de LAGEARD, alias de La GEARD
blason de la famille de Lageard
 
variante du blason de la famille de Lageard
 
autre variante du blason de la famille de Lageard
D'azur au lion d'or.
( Froidefond de Boulazac, armorial de la noblesse du Périgord).
 
D'azur au lion d'argent, (alias d'or), armé et lampassé de gueules, et à un croissant d'argent posé à l'angle senestre du chef.
(Preuves de la Grande Ecurie)
 
D'azur à un lion contourné d'argent, (alias d'or), armé et lampassé de gueules, surmonté d'un croissant de même en chef.
(Nobiliaire du Limousin)
Famille de l'Angoumois, dont un membre fut pourvu, en 1554, de l'office de sénéchal d'Angoumois. Cet office passa de père en fils jusqu'en 1789.

Noms isolés :
- de LAGEARD N. En 1634, elle fit profession, aux religieuses de Sainte-Claire de Nontron de la soeur de la Grange et de la soeur Saint-François. Elle était fille du sénéchal d'Angoumois.
- de LAGEARD Joseph. Il fut parrain à Ruelle, le 5 octobre 1657.
- de LAGEARD François. Il épousa sa parente, Anne de LAGEARD, et eurent pour enfants :
  1) François, chevalier, lieutenant-colonel d'Infanterie, chevalier de Saint-Louis. Il épousa à Sainte-Eulalie de Bordeaux, le 19 mai 1774, Adélaïde de Nort, fille de feu Jean, conseiller au parlement de Guyenne, et de Louise de Laborde.
2) Jeanne, qui naquit le 29 et fut baptisée le 30 mai 1729, à Tourtoirac (Gironde). Elle fut reçue à Saint-Cyr, sur preuves du 16 avril 1740. Elle en sortit le 8 mars 1749 et reçut une dot le Ier septembre 1751.
- de LAGEARD de CHERVAL Marie, fille du baron de Monbadon. Elle épousa, le 20 juillet 1717, Jean-Baptiste de La Faurie, seigneur de Feydeau, conseiller au parlement de Bordeaux.
- de LAGEARD Raphaël, seigneur de Poullignac, demeurant en son château d'Escoir (Poullignac).
Il épousa le 29 décembre 1739, Charlotte Aimée Eléonore de Plas, fille de François Joseph, et de Marie Judith Poussard.
En 1748, il était qualifié de seigneur de Poullignac et d'Escoir. (Jean-Paul Gaillard et Jérôme Royer - article sur Escoir (Poullignac).
- de LAGEARD N., dit le comte de Cherval, ancien officier de marine, chevalier de la Légion d'Honneur. Il était encore vivant en 1876, et avait épousé N. de Cavailhès, à l'Ile Maurice. Il descendait d'un capitaine de volontaires de l'Ile de France, en 1810.

Branche de CHERVAL :
- peut-être de LAGEARD Georges, d'où :
I) de LAGEARD Hélie, seigneur du Bourbet (Cherval) , Cherval (Dordogne), Saint-Martial de Viveyroux (Dordogne), Jauvelle.
Il naquit en 1458, et fut avocat général de la comtesse d'Angoulême.
Il fut reçu pair d'Angoulême, le 4 octobre 1501, élu maire en 1504, et échevin en 1505. Il manque de peu l'anoblissement, en 1507.
Il fut député vers le roi Louis XII, pour le prier de donner sa fille Claude en mariage au comte d'Angoulême, (devenu plus tard François Ier), et il signa à leur contrat de mariage, le 14 mai 1514.
Il devint ensuite conseiller au parlement de Bordeaux le 15 janvier 1542. Il décéda le 15 mai 1542. Le 17 Ytier Julien lui succéda dans cette charge.
Il épousa Claire Merlier, alias Mercier.
Ils eurent pour enfants :
  1) Laurent, qui suit.
2) Jeanne, qui épousa Jean de La Chassaigne, seigneur de Chastellux.
3) Marguerite, qui épousa André des Essarts.

