de MÂNES

Blason de la famille de Manes
 
Blason de la famille de Manes
Tiercé en fasce, au 1 d'azur à trois étoiles d'argent,
au 2 d'argent à une branche de laurier de sinople posée en fasce,
au 3 de gueules à trois barres d'argent.

(Léon AUDEBERT, baron de La MORINERIE)
 
Tiercé en fasce, au 1 d'azur à trois étoiles d'or,
au 2 d'argent à une branche de laurier de sinople posée en fasce,
au 3 de gueules à trois bandes d'argent.

Variante : les trois bandes d'or).
(Henri JOUGLA de MORENAS)

de MÂNES, alias DEMÂNES, de MANE, de MANNES, de MASNE.
D'après une tradition familiale, il est possible que tous les de MÂNES ayant essaimés en France soient issus d'un gentilhomme albanais.
Des membres de cette familles furent maintenus noble en 1667 et 1669. D'autres firent leur preuves pour le service en 1782, et comparurent à Saintes en 1789.
Les terres de Couts, du Gazon, et de Vivier-Jusseau, figurent sur le cadastre napoléonien de la commune de Chives (Charente-Maritime). (Yves TESSONNEAU).
En 1789, Cette famille était seigneur de Chassagne et d'Anville (Arvert - Charente-Maritime), de la Croix de Monlieu, de Couts et autres lieux. (Yves TESSONNEAU)

I) de MÂNES Théodore, gentilhomme albanais, qui se refugia en France et qui servi sous François Ier, après avoir servi la république de Venise.
Il fut naturalisé avec ses deux fils en 1539.
Il fut capitaine de 200 chevau-légers de François Ier.
Il eut pour enfants :
  1) André, natif de Venise, qui fut naturalisé avec son père, et son frère, en 1539.
Il fut nommé prieur de la Maison Dieu près de Montmorillon, par brevet du roi Henri II, et fut confirmé de septembre 1547, par bulle du pape Paul III, à condition de prendre l'habit des chanoines de Saint-Augustin.
Il fit profession le 6 novembre suivant, en l'église de Poitiers, devant le commissaire du pape, prononça les vœux, et fut revêtu de l'habit de l'ordre sur lequel est apposé une croix rouge du côté gauche.
Le 6 novembre 1550, il fut parrain de Philippe Le Bel, fils d'un avocat en parlement, paroisse Saint-André des Arts.
De 1550 à 1578, il fut abbé commendataire de la Maison Dieu.
Le 14 octobre 1559, il l fut convoqué au procès-verbal de réformation de la coutume du Poitou. Il y fut représenté par les frères Henri Vaillent, Jean de La Trimouille et Jean de Partout, religieux, assistés de maître Hiérosme de La Fuye, leur procureur.
Le 20 octobre 1565, François Desveaux, écuyer, et Françoise Vallier, sa femme, avouèrent tenir de frère André de MÂNES, à cause du prieuré de la Maison-Dieu, leurs chastel, maison et verger, situés en la ville de Montmorillon, (Vienne), près du Pont-Neuf, au devoir d'une paire de gants du prix de 12 deniers, à muance de seigneur et d'homme.
Par lettres du 13 avril 1572, il obtint du roi Charles IX, pour lui et un sien serviteur, la permission de tirer de l'arquebuse à toutes sortes de gibiers non prohibés.
Il assista au synode tenu le 22 octobre 1598, dans l'église cathédrale de Poitiers, par l'évêque Geoffroy de Saint-Belin. (Archives Historiques du Poitou - 1908).
2) César, qui suit.

