de LA ROCHE
puis de La ROCHECHANDRY


blason de la famille de La Roche
Losangé d'argent et de gueules.

La Roche-Andry, alias Roche-Chandry, ou Rochechandry, etc... est sur la commune de Mouthiers sur Boëme.
C'est vers 848-866 que le comte d'Angoulême Emenon, étant en guerre contre le comte de Saintes, Landry, qu'un de ses vassaux, nommé Chanderic, aurait construit un château-fort sur un rocher au bord de la Boëme.
La terre de la Rochechandry fut érigée en baronnie, et avait haute, moyenne et basse justice.
Les barons de La Rochechandry étaient vassaux de l'évêché d'Angoulême et devaient le jour de l'intronisation d'un nouvel évêque porter le pied droit de son siège depuis le monastère de Saint-Ausone jusqu'à la cathédrale.
Les seigneurs de La Rochechandry devaient également accueillir l'évêque et sa suite pendant les mois d'août et septembre de chaque année.
Autre inconvénient : les seigneurs de La Rochechandry devaient garder les prisonniers de l'évêque pendant ses absences et lui payer une indemnité si quelque détenu parvenait à s'échapper.
Voici une généalogie... Elle vaut ce qu'elle vaut...avec beaucoup d'incertitude. Elle peut servir de base pour une étude complémentaire.

Noms isolés :
- de LA ROCHE-ANDRY Philippon, écuyer.
Il reçut une quittance de gages à Chinon, le 30 octobre 1418, pour sa participation à la poursuite des anglais.
Sur cette quittance était appendu un sceau rond de 25 mm, à la légende suivante : "Seel pbon de la roche", écrite en lettres gothiques, et à l'écu losangé au franc canton. (Germain DEMAY).
Losangé au franc canton.
(Germain DEMAY)
blason sur un sceau de Philippon de La Roche-Andry

- de LA ROCHECHANDRY Jean.
Il était en 1505 baron de Vernou.

- de LA ROCHECHANDRY N.
Il épousa Marguerite Acarie vers 1500, fille de Renaud, écuyer, seigneur du Fief, et d'Antoinette de Culant.
Ils eurent pour enfant :
  1) Anne, qui épousa vers 1530 Christophe de La Laurencie, écuyer, seigneur de Charras, Claix et Villeneuve la Comtesse, veuf de Marie de La Chambre.

(*) - de LA ROCHE Louise. Elle fit un aveu en 1523, de la terre de Paillé (commune à côté de Vervant), au vicomte d'Aunay.
Elle était veuve de Guyot de Montberon.

(*) - de LA ROCHANDRY Joachim, seigneur du Breuil de Vesne (le Breuil de Vèze ?), vers 1530.
Le Breuil de Vèze était mentionné dans les dénombrements de Brie. (Emilien Travers : Histoire du canton de Melle).

- de LA ROCHE-ANDRY Madeleine.
Elle était en 1533 religieuse à Angoulême. (acte devant Pierre Trigeau, notaire).

(*) - de LA ROCHANDRY Louise, épouse de Jean de Lézignac.
Ils firent en 1550, un aveu pour la moitié du fief de Cougnioux (Nouaillé sur Boutonne). Il était dit dans cet aveu que ce fief appartenait aux seigneurs de Brie (Archives départementales de la Vienne).
Le Grand Breuil de Vaize (Saint-Pierre de l'Isle - Charente-Maritime), était vers 1550 la propriété de Jean de Lézignac, qui le tenait de sa femme.
(Frédéric CHASSEBŒUF)

Les premiers degrés ?
- de LA ROCHE Guillaume, seigneur de la Rochandry (alias La Rochechandry), et de Jonzac.
Il donna en 1071 à l'abbaye Saint-Etienne de Baigne, la chapelle de Notre-Dame, de son château de Jonzac. (Jonzac relevait de l'abbaye de Saint-Germain des Prés).
Il fut également cité dans une charte de 1094 par laquelle il fit donation à l'abbé de Saint-Martial de Limoges et aux moines, de son église de Mouthiers et des terres qui en dépendaient.
Est-ce lui qui eut pour épouse Dia ?
Ils eurent pour enfants, entre autres :
  1) Guillaume, qui suit.
2) Robert, qui fut chapelain de Notre-Dame, chapelle du château de Jonzac.