II) de LAGEARD Laurent, seigneur de Cherval, Jauvelle, Saint-Martial, etc.... Il fut pourvu le 17 mai 1542, de l'office de conseiller au parlement de Bordeaux, vacant par la mort de son père.
Le 27 juin 1554, il reçut du roi des lettres de l'office de sénéchal d'Angoumois, à titre de survivance pour son fils Geoffroy, cet office vacant par la démission de Gontaut, chevalier, seigneur de Biron. Cet office restera dans sa famille jusqu'en 1789.
En mars 1555, le roi lui donna des lettres de chevalerie en considération de ses services.
Le 13 avril 1556, il rendit aveu et dénombrement de son château et chatellenie de Cherval, faisant la moitié de la seigneurie de Grésignac, mouvant du comté d'Angoulême.
Il épousa le 6 mai 1544, par contrat passé devant Corbiau et Seguin, notaires, Gabrielle de Salignac, fille de Raymond, seigneur de Rochefort. Ils firent conjointement leur testament le 20 mars 1552, Laurent étant sur le point de partir en ambassade en Angleterre, devant Vars, notaire à Mareuil.
Le 15 février 1555, le roi lui donna l'office de président en la cour de parlement de Bordeaux, vacant par la mort de Pierre de Carle. Le 21 juillet 1557, il lui accorda une prolongation d'un an pour son office de sénéchal.
Le Ier novembre 1560, avec Gabrielle de Salignac, il faisait un codicille, confirmant leur testament du 20 mars 1552, en faveur de Geoffroy et Hélie, leurs fils, et de Marguerite, Claire, Henriette et Isabeau, leurs filles, mais ils avaient eu depuis d'autres enfants : François, Marie et Laurent, seul survivant de deux jumeaux. Ils leur donnaient : 4000 livres, à Françoise et Marie, 8000 à Laurent, et à l'enfant dont Gabrielle de Salignac était enceinte, 4000 livres si c'était une fille, et 8000 si c'était un garçon.
Il décéda en 1561 d'après le bulletin de la Société Historique du Périgord, cependant, on peut voir sur les Carrés d'Hozier (545 La Rochebeaucourt), que Laurent de LAGEARD, sénéchal d'Angoumois, présida, le 15 septembre 1577, l'assemblée des trois états, tenue à Angoulême, et qu'il fut requis de prendre la charge de député de la noblesse des trois états que le roi de Navarre, gouverneur et lieutenant général de roi en Guyenne entendait faire à Bordeaux le 25 septembre suivant, ce qu'il accepta.
Il fut inhumé dans l'église de Cherval, ainsi que plus tard, Gabrielle de Salignac. Celle-ci fit son testament, devant Chancel, notaire, le 15 mai 1580, demandant à être inhumée en l'église de Mareuil, en la chapelle des Trois Marie. Elle léguait un jardin, qui avait été à Georges de LAGEARD, à Hélie, son fils; sa maison à son autre fils Laurent; et faisait des dons à Geoffroy, Henriette, Isabeau, Marie et Louise, ses autres enfants.
Ils eurent pour enfants :
  1) Geoffroy, qui suit.
2) Hélie, écuyer, seigneur de Beauregard. Il fut substitué à son frère aîné par le testament de leurs père et mère de 1552. Le 6 mars 1578, il passait une transaction, en son nom et en celui de sa soeur Louise, avec son frère Geoffroy, au sujet du testament de leurs père et mère, devant Chapelle, notaire à Mareuil, leurs soeurs Marguerite et Françoise étant décédées intestat et sans enfant.
Il épousa en premières noces Souveraine d'Aubusson, qui fit son testament le 19 août 1618, et un codicille le 5 avril 1619, demandant à être inhumée dans la chapelle des Trois Marie. Elle donnait 1000 livres à Hélie de LAGEARD, fils de Laurent, et faisait son mari son légataire universel. Elle laissait aussi des dons à ses neveux et nièces.
Hélie se remaria en secondes noces avec Jeanne Chevalier.
Le 11 novembre 1625, il faisait son testament, faisant don à son frère Laurent, et nommant Philippe de LAGEARD, son neveu, sénéchal d'Angoumois, son héritier universel. Le 9 janvier 1632, celui-ci faisait ouvrir ce testament, en présence d'Hélie, Philippe, Pierre et François de LAGEARD, seigneur de la Grange.
Le 6 février 1633, Jeanne Chevalier, veuve, donnait quittance à Philippe de LAGEARD, sénéchal d'Angoumois, de la somme de 2600 livres en déduction de celle qu'il pouvait lui devoir pour le remboursement de ses deniers dotaux et autres droits.
Hélie n'eut aucun enfant de ses deux mariages.
3) Henriette. Elle fut marraine à Saint-Germain de Montbron, le 2 octobre 1614.
Elle épousa Jean de Hautmont, écuyer, seigneur du Breuil.
4) Marguerite, nommée dans le testament de ses père et mère, en 1552. Elle décéda avant le 6 mars 1578.
5) Claire, également nommée dans le même testament.
Elle était dite veuve de Joachim des Escuyers, écuyer, seigneur de Candillac, en 1579, devant la sénéchaussée et présidial de Périgueux, où elle était en procès avec marie Joubert, dame de Fontpitou. En 1590, elle fut condamnée à payer à noble homme Hélie André, avocat au parlement de Bordeaux, prieur du prieuré de Saint-Pierre du Petit Bournet, à cause de deux prés à Vendoire.
Elle devait être décédée avant le testament de sa mère, en 1580.
6) Isabeau, qui épousa Charles du Peychier, écuyer, seigneur de Chaumond. Leur fils, François, fit, le 17 août 1661, son testament qui fut insinué à Périgueux, en 1663, à la requête d'Hélie de LAGEARD, seigneur de la Grange du Pas Vieux, l'un de ses héritiers.
7) N., fille, qui décéda avant 1552.
8) Françoise, décédée avant le 6 mars 1578.
9) Marie, nommée dans les testaments de ses père et mère de 1552 et 1560, et dans celui de sa mère en 1580. Elle épousa Pierre Gandillaud, écuyer, seigneur de Fontfroide, échevin d'Angoulême, conseiller du roi au siège présidial d'Angoulême, élu maire le dimanche de "judica me" en 1579, veuf de Marguerite Arnaud, décédé le 28 mars 1599.
Le 4 mars, Marie donnait quittance de la somme de 5 écus, et le 27 août 1620, recevait une obligation de 600 livres pour cause de prêt, de François Giraud, écuyer, seigneur du Repaire de Faveyrou.
10) Laurent, qui fera la branche de la Grange.
11) N., jumeau de Laurent, décédé avant 1552.
12) Louise, nommée dans les testaments de 1560 et 1580.
13) Honorette, qui épousa Jean Geoffroy, viguier de Saint-Mathieu, écuyer, seigneur de Bellusières. Ils habitaient en 1594 au repaire noble de Boursac.

III) de LAGEARD Geoffroy, écuyer, seigneur de Cherval, de Jauvelle, de Saint-Martial, etc.
Il naquit vers 1541.
Il fut conseiller au parlement de Bordeaux, puis au Grand Conseil, et sénéchal d'Angoumois, après son père.
Le 12 août 1564, il présenta, en la cour du parlement de Rennes, une requête au sujet de son office de sénéchal, dont son père et lui avaient été pourvus à titre de survivance. Son père l'avait exercé sa vie durant en état de robe longue (roture), et Geoffroy, après son décès, en robe courte (noblesse). A cette époque, Geoffoy, ayant 16 ou 17 ans, fut reçu au serment, suivant dispense du roi François II, à charge que Girault de Salignac, écuyer, seigneur de Salignac et de Rochefort, son oncle maternel, exercerait le dit office pendant 4 ans. Mais celui-ci étant décédé, Geoffroy craignait, ayant 23 ans, d'être contraint de se défaire de son office. La cour ordonna qu'il serait reçu au serment, qu'il fit le lendemain.
Les 25 juillet 1580 et 12 juillet 1581, il fut confirmé dans son office de sénéchal.
Est ce lui qui fit un échange, le 15 janvier 1602, avec François de Jussac, lui cédant la terre et seigneurie de Balosse contre celle de Saint-Marsault ?
Il épousa, par contrat du Ier octobre 1571, reçu Lasseron, alias Tesseron, notaire à Angoulême, Geneviève Arnault, fille de feu (*) Alain, conseiller du roi et lieutenant général d'Angoumois, seigneur de la Borie-Fricard et de la Treille en Périgord, et de défunte Marie Miron. Elle lui apporta aussi par ce mariage la terre de Balzac. (Marc Boissinot - article sur Balzac).
(elle décéda avant le 29 décembre 1644).
Il fit une transaction à Angoulême, devant maître Trigeau, notaire, le 3 décembre 1574, avec Pierre de Jambes, demeurant à Angoulême, paroisse Saint-Paul. Le 13 février 1576, il citait ses fils Philippe et François comme héritiers de feu Pantin Ferret, écuyer, sieur de Barbayrou et de sa femme Madeleine Maigret, de feu Vincent de Villars, sieur de la Barrière, époux de Marie Girard, pour 108 écus.
En 1596, devant la sénéchaussée et présidial de Périgueux, il était demandeur de biens saisis sur Jean Dumas, écuyer, sieur de la Beylie. En 1602, toujours à Périgueux, il eut un procès avec Françoise de Jussac, demoiselle de Masnadaud, pour la terre de Saint-Martial.
Le 3 décembre 1574, avec sa femme, il transigea avec Jacques Pelluchon, marchand à Angoulême, au sujet d'une maison en cette ville, dont Geneviève Arnault avait hérité de son père.
De leur union naquirent :
  1) Philippe, qui suit.
2) François, qui fera la branche de Monbadon.
3) Jean-Louis, qui fut chevalier de Malte.
4) Henri, sur lequel il n'y a pas de renseignement.
5) Raymond, sur lequel il n'y a pas de renseignement.

