de GUYMARD

blason de la famille Guimard
D'argent à une tige de laurier de sinople.
Famille originaire de Confolens, qui s'est éteinte au commencement du XIXème siècle dans celle des de James de Longeville.
Elle posséda les terres suivantes :
- La Garcélie (Esse), des environs de 1520 aux environs de 1750.
- La Vigne (Esse), de la fin du XVIème siècle au début de la seconde moitié du XVIIème siècle.
- Jallais (Confolens), de la fin du XVIème siècle aux environs de 1750.
- Le Banchet (Esse), de la fin du XVIème siècle aux environs de 1750.
- La Lèche (Touvre), des environs de 1650 à 1741.
- Le Moulin de Lussac (Touvre), des environs de 1650 à 1741.
- Les restes du château de Confolens, aux environs de 1658.
- Rouffignac (Saulgond ?), aux environs de 1660.
- La Bertrandie (Chabrac), des environs de 1720 à 1765.
- Fontchauvaud (Chabrac), mentionné en 1717.
- La métairie de la Genette (Chabrac), des environs de 1700 à 1765.
- Fontgibaud (Anais), du début du XVIIIème au milieu du XVIIIème siècle.
- Couziers (Vars), de 1686 à la Révolution.
- Puyfrançais (Anais), de 1686 à la Révolution.
- Les Giraudières (Champniers), des environs de 1686 à la Révolution.

Parmi les premiers membres connus de cette famille, se trouvent :
- GUYMARD Jehan, châtelain de la seigneurie de La Chaize le Vicomte, en 1392.
- GUYMARD Jehan, châtelain de Tolmont (Talmond ?), en 1448.
- GUYMARD Jehan, qui servit au ban des nobles du Poitou, en 1467.

- GUYMARD Catherine, qui épousa vers 1515, François Boreau, licencié es lois, juge-sénéchal de la baronnie de Confolens.

- GUYMARD François, pintier de la ville de Confolens, possédait le 22 décembre 1520, une pièce de terre située près de la Garcélie (Esse). (Pierre BOULANGER).

- GUIMARD Andrée, était l'épouse de Méry Mondot, depuis un an environ le 22 août 1563, d'après une déclaration faite par Nicolas-Simon Mondot et Hélie Chémerault, sa mère.

- GUIMARD Jacques. Il était conseiller du roi et receveur du taillon en Angoumois, en 1634.

I) GUYMARD Millet, sieur de la Vigne (Esse).
Il épousa Catherine de La Jurissie.
Il décéda avant le 19 décembre 1596, ayant eu pour enfants : (Arnaud de CAMBOURG)
  1) Nathanaël, écuyer, seigneur du Banchet (Esse), et de la Garcélie (Esse).
Il fut receveur du comté de Confolens.
Le Ier janvier 1600, il fut nommé avec Jacques Delousme, sieur du Peyroux, "fabriqueur et margueilliers" de l'église Saint-Maxime de Confolens (Jean REYRAT).
Le 6 juin 1628, il fit une reconnaissance féodale, en faveur de Jean Barbarin, commandeur
"de la commanderie, hôpital et Maison-Dieu du Saint-Esprit de Confolens", d'une pièce de terre située en la paroisse d'Esse. (Jean REYRAT).
Il épousa Anne Duboys, fille de Jehan et de Marie Daoust. (Arnaud de CAMBOURG)
Nathanaël décéda le 11 mai 1633, ayant eu pour enfants : (Pierre BOULANGER).
  a) Marguerite, née le 23 avril 1600 à Saint-Maxime de Confolens. Elle eut pour parrain Guillaume Pinot, et pour marraine Anne Effroy.
Le 28 octobre 1647, elle épousa à Saint-Maxime de Confolens, Pierre Duclos, sieur du Repaire, licencié-es-lois, sénéchal de Loubert et procureur fiscal de Confolens.
Elle décéda le 17 septembre 1661 à Saint-Maxime de Confolens.
D'où descendance. (Arnaud de CAMBOURG)
b) Jean, né en 1602. (Arnaud de CAMBOURG)
En 1623, il fut désigné comme héritier, par son oncle Jean GUYMARD, sieur de la Vigne. (Jean REYRAT).
c) Marie, née le 11 octobre 1603 à Confolens, paroisse Saint-Maxime.
Elle épousa N. Pinot, et fut désignée en 1623, comme héritière par son oncle Jean GUYMARD, sieur de la Vigne. (Jean REYRAT).
Elle décéda le 30 octobre 1658, au même endroit. (Arnaud de CAMBOURG)
d) Marguerite, née le 22 décembre 1617 à Confolens, paroisse Saint-Maxime. Elle eut pour parrain Pierre Panys, sieur du Mesny, et pour marraine, Marguerite GUYMARD, sa soeur.
(Arnaud de CAMBOURG)
e) Catherine, baptisée le 13 juin 1620. (Pierre BOULANGER).
2) Jehan, qui suit.