II) de MÂNES César, natif de Venise, naturalisé avec son frère et son père, en 1539.
Par lettre datée du 23 avril 1570, de Châteaubriant, le roi Charles IX lui donna avis qu'à cause de ses vertus de vaillances et de mérites, il avait été choisi par l'assemblée des chevaliers, frères et compagnons de l'ordre militaire de Saint-Michel, pour y associé et recevoir le collier de l'ordre.
Il était qualifié d'écuyer, seigneur des Couts (Chives - Charente-Maritime), dit le marquis de MANES, chevalier des ordres du roi et de Saint-Michel.
Etant gentilhomme ordinaire de la chambre de Monsieur, (chambellan), frère du roi, duc d'Alençon, et demeurant alors à la Maison Dieu de Montmorillon, il épousa à Raix, par contrat passé devant Charles Guyon, notaire, le 9 février 1576, Gillette de Ponthieu, fille de défunt Christophe, écuyer, sieur du Breuil de Chives, et de Marie de Beauchamps.
Il décéda avant le Ier janvier 1604, ayant eu pour enfants :
  1) Louis, qui fut nommé prieur abbé de Montmorillon, par bulle d'avril 1598 du pape Clément VIII, sur résignation in favorem de frère André de MÂNES, son oncle.
Cependant, à cause des compétitions, André conserva la direction du prieuré jusqu'au 16 décembre 1600, date à laquelle un arrêt du Grand Conseil, rendu contre un sieur Doré, maintint Louis de MÂNES en possession de son prieuré.
Le 18 novembre 1607, il donna à ferme, pour 7 années, à Fleurent Babert, sergent royal à Montmorillon, tous les cens et rentes dus à la Maison-Dieu dans la ville de Montmorillon et dans les paroisses de Concise, Saulgé, Pindray, Latus, Jouhet, Antigny, Bourg-Archambault, Plaisance, Saint-Pierre de la Trimouille, Journet, Saint-Léomer, Sillars, Saint-Rémy, Moulime et Lussac le Château, moyennant le prix de six-vingt-dix livres tournois par an.
Le 5 mai 1608, il nomma Charles de MÂNES, son frère, à la commanderie de Chasseray, vacante par le décès de Pierre Faisan.
Il décéda le 2 juillet 1611. (Archives Historiques du Poitou - 1908)
2) Louis, qui suit.
3) Jeanne, qui épousa Jacques Chasteignier de La Plissonnière, fils de Claude et de Guillemette Biron.
4) Charles, qui fut nommé à la commanderie de Chasseray, vacante par le décès de Pierre Faisan, par son frère Louis de MÂNES, prieur à Montmorillon.

III) de MÂNES Louis, écuyer, seigneur des Couts, domicilié en sa maison noble des Couts, paroisse de Chives.
Le Ier janvier 1604, il épousa à la maison noble du Puy de Neuville (Touzac), Jeanne d'Estivalle, dame de Chassors (décédée avant le 16 mars 1632), fille de Pierre, écuyer, et d'Anne de Guilhon.
Furent témoins à ce mariage : Louis de MÂNES, abbé de Montmorillon; Charles de Ponthieu de Beaupuy, écuyer; Robert de Montalembert de Vaux, écuyer; Pierre Couraud de Birac, écuyer; Charles Giraud de Bois-Charente, écuyer; Jean du Port, écuyer, conseiller du roi au siège présidial d'Angoumois; Daniel Foucaud, procureur au siège royal de Bouteville.
Il décéda avant le 16 mars 1632, ayant eu pour enfant, au moins :

IV) de MÂNES Louis, écuyer, seigneur des Couts, y demeurant.
Le 16 mars 1632, il épousa en la châtellenie de la Brousse, Jacquette TURPIN (décédée avant le 5 juillet 1689), fille de Moïse, écuyer, et de Marguerite de Ponthieu.
Il décéda le 6 avril 1665 à Chives, et fut inhumé dans l'église de Chives. (Yves TESSONNEAU).
De cette union naquirent :
 

1) Marguerite, qui épousa à Chassors, le Ier mars 1677, Daniel Horric, seigneur du Raby, de la Caillaudière, d'Esquival (Chassors), et de la Grève, demeurant au lieu noble d'Esquival (Il décéda après le 22 décembre 1698), fils de Léonor et de Marthe Jolly de Barzan.
Elle décéda avant le 13 février 1689, date à laquelle se fit le règlement de la succession entre son mari, et ses frères Jean et Jacques, et Guy Chabot, chevalier, comte de Jarnac, à qui elle avait légué l'usufruit (Pierre Audouin, notaire royal). (Michel DORMOY).
(Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790).
2) Jacques
, qui suit.
3) Jean, qui fit la branche de Bois-Charente (Graves).


V) de MÂNES Jacques, né vers 1650, chevalier, sieur du Gazon. (Chives - Charente-Maritime).
Il fut capitaine au régiment de la Couronne en 1689.
Le 5 juillet 1689, il épousa au château d'Anqueville (Saint-Même les Carrières), par contrat passé devant Bonneau, notaire), puis célébré le 5 à Saint-Même les Carrières, Françoise Marie de Culant, dame d'Anqueville, (décédée le 8 octobre 1707 à Graves), fille d'Isaac et de Marie de Culant de Landrais.(Fabien ARBANÈRE).
Furent témoins à ce mariage : Jean de MÂNES des Couts, chevalier, capitaine d'infanterie; Jacques Turpin d'Ardilleux, chevalier; Jacques Turpin de La Renaudière, chevalier; Daniel Horric de la Caillaudière, chevalier; Isaac Culant d'Anqueville, chevalier; Marie de Culant de Landrais; René Culant de Ciré, chevalier, marquis de Ciré; René Méhée d'Anqueville, chevalier; Jean de Saint-Hermine de Mérignac, chevalier.
Ce fut sans doute lui qui, dans l'Armorial Général du Poitou : était nommé De MÂNES DESCOUTS N, bourgeois de Chives. (Henry PASSIER)
On y trouve ce blason de fantaisie :
Blason de De Manes Descouts
D'or à une manne de gueules.
(On appelait parfois manne, un berceau d'enfant en osier).

