GRACIEUX
de BEAUCHÊNE, de la RONDE

blason de la famille Gracieux
D'azur au chevron d'or, accompagné à dextre d'une palme, à senestre d'une branche de laurier, et en pointe d'un cœur enflammé, le tout d'argent;
au chef cousu de gueules, chargé d'étoiles (3 ?) d'argent, posées en fasce.

(Notes communiquées par la famille à M. Henri FILLEAU).
Famille noble qui était établie sur les confins du Poitou et de l'Angoumois, à la fin du XVIIème siècle.
Elle possédait en Charente :
- Beauchêne (Alloue) aux XVIIème et XVIIIème siècles.
- la Haute-Lande (Alloue), du 14 février 1785 aux années 1820 ?
- la Belle Maison (Ansac sur Vienne), dans la seconde partie du XVIIIème siècle.

Noms isolés :
- GRACIEUX Samuel. Il était poursuivi dans une action criminelle, en 1647 (Notes de Henri FILLEAU).

- GRACIEUX Michel, sieur de la Pouyade.
Il fut compromis dans une affaire criminelle, en 1635. (Notes de Henri FILLEAU).

- GRACIEUX Antoine, officier de cuisine chez Mme la Dauphine.
Il fut inhumé le 26 décembre 1688, dans l'église Saint-Michel de Poitiers.

- GRACIEUX Louis, sieur de la Pouyade.
Il fit des ventes en 1697-1698, à Jean Fortin (Archives de la Charente E 858).

- GRACIEUX Jean François. Il assista le 20 décembre 1745, au mariage de Jean-Louis GRACIEUX, écuyer, seigneur de la Rivière de Beauchêne, avec Marie-Anne-Renée de Monéïs d'Ordières, célébré à Epenède.
Il passa avec son fils Louis-Pierre, écuyer, seigneur de la Pacaudie, un sous-seing privé pour échange, le 3 mai 1775, avec Henri d'Angély, écuyer, seigneur de Champrignaut, et Marie Angély, sa femme (Généalogie d'Angély).
Il reçut ses lettres de provision de conseiller-secrétaire, maison et couronne de France, en la chancellerie établie près le parlement de Besançon, le 14 juin 1786 (Archives de Civray, 167).
Son fils Louis-Pierre, assista, lui aussi, le 20 décembre 1745, au mariage de Jean-Louis GRACIEUX, écuyer, seigneur de Beauchêne.

- GRACIEUX de La COSTE N.
Il émigra et servit comme volontaire dans une compagnie de la noblesse du Poitou (Notes de Henri FILLEAU).

- GRACIEUX N., domicilié et propriétaire à Châtain (Vienne).
Il émigra le 14 décembre 1793, et servit comme volontaire dans la 4ème compagnie de Poitou-Infanterie (Notes de Henri FILLEAU).

- GRACIEUX de PIMBERT Madeleine.
Elle décéda à Poitiers, rue Sainte-Marthe, le 22 octobre 1845, âgée de 83 ans. (Etat civil).

Filiation suivie :
I) GRACIEUX N.
D'une union inconnue, naquirent :
  1) Daniel Louis, qui suit.
2) Pierre, qui fera la branche cadette.

II) GRACIEUX Daniel Louis, né vers 1620.
Il épousa Jeanne Babaud.
Il décéda à Alloue en 1655, ayant eu pour enfants : (Chantal LAURENT)
  1) Catherine, née vers 1643.
Le 7 août 1663, elle épousa à Alloue, Pierre de Nafrichoux, chirurgien, (décédé le 19 janvier 1666 à Alloue), fils de Jean et de Gabrielle Audinet. (Chantal LAURENT)

Elle décéda le 30 avril 1669 à Alloue.
2) Daniel. (Chantal LAURENT)
3) Pierre, qui suit.

III) GRACIEUX Pierre, sieur de la Pacaudière, alias Picaudrie, Picaudie.
Le 8 janvier 1669, il épousa à Champagne-Mouton, Judith Béchemil, (née le 5 novembre 1651 à Champagne-Mouton, décédée le 15 avril 1680 à Alloue), fille de Jean, sieur du Chandon, et de Françoise Bouquet. (Chantal LAURENT)
De cette union naquirent :
  1) Achille Pierre, qui suit.
2) Jean Louis, qui fit la branche de Beauchesne.
3) Pierre. (Chantal LAURENT)
4) Marguerite. (Chantal LAURENT)
5) Catherine, qui décéda après 1716. (Chantal LAURENT)

