GOULARD
blason de la famille Goulard
 
blason de la famille Goulard
 
blason de la famille Goulard
1) D'azur à un lion rampant d'or, couronné, armé et lampassé de gueules.
 
2) D'azur au lion rampant d'or, lampassé et couronné de gueules. (Papiers de famille et Barentin)
 
3) D'azur au lion rampant d'or, armé et lampassé de gueules. (Réformation de Bretagne)
blason de la famille Goulard, branche de Billé et de  Chambrettes
 
blason de la famille Goulard, branche de Billé et de  Chambrettes
 
blason de la famille Goulard, branche de la Vernière et de la Boulaye
4) D'azur au lion rampant d'or, lampassé et couronné de gueules, à l'orle d'or. (Branche des seigneurs de Billé et de Chambrettes)
 
5) D'azur au lion rampant d'or, lampassé et couronné de gueules, à la bordure dentelée d'or.(Branche des seigneurs de Billé et de Chambrettes)
 
6) D'azur au lion rampant d'or, lampassé et couronné de gueules, au lambel d'argent. (Branche des seigneurs de la Vernère et de la Boulaye).

Maison noble et d'origine chevaleresque, originaire du Poitou ou de la Saintonge. Elle a donné des gentilhommes de la chambre du roi, des chevaliers de Malte. Elle a comparu aux bans de la noblesse et aux assemblées de la noblesse du Poitou de 1651 et 1789. Elle fut maintenue comme noble et d'ancienne extraction en 1665, 1667, 1668, 1699 et 1715. Son nom s'est écrit indistinctement GOULARD, GOULARD, et Goulart.

Noms isolés :
- GOULARD Anne, épousa vers 1360 Louis Vasselot, chevalier, seigneur d'Annemarie, etc..., qui en 1370 était capitaine de 50 hommes d'armes pour la garde du château de Ruffec.

- GOULARD Nicolas, capitaine du château de Saveille (Paizay-Naudouin), est poursuivi en 1437-1438 avec plusieurs autres pour excès et violences, au préjudice de Nicolas de Volvire, chevalier.

- GOULARD Marie, dame d'Etaule (Saint-Simeux), reçoit le 5 février 1520 une déclaration. L'abbé Tricoire (Le château d'Ardenne), pense qu'elle est l'épouse de Jean Gastaud et mère de Jacques Gastaud, qui mourut sans enfants en 1541, laissant pour héritier Charles Petit, écuyer, marié avec Marguerite GOULARD.

- GOULARD Placide, fille d'Etienne, écuyer, seigneur de Piberneau, ou Puyberneuil, et y demeurant (logis noble de la commune de Bors), épousa le 27 septembre 1573 Charles Le Forestier, écuyer, seigneur de la Baudouère.

- GOULARD Jacques, écuyer, seigneur de Puyberneuil, demeurant en la paroisse de Champagnolles, acquit, le 19 mai 1620, (Robert, notaire à Saintes), les droits de Charles Dreux, procureur de son père Jean Dreux, curé de Saint-Dizant du Gua, contre Jean Fourestier, soit-disant curé dudit Saint-Dizant du Gua.

- GOULARD Salomon, sieur de la Planche, officier de l'artillerie du roi, demeurant à Saint-Séverin, (Charente ?), est exempt de tailles en 1631.

- GOULARD Gaston, fait son testament le 21 juillet 1704 (Audeart et Constant, notaires), dans lequel il donne 20 livres de rentes au couvent des Minimes de Châteauneuf, diocèse d'Angoulême, pour faire dire 15 messes basses à perpétuité.

Branche de TOUVÉRAC :
VI) GOULARD Jean, sieur de la Martinière, (vivant en 1363), épousa en premières noces Jeanne Mauclerc, dame de la Brossardière.
Il eut de ce mariage entre autres enfants :

VII) GOULARD Jacques. Il épousa Béatrix Bonnet, dame des Alleuds et de Barge, fille d'Hugues, et de Jeanne Odart de Curzay, seigneur et dame de Brilhac et de la Chapelle-Bâton. Il fut co-seigneur de la Martinière.
Il eut de son mariage :
  1) François, qui suit.
2) Louis, à qui quelques auteurs donnent pour épouse Marguerite Jau.
3) Pierre, auteur de la branche de la Boulidière.
4) Imbert.
5) Phelippot, alias Philippe (?), qui se trouvait à servir comme archer au ban de 1491, et qui habitait la seigneurie de Parthenay.
6) Brunissande.
7) Héliette.
8) Guiberte.