- de LA ROCHE Guillaume, seigneur de la Rochandry et de Jonzac.
Le 2 juillet 1124, il abandonna des terres aux moines de La Couronne. Le donateur se réservait néanmoins sa vie durant, la moitié des récoltes.
Il épousa Hélie Brun.
Il abandonna plus tard les droits qu'il s'était précédemment réservé sur la culture des terres de Grandvaux. A cet acte étaient présent, sa femme, sa fille Pétronille, et ses deux neveux Guillaume et Arnaud Gardrade.
De son union avec Hélie, naquirent au moins :
  1) Guillaume, qui suit.
2) Pétronille, citée plus haut.

- de LA ROCHE Guillaume, seigneur de la Rochandry et de Jonzac.
En 1155, il engagea à l'abbaye de la Couronne, sa culture du Gué de Romas, pour la somme de 100 sous angoumoisins.
En 1156, il consentit un don par son vassal Guillaume de Brie, à l'abbaye de la Couronne.
Ce fut ce Guillaume de Brie qui tint sur les fonds baptismaux, un des fils de Guillaume, qui décéda vers 1180.
Guillaume décéda vers 1182, ayant eut pour enfants, entre autres :
  1) N., décédé en 1180.
2) Guillaume, qui suit.

Filiation suivie :
I) de LA ROCHE Aymon, né vers 1190.
De son union avec Marie de Chadenac, naquit au moins :

II) de LA ROCHE Guillaume I, seigneur de la Roche-Chandry avec Ithier de Villebois, ainsi que de Jonzac.
Est-ce lui, qui en l'année 1233, fit des donations importantes à l'abbaye de La Couronne, à la condition de faire tous les ans deux anniversaires pour le salut de son âme, et celle de sa femme et de ses parents. "C'est à savoir le lendemain de la Saint-Rémi, le corps duquel gît en la chapelle de la Rochandry (plus sûrement des reliques), et l'autre le lendemain de la nativité de la glorieuse Vierge Marie, en l'honneur de laquelle ledit monastère est magnifiquement fondé".
Il fut cité entre 1242 et 1272, et épousa Poncia Tison, fille d'Hélie Tison, qui lui donna pour enfant :

III) de LA ROCHE-CHANDRY Guillaume II, seigneur la Rochandry, de Jonzac et de Clam (Charente-Maritime).
Le 23 juin 1261, il fit un traité avec l'abbaye de La Couronne, au sujet des droits dans la forêt de Clam.
Il fit aveu de la châtellenie de Jonzac, en 1309.
Il fut cité entre 1274 et 1315.

Blason de Guillaume de LA ROCHANDRY
d'après un rôle d'arme anglais de 1280.
(sur un signalement de M. Peter GREUTER).
Blason de Guillaume de La Rochandry, d'après un rôle d'arme anglais
De gueules à une jumelle d'argent en bande, chaque bande chargée de deux losanges d'azur.

Il épousa vers 1270 Marie de Mareuil, et eurent pour enfants :
  1) Bertrand, dit de La Roche, seigneur de la Roche, Jonzac et Fontaines (Ozillac) (canton de Jonzac -17).
Qualifié comme damoiseau, il fit à la date du 12 mai 1321, un aveu pour Jonzac. Il reçut également l'hommage de différents vassaux, par exemple Thomas de Meux, Hugues de Villexavier, Guillaume de Mosnac, etc. pour les fiefs qui relevaient de Jonzac.
Il épousa Mahaud de Barbezieux.
Il fut cité en 1315, et était dit le cousin de Bertrand d'Archiac en 1321.
Il décéda sans postérité vers 1327-1328, après avoir testé le 14 avril 1324 et avoir fait des libéralités en faveur de son cousin, Bertrand d'Archiac. Il légua la Roche-Chandry à son neveu Yblet, ou Ebles, et ses autres biens à ses deux nièces Pétronille et Marguerite, filles de Guillaume Gardrade, seigneur de Mosnac, qui les porteront plus tard aux Comborn, aux Matha, aux Montausier, aux Sainte-Maure et aux Tison de la Tranchade.
En 1335, la terre de Fontaines d'Ozillac fut attribuée à Marguerite de Mosnac, épouse de François Tison, à la suite du partage des biens de Bertrand. Sa nièce, Pernelle de Mosnac, épouse de Foulques Taillefer, seigneur de Montauzier, reçut quant à elle la terre de Jonzac. (Frédéric CHASSEBŒUF)
2) Isabelle, alias Jeanne, qui épousa Guillaume Gadrade, seigneur de Mosnac, dont elle eut deux filles héritières de leur oncle pour Jonzac, Clam, Ozillac et Salles, à savoir Pétronille (ou Péronnelle), et Marguerite.
3) Guillaume, qui suit.

