de GENTILS

blason de la famille de Gentil
blason de Philippe de Gentil de Langallerie
D'azur à une épée nue d'argent mise en pal la pointe en haut, sous laquelle passe un chevron de même, accompagné de trois roues de Sainte-Catherine de même, posées deux et un.
 
Blason de Philippe de Langallerie.
D'azur à un chevron d'or accompagné de trois roues de Sainte-Catherine de même, posées deux et un, et une épée d'argent posée en pal brochant sur le chevron.
- CHÉRIN, (91, dos 1868), dit "que la roue de la pointe est traversée par une épée d'argent."
GENTILS de Lajonchapt ou La Jonchapt, (autrefois de l'Age au Chapt), et de Langallerie. (Nersac).
Famille originaire du Limousin.

Branche de LAJONCHAPT :
I) de GENTILS Jehan, viguier de Saint-Yrieix.
Il épousa Jehanne Moustonne.
Ils eurent pour enfants :
  1) Jean, qui suit.
2) Yrieix, mort en 1547, qui avait épousé N. de Calvimont.
Ils eurent au moins deux filles dont l'une deviendra dame d'Aubeterre, et l'autre nommée Françoise, deviendra femme de N. de La Tour, baron de ?.
3) François, seigneur de ? en Guyenne.
De lui est issu le président de GENTILS, au parlement de Bordeaux, seigneur de Cadillac.
4) Marie, femme d'Olivier Dalier, mort l'an 1547.

II) de GENTILS Jehan. IL était décédé en 1547.
Il avait épousé Louise de Rançonnet, fille du seigneur d'Escoires en Périgord, dont il eut :
  1) Hélie, qui suit.
2) Yrieix, prieur-curé de Saint-Sulpice en Périgord et de Saint-Guillaume en Limousin, abbé de Saint-Maurice et chanoine de Saint-Yrieix en 1537.
Il fut l'exécuteur testamentaire de son frère en 1547.

III) de GENTILS Hélie, écuyer, seigneur du Mas et de Lajonchapt, de la prévôté de Saint-Yrieix, demeurant à Saint-Junien
Il fut anobli en décembre 1515 par Louise, duchesse d'Angoulême, régente de France, mère du roi, en raison de ses services et de sa notable lignée. (lettres données à Lyon au mois de décembre 1515, enregistrées à la chambre des comptes le 22 février 1518).
Il épousa Léonne de Sanzillon de La Foucaudie, fille de N., seigneur de la Foucaudie, et de N. Pompadour de Château-Bouchet, et reçut des lettres de confirmation d'anoblissement du roi François Ier le 4 avril 1543.
Il fit son testament le 8 août 1547 et donna procuration à son fils Jacques le 17 août 1550.
Ils eurent pour enfants, au moins :
  1) Jacques, qui suit.
2) Gabriel, chanoine de Saint-Yrieix en 1543.
3) Paul, viguier de Saint-Yrieix, et légataire du Repaire du Claud en 1547.
4) Yrieix, légataire en 1547.
5) Léonard, qui a formé la branche A.
6) Poncet, seigneur de Panthenie et du Chambon, viguier de Saint-Yrieix l'an 1543.
7) Adrien, qui a formé la branche de La Vallade et de Saint-Romain.

8) Plus 7 filles, dont Françoise, mariée le 26 août 1537 avec Antoine de Montgibaud, écuyer, seigneur de Montgibaud, en présence d'Yrieix GENTILS, prieur-curé de Saint-Sulpice en Périgord, curé de Saint-Guillaume, en Limousin et chanoine de Saint-Yrieix.