VIII) GOULARD François, écuyer, seigneur de Barge (Béceleuf - 79), des Alleux (les Alleux - Surin - 79), et de la Martinière. Il servit comme homme d'armes sous le seigneur de la Grève au ban de 1467, et vivait encore en 1471. Il avait épousé Jeanne, alias Hélène Roux, fille de Jean, seigneur de Bois-Roux, et de Louise GOULARD, et en eut :

IX) GOULARD Arthus, écuyer, seigneur de Barge, les Alleuds, la Martinère, baron de Touvérac. Il obtient avec Guyon Aisse, son beau-frère, des lettres du parlement de Paris, en date du 9 décembre 1507, pour faire assigner Pierre du Pont, écuyer, et Catherine de Sainte-Maure. Il est à croire que le procès ne s'en tint pas là, car il se trouve plus tard une nouvelle commission du parlement qu'il obtint le 14 avril 1524, pour informer contre des excès commis par voie de fait par ordre de Léon de Sainte-Maure, écuyer, seigneur de Montauzier, "au grand mépris des arrêts de la cour du parlement et de l'éxécution d'iceux".
Il rendit aveu à Parthenay pour Barge le 20 décembre 1511, et vivait encore en 1540.
Arthus épousa vers 1500 Claire Aisse, fille de Prégent, seigneur de Touvérac, et de Catherine de Sainte-Maure. Ce mariage lui apporta la baronnie de Touvérac. Ils eurent pour enfants :
  1) Jean, qui suit.
2) Jeanne.
3) autre Jean, ou Jeannot, chevalier de l'ordre du roi en 1545, seigneur de Puyrigaud et de Brie en Saintonge. Il obtint le 12 février 1545, avec Jean, son frère aîné, une sentence favorable de la sénéchaussée d'Angoumois dans le procédure qu'avait reprise contre eux, après la mort de leur père et mère, Guy de Sainte-Maure, écuyer, seigneur de Montauzier. Jeannot fut fondé de pouvoir de Louise de Montbrun, sa belle-soeur, pour assister au mariage de son neveu le 6 août 1560, et de son petit-neveu Jacques le 21 juillet 1584.
4) Isabeau, qui épousa par contrat du 4 avril 1544 Jean de Cugnac, seigneur de Caussade, et qui décéda au mois de mai 1587. Elle fut inhumée auprès de son mari en l'église de Trélissac.

X) GOULARD Jean, écuyer, seigneur de Barge, baron de Touvérac. Il servit comme homme d'armes au ban du Poitou de 1533. Il habitait à Barge en 1568 et est cité comme chevalier de l'ordre du roi dans un acte du 26 juillet 1582, concernant la famille de Cugnac du Bourdet. Il épousa Louise de Montbrun, et eut de ce mariage :
  1) François, qui suit.
2) Antoine, écuyer, seigneur de Fontchauvet, qui assista au mariage de son frère François, et fit ainsi que sa soeur Anne, un transport en sa faveur en 1560.
3) Anne, qui en 1580 était l'épouse d'Antoine de La Touche, écuyer, seigneur de Montfort.
4) Hélène, qui épousa par contrat du 17 juin 1563 (Audebran et Bourgnon, notaires), François Jourdain, écuyer, seigneur des Forges. Par traité passé entre ledit François Jourdain, le 17 juin 1568, à l'occasion de ce mariage, les parents d'Hélène et son frère François lui cédèrent la maison noble des Alleux et 6000 livres.
5) suivant quelques auteurs, N., qui aurait épousé Jean GOULARD, écuyer, seigneur de Puyrigaud, en 1560.