Il fut enterré le 17 juillet 1702, et Françoise le 6 octobre 1707, dans l'église de Graves. (Yves TESSONNEAU).
De cette union naquirent :
  1) Jean, baptisé le 11 avril 1690 à Saint-Même les Carrières. Il eut pour parrain Jean de MÂNES, chevalier.
2) Jacques Isaac, baptisé le 3 mars 1691, à Saint-Même les Carrières. Il et pour parrain Isaac de Culant, aïeul, et pour marraine Jeanne Giraud.
3) Louis Daniel, qui fit la branche du Vivier :
4) Jacques, baptisé le 10 mai 1693 à Saint-Même les Carrières. Il eut pour parrain René des Jardins, et pour marraine Françoise de Culant.
Il décéda le 21 août 1693 au château d'Anqueville, et fut inhumé dans l'église de Saint-Même.
5) Gabriel, né le 8 mars 1694 à Graves. (Yves TESSONNEAU).
6) Jean, né le 25 et baptisé le 28 août 1695 à Graves. (Yves TESSONNEAU).
7) Françoise, née le 6 février 1697 à Graves. (Yves TESSONNEAU).
Elle épousa le 12 mars 1714 à Chives, François Armand Maichin, écuyer, seigneur de la Toucherolle, (né vers 1687, décédé le Ier avril 1731 à Loubigné -Deux-Sèvres), fils de Louis et de Jeanne Marie de Cumont de Vinax. Elle avait obtenu une dispense de l'évêque de Poitiers.
Ce mariage se fit en présence de ses frères et sœurs, de Louis Guillotin, parent de François Armand, d'Elisabeth Henriette Charlotte Guillaumeau, épouse de Louis de MÂNES, de Charles de Chevreuse, chevalier, seigneur de Couture, de Marguerite de Sallaignac, de Jacquette Dupuy et de François Guillaumeau.
Elle décéda le 27 août 1748 et fut inhumée le lendemain dans l'église de Loubigné.
8) Armand Clément, qui suit.
9) Elisabeth, née le 24 juin 1699 à Graves. (Yves TESSONNEAU)
Elle décéda le 21 mars 1777 à Asnières du Poitou (Deux-Sèvres).
10) René, né le 28 août 1701 à Graves. (Yves TESSONNEAU).

VI) de MÂNES Armand Clément, né le 11 février 1698 à Graves, chevalier, seigneur du Gazon. (Chives - Charente-Maritime). (Yves TESSONNEAU).
Le 16 juin 1725, il épousa à Angoulême, Marie Henriette de Saint-Hermine, (née en 1708, décédée le 16 juin 1758 à Loiré sur Nie - Charente-Maritime), fille de César et de Marie Le Grand des Gallois. (Fabien ARBANÈRE).
Furent témoins à ce mariage : Isaac Renouard de La Magdeleine, chevalier, et Marie Le Grand des Gallois.
Le 2 avril 1739, il était dit demeuré à la Gallée, paroisse de Loiré..
Elle décéda en octobre 1763, à Loiré sur Nie (Charente-Maritime), et fut inhumée dans l'église le 21.
De son union avec Marie Henriette étaient nés :
  1) Louis Clément, né vers 1726, chevalier, seigneur du Gazon.
Il signait DEMANNE DIGAZON.
Il épousa le 21 juillet 1756, à Loiré, Jacquette Babin de Rencogne, fille de Philippe, écuyer, et de François Mesnard.
Furent témoins à ce mariage : Marie Henriette de Saint-Hermine, Isaac Clément de MÂNES, Marie Louise Perrine Renouard de la Madeleine. (Fabien ARBANÈRE).
Jacquette était veuve de Jacques Charles de Bonnetie, seigneur de la Tour.
Il fut inhumé le 4 mars 1767 dans l'église Saint-Pierre de Loiré.
2) Françoise Henriette, née et baptisée le 23 mars 1729, en l'église Saint-Pierre de Loiré.
3) Jeanne, née le 28 et baptisée le 30 avril 1730, à Loiré. Elle eut pour parrain René Turpin de Crisse.
4) Elisabeth Henriette, baptisée le 9 octobre 1732 à Loiré.
5) Louise, baptisée le 22 décembre 1743 à Loiré. Elle eut pour parrain Jean Achart, et pour marraine Louise de Mercastel.
6) François Armand, qui suit.
7) Marthe Monique, qui épousa le 16 décembre 1777 à Saintes, Luc Robillard de Château-Gaillard, avocat en la cour et présidial de Saintes (décédé avant le 3 Messidor an V). (Fabien ARBANÈRE).
8) Geneviève, née vers 1740.
Elle prit le voile le 23 octobre 1758, et devint sœur Radegonde de Saint-Clément. (Fabien ARBANÈRE).