IV) de GENTILS Jacques, écuyer, seigneur de Lajonchapt, de la ville de Saint-Yrieix.
Il épousa le 10 juillet 1543 Marguerite de Salaignac, (aliàs Salignac-Rochefort), fille de Raimond, seigneur de Rochefort, et de Françoise Béchade.
Il prit part à la bataille de Saint-Denis en 1567, et fit son testament le 29 avril 1569.
Il y est dit avoir épousé en secondes noces en 1555 Françoise de Moneys.
De son premier mariage naquirent :
  1) Raymond, tué en duel par son cousin de Chouly-Permangle, le 21 mars 1567.
2) Yrieix, qui suit.
3) Paul
, seigneur du Verdier l'an 1555, viguier de Saint-Yrieix La Perche.
Il épousa Marguerite du Roys, et eurent pour enfants :
  a) François,
b) et autres enfants, morts avant leur mère.
Etant veuve, cette dernière fit une donation, le 31 janvier 1598, à François de Chouveyreix, écuyer.
Paul de GENTILS fut remplacé dans sa charge de Viguier par Pierre de Jarrige, en janvier 1563. 
4) Jean, vivant en 1555.
5) Marguerite, vivante en 1555.
6) Jacquette, vivante en 1555.
7) Galienne, baronne de Chirac.
8) Yrieix, auteur de la branche de Langallerie.
9) Raymond, seigneur de Permangle en 1597.
Il eut une fille :
  a) N., qui épousa N. de Lambert, seigneur de Saint-Bris en Bourgogne.
10) Yrieix. Il fut seigneur de Puyfolet près de Saint-Yrieix, et capitaine aux gardes.
Il épousa Edmée de Régnier, fille de Claude, baron de Guerchy, et d'Anne de Giverlay.
Ils eurent pour enfants :
  a) Georges, seigneur de Puyfolet.
b) Adrien, chevalier de Malte, reçu le 24 mars 1614, de la langue de France.
c) Anne, qui épousa le 20 septembre 1626 Henri de Lambert, marquis de Saint-Bris, lieutenant général des armées du roi.

V) GENTILS Yrieix, écuyer, seigneur de Lajonchapt, de Laurière, et de la prévôté de Saint-Yrieix.
Il épousa le Ier février 1572 au château de Pelvezi, Hélène de Reilhac, fille d'Antoine, seigneur de Pelvezi, chevalier des ordres du roi, et de Françoise de Carbonnières.
Il fit son testament le 26 février 1602 et dit que sa femme était inhumée dans le grand choeur de l'église de la Noailles, sépulture des GENTILS.
(*) Ils eurent au moins 7 enfants, reconnus dans le testament du 26 février 1602.:
  1) Yrieix, qui suit.
2) Françoise, mariée le 25 janvier 1595 avec Paul de Chouly-Permangle.
Ils eurent Yrieix, gouverneur de Limoges.
(*) 3) Jean. Il eut de son mariage avec N. :
  a) Jean, qui épousa Jeanne Queyroulet. Ils eurent plusieurs enfants, dont l'aîné :
  a1) Pierre, qui fut sieur du Vergnaud.
(*) 4) autre Jean.
(*) 5) Antoine. Il fut officier du duc d'Orléans.
Il parti faire un pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle, en 1672, et à cette occasion fit donation de tous ses biens à son ami et parent François Mazure, habitant Archayoux, à la Chapelle Notre-Dame.
(*) 6) N., bâtard, qui reçoit 200 écus.
(*) 7) N., bâtard, qui reçoit 200 écus.

VI) GENTILS Yrieix, écuyer, seigneur de Lajonchapt, de Laurière, et autres places.
Il épousa le 22 mars 1614 Isabeau de Journet, veuve de François de La Chapelle de Jumilhac, seigneur de Lavallade et d'Estivaux.
Il testa le 24 novembre 1657, ayant eu pour enfants :
  1) Gaspard, qui suit.
2) Jean, écuyer, seigneur de la Faye, marié le 10 juillet 1651 avec Marguerite Deschamps.
Un de ses descendants, Pierre, écuyer, seigneur de la Faye, épousa vers 1780, Marie du Garreau, fille de Gabriel, écuyer, seigneur de Grésignac, et de Anne-Laure Picaud.
Il fut maintenu dans sa noblesse en 1667.
3) Jacques, écuyer, seigneur du Clos, ou Claud, marié le 20 novembre 1653 avec Claude Tenant, auteur d'une branche encore représentée de nos jours en Limousin.
Il fut maintenu dans sa noblesse en 1667. Elle était veuve en 1667.