XI) GOULARD François, baron de Touverac, chevalier, seigneur de la Martinière (près de Pouzauges - 85), Bignac, Chambrettes (Landes-Genusson - 85), Billé (Coutures - 49), la Chapelle-Magenaud, Barge, la Rousselière, Saint-Maigrin, le Verger, etc... Il fut nommé le 17 octobre 1567, gentilhomme ordinaire de la chambre du duc d'Anjou, et reçu chevalier de l'ordre en 1568 par M. d'Avaugour, de la maison de Bretagne.
Il fut enseigne de la compagnie de 50 hommes d'armes du comte de Vertus, sieur d'Avaugour, le 25 novembre 1567, et en cette même qualité au camp de Beaulieu, près de Loches le 18 août 1569. Il fut cité parmi les gentilhommes qui défendirent Poitiers en 1569 et fut ainsi désigné: " Le sieur de Touverac, lieutenant de M. d'Avaugour et chevalier de l'ordre." Il fut ensuite nommé enseigne dans la compagnie de 100 lances du maréchal d'Essé le 30 octobre 1573, puis en 1574, le duc d'Anjou, devenu roi sous le nom de Henri III, le maintint dans sa charge de gentilhomme de sa chambre.
Vers la même époque, le duc de Montpensier le chargea d'une mission de confiance près de la reine et du roi qui étaient alors à Lyon. Le 30 mai 1578, Henri III lui accorda une gratification de 2000 livres en considération des recommandables services qu'il avait rendus aux prédécesseurs de Sa Majesté, et à elle même depuis 18 ans et plus, au fait de guerres et pour lui donner moyen de réparer en partie les grandes pertes qu'il a faites dans ses biens situés en Saintonge et en Angoumois, dont ceux de la Religion Prétendue Réformée l'ont empêché de jouir durant les troubles passés, et aussi parce que depuis 6 ou 7 ans, il n'avait pas été payé de ses gages de gentilhomme de la chambre.
François avait vendu en 1561 (d'accord avec Jean GOULARD, écuyer, seigneur de Rignac, et avec sa femme Renée GOULARD), à Michel de Liniers, demeurant en la paroisse de Saint-André sur Sèvres (79), ses droits sur les ténements, métairies et borderies du Plessis-Poullain, la Barangerie et la Bobinière en la paroisse de Saint-André sur Sèvres. Il rendit aveu de la terre de Barge à Jacques Hélie, seigneur de Surin, en 1571, et le 25 juillet 1579, au nom des enfants de sa soeur Hélène, dont il était le curateur, il rendit hommage de la terre de Villiers à l'abbaye de Saint-Maixent.
Demeurant alors à Chambrettes, il vendit avec sa femme, le 11 juin 1576, la moitié des lieu, village et appartenances du Chatellier-Gerfrineau, en la paroisse de la Brussière (ou Bruffière), en Vendée, et le 18 juin 1587, Henri III lui fit remise, vu les services signalés qu'il lui avait rendus, des droits de rachat des terre et seigneurie de Tiffauges (Vendée).
François avait épousé au lieu noble de Chambrettes (Les Landes-Genusson - 85), le 6 août 1560, (Griffon , notaire de la baronnie de Tiffauges), Renée GOULARD, fille unique et héritière de René, écuyer, seigneur de Billé, Chambrettes, etc... et de Françoise de Coudray.
Il eut de ce mariage :
  1) Jacques, qui suit.
2) Odette, qui fut la femme de François de Tournemine, chevalier, seigneur de Crouzillon.
3) Jeanne, qui épousa le 18 mai 1581 (Brunet et Anjoubert, notaires de la sénéchaussée de Saumur), René Rivau, chevalier, seigneur du Villiers-Boivin.
On lui donne aussi pour fille :
4) Diane, qui épousa Annet de Bremond, chevalier, seigneur de Pommier.