IV) de LA ROCHE-CHANDRY Guillaume III, seigneur de la Rochandry, de Jonzac (Charente-Maritime).
Il épousa vers 1310 Jeanne de Laubière.
En 1314, l'évêque d'Angoulême se plaignit, que l'ayant fait avertir qu'il irait passer les deux mois d'été chez lui, "avec une famille modérée comme il en avait le droit", il avait trouvé le jour indiqué, "les portes fermées sans que personne voulu les ouvrir, pour raison de quoi il donna pouvoir et commandement à Géraud Audouin, chanoine de La Rochefoucauld, de se transporter audit château de La Rochechandry, et de sommer ledit Guillaume, seigneur dudit lieu de recevoir ledit évêque et sa famille modérée, de lui fournir les choses nécessaires à ses frais ainsi qu'il y était tenu".
Guillaume, malgré les menaces, resta sur ses positions, et en cette année 1314, l'évêque et sa suite ne purent venir passer l'été à La Rochechandry. Ce litige ne trouvera sa solution qu'en septembre 1316, où un accord intervint entre les deux parties.
Il décéda avant 1324
Il avait eu pour enfants :
  1) Raymond, qui fit la branche de Soubran, puis de La Rochebeaucourt.
2) Yblet, alias Ebles, qui suit.

V) de LA ROCHE-ANDRY Yblet Ier, alias Ebles, chevalier, seigneur de la Rochechandry en 1328, et de Vervant (Charente-Martime), en 1350.
Une quittance de 30 livres lui fut donnée par Guy de Nesle, maréchal de France, capitaine en Saintonge, à Niort le 28 octobre 1349. Sur cette quittance était appendu un sceau rond de 20 mm, à la légende détruite, qui montrait un écu losangé à deux tierces brochant. (Germain DEMAY).
Losangé à deux tierces brochant.
(Germain DEMAY)
blason sur un sceau d'Ebles de La Rochechandry
Il épousa Jeanne de Pons, fille de Renaud IV, seigneur de Ribérac, de Pons et de Bergerac et gouverneur de Navarre; et de Jeanne d'Albret.
Il décéda après 1350.
De cette union naquirent :
  1) Ybles, qui suit.
2) Marguerite, qui épousa Hugues de Saint-Gelais, fils de Charles II, seigneur de Saint-Gelais, et de Marguerite de Magné.

VI) de LA ROCHE-ANDRY Ybles II, alias Hebles, seigneur de la Roche-Andry, de Clam, de la moitié de Jonzac et de Vervant.
Il reçut quittance de gages à Tours, le 19 octobre 1386, pour sa participation aux guerres de Guyenne. Sur cette quittance était appendu un sceau rond de 20 mm, à la légende détruite, où était un écu losangé posé dans un encadrement gothique. (Germain DEMAY).
Il fut cité en 1391-1399, et fit hommage en 1399 de la châtellenie de Jonzac.
(*) En 1393, il fit aveu et dénombrement pour Vervant, au vicomte d'Aunay.
Il épousa vers 1370 demoiselle Blanche de Marchecoul, fille de Louis, seigneur de Machecoul, et de Jeanne de Beauçay.
De cette union naquirent :
  1) Ybles III, ou Hebles, co-seigneur de la Rochechandry, seigneur de la Rochebernard, de Faugerolles, Clam, Neuvic.
Il épousa le 22 novembre 1411 Persuye de La Trémoille, veuve de Jean de Brissac (alias Brillac), seigneur de Mons en Loudunois, fille d'Amiel, ou Amé de La Trémoille; chevalier, seigneur de Fontmorand, de Signac, de Pressac et de Vouhec, et de Jeanne de Pocquières.
Il décéda avant 1431, ayant eu pour enfants :
  a) Indie, qui épousa avant 1440 Hélie du Bois, chevalier, seigneur des Chastelliers, Volvire.
b) Claire, qui épousa Jean de Toutessans, seigneur de Champdolent, de Contré.
2) Guillaume, qui prétendit à la seigneurie de la Rochechandry en 1395.
Il fut aussi seigneur d'Usson en 1405-1412.
Il décéda en 1435, et fut la tige des seigneurs de Faugères.
3) Bertrand, qui suit :
4) Jude, qui épousa vers 1400-1420 Hélie IV du Bois, écuyer, seigneur du Port, fils d'Hélie III.

