JOUMARD


blason de la famille Joumard
blason de la famille Joumard
D'azur à trois annelets d'or.
D'azur à trois besants d'or.

Famille très ancienne, qui paraît être originaire du Périgord.
Au XVème siècle, la famille Achard lui a été substituée, puis au XVIIème siècle, elle fut elle-même substituée à la famille TISON d'ARGENCE.
Elle a produit plusieurs branches qui se sont répandues en Angoumois, en Saintonge, et dans le sud du Poitou.

Filiation suivie :
I) JOUMARD N., sieur de Sufferte, (Vanxains, près de Ribérac - Dordogne).
D'une alliance inconnue, il eut pour enfants, au moins :
  1) Geoffroy, qui suit.
2) N, dit Frère JOUMARD, chevalier de l'Ordre du Temple, de 1230 à 1244.
Il décéda peut-être en Palestine, lors de la bataille de Forbie, près de Gaza. (Pierre JOUMARD).

II) JOUMARD Geoffroy Ier, sire de Sufferte.
Il fut chevalier lors des croisades en Terre Sainte, avec Archambaud II, comte du Périgord.
Il épousa N. Lambert de La Brangelie, dernière descendante de sa famille, qui lui apporta la terre de la Brangelie. (Pierre JOUMARD).
De cette union naquit, au moins :

III) JOUMARD Audouin Ier, né vers 1230, vicomte de la Brangelie, baron de Sufferte.
Il participa à la 7ème croisade, avec Saint-Louis, de 1248 à 1254. (Pierre JOUMARD).
D'une alliance inconnue, il eut pour enfants, au moins :

IV) JOUMARD Audouin II, né vers 1260, vicomte de la Brangelie, seigneur de Sufferte.
En 1270, il fit un hommage de la Brangelie et de Sufferte, au roi de France, comme arrières-fiefs de la Couronne. (Pierre JOUMARD).
Il épousa Edmée de La Mothe, et fit son testament le 26 mai 1296, demandant à être enterré avec ses ancêtres dans le cimetière du Chailar, instituant Edmée de La Mothe tutrice de ses enfants qu'il faisait ses légataires, et donna 6 livres de dot à sa fille. Il nommait Audouin son héritier et lui substitua Pierre, Raymond et Arnaud.
Il eut pour enfants :
  1) Audouin, qui suit.
2) Pierre, titré baron de la Brangelie. (Pierre JOUMARD).
3) Raymond, qui fut chevalier de l'Ordre du Temple. (Pierre JOUMARD).
4) Arnaud, également titré baron de la Brangelie. (Pierre JOUMARD).
5) Alméide, qui eut 6 livres de dot dans le testament de son père.

V) JOUMARD Audouin III, né vers 1290, vicomte de la Brangelie, seigneur de Sufferte.
Il dû avoir pour enfant :

VI) JOUMARD Bertrand, né vers 1330, vicomte de la Brangelie, et seigneur de Sufferte.
En 1367, il suivit le Prince Noir en campagne en Castille. Il fut présent à la bataille de Najera, le 3 avril 1367. (Pierre JOUMARD).
Il épousa vers 1360, Sibille de Tracot, qui lui donna pour enfants, au moins :

VII) JOUMARD Bernard, né vers 1370, vicomte de la Brangélie, et baron de Sufferte.
Il épousa en 1394, Yvonne de Cressat (1375-1404), fille de feu Hélie.
De leur union naquirent :
  1) Audouin, né vers 1400, écuyer., vicomte de la Brangelie, seigneur de Sufferte.
Le 24 février 1404, comme fondé de pouvoir de sa mère, veuve de feu Bernard JOUMARD, il rendit hommage à M. de Pons, vicomte de Turenne, seigneur de Ribérac.
En 1440, il participa avec Jacques Ier de Pons de Ribérac, son suzerain, à la "praguerie", contre Charles VII. (Pierre JOUMARD).
Il accompagna encore Jacques Ier de Pons dans une cabale contre le roi. Ce dernier vint faire le siège du château de la Brangelie à Vanxains, et Audouin dut rendre les armes. Ses biens furent confisqués par le roi de France, et son blason fut diffamé. (Pierre JOUMARD).
Il testa le 20 décembre 1441, instituant son héritière sa soeur Jeanne, lui substituant son deuxième fils Audouin Achard, à charge de relever ses noms et armes, et, à son défaut, Pierre, frère aîné d'Audouin.
2) Jeanne, qui épousa Jacques Achard, seigneur de Pommiers.
De cette union naquirent deux fils: (Voir généalogie ACHARD et JOUMARD des ACHARDS), où bien la suite de la famille ACHARD, qui prit ensuite le nom de JOUMARD des ACHARDS.

VIII) ACHARD Jacques, né en 1380, vicomte de Pommiers.
Il fut en 1415 à la défaite de la bataille d'Azincourt, et en 1418, lutta avec Charles VII, contre Jean Sans Peur, duc de Bourgogne.
En 1419, il fut présent à l'entrevue de Montereau, lors de l'assassinat de Jean sans Peur.
Il bloqua les Anglais à Angers, avec La Fayette, en 1421, et participa de 1422 à 1424, à différentes batailles contre les Anglais, jusqu'à la bataille perdue de Verneuil, contre les Anglais du duc de Bedford. Il fut aussi au siège d'Orléans avec Dunois et Jeanne d'Arc, en 1428-1429.
Il épousa en 1415, Jeanne Joumard, dame de la Brangelie et de Sufferte. (Pierre JOUMARD)
Il décéda le 6 mai 1429, lors d'une attaque avec Jeanne d'Arc, et avait eu pour enfants, au moins :
  1) Pierre, qui fut l'auteur de la branche des Augiers.
2) Audouin, qui suit.

IX) JOUMARD des ACHARD Audouin, né en vers 1420, vicomte de la Brangelie, sire de Sufferte.
Le nom de JOUMARD fut incorporé par suite d'une substitution en date du 20 décembre 1441, d'Audouin JOUMARD, seigneur de Sufferte, lequel donna tous ses biens à sa soeur Jeanne, femme de Jacques ACHARD, à la condition que son neveu et filleul Audouin ACHARD, prendrait les noms et armes de JOUMARD.
On trouve de très nombreuses versions de ce blason d'alliance :

Blason d'alliance des Achard-Joumard
Ecartelé, aux 1 et 3 d'argent à trois fasces abaissées de gueules surmontées de trois double deltas de sable entrelacés posés deux et un,
aux 2 et 4, d'azur à trois besants d'or, posés deux et un.

blason des Achard-Joumard
blason des Achard-Joumard
Coupé, au 1 qui est d'argent à trois fasces abaissées de gueules surmontées de trois double deltas de sable entrelacés, au 2 d'azur à trois besants d'or.
(Variante du blason d'alliance) Coupé, au 1 qui est d'argent à trois fasces abaissées de gueules surmontées de trois double deltas de sable entrelacés,
au 2 d'azur à trois annelets d'or.

Cette version en "coupé" de ces blasons existaient aussi en version "écartelé".
Mais il existait encore d'autres variantes du blason d'alliance des ACHARD et des Joumard. En voici deux autres :
blason des Achard-Joumard
blason des Achard-Joumard
Ecartelé au 1 et 4 d'azur à trois étoiles d'or (qui est ACHARD), au 2 et 3 d'azur à trois besants d'or .
variante dans les armes des Joumard avec des annelets.

Il participa à la reconquête de la Normandie, en 1449, avec Charles VII, contre les Anglais d'henry VI, et fut à la victoire de la bataille de Formigny en 1450, avec Jean de Clermont de Bourbon..
En 1453, il fut encore présent à la bataille de Castillon avec Dunois, contre John Talbot, puis au siège de Bordeaux, qui marqua la fin de la guerre de Cent Ans.
En 1465, il était à la bataille de Montlhéry avec Louis XI. (Pierre JOUMARD)
Audouin épousa par contrat du 14 décembre 1450, devant Paindrai, notaire à Vanxais, Agnès (appelée Jeanne par d'Hozier) Jaubert des Allemans, fille de Bernard, seigneur d'Allemans, et de Marie de Saint-Astier.
Il décéda en 1467, laissant pour enfants :
  1) Bernard, qui suit.
2) Charles, seigneur de Farges.
Le 6 décembre 1513, il passa accord avec son frère Bernard au sujet des successions de leurs père et mère, de leur frère Pierre, et de leur soeur Jeanne.
3) Pierre, prêtre. Il était dit décédé le 6 décembre 1513.
4) Marie, dame de Sufferte en partie.
Elle épousa avant le 28 août 1487, Jean Gombaud, écuyer, seigneur de l'Escardière. Ils étaient encore vivants le 23 mai 1501.
5) Jeanne, vivante le 23 mai 1501, et dite décédée le 6 décembre 1513.
6) Bernard, dit le jeune.
Il transigea, le 6 décembre 1513, avec Charles son frère, sur les successions de leur père et mère, frère et soeur.
Il fut tué en 1515 à la bataille de Marignan, avec son frère aîné Bernard. (Pierre JOUMARD)
7) Raymonde, qui épousa par contrat du 17 octobre 1480 Jean de Chabans, écuyer, viguier de Siorac.