XII) GOULARD Jacques, chevalier, seigneur baron de Touvérac et de la Faye (Deviat), qualifié chevalier de l'ordre du roi. Il obtint de Henri IV en 1597 l'autorisation de faire tenir au bourg de Deviat, dépendant de la terre de La Faye, 4 foires par an et un marché le vendredi de chaque semaine. La première foire eut lieu le 6 mai 1598.
Il hérita comme aîné, des deux tiers de la succession de Anne GOULARD, dame de Billé, dont le reste alla aux enfants de Jean Aménard et de Catherine GOULARD, soeur de ladite Anne.
Il avait épousé par contrat passé à La Faye le 21 juillet 1584 (Egreteau, notaire en Angoumois), Françoise de La Tousche, fille de Gaston, baron du Bois-Tirant, chevalier de l'ordre du roi, et de Catherine d'Ages. Son père lui donna à cette occasion les terres et seigneuries de Barge, la Grange-Clerbaud, les biens que sa mère possédaient en la baronnie de Pocé, près de Saumur, et pour provision les droits sur la seigneurie de Saint-Maigrin.
Il eurent pour enfants :
  1) Gaston, qui suit.
2) Marguerite, qui épousa le 26 mai 1623 Claude du Breuil, chevalier, seigneur baron de Théon et de Châteaubardon. Elle renonça, le 22 février 1632, en vertu de lettres royales qu'elle avait obtenues, à la succession de son père, nonobstant le partage qu'elle avait fait avec son frère le 12 octobre 1625, et fut admise à un nouveau partage avec lui pour la succession de leur mère.
3) Renée, qui épousa le 27 juin 1599 (Beliard, notaire en Angoumois), Philippe de Lageard, chevalier, seigneur de Cherval, sénéchal d'Angoumois.
4) N., mariée dans la maison de La Faye.
4) Anne, qui épousa le 29 juin 1610 Josias Bouchard d'Aubeterre, chevalier, seigneur de Saint-Martin de la Coudre. Elle lui apporta par ce mariage, la terre de Touvérac.

XIII) GOULARD Gaston, chevalier, baron de La Faye et de Touvérac, seigneur de Chabreville. Il épousa le 22 octobre 1624 (du Lort, notaire en Périgord), Jeanne de Pontbriand, fille d'Hector, seigneur de Montréal, chevalier de l'odre et conseiller du roi en ses conseils d'Etat et privé, et de Catherine de Montardit. Il était décédé avant 1650, ayant eu pour enfants :
  1) Jacques, qui suit.
2) Jean, seigneur de Rignac.
3) Gaston, écuyer.
4) Françoise, qui épousa Pierre des Essarts, seigneur de Marzac.
5) autre Françoise.
6) Marthe, qui fut religieuse à Notre-Dame de Saintes, dans le testament de laquelle, daté du 9 janvier 1650 (Limouzin, notaire à Saintes), sont nommés tous ses frères et soeurs, sauf Jean.

XIV) GOULARD Jacques, chevalier, seigneur baron de Touvérac, Rignac, Polignac, etc... Il fut maintenu dans sa noblesse par jugement de M. d'Aguesseau, intendant de la généralité de Limoges, le 17 mars 1663. Il avait épousé au château de la Goterie, paroisse de Saint-Pardoux de Mareuil en Périgord, devant Oubi, notaire, le 16 août 1654, Françoise de Raimond, fille de Pierre, chevalier, seigneur d'Aulaigne, et de Françoise de Lageard.
Il eut de ce mariage :
  1) François-Gaston, qui suit.
2) Adrien, seigneur de Polignac, capitaine au régiment de la reine. Il épousa en premières noces Charlotte de Lageard, fille de François, seigneur baron de Montbadon, dont il n'eut pas d'enfant. Il épousa ensuite en secondes noces le 4 mars 1699 Marie Regnauld, veuve de Jean de Rochechouart, comte de Saint-Auvent, et fille de Pierre, chevalier, seigneur de Lâge, et de Louise de Barbezières. Elle mourut sans avoir eu d'enfant, en 1703.
3) Jacques, prieur en Anjou en 1701.
4) Marie, célibataire en 1701.
5) Louise, religieuse ursuline à Lavalette avant 1701.
6) Françoise, également sans alliance en 1701.

XV) GOULARD François-Gaston, chevalier, baron de La Faye, seigneur de Poulignac, Bessac, Villeneuve et Deviat.
Il épousa au château de Bois-Charente, devant Brugeron, notaire en Angoumois, le 9 septembre 1680, Marguerite Giraud, fille de Christophe, chevalier, seigneur de Bois-Charente, et de Louise de Livenne. Il fit son testament le 30 mai 1698. Il dit dans cet acte, qu'il veut être enseveli dans l'église de Deviat, où reposent déjà son père et sa mère, et qu'il donne à sa femme la jouissance de tous ses biens jusqu'à la majorité de ses trois fils, qui furent :
  1) Jean, qui naquit le 15 et fut baptisé le 20 juin 1686 à Deviat. Il fit en 1701 les preuves nécéssaires pour être reçu page dans la grande écurie du roi. Ce doit être lui, dit le seigneur de la Faye, qui épousa Marie-Léontine Bouchard d'Esparbès de Lussan d'Aubeterre, fille de Charles-Louis-Henri, marquis d'Aubeterre, et de Marie-Anne-Françoise Jay, qui parut les 24 juillet et 14 août 1727, à l'inventaire fait après le décès de Julie-Michelle de Sainte-Maure.
2) Jean.
3) autre Jean.