IV) de LAGEARD Philippe, chevalier, seigneur de Cherval, Saint-Martial de Viveyroux, de Grésignac, la Chapelle, et de Beauregard.
Il fut conseiller du roi, et son sénéchal en Angoumois, par lettres patentes d'Henri IV, reçue le 31 mai 1600, sur résignation de son père en sa faveur.
Il transigea, le 29 décembre 1644, avec son frère François, écuyer, seigneur de la Grange, au sujet de la succession de leurs père et mère, décédés.
Il convoqua, le 21 juillet 1635, le ban et arrière-ban d'Angoumois.
Il vendit le fief de Chadurie à François de Lage, écuyer, seigneur de Puygaty, pour 16200 livres.
Il décéda avant 1645, date où son fils reçut son office.
Il épousa, par contrat passé le 27 juin 1599, au château de La Faye, devant Beliard, notaire en Angoumois, Renée Goullard de Touvérac, fille de Jacques, chevalier, baron de Touvérac et de la Faye, et de Françoise de La Touche, en présence d'Abel de LAGEARD, écuyer, seigneur dudit lieu, Laurent de LAGEARD, écuyer, seigneur de Jauvelle, marquis de Vaux, et de François de LAGEARD, écuyer, seigneur de la Grange.
Il fit son testament, le 2 avril 1617, au château de Cherval, dans lequel il nommait ses enfants, et instituait Hélie de LAGEARD l'un de ses exécuteurs testamentaires.
Il eut pour enfants :
  1) François, qui suit.
2) Franche.
3) Souveraine, qui épousa, par contrat du 5 février 1641, passé par Seguin, notaire de la principauté de Chabanais, Raymond Perry, écuyer, seigneur de la Chauffie, en présence de Philippe de LAGEARD, baron de Monbadon, Elie de LAGEARD, écuyer, seigneur de la Grange, et François et Pierre de LAGEARD, chevaliers, seigneurs de Cherval, et de Marie et Jeanne de LAGEARD. Ses père et mère lui donnèrent 12000 livres.
4) Madeleine, qui fut religieuse de Sainte-Claire de Nontron, en 1633. Elle fut élue abbesse le 25 novembre 1651. Elle fut maîtresse des novices, le 15 novembre 1657.
5) Jeanne, qui épousa, le 13 février 1648, René de Galard de Béarn, chevalier, comte de Lavaur, seigneur de l'Argentine.
6) Pierre, qui fera la branche de Beauregard et de Grésignac.
7) Marie, qui épousa, le 29 août 1651, Pierre de La Porte, chevalier, seigneur de la Porte et de Lusignac, baron de la Saludie, lieutenant-colonel au régiment de Hautefort, veuf de N. de La Cropte.

V) de LAGEARD François, chevalier, seigneur de Cherval, Saint-Martial de Viveyroux, du Bourbet, du fief de Bellejoye dans la ville d'Angoulême, et en partie de Grésignac, etc.
Il fut conseiller du roi et son grand sénéchal en Angoumois. Il reçut, le 11 mars 1645, provisions de cet office qu'exerçait son père. Le 9 décembre 1666, il fut maintenu en sa noblesse par M. de Montozon, subdélégué à Périgueux de l'intendant de Guyenne. Il habitait alors au château du Bourbet, paroisse de Cherval.
Il résigna sa charge de conseiller et sénéchal d'Angoumois en faveur de son fils Jean, qui reçut ses provisions le 8 mai 1675.
Le Ier septembre 1677, il passa un accord avec son frère Pierre et Antoinette de La Brousse, sa belle-soeur, au sujet de l'acquisition de la seigneurie de Grésignac, faite par ses derniers, le 15 novembre 1670, pour 50000 livres.
Il fit son testament le 24 juin 1673, instituant son héritier universel, Jean de LAGEARD, son fils aîné, seigneur du Bourbet.
Il épousa, par contrat du 14 janvier 1647, passé devant Thévenin, notaire en Angoumois, au château de Puycheny au marquisat d'Aubeterre, Suzanne Maron, fille de Jacques, chevalier, seigneur de Coulan, alias Coutan, gouverneur pour le roi en la ville de Talmond, et de Jeanne de Dreuille.
Suzanne Maron fit son testament le 5 mai 1681, devant Lespinasse, notaire, demandant à être inhumée dans l'église de Cherval, et instituant son héritier universel, Jean, son fils aîné.
De cette union naquirent :
  1) Jean, qui suit.
2) Antoinette, dit Toinette, qui épousa le 15 août 1680 Pierre de La Brousse, chevalier, seigneur de Périgord, alias Puyrigard. Ils demeuraient au château de Saint-Martin. Elle décéda à Périgueux, en 1692.
3) Nicole, qui épousa, par contrat du 5 août 1693, passé au château du Bourbet, devant Lespinasse, notaire, François Robinet, chevalier, seigneur de Plas. Elle se constitua en dot ce qui lui revenait des successions d'Antoine de LAGEARD, chevalier, seigneur de Pontdlusson, et de Louise de LAGEARD, ses frères et soeur décédés. Elle fut inhumée, le 3 décembre 1755, en l'église de Saint-Romain d'Aubeterre, étant veuve et décédée à Puycheny, âgée de 80 ans.
4) Antoine, chevalier, seigneur de Pontdlusson. Il décéda avant 1693.
5) Marie.
6) Louise, qui décéda avant 1693.
7) Renée.
8) autre Louise, qui fut religieuse de Sainte-Claire de Nontron, le 18 avril 1717.

VI) de LAGEARD Jean, alias Jean-Hélie, chevalier, seigneur et comte de Cherval, le Bourbet, Saint-Martial, Grésignac.
Il fut conseiller du roi en ses conseils, et sénéchal d'Angoumois. Il fut nommé à cette charge le 8 mai 1675, sur résignation de son père. Le roi ratifia cette nomination le 15 octobre suivant.
Il épousa, par contrat du 7 septembre 1683, passé à Cressac en Saintonge, par Fouyne, notaire, Marguerite de La Touche, fille de Gaston, chevalier, seigneur de Cressac, et d'Eléonore de Cailhère.
Le 4 mai 1705, ils léguèrent à Pierre, leur fils aîné, la charge de sénéchal, et la moitié de leurs biens à leurs autres enfants, sans compter Antoinette et Jeanne de LAGEARD, religieuses.
Il eut un procès au sujet d'une coupe de bois entre 1691 et 1712, à Saint-Martial de Viveyrols.
La seigneurie de Cressac (canton de Montguyon), fut saisie sur sa personne, et adjugée en 1705, après d'importantes surenchères, à Pierre de Labrousse de Vertaillac. (Frédéric Chasseboeuf).
Marguerite de La Touche décéda en 1756, à 92 ans.
Ils avaient eu pour enfants :
  1) Pierre, qui suit.
2) Raphaël, qui fera le rameau des Bories.
3) autre Raphaël, dit le comte de la Touche. Il épousa vers 1740 Mademoiselle de La Touche, puis en secondes noces en 1770, Marie-Françoise de LAGEARD, veuve de François Bouchard, comte des Plassons. Il décéda sans enfant.
4) autre Pierre, qui fut brigadier des gardes du corps du roi, chevalier de Saint-Louis. Il fut retiré du service avec une pension.
5) Charles, dit le comte de Saint-Martial. Il décéda en 1776 à 78 ans, et fut inhumé à Lusignac. Il épousa sa cousine Aimée de Robinet.
6) Raymond, sieur du Roc. Il fut inhumé en 1712, à 15 ans, à Saint-Martial.
7) Marguerite.
8) Antoinette, religieuse. Elle décéda après 1705.
9) Jeanne, religieuse. Elle décéda après 1705.