X) JOUMARD des ACHARDS Bernard II, damoiseau, 8ème vicomte de la Brangelie, sire de Sufferte.
Il fut adoubé en 1465 à la bataille de Montlhéry, et fut de 1471 à 1474 dans l'armée de Louis XI, dans le nord-est, contre Charles le Téméraire, duc de Bourgogne.
Il fit les batailles de Nontron en 1487 et Saint-Aubin du Cormier en Bretagne en 1488. Il fit ensuite la campagne d'Italie avec Charles VIII pour la conquête du royaume de Naples.
Il participa de 1496 à 1497 à la défense du Languedoc contre les incursions espagnoles, puis à la campagne de conquête du duché de Milan avec Louis XI en 1500-1501, à la campagne d'Italie de 1509.
Il assista au sacre de François Ier à Reims et à Saint-Denis. (Pierre JOUMARD)
Il épousa en premières noces, par contrat du 22 septembre 1477 Françoise de La Porte, fille d'Alain, écuyer, seigneur de Luzignac, et d'Agnès de Pléderan. Elle décéda sans postérité.
Il épousa alors en secondes noces le 4 avril 1478 Catherine d'Aitz, fille de Bertrand, écuyer, seigneur de la Feuillade, et d'Almoys de Mesmy.
Le 21 mai 1488, il fit un accord avec Marie, sa soeur, et transigea le 6 mai 1492 avec ses frères et soeurs pour la succession de son père.
Il fit son testament le 20 décembre 1507, et fut tué à la bataille de Marignan en 1515, en même temps que son frère Bernard, dit le Jeune. (Pierre JOUMARD)
De sa seconde union naquirent :
  1) Jacques, qui suit.
2) Jean, qui fera la branche de la Brangélie.
3) autre Jean, qui fera la branche de Farges.
4) Armoise, qui épousa Jean de Montferrand, chevalier, seigneur de Bellegarde.
5) Morelle, qui épousa le sieur de Puyrenier. Elle décéda sans enfant.
6) Léonarde, qui épousa après 1529, Jean de La Porte, seigneur de Luzignac, veuf de Catherine de La Balme.

XI) JOUMARD des ACHARDS Jacques, écuyer, seigneur de Sufferte, Loirat, Fougerat, etc.
Il partagea en juin 1511, avec Jean, seigneur de la Brangelie, son frère.
Le 4 octobre 1516, ils rendirent ensemble hommage à Odet d'Aydie, châtelain de Ribérac.
Il épousa en premières noces le 12 décembre 1510 Batholomine de Beauvoir. Le 9 avril 1518, ils obtinrent des lettres de l'évêque de Tréguier et Bayeux, et de l'archevêque de Bourges, leur accordant les indulgences et privilèges accordés par le Pape aux "François" qui avaient contribué à la croisade contre les Turcs.
Il épousa en secondes noces Etiennette d'Aydie, fille d'Odet, gouverneur de Guyenne, veuve de Jean de Saint-Jean, seigneur de Broulhet et du Fraisse.
Il testa le 23 mars 1561, demandant à être enterré en l'église de Vanxains. Il donnait 4000 livres de dot à sa fille Bartholomine à charge de ne rien demander de plus dans sa succession et celle de sa mère, instituant François et Annet, ses petits-fils, pour ses héritiers.
Il eut de son premier mariage :
  1) Jean, qui suit.
2) François, qui passa un acte avec son frère Jean, le 14 décembre 1556.
Il avait épousé Françoise de La Roumagière, nommée dans le testament de 1561. Il décéda sans enfant.
3) Bartholomine, qui épousa le 28 février 1539, le même jour et par le même contrat que son frère Jean, François de Saint-Jean, frère de sa belle-soeur, et fils de sa belle-mère Etiennette d'Aydie, seconde femme de son père.
4) Gaspard, seigneur de Saint-Méard,
nommé dans le testament de son père.
5) Annet, seigneur des Oulmes, nommé dans le testament de son père.
6) Jeanne, dame de Sufferte. Elle épousa Raymond de Bremond du Puy, seigneur de Pommiers.
7) Agnete, fille bâtarde de Jacques, qui épousa par contrat du 28 février 1539 François Dupuy, notaire, habitant de Neuvic en Périgord.

XII) JOUMARD des ACHARDS Jean, écuyer, seigneur de Sufferte.
Il servit comme archer en 1536.
Il épousa le 28 février 1539, Marguerite de Saint-Jean, fille de feu Jean et d'Etiennette d'Aydie, seconde femme de son père.
Il décéda avant le testament de celui-ci, laissant pour enfants :
  1) François, qui suit.
2) Annet, exécuteur testamentaire de son grand-père Jacques JOUMARD.

XIII) JOUMARD des ACHARDS François Ier, écuyer, seigneur de Sufferte, la Borde, la Double et Fougerat, chevalier de l'ordre du roi.
Il épousa par contrat du 13 juin 1579, passé par Ruai, notaire à Ribérac, Isabeau de La Tour, fille de Bertrand, écuyer, seigneur de la Tour en Saintonge, et d'Anne Jourdain, dame de la Boixe, Maupoirier, Saint-Fort et Ambleville.
Le 15 août 1596, il acquit la seigneurie de la Double de François d'Aubusson, seigneur de Montault, la Double, etc. et de Jeanne de Calvimont, sa femme.
Ils eurent pour enfants :
  1) Gaspard, qui suit.
2) François, seigneur de Sufferte, baron de Mailly et de Saint-Pierre du Mont, écuyer de la grande écurie du roi et de la duchesse d'Orléans, par brevet du 20 juin 1643.
Il fut gouverneur de Saint-Jean de Losne en Bourgogne.
Il fit son testament le 30 juin 1656 et institua son héritier son neveu François.
3) autre François (alias Gabriel), aumônier du roi, abbé d'Ambournay, prieur de Saint-Privat.
4) Jean, seigneur de Fougerat, écuyer de la grande écurie du roi.
Il fut tué au siège de Clérac en 1621.
5) autre François, seigneur de Loyac.
6) autre François, écuyer, seigneur du Verdier.

XIV) JOUMARD des ACHARDS Gaspard, chevalier, seigneur de Sufferte, la Borde, la Double, Leirat, Fougerat, Dirac, Raix, etc... chevalier de l'ordre du roi, gentilhomme ordinaire de sa chambre, suivant certificat du 28 juillet 1641, de M. de Termes, grand écuyer de France et Ier gentilhomme de la chambre.
Il fut capitaine de 200 hommes pour le service du roi, d'après commissions des 26 décembre 1621 et 7 août 1626.
Le 7 octobre 1620, il reçut un brevet du roi de 2400 livres de pension pour ses services.
Il épousa, par contrat du 13 juillet 1608, reçut Béraud, notaire à Angoulême, Gabrielle Tison d'Argence, fille de François, chevalier, seigneur d'Argence, de Dirac et de Raix, gentilhomme de la chambre du roi, et de Françoise de La Rochebeaucourt.
Il recevait par ce contrat, la seigneurie de la Double avec le château de Legé, plus la maison noble de Sufferte et tous les héritages appartenant à ses parents qui se réservaient pendant leur vie, Sufferte avec leur provision de bois sur les bois de la Double. Une clause de ce contrat stipulait que le premier fils qui naîtrait de ce mariage, ceux qui lui succéderaient et leur postérité porteraient le nom de JOUMARD TISON d'ARGENCE.
Blason d'alliance des Achard, des JOUMARD et des TISON d'ARGENCE.
Ecartelé, aux 1 et 4 d'azur à trois besants d'or, qui est JOUMARD; aux 2 et 3 d'argent à deux léopards de gueules, qui est TISON;
sur le tout coupé au 1 d'argent à 3 double deltas de sable entrelacés,
au 2 d'argent à trois fasces de gueules.
blason d'alliance des Achard, Joumard et Tison d'Argence.
Blason présent sur un sceau appendu à une quittance de gages.
Ecu d'alliance construit par les familles JOUMARD-TISON d'ARGENCE,
ou dite JOUMARD des ACHARDS.

Ecartelé au 1 et 4 d'azur à trois besants d'or, au 2 et 3 d'or à deux lions passants de gueules,
au lambel d'azur à trois pendants en chef,
sur le tout, de gueules à trois fasces d'or,
accompagnées en pointe de trois étoiles à six raies du même, posées deux et un.


blason d'alliance des Achard, Joumard et Tison d'Argence.
Voici un autre blason d'alliance entre les ACHARD et les TISON d'ARGENCE :
Coupé, au 1 d'argent à trois fasces de gueules surmontées de trois deltas de sable entrelacés, qui est Achard, eu 2 d'argent à deux léopards de gueules,
l'un sur l'autre, qui est Tison d'Argence.

( d'après J-H MICHON, dans sa statistique monumentale de la Charente).
blason d'alliance entre les Achard et les Tison d'Argence.