VII) GENTILS Gaspard, écuyer, seigneur de Lajonchapt et de Villebranche.
Il décéda avant son père.
Il épousa le Ier février 1643 au château de Lambertie, Catherine de Lambertie, fille de Gabriel, chevalier, seigneur dudit lieu, baron de Montbrun, seigneur de Miallet, etc...et de feue Isabeau de Rochechouart-Pontville.
Il fut maintenu en sa noblesse par sentence du 12 mars 1667 rendue par d'Aguesseau.
Il eut pour enfants :
  1) Léonard, qui suit.
2) Jean
, chevalier, seigneur de Lavaud, la Coste et Roziers.
Il épousa dans l'église de Nontronneau le 26 février 1685 Françoise de Constant, demoiselle de La Mazières, de la ville de Saint-Léonard.
Ils eurent pour enfants :
  a) Pierre, seigneur de Lavaud-Porcher près de saint-Yrieix, marié le 12 avril 1717 avec Jeanne-Ursule Arthuys de Vaux, fille de Jacques, conseiller du roi au baillage d'Issoudun, et de Madeleine Pénier. Elle était veuve et sans enfants en 1733, retirée dans un couvent de Limoges.
b) Isabeau, qui épousa le 16 février 1722, par contrat passé devant Sénemaud, notaire royal, au lieu et maison noble de Lavaud-Porcher, paroisse de Saint-Pierre, hors les murs de Saint-Yrieix, François Bonhomme, sieur du Puy La Chave, près Saint-Yrieix.
Elle fut instituée, par son frère aîné Pierre, sa légataire universelle.
c) Françoise, mariée le Ier août 1730, à Ladignac, avec Sylvain Triviaux.
d) Antoine, seigneur de la Coste, puis de Rosiers en la Marche.
Il épousa N. de La Marthonie.
On présume que de lui descendent les MM. de GENTILS de Rosiers, subsistant encore en 1868, représentés par un fils, avocat, aspirant à entrer dans la magistrature et une fille, mariée à N. Duclos, avocat.
La branche de Rosiers, seule existante, est représentée par M. GENTILS de Rosiers, habitant le château de Rosiers (Haute-Vienne), et par ses deux fils, officiers dans l'armée française (1907).
3) Anne, épouse d'Antoine de Jousselin, seigneur de Lort, morts tous deux sans postérité en 1707.
4) Elisabeth, femme d'Antoine Chiquet, seigneur de Lamaignon, chevau-léger de la garde ordinaire du roi en juin 1709.

VIII) GENTILS Léonard, écuyer, seigneur de Lajonchapt.
Il fut substitué à Jean son oncle, par le testament d'Yrieix, son aïeul, du 27 septembre 1657.
Chevau-léger de la garde ordinaire de Sa Majesté en 1675, cornette de cavalerie dans le régiment de Langallerie en 1690.
Il épousa le 26 février 1680 Marie des Maisons, (aliàs Desmaisons de Bonnefons), fille de Jean, écuyer, seigneur de Bonnefons, et de Gabrielle de Royère.
Ils eurent pour enfants :
  1) Léonard, qui suit.
2) Pierre, écuyer, seigneur du Claud, lieutenant de cavalerie dans le régiment de Bretagne.
Il épousa le 11 mai 1726 Françoise de Salaignac, fille de François, écuyer, et de feue Marie Ouzeau.
Ils eurent :
  a) Léonard, écuyer, seigneur du Claud, marié le 27 août 1750 avec Marie Leymarie, fille de feu Jean, notaire, et de Gabrielle Queyronlet.
3) Jean.
4) Pierre.
5) Léonard, tonsuré en 1714.
6) Marie-Françoise, née en 1686, reçue à Saint-Cyr sur ses preuves de noblesse en 1696 et mariée en 1712 à Versailles, avec Claude-Etienne, comte de Rutant.
7) Elisabeth, religieuse à l'abbaye de Ronceray à Angers.
8) Elisabeth, reçue à Saint-Cyr le 15 juin 1709.

IX) GENTILS Léonard, chevalier, seigneur de Lajonchapt.
Il fut comme son père capitaine dans le régiment de Vimians, auparavant de Langallerie.
Il assista à l'assemblée de la noblesse de la sénéchaussée de Saint-Yrieix en 1789.
Il épousa le 23 février 1745 Anne Valette, fille de Pierre et de Gabrielle de Cramarigeas, dont il eut :
  1) Pierre, qui suit.
2) Léonard, né en 1753, page de la Dauphine en 1776.