VII) de LA ROCHE Bertrand, né vers 1380, seigneur de Vervant (Charente-Maritime).
En 1414 il rendit aveu et dénombrement de Vervant.
Il était en 1426, possessionné à Saint-Savinien, près de Taillebourg.
Il épousa vers 1413 Huguette de Vivonne. Elle devait avoir pour frère Guy de Vivonne, époux de Guillemette de Martreuil, et fille de Guy, seigneur de Fors.
En 1419, il rendit aveu pour la seigneurie de Brie (commune de Paillé - Charente-Maritime), à cause de sa femme Huguette de Vivonne. Auparavant, cet aveu avait été donné en 1404 par Guy de Vivonne, et en 1405 et 1408, par sa femme Guillemette de Martreuil.
Il dut décéder entre 1419 et 1425.
A une date inconnue, Guillemette de Martreuil, comme tutrice de Jean de La Roche, fils de Bertrand, rendit en son nom, aveu et dénombrement pour Vervant, et en 1425 pour la seigneurie de Brie.
Ils eurent pour enfants :
  (*) 1) Jean, qui fera la branche de Germain.
2) Claire.
3) André, qui suit.

VIII) de LA ROCHE André, né vers 1420, chevalier, seigneur de Germain.
Il fut cité entre 1438 et 1477, et épousa Jeanne de Vezançay.
Ils eurent pour enfants :
  1) Pierre, qui suit.
2) peut-être Robert.

IX) de LA ROCHE Pierre, seigneur de la Roche.
Il fut cité en 1477, et eut pour enfant d'une alliance inconnue :

X) de LA ROCHE Jacques, seigneur de Germain.
Il fut cité entre 1507 et 1533, et décéda avant 1541.
Il avait épousé vers 1510 Anne Asse, (où Aisse ?) et eut pour enfant :

XI) de LA ROCHE Jean, seigneur de Germain, cité entre 1541 et 1547.
Il décéda avant 1533.
Il avait épousé Marguerite de Poix, citée entre 1553 et 1586, qui lui donna pour enfants :
  1) Françoise, douairière de Soubran en 1591, co-seigneur de Germain.
Elle épousa le 3 octobre 1576 Jacques de La Rochebeaucourt, seigneur de Soubran, décédé en 1591.
2) Louise, qui épousa le 28 août 1575 François de Lescours
3) une autre fille, qui fut la mère de Louis de Lhosme, alias Loume, co-seigneur de Germain, Saint-Coutant et Fief Barrault.

Branche de GERMAIN :
blason de la famille de La Rochechandry
Losangé d'argent et de gueules, chaque losange d'argent chargé de deux fasces d'azur.

VIII) de LA ROCHE Jean, seigneur de La Rochechandry, Clam, Jonzac, et Vervant.
En 14??, il rendit aveu et dénombrement pour Vervant, et en 1450 et 1460, il fit hommage pour la châtellenie de Jonzac.
Entre 1431 et 1468, avec son fils, il releva le château démoli en 1415-1416 par Guillaume de Barbazan, capitaine de Charles VII.
Il épousa en premières noces le 3 novembre 1448, Guyonne Dubois, fille d'Hélie Dubois, seigneur de la Berlandière et des Chastelliers, et de Jeanne Mauvoisin.
Il eut de son premier mariage :
  1) Jean, qui suit.
2) 3) 4) Trois autres enfants.
Jean épousa en secondes noces le 3 novembre 1448 (calendrier Julien), Marguerite de Mareuil, (née vers 1425), fille de Geoffroy, baron de Mareuil, de Montmoreau, de Villebois et d'Angeac, sénéchal du Limousin et de Saintonge; et d'Anne de La Rochefoucauld.
Jean rendit encore trois aveux en 1473 pour Vervant, au vicomte d'Aunay, mais en 1476, il devait être décédé car ce fut au tour de Marguerite de Mareuil, sa veuve, de produire cet aveu deux fois.
Il eut pour enfants de cette seconde union :
  5) François, qui fera la branche de Clam.
6) Robert, qui fit la branche de Neuvicq et de Courpignac :
7) Blanche, qui devint abbesse de l'abbaye de Sainte-Mennie de Momarbrun, par bulles du Pape Clément VII, du 7 juillet 1525.
(*)8) N, (peut-être Guy), dit de La Roche-Chandry. Il fit aveu en 1502 au vicomte d'Aunay pour la terre de Brie (Paillé).
En 1505, comme seigneur de Brie, il était propriétaire du château de Malatrait (Aulnay de Saintonge).
Il eut sans doute pour fils :
  a) Antoine, dit de La Roche-Chandry, qui fit aussi aveu de Brie (Paillé - Charente-Maritime), en avril 1505. (Frédéric CHASSEBŒUF)
Il eut pour fils d'une alliance inconnue :
  a1) Claude, qui fit également aveu de Brie.
b) Jean, a qui revint le château de Malatrait (Aulnay de Saintonge).
Il décéda sans postérité. (Frédéric CHASSEBŒUF)