Branche de la FERTÉ, LALÉAR :
I) GOULARD Jacques, écuyer, seigneur de la Ferté (Villefagnan), Paizay-Naudouin, le Breuil-Millon (Londigny), dit depuis le Breuil-Goulard, épousa avant 1445 Jeanne de Montalembert, fille de Méry, seigneur de Granzay, et de Fortunée du Puy du Fou, qui lui apporta les terres de la Ferté et du Breuil-Millon. Le 29 décembre 1449, Jacques et sa femme transigeaient avec Gilles de Montalembert, leur beau-frère et frère.
Il servit comme brigandinier au ban de 1467 sous les ordres du sieur de La Rochefoucauld.
Il était décédé dès le 24 décembre 1469, ayant eu pour enfants :
  1) Antoine, alias Jean, qui suit.
2) Jacques, qui fera la branche de Beauvais.
3) Marquise, qui épousa en premières noces le 27 juin 1469 (J. Rochereau, notaire), Jean de Châteaupers, écuyer, seigneur de Massigné, en présence de Jean GOULARD, dont le degré de parenté n'est pas indiqué, et de Jean et Jacques GOULARD, ses frères. Le 24 avril 1474, étant veuve, elle donne procuration à Jacques, écuyer, seigneur de Marsay, son frère, pour transiger avec Antoine Regnault, notaire et secrétaire du roi, et Catherine de Châteaupers, sa femme.
Elle se remaria en secondes noces avec Pierre l'Hermite, écuyer, seigneur de Beauvais, avant le 12 mars 1481, date où elle transigeait avec son frère Jacques au sujet des successions de leurs parents. Elle fit son testament le 20 janvier 1488, et élit sa sépulture dans l'église des Cordeliers de Niort et nomme son mari son exécuteur testamentaire.
4) Jeanne, qui épousa Mathurin de Granges, seigneur de Granges et de Puychenin.

II) GOULARD Antoine, alias Jean, écuyer, seigneur du Breuil-Millon, la Ferté et la Motte d'Anville. Il épousa Philiberte de Beauvilliers, fille de Jean, seigneur de Ravardin, et d'Isabeau Poussard.
Il était décédé le 9 décembre 1509, ayant eu :
  1) François, qui suit.
2) Antoine, alias François, seigneur de Redan (?).
3) Jean, écuyer, seigneur de Belavau et de la Ferté. Il épousa le 19 avril 1529 Guyonne Brun, fille de Pierre-Yves (?), écuyer, seigneur du Magnou, et de Marie Gasteuil, ou Gascueil. Il testa en 1557. Le 16 avril 1563 il fit une donation de tous ses biens, meubles et immeubles, à son neveu René, ce qui semble prouvé qu'il n'eut pas d'enfants.
4) Marguerite, qui épousa le 20 novembre 1520 (Fougeroux et Pelloquin, notaires à Villefagnan), Jacques Aubanneau, écuyer, seigneur de Cernay.
5) Hélène, qui se maria le 9 août 1533 (Paris, notaire à Villefagnan), avec Etienne Cain, écuyer, seigneur de Goupillon.
6), 7) et 8) Trois autres filles dont la destinée est inconnue.