X) de GENTILS Pierre, chevalier, né le 13 janvier 1746.
Il fut seigneur de la Faye et du fief de Champ et fut reçu chevau-léger de la garde du roi le 31 mai 1769.
Il assistait à l'assemblée de la noblesse en 1789.

Branche A :
IV) de GENTILS Léonard, légataire du lieu du Mas en 1547.
Il épousa Jacquette de Gueuble.
De ce mariage vinrent :
  1) Jacques, qui suit.
2) Françoise, femme de Pierre du Garreau, seigneur de Gironie.
3) Anne.
4) Raymond.
5) François, tonsuré en 1603.
6) Yrieix.

V) de GENTILS Jacques, seigneur de Gueuble, du Mas la Breulhe et de Drye en partie.
Il fut un des cent gentilshommes de la maison du roi.
Il épousa Claude de Regnier de Guerchy, fille de Claude, baron de Guerchy, et d'Anne de Giverlay.
Ils eurent pour enfants :
  1) Adrien, qui suit.
2) Edmée, qui épousa par contrat du 29 septembre 1614 Charles de Roffignac, écuyer, seigneur de Meace en Nivernais.

VI) de GENTILS Adrien, seigneur du Mas du Boulet et de la Forest de Chaume.
Il épousa Madeleine de Courtenay, fille de Jean, chevalier, seigneur des Salles, et de Madeleine d'Orléans.

Branche de la VALADE et de SAINT-ROMAIN :
IV) de GENTILS Adrien, écuyer, seigneur de la Valade.
Il épousa N., dont :

V) de GENTILS Jean, seigneur de la Valade.
Il fit une transaction en 1548.
Il épousa Marguerite des Escuyer, qui testa le 19 mars 1574.
Ils eurent :
  1) Martial, qui suit.
2) Nonette, à qui sa mère fit une donation en 1559.

VI) de GENTILS Martial, seigneur de la Valade, paroisse de l'Isle, juridiction de Bourdeille.
Il fut capitaine du château et lieu de Bourdeille, et eut commission en 1580 pour former une compagnie de cent hommes de pied.
Il testa le 15 mai 1616.
Il avait épousé le 27 août 1584 Marguerite de Perrolt, dont il eut :
  1) Henri, écuyer, seigneur de la Vallade et de Croignac.
Il épousa le 14 octobre 1633 (aliàs 1635), Marguerite d'Allogne, dont :
  1) Henri, sieur de Croignac en partie, qui habitait Saint-Astier.
2) François, seigneur de la Vallade, Bouré.
3) Henri, sieur de Saint-Romain en 1677
.
(Le 24 mai 1677, par ordonnance de M. Pellot, intendant de Bordeaux, Henri, François, et autre Henri, furent inscrits au catalogue des nobles de la sénéchaussée de Périgueux. Deux des frères de Henri ont été au service du roi : l'un y est mort, l'autre dit le chevalier de GENTILS, après avoir servi 38 ans dans le régiment de Saintonge et celui du Poitou, eut sa retraite et une pension. Il était chevalier de Saint-Louis.)
4) Charlotte.
5) Françoise, demoiselle de Marival.
6) Marguerite.
2) peut-être François, sieur de Séguinie, qui suivra.

VII) de GENTILS François, écuyer, seigneur de Séguinie, de Croignac en partie et de la Valade.
Il épousa par contrat du 12 octobre 1636 Charlotte de Farineau, dame de Bonroy, fille de Jacques, écuyer, seigneur de Bonroy, et de Elisabeth Faucher, par lequel il est stipulé que le second fils qui naîtra de ce mariage portera le nom et les armes de Farineau, qui est une des plus anciennes noblesses de la Touraine.
Elle fit son testament, étant enceinte, le 22 août 1638.
De ce mariage naquirent :
  1) François, qui suit.
2) Sicaire-Françoise, baptisée le 3 septembre 1638, qui épousa Jean-Adrien de Bélair, écuyer, sieur de Vilaret.
3) Bonne-Claude, demoiselle de Saint-Romain, qui épousa par contrat du 11 juillet 1700 Pierre Faucher, écuyer, sieur de la Jourdannie.
4) Henri de GENTILS de FARINEAU, seigneur de Saint-Romain, la Valade et Bonroy. Il épousa en 1686 Renée de Balley.
5) peut-être Jean, chevalier, seigneur du fief de Saint-Romain et du Val Saint-Georges.
Il eut un procès avec Marguerite Gauthier, veuve du sieur Goislard de La Droitière (1745-1752).
Il fut nommé chevalier de Saint-Louis en 1751.