IV) GRACIEUX Achille Pierre, baptisé le 28 décembre 1672 à Alloue, sieur de Lhaumarteau.
Il fut reçu secrétaire du Roi, près le parlement de Paris, au mois de mai 1713 (Notes de Henri FILLEAU).
Le 19 juillet 1707, il épousa à Benest, Jeanne Babaud, (née en 1673), fille de Pierre, sieur de l'Herbaudie, et de Catherine Boreau.
Il décéda en décembre 1727 à Alloue, ayant eu pour enfants, tous mineurs à cette date : (Chantal LAURENT)
  1) Catherine, née le 6 octobre 1710 à Alloue. (Chantal LAURENT)
2) Jeanne Françoise Charlotte Thérèse, née le 25 janvier 1713 à Alloue.
Elle épousa le 16 novembre 1739 à Alloue, François de Couhé de Lusignan, sieur de Fayolle et de Marcillac, (né le 19 juin 1716 à Abzac, décédé le 25 mars 1788 à Abzac), fils de Pierre et de Marie Anne Tizon.
A la fin de la Terreur, en 1795, elle fut emprisonnée à Confolens, étant considérée comme suspecte. (José DÉLIAS)
D'où descendance.
(Chantal LAURENT)
3) Pierre Louis, né le 17 juin 1714 à Alloue, sieur de la Picaudie, alias Pacaudière.
Il fut officier des écuries du roi, et décéda en 1788.
(Chantal LAURENT)
4) Jean François, qui suit.

V) GRACIEUX Jean François, né le 3 juillet 1717 à Alloue, écuyer, sieur de Lhaumarteau.
Le 19 août 1765, il épousa paroisse Notre-Dame des Moustiers à Saint-Junien (Haute-Vienne), Catherine Hugon, (née vers le 19 juin 1734 à Saint-Junien), fille de Philippe, sieur de Marcillac, seigneur de la Coste et des Cossières; et de Marie du Soulier.
Il décéda le 11 avril 1793 à Alloue, ayant eu pour enfants : (Chantal LAURENT)
  1) Pierre Louis, né le 9 juin 1766 à Alloue.
Il décéda après 1794.
(Chantal LAURENT)
2) Catherine Charlotte, née le 25 octobre 1771 à Alloue. (Chantal LAURENT)

Branche de BEAUCHESNE (Alloue) :
IV) GRACIEUX Jean Louis, né le Ier juillet 1675 à Alloue, écuyer, seigneur de la Rivière de Beauchêne (Alloue), conseiller du Roi.
Il fut reçu assesseur à Niort, office de nouvelle création, le 24 novembre 1694, conseiller du roi en l'élection de Niort (Deux-Sèvres).
Avant 1696, il épousa en premières noces, Marie Simon. (Chantal LAURENT)
De cette union naquirent :
  1) Louise, née le 18 février 1697 à Alloue. (Chantal LAURENT)
2) Pierre, né le 27 mars 1702. (Chantal LAURENT)
Vers 1711, Jean Louis épousa en secondes noces, Marie-Charlotte Le Brun (née vers 1690, décédée le 29 janvier 1756 à Alloue).
Jean Louis décéda le 2 avril 1727 à Alloue, ayant eu pour enfants de cette seconde union :
  3) Jean Louis, qui suit.
4) Pierre Achille, né le 31 août 1713, écuyer, seigneur de Puygobert (Benest), de la Rivière de Beauchêne, et de la Bellemaison (la Belle Maison - Ansac). Il fut chevalier de Saint-Louis, et capitaine d'infanterie au régiment d'Anjou.
Il assista à Epenède, le 20 décembre 1745, au mariage de son frère Jean-Louis.
Le 22 mai 1756, il vendit la moitié d'une maison indivise à Maillezais (Vendée), dont il était un des notables.
Le 15 juillet 1748, il épousa à Ansac sur Vienne, Françoise de Pontbriand, fille d'Hippolyte, écuyer, sieur des Rochiles, et de Madeleine Barbier.
En 1759, il était dit seigneur de la Belle Maison (Ansac sur Vienne), et y demeurant. Il y habitait toujours en 1775 avec son épouse. (En 1779, cette propriété ne devait plus leur appartenir, car le nouveau propriétaire se nomme Joseph Peyraud). (Jean-Paul GAILLARD)
Le 5 juin 1760, il vendit, avec sa femme, pour 21300 livres de biens en Vendée, à Jean-Baptiste-Louis Bonamy de Bellefontaine (Archives de la Vendée, B 654, 657).
Le 31 janvier 1783, par acte passé au logis de Puygobert, lui, sa femme, et Hippolyte, son fils, passèrent un acte au sujet de la succession de Jeanne de Velluire, qui, décédée sans postérité, laissait les Pontbriand ses héritiers. (Archives de la Vienne E 1578).
Pierre Achille décéda le 3 février 1784, et fut inhumé à Benest.
De son union avec Françoise était né, au moins :