II) GUIMARD Jean, sieur de la Vigne (Esse)
En 1599, il était dit "soi-disant archier garde du corps", sous la charge de Monseigneur de Châteauvieux, comte de Confolens. (Jean REYRAT).
En 1611, il était docteur en droit, gouverneur et sénéchal du comté de Confolens et de la châtellenie de la Villatte (Ansac sur Vienne).
Il fut secrétaire et conseiller de la reine Marie de Médicis.
En 1613, il porta à Paris, à la Bastille, au comte de Confolens, Joachim de Châteauvieux, (dont le comte était gouverneur), la somme de 3642 livres 14 sols, et 2434 livres, pour la recette du comté de Confolens et de la châtellenie de la Villatte. (Jean REYRAT).
Il épousa Isabeau du Pré, (décédée le 15 octobre 1607 à Confolens, paroisse Saint-Maxime), fille de Jehan.
Dans son testament du 23 septembre 1623, fait dans une maison lui appartenant à Issy les Moulineaux (Hauts de Seine), étant alors malade, il légua cent livres de rente au collège de la ville de Confolens, ainsi que quelques petites choses à son neveu Jean, fils de son frère, et à Marie, sa soeur. Il décéda le Ier octobre 1623. (Jean REYRAT).
De son union avec Isabeau du Pré, naquirent :
  1) Jean, qui suit.
2) Andrée, née le 22 octobre 1600 à Confolens, paroisse Saint-Maxime. Elle eut pour parrain Nicolas Rousseau, et pour marraine Andrée Barbarin.
Le 5 février 1616, elle épousa à Saint-Maurice des Lions (Charente), Jacques de Cambourg, (né vers 1583 à Confolens, paroisse Saint-Maxime, décédé le 4 septembre 1638 à Saint-Jean de Luz - Pyrénées-Atlantiques), fils de Jehan et de Françoise du Pin.
Ils constituèrent une rente au profit de Joseph Barbarin, écuyer, seigneur de Vétizons.
Andrée était veuve le 9 septembre 1651, et fut nommée dans un accord du 17 mai 1663, entre François Prévost, écuyer, seigneur de Puybotier, et Guillaume Jay, écuyer, du Chastellard.
Elle décéda le Ier mars 1666 à Confolens, paroisse Saint-Maxime.
D'où descendance. La terre de la Vigne (Esse), qu'elle avait reçue, fut transmise à son deuxième fils, Jean de Cambourg. (Arnaud de CAMBOURG)
3) Jean. Est-ce lui qui fut qualifié de sieur de la Couture, et qui décéda à la Bastille, à Paris, suite à une fièvre de dysenterie qui dura 5 semaines ? (Jean REYRAT).
4) Marthe, qui épousa Maurice Meaudre, (né en 1582, décédé le 19 décembre 1662 à Confolens, paroisse Saint-Maxime), sieur de la Pouyade et de Beauclair, avocat en parlement. (Arnaud de CAMBOURG)
5) Françoise, née le 22 décembre 1601 à Confolens, paroisse Saint-Maxime. (Arnaud de CAMBOURG)
6) Esther. (Arnaud de CAMBOURG)
7) Catherine, qui épousa le 2 mars 1632, Charles du Pin, écuyer, seigneur de la Courtaudie (Lesterps), et de Bussière-Boffy (Haute-Vienne), fils de Gilbert et de Philippe Couvidat.
8) Marguerite, qui épousa par contrat du Ier mars 1658, reçu Pougeard, notaire royal à Confolens (Carrés d'Hozier 223 f° 240), et religieusement le 30 juin 1658, François Dassier, chevalier, seigneur des Brosses, veuve en 1688. (Pierre BOULANGER).
Ils eurent 11 enfants.