VII) de LAGEARD Pierre, chevalier, seigneur de Cherval, Saint-Martial, etc.
Il fut conseiller du roi. Il reçut ses provisions de sénéchal d'Angoumois, le 10 janvier 1712, et fut reçu le 30 janvier 1712.
Il décéda en 1779, et fut inhumé à Lusignac.
Il épousa, par contrat passé le 16 juillet 1714, devant Sabouraud, notaire, Jeanne de La Porte, fille d'Elie-Jean, chevalier, seigneur de Lusignac, baron de la Saludie, et de Marthe de La Touche. Elle lui apporta la terre de Lusignac (Dordogne).
Le Ier décembre 1741, comme fondé de procuration de sa femme, il vendit pour 4000 livres de principal et 400 livres de pot de vin, à Léon Aynaud, conseiller du roi, seigneur de la Motte-Charente, les fiefs et seigneuries de Bellejoie et Montsoreau, appartenant à la dite dame, pat licitation faite avec ses soeurs, le 10 février 1730, devant Caillaud, notaire.
Il eut un procès pour une pièce de terre et une vigne située à Vignolles, d'où des prétentions à cause de son fief de Bellejoie, entre 1735 et 1738.
Ils eurent pour enfants :
  1) Jean-Elie, qui suit.
2) François-Robert, dit le comte de LAGEARD, né en 1716.
Ancien capitaine au régiment de Penthièvre, chevalier de Saint-Louis, il décéda à Lunéville le 2 décembre 1758, âgé de 42 ans, et fut inhumé dans la communauté des chanoines réguliers de cette ville.
3) Marie-Françoise, qui épousa, en 1746 à Cherval, François Bouchard, comte des Plassons (Bors de Montmoreau), brigadier des armées du roi, lieutenant-colonel au régiment Dauphin-Dragons. Il décéda le 8 août 1757 à Bors.
Elle épousa en secondes noces, par contrat du 23 avril, devant Paulhet, notaire à Aubeterre, et le 24 avril 1770, son cousin germain Charles-Emmanuel de LAGEARD, fils de Raphaël, seigneur de la Touche.

VIII) de LAGEARD Jean-Elie, chevalier, dit le comte de Cherval, seigneur de Cherval, Saint-Martial, etc., grand sénéchal d'Angoumois.
Il fut baptisé à Saint-Martin de Cherval, le 15 septembre 1715.
Il fut tué à la bataille de Rosbach le 5 novembre 1757, étant alors capitaine au régiment de Pons-Cavalerie. (Cependant cette date est peut-être fausse, car on trouve à la date du 22 mars 1758, une commission de lieutenant-colonel au régiment d'Harcourt -Cavalerie, donnée par le roi à Jean-Elie de LAGEARD de Cherval, capitaine dans le dit régiment.)
Il avait épousé, le 20 mai 1751, étant capitaine au dit régiment d'Harcourt et chevalier de Saint-Louis, par contrat passé devant Bourguet et Grelon, notaires à Angoulême, Elisabeth, alias Marie Le Musnier de Blanzac, fille de Jacques-Louis, chevalier, seigneur de Raix et de Lartige, et de Marguerite Chérade.
Il fit son testament le 31 mars 1756, et cet acte fut déposé le 28 octobre 1758, par Charles de LAGEARD, chevalier, seigneur de Saint-Martial, pour lui et son frère Raphaël, seigneur de la Touche, qui déclara que le plus jeune des fils du testateur était décédé avant son père.
Elisabeth Le Musnier se remaria, le 5 octobre 1759, avec son cousin Adrien-Alexandre Chérade de Montbron.
Jean-Elie et Elisabeth avaient eu pour enfants :
  1) Pierre, qui suit.
2) Louis, décédé peu après sa naissance entre 1756 et 1757.

IX) de LAGEARD Pierre, chevalier, dit le marquis de Cherval, seigneur de Saint-Martial, de Grésignac et du Bourbet.
Il fut conseiller du roi et du comte d'Artois, grand sénéchal d'Angoumois.
Il naquit à Angoulême où il fut ondoyé le 11 juillet 1752. Il fut baptisé le 18 janvier 1755, et eut pour parrain Pierre de LAGEARD, son grand-père, et pour marraine Marie Chérade, sa grand-mère maternelle.
Il fut reçu page de la Petite Ecurie, le 24 décembre 1766.
Il épousa en 1780, Joséphine-Emilie de Menou, fille de Louis-Joseph, comte de Menou, baron de Pontchâteau, gouverneur de Nantes, et de Bonne-Emilie Cochon de Maurepas.
Il comparut à l'assemblée de la noblesse en 1789, et décéda en 1830, ayant eu pour enfants :
  1) Aimé-Achille-Louis, qui suit.
2) Rose-Marie, qui fut baptisée en 1783. Elle décéda jeune.
3) Stéphanie-Marie, baptisée en 1785, également décédée jeune.
4) Céleste-Angélique, baptisée en 1788. Elle décéda jeune.
5) Marie-Eudoxie-Modeste, née en 1801. Elle épousa en 1820 Jean-Marie-Gustave, comte de Royère, garde du corps du roi, lieutenant à la 9ème légion de l'Aube.
Elle décéda en 1873.

X) de LAGEARD Aimé-Achille-Louis, alias Ludovic, dit le marquis de Cherval.
Il naquit en 1783, et épousa en 1813 Félicité-Athenaïs Le Court d'Hauterive, fille de Jean-Antoine-François de Paule Le Court, lieutenant au régiment de Normandie, chevalier de Saint-Louis, et de Louise-Adélaïde-Victoire de Coutances.
Il décéda en 1855, et avait eu pour enfants :
  1) Charles, né en 1827. Il décéda avant son père, en 1852, sans alliance.
2) Louise-Léonie, qui épousa le 12 septembre (alias novembre) 1833, Alain-Xavier-Edouard de Montheil, ancien officier d'état-major, démissionnaire en 1830.
Elle décéda veuve et dernière de son nom le 17 février 1892, à Villetoureix (Dordogne).
3) Adélaïde, qui épousa le 23 mars 1846, Romain-Georges-Alfred de Faubournet de Montferrand.

Rameau des BORIES :
VII) de LAGEARD Raphaël, dit le chevalier, puis le comte de LAGEARD, seigneur des Bories.
Il fut baptisé à Cherval le 23 avril 1690.
Il devint major de la mestre de camp général Dragons, puis major de la ville de Prague en 1741, enfin commandant à Pont à Mousson, en Lorraine, chevalier de Saint-Louis.
Il épousa à Pont à Mousson, le 20 juillet 1736, Marthe-Louise Ragot, fille d'Hubert-François, capitaine-prévôt, gruyer et chef de police des ville, prévôté, gruerie et office de Pont à Mousson, et de Marie-Anne Le Roy, devant Michon, notaire au dit lieu.
Ils eurent pour enfants :
  1) Marie-Anne-Joseph, née et baptisée à Pont à Mousson, le 19 mars 1737.
2) Marie-Marguerite-Suzanne, née et baptisée à Pont à Mousson, le 4 décembre 1738.
Elle épousa, le 7 février 1764, à Bors (Charente), Henri, marquis de Chamillard, chevalier, seigneur du Breuil.
Elle fut marraine à Chalais, le 6 septembre 1766.
Etant veuve, elle se fit représenter à l'assemblée de la noblesse du Poitou en 1789, pour la paroisse de Rouillé (Vienne).
3) Catherine-Gabrielle, née et baptisée à Pont à Mousson, le 28 mars 1741.
4) Charles-Emmanuel-Hubert, qui suit.
5) Anne-Nicole, née et baptisée à Pont à Mousson, le 19 mars 1747.
Elle fut reçue à Saint-Cyr, et devint religieuse bénédictine.
6) Benjamin-François, né et baptisé à Pont à Mousson, le 6 novembre 1748.
Ce fut peut-être lui qui, nommé abbé de LAGEARD, vicaire général de Reims, fut nommé abbé de la Cour-Dieu, ordre de Citeaux, au diocèse d'Orléans, le 21 octobre 1780.
Il serait décédé à Paris le 2 avril 1845, âgé de 91 ans.
7) Antoine-Martin, né le 14 et baptisé le 15 novembre 1750 à Pont à Mousson.
Il fit ses preuves pour les écoles militaires et fut reçu le 25 juillet 1761.
8) Louis-Marie, né le 10 et baptisé le 14 janvier 1756 à Pont à Mousson.
Il fut aussi reçu aux écoles militaires le 24 septembre 1770. Il fut reçu à La Flèche, le 24 septembre 1770.
Il sortit de l'école militaire en 1774. Il fut lieutenant de vaisseau en 1786. Il fit 5 campagnes, et deux combats. où il fut blessé. Il remplaça Le Breton de Ransanne et le chevalier de Chapelle Fontane sur la Capricieuse, au combat du 5 juillet 1780. Il servit ensuite sur le Zodiaque, le Cléopatre, l'Indien en 1781, et le Hardi en 1783.
Il passa probablement à l'Ile Maurice durant la Révolution et s'y maria, y laissant une postérité représentée vers 1880 par Louis de LAGEARD, son petit-fils.
9) Marie-Anne-Raphaël, née et baptisée à Pont à Mousson, le 26 février 1758. Elle eut pour parrain Raphaël de LAGEARD, vicomte de la Touche, son oncle.