Le 3 septembre 1636, ils échangèrent la seigneurie de Raix, et celle de la Salle de Raix, appartenant à Gabrielle TISON, comme donataire de Gabriel JOUMARD, écuyer, abbé d'Embournay, par donation du 29 octobre 1629, contre la seigneurie de la Roque Saint-Sigismond en Angoumois, le fief de l'Aiguille et des rentes, avec Laurent Le Musnier, sieur de l'Artige, conseiller au Parlement de Bordeaux, et Anne Bernard, sa femme.
Ils eurent pour enfants :
  1) François, chevalier, seigneur de Sufferte et de la Gacherie, capitaine au régiment de Picardie.
Il épousa par contrat du 29 mai 1669 Jeanne-Angélique de Lostanges, fille de Louis, baron de Paillé, et de Marie Fouscher.
Il était décédé avant le 30 mai 1692, date à laquelle sa femme avait cédé ses droits sur la succession de Louis de Lostanges à Pierre du Bourg.
D'après d'Hozier, il eut un fils :
  - Noble, qui d'une alliance inconnu eut pour enfants :
  a) Elisabeth, baptisée le 13 septembre 1663, et née du 19 novembre précédent.
b) Jean, baptisé le 2 février 1666.
c) Elisabeth, baptisée le 13 septembre 1671.
- Isabeau, qui épousa Jean François de Beynac, lignée des seigneurs propriétaires de la Brangelie, suite au mariage de Jeanne JOUMARD des ACHARDS avec Jean François de Beynac. (Pierre JOUMARD).
2) autre François, qui suit.
3) autre François,
qui fera la branche d'Argence.
4) Isabelle, qui épousa par contrat du Ier janvier 1641 François du Peschier, écuyer, seigneur de Chaumont.

XV) JOUMARD TISON d'ARGENCE François III, chevalier, seigneur de Dirac et de Périgny, baron de Saint-Pierre du Mont (Nièvre), et de la Rochechandry, écuyer de la grande écurie du roi, capitaine major du régiment de cavalerie du prince de Conti, gentilhomme de sa chambre, mestre de camp de Gaston, fils de France, et aide des camps et armées du roi.
Le 15 novembre 1650, il partagea avec ses frères les biens de la succession de leur mère, et avec Gaspard du Peschier, fils de leur soeur Isabelle.
Il épousa par contrat du 19 juillet 1651, passé par les notaires du Châtelet de Paris, Anne Tartereau, fille d'honneur de la princesse de Condé, et fille de Jean, seigneur d'Aigrefin, et de Claude Robert.
Ils étaient décédés avant le 29 mai 1668, date d'une requête adressée par Marie Tartereau, au nom de leurs enfants, en qualité de tutrice.
Ils avaient eu pour enfants :
  1) Edmé-François, qui suit.
2) Gabrielle-Marie, fille d'honneur de la princesse de Condé, puis religieuse à Montmartre.

XVI) JOUMARD TISON d'ARGENCE Edmé-François, chevalier, seigneur comte d'ARGENCE, baron de Saint-Pierre du Mont, page du roi en sa grande écurie de novembre 1669 à fin 1672.
Il servit dans les mousquetaires pendant les guerres de Hollande, et se trouva au passage du Rhin en 1674, à plusieurs sièges, et à la prise de Besançon.
Il épousa en premières noces, Geneviève Le Grand, fille d'Antoine, chevalier, seigneur de Montrecourt, Milly les Sièges, etc. avec lequel il transigea pour l'exécution de son contrat de mariage passé le 22 septembre 1675.
Il épousa ensuite en secondes noces Anne de Meung de La Ferté. Elle décéda sans lui donner de descendance.
Il épousa enfin en troisièmes noces le 15 février 1686 Charlotte de Vins.
Il eut pour enfants, au moins, de son troisième mariage :
  1) Pierre, qui suit.
2) François, né le 7 août 1692. Il fut reçu chevalier de Malte le 27 février 1697.
3) Marie-Jeanne-Antoinette, qui décéda en mars 1694.

XVII) JOUMARD TISON d'ARGENCE Pierre, chevalier, marquis d'ARGENCE, baron de Saint-Pierre du Mont, seigneur de Sufferte.
Il naquit à Saint-Pierre du Mont le 18 décembre 1686.
Il fut lieutenant du roi en Bourgogne au département d'Auxerre.
Il épousa le 4 décembre 1707 Marie Comeau de Créancey, fille de Pierre, chevalier, seigneur de Créancey, et de Marie-Anne Aubert de La Ferrière.
De cette union naquirent :
  1) Pierre-François, marquis d'Argence.
Il fut d'abord mousquetaire du roi, puis capitaine dans le régiment de Condé en 1726.
En 1738, il se retrouva à la tête de ce corps d'armée, en devenant mestre de camp-lieutenant de ce même régiment des Dragons de Condé. En 1740, il fut nommé par le roi capitaine avec rang de mestre de camp dans le régiment de Dragons de Vibraye.
En 1745, il devint brigadier des armées du roi, puis en 1748, maréchal des camps des armées royales.
Il fut décoré de l'Ordre de Saint-Louis.
Il épousa le 24 octobre 1748 Marie-Philiberte Lamy, fille d'Emé-Claude, marquis de la Perrière, et de Françoise Rioult de Neuilly. Il ne semble pas qu'ils eurent une descendance. (Pierre JOUMARD).
2) Marie-Gabrielle, qui épousa en 1739 Gustave Palatrin de Dio, comte de Montperoux.

Branche d'ARGENCE :
XV) JOUMARD TISON d'ARGENCE François III, chevalier, seigneur d'ARGENCE, Dirac, Montanceix, etc. Ier baron d'Angoumois.
Il partagea avec ses frères, le 15 novembre 1653, la succession de leur mère.
Le 15 juillet 1654, il fit évaluer les pertes que les Frondeurs avaient fait subir à son château de Montanceix lors du siège du 17 juin 1652, où lui-même avait été fait prisonnier par le colonel Balthazar.
Il épousa en premières noces, le 2 novembre 1646, Françoise de Saint-Aulaire de Fontenille, fille de David, chevalier, seigneur de Fontenille, et d'Isabeau de Raymond.
Il épousa ensuite en secondes noces, par contrat du 11 mai 1655 Marie d'Escars, alias des Cars, fille de François, comte d'Escars, baron de la Renaudie et d'Aix, et de Françoise de Veyrières, contrat passé par de Faye, notaire au lieu d'Escars en Limousin.
Le 15 février 1658, il transigea avec René de Hauteclaire, écuyer, seigneur de Fissac, au sujet d'une chapelle dans l'église des Cordeliers d'Angoulême, sur laquelle tous les deux prétendaient avoir des droits. René de Hauteclaire la lui abandonna à charge de payer une rente de 25 livres, devant Huguet, notaire à Angoulême.
Il fit son testament le 4 février 1663, faisant son héritier François, son fils aîné, et légataires ses autres fils, Annet, Gabriel et Pierre, les mettant sous la tutelle de leur mère. Il substituait à ses fils, Gabrielle, sa fille du premier lit.
Le 2 avril 1666, il fit un codicille instituant François son héritier à charge de payer 10000 livres à Annet et à Gabriel, et 9000 à Pierre et Louis, ses autres fils.
Il laissait un appartement de son hôtel de la Monette à sa fille Gabrielle.
Il était décédé avant le 23 mars 1676, date à laquelle Marie des Cars, sa veuve, en qualité de tutrice de ses enfants, donnait quittance à Bernard de Forgues de Lavedan, chevalier, seigneur de Neuillac, baron de La Rochechandry, et à Marie de Patras de Compaigno, sa femme.
Il eut de son premier mariage :
  1) Gabrielle, baptisée à Saint-Méard de Dronne (Dordogne) en 1649.
Elle épousa par contrat passé au château de Fontenille, par Labonne, notaire à Périgueux, le 29 janvier 1667, Jean d'Abzac, chevalier, seigneur de Montanceix.
Il eut de son second mariage :
  2) François, qui suit.
3) Annet, nommé dans le testament de son père et dans son codicille.
Blason d'Annet Joumard Tison d'Argence.
D'or à deux pals ondés de sinople.
(Armorial dressé par Charles d'Hozier, registre du 27 novembre 1700)
blason d'Annet Joumard Tison d'Argence
il fut prêtre, docteur en théologie, curé d'Ecuras, en Angoumois.
Il constitua en 1695, avec son frère François, une rente de 200 livres en faveur de Pierre des Forges, écuyer, sieur du Châtelars.
Le 12 janvier 1712, il donnait quittance d'intérêts à son frère François, et le 19 septembre 1720, au même, quittance de 11800 livres pour sa légitime paternelle.
4) Gabriel, nommé dans le testament et le codicille de son père.
5) Pierre, nommé dans le testament et le codicille de son père.
6) Louis, nommé dans le codicille.
Il fut major au régiment de Crussol, chevalier de Saint-Louis.
Il fut blessé au siège de Mayence en 1672, et servit aux sièges et prises de Mons, Namur, Charleroi, Ath, etc. à la bataille de Steinkerque. Il fut encore blessé à la bataille de Nerwinde.

XVI) JOUMARD TISON d'ARGENCE François IV, chevalier, seigneur de Dirac, les Courrières, la Monette, etc..
François JOUMARD TISON d'ARGENCE, écuyer en 1696
Blason créé en 1696 par l'héraldiste du roi Charles d'Hozier.