III) GUIMARD Jean, né le 13 mai 1597 à Confolens, paroisse Saint-Maxime, écuyer, seigneur du Jallais (Confolens) et du Banchet (Esse).
Il fut conseiller du roi en la sénéchaussée et siège présidial d'Angoumois, par acquisition de Philippe Arnaud, le 20 septembre 1643, moyennant 14000 livres. Il en devint doyen, et fut élu maire de la ville d'Angoulême le 3 avril 1650.
Le 24 septembre 1650, il déclara vouloir vivre noblement, puis fut ré-élu maire en 1651. Il en devint échevin en 1653.
Pendant sa mairie, il reçut le roi Louis XIV à Angoulême.
Le 17 juillet 1677, il obtint des lettres d'honneur, après avoir été maintenu dans sa noblesse par d'Aguesseau le 14 avril 1667.
En 1650, le château de la Lèche (Touvre), lui appartenait.
Ce fut sans doute lui qui acheta après 1658, les restes du château de Confolens, saccagé par les Protestants. (José DÉLIAS).
Il épousa le 17 avril 1633 Andrée de Chamborant, fille de Joachim, baron de la Châtre, seigneur de Villevert, et de Catherine de Vaux, sa première femme.
Voici ci-dessous son blason d'alliance :
1) D'après des notes de famille et le nobiliaire du Limousin :
Parti, au 1 d'argent à une tige de laurier de sinople (qui est de GUIMARD), au 2 d'azur au lion rampant d'or, lampassé et couronné de même (qui est de Chamborant)
blason d'alliance des Guimard et des de Chamborant
2) D'après le chevalier de Chamborant de Droux :
Parti, au 1 d'argent à un écho (pour écot), branche d'arbre dont les tiges et les feuilles ont été coupées de manière qu'il paraît noueux, péri en bande de sinople, duquel à son extrémité sort une branche vive s'étendant vers le chef; au 2 d'azur au lion d'or couronné de même, armé et lampassé de gueules.
blason de Jean Guymard
Ils eurent pour enfants :
 

1) Anne, baptisée le 26 avril 1637.
Elle épousa le 18 février 1676, Gaspard de Fricon, dit Fricon-Jacques, chevalier, seigneur de Pruniers, fils de Charles, chevalier et d'Anne Jacques, de la paroisse de Pindray (Vienne). (Pierre BOULANGER).
Elle était veuve le 30 juillet 1692, date où elle fit hommage de Pruniers à Montmorillon, comme mère et tutrice ayant la garde noble de ses filles.
Elle acquit, le 19 septembre 1700, de la famille Augier, le fief Coupé, sis paroisse de Pindray, Concize et Jouhé (Vienne), et en fit hommage à la tour de Maubergeon, le 5 mai 1713.
2) François, baptisé le 5 mai 1638.
Il aurait eu un frère jumeau, dont on ne retrouve aucune trace. (Pierre BOULANGER).
3) Catherine, baptisée le 29 octobre 1675.
Ce fut sans doute elle qui épousa François Barbarin. (Pierre BOULANGER).
4) Jean, baptisé le 18 novembre 1646. (Pierre BOULANGER).
5) Jean, qui suit.