VIII) de LAGEARD Charles-Emmanuel-Hubert, seigneur de Bories et des Plassons.
Il naquit et fut baptisé à Pont à Mousson, le 3 novembre 1743.
Il fut capitaine au régiment de Champagne, puis commandant pour le roi des ville et château d'Angoulême.
Il fut peut-être, en 1829, receveur particulier des finances à Ribérac.
Il épousa en premières noces, le 24 avril 1770, à Bors de Montmoreau, sa cousine, Marie-Françoise de LAGEARD de Cherval, veuve de François Bouchard d'Aubeterre, comte des Plassons. Il épousa ensuite en secondes noces, Charlotte-Aimée Robinet, fille d'Antoine, écuyer, seigneur de Plas et de Bouteille, et de Catherine Conte, sa seconde femme.
Il eut de son second mariage :
  1) Catherine, baptisée à Bors, sans indication de date. Elle épousa le 12 février 1812, Jean-Baptiste de Gastebois de Mérignac.
2) Suzanne. Elle épousa le même jour que sa soeur, le 12 février 1812, Louis de Gastebois de Mérignac, frère de Jean-Louis.

Branche de BEAUREGARD et de GRÉSIGNAC :
V) de LAGEARD Pierre, chevalier, seigneur et marquis de Beauregard, Grésignac, la Chapelle.
Il fut maintenu en sa noblesse en même temps que son frère François, le 9 décembre 1666, par ordonnance de M. de Montozon, subdélégué de M. Pellot, intendant de Guyenne.
Il fit son testament le 25 avril 1681, devant Chancel, notaire, léguant la 3ème partie de ses biens à son fils René, écuyer, seigneur de Grésignac. Il décéda le lendemain.
Le Ier septembre 1677, il fit un accord avec son frère François, au sujet de l'acquisition faite par lui de la seigneurie de Grésignac, le 15 novembre 1670, pour 50500 livres, seigneurie vendue par les Chabot. Il semblerait qu'il en céda une partie à son frère qui se qualifiait de seigneur en partie de Grésignac.
Il épousa par contrat du 17 janvier 1655, passé devant Vielhemant, notaire, Antoinette de La Brousse, demoiselle de Peyriquard, dame de la Brousse, fille de Thibaud, écuyer, seigneur de la Pouyade, et de Bertrande du Chesne.
Il décéda le 26 avril 1681 ayant eu pour enfants :
 

1) René, qui suit.
2) Raymond, chevalier, abbé de Beauregard, prêtre, docteur en théologie, curé de Boussac, baronnie de Bourdeille (Dordogne).
Il fut parrain en 1683, à Saint-Pardoux de Mareuil, de Raymond de Puypalat, fils de Jean et d'Isabeau Persigon. La marraine était Marie Dalleme. Témoins : Pierre de LAGEARD et Léon Roussille, procureur.
Il décéda le 12 février 1727.
3) Pierre. Il fut baptisé en 1667 à Saint-Pardoux de Mareuil.
4) autre Pierre, baptisé en 1668, à Saint-Pardoux de Mareuil.
5) autre René.
6) Jean, chevalier de Beauregard. Il fut baptisé en 1670 à Saint-Pardoux de Mareuil. Il décéda le 3 juillet 1746, sans alliance.
7) Dauphine, qui épousa en 1695, Armand de Salignac de La Motte-Fénelon, écuyer, seigneur de Combaronnie. Ils habitaient la paroisse de Félis (Saint-Félix ?).
8) Marie, qui épousa Joseph Comte, seigneur de la Grennerie. Elle décéda le 9 mai 1710.
9) Louise, qui fut religieuse au couvent de Sainte-Claire de Nontron.
10) Françoise, qui fut baptisée en 1659, à Saint-Pardoux de Mareuil.
11) Bernarde, baptisée en 1657 à Saint-Pardoux de Mareuil. Elle eut pour parrain François de LAGEARD, écuyer, seigneur de Cherval, et pour marraine demoiselle Bernard Duchayne.


VI) de LAGEARD René, chevalier, dit le marquis de Grésignac, seigneur de Beauregard, la Chapelle, le Breuil et Grésignac.
Il naquit le 15 juillet 1660.
Il fut capitaine au Ier bataillon du régiment Dauphin.
Il rendit hommage de la terre de Grésignac au comté d'Angoumois, par procureur, étant malade, le 12 juillet 1717.
Il épousa, par contrat passé à Nancy, devant Richard, notaire, le 19 octobre 1696, Catherine-Valérie de Rennel d'Andilly, fille de Charles, chevalier, seigneur d'Andilly, et de Françoise-Thérèse Rousselot.
De 1718-1732, Pierre eut un procès devant la sénéchaussée et présidial de Périgueux, avec Jean Bargueyron, notaire, époux d'Anne Blanc.
Il décéda le 7 avril 1739, et sa veuve le 13 mars 1752, au château de Beauregard, en Périgord, âgée de 80 ans environ.
Ils eurent pour enfants :
 

1) Jean-François, qui suit.
2) Antoinette, dit Toinette. Elle naquit vers 1697, et décéda âgée de 25 ans en 1722 à Saint-Pardoux de Mareuil. Elle fut enterrée dans l'église paroissiale. Elle avait été religieuse de Notre-Dame de Périgueux.
3) Marie, demoiselle de Grésignac. Elle épousa à Saint-Pardoux de Mareuil le 12 septembre 1729, Léonard de Monteil, chevalier, seigneur d'Ouzillac et Merville, et en partie de Douzillac. Il habitait la paroisse de Villetoureix, et était fils de René de Monteil, écuyer, seigneur de Fayolle et de Douzillac, et de Marie de Grailly.
4) Françoise, qui épousa le Ier octobre 1744, François de Monteil, cousin du précédent.
5) autre Antoinette, qui fut religieuse au couvent de Fontaine, ordre de Fontevrault.
6) Madeleine-Marguerite, décédée au même couvent de Fontaine, le 4 février 1729.
7) Jean-Joseph, né le 26 mars 1713. Il devint abbé de Beauregard, prieur commendataire du prieuré de Beaumont, en Normandie.
8) Raymond, qui fut baptisé à Saint-Pardoux de Mareuil, en 1698.
9) Joseph-Honoré, baptisé en 1706 à Saint-Pardoux de Mareuil. Il eut pour parrain Pierre de LAGEARD, son oncle, qui a tenu pour Joseph Comte, sieur des Escuyers, et pour marraine Honorette de Pindray de La Brugère.