  a) Hippolyte, né le 8 juin 1754, et baptisé le même jour à Ansac. (Abbé Pierre BUREAU)
Il fut officier de cavalerie.
Le 22 février 1787, il fut parrain à Mauprévoir (Vienne).
Par contrat du 25 avril 1791, reçu Albert, notaire royal à La Rochefoucauld, et le 3 mai suivant, il épousa à La Rochefoucauld, paroisse Saint-Etienne d'Olérat, Jeanne de Livron, (baptisée à Saint-Constant (Saint-Projet-Saint-Constant) le 29 avril 1760, décédée à La Rochefoucauld le Ier décembre 1839), fille de Jean, chevalier, seigneur de Puyvidal, et de Marie Gandaubert de Chenaud . (Abbé Pierre BUREAU)
Avec ses cousins, il émigra le 2 juin 1792, et servit comme volontaire dans une compagnie à cheval du Poitou.
Pour cause d'émigration, le divorce entre les époux fut prononcé à Saint-Constant, le 10 nivôse an III. (Abbé Pierre BUREAU)
D'après son dossier aux Archives Nationales, il quitta en janvier 1792, Benest pour Trèves. Il rentra en France et vint à Paris où il résida jusqu'au 8 janvier 1793. Il se fixa ensuite à Poitiers, partit pour la Vendée et combattit dans les rangs des insurgés. Profitant de l'amnistie et muni d'un passeport signé du représentant du peuple Menault, il regagna la Charente le 24 prairial an III. Arrêté à La Rochefoucauld le 30 messidor suivant, il fut interrogé, et après de multiples échanges de correspondances entre Confolens, Angoulême et Paris, il fut maintenu en détention jusqu'à sa déportation en vertu de la loi du 18 fructidor an V. (Abbé Pierre BUREAU)
Hippolyte fit sa déclaration devant le préfet de la Charente, le 2 prairial an X, et il fut amnistié le 18 frimaire an XI. (Abbé Pierre BUREAU)
Il décéda à Vitrac le 26 juin 1821, ayant eu pour enfant : (Abbé Pierre BUREAU)
  a1) Jean Eugène, né le 4 mars 1792 à Benest. (Chantal LAURENT)
5) Marie Catherine, née le 14 décembre 1714 à Alloue.
Elle épousa, le 24 février 1732 (par contrat passé à Vieux-Ruffec, devant Prat et Demondion, notaires), Daniel François Xavier de Moysan, chevalier, seigneur de Laugerie.
Elle décéda à Rouillé (Vienne), le 28 novembre 1802.

6) Marie Louise, née le 19 novembre 1716 à Alloue.
Elle épousa à Alloue, le 20 février 1735, François Simon du Theil, chevalier, seigneur de Fissac (?) et de Mouterre, fils de Louis et de Marie Gabrielle d'Hauteclaire.
Ils devaient, en 1750, 7000 livres sur 12000 livres à François Achard Joumard Tizon d'Argence, suivant une obligation du 27 mai 1743, reçue par Deroulède, notaire (Archives de la Charente E 1726).

7) Jean Nicolas, né le 18 décembre 1717 à Alloue.
Il assista, le 24 février 1732, au contrat de mariage de sa sœur Marie Catherine, avec Daniel François Xavier de Moysen. A ce mariage, Catherine GRACIEUX, cousine germaine de la future, fut également citée (Carrés de d'Hozier, 259, Moysen).


BEAUCHET-FILLEAU donne aussi :
- N.
, prêtre habitué de la paroisse Saint-Savin, le 5 octobre 1730, puis aumônier du grand hôpital le 20 juin 1769.
Il décéda aumônier des Incurables, en 1789.