IV) GUIMARD Jean, baptisé à Saint-Maxime de Confolens, le 11 octobre 1648, écuyer, seigneur du Jallais (Confolens), du Banchet (Esse), de Rouffignac (Saulgond ?) et de la Garcélie (Esse).
Il fut reçu conseiller du roi au présidial d'Angoulême sur la résignation de son père le 17 juillet 1677, puis nommé le 3 décembre 1693, chevalier d'honneur au même présidial.
Il avait épousé, (Notre-Dame de la Payne à Angoulême), le 13 août 1686 Marie de Gignac, fille unique de Léonard, avocat au parlement, pair de la maison commune d'Angoulême, et de Guillemine Martin, dame de Couziers et de Puy-Français. Par cette union, Couziers (Vars) et Puyfrançais (Anais), passèrent dans la famille GUYMARD.
(Danielle ARNAUD)
En 1699, demeurant à Angoulême, il réclama le droit de dîme qui lui était dû "dans le fief de Signac, (Saint-Claud), consistant au quart de tous fruits, situé ès appartenances du village de Chez Boutant, en ladite paroisse Saint-Maurice, (Saint-Maurice des Lions) et du village de la Goumélye". (Pierre BOULANGER)
Il fut inhumé le 4 avril 1702 dans l'église Saint-Maxime de Confolens. Sa veuve, Marie de Gignac, âgée d'environ 92 ans, y fut elle même inhumée le 25 mai 1703. (Pierre BOULANGER)
De cette union naquirent :
  1) Jean, qui suit.
2) Jean Pierre, écuyer, seigneur de Rouffignac (Saulgond ?), et de la Bertaudière, mort sans alliance.
3) Jean François, écuyer, seigneur du Banchet (Esse), et de Rouffignac, mort également sans alliance.
4) François Joseph, écuyer, seigneur de Couziers, né le Ier avril 1699, et baptisé le 3 du même mois à N-D de la Payne
Il fut chevau-léger de la garde ordinaire du roi, et décéda également célibataire.
5) Marie Guillemine, qui épousa le 22 juillet 1710 Annet Regnauld, chevalier, seigneur de Saint-Simon.(Saint-Simeux ?)
6) Anne Rose, qui épousa après contrat du 20 novembre 1721, Jean Birot, écuyer, seigneur de Brouzède, fils de Jean, et d'Anne Rambaud.
Elle décéda avant le 9 janvier 1751.
7) Jeanne, qui épousa Charles-Bernard de La Chaize, écuyer, seigneur de Nadelin, avant le Ier février 1722, date où son mari et elle transigèrent avec Jeanne Martin de Chapelot et ses soeurs, devant Jeheu, notaire à Angoulême.