VII) de LAGEARD Jean-François, dit le marquis de Grésignac, chevalier, seigneur de Grésignac, la Chapelle et Beauregard, né le 8 mars 1700.
Il rendit hommage au prince de Chalais, le 3 octobre 1759, du repaire de Beauregard qui lui venait de la succession de son père.
Il épousa, par contrat passé à Langlardie, paroisse de Soudat (Dordogne), le 23 janvier 1737, devant Bourrinet, notaire, Madeleine de La Pisse, fille de feu François, seigneur de Langlardie, et de Marguerite-Esther de Mazière. Ils habitaient le château de Beauregard.
Les 17 et 18 février 1763, François de Lambertie et Marie de La Pisse, pour eux et pour Jean-Francois de LAGEARD et Madeleine de La Pisse, son épouse, gendres et filles de la défunte, faisaient faire, devant Bernard, notaire à Angoulême, l'inventaire des meubles et effets de Marguerite-Esther de Mazière du Passage.
Il décéda le 27 mars 1764, ayant eu pour enfants :
  1) René, qui suit.
2) Thérèse, dite mademoiselle de Grésignac.
3) Marie, dite mademoiselle de LAGEARD.
4) Léonard, chevalier, seigneur de Beauregard, dit le chevalier de LAGEARD.
Il fut gentilhomme du duc de Berry à Rastadt en 1794, et envoyé en mission, par lui, en Ecosse, en 1800.
5) autre Marie, dite demoiselle de la Chapelle. Elle épousa le 8 septembre 1769 à Saint-Pardoux de Mareuil, Louis-Bertrand de Roux, seigneur de la Croze et de Lusson, officier de la maison du roi.
6) François, baptisé en 1745 à Saint-Pardoux de Mareuil. Il eut pour parrain François de Lamberterie, écuyer, seigneur de la Chapelle-Montmoreau, et pour marraine Catherine d'Origny, dame des Grauges.

VIII) de LAGEARD René, dit le marquis de Grésignac, chevalier, seigneur du dit lieu et de la Chapelle.
Il naquit le 23 et fut baptisé le 24 décembre 1737, à Saint-Pardoux de Mareuil.
Il fut reçu page de la Grande Ecurie le 27 avril 1756.
Il vota à Périgueux, en 1789.
Il épousa, le 7 juin 1762 Anne de Bays, fille de Jean, écuyer, seigneur du Breuil, et de Marie Foucaud de Pombriand.
Ils eurent pour enfants :
  1) César-Pierre-Thibaud, qui suit.
2) Claude, dit le chevalier de Grésignac, né le 20 août 1765.
3) Marie-Thérèse, née le 15 juillet 1775. Elle épousa le 12 octobre 1807, Jean-Louis-Gaspard-Charles de Lestrade, chevalier, seigneur de la Cousse, officier à la suite au régiment de Touraine-Infanterie, veuf d'Anne-Paule Ardillier.
4) Marie-Victoire, qui épousa vers 1790 Jean-Joseph Vigneron, (né en 1768), médecin, fils de Pierre, sieur de Bellevau en Sers, et de Renée Légeron.

IX) de LAGEARD César-Pierre-Thibaud, marquis de LAGEARD de Grésignac, né le 23 août 1764.
Il fit ses preuves pour être page de la Grande Ecurie, et fut reçu le 19 décembre 1779.
Il fut capitaine de dragons en 1786, émigra à la Révolution, et servit à l'armée de Condé.
Il épousa Marie du Breuil-Hélion de La Guéronnière, fille de Marc-Antoine, écuyer, seigneur de Lusigny, mestre de camp d'infanterie, et de Marie de La Breuille.
Ils eurent pour enfant :
  1) Marie-Thérèse, qui épousa en 1835, Jean-Baptiste-Paul Martin du Tyrac de Marcellus, officier de cavalerie. Elle décéda à Montbron, le Ier juillet 1871.

Branche de MONBADON :
IV) de LAGEARD François, chevalier, seigneur de Saint-Marsault (Saint-Martial de Viveyrols), de la Grange et de Monbadon, et de Semens en Bordelais.
Il fut maintenu en sa noblesse, le 16 janvier 1636, par les commissaires députés pour le régalement des tailles en Guyenne.
Il épousa, le 7 août 1607, par contrat passé au château de Monbadon, devant Guimont, notaire, et en présence de son frère Philippe, sénéchal d'Angoumois, Marguerite de Pipeyron, alias de Puyperon, fille unique d'Henri, seigneur de Semens et de Monbadon, et de Renée de Dieuzaydes. Ils testèrent le 25 juillet 1648.
Ils eurent pour enfants :
  1) Jean-Louis, chevalier, seigneur de Reboullide. Il fit ses preuves pour Malte, le Ier janvier 1640.
Il donna quittance, le 13 mai 1663, à son frère Henri, à l'acquit de leur frère Philippe, seigneur baron de Monbadon. Il transigea, le 18 mars 1673, avec son autre frère, Raymond, tuteur des enfants mineurs de Philippe.
Il fut maintenu en sa noblesse le Ier juin 1697, avec son frère Philippe, et son neveu Raymond.
2) Philippe, chevalier, seigneur de Monbadon.
Il fut maintenu en sa noblesse le Ier juin 1697, avec son frère Jean-Louis, et son neveu Raymond.
Il épousa, le 20 août 1660, Marie de Maillet, et eurent au moins :
  a) François, baptisé le 17 août 1661.
3) Raymond, qui suit.
4) Henri-Raymond, qui fera une branche cadette :
5) Charlotte, qui épousa Adrien Goulard. Elle était décédée avant le 4 mars 1699, date du second mariage de son mari.
6) Honoré, chevalier, seigneur de Brisson. Il habitait Saint-Seurin sur l'Isle, juridiction de Puynormand, en Bordellais.
Il épousa par contrat du 11 décembre 1663, (devant Miranbeau, notaire), Anne Juilihiot (alias Juilhot, Julhiot), demoiselle de Saint-Salvadou, habitant au lieu de Combaud, fille de François, sieur de la Devise, seigneur de Leger et autres places, et de Marie de Garrissoles, dame de Leger. (Archives Départementales de la Dordogne). Elle décéda avant 1679. (données généalogiques envoyées par M. Jean-François RICHARD).
De leur union naquit :
  a) François, qui décéda en bas-âge, avant 1679. (données généalogiques envoyées par M. Jean-François RICHARD).
7) Madeleine.
8) Franche, alias Françoise, qui épousa le 17 mai 1635, ou 1639, devant Martin, notaire à Angoulême, Pierre-Jean de Raymond, écuyer, seigneur d'Aulaigne, de la Gauterie et de la Perrière, fils de feu Jean, écuyer, seigneur d'Aulaigne, et de Anne Guillaumeau. Elle décéda âgée d'environ 57 ans en 1666, et fut enterrée dans l'église de Saint-Pardoux de Mareuil.