III) GOULARD François, écuyer, seigneur du Breuil-Millon, la Ferté, la Motte d'Anville. Il épousa sous l'autorité de sa mère, le 9 février 1530 (de La Maisonneuve et Carmignac, notaires à Ruffec et Aunac), Valère Brun, soeur de sa belle-soeur. Il était décédé avant le 25 juin 1544.
Il eut pour enfants :
  1) René, qui suit.
2) Anne, qui se maria vers 1560 avec Antoine Corgnol, écuyer, seigneur de Tessé.
3) Françoise, qui épousa le 21 novembre 1570 (Rochier et J. Dubois, notaires à Tessé), Claude de Vessac, écuyer, seigneur de Marboeuf, du consentement d'Antoine de Corgnol, procureur de son frère René et de sa soeur Françoise.
4) autre Françoise. Elle était en 1589 épouse de René Vasselot.

IV) GOULARD René, écuyer, seigneur du Breuil-Millon, la Ferté, la Motte d'Anville, gentilhomme ordinaire de la chambre du roi. Il épousa le 21 mars 1570 Marguerite Poussard, fille de Charles, chevalier, seigneur de Fors, maître d'hôtel et panetier du roi, etc.. et de Margeurite Girard de Bazoges.
Ils eurent pour enfants :
  1) Gabriel, qui suit.
2) Elisabeth, qui épousa le 9 avril 1598, (Michaud, notaire à Verteuil), Abel Pastoureau, écuyer, seigneur d'Ordières, lequel donnait, le 6 juillet suivant, quittance de 7000 livres, dot de sa femme.
3) Marguerite, qui fut femme de Jean-Pierre du Faure de Cormont.
4) Absalon, qui mourut sans enfants.

V) GOULARD Gabriel, chevalier, seigneur du Breuil-Millon, la Motte d'Anville, la Ferté, etc... chevalier des ordres du roi et gentilhomme ordinaire de sa chambre. Il devait des rentes nobles au fief de Lairé pour des héritages paroisse de Londigny, Linazay (Vienne) et Chaunay (Vienne), d''après l'acte d'hommage de Lairé du 30 juillet 1607.
Il épousa le 14 octobre 1609 (Arsandeau, notaire à Saint-Jean d'ANGELY), Jeanne Boiceau, ou Boisseau, fille de Jean, écuyer, seigneur de Pouzou, et de Catherine Moreau.
Ils eurent pour enfants :
  1) Jacques, qui suit.
2) Frédéric, chevalier, seigneur de Saint-Hilaire. Il épousa le 2 janvier 1662 (Guenon, notaire à Chinon), Françoise Hérouard, fille de Jean, écuyer, seigneur de Raincy, et de Françoise Le Coq. Il sortit de France pour cause de religion en 1686, emmenant avec lui son fils Auguste, dit le sieur de Laléar, et mourut en Angleterre sans avoir profité de la grâce accordée par la déclaration de 1698, laissant ses héritiers présomptifs chacun pour un tiers, ce qui prouve que son fils Auguste, qui était en 1685 lieutenant réformé à la suite du régiment du Roi-cavalerie, était décédé avant lui.
3) Alphée, chevalier, seigneur de la Motte d'Anville. Il épousa le 12 décembre 1657 (Cotreau, notaire à Cognac), Marie d'Ocoy, fille de Jean-Casimir, chevalier, seigneur de Couvrelles, et de Jeanne de La Rochefoucauld. Le 11 septembre 1651, Catherine Moreau, leur aïeule maternelle, avait testé en sa faveur et en celle de Frédéric, son frère, qu'il avait suivi en Angleterre, et ses biens furent confisqués et donnés par le roi le 19 novembre 1688 à Jacques-Alphée et Henri GOULARD, ses neveux.
Mais Alphée revint en France, car il testa à la Ferté le 6 mars 1698 (Pouiaud et Demondion, notaires), en faveur de Jacques-Alphée, son petit-neveu, ce qui prouve qu'il n'eut pas de postérité. Il fut confirmé dans sa noblesse par Michel Bégon, intendant de La Rochelle, le Ier juillet 1699.
4) Nérée, qui assista en 1650 au mariage de son frère Jacques. Elle fut l'épouse de Charles Gourjault, chevalier, seigneur de Venours.