VIII) de GENTILS François, seigneur de la Valade et de Bouré.
Il épousa par contrat du 20 janvier 1671 Marie de Godefroy, fille de Pierre, chevalier, seigneur de Chaussay, Lavaud Saint-Georges et autres lieux, et de Marie Bucheron.
Ils eurent :
  1) Henri, qui suit.
2) Jean.
3) Marie
.

IX) de GENTILS Henri, seigneur de la Valade et de Bonroy, né le dernier jour de février 1677.
Il épousa en premières noces Anne de Poulard, demoiselle de la Pichie, fille de Jean-Charles et de Françoise de Barnelaise. Elle testa le 31 juillet 1708 et mourut en 1711.
Il épousa en secondes noces le 25 janvier 1718 Valérie de Poulard, fille de François, seigneur de Bertinie, et de Marie Noël.
Henri fit son testament le 20 mai 1729, nommant Henri, son fils aîné du premier lit, son héritier universel.
Il eut pour enfants :
  1) Henri, qui suit.
2) Jean, écuyer, chevalier de Bonroy, seigneur de Saint-Romain, habitant Ribérac, où il fit son testament, le 12 mars 1712, au moment de partir pour le service du roi dans le régiment de la Reine-Infanterie.
Il fit son héritier Jean, son filleul, fils de Henri de GENTILS, son frère, écuyer, seigneur de Bonroy.
Il assista au mariage de Henri, son frère germain, le 30 avril 1733.
3) Pierre, écuyer, chevalier, habitant la ville de Ribérac.
Il testa au château de Bourdeille en Périgord le 6 septembre 1759, laissant héritier universel Antoine-Henri de GENTIL, chevalier, seigneur de la Valade, son neveu.
4) Marie, baptisée le 13 mars 1713, qui épousa Pierre Noël, écuyer, seigneur des Essards, fils de Pierre, sieur du Pipier.
5) Thérèse, baptisée le 10 avril 1714.
6) Raymond.
7) Marie.
8) François, écuyer, sieur de la Bertinie.
9) François.

10) François.
11) Dauphine, qui était du premier lit.
Un acte légalisé montre que, le 24 août 1722, Henri avait alors les 11 enfants ci-dessus, et que Valérie Poulard, sa seconde femme, alors âgée de 33 ans, était sur le point de donner le jour à un autre.
12) Jeanne, qui épousa Jean Baudouin, sieur du Cluzelard.
13) Jean.
14) N., surnommé Canette.

X) de GENTILS de BONROY Henri, écuyer, seigneur de la Valade.
Il fut baptisé le 20 janvier 1703, ayant pour parrain Henri de GENTILS, écuyer, seigneur de Saint-Romain, sous-brigadier aux gardes du corps du roi.
Il fit une transaction avec son frère germain Jean le 30 novembre 1732.
Il fut capitaine au régiment de Ribeyrac-Infanterie le Ier janvier 1734, et mourut en activité dans ce régiment, laissant son fils aîné âgé de 8 mois. Il fut enseveli à Trèbes, diocèse de Carcassonne, le 7 septembre 1736.
Il avait épousé par contrat du 30 avril 1733 Marie-Madeleine d'Aydie de Montcheuil, fille de Charles-Antoine-Armand-Odet d'Aydie d'Armagnac, chevalier, seigneur de Ribérac. Elle fut tutrice de son fils Henri, qui suit.