V) de LAGEARD Raymond, alias Salomon-Raymond, chevalier, seigneur de Jauvelle.
Il fut gouverneur pour le roi des ville et château d'Angoulême.
Le logis de Nanteuillet (Voulgézac), passa avant la date de 1681 entre ses mains.
Il épousa, à Cellettes, le 17 octobre 1645, (en fait le 8 octobre 1645 reçu Roy, rappelé le 27 mars 1713 devant Pierre Audouin), Renée de Lesmerie, fille de Philippe, et de Jeanne Raymond. Elle fut marraine à Dignac, le 23 décembre 1653.
De leur union naquirent :
  1) Anne, qui en mars 1683, était veuve de François Castain de Guérin, écuyer, seigneur du Tranchard, receveur des décimes du diocèse d'Angoulême, élu maire d'Angoulême le 11 février 1673.
Elle reçut de Charles de LAGEARD, constitution d'une rente volante de 50 livres.
Le 8 septembre 1685, étant veuve, elle vendit le Tranchard (Fléac), à Jean Louis Guitton et à Françoise Dexmier, son épouse. (Laurent Maurin - article sur le Tranchard).
Elle fut tutrice de ses enfants mineurs en 1685, et décéda après 1711.
2) Charles, chevalier, seigneur de Jauvelle, les Bauries, les Vergnes, etc.
Il fut lieutenant du roi en la ville et château d'Angoulême.
En 1681, chez maître Guillaume Jeheu, notaire à Angoulême, il passa un bail sur sa métairie à Ruaux, paroisse de Voulgézac. En 1685, il constitua une rente de 50 livres volantes à l'intention de ses neveux, enfants de sa soeur Anne.
Il fit, avec son beau-frère, Gabriel-Sicaire du Chazaud, le 10 janvier 1691, un accord au sujet de la dot constituée par leur père, à Madeleine de LAGEARD, sa soeur.
Le 17 septembre 1699, il vendit la terre des Bauries (Birac), pour 25000 livres, à Etienne Chérade, seigneur de Montbron, Laumont, Salles, et Madeleine Husson, son épouse, pour payer ses créanciers sur la terre de Puygaty qu'il avait acheté le 14 janvier 1694, pour 24000 livres, de François Vigier, sieur de la Cour de Durefort, et de Catherine Amelin, (paroisse de Nanteuillet), sa femme, devant Papin, notaire.
Dès le mois de septembre 1713, Puygaty (Chadurie), fut saisi et affermé par bail judiciaire. La succession ne semble pas avoir été très facile et traîna jusqu'en 1739. (Jean-Paul Gaillard - article sur Puygaty).
Le 12 mai 1700, il donna quittance de 3569 livres, qui lui revenaient de la succession de René de LAGEARD, seigneur de la Grange, à Anne Pelloquin, veuve du dit René, et remariée avec François Baudouin, chevalier, seigneur de Fleurac.
Il épousa en premières noces, Françoise de Mascureau, fille unique de Jacob, écuyer, seigneur de Milhac, et de Marthe de Chamborand. Elle fit son testament le 17 et 25 mai 1683, devant Pierre Audouin, notaire à Angoulême, laissant à son mari tout ce dont elle pouvait disposer, et le reste à François Baudouin, chevalier, seigneur de Fleurac. Le 23 juin suivant, l'inventaire fut fait, de ses meubles et effets, à la requête de son mari. Le 3 août 1683, Charles de LAGEARD et François Baudouin transigeaient, devant le même notaire, avec les héritiers paternels de la défunte.
Charles épousa en secondes noces, le 20 février 1678, devant maître Micheau (acte rappelé le 13 juillet 1739 devant Caillaud, notaire à Angoulême), Mathurine Bareau, veuve d'André de Chassaignard. Elle décéda avant le 17 mai 1739.
Il décéda sans postérité à Saint-Cybard d'Angoulême, le 19 mars 1713 au logis de Nanteuillet (Voulgézac). Les 27 et 30 mars 1713, devant Pierre Audouin, on partagea ses biens, à la requête d'Anne de LAGEARD, sa soeur, veuve de François de Castain de Guérin. Un procès-verbal de saisie réelle sur Nanteuillet fut dressé par Mallat, sergent royal, le 4 juillet 1713. (Jean-Paul Gaillard et Bruno Sépulchre).
3) Marie-Madeleine, dame de Beaumont et de Salles, qui épousa en 1675 Gabriel-Sicaire du Chazaud, écuyer, seigneur de Beaumont et de la Rênerie. (Oirat - Dordogne).
Elle réclama le 10 janvier 1691 à son frère Charles 4000 livres qui lui avaient été promises pour sa dot, plus 1400 livres d'arrérages à quoi il avait été condamné par sentence du présidial.
Le 7 avril 1713, elle transigea avec Marie-Marguerite de La Place, veuve d'Hélie de Lageard, devant Pierre Jeheu, notaire à Angoulême. Elle demeurait au repaire noble de Groteau, paroisse de Saint-Martin, en Périgord.
Elle hérita de la seigneurie de Nanteuillet, et la passa à son petit-fils Jean Gabriel du Chazaud, chevalier, seigneur de la Resnerie. (Jean-Paul Gaillard et Bruno Sépulchre).
Le 15 septembre 1699, elle acheta le fief et la seigneurie de Salles-Lavalette, de Etienne de Chérade. (Jean-Paul Gaillard et Bruno Sépulchre - article sur le logis de Salles-Lavalette).
Elle était décédée avant le 10 novembre 1725, date de l'inventaire de ses meubles.
4) Marie-Elisabeth, qui fit profession à l'Union Chrétienne d'Angoulême, le 28 septembre 1684.
5) Marguerite, décédée avant 1713.
Elle épousa devant Chancel, notaire à Mareuil, le 12 octobre 1678, messire de Maillard.

Branche de la GRANGE du PAS VIEUX : (Gurat)
III) de LAGEARD Laurent, seigneur de la Grange. Il épousa le 19 septembre 1600, Louise de Jambes, fille de Mathieu, décédé avant le 24 décembre 1574, et de Louise Farinard.
Ils eurent pour enfant :

IV) de LAGEARD Elie, écuyer, sieur de la Grange.
Il épousa, le 9 septembre 1630, Marthe de Conan, fille de Jacques, écuyer, seigneur de Conezac, Aucorn, Plambosc, la Jarrige, Haute-Faye, la Chapelle et Majenau; et de Marie Gélinard.
De cette union naquirent :
  1) Pierre, qui suit.
2) Charles-René, alias Pierre, chevalier, seigneur de la Grange, gouverneur de la ville et citadelle de Saintes.
Il décéda avant le 2 juillet 1666.
Il avait épousé Anne Pelloquin, et était décédé avant le 2 mai 1666, date d'une quittance de 756 livres donnée à sa veuve, par Laurent Le François, sieur de Chamblay, avocat, devant Desbrandes, notaire à Angoulême.
Le 4 août 1680, Anne Pelloquin était remariée avec François Baudouin, chevalier, seigneur de Fleurac, et le 22 mars 1701, elle payait 1000 livres à Anne de LAGEARD, sa nièce, veuve de François Castain de Guérin, somme lui revenant sur la succession de Pierre de LAGEARD, sieur de la Grange. Anne lui en donna quittance devant Aigre, notaire à Angoulême.
3) Raymond.
4) peut-être Anne, qui épousa vers 1650 Sicaire du Chazaud, écuyer, seigneur de la Resnerie.
5) peut-être Anne, qualifiée de mère ancienne, le 22 octobre 1679, au couvent de Sainte-Claire de Nontron.