VI) GOULARD Jacques, chevalier, seigneur du Breuil-Goulard. Il épousa le 28 février 1650 (Fromentin, notaire à Aulnay) Angélique Martel, fille d'Isaac, chevalier, seigneur baron de Limbeuf, et d'Elisabeth Poussard, de l'avis de ses frères Alphée et Frédéric et de sa soeur Nérée.
Ils eurent pour enfant :

VII) GOULARD Jacques-Martel, titré marquis de Vervant (Charente Maritime). Il émigra pour cause de religion en Angleterre, et y mourut le 14 février 1700. Il fut inhumé dans l'église de Southsoncham, comté de Southampton.
Il avait épousé le 15 janvier 1681 (Bigot et Boyer, notaires à Paris) Marthe-Fabrice de Grassenich, fille de feu Otto Fabrice, chevalier, seigneur de Fontaine Le Comte, Sacy le Grand, etc... et de Marthe de Menours. Leurs biens ayant été confisqués, furent adjugé devant le lieutenant général de Saint-Jean d'ANGELY, le 2 juillet 1686, à Jean Dérogis, maître menuisier agissant sans doute pour leur compte. Mais la femme de Jacques-Martel, après avoir été enfermée à Port-Royal, s'étant convertie à la religion catholique, le roi, le 17 août 1688, la remit en possession de toutes leurs propriétés.
Elle avait alors au près d'elle ses enfants :
  1) Jacques-Alphée, qui suit.
2) Henri, alors âgé de 4 ans, chevalier, seigneur de la Ferté, la Motte d'Anville. Il fit capitaine au régiment Royal-Roussillon cavalerie. Il fut avec son frère, donataire du roi et héritier de tous les biens de feu Frédéric GOULARD, seigneur de Saint-Hilaire, leur grand-oncle, sorti du royaume pour cause de religion. Il était en 1703 en procès contre Simon Dreux, seigneur d'Aigne, dame Anne de Guynodeau, veuve de Roch Chasteignier, comte de Saint-Georges, et Antoine Chaumillon, curateur à la succession vacante d'Alphée Gourjault, seigneur de Venours, sorti aussi du royaume pour cause de religion.
Il épousa le 14 octobre 1714, mariage célébré à Brettes le 23 avril 1716, Suzanne Broussard, fille de Bertrand, écuyer, seigneur de Fontmarais, gentilhomme de la grande vénerie de France, et d'Elisabeth Janssen, alias Joujon. Elle transigea le 15 février 1766 (Demondion, notaire), avec Antoine et Jacques-Charles GOULARD, ses neveux, héritiers de son époux, décédé à cette époque sans enfants.

VIII) GOULARD Jacques-Alphée, chevalier, seigneur de Saint-Hilaire de Villefranche (Charente Maritime), la Brousse, Roullet, la Hoguette (Montendre -17), Chamouillac, baron de Rochereau (Roullet), titré marquis de Vervant dans le contrat de mariage de son frère. Il naquit le 20 octobre 1681, et fut baptisé le 29 du même mois. Il eut pour parrain Alphée de GOULARD, son grand oncle. D'après M. de Bremond d'Ars, il fut capitaine de cavalerie et aurait commandé le ban d'Angoumois en 1704.
Le 16 juillet 1723, il rendit hommage au comte de Taillebourg pour son fief de la Brousse (Saint-Hilaire de Villefranche -17), et pour le fief Barraud, sis dans la même paroisse. Le 6 décembre 1727, il acheta de Mgr Louis de Lorraine, prince de Pons, et d'Elisabeth de Roquelaure, son épouse, la baronnie de Courpignac.
Il fut excusé pour son grand âge de paraître au ban de Saintonge en 1758.
Etant alors lieutenant au régiment du roi, il avait épousé le 3 juillet 1700 (Tiffon, notaire à Villefagnan), Marie-Rose Boisson, veuve de Jean de Lambertie, chevalier, seigneur de la Chapelle-Maurat, et fille d'Antoine, écuyer, seigneur de Bussac, et de Marie de La Rochefoucauld. Elle lui apporta les terres de Roullet et de Rochereau.
Il mourut le Ier février 1760, laissant pour enfants :
  1) Jacques-Charles, qui suit.
2) Antoine, chevalier, seigneur de Villefranche, Laléar, la Huguette, Chamouillac , baron de Rochereau et de Roullet. Il acheta de son frère Roullet et Rochereau en 1768. Il fut émancipé le 9 février 1717. Il rendit hommage au comte de Taillebourg les 3 août 1725 et 14 juin 1754 pour le fief de la Brousse. Il mourut le 12 décembre 1784. Il avait épousé à Saintes, le 11 novembre 1717 Marie du Sablon, fille de Charles, ancien président en l'élection de Saintes, et de Marie Thomas, dont il eut :
  a) Jacques-Antoine-Charles, maréchal des logis de la deuxième compagnie des mousquetaires (certificat du 26 juillet 1774). Il mourut le 19 février 1785, âgé de 66 ans, chevalier de Saint-Louis, et maître de camp de cavalerie.
b) Marie-Anne-Frédérique, née le 11 mars 1721 et décédée à Laléar le 17 novembre 1784.
c) Jacques-Antoine, capitaine au régiment-Infanterie, qui épousa le 27 janvier 1749 (Robinet, notaire à Saint-Jean d'ANGELY), Marie de Beauchamp, fille d'Henri-Charles, chevalier, seigneur de Grand-Fief, Cherbonnières, etc... et de Dorothée de Lescours. Il mourut sans enfants le 27 juin 1752.