VII) de MÂNES François Armand, né le 20 décembre 1727 à Loiré, baptisé le 22, chevalier, seigneur du Gazon et de la Vallée, puis le 9 avril 1772 du fief de Chassagne d'Anville.
Il fut titré marquis de MANES.
Le 13 novembre 1758, il épousa à Saintes, en l'église du couvent des révérends pères Jacobins, Marguerite Marie Claire Sophie de Bremond d'Ars, (née le 26 août 1725, décédée le 8 octobre 1777 au château de Chassagne - Chaillevette - Charente-Maritime), dame de Chassagne et d'Anville, fille de Jacques René, chevalier, baron de Dompierre, Orlac, Saint-Fort sur le Né; et de Marguerite Mélanie du Bourg.
En 1775, il était qualifié de seigneur de Chassagne, Anville et autres lieux, et demeurait sur la paroisse de Chaillevette (Charente-Maritime). (Yves TESSONNEAU)
François Armand décéda le 5 juin 1784 à Saintes, et fut inhumé dans le cimetière de Sainte-Colombe de Saintes.
Il avait eu pour enfants :
  1) Marie Claire Mélanie, née vers 1760 à Chaillevette (Charente-Maritime).
Elle épousa le 14 juin 1790, à Etaules (Charente-Maritime), François Louis Thomas de Bardines, (né le 9 mars 1743 à Angoulême, décédé le 20 septembre 1797 au château de Neuillac - Asnières sur Nouère), seigneur de Neuillac en Angoumois, fils de Louis Thomas et de Marie Françoise Préveraud de Chambonnaud. (Fabien ARBANÈRE).
Elle décéda le 22 juin 1849 à Saintes.
2) Armand, qui aurait été enseigne de vaisseau.
3) Marie Rosalie Henriette, née le 14 et baptisée à Saintes le 15 juin 1763 à Saintes. Elle eut pour parrain Louis François Frétard de Gadeville, seigneur d'Ecoyeux, et pour marraine Rosalie d'Aiguières.
Elle devint religieuse bénédictine, fut pensionnée de l'Etat, et était domiciliée à Saintes, place Saint-Eutrope.
Elle décéda le 24 juin 1811 à Saintes.
4) Clémence Henriette, qui fut religieuse hospitalière.
5) Françoise Marie Henriette Renée, née le 9 février 1765 à Chaillevette (Charente-Maritime), baptisée le même jour.
Le 14 septembre 1790, elle épousa à Asnières sur Nouère, Jean Jérôme Thamain de Prénaud, chevalier, (né le 2 juin 1767 à Oradour sur Glane -Haute-Vienne, décédé le 10 mai 1851 à Angoulême), fils de Jean Baptiste et de Jeanne de Mascureau de Chabernaud.
Elle était domiciliée place Saint-Pierre à Angoulême, et décéda le 22 mai 1837 à Angoulême. (Fabien ARBANÈRE).
6) Marie Monique Josèphe Armande, née à Saintes le 26 novembre 1766 (alias le 27 à Chaillevette).
Elle décéda à Saintes, le 7 juillet 1838.
7) Antoine Gaspard, né et baptisé le 28 septembre 1767 (ou 1768), à Chaillevette, seigneur de Chassagne (Chaillevette - Charente-Maritime).
Il participa aux assemblées de la noblesse de Saintonge en 1789, pour son fief de la Croix.
Aspirant garde marine, puis Garde marine, il fut à bord d'une dizaine de navires, entre 1783 et 1790.
Il émigra en juin 1791 et parvint en novembre 1791 au cantonnement d'Engheins. Il fit la campagne de 1792 dans l'armée des Princes, dans la Première compagnie des Chasseurs à Cheval des officiers de la marine royale, puis celle de 1793-1794 en tant que cadet au régiment Saxe-Hussards.
Il entra en 1795 dans les hussards de Rohan où il servit comme maréchal des logis, lieutenant, puis capitaine, jusqu'au Ier mai 1798.
Il fut proposé pour la croix de Saint-Louis, les 17 et 20 avril 1798, à Southampton, par le comte d'Hector et le vicomte de Saint-Riveul.
Il décéda peut-être à Philadelphie.