XI) de GENTILS Antoine-Henri, seigneur de la Valade, né le 27 septembre 1735, baptisé le 25 janvier 1736.
Il fut mousquetaire de la garde du roi le 22 mars 1749 jusqu'au 11 juin 1755.
Il acheta le 4 septembre 1765, tout ce que possédaient à la Valade MM. Barthélemy de GENTILS, sieur de Lazarte, et François de GENTILS, sieur du Vignaud.
Il épousa le 28 août 1756 Marie-Sybille de La Garde de Mallet, fille de François de Mallet, écuyer, seigneur de la Garde du Pont, et de Julie de La Garde de Pressat, âgée de 18 ans.
Ils eurent pour enfants :
  1) Pierre, né le 13 mars 1760.
2) François, né le 20 juillet 1761.
Ces deux frères montrèrent 11 degrés de noblesse pour être admis à l'école royale militaire.
3) Jean, qui suit.

XII) de GENTILS de SAINT-ROMAIN Jean, chevalier de Saint-Louis, ancien capitaine des chasseurs royaux, maire de l'Isle.
Il épousa par contrat du 29 septembre 1812 Ursule-Radegonde Goursaud de Merlis, fille mineure de Jean-Baptiste, et de Radegonde Moreau de Villejalais.
De ce mariage naquirent :
  1) Ursule-Radegonde-Octavie de GENTILS de Saint-Romain, née le 9 septembre 1813, mariée le 12 juillet 1838, avec Négrier du Villard-Fontaubert.
2) Jacques-Joseph-Adolphe, qui suit.
3) François-Armand, lieutenant d'infanterie, mort sans alliance le 10 avril 1846.
4) Radegonde-Adèle-Henriette, née le 24 octobre1820, morte en bas-âge.

XIII) de GENTILS de SAINT-ROMAIN Jacques-Joseph-Adolphe, né le 12 février 1816.
Il épousa le 30 juillet 1842, Julie-Marceline-Henriette-Blanche Vander-Monde, née à Mildebourg (Hollande), le Ier avril 1813. Il mourut sans enfants le 2 octobre 1856.

Noms isolés :
- de GENTILS Poncet, seigneur de Pautevy en 1522.
- de GENTILS de La Valade N., épousa le 20 juillet 1801, N. Kuesbeck, veuve de N. Mayer, dont :
  1) Antoinette-Charlotte, née le 9 mai 1802, baptisée le 16 du même mois.

Branche de LANGALLERIE : (primitivement Lengaleyrie et l'Engaleirie, petit fief situé à Saint-Yrieix)
V) GENTILS Yrieix. Il fut capitaine d'une compagnie d'ordonnance de 50 hommes, et gouverneur du château de Cognac.
Il épousa le 8 août 1598 Anne Géraud, demoiselle de la Motte-Charente (Nersac), Langallerie en Agenais, fille de Thomas, seigneur dudit lieu, et de N. de Rabaine, dame de la Motte-Charente, etc...
Elle lui porta en dot les terres de la Motte-Charente, Rocheraud, de nombreux revenus sur la ville d'Angoulême, etc...
Ils eurent pour enfants :

VI) GENTILS François, écuyer, seigneur de Langallerie.
Il épousa le 7 juin 1625 Judith de la Motte-Fouquet, qui semble être fille de Charles, écuyer, marquis de Saint-Seurin, et d'Elisabeth de La Chassagne (alias La Cassaigne), baronne de Tonnay-Boutonne. (Elle est dite le 12 janvier 1653, dame de Rocharaud et de Langallerie, dans un hommage de ses terres à François Péricard, évêque d'Angoulême).
De cette union naquirent, au moins :

VII) GENTILS Henri-François, marquis de Langallerie, premier baron de Saintonge à cause de Tonnay-Charente.
Il fut lieutenant général des armées du roi, gouverneur de Provence.
Il reçut comme récompense de sa belle conduite au passage du Rhin, alors simple major d'un régiment de cuirassiers, le régiment de cavalerie vacant par la mort du duc de Longueville qui venait d'être tué au même passage.
Il épousa en premières noces N. Vidaud (Certains auteurs disent avec N. de Lubersac), et en secondes noces le 26 septembre 1660 Marie de Couleurs, fille de Pierre,vicomte d'Arnac. Il eut pour enfant, au moins :
  1) Philippe, qui suit.
2) Suzanne, dite Mlle de Langalerie.
Elle habitait Paris, et conserva la Mothe-Charente (Nersac), jusqu'en 1740. Le 16 juillet de cette année là, elle vendit le château à André Léon Eynaud, écuyer, conseiller secrétaire du roi, demeurant à Paris. (Laurent MAURIN).
Elle décéda le 27 juin 1754.