V) de LAGEARD Pierre, chevalier, seigneur de la Grange de Pas Vieux (Gurat).
Il reçut, le 27 mai 1688, une reconnaissance à son profit de 2800 livres d'obligations au principal, par Jean de LAGEARD, chevalier, seigneur de Cherval, sénéchal d'Angoumois.
Le 22 juillet 1689, avec sa femme, il vendit 36 boisseaux de froment, 14 boisseaux d'avoine, mesure de La Valette, 6 gelines et 27 sols de rente, à Marie Janssen, veuve de Pascal Borde, écuyer, docteur en médecine.
Le 10 février 1693, conjointement avec son fils, lui et sa femme vendirent encore, les rentes seigneuriales qu'ils avaient, même paroisse, pour 1100 livres, pour équiper le dit Helie pour le service du roi.
Il épousa, le 12 janvier 1666, Charlotte-Bonne du Reclus. Ils étaient tous les deux vivants en 1693 et 1700, mais étaient décédés avant 1713.
Ils eurent pour enfants :
  1) Hélie, qui suit.
2) Bonne, qui épousa par contrat passé à Tours, le 17 novembre 1702, Jacques-Joseph, comte de Dreux-Nancré.

VI) de LAGEARD Hélie, chevalier, seigneur de la Grange du Pas Vieux, chevalier de Saint-Louis, capitaine des grenadiers du régiment de Navarre.
Il épousa, le 27 novembre 1700, à Grassac, Marie-Marguerite-Madeleine de La Place, fille de Charles, écuyer, seigneur de la Forêt d'Hortes, et de Marie-Julie de Galard de Béarn.
Il décéda le 14 décembre 1705, à la Grange. Le 3 mars suivant, elle fit faire l'inventaire des lieux de la Grange. (Alain Valageas - article sur la Grange du Pas Vieux - Gurat).
Le 18 août 1712, date de la vente de la seigneurie de la Grange de Pas Vieux, comme tutrice de son fils mineur, à Eléonore Terrasson, veuve de François Faucher, écuyer, seigneur de la Ligerie.
Le 27 août suivant, elle transigeait avec son frère Jean-Charles de La Place, chevalier, seigneur de Torsac, au sujet de la succession de leur père.
le 7 avril 1713, elle transigea aussi, sur différend, avec Marie-Madeleine de LAGEARD, veuve de Gabriel-Sicaire du Chazaud, seigneur de Beaumond.
Enfin, le 21 août 1727, elle se remaria avec Louis Galard de Béarn, chevalier, seigneur de Mirande, fils de Charles et de Jeanne de Lespinay.
Hélie de LAGEARD n'avait eu qu'un fils unique :
  1) Charles-Gabriel, écuyer, seigneur de la Grange de Pas-Vieux, qui décéda avant l'acte du 21 août 1727, en bas âge, dans lequel Marie-Madeleine de La Place agissait comme héritière de son fils.

Branche cadette issue de celle de MONBADON :
V) de LAGEARD Henri-Raymond, chevalier, seigneur de Semens. Il épousa par contrat du Ier juin 1652, Anne Ducarpe.
Ils eurent pour enfant :
  1) Raymond, qui suit.
2) N.
3) N.
4) N.

VI) de LAGEARD Raymond, chevalier, seigneur de Semens. Il fut maintenu noble, le Ier juin 1697, avec ses oncles Jean-Louis et Philippe, par M. Bazin de Bezons.
Il épousa par contrat du 16 août 1687, Marguerite du Bousquet, et eurent pour enfant, au moins :

VII) de LAGEARD François. Il épousa le 12 mars 1711 Anne de LAGEARD de Semens.
Ils eurent 13 enfants, d'où entre autres :

VIII) (*1) de LAGEARD Philippe, né aux environs de 1740 et décédé en 1809.
Il épousa en 1798 Thérèse Basselier (décédée en 1825).
De cette union naquirent :
  1) Marie-Thérèse, en famille Emira (lettres brouillées du nom de Marie), née aux environs de 1800. Elle épousa en 1822 à Castillon sur Dordogne, Jean-Baptiste Simon Aymen.
Elle décéda à 42 ans, et fut enterrée à Tourtitac.
Ils eurent pour enfants, Jean-Baptiste, qui épousa Marie Martineau, et Léontine, qui épousa le 19 janvier 1845, Armand du Courrech de Raquine.
2) Léonard, qui suit.

IX) (*1) de LAGEARD Léonard.
Il épousa en 1782, Caroline-Aimée-Félicité de Mons de Dunes, fille de Jean-Luc-Guillaume, marquis de Mons de Dunes, et de Jeanne-Marie-Félicité de Gères-Vacquey. Il fut veuf à 29 ans, et se retrouva avec ses trois petites filles à élever.
Il décéda à 81 ans, en août 1883 ayant eut pour enfants :
  1) Marie-Thérèse-Félicité, née en 1827.
Elle épousa Casimir de Gastebois, dont la mère était une Lageard de Cherval.
Ils eurent une fille unique, Suzanne, qui décéda à 17 ans, étant fiancée officieusement à Henri de Vassal.
Elle décéda le 3 novembre 1882 au château de la Pierrière.
2) Jeanne-Marie-Philippine-Honorine, alias Hermine, qui épousa le 29 janvier 1849, son cousin Jean-Louis-Jules de Gères-Vacquey, poète girondin.
Elle décéda le 2 février 1850.
3) Marie-Véronique-Caroline-Alexandrine, décédée âgée de 15 ans, d'une fièvre thyphoïdique, à Bordeaux.

- Beauchet et Filleau : Dictionnaires des familles de l'ancien Poitou.
- Marc Boissinot : article sur Balzac, dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente. Editions Bruno Sépulchre.
- Jean-Paul Gaillard : article sur Puygaty (Chadurie), dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente. Editions Bruno Sépulchre.
- Laurent Maurin : article sur le Tranchard (Fléac), dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente. Editions Bruno Sépulchre.
- Alain Valageas : article sur la Grange du Pas Vieux (Gurat), dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente. Editions Bruno Sépulchre.
- Jean-Paul Gaillard et Jérôme Royer : article sur Escoir (Poullignac), dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente. Editions Bruno Sépulchre.
- Jean-Paul Gaillard et Bruno Sépulchre : article sur le logis de Salles-Lavalette et sur Nanteuillet (Voulgézac), dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente. Editions Bruno Sépulchre.
- Frédéric Chasseboeuf : article sur Cressac, dans le canton de Montguyon : Châteaux, manoirs et logis de la Charente-Maritime; Editions Patrimoine et Médias.
- site Internet de Pierre Driout : http://perso.club-internet.fr/driout/LAGEARD-1.htm et http://perso.club-internet.fr/driout/LAGEARD-2.htm
- (*) Précision généalogique envoyée par M. Thibaut PEYROCHE d'ARNAUD.
- (*1)
Précisions généalogiques envoyées par M. Matthieu BOULARD.
- (données généalogiques envoyées par M.Jean-François RICHARD).
retour vers le menu des mise à jourretour vers le sommaire
Cette page a été mise à jour le 5 octobre 2009.