Les quatre sœurs firent une déclaration devant le préfet de la Charente-Inférieure (Maritime), le 12 Prairial an X, afin d'obtenir une amnistie.
En Floréal an XII, elles furent invitées à transmettre la preuve du décès d'Antoine Gaspard.
Elles reçurent une indemnité de 14392 Francs, qu'elles se partagèrent en 1826.


Nom isolé, en rapport avec la branche du Gazon :
- de MÂNES Jean, seigneur du Gazon.
Il épousa vers 1750, Marie de Culant, fille de Geoffroy de Culant, écuyer, seigneur de Saint-Même et du Verger-Beau et de Marie-Anne de Bonchamps, fille de René, écuyer, seigneur de Maurepart, et de Catherine de Meulles. (BEAUCHET-FILLEAU).

Branche de BOIS-CHARENTE (Graves).
V) de MÂNES Jean, né vers 1640 à Chives, chevalier, seigneur des Couts, du Vivier-Jusseau (Chives).
Il fut un temps qualifié de seigneur de Bois-Charente (Graves Saint-Amant).
Il fut capitaine d'une compagnie du régiment d'infanterie d'Artois.
Le 26 novembre 1663, il épousa à Graves, Jeanne Giraud, dame de Bois-Charente, fille de Christophe, seigneur de Bois-Charente, et de Louise de Livenne.
Furent témoins à ce mariage : Louise de Livenne, Antoine Bourdage, Léon Girauld.
Son beau-père décéda le 28 février 1680. (Jean-Paul GAILLARD).
Il acheta plusieurs terres : Celle des Couts (Chives), puis en 1687, celle du Vivier-Jussaud (Chives - Charente-Maritime). (Frédéric CHASSEBOEUF).
Le Vivier-Jussaud était une enclave de l'Angoumois en Poitou.
Le 30 septembre 1687, (Pierre Audouin, notaire), en tant que chevalier, seigneur des Couts et de Bois-Charente, et demeurant au lieu noble des Couts, il fit une cession de 1500 livres de créances à Marc Thévet, chanoine de l'église cathédrale d'Angoulême, comme créancier d'Henri de Volvire, chevalier, seigneur de Magné, et d'Emery Corgnol, sa femme, demeurant au lieu noble de Magné, paroisse de Courcôme, "pour se libérer de partie des 39000 livres qui était le montant de l'acquisition des terres et seigneuries du Vivier-Jusseau", par eux faites desdits Volvire et Corgnol. (Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790).
On trouve dans l'Armorial Général de la France de Charles d'HOZIER, généralité de Poitiers, un blason de fantaisie attribué à Jean de MANNES.
Il s'agit en réalité de celui de la famille de sa femme Jeanne Giraud. (Voir famille GIRAUD), avec tout de fois une légère variante, car sur le dessin ci-dessous, il s'agit de coquilles Saint-Jacques, alors que pour la famille Giraud, il s'agit de coquilles de Saint-Michel...
Blason de Jean de Mânes
D'azur à une fasce d'or accompagnée de trois coquilles Saint-Jacques de même, posées deux en chef et une en pointe.
En 1689, il fut témoin au mariage de Jacques de MÂNES du Gazon, et de Françoise Marie Culant d'Anqueville, et en 1690, il fut parrain de Jean de MÂNES du Gazon.
De l'union de Jean et de Jeanne Giraud, naquit peut-être :