IX) de LA ROCHE Jean, né vers 1445 (calendrier Julien), baron de la Roche-Andry.
Le 6 novembre 1472, il épousa Jeanne Renée du Bec-Crespin, (née vers 1450), fille de Guillaume, seigneur de la Motte d'Usseau - Vienne), et de Catherine de Brillac.
De cette union naquit :
  1) Philippe, qui suit.
2) N., sieur de Courpignac.
Il décéda après 1496.
3) Renée, née vers 1484, et qui épousa en 1500, Louis de Montbron.

X) de LA ROCHE Philippe, né vers 1475, baron de la Rochechandry entre 1467 et 1495.
Il était dit seigneur des Petits-Chateliers (Mouthiers), et était dit avoir des droits comme petit-fils d'Hélie Dubois, chevalier.
Le 20 juin 1510, il épousa Jeanne de Beaumont-Bressuire, (née vers 1490, décédée avant 1519), fille de Jean, seigneur de Glenay, et de Catherine Ratault.
Il décéda avant 1515, ayant eu pour enfants :
  1) Jeanne, qui fut nommée héritière universelle.
Elle épousa en 1545 messire Louis de Saint-Gelais, chevalier de l'ordre du Roi, et seigneur de Lansac, fils d'Alexandre, conseiller et chambellan de Louis XII, et de Jacquette de Lansac. (alias Andron)
(Il se remaria le 8 octobre 1565 avec Gabrielle de Rochechouart).
Elle décéda en 1563.
2) Charlotte, née vers 1510.
Elle épousa le 9 juillet 1534 François Nompar de Caumont, (né vers 1500), seigneur de Puyguilhem, fils d'Arnaud et de Catherine de Castelnau-Caylus.
Elle décéda vers 1592, d'où descendance.
3) Marguerite, née vers 1515, et qui épousa en février 1547, François de Livenne, (né vers 1515), écuyer.
D'où descendance.

Branche de NEUVICQ et de COURPIGNAC :
IX) de LA ROCHE Robert, né vers 1455, seigneur de Neuvicq, de la Grémenaudière Sainte-Soulle), et Courpignac (Charente-Maritime).
Il épousa en premières noces Jeanne de La Porte, (née vers 1460).
De cette union naquit :
  1) Jeanne, dame de Vervant, qui épousa vers 1509, Charles Poussard, seigneur de Lignières et de Brizambourg, panetier du roi, fils de Guy, alias Guyot, seigneur de Lignières, et de Julienne de Polignac. Par ce mariage, Jeanne fit entrer la seigneurie de Vervant dans la famille Poussard. (Frédéric CHASSEBŒUF)
Elle en était veuve en 1517, d''où descendance.
Robert épousa en secondes noces Blanche Bouchard d'Aubeterre, dame de la Grémenaudière.
En 1509, lui et sa femme échangèrent la place forte de la Grémenaudière (Sainte-Soulle - Charente-Maritime), contre la terre de Clion en Saintonge, appartenant à Marguerite de Coétivy, veuve de François de Pons. (Frédéric CHASSEBŒUF)
Il acheta en 1527 pour 8480 livres tournois, la terre de Plassac (Charente-Maritime), de Lucrèce de Pons. Cependant, cette terre fut aussitôt rétrocédée à Jacques de Pons, seigneur de Mirambeau et de Carlus, frère de Lucrèce, lequel avait fait valoir son droit de retrait lignager. (Frédéric CHASSEBŒUF)
De sa seconde union naquirent :
  2) Louis, qui suit.
3) Antoine, qui fut protonotaire du Saint-Siège et chanoine de la cathédrale de Saintes. C'est sans doute à lui qu'il faut attribuer dans les premières années du XVIème siècle, la construction du château de Neuvicq, qui fut cédé en 1553 à Louis de Montbron. Ce dernier vend le château peu de temps après à Pérette Carré, dame de Lanneray. Cependant, elle doit s'en défaire car François de LA ROCHECHANDRY, seigneur de Courpignac et de Clion, neveu d'Antoine, fait valoir son droit de retrait lignager. (Frédéric CHASSEBŒUF)
Avec sa mère, étant alors veuve, ils déclarèrent tenir les appartenances auxquelles ils avaient droit de justice, à Chassac et Saint-Antoine des Bois. (Bois - Charente-Maritime)
Cette seigneurie fit l'objet d'un important procès entre les familles de Pons et de La ROCHANDRY, entre 1481 et 1518. Saint-Antoine, alias Chassac, leur fut alors attribué. (Frédéric CHASSEBŒUF)

X) de LA ROCHE Louis, seigneur de Courpignac et de Neuvic (Charente-Maritime)
Il épousa le 20 août 1527 Renée de Montbrun, ou de Montbron, fille de Louis, écuyer, seigneur de Saint-Séverin, et de Louise de Beaumont, demoiselle de Glenay.
De cette union naquirent :
  1) François, qui fut seigneur du Petit Mareuil en Angoumois, de Courpignac de Clion, de Saint-Antoine du Bois et de Neuvicq (Charente-Maritime).
Il fit valoir son droit de retrait lignager sur le château de Neuvicq, cédé auparavant par son oncle Antoine, à Louis de Montbron, puis Pérette Carré.
(Frédéric CHASSEBŒUF)
Il décéda sans enfants. Un arbitrage de seigneurs notables et d'avocats de Saintes, d'Angoulême et de Saint-Jean d'Angély, adjugèrent le droit d'aînesse à Jacquette de LA ROCHANDRY.
En 1559, le château de Neuvicq échut à sa soeur Marie, époux de Jean Acarie. (Frédéric CHASSEBŒUF)
2) Jacquette, alias Marguerite, qui épousa après contrat du 9 juin 1547 François de Livenne, écuyer, seigneur de Verdille et du Breuil aux Loups, de la Cour, de Villejésus, Romaziéras, la Ronde, fils de Louis et de Jacquette Olidaix.
3) Marie, qui épousa en premières noces vers 1550 Jean II Acarie, seigneur de Crazannes, du Bourdet, Charost, tué au siège de Chartres en 1568, fils de Jean et de Catherine de Goumard.
En 1559, elle hérita de François, son frère, du château de Neuvicq. (Frédéric CHASSEBŒUF)
Elle tenait des droits sur Brizembourg (Charente-Maritime), sans doute de Jeanne de LA ROCHANDRY, sa tante paternelle.
Marie épousa en secondes noces François Gombaud de Champfleury, son beau-frère, veuf de Charlotte Acarie du Bourdet. Elle en fut veuve avant novembre 1594. (Elle en avait eu un fils nomme Josué, qui épousa en Bretagne, en 1595, Jeanne de Jagado).
4) Jeanne, alias Renée, à qui échut la terre de Clion après 1553.
Elle épousa le 13 septembre 1553, contrat passé à Saintes le 7, Jean de Galard de Béarn, baron de Brassac, fils de François de Galard et de Jeanne de Béarn.
Par ce mariage, elle apporta dans la famille de Galard, la seigneurie de Saint-Antoine, alias de Chassac (Bois - Charente-Maritime).
(Frédéric CHASSEBŒUF) .
5) peut-être Jean, qui échangea Mareuil le 28 juillet 1562 avec Louis de Montbron, chevalier, seigneur de Fontaine-Chalandray.

Branche de CLAM :
IX) de LA ROCHECHANDRY François, chevalier, seigneur de Clam en 1483, 1495.
Il fit hommage en 1488 pour la châtellenie de Jonzac.
Il épousa Louise Anne de Bourdeilles. Cette dernière en était veuve en 1506.
Ils eurent pour enfants :
  1) Louise, qui épousa vers 1520 Gaspard de Polignac, seigneur des Roys, de Saint-Germain de Lusignan, gouverneur de Blaye, veuf de Marie Gassier, dame de Jos en Médoc, fils de Jean et de Marguerite de La Brousse.
Au décès de son frère Antoine, elle hérita de la maison noble de Saint-Germain de Lusignan (Charente-Maritime). (Frédéric CHASSEBŒUF)
2) Antoine, qui suit.
3) Savary, cité en 1507.
Il fit en 1510 hommage pour la châtellenie de Jonzac.
Est-lui qui avant 1532, vendit la seigneurie de Didonne (autrefois la Touche), à Guillaume de Burlé, seigneur de Dercie ? La seigneurie de Didonne peu après, revint dans la famille suite à un retrait lignager, puis fut plus tard échangée contre d'autres biens de la famille de Rabaine. (Frédéric CHASSEBŒUF)
4) François, écuyer, seigneur de la Touche (Didonne).
Il épousa Françoise Cousdun, dame de Marsugeau (Archigny), fille de François, écuyer, seigneur de Chalié, Vieux-Moulin, Forges, et d'Anne Goulard. (Elle était veuve de Charles de Marconnay, écuyer, seigneur de la Barbelinière, qu'elle avait épousé en 1539).
5) Robert, seigneur de Mareuil et de Clion.
Il fit un échange avec Antoine d'Authon le 12 août 1505.
Il épousa vers 1500 Anne de Saint-Gelais et en eut pour enfant :
  a) Louis, qui d'une union inconnue, eut pour enfant :
  a1) Jacquette, né vers 1540, dame de Courpignac.
Elle épousa en 1559 Jean de La Rochebeaucourt, (décédé le 12 octobre 1562), seigneur de Saint-Même, de Mesny, de Grollet, des Courades et de Courpignac, fils de François et de Bonaventure Anne de La Personne.
La terre de Courpignac fut échangée en 1590 contre la terre de Gondeville (Charente). (Frédéric CHASSEBŒUF)
6) Blanche. Est-ce elle qui fut abbesse, où bien l'autre Blanche, citée plus haut, fille de Jehan de La Roche et de Marguerite de Mareuil ?
7) peut-être Françoise, qui épousa Charles Aisse, écuyer, seigneur de Courgoussac, qui testa le 14 mars 1550. Il était fils de Gilles, écuyer, seigneur de Maumouton, et de Jeanne de Chastaignier.
8) N, peut-être Hélène, à qui il fut attribué en partage en 1538, la terre de la Pommerade (Saint-Germain de Lusignan), démembrée de la châtellenie de Clam. (Frédéric CHASSEBŒUF)
Elle épousa Jacques de Montalembert, seigneur d'Essé, fils de Charles et de Charlotte Jay de Boisseguin..

X) de LA ROCHECHANDRY Antoine, seigneur de Clam.
Il était en possession vers 1530 de la maison noble de Saint-Germain de Lusignan (Charente-Maritime). Ce logis avait été nommé pour la première fois en 1510, lorsque le parlement de Bordeaux ordonna que la maison noble devait être réparée, meublée et "ustencillée" convenablement, en faveur de la mineure Marguerite de La ROCHANDRY.
A son décès, le logis de Saint-Germain de Lusignan revint à sa soeur Louise.(Frédéric CHASSEBŒUF).
(Je ne sais pas qui est cette Marguerite).
Il eut d'une alliance inconnue :

XI) de LA ROCHECHANDRY Abdénago, seigneur de Clam, vicomte de Bridiers.
Il épousa Anne de Polignac, fille de François II, seigneur des Fontaines, et de Louise de Lanes de La Roche-Chalais. (Elle se remaria avec Jean-Louis de Linières, puis avec Jacques de Blois, seigneur de Roussillon).
Ils eurent au moins :

XII) de LA ROCHECHANDRY Abdénago II, seigneur de Clam en 1599.
Il rendit un aveu à Saint-Germain des Prés, le 27 juin 1597.
Il épousa Claire de Linières, et il semble qu'il décéda sans postérité.