V) GUIMARD Jean, chevalier, seigneur de Jallais (Confolens), la Bertrandie (Chabrac), etc.
Il fut conseiller du roi, puis son chevalier d'honneur au présidial d'Angoumois, en 1737.
Le 16 décembre 1721, il épousa Marie-Anne Joubert, fille unique de Daniel, seigneur de la Vergne, et d'Anne-Marguerite Duboys de la Vergne.
Le 26 mai 1722, il passa un marché avec Laurent Loûtre, maître charpentier, pour refaire la charpente de la grange, la charpente de la fuye, et l'échelle tournante. (Jean-Paul GAILLARD et Bruno SÉPULCHRE).
En 1735, il était encore en possession du domaine de la Lèche (Touvre). Il le céda, ainsi que le moulin de Lussac, à Jean Deval et Jeanne-Catherine Brumauld, son épouse.
Le 28 mars 1741 fut fait l'estimation des biens, tant nobles que roturiers, de défunt Jean GUYMARD. Dans ses possessions figurèrent la métairie de la Bertrandie avec sa maison de maître. (Jean-Paul GAILLARD et Bruno SÉPULCHRE).
(Sa veuve, Marie Anne Joubert, se remaria avec Jean Binot, chevalier, capitaine d'invalides).
De l'union de Jean et Marie Anne naquirent :
  1) Annet Jean, qui suit.
2) Louis Armand, chevalier, seigneur de Fontgibaud (Anais), frère jumeau d'Annet Jean.
En 1717, les lieux de Fontchauvaud (Chabrac), lui appartenaient. (Jean-Paul GAILLARD).
Il fut d'abord capitaine au régiment de Rouergue-Infanterie, puis lieutenant-colonel au régiment de Vaubecourt et gouverneur de Wesel, duché de Clèves. Il fut breveté chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis.
Le 16 juin 1673, fut commencé un procès-verbal au logis de Puyfrançais (Anais), à sa demande. Cet inventaire se termina le 18 juin 1673 à Cousiers (Vars).
(Jean-Paul GAILLARD et Bruno SÉPULCHRE).
Le 27 juillet 1762, il fut tuteur et curateur de son petit-neveu Jean-Baptiste-Daniel de GUIMARD.
Comme tuteur de son neveu, il fit cession le 3 juin 1765, de la métairie de la Genette, paroisse de Chabrac, moyennant 191 livres de rente, et la prise à la charge de 2 légats de 50 livres chacun, (consentis envers le collège ou préceptorial de Confolens, et envers celui d'Availle (Availles-Limouzine - Vienne), suivant actes capitulaires des consuls et habitants de Confolens, du 30 mai précédent, reçu Colombe, notaire à Confolens, et des paroissiens de Saint-Martin d'Availle, du 27 mai précédent, reçu Bernard, notaire en la châtellenie dudit lieu); à Jean Rempnoulx, sieur du Vignaud, bourgeois, demeurant au Mas du Bost. (CAILLAUD, notaire royal à Angoulême).
Il décéda sans alliance, au village de Peterraguen, le 3 septembre 1759, des suites de ses blessures reçues le Ier août à la bataille de Minden. (CAILLAUD, notaire royal à Angoulême).
3) Anne Jean, dit le jeune, qui fut sous-brigadier des gardes de la marine du port de Rochefort.
Il décéda noyé le 20 novembre 1759, lors de la perte du vaisseau 'le Juste". (CAILLAUD, notaire royal à Angoulême).
4) Anne Rose, née à Saint-Martial d'Angoulême, le 24 septembre 1724.
Elle fit sommation à sa mère le 5 août 1762, de consentir à son mariage avec Jean Baptiste François Mioulle de Lisle, seigneur de Foulpougne, pair du corps de ville d'Angoulême, fils de Jean Baptiste et de Marie Jeanne Ducluzeau, avocat. Le contrat de mariage fut signé le 7 aout suivant. (CAILLAUD, notaire royal à Angoulême).
Le 30 septembre 1765, elle vendit la Bertrandie (Chabrac), à François Allamargot, marchand de Chabrac. (Jean-Paul GAILLARD et Bruno SÉPULCHRE).
Elle décéda le 18 octobre 1814, âgée de 95 ans, veuve et sans enfants.
5) Guillemine Marie, de Couziers, dite l'aînée, qui épousa le 9 mai 1781 Jean-Elie Duboys de La Bernarde, écuyer, seigneur de la Barre.
Le 12 juillet 1752, elle afferma la maison noble de la Bertrandie (Chabrac), à Jacques Goursaud, directeur de la Poste à Chabanais. (Jean-Paul GAILLARD et Bruno SÉPULCHRE).
6) Guillemine, qui décéda le 16 février 1757 et qui fut enterrée le lendemain dans l'église Notre-Dame de La Peyne à Angoulême. (CAILLAUD, notaire royal à Angoulême).
7) Rose, dite de Fontgibaud (Anais). (CAILLAUD, notaire royal à Angoulême).

VI) de GUIMARD Annet Jean, dit l'aîné, frère jumeau de Louis Armand., chevalier, seigneur de Jallais (Confolens), du Banchet et de la Garcélie (Esse), de Puy-Français (Anais), Couziers (Vars), des Giraudières (Champniers), et de Fontgibaud (Anais).
En 1742, il était officier au régiment de Gondrin-infanterie.
Le 21 avril 1748, il prorogea l'afferme des métairies du Banchet (Esse) et de la Garcélie (Esse), que François Boutand, sieur des Rivières, détenait pour 9 autres années. (Pierre BOULANGER)
Il possédait une maison dans la paroisse Saint-Martin de l'Ile de Ré (Charente-Maritime).
Le 26 décembre 1754, il épousa Marie-Françoise Penaud-Desmarais, fille d'Elie, et de Julie Doutreleau d'Aubusson.
Il décéda à Angoulême, paroisse Saint-André, le 23 février 1762, dans une maison qu'il tenait à loyer de la comtesse de Bourzac. Il fut enterré le lendemain dans l'église Saint-André d'Angoulême. (CAILLAUD, notaire royal à Angoulême).
Le 4 juin 1762, sa veuve fit faire un inventaire des meubles et effets dépendant de la succession de son mari. (CAILLAUD, notaire royal à Angoulême).
De son union avec Marie Françoise naquit :

VII) de GUIMARD Elie Jean Anne, dit Annet, né à Saint-Martin de Ré (Charente-Maritime), le 31 octobre 1755, chevalier, seigneur de Couziers (Vars), de Puyfrançais (Anais), et des Giraudières (Champniers).
Le 29 mars 1775, il reçut du généalogiste Chérin un certificat pour entrer dans les chevau-légers du roi et comparut à l'assemblée de la noblesse d'Angoumois de 1789.
Le 24 février 1784, il épousa à Ebréon, Marie-Sophie-Elisabeth de Corgnol, fille unique de Jacques Louis, chevalier, seigneur de Tessé, Ebréon, Couturette, etc.., et de Catherine Elisabeth Avril de Masquinant, sa seconde épouse. (abbé Pierre BUREAU).
Suspecté d'émigration, il fut inscrit sur les listes des émigrés le 27 septembre 1793, puis rayé provisoirement par arrêté de l'administration du département de la Charente du 8 frimaire an II. Le 10 frimaire an III, il fut nommé maître de Poste à Churet (Anais) à la place de Louis Boisnier, qui avait démissionné. Il fut rayé définitivement de la liste des émigrés, par arrêté du ministre de la police général, du 6 brumaire an X. (abbé Pierre BUREAU).
Il décéda le 26 juin 1808 en la commune de La Forêt de Tessé, ayant eu pour enfants :
  1) Jean Baptiste Daniel Emmanuel, qui suit.
2) Amélie Louise, dite Elisa, née à Angoulême le 9 vendémiaire an IV (Ier octobre 1795).
Elle épousa à Angoulême le 11 novembre 1813, Jean-Théodore de James de Longeville de Saint-Vincent.

VIII) de GUIMARD Jean Baptiste Daniel Emmanuel, né à Angoulême vers 1788.
Il servit pendant quelques temps dans les gardes du corps du roi et décéda, sans alliance, vers 1868, au château de Saint-Vincent de Vitrac, chez les neveux de James, auxquels il transmit ses terres et châteaux de Brassac (Suaux), ayant appartenu peu auparavant au marquis de Volvire-Brassac.
(Vers 1816, Puyfrançais (Anais), devint la propriété de Louis Robert Duboys de La Barre). (Danielle ARNAUD)

- BEAUCHET-FILLEAU : Dictionnaires des familles de l'ancien Poitou.
- Michel VALLEAU : Touvre, un village, son histoire, ses sources.
- M. J. SANSON : Noms et ordre de réception des maires, eschevins et conseillers de la ville d'Angoulême.
- Charles d'HOZIER : Armorial Général de France, Généralité de Limoges.
- Danielle ARNAUD : article sur Puyfrançais (Anais), dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- Jean-Paul GAILLARD et Bruno SÉPULCHRE : Articles sur la Bertrandie (Chabrac), et Couziers (Vars), dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- Jean-Paul GAILLARD : Article sur Fontchauvaud (Chabrac), dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- José DÉLIAS : Article sur le château de Confolens, dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- Jean REYRAT : Confolens et ses habitants au règne des trois rois - 1598-1700.
- abbé Pierre BUREAU : Les émigrés charentais.
- Pierre BOULANGER : Esse au fil de l'histoire.
- CAILLAUD, notaire royal à Angoulême : Collection des Inventaires sommaires des Archives départementales antérieures à 1790.
- (*) apport généalogique envoyé par M. Hervé DUPUIS.
- Arnaud de CAMBOURG : Généalogie sur Geneanet : http://gw.geneanet.org/decambourg?lang=fr&pz=jean+baptiste+alexis+hugues+michel+marie&nz=de+cambourg&ocz=0&p=millet&n=guymard
retour vers le menu des mises à jourretour vers le sommaire