D'azur à un coq perché sur un marc d'argent
et accompagné en chef de deux molettes de même.

blason de François Joumard
Il épousa par contrat du 11 janvier 1685, passé par Micheau, notaire à Angoulême, Marguerite de Forgues de Lavedan, fille de feu Bernard, chevalier, seigneur baron de La Rochechandry, et de Marguerite Gandillaud.
Il avait vendu à Bernard de Forgues de Lavedan et à Marie Patras de Compaigno, sa femme, une partie de la baronnie de La Rochechandry, comprenant le château, les préclôtures, les droits de justice, haute, moyenne et basse, et les terres en dépendant, moyennant 15610 livres.
Il fut parrain, à Biennac (Haute-Vienne), le 20 décembre 1681, de François de Rochechouart, fils de Louis-Joseph-Victor et de Marie d'Escars, (alias Des Cars).
Le 3 février 1719, avec sa femme, il constitua une rente au profit des Ursulines d'Angoulême, devant Jeheu et Déroulède, notaires à Angoulême.
Ils eurent pour enfants :
  1) Raymond, baptisé à Notre-Dame de la Payne d'Angoulême le 24 mars 1684.
2) Annet, qui suit.
3) Henri, qui reçut le supplément du baptême le 28 janvier 1700, à Notre-Dame de la Payne.
Il fut prieur de Châteauneuf dès 1706, après son frère Annet.
Le 4 janvier 1729, il vendait, avec ses frères, une maison à Angoulême, à Bernard de Villouttreys, écuyer, pour 5000 livres, devant Jeheu, notaire à Angoulême.
Le 12 avril 1729, Marc Gaudin de La Fuye, chanoine et diacre d'Angoulême, résignait sa prébende canoniale en sa faveur, et le 25 mars 1727 il avait constitué une rente de 23 livres 6 sous en faveur de l'hôpital général d'Angoulême.
Il décéda le 7 avril 1731.
4) autre Henri, chevalier, seigneur des Courrières.
Il fut nommé dans l'acte du 29 janvier 1729, appelé le chevalier d'ARGENCE.
Ses obsèques eurent lieu à Notre-Dame de la Payne le 12 décembre 1772, âgé d'environ 84 ans, et son corps fut transporté en l'église des Cordeliers.
5) François, chevalier, seigneur d'ARGENCE et de la Monette.
Il fut nommé dans l'acte de 1729.
6) François-Gabriel, nommé par la Charente Révolutionnaire, page 296.
7) Marie, née le 12 et baptisée le 13 novembre 1696, à Notre-Dame de la Payne.
Elle épousa le 28 août 1725, par contrat passé par Jeheu, notaire à Angoulême, en l'hôtel de la Monette, Charles de La Ramière, chevalier, seigneur de Puycharnaud. Elle eut en dot 7500 livres de son père, 6000 livres lui revenant de sa mère, alors décédée, plus 3000 livres qu'elle avait eues de Saint-Cyr.
Annet JOUMARD, curé d'Ecuras lui promit 260 livres de rente par an jusqu'à la mort du seigneur du Chambon, son grand-oncle maternel, en présence de ses oncles Henri, prieur de Châteauneuf, Henri, seigneur des Courrières, et François, seigneur de la Monette.

XVII) JOUMARD TISON d'ARGENCE Annet, chevalier, seigneur d'ARGENCE, Dirac, les Courrières, la Monette.
Il fut baptisé à Notre-Dame de la Payne le 9 avril 1685.
Il devint prieur de Châteauneuf en 1703.
Il épousa le 26 juin 1717 Jeanne-Françoise Guy, fille de François, écuyer, seigneur de Puyrobert, et de Jeanne Flouret de Forestal. Elle décéda subitement le Ier décembre 1746, et fut inhumée aux Cordeliers d'Angoulême.
Avec ses frères, il vendit le 4 janvier 1729, à Bernard de Villoutreys, écuyer, une maison à Angoulême, paroisse Saint-Paul.
Le 24 janvier 1747, avec ses fils, il constitua une rente de 50 livres au profit des pauvres de l'Hôtel-Dieu d'Angoulême. Le capital avait été pris par Louis-Antoine, capitaine au régiment de Navarre, pour le rétablissement de sa compagnie.
Le 3 août 1754, il rendit au roi un aveu et dénombrement de la seigneurie des Courrières, à cause du château d'Angoulême.
Le 13 février 1755, il transigea avec son fils François. Etant âgé de plus de 70 ans, il abandonnait à son fils, déjà institué son héritier universel par son contrat de mariage, la totalité de ses biens, se réservant seulement l'hôtel noble de la Monette et une rente de 4000 livres.
Le 20 octobre 1764, eut lieu sa sépulture en l'église de la Payne à Angoulême et son corps fut transporté en l'église des Cordeliers.
Il eut pour enfants :
  1) François, qui suit.
2) autre François, né le 8 août 1720.
Il fut capitaine au régiment de Navarre, et blessé à la bataille de Dettingen en 1743.
Il devint maréchal des camps et armées du roi et mourut le 7 mai 1781, âgé de 62 ans, au château de Dirac, chez son frère, le marquis d'Argence.
3) Louis-Antoine, né le 17 janvier 1722 et baptisé le 26 mai.
Il fut seigneur de Dirac, capitaine au régiment de Navarre, chevalier de Saint-Louis.
Il représenta son frère François, marquis d'Argence, le 13 mars 1789, à Angoulême, à la réunion de la noblesse.

XVIII) JOUMARD TISON d'ARGENCE François V, chevalier, marquis d'ARGENCE, seigneur des Courrières et de la Monette, né le 14 août 1719.
Il reçut le complément du baptême le 21 mai 1722.
Il épousa le 17 février 1744, par contrat reçu Doyen, notaire au Châtelet de Paris, Françoise de La Cropte de Saint-Abre. Par ce contrat, son père l'instituait son héritier universel.
Il eut pour enfants de cette alliance :
  1) Louise, née le 5 juillet 1745 et baptisée à Notre-Dame de la Payne le 14 septembre 1748.
Le 2 octobre 1758, Marie de Guez, veuve de François de Bardonnin, chevalier, comte de Sansac, Cellefrouin, etc. institua Louise JOUMARD TISON d'ARGENCE sa légataire universelle à charge de distributions à faire tant aux communautés d'Angoulême qu'à ses serviteurs.
Elle épousa le 24 octobre 1765 Louis-Honoré Froger de l'Eguille, chevalier, ci-devant lieutenant du roi au Port de Paix (Saint-Domingue).
2) François, qui suit.
3) François-Isaac, né et ondoyé le 4 décembre 1747, baptisé le même jour que sa soeur et son frère, à Notre-Dame de la Payne d'Angoulême, le Ier septembre 1748. (abbé Pierre Bureau)
Il aurait émigré en 1791, et ne rentra en France qu'en septembre 1814.
Devenu maréchal de camp, il sollicita inutilement du roi Louis XVIII, le garde de lieutenant-général et le cordon rouge. (abbé Pierre Bureau).
De son union avec N, il aurait eu pour fille :
  a) N, qui épousa N. Filhol de Camas. (abbé Pierre Bureau)

XIX) JOUMARD TISON d'ARGENCE François VI, chevalier, comte, puis marquis d'ARGENCE, né le 11 octobre 1746 et baptisé le même jour que sa soeur et son frère, le Ier septembre 1748 à Notre-Dame de la Payne.
Il fut capitaine au régiment du Roi-Infanterie.
Il épousa dans la chapelle du château de Monts (Ceaux en Couhé- Vienne), le 7 mai 1776, Adélaïde-Jacqueline-Marie Pineau de Lucé, fille de feu Jacques, baron de Lucé, conseiller d'Etat et intendant d'Alsace, et de Marie-Charlotte de La Live de Bellegarde, femme en secondes noces de Claude, vicomte de La Châtre, en présence de son père, de François JOUMARD, chevalier, et de Louis-Antoine JOUMARD, ses oncles.
Ils eurent pour enfants :
  1) François VII, marquis d'ARGENCE, né le 6 mai 1779, qui poursuit la descendance jusqu'en 1920, date où la branche s'éteignit.
2) Claude-François, né le 30 septembre 1778 et baptisé à Notre-Dame de la Payne le 26 mai 1779.

Branche des FARGES :
XI) JOUMARD des ACHARDS Jean Ier, écuyer, seigneur des Farges.
Il fut probablement d'abord homme d'église.
Le décès de son oncle Charles JOUMARD, sans enfant, à Marignan en 1515, libéra la seigneurie de la Farge, apanage des cadets des JOUMARD des ACHARDS. Il quitta alors son rôle d'homme d'église, pour reprendre la seigneurie. (Pierre JOUMARD).
Il dut se marier mais le nom de sa femme est inconnu.
Il eut pour enfant :

XII) JOUMARD des ACHARDS Bernard III, écuyer, baron des Farges et de Beaurepaire.
Il épousa Gabrielle Jaubert d'Allemans.
Ils furent nommés dans le contrat de mariage de leur fille Louise en 1606.
Ils eurent pour enfants :
  1) Denis, qui suit.
2) Annet, qui fera la branche de Virage.
3) Louise, qui épousa par contrat du 11 janvier 1608 Pierre Girard, écuyer, seigneur de la Fuste.
4) Bartholomine.
5) Madeleine.
Ils firent donation à leur neveu Poncet JOUMARD, le 3 février 1656.