Branche du VIVIER-JUSSAUD (Chives - Charente-Maritime) :
VI) de MÂNES Louis, seigneur de Couts (Chives).
Il fut baptisé le 27 avril 1692 au château d'Anqueville, (Saint-Même les Carrières), et eut pour parrain Daniel Horric, et pour marraine Geneviève de Culant.
Le 3 février 1711, il épousa en premières noces à Bouteville, Elisabeth Henriette Charlotte Guillaumeau de Flaville, (née le 10 mars 1695 à Angoulême, paroisse Saint-André, décédée le 19 janvier 1722 à Angoulême), fille de François, et de Suzanne Henriette Morineau.
Furent témoins à ce mariage : Isaac Renouard de La Magdeleine, chevalier; Gabriel de MÂNES, écuyer; René Culant de Ciré, comte; Charles Renouard de Servolle, chevalier; Elisabeth de Renouard de Servolle; Charles Fradin de Châtain, écuyer, président lieutenant-général dans la sénéchaussée et siège royal de Civray; François Guillaumeau de Flaville, écuyer; Jacques Marie Fradin de Bellabre; Jan Baptiste Cacault de La Cotterie; Marc Guillot du Maine Brun; Henriette Fornel.
(Yves TESSONNEAU)
De cette union naquirent :
  1) François, qui suit.
2) Françoise Louise, baptisée le 21 mars 1717.
3) Elisabeth. (Fabien ARBANÈRE).
4) Louis, né le 14 juin 1718, écuyer, seigneur de Couts, du Vivier, et de Laudonnie.
Louis épousa en secondes noces le 22 novembre 1724 à Luché sur Brioux (Deux-Sèvres), Louise Elisabeth de Cumont de Fief-Brun, fille de René, chevalier, et de Marie Gigou de Luché.
Furent témoins à ce mariage : François Armand Maichin de La Toucherolle, écuyer; Françoise Louise de MÂNES des Coux; Elisabeth de MÂNES des Coux; Marie Gigou de Luché; Charlotte Pellerin; François de Mallevault; René Benjamin de Cumont de Luché, écuyer; Hélie de Saint-Hermine de Saint-Laurent, chevalier; Alexis Marsault de Parsay, écuyer; Pierre Le Bel de Seneuil, écuyer.
Il décéda le 20 septembre 1761 et fut inhumé le lendemain au cimetière d'Asnières en Poitou (Deux-Sèvres).
De cette seconde union étaient nés :
  5) Louise, née vers 1725.
Elle décéda le 2 mai 1744 à Asnières. (Fabien ARBANÈRE).
6) Elisabeth, née le 13 mars 1727 à Chives.
7) Marie Louise, née le Ier et baptisée le 2 janvier 1729 à Chives. (Yves TESSONNEAU)
8) Louis Claude Pascal, né le 24 mars et baptisé le 28 mars 1731 à Chives.
(Yves TESSONNEAU)
9) Louise Rosalie, baptisée le 24 mai 1733. (Yves TESSONNEAU)
Elle fut inhumée le 5 septembre 1739, à Asnières, en présence de Louis Guillotin, écuyer, seigneur du Grolleau, Anne Ysambard, et autres.
(Fabien ARBANÈRE).
10) Pierre, baptisé le 11 décembre 1734 à Chives. (Yves TESSONNEAU)
11) Charles, né en 1736.
Il fut curé de Bonneuil. (Fabien ARBANÈRE).
12) Louis, né en septembre 1737 à Asnières (Deux-Sèvres).
(Fabien ARBANÈRE).
13) Elisabeth, née le 11 janvier 1739 à Asnières du Poitou. (Fabien ARBANÈRE).
14) Jacques Louis, baptisé, né le 4 juin 1740, et baptisé le lendemain à Asnières. Il eut pour parrain Louis Guillotin, écuyer, seigneur du Grolleau, et pour marraine, Angélique Marguerite Guillotin.
Il décéda le 22 mars 1743 et fut inhumé le lendemain dans l'église d'Asnières. (Fabien ARBANÈRE).
15) Magdeleine Hyacinthe, née le 29 mai 1747 à la Chauvière (Asnières). Elle y fut baptisée le lendemain. (Fabien ARBANÈRE).
16) François Armand, chevalier, vicomte de MÂNES, seigneur de Coux, demeurant sur la paroisse de Villexavier, en 1769.
Le 28 avril 1769, il épousa à Saintes, paroisse Saint-Vivien, Anne Victoire Pétronille de Beaumont d'Echillais de Montmalant, (née à Eschillais (Charente-Maritime), décédée en 1785), dame de Montmalant, fille de Charles et d'Anne Gentil de Brassaud.
Furent témoins à ce mariage : Jacques du Bois de Saint-Mandé, chevalier; François Armand de MÂNES du Gazon, marquis; Louis Charles de Saint-Simon, vicomte.
De cette union naquit :
  a) Victoire Geneviève, née le 13 mars 1770 à Saintes, et baptisée le lendemain, dans l'église Saint-Pierre de Saintes.
(Fabien ARBANÈRE).
17) Angélique Louise, née le 12 janvier 1746 à Asnières, où elle y fut baptisée.
(Fabien ARBANÈRE).
18) Isaac, né à Chives, chevalier, seigneur de Laudonnerie.
Le 24 juillet 1780, il épousa à Tonnay-Charente (Charente-Maritime), Marianne de Rechignevoisin de Guron, (née le 27 septembre 1740), fille de René et de Renée Jeanne Simone du Rousseau.
Furent témoins à ce mariage :François Armand de MÂNES des Coux, vicomte; Marie Anne du Rousseau de Fayolle; Charles Nicolas Fournier-Duperré; Jean Raymond de Salignac-Fénélon, marquis; Suzanne du Rousseau de Champagné.
(Fabien ARBANÈRE).