VIII) GENTILS Philippe, marquis de Langallerie, lieutenant général des armées du roi en 1704.
Il était né en 1661.
Il épousa en premières noces à Versailles, Marie de Parroy, veuve du marquis de Simiane, fille de Jacques, maître des comptes en la chambre de Dauphiné, et de Catherine Dorgeosse La Tivolière. Elle fut gouvernante des filles d'honneur de madame peu après l'an 1694, décédée sans enfants le 12 janvier 1708.
Philippe épousa ensuite en secondes noces Marguerite de Frère, fille du baron de Gratteaux, religionnaire, qui s'était retiré en Allemagne.
De cette union naquirent :
  1) Philippe-François, qui suit.
2) d'autres fils.
Après s'être distingué brillamment durant les campagnes du Roussillon et d'Italie, à la suite desquelles il eut quelques démêlés avec le ministre de Chamillart, il quitta la France pour venir se mettre au service de l'Autriche. Nommé feld-maréchal, il combattit contre la France, puis, après bien des aventures racontées par M. de Montégut, dans le bulletin de la Société Archéologique et Historique de la Charente, année 1865, il se fit protestant et fut mis en prison à Vienne. Transféré au château de Raab en Hongrie, il y mourut le 18 septembre 1717, à l'âge de 56 ans.
Ses terres en France furent confisquées et données à Mlle de Langalerie, sa soeur unique, qui vendit ensuite ses terres à vie pour vivre plus opulemment à Paris, où elle est morte très âgée, le 27 juin 1754.

IX) de GENTILS Philippe-François, baron de Langalerie, né en 1710.
Il épousa à Lausanne (Suisse) Angélique Constant de Rebecque, fille du baron lieutenant général de ce nom. Il était aide de camp de l'empereur Charles VII de Bavière, et lieutenant-colonel à son service.
Il eut de son mariage :
  1) Samuel de GENTILS, marquis de Langallerie, né au château d'Allamans en 1748, marié en 1773 avec Marguerite Kamm de Wissembourg, dont :
  a) Etienne de GENTILS, marquis de Langallerie, officier aux gardes suisses en Hollande, mort à Bâle en 1806, sans postérité.
b) Frédérique de GENTILS, née en 1778, mariée en premières noces avec François de Sylvestre, commissaires des guerres de l'armée française, et en secondes noces en 1811, avec le lieutenant d'artillerie baron Pelletier. Elle eut du premier lit Emmanuel de Sylvestre, né en 1801, capitaine d'infanterie, et du second lit, deux filles, Elisabeth et Frédérique Pelletier.
2) Charles, qui suit.
3) Angélique, née à Lausanne en 1757, mariée en 1777 avec Pierre Crouzas, seigneur de Corsier, près de Lausanne.

X) de GENTILS Charles, marquis de Langallerie après la mort de son neveu survenue en 1806, né au château d'Allemans en 1751.
Il fut capitaine dans les régiments suisses au service de la France avant 1792.
Il épousa à Lausanne avant 1797, Sophie Baillif de Vègue, d'une famille noble du Dauphiné, décédée en 1835. De ce mariage naquirent :
  1) Frédéric-Philippe, qui suit.
2) Marie, née à Lausanne en 1798.
3) Nathalie, née à Lausanne en 1807, mariée le 19 janvier 1833 avec le baron d'Hogguer, aide de camp de Son Altesse Royale le duc de Saxe-Cobourg.
4) Justine, née à Lausanne en avril 1809, mariée le 19 janvier 1833 avec le baron Jules de Rottenham, chambellan du roi de Bavière.

XI) de GENTILS Frédéric-Philippe, marquis de Langallerie, né à Lausanne en décembre 1797.
Il devint lieutenant aux gardes suisses en France avant 1839, capitaine dans l'infanterie d'Afrique le Ier août 1839, chevalier de la Légion d'Honneur, réintégré dans ses droits civiques et politiques de citoyen français, par acte de la municipalité de Paris du 18 novembre 1832.