IX) GOULARD Jacques-Charles, chevalier, seigneur de Roullet, Rochereau, la Ferté, marquis de Vervant, chevalier de Saint-Louis et maître de camp de cavalerie. Il naquit le 26 février 1704. Il commanda la noblesse de Saintonge à la dernière convocation de 1758. Il reçut à cette occasion une lettre du maréchal de Sennecterre, datée de La Rochelle le 21 octobre 1758, qui lui annonçait que par ordre du maréchal de Bel-Isle, il lui était permis de licencier la noblesse.
Le 22 mai 1719, il rendait hommage à Aulnay pour les seigneuries de Fayolles-Vicontault (Les Eglises d'Argenteuil - 17), de Landrée et du Vigean, et le 16 juillet 1723 au comte de Taillebourg pour le fief de la Brousse et le Fief-Barraud.
Un aveu et dénombrement daté du 25 juin 1768 a pour cause la vente de Roullet et Rocheraud à son frère "messire Antoine de GOULARD, marquis de Villefranche, écuyer, chevalier, seigneur de Laléard, paroisse de Saint-Hialire en Saintonge" : prix de vente :41000 livres, "somme à déduire sur les 43500 livres dues par le seigneur de GOULARD au seigneur de Villefranche, son frère".
Il épousa le 23 décembre 1766 (Dumagnou et Challand, notaires), Louise-Françoise-Elisabeth Avril, fille de François, écuyer, seigneur du Breuil au Vigier, Masquinaut, et de Catherine, alias Elisabeth Desmier.
Il décéda en 1778, ayant eu pour enfants :
  1) Louis-Amédée, qui suit.
2) Marie-Anne-Louise-Frédérique, née le 11 mars 1711 et décédée le 16 octobre 1779.

X) GOULARD Louis-Amédée, dis le marquis de GOULARD, baron de Rocheraud, seigneur de Laléard, de la Ferté, de Roullet, de la Motte d'Anville, de la Giraud. Il naquit le 31 juillet 1769 et épousa en premières noces le 16 juin 1788 Aimée-Agathe-Aimable de Nossay, chanoinesse du chapitre noble de l'Argentière, fille de Jacques-Antoine, comte de Nossay, et de Louise-Madeleine Petit du Petit-Val. Elle mourut sans donner de postérité le 14 janvier 1791. Louis-Antoine épousa en secondes noces le 20 thermidor an VIII (8 août 1800) Marie-Françoise de Bourdeille, fille de Jean-Jacques, comte de Bourdeille, lieutenant colonel du régiment Dauphin-cavalerie, et de Marie de Roussel.
Ils eurent une fille unique :
  1) Marie-Antoinette-Delphine, qui épousa le 27 septembre 1819 Jean-Gustave-François de Senigon de Rousset de Roumefort du Cluseau, ancien garde du corps du roi, issu d'une ancienne famille du Périgord.

- Michelle Aillot : Entre Boëme et Charraud, sur les chemins du temps jadis.
- Beauchet-Filleau : Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou.

- Extrait du cahier du rôle du ban et arrière-ban de la sénéchaussée d'Angoumois (1635) : De Bremond d'Ars
retour vers le menu des mises à jourvers l'armorial d'Hozierretour vers le sommaire