VII) de MÂNES François, né à Chives le 2 décembre 1713, chevalier, seigneur de Couts. Il eut pour parrain François Guillaumeau, et pour marraine Madeleine de Renouard, dame de la Madeleine. (Yves TESSONNEAU)
Il fut mousquetaire dans la seconde compagnie de la garde ordinaire du roi. (Fabien ARBANÈRE).
Le 14 novembre 1732, il épousa à Paris, Marie Louise Perrine de Renouard, (née le 17 août 1717 à Beaumont Pied de Boeuf - Sarthe), dame de la Magdeleine, fille de d'Isaac, seigneur de la Madeleine (Criteuil), et de Marie Anne de Vaussay.
Furent témoins à ce mariage : Louis Daniel de MÂNES du Vivier, chevalier; Madeleine Renouard de Servolle.
Elle hérita de son oncle Henry Pierre Joseph de Vaussay, chevalier, seigneur de Courcillon. Cet oncle était décédé en son château de Courcillon, le 28 mars 1748, paroisse de Dissay sous Courcillon (Sarthe). Un inventaire de 1748 devant François Le Guy, notaire à Château du Loir (Sarthe), montre que furent présent comme héritiers aussi : Nicolas de Renouard, frère de Marie Louise Perrine, François de MÂNES, à cause de sa femme, ainsi que Louise Antoinette Chanlatte, la veuve du défunt. (Fabien ARBANÈRE).
Il décéda avant le 11 février 1768, ayant eu pour enfants :
  1) Abraham François, qui suit.
2) Louis, né le 21 janvier 1734 au logis noble des Coux, baptisé le 25 janvier, chevalier, seigneur des Coux, du Gazon, de la Magdeleine, et autres lieux.
Il épousa Suzanne Elisabeth Rousselet de Viveroux, (née le 27 décembre 1740 à Annezay - Charente-Maritime), fille de Jean Jacques, écuyer, capitaine de cavalerie, et de Marie Anne Henriette Maichin.
Il décéda en janvier 1782 à Chives et y fut inhumé le 13 janvier.
De son mariage naquirent : (Fabien ARBANÈRE).
  a) Louis, écuyer, seigneur des Coux.
Le 10 janvier 1780, il épousa à Chives, Suzanne Galard-Brassac de Béarn, (née vers 1748, décédée le 17 mai 1781 à Chives), fille de Clément Pierre, chevalier, et de Catherine de Bologne.
Furent témoins de ce mariage : Louis de MÂNES des Couts de la Madeleine, chevalier; Catherine de Bologne; François de Conan de Connezac de Hautefaye, écuyer; Marie Jeanne Elisabeth de Meschin; Marie de Conan; François Naulin.
(Fabien ARBANÈRE).
b) Marie Louise, née le 7 janvier 1759 à la Magdeleine (Criteuil), baptisée le 15 janvier à Criteuil. (Fabien ARBANÈRE).
c) Catherine, née le 30 juillet 1765 à Chives, baptisée au même endroit. (Fabien ARBANÈRE).
3) Marie Elisabeth, née le 16 octobre 1737 à Chives, baptisée au même endroit le 20 octobre. (Fabien ARBANÈRE).
4) Françoise Catherine, née le 28 octobre 1740, baptisée le 2 novembre à Chives. (Fabien ARBANÈRE).
5) Marie Elisabeth, née le 9 décembre 1746, baptisée à Chives. (Fabien ARBANÈRE).
6) Louis Isaac, chevalier, lieutenant des grenadiers royaux au régiment provincial de la Rochelle en 1778.
Le 2 mars 1778, il épousa à Lagarde sur le Né, Marie Merle, fille de Jean et de Jeanne Matignon.
Furent témoins à ce mariage : Pierre Guilbon, Jean Renaud, André Dubreuil, Pierre Veneteau. (Fabien ARBANÈRE).
De cette union naquirent :
  a) François Barthélémy, né le 14 juillet 1779 au village de Chez Rochard (Lagarde sur le Né), baptisé le 19 juillet.
(Fabien ARBANÈRE).
b) Marie, née le 4 mars 1784 au village de Chez Rochard (Lagarde sur le Né). (Fabien ARBANÈRE).
7) Antoine, écuyer. (Fabien ARBANÈRE).
8) Charles Alexandre, né en 1741. (Fabien ARBANÈRE).