Noms isolés :
- Dame Jeanne Le Gay, veuve de messire Jean de GENTILS, écuyer, seigneur de Rosiers, était à l'assemblée générale de la noblesse de la Haute-Marche en 1789.
- de GENTILS de Brutine Anne-Henri, paroisse de Châtenet, épousa en 1771, Joseph-Melchior de Guitard, paroisse de Sauviat.
- de GENTILS de Brutine Marc-Antoine, seigneur dudit lieu, était à l'assemblée de la noblesse de la Haute-Marche le 16 mars 1789.
- GENTIL-Duvernet N. était président au présidial de Guéret en 1789.
- GENTIL Sylvain, chevalier, seigneur de la Brutine, paroisse de Châtenet, de Bussin et de Comteri.
Il épousa Elisabeth Igonin de Montauran. Elle mourut à 66 ans le 20 novembre 1758, et fut enterrée à Saint-Domnolet.
De ce mariage vinrent :
  1) François, qui suit.
2) Martial, qui se fit frère lais chez les ermites de Saint-Augustin.
3) Jean, chevalier, sieur de la Brutine, qui se maria.
- de GENTIL François, écuyer, sieur de Brutine, mourut le ? 1750.
Il avait épousé, dans l'église d'Ambazac, le 17 mars 1739, Jeanne-Rose Rouard, fille de feu Jean-Joseph, sieur de la Boissarde, de la paroisse de Saint-Michel Les Lions à Limoges, et de feue Jeanne de Nesmond. Elle mourut en 1750.
- de GENTIL Jean, chevalier, sieur de Brutine, fils de Sylvain et d'Elisabeth, épousa ?, dont :
  Joseph, écuyer, sieur de Brutine, épousa en 1762 Catherine de Lévis de Sauviac.
- de GENTIL Sylvain, écuyer, sieur des Granges, épousa Louise de Jumilhac, dont il eut, marie, morte à 25 ans, le 8 janvier 1733, enterrée à Saint-Domnolet de Limoges.
- GENTIL Yrieix, sieur de la Faye et de la Géline, épousa ?, dont Suzanne, mariée par contrat reçu par Plantadis, le 20 octobre 1597, avec Jacques Castel, sieur de Clouay en Normandie.
- GENTIL Marie, de la ville de Saint-Yrieix, épousa dans l'église d'Arnac-Pompadour, le 13 juillet 1731, Pierre du Mas, notaire royal et procureur aux appeaux de Ségur, paroisse de Boissenac.
- de GENTIL de La Cour Pierre, épousa en 1767 Louise-Marie de La Morélie de Puyredon, de la ville de Saint-Yrieix.
- de GENTIL Jean, sieur de Lavaud, épousa Anne Mazeau, dont :
  1) Pierre.
- des GENTILS Alexandre-Yrieix, écuyer, sieur de la Croix-Rouge (de la ville et paroisse de Montbron en Angoumois, la Breuille, le Vieux-Chapagnac.
Il épousa Anne-Françoise de Barutel, dont il eut :
  1) Anne-Françoise, née le 23 mai 1680.
2) François-Maurice-Alexandre, né le 29 mai 1681.
3) Jean-Bertrand-Yrieix, né le 30 avril 1682.
- GENTIL Judith épousa Jacques de Ponthieu, seigneur de Chives.
Ils habitaient au château de la Blanchetière (Londigny). (Bruno SÉPULCHRE).
- Les Des GENTILS, furent seigneur de l'Herse (Pérignac), aux XVIIIème et XIXème siècle. (Jean-Paul GAILLARD et Jérôme ROYER).

- BEAUCHET-FILLEAU : Dictionnaires des familles de l'ancien Poitou.
- Armorial Général de France dressé par Charles d'HOZIER, généralité de Limoges.
- Abbé Joseph NADAUD, et abbé A LECLER : Nobiliaire du diocèse et de la généralité de Limoges.
- (*) Courrier rectificatif aimablement envoyé par M. Guy FRISOU.
- Laurent MAURIN : article sur la Mothe Charente (Nersac), dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- Bruno SÉPULCHRE : article sur la Chanchetière (Londigny), dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- Jean-Paul GAILLARD et Jérôme ROYER : article sur l'Herse (Pérignac), dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
retour vers le menu des mises à jourretour vers le sommaire