Branche de SOUBRAN, puis de LA ROCHEAUCOURT :
blason de la famille de la Roche, branche de Soubran
 
blason de la famille de La Roche, branche de Soubran
 
varinate du blason de la famille de La Roche
De gueules losangé d'argent de 4 pals de 4 pièces chacun.
(abbé Joseph NADAUD)
 
D'argent à neuf losanges de gueules posés 3,3,2, et 1.
(Henri MAZEAU)
 
On trouve aussi :
D'argent à neuf losanges de gueules
posés 4,3, et 2


V) de LA ROCHE Raymond.
Il épousa vers 1340 Marie de Cucé, ou du Luc, et eurent pour enfant :

VI) de LA ROCHE Foucaud, seigneur de Soubran.
Il épousa vers 1380 Marguerite Vigier, fille d'Aymeric, seigneur de Douzillac, et de Sibylle de La Tour. Marguerite était héritière de Villexavier, Soubran, Salignac, et Semoussac.
Il décéda en 1412, ayant eu pour enfants, au moins :
  1) Jean, qui suit.
2) Guillaume.

VII) de LA ROCHE Jean Ier, seigneur de Villexavier, la Brousse et Soubran.
Il épousa Marguerite de Puyvivier (alias Puyvigier).
Marguerite était cousine germaine de Jeanne Bernard, épouse d'Hélie Gombaud. Jeanne décéda en 1429, sans héritier. Elle laissa un testament qui donna à son mari Hélie Gombaud, l'usufruit des terres de La Rochebeaucourt, et la nue propriété à Marguerite Puyvivier et à son mari Jean de LA ROCHE.
Jean se retrouva donc ainsi seigneur de La Rochebeaucourt et de Lavaure.
Cependant Hélie Gombaud avait acheté de ses deniers des parents de Jeanne, à l'époque de son mariage, le tiers de la Rochebeaucourt. Le régisseur d'Hélie, un certain Héliot Condac, (qui s'occupait également des affaires de Geoffroy de Mareuil, seigneur de Mareuil et de Villebois, sénéchal de Saintonge), à force de menaces, obligea Hélie Gombaud à céder à son maître, Geoffroy de Villebois-Mareuil, la totalité des tiers de la Rochebeaucourt et de Lavaure, y compris le tiers acheté par Hélie. Cette vente fut consentie devant Jean Nabert, notaire à Angoulême, le 6 janvier 1431, moyennant 300 deniers d'or. (Henri MAZEAU)
A la suite de cette vente, Hélie tomba malade (d'une maladie de langueur causée par le remord). Il se retira au château de Boutiers, près de Cognac, où il décéda en 1432, ou 1434. (Henri MAZEAU)
Pendant ces événements, Jean, vrai propriétaire de La Rochebeaucourt par sa femme, était au service du roi à la reconquête de la Guyenne, où il fut tué. Marguerite habitait alors le château de Soubran (Charente-Maritime). (Henri MAZEAU)
De cette union naquit un fils unique : Hélie de LA ROCHE, qui continue la généalogie à la page de LA ROCHEBEAUCOURT

- site Internet de Pierre DRIOUT : Renseignements pris sur Internet sur la famille de La Rochechandry. (Ces pages ne sont plus en ligne).
- abbé Adolphe MONDON : Notes historiques sur la baronnie de Marthon en Angoumois.
- Michelle AILLOT : Entre Boëme et Charraud, sur les chemins du temps jadis.
- Henri MAZEAU : La châtellenie de La Rochebeaucourt.
- Germain DEMAY : Inventaire des sceaux de la collection Clairambault

- abbé Joseph NADAUD : Nobiliaire du diocèse et de la généralité de Limoges.
(*) Renseignements généalogiques fournis par M. Pascal LACHETEAU.
- Archives historiques de Saintonge et d'Aunis.
- Peter GREUTER : Renseignements héraldiques.
- Robert COLLE : Châteaux, manoirs et forteresses d'Aunis et de Saintonge.
- Frédéric CHASSEBŒUF : Châteaux, manoirs et logis - La Charente-Maritime.
- Chantal LAURENT : Généalogie sur Geneanet : http://gw.geneanet.org/chantallmc?lang=fr&pz=daniel+xavier&nz=baz&ocz=0&p=aymon&n=de+la+roche+andry
- Raymond ROUCHON : Généalogie sur Geneanet : http://gw.geneanet.org/rrouchon1?lang=fr&pz=eva+elisa&nz=frezouls&ocz=0&p=aymon&n=de+la+roche+andry
- Arnaud AUREJAC : Généalogie sur Geneanet : http://gw.geneanet.org/aurejac?lang=fr&pz=elouan&nz=aurejac&ocz=0&p=aymon&n=de+la+roche+andry
retour vers le menu des mises à jourretour au menu principal