VIII) DEMÂNES Abraham François, né le 7 janvier 1734 à Chives, écuyer, seigneur de la Madeleine (Criteuil), y demeurant.
Il fut officier au régiment de Beauvoisis.
Il épousa en premières noces le 11 février 1768, à Saint-Vivien de Champons et Chalaux (Montlieu La Garde - Charente-Maritime), Marie Françoise Marchant, de la Garde de Saint-Vivien, fille de Jean Baptiste, sieur de Vrignac, avocat au parlement, notaire royal à la Garde, et de Jeanne Julie Thérèse Brusley.
Furent témoins à ce mariage : Louis Isaac de MÂNES des Coux, chevalier; Marie Anne Riquet; Marguerite Gardrate; Marie Vigen; Marie Ratier; Florence Marchand; Jacques de Rippe de Beaulieu.
Après leur union, François Abraham vint s'établir chez sa femme, à la Garde de Saint-Vivien. (Yves TESSONNEAU). (Fabien ARBANÈRE).
De cette union naquirent :
  1) Marie Louise Périne, née le 22 janvier 1769 à Lagarde (Charente-Maritime). Elle fut baptisée le lendemain à Chalaux (Charente-Maritime).
Elle épousa Jean Maugars, (né en 1765), fils de François Jean Simon et d'Eustelle Martin. (Yves TESSONNEAU)
Elle décéda le 31 mars 1844. (Fabien ARBANÈRE).
2) Louis Isaac, né le 3 mars 1771 à Saint-Vivien de Champons (Charente-Maritime), et baptisé le 6 mars.
Il était appelé le chevalier de MÂNES. (Fabien ARBANÈRE).
A la Révolution, il émigra et figura en janvier 1793 sur la liste sur les liste des émigrés de Saintonge et d'Angoumois, réunis à Munster, sous les ordres des princes, frère du roi.
Sa part héréditaire d'héritage fut confisquée par la Nation, et fut vendue en août 1795.
La tradition familiale veut qu'il rentra en France, et qu'il fut guillotiné à Douai, ou à Valenciennes, mais son nom cependant ne figure pas sur les listes des tribunaux révolutionnaires, et il semble qu'il ne rentra jamais en France. (Yves TESSONNEAU)
3) Jeanne, née le 10 octobre 1772 à Lagarde (Charente-Maritime), et baptisée le lendemain à Chalaux.
Elle décéda en 1775. (Yves TESSONNEAU)
4) Jean, né le 13 novembre 1774 à Chalaux-Lagarde, baptisé le lendemain.
Il décéda en 1775 Orignolles (Charente-Maritime). (Yves TESSONNEAU)
5) Pierre Léger François Guillaume, né le 16 janvier 1777 à Chalaux-Lagarde, et baptisé le lendemain à Chalaux.
Il demeurait à la Garde, et fut greffier à Montlieu (Charente-Maritime).
Il décéda le I5 mai 1832. (Yves TESSONNEAU)
Le 14 février 1797, (26 Pluviôse an V), Abraham François épousa en secondes noces Jeanne Thomas, (née le 31 juillet 1766 à Neuvicq-Montguyon - Charente-Maritime, décédée le 30 janvier 1826 au Colombier - Saint-Palais de Négrignac - Charente-Maritime), fille de François, et de Jeanne Beaux.
En 1789, il vota pour son fief de la Croix, aux assemblées de la noblesse réunies pour les états généraux, et en 1792, il fut élu président de l'assemblée électorale primaire du canton de Montlieu. (Yves TESSONNEAU).
Il fut considéré comme suspect et fut incarcéré à Montendre (Charente-Maritime), de mars à octobre 1794. Ses biens furent séquestrés. Il lui fut reproché aussi l'immigration de son fils aîné, Louis Isaac, dit le chevalier de Mânes. (Yves TESSONNEAU).
Il eut pour enfants, de son union avec Jeanne :
  6) Pierre, qui suit.
7) Catherine, née le 20 février 1798.
Elle épousa François Théodore Richard (né à Montlieu en 1807, décédé à la Garde le 26 août 1845), fils de François et d'Angélique Furet. (Yves TESSONNEAU).
Elle décéda le 20 mars 1890.

IX) DEMÂNES Pierre, né le 13 Pluviôse an XIII (2 février 1805), à Saint-Palais de Négrignac (Charente-Maritime).
Il était dit demeurant à Morisset, et épousa le 14 février 1832, Hélène Adeline Fillon. (Yves TESSONNEAