1927 à Paris, Simone Anne Marie Glavany (née le 30 juillet 1902 à Candilli (Turquie), et décéda le 7 novembre 1972 à Bergerac), fille de Germain et d'Euprasie Glavany, d'où six enfants, et postérité actuelle.
9) Anne Paule Madeleine Marie, née le 25 janvier 1902.
Elle décéda le 5 novembre 1903.


Branche de la BRUNE :
VI) DYBOYS de La BRUNE François, né le 3 janvier 1720.
Il fut fermier gestionnaire des terres du marquis de Bayers, puis en 1762 de celles de Charles, comte de Broglie.
Il vint ensuite habiter à la Bernarde.
Il épousa en premières noces en 1745, sa cousine germaine Catherine Hériard du Rondeau, fille de Jean, sieur du Rondeau (frère de Jeanne Hériard), et de Catherine Rombaud (Dispense en Cour de Rome du second degré de parenté datée de septembre 1745).
De cette union naquirent :
  1) François, né en 1751 à Villorioux, paroisse de Saint-Groux, sieur de la Molignière.
Il fut commissaire de la Marine et directeur des Cultures et Fabriques d'Egypte en 1801.
En 1804, il partit en Russie où il exerça comme professeur de Belles Lettres Françaises, auprès du comte Tolstoï.
Il épousa par contrat du 2 février 1785, Antoinette Bon, dont il n'eut pas d'enfant.
Il décéda sans doute en Russie.
2) Charlotte, née vers 1753 à Villorioux.
Elle épousa Guillaume Rigat, sieur de la Renière, avocat en Parlement, d'où postérité.
3) Pierre, né le 23 décembre 1756 à Villorioux.
Il devint curé de Beaulieu en 1785, et quitta l'état ecclésiastique en 1790, année où il fut Président de l'Assemblée Primaire de Saint-Amant de Boixe.
Il fut ensuite Administrateur du département de la Charente en 1795, Conseiller de Préfecture sous l'Empire et la Restauration. Il reçut la Fleur de Lys au retour de Louis XVIII, puis la Légion d'Honneur durant les Cent Jours.
Il décéda à la Bernarde le 4 septembre 1834.
Il avait épousé en 1794 Louise Poumeau, fille de Jean, maître chirurgien, et de Jeanne Suraud.
De cette union naquirent :
 

a) Emilie, qui épousa Alexis de Prémont, docteur en médecine, d'où postérité.
b) Elise, qui épousa en 1842, son cousin germain Amédée DUBOYS, sans postérité.

Devenu veuf en 1756 (suite à la naissance de son troisième enfant), François épousa en secondes noces, par contrat du 4 mai 1758, Françoise Birot, fille de Pierre, sieur de Servolle, et d'Elisabeth Birot. (Dans le contrat de mariage, François était dit marchand, demeurant au bourg de Xambes, et sa future femme Françoise Birot, demeurant au bourg de Coulonges. Caillaud, notaire royal à Angoulême). (Inventaire sommaire des archives départementales de la Charente, antérieures à 1790).
A nouveau veuf, François épousa en troisièmes noces par contrat du 20 avril 1789, Marie Leroy de Lenchères, veuve de N. de Rocuard.
Il décéda le 22 octobre 1798 à la Bernarde.

Branche de GODEFROY, puis du VIGNAUD :
VI) DUBOYS de GODEFROY Pierre, né le 12 juillet 1723, sieur de Godefroy.
Il épousa en 1759 Catherine Gratereau, veuve de François Gratereau, sieur de Verrière.
De cette union naquirent :
  1) François DUBOYS de La BERNARDE, né vers 1760 et décédé en 1834.
Il épousa à Cayenne (Guyane) Félicité de Saintard.
2) Jean Hélie DUBOYS de GODEFROY, né le 4 mai 1763 à la Bernarde.
En 1791, il émigra et rejoignit l'armée de Condé. Il participa à diverses campagnes.
Il atteint le grade de capitaine en 1896, puis lieutenant-colonel d'infanterie, et fut nommé Chevalier de Saint-Louis par Louis XVIII en exil.
Il fut inscrit sur la liste générale des émigrés à la date du 2 mai 1792. Le 29 Floréal an X, il fit sa déclaration devant le préfet de la Charente, et fut amnistié le 18 Frimaire an XI. (abbé Pierre BUREAU).
Il épousa en premières noces à Saint-Claud, le 2 août 1802 (14 thermidor an X) sa nièce Renée Julienne Rizat de La Terrière (née le 24 janvier 1780 à Ruffec, et décédée le 24 novembre 1804 à Saint-Amant de Boixe), fille de Guillaume, avocat au parlement, et de Charlotte DUBOYS de La BRUNE.
Devenu veuf, il épousa en secondes noces, Françoise Rosalie Préveraud, (née à Saint-Genis des Meulières (Saint-Genis d'Hiersac), décédée après 1843), fille de Louis Sylvestre, sieur de la Boissière, lieutenant de grenadiers au bataillon de Limoges, et de Marie Quantin.
Il décéda à Saint-Amant de Boixe, le 25 septembre 1829.
De cette union naquit :
  a) Rosalie, qui resta sans alliance.
3) Marie Charlotte, qui épousa Pierre André Rouauld (né en 1762), qui fut percepteur des Contributions indirectes à Saint-Amant de Boixe, puis second juge suppléant du Juge de Paix de la même commune, et enfin garde-chef de la forêt de la Boixe. Ils eurent deux filles.
4) François, qui suit.

VII) DUBOYS de GODEFROY François, né en 1766, sieur du Vignaud.
Il décéda le 26 novembre 1812 à Saint-Amant de Boixe.
Il avait épousé par contrat du 9 octobre 1799, Françoise de Montalembert, fille d'Henri et de Françoise de Beaupoil.
De cette union naquirent :
  1) Jean Hélie DUBOYS du VIGNAUD, né le 30 octobre 1800 à Cherves de Cognac.
2) Charles Alexandre DUBOYS du VIGNAUD, dit Amédée, né le 29 janvier 1806 à Saint-Amant de Boixe.
Il devint inspecteur voyer au service des Ponts et Chaussées à Angoulême.
Il épousa en premières noces en 1834 Catherine Lacombe (décédée le 14 avril 1840).
De cette union naquirent :
  a) Charles, né le 5 novembre 1836. Il décéda en bas-âge.
b) Anatole, qui devint homme de lettres sous le pseudonyme de Jean du Bois.
Devenu veuf, Charles Alexandre épousa en secondes noces, sa cousine Elyse DUBOYS.
c) Samuel DUBOYS du VIGNAUD, né le 16 août 1809 à Saint-Amant de Boixe.
Il s'engagea dans l'armée, et atteint le grade de capitaine.
Il décéda le 27 mai 1849 à Bourbonne.

- Alain de LABARRE : Histoire de Famille : Duboys de Labarre, etc...
- Nombreuses données généalogiques envoyées par M. Emmanuel GAUTHIER LAGARDE.
- Généalogie de la famille DUBOYS de LABARRE, parue dans le groupe yahoo "Notables de nos provinces" : Christophe BOUNAIX du PUCH.
- Jean-Paul GAILLARD et Bruno SÉPULCHRE : article sur la Barnarde, dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- Danielle ARNAUD : article sur la Barre (Villejoubert), dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- Jean-Paul GAILLARD et Florent GAILLARD : article sur le Maine-Blanc (Angoulême), dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- CALLANDREAU : Ordre de la noblesse d'Angoumois.

- Inventaire sommaire des archives départementales de la Charente, antérieureses à 1790, rédigé par P. de FLEURY et J. de La MARTINIÈRE.
- abbé Pierre BUREAU : Les émigrés charentais.
- Jean-Pierre BRUYAS : Généalogie sur Internet : http://gw.geneanet.org/letourdefrance?lang=fr;pz=elsa;nz=bodiou;ocz=0;p=pierre+charles+marie+leo;n=duboys+de+labarre
retour vers le menu des mise à jourretour vers le sommaire