V) GRACIEUX Jean Louis, né le 21 août 1712 à Alloue., écuyer, seigneur de la Rivière de Beauchêne.
En 1730, il était mousquetaire de la garde du roi. (José DÉLIAS)
Le 20 décembre 1745, il épousa à Epenède, Marie Anne Renée de Monéïs d'Ordières, (née le 11 août 1720, décédée le 2 octobre 1764 à Alloue), fille de Paul François, chevalier, seigneur d'Ordières, du Freny, de Saint-Coutant, et de la Chapelle-Chabossand.
Il prêta serment le 14 février 1778, comme conseiller du Roi, secrétaire, maison et couronne de France, en la chancellerie établie près le parlement de Bordeaux (Archives de Civray 101).
Il fut nommé chevalier de Saint-Louis, et fut pensionné du roi.
Il décéda en janvier 1780 à Alloue, ayant eu pour enfants :
  1) Alexandre Louis, né le 27 septembre 1746, ondoyé le Ier octobre, écuyer, seigneur de Beauchêne, la Rivière-Gauche et Maspinart.
Il reçut les suppléments du baptême le Ier novembre 1746 à Alloue. (Abbé Pierre BUREAU)
Le 29 décembre 1787, il vendit la seigneurie de Garenne-Aubert, pour 4000 livres, à Louis de Conty, écuyer, seigneur de la Poitevinière (Archives de Villiers en Plaine), (nommé Jean Louis, par BEAUCHET-FILLEAU dans leurs dictionnaires)
Après avoir été gendarme de la garde du Roi, il émigra le 2 juin 1792, et devint brigadier de la première compagnie noble d'ordonnance à l'armée des Princes.
Il décéda le 22 décembre 1792 à Werth en Westphalie (Allemagne), sans alliance. (Abbé Pierre BUREAU)
Son frère Henri Jean César, réclama devant le préfet de la Charente, le 20 fructidor an X, en vue de lui obtenir un certificat d'amnistie. Pour ce faire, il présenta un certificat de décès en forme. Alexandre Louis fut amnistié post-mortem le 21 prairial an XI. (Abbé Pierre BUREAU)

2) N., né le 23 juin 1747, qui décéda en bas-âge. (Fiona COWELL)
3) Paul François Charles, né le 23 juillet 1748, et baptisé le lendemain à Alloue, écuyer, seigneur de la Madeleine et de Teillé.
Il fut cité dans l'acte de vente de la Garenne-Aubert.
Il fut garde du corps du Roi dans la compagnie écossaise.
Le 2 juin 1792, il émigra et fit partie de l'armée des Princes.
Avec ses frères Henri Jean César et Jean Nicolas Hilaire, il réclama l'indemnité accordée aux émigrés. Cependant son dossier aux Archives Nationales, daté de 1813, ne contient pas grand chose d'autre que la confirmation de son émigration.
(Abbé Pierre BUREAU)
4) François (Armand ?), né le Ier juillet 1749. (Fiona COWELL), (Chantal LAURENT)
Ce fut peut-être lui qui, nommé Alphée Louis Armand, par BEAUCHET-FILLEAU, était qualifié de seigneur de la Garenne-Aubert (Clussais - Deux-Sèvres).
Il était ancien surnuméraire de la compagnie des gendarmes de la garde ordinaire du Roi, lorsqu'il décéda au château de Laugerie, le 11 août 1786, âgé de 37 ans. Il fut inhumé le lendemain à Rouillé (Vienne).
(BEAUCHET-FILLEAU)
5) Marie Anne Françoise, née le 13 juillet 1750 à Alloue. (Chantal LAURENT)
Elle fut citée avec ses frères dans l'acte de vente de la Garenne-Aubert, le 29 décembre 1787.
Dans son testament olographe du 15 juin 1825, reçu Girard, notaire à Benest, elle institua ses héritiers ses trois frères, Henri Jean César, Paul François Charles et Jean Nicolas Hilaire. (Abbé Pierre BUREAU)
Elle décéda à Alloue, le 22 mai 1826. A la date du 7 novembre 1826, date de la déclaration de sa succession, Paul François Charles et Jean Nicolas Hilaire étaient encore en Allemagne.
(Abbé Pierre BUREAU)
6) Henri Jean César, qui suit.
7) Jean Nicolas Hilaire, baptisé le 11 juillet 1752 à Alloue, écuyer, seigneur de La Ronde, Puybourdeil, demeurant à Alloue. (Abbé Pierre BUREAU)
Il émigra le 2 juin 1792 avec ses frères, et servit à l'armée des Princes comme garde du corps dans la compagnie écossaise. Il devint lieutenant-colonel, aide de camp du prince de Waldeck.
D'après son dossier aux Archives Nationales, le duc de Massa, ministre de la justice, demanda le 24 décembre 1812 au ministre de la police générale, si ledit Jean Nicolas Hilaire avait été rayé, éliminé, ou amnistié pour fait d'émigration. Dans sa réponse du 6 février 1813, le ministre de la police générale répondit qu'il était prévenu d'émigration par l'inscription de son nom sur la liste des émigrés mais qu'il n'avait pas encore fait de réclamation pour obtenir son certificat d'amnistie.
(Abbé Pierre BUREAU)
Il décéda sans alliance, le 12 septembre 1849 à Arolsen, principauté de Waldeck en Allemagne, où il habitait depuis 56 ans. (Abbé Pierre BUREAU)
8) et 9) des jumeaux, décédés en bas-âge. (Fiona COWELL)