XIII) JOUMARD des ACHARDS Denis, écuyer, baron des Farges.
Il épousa Catherine des Vergnes et décéda avant 1656, date du contrat de mariage de son fils, où fut nommée sa femme.
Il eut pour enfants :
  1) Poncet, qui suit.
2) Marie, baptisée à Vanxains le 17 août 1613.
3) Gabrielle, baptisée à Vanxains le 10 janvier 1616.

XIV) JOUMARD des ACHARDS Poncet, écuyer, baron des Farges, baptisé à Vanxains le 21 juillet 1614.
Il épousa par contrat du 23 février 1656, passé au château de Rochefort (Châtellenie de Blanzac en Saintonge), Marie de La Touche, fille de feu Janot, écuyer, seigneur de Rochefort, et de Philippe de Langle, sa femme, en présence de René JOUMARD, écuyer, seigneur de Virage.
Il reçut des lettres d'anoblissement en 1657 et fut porté sur la liste des anoblis en faveur desquels Claude Pelot accorda la confirmation de la noblesse en 1666-1667. Il y avait sans doute eu un motif de déchéance.
Il eut pour enfants :
  1) Charles, mort à la Brangelie, le 7 mars 1670, âgé de 14 ans.
2) Marie, baptisée à Vanxains le 6 avril 1659.
Elle épousa le 26 février 1676 Claude de Beaupoil de Saint-Aulaire, écuyer, seigneur de Teillac. Elle lui apporta la terre de Farges.

Branche de VIRAGE :
XIII) JOUMARD des ACHARDS Annet, alias Poncet, écuyer, seigneur de Virage et de Lisle, donataire de Gabrielle Jaubert, sa mère, épousa Isabeau d'Angoulesme.
Ils furent mentionnés dans le contrat de mariage de leur fils unique René, le 30 avril 1650.

XIV) JOUMARD des ACHARDS René, écuyer, seigneur de Virage.
Il épousa par contrat du 30 avril 1650 Claire Gayaud, fille de François et d'Hélène Fargeot. Le mariage religieux fut célébré à Saint-Paul de Ligoure.
René assista, le 23 février 1656, au contrat de mariage de son cousin Poncet JOUMARD.
Il eut pour enfants :
  1) Charles.
2) Pierre, né en 1652.
3) René, né en 1654.
4) Antoine, né en 1656, écuyer, seigneur de la Croix. Il fut parrain en 1670.
5) Antoinette, baptisée le 15 octobre 1656.
6) Jean, né en 1657.
7) Françoise, baptisée le 14 mai 1659.
Elle épousa le 9 septembre 1688 Pierre Monnereau, écuyer, sieur du Maine.
Devenue veuve, elle se remaria le 3 février 1707 avec Dauphin Vial, écuyer, seigneur de la Navarède.
8) Anne, baptisée le 29 décembre 1660.
9) autre Anne, baptisée le 2 septembre 1662.
10) Marie, née en 1664.
11) Marguerite, née en 1668.
12) autre Anne, baptisée le 29 janvier 1670.
13) autre Charles, baptisé le 22 novembre 1672.
14) François, baptisé le 9 avril 1674.
15) Thérèse.
16) Jeanne.

Branche de la BRANGÉLIE :

Blason de la famille Achard de la Brangélie
Ecartelé ux 1 et 4 d'azur à trois étoiles d'or posées deux et un; aux 2 et 3 d'azur à trois besants d'or posés deux et un;
sur le tout coupé au 1 d'argent à 3 double deltas de sable entrelacés, au 2 d'argent à 3 fasces de gueules.

XI) JOUMARD des ACHARDS Jean, né en 1481, chevalier, seigneur des Oumes, et vicomte de la Brangélie, en indivision avec son frère Jacques.
Il fit la campagne d'Italie en 1509, et fut présent à la bataille de Marignan en 1515, où son père et son oncle périrent.
En 1520, il fit partie du camp du "Drap d'Or", pour l'entrevue entre François Ier et Henry VIII d'Angleterre. (Pierre JOUMARD).
En 1522, il fut à la défense des frontières sud du royaume contre les Espagnols, puis en 1524, il fit la campagne d'Italie avec François Ier, pour la prise de Milan. Il fut l'année suivante à la défaite de Pavie.
Il décéda le 28 avril 1542, au cours de la défense des frontières du Roussillon contre l'Espagne de Charles Quint. (Pierre JOUMARD).
Il avait épousé en premières noces, Catherine de Vaulx, dame des Houlmes.
De cette union naquirent :
  1) François, seigneur de Sufferte, Champagné et la Hettière, chevalier de l'ordre du roi en 1579.
Il épousa vers 1543, Marguerite de La Roche-Jaubert, alias Jaubert de Cumont, d'où :
  a) Marguerite, qui épousa le 5 octobre 1592 Jean Bouchard, écuyer, seigneur des Plassons.
Elle testa le 12 juin 1621.
2) Annet, écuyer, seigneur des Oulmes, du chef de sa mère.
Il épousa Louise de La Place de Torsac, dont il eut :
  a) Gaspard (alias Jean, d'après d'Hozier), seigneur des Oulmes, qui fit son testament le 7 octobre 1592.
Il avait épousé Michelle Bouchard d'Aubeterre, fille de Méry, seigneur de Montchaude, et de Renée Gillier, qui lui donna pour enfants :
  a1) N. qui épousa Antoine de Chabans, seigneur de Chabans.
Leurs enfants ajoutèrent le nom de JOUMARD au leur.
3) Henriette, vivante en 1533.
Puis en secondes noces, il avait épousé, par contrat du 27 avril 1516, Gilberte-Jeanne de La Cropte, fille de François, chevalier, seigneur de la vicomté de Lanquais, et de Marguerite de Roffignac.
Il fit son testament le 14 avril 1534.
Sa veuve transigea, le 18 avril 1543, devant Laurent, notaire à Bordeaux, avec Annet JOUMARD, son beau-fils.
De cette seconde union naquirent :
  4) Jean, qui fit la branche à Langeac (Haute-Loire).
5) Jean, alias Jacques, qui suit.

XII) JOUMARD des ACHARDS Jean, alias Jacques III, écuyer, 10ème vicomte de la Brangelie, seigneur de Sufferte, de Légé.
Il épousa par contrat du 25 novembre 1544 Catherine de Montardit, fille de Pierre, écuyer, seigneur de Lascoux, et de Marguerite de Salignac.
Il fit son testament le 8 janvier 1554, et eut pour enfants :
  1) Poncet, qui suit.
2) Marguerite, qui épousa par contrat du 17 mars 1566 Louis de La Cropte, écuyer, seigneur de Saint-Privat.
3) autre Marguerite ? Cette dernière épousa, le même jour, Brabant de La Place, écuyer, seigneur de Salleboeuf.

XIII) JOUMARD des ACHARDS Poncet Ier, écuyer, 11ème vicomte de la Brangelie, seigneur de Sufferte, etc. chevalier de l'ordre du roi, capitaine et gouverneur du Château-Trompette de Bordeaux.
Il se trouva à la bataille de Coutras en 1587.
Il épousa, par contrat du Ier octobre 1574 Louise de Chabans, fille de Pierre, écuyer, seigneur de Menesplet, et de Louise Prévost de Sansac.
Il fit son testament le 11 avril 1590 et avait eu pour enfants :
  1) Antoine, qui suit.
2) Françoise, nommée dans le testament de son père en 1590.
3) Louise, nommée dans le testament de son père en 1590.
4) Catherine, nommée dans le testament de son père en 1590.

XIV) JOUMARD des ACHARDS Antoine Ier, chevalier, 12ème vicomte de la Brangelie, 2ème vicomte de Légé et de la Double, maréchal des camps et armées du roi.
Il épousa par contrat du 15 février 1616 Louise Pasquier, fille de Nicolas, sieur de Mainxe, lieutenant général de Cognac, et de Suzanne de Bremond d'Ars, dame de Balanzac.
Ils eurent pour enfants :
  1) Gaspard, chevalier, vicomte de Légé, maréchal de camp, tué à l'affaire de Casteljaloux.
2) Nicolas, qui suit.
3) Antoine, vicomte de Légé, nommé jurat de Bordeaux le Ier août 1652.
Il fut tué en décembre suivant au Mas d'Agenois.
4) Antoine, baron de Balanzac.
Officier de marine, il fut tué par un boulet de canon en 1675, lors de la bataille navale de Reggio en Italie.
5) Antoine, qui fut titré abbé de la Brangelie.
6) Jeanne, alias Elisabeth, qui épousa par contrat du 24 février 1642 Jean-François de Beynac, écuyer, seigneur de Tayac.
Elle était décédée avant le 30 mai 1692, date d'une transaction passée par son mari comme administrateur de sa fille mineure.
7) Henriette, abbesse d'Aubeterre.

XV) JOUMARD des ACHARDS Nicolas Ier, chevalier, 13ème vicomte de la Brangelie, 3ème vicomte de la Double et Balanzac, vicomte de Légé, né à Balanzac le 29 septembre 1617.
Il fut colonel d'infanterie, par commission du 23 mai 1646.
Le 4 décembre 1642, au nom de Louise Pasquier, sa mère, il vendit à Antoine de Saint-Orens, seigneur de Fanjaud, une maison à Cognac pour 25595 livres que devait Louise Pasquier et dont Nicolas JOUMARD avait déjà payé 5000 livres, plus les seigneuries du Plessis, Breuil-Marmaud, Landelle et Pie-Rougier.
Il épousa par contrat du 14 septembre, alias novembre, 1639 Claire de Chabans, fille de Louis, chevalier, baron de Chabans et du Maine, ambassadeur à Venise, et de Suzanne Guillard de l'Epichelière.
Il testa le 30 mai 1674 et décéda avant le 26 septembre 1675, date du partage de ses biens par sa veuve.
Il eut pour descendance :
  1) François, baptisé à Vanxains le 29 décembre 1640, et décédé en 1647.
2) Antoine-Henri, qui suit.
3) Louis, baptisé à Vanxains le 5 mars 1643.
4) Godefroy-Joseph, qui fera la branche de Légé :
5) Jean-François, baptisé à Vanxains en 1649. Il dut décéder jeune.
6) Henri, chevalier, seigneur de Légé, officier de marine, mort à la Martinique.
7) Pierre, nommé dans le testament de son père.
8) Julie, religieuse à Aubeterre.
9) Charles, mort à la Brangélie en 1670 à 14 ans.

XVI) JOUMARD des ACHARDS Antoine-Henri, chevalier, 14ème vicomte de la Brangelie, baron de Balanzac.
Il partagea avec sa mère et ses frères le 26 septembre 1675.
Le 21 mai 1678, il donnait quittance, comme cessionnaire des religieuses d'Aubeterre, à Léon de Saint-Gelais, d'une somme de 2600 livres que celui-ci devait aux religieuses.
Dans le Grand Armorial de France (registre de Périgueux), sous le nom de Henri JOUMARD des ACHARDS, chevalier, seigneur de la Brangélie, les armes sont :
Bandé d'argent et d'azur de six pièces.
Blason de Henri Joumard
Il épousa par contrat du Ier août 1667 Angélique de Taillefer, fille de François, chevalier, seigneur de Mauriac, et de Marie de Marchais.
Ils firent un testament mutuel le 28 janvier 1696 et il en fit un autre en 1701.
Il décéda avant 1704, laissant pour enfants :
  1) Hélie-François, 15ème vicomte de la Brangelie, baron de Balanzac.
Il épousa par contrat du 20 février 1690 Hippolyte-Angèle de Beaumond-Gibaud, fille d'Henri, chevalier, seigneur de Saint-Germain du Sault, maréchal de camp, et de Marie de Salignac-Fénelon.
En 1698, séparée de biens d'avec son mari, elle demanda à être autorisée à user de ses droits.
Il mourut assassiné en 1710 et sa veuve se remaria avec Hélie d'Arlot de Frugie.
Ils avaient eu pour enfant :
  a) Henri-Benjamin, né vers 1690, garde-marine, décédé à 22 ans, le 9 novembre 1711, chez le chevalier d'Arlot de Frugie
2) René, qui fut prêtre, docteur en théologie, seigneur de Balanzac.
En 1708, étant choisi pour aller occuper le siège de l'archevêché de Keoié, au Japon, il porta plainte contre Georges Compère, curé de Nancras, et ses complices, qui avaient tenté de l'assassiner au château de Balanzac.
3) François-Louis, écuyer, seigneur de Balanzac.
Il répudia en 1726 l'hérédité de son père.
Il épousa le 3 décembre 1712 Marie-Jeanne Guenon, fille de Pierre, seigneur de Beaubuisson, et de Jeanne Garnier.
Elle était en 1727, tutrice de ses enfants, qui étaient :

  a) Pierre-André, vicomte de la Brangélie, enseigne de vaisseau en 1743.
Il épousa Henriette-Charlotte Bretinault, alias Jeanne-Henriette Céleste, fille de Joseph, seigneur d'Argenteuil, et de Thérèse Beraud.
Elle lui donna pour enfants :
  a1) Charles-Louis-Mathieu, clerc minoré au séminaire de Saintes, auquel son père constitua le 18 janvier 1743, un titre clérical de 2000 livres.
a2) Anne-Constance, qui épousa le 24 juillet 1780 Claude-Jean Turpin de Jouhé, lieutenant de vaisseau.
Elle décéda en 1787.
b) Louise, qui épousa Sicaire Saulnier, écuyer, seigneur des Hortes et du Breuil.
c) Louis.
4) Jean, qui suit.
5) Gabriel, qui fut prêtre.
6) Marguerite, baptisée à Vanxains le 2 avril 1678.
7) Marie, baptisée à Donzillac (Dordogne), le 15 juin 1669.
8) Daniel, baptisé à Donzillac le 24 juin 1670.
9) Raymond, baptisé le 16 octobre 1674.
10) Antoine-Joseph, baptisé à Donzillac le 18 janvier 1683.

XVII) JOUMARD des ACHARDS Jean II, chevalier, 17ème vicomte de la Brangelie, seigneur de Balanzac et du Soudet (Les Pins), capitaine au régiment de Normandie.
Il épousa par contrat du 8 juin 1715 Marie-Charlotte-Quitterie de Villars, fille de feu Pierre, chevalier, seigneur du Soudet, et de Marie-Anne de Saint-Jean.
Elle était décédée avant le 13 février 1738, date du mariage de leur fille Angélique-Gabrielle.
Le 4 novembre 1716, il transigea sur la succession de son beau-père et le 7 avril 1729 sur celle de sa belle-mère, avec ses beaux-frères.
Il fut inhumé dans l'église des Pins (Charente), le 14 février 1748, à l'âge de 66 ans. Il était décédé au logis du Soudet.
Il avait eu pour enfants :
  1) Louis, qui décéda, âgé de 17 ans, servant dans la marine.
2) Joseph, qui servit au régiment de Vexins, et qui décéda lui aussi âgé de 17 ans.
3) Jean-Philippe, ondoyé le 7 novembre 1723, baptisé aux Pins le 2 mai 1740.
4) Angélique-Gabrielle, baptisée à Menesplet (Dordogne) en 1716.
Elle épousa par contrat du 13 février 1738, François-Alexandre de Galard, chevalier, seigneur d'Argentine, dit le comte de Béarn.
Le 17 juin 1761, elle vendit avec son mari, le fief du Soudet (Les Pins), à Martial Plaignaud, docteur en médecine, et à Louise de Verdillac, son épouse.
Angélique Gabrielle obtint de sa parente, la duchesse d'Aiguillon, une place à la cour et se fit présenter au roi par la comtesse de Périgord, le 25 septembre 1765. Son mari étant décédé, elle eut dans l'entourage de Louis XV, une situation mondaine fot enviable, sous le nom de la comtesse de Bearn. Comme les d'Aiguillon, elle prit le parti de Madame du Barry. Très endettée, Angélique accepta "après bien des hésitations et des repentirs", mais surtout contre bon prix, d'être la marraine de la future maîtresse du roi Louis XV, et de la présenter à la cour le 22 avril 1769. Ce fut donc grâce à l'entremise de cette JOUMARD, que Madame du Barry devint la maîtresse du roi.
Elle décéda en laissant 5 enfants et un testament mystique du 23 avril 1782.
Elle fut inhumée le 15 septembre 1782 à Lamothe-Landerron (Gironde). (Pierre JOUMARD).
(Jean-Paul GAILLARD et Bruno SÉPULCHRE).
5) Suzanne-Louise, baptisée à Menesplet en 1720.
6) Louise, baptisée à Menesplet en 1721.
En 1748, moyennant une rente viagère, elle céda à son beau-frère Alexandre de Galard, tous les biens qu'elle possédait, ou pourrait posséder, en Angoumois, Périgord ou ailleurs, devant Renaud, notaire à Agris.
Suivant M. Huet, elle décéda novice.
7) Marie-Louise, religieuse visitandine à La Rochefoucauld.
8) Anne-Françoise, religieuse visitandine à La Rochefoucauld, dont elle devint supérieure en 1761.

Branche de LÉGÉ :
XVI) JOUMARD des ACHARDS Godefroy-Joseph, chevalier, vicomte de Légé, né en 1652.
Il succéda à son père à la tête de la vicomté de la Double à partir de 1674. (Pierre JOUMARD).
Il épousa le 24 octobre 1675 Marguerite de Fayolle de Mallet, fille de Philippe, chevalier, marquis de Neuvic, et de Louise de Taillefer.
Il fit le dénombrement de Légé le 21 septembre 1769.
Il était décédé en 1718, laissant pour enfants :
  1) Louis-François, qui suit.
2) Louise, décédée le 4 février 1680, à 26 mois.
3) Hélie, qui fera la branche d'Ezimon.
4) Anne-Thérèse, baptisée à La Jemaye le 22 novembre 1682.
5) Claire, qui épousa par contrat du 8 juin 1705 Jean-Joseph de Lapeyre, chevalier, seigneur des Hortes en Bordelais.
6) Jacques, né le 17 avril 1784. (Pierre JOUMARD).

XVII) JOUMARD des ACHARDS Louis-François, vicomte de la Double et de Légé.
Il épousa par contrat du 31 août 1718 Elisabeth de La Faye, fille de Poncet, chevalier, seigneur de Mainxe, et de Marie du Lau.
Il était décédé lors du contrat de mariage de son fils en 1764.
Il avait eu pour enfants :
  1) Hélie, né en 1722, chevalier, vicomte de Légé, décédé, âgé de 44 ans, le 23 mars 1766, sans descendance.
Il avait épousé par contrat du 24 août 1744, Marie (en famille Andrée) de La Croix, (baptisée en l'église de Bunzac le 13 février 1721), fille de Jean de La Croix, écuyer, seigneur de Jovelle et d'Autefaye, co seigneur de Thenac; et de Marguerite de La Chambre. (Léonard CALLANDREAU)
Il institua dans son testament son frère Augustin, en temps qu'héritier. (Pierre JOUMARD) et décéda 1748.
Veuve, Marie Andrée de La Croix, à cause de son fief de Fontgrenon (actuellement commune de Cercles, en Dordogne, mais autrefois dépendant de l'Angoumois), comparut aux Etats Généraux de 1789. Elle se fit représentée par Jean de Jovelle. (Léonard CALLANDREAU)
1) Augustin, qui suit.
2) Thérèse-Elisabeth, baptisée à Siorac (Dordogne) en 1727.
3) Marie-Antoinette, alias Marie-Henriette, qui épousa par contrat du 28 février 1744 François de La Cropte, chevalier, marquis de Bourzac et de la Jarrie, chevalier de Saint-Louis. Le mariage religieux eut lieu le 11 avril suivant. Vers 1760, étant veuve, elle fut tutrice de ses enfants mineurs.
Elle décéda à Paris, âgée de 62 ans, le 25 janvier 1787.

XVIII) JOUMARD des ACHARDS Augustin, chevalier, vicomte de la Double, seigneur de Légé, né le 13 novembre 1725 au château du Maine, et baptisé à Siorac en 1726.
Il épousa par contrat du 2 mai 1764, passé à Périgueux devant Pontairon, notaire, Angélique de Villagente, fille d'Armand, seigneur du Prunier, et de feue Marie du Chazeau, en présence d'Hélie, son frère.
Devenue veuve, elle épousa par contrat du 28 mars 1769, Jean de Tessières de Villamont, chevalier, capitaine de dragons.
Augustin décéda à la Renaudie (Siorac- Dordogne), le 20 juillet 1768, âgé de 42 ans environ. Il ne semble pas avoir eu de postérité.
Sa succession, validée par Hélie, frère d'Augustin, fut transmit à Hélie, seigneur d'Ezimon, leur cousin germain.

Branche d'EZIMONS :
XVII) JOUMARD des ACHARDS Hélie Ier, écuyer, seigneur d'Ezimons, baptisé à La Jemaye le Ier septembre 1687.
Il épousa le 21 avril 1727 Françoise Le Berthon du Repaire, fille de François-Joseph, alias François-Gabriel, chevalier, seigneur de Ransannes, et de Françoise Joubert.
Il était décédé avant le 15 septembre 1740, date d'un inventaire fait par son beau-père pour éviter les contestations entre ses enfants pour la succession de leur mère.
Il eut pour enfants :
  1) Elisabeth, baptisée à La Jemaye le 13 février 1728.
2) Charlotte, baptisée à La Jemaye le 31 août 1729.
3) Hélie, qui suit.
4) autre Hélie, baptisé à La Jemaye le 14 mars 1733.
5) Catherine. (Pierre JOUMARD).
6) Elisabeth, qui devint religieuse au couvent des Ursulines à Noyon, suite à la guérison miraculeuse de sa maladie. (Pierre JOUMARD).

XVIII) JOUMARD des ACHARDS Hélie II, chevalier, seigneur d'Ezimons, puis vicomte de Légé par la mort de son cousin.
Il naquit vers 1730, et décéda le 5 août 1789, âgé de 60 ans environ.
Il avait épousé en 1774, Marie-Anne de Tronquoy de La Croix, fille de feu Jean, seigneur de Jauvelle, et de Marguerite de La Marck.
Elle était séparée de biens et d'habitation en 1759 et réclamait, le 3 novembre 1762 à Hélie JOUMARD, son mari, les arrérages d'une pension de 300 livres par an que lui avait cédé Marie-Anne de La Croix, sa soeur, par acte du 29 septembre 1759.

Branche de LANGEAC (Haute-Loire) : (La généalogie de cette branche est issue de la documentation de M. Pierre JOUMARD : Généalogie simplifiée du lignage agnatique de la famille JOUMARD).

Blason des Joumard des Achards de Langeac
Ecartelé aux 1 et 4 d'azur à trois besant d'or posés deux et un; aux 2 et 3 d'azur à trois étoiles d'or posées deux et un;
sur le tout coupé au 1 d'argent à 3 double deltas de sable entrelacés, au 2 d'argent à 3 fasces de gueules.

XII) JOUMARD des ACHARDS Jehan II, né vers 1520 à Vanxains, titré chevalier de la Brangelie.
Il partit s'installer en Auvergne à Langeac.
De 1552 à 1555, il fut avec Henri II dans sa guerre contre Charles Quint, puis de 1556 à 1558, dans celle contre l'empire des Habsbourg.
Il fut encore avec le duc de Guise en Italie, contre Philippe II d'Espagne, puis avec Charles IX, toujours contre les Espagnols.
De 1567 à 1569, il participa avec ses fils sous les ordres du connétable de Montmorency, au début des guerres de Religion, contre les Protestants, dans le sud-ouest.
Il y décéda vers 1580. (Serge DINCQ)
De son union avec Marie de Lastic, naquit :

XIII) JOUMARD Jehan III, né vers 1565, propriétaire terrien à Langeac (Haute-Loire).
Avec son père et son frère, il combattit pour Henri III contre les Protestants, sous le commandement du connétable de Montmorency. Il fut à la bataille de Jarnac, et dans les troupes d'Henri IV de 1589 à 1607.
En 1601, il était avec Henri IV, dans sa guerre contre le duc de Savoie.
Il fut tué dans un duel d'honneur, à Langeac, en 1607.
D'une union inconnue, il eut pour enfant :

XIV) JOUMARD Durand, né vers 1595, propriétaire terrien, agriculteur à Langeac.
Il fut également mousquetaire dans les armées royale de Louis XIII, et se battit contre les Huguenots, au siège de La Rochelle.
Il participa de 1635 à 1643 à la guerre de "Trente ans", contre les Habsbourg.
Il fut tué comme son père, au cours d'un duel d'honneur, à Paris, au pré au clerc, en 1643.
D'une union inconnue, il eut pour enfant :

XV) JOUMARD Jacques, né en 1635, agriculteur vigneron à l'Herm de Rosières.
Il participa aux guerres de Louis XIV, en particulier à la guerre de Dévolution.
Il décéda en 1695, ayant eu pour enfant, de son union avec Gabrielle Roiron :

XVI) JOUMARD Antoine Ier, né en 1666, vigneron à Rosières au lieu-dit de l'Herm.
De 1700 à 1704, il combattit à la guerre de Succession d'Espagne, dans l'armée de Louis XIV.
Il épousa le 18 octobre 1695, Jeanne Ducros.
Il décéda en 1714, ayant eu pour enfant :

XVII) JOUMARD André, né en 1701, agriculteur à Rosières (Haute-Loire).
De 1718 à 1722, il fut soldat du roi Louis XV, pour le gouverneur de Louisiane.
En 1718, il participa à la fondation de la Nouvelle-Orléans, puis combattit en Louisiane et au Canada.
Le 3 novembre 1760, il épousa Marie Fayolle (décédée en 1760).
Il décéda en 1733, ayant eu pour enfant :
  1) Antoinette, née le 9 juin 1711 à Rosières, fut baptisée le lendemain. (Serge DINCQ)
Elle épousa Jean Pierre Breuiron (1703-1765).
Elle décéda le 15 avril 1771 à Mézères (Haute-Loire).
2) Jacques, né le 22 mai 1713 à Rosières, et baptisé le 25.
Il décéda le 11 juillet 1713. (Serge DINCQ)
3) Jeanne, née le 31 mai 1716 à Rosières, baptisée le Ier juin.
Elle épousa Jean Maurand. (Serge DINCQ)
4) Jacques, né le 16 août 1718 à Rosières, baptisé le 17 août.
5) Marie, née le Ier novembre 1722 à Rosières, baptisée le 3 novembre. (Serge DINCQ)
Elle décéda le 7 avril 1786, à la Roche en Régnier (Haute-Loire).
6) Jean Joseph, né le 21 février 1725 à Rosières, baptisé le 23 février. (Serge DINCQ)
7) Raphael, né le 18 février 1727 à Rosières, baptisé le 20 février.
Il épousa Marianne Suc (1742-1820).
Il décéda le 20 octobre 1758 à Chamalières sur Loire (Haute-Loire). (Serge DINCQ)
8) Joseph, né en 1730.
Il épousa Françoise Deveros (née vers 1738). (Serge DINCQ)
9) Madeleine, née le 31 mars 1730 à Mézères (Haute-Loire). (Serge DINCQ)
10) Antoine, alias Jean Antoine, qui suit.

XVIII) JOUMARD Antoine II, né en 1731, agriculteur à Saint-Julien du Pinet, 18ème vicomte de la Brangelie à partir de 1748, au décès du dernier descendant de la branche directe JOUMARD des ACHARDS.
De 1747 à 1748, il fut dans la guerre de Succession d'Autriche, contre la Triple Alliance. Il était en 1747 soldat des troupes du maréchal de Saxe, pour Louis XV.
De 1749 à 1754, il fut soldat en Louisiane, au Canada et à Saint-Domingue.
Il participa en 1765 à la chasse de la Bête du Gévaudan.
De 1770 à 1775, il fut à nouveau soldat, puis trafiquant et pirate à Saint-Domingue.
Il décéda en 1788.
De son union avec Claudine Metait, naquit :
  1) Jean Marie, né en 1763, baron de la Brangelie.
Il renonça à l'héritage familial, et partit combattre aux USA avec Lafayette, contre les Anglais, à la bataille de Yorktown, en 1781.
2) Jean Pierre, né en 1766.
Il renonça également à l'héritage familial.
Il devint corsaire aux Antilles, puis négociant en rhum et fruits.
D'une alliance inconnue, il eut pour enfant :
  a) Nicolas, qui fut corsaire dans l'équipage du capitaine Le Moede, puis négociant à la Guadeloupe, vers 1820.
3) Antoine, qui suit.

XIX) JOUMARD Antoine III, né en 1780, 19ème vicomte de la Brangelie, agriculteur à Saint-Julien du Pinet.
Il fut soldat au 75ème régiment d'infanterie de ligne, et fit la campagne d'Italie dans la division Masséna.
En 1796, il fut aux batailles d'Arcole, Rivoli, la Favorite, Montenotte, Millesimo, la Bormida, Lodi, Bassano, Caldiero, et Casa-Vola, puis en 1797 à celles de Tagliamento, Tarvis, Mantoue, et Saint-Michel.
Il fit la campagne d'Egypte dans la division Kléber, et participa en 1798 à la bataille des Pyramides.
En 1799, il fut à Aboukir, El Arisch, Monta-Tabor, Alexandrie et Jaffa.
Il reçut plusieurs blessures au cours de ces nombreuses batailles.
En 1800, il était à Heliopolis, er devint sergent major.
Il fut blessé à la bataille d'Austerlitz, en 1805, lors de la défense du château de Sokolonitz.
Il épousa Marianne Gibert (née en 1780), et décéda le 25 décembre 1834, ayant eu pour enfant :

XX) JOUMARD Antoine IV, né en 1803, 20ème vicomte de la Brangelie, agriculteur à Saint-Julien du Pinet.
Il fit la campagne de conquête de l'Algérie, en 1830, d'où il revint blessé.
Il épousa Marie Royron (née en 1808, décédée en 1854).
Il décéda en 1854, ayant eu pour enfant :
  1) Jean, né en 1835 à Saint-Julien du Pinet, baron de la Brangelie.
Il fit la guerre de Crimée, et fut au siège de Sébastopol.
Il décéda sans enfant.
2) Augustin,
3) Antoine, né en 1840.
D'une alliance inconnue, il fit sa descendance, dite de Saint-Julien du Pinet Joumard.

XXI) JOUMARD Augustin, né en 1838, 21ème vicomte de la Brangelie, agriculteur à Saint-Julien du Pinet.
Il fit la campagne d'Italie avec Napoléon III, en 1859, et fut aux batailles de Magenta et de Solférino.
Il fut également à la guerre de 1870 contre les Prussiens de Bismark.
Il décéda en 1895.
Il avait épousé Séraphine Royron, qui lui donna pour enfant :
  1) Pierre, qui suit.
2) Auguste, qui d'une alliance inconnue, eut pour enfants :
  a) Augustin, qui revint vivant de la guerre 14-18.
b) Pierre André, soldat au 28ème bataillon de chasseur alpin.
Il fut tué au combat en 1914, dans les Vosges.
c) Jean Baptiste, qui fut à la bataille de Douaumont, et qui fut tué au combat en 1917, au Chemin des Dames.
3) Antoine Augustin, né en 1893 à Saint-Julien du Pinet.
Il décéda en 1917, dans les Ardennes, après avoir combattu à Verdun, à la bataille de la Somme, et au Chemin des Dames.
4) N., qui fut mère supérieure de l'Ordre de Saint-Vincent de Paul, à La Salvetat.
5) N., qui devint mère supérieure de l'Ordre de Saint-Vincent de Paul, à Montereau.

XXII) JOUMARD Pierre V, né en 1881 à Saint-Julien du Pinet, 22ème vicomte de la Brangelie.
Il partit pour la ville pour y trouver du travail et devint fondeur pour la Marine à Saint-Chamond.
Il participa à la Ière Guerre Mondiale dans le 139ème régiment d'infanterie, et fut aux batailles de la Somme, de Verdun, de Saint-Quentin, ainsi qu'en Belgique.
Il fut l'auteur d'une monographie familiale sur les familles JOUMARD et ACHARD.
Il épousa en premières noces Charlotte Thomas (originaire de Nimes).
Veuf, il épousa en secondes noces en 1947, Marie Seytre.
Il décéda en 1951 à Givors, ayant eu pour enfant de sa première union :
  1) Marcel Antoine, qui suit.
2) Robert, né en 1906.
En 1936, il épousa Camille Servaux.
De cette union naquit :
  a) Raymond, né en 1940.
En 1963, il épousa Danielle Trouiller.
De cette union naquirent :
  a1) Véronique, née en 1964.
a2) Isabelle, née en 1966.
a3) Emmanuel, né en 1969.
a4) Séverine, née en 1972.

XXIII) JOUMARD Marcel Antoine V, né en 1912 à Nimes (Gard), 23ème vicomte de la Brangelie.
Il fut footballeur professionnel, avant-centre à l'AS Saint-Etienne, à l'Olympique Lyonnais, et au Nimes Olympique.
Durant la seconde guerre mondiale, il fut résistant à Saint-Tropez, et était au service de renseignement des FFI. En août 1944, il participa au débarquement en Provence, et fut décoré le même mois, de la médaille de la résistance.
Il fut ensuite capitaine de frégate dans la Marine Nationale, puis fit partie du service de contre-espionnage, et enfin fut nommé ingénieur en chef à la Direction Générale de l'Armement.
Il fut décoré de l'Ordre National du Mérite, et obtint deux fois la "Reconnaissance de la Nation".
Résistant en Algérie durant cette guerre, il fut nommé directeur de l'usine de torpilles de Mers el Kébir, où il participa à son évacation sans qu'il n'y ai de mort, ni de prise de matériel sensible par le KGB.
Il fut enfin nommé directeur de campagne de François Léotard, lors des législatives de 1986 à 1988.
Il décéda en 2003, ayant eu pour enfant, de son union avec Anna Patrat (née en 1911, décédée en 1993) :

XXIV) JOUMARD M., né en 1938 à Saint-Tropez (Var), 24ème vicomte de la Brangelie.
Il fut en 1958 ingénieur des "arts et métiers" à Aix en Provence.
De 1962 à 1963, il fut nommé officier chef des machines (lieutenant de vaisseaux), sur l'escorteur rapide "le Provençal", dans l'escadre de Méditerrannée, dans l'océan Indien et la Mer Rouge - Services de renseignement.
Il fit ensuite partie de la recherche nucléaire fondamentale - "Chambre à bulles", pour le CEA.
Il fut ingénieur dans divers projets d'investissements internationaux : centrales de désalinisation, usines de retraitement ou d'extraction de minerais, usine pétrochimiques : Iran, Irak, Liban, Algérie, Lybie, Antilles, Mozambique, URSS, RDA, Philippines, Mexique, USA, Afrique du Sud, Egypte, Roumanie, etc.
De son union avec G. Fornell (née en 1932), naquit :

XXV) JOUMARD Thierry, né en 1967, 25ème vicomte de la Brangelie, baron de Sufferte.
De son union avec E. T. (née en 1981), naquirent :
  1) G., né en 2007, 26ème vicomte de la Brangelie.
2) G., né en 2009, baron de la Brangelie et de Sufferte.

Noms isolés :
- JOUMARD Esther. Elle avait épousé François du Lau, seigneur de la Côte.
Leur fils, Henri épousa le 20 février 1662 N. de Pons, fille de Jacques, chevalier, seigneur de Miranbeau.

- JOUMARD (?) Des ACHARD N. eut un fils :
- Jean, ondoyé à Soulignonne (Charente-Maritime), le 2 février 1723.

- JOUMARD TISON d'ARGENCE Annet, épousa en 1752 Marie Gandobert, fille d'Etienne, sieur de Chenaud, et de Marie Fé-Magnan.

- JOUMARD de VILLENEUVE Angèle-Blanche, épousa le 6 mai 1845 Jean-Baptiste Mangin d'Ouince.

- BEAUCHET-FILLEAU : Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou.
- Robert SIMONNAUD. : Champniers sous l'ancien régime.
- Alfred de FROIDEFOND de BOULAZAC: Armorial de la noblesse du Périgord.
- De BREMOND d'ARS : Extrait du cahier du rôle du ban et arrière-ban de la sénéchaussée d'Angoumois (1635).
- Léonard CALLANDREAU : L'ordre de la noblesse de l'Angoumois aux Etats Provinciaux de 1789.
- Serge DINCQ : Renseignements généalogiques sur la branche de la famille JOUMARD à Langeac, en Haute-Loire.
- Pierre JOUMARD : Généalogie simplifiée du lignage agnatique des familles JOUMARD, ACHARD, JOUMARD des ACHARDS.
retour vers le menu des mises à jourretour vers le sommaire