VI) GRACIEUX Henri Jean César, baptisé le 2 juillet 1751 à Alloue, écuyer, seigneur de la Ronde.
Il fut officier mousquetaire de la garde ordinaire du roi, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis. (Chantal LAURENT)
Le 14 février 1785, il acheta de Jean Guyot, seigneur de Massignac et du Repaire, le château de la Haute-Lande (Alloue). Un procès-verbal en fut réalisé dès le lendemain. (Bruno SÉPULCHRE et Jean-Paul GAILLARD).
Il fut également nommé dans l'acte du 29 décembre 1787.
Il suivit ses frères en émigration, et servit également à l'armée des Princes dans la compagnie écossaise des gardes du corps.
Le 20 fructidor an X, il réclama pour son frère décédé Alexandre Louis, en vue d'obtenir un certificat d'amnistie. (Abbé Pierre BUREAU)
Il fit sa déclaration devant le commissaire du gouvernement délégué à Bruxelles, le 22 messidor an X, et fut amnistié le 17 ventôse an XI. (Abbé Pierre BUREAU)
Rentré en France, il épousa à Confolens, le 14 juin 1807, Marie Dubois du Mas du Puy, (née le 11 mars 1770 à Confolens, décédée le 17 août 1857 à Hiesse), fille de Jean, juge de paix, et de Catherine Sylvestre Meaudre. (Abbé Pierre BUREAU)
Il décéda à Pressac (Vienne), le 12 juin 1830, ayant eu pour enfant : (Abbé Pierre BUREAU)
  1) Marie Anne Françoise Ida, née à Confolens le 10 juin 1808.
Elle épousa à Alloue le 22 décembre 1828 (Dringault, notaire à Confolens), François Henri Paul Desmier, marquis de Chenon. (Abbé Pierre BUREAU)
Elle décéda au château de Domezac, le 12 janvier 1830, sans laisser de postérité.

Branche cadette : (Chantal LAURENT)
II) GRACIEUX Pierre, notaire.
Vers 1636, il épousa Madeleine Gabirot, (née vers 1616, décédée le 18 avril 1686 à Alloue).
Il décéda le 12 juillet 1662 à Alloue, ayant eu pour enfants :
  1) Catherine, née vers 1638 à Alloue.
Le 19 octobre 1666, elle épousa à Alloue, François Fortin, (décédé le 30 octobre 1698 à Alloue).
Elle décéda le 24 août 1683 à Alloue, d'où descendance.

2) Pierre, né avant 1640 à Alloue.
3) Nicolas, qui suit.
4) Marguerite, née vers 1646 à Alloue.
Le 24 novembre 1667, elle épousa à Alloue, Barthélémy Fin, (né vers 1648, décédé le 15 octobre 1698 à Alloue).
Elle décéda le 11 octobre 1696 à Alloue, d'où descendance.

5) Daniel, né le 22 octobre 1647 à Alloue.
6) Marie, née vers 1650 à Alloue.
Le 22 novembre 1672, elle épousa à Alloue, François Besson, (né vers 1640 à Alloue, décédé le 7 novembre 1709 à Alloue), fils de Léobon et de Catherine Viaud.
D'où descendance.

III) GRACIEUX Nicolas, né le 30 octobre 1644 à Alloue.
Le 6 février 1668, il épousa à Exideuil, Marguerite de Lagrange.
Nicolas décéda le 13 novembre 1690 à Alloue, ayant eu pour enfant :
  1) Marthe, née le 25 septembre 1680 à Alloue.

- BEAUCHET-FILLEAU : Dictionnaires des familles de l'ancien Poitou.
- José DÉLIAS : article sur Beauchêne (Alloue), dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- Jean-Paul GAILLARD : article sur la Belle Maison (Ansac sur Vienne), dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- Bruno SÉPULCHRE et Jean-Paul GAILLARD : article sur la Haute-Lande (Alloue), dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- Abbé Pierre BUREAU : Les émigrés charentais.
- Fiona COWELL : Précisions généalogiques.
- Chantal LAURENT : Généalogie sur Geneanet : http://gw.geneanet.org/chantallmc?lang=fr&pz=daniel+xavier&nz=baz&ocz=0&p=a&n=gracieux&oc=2
retour vers le menu des mise à jourretour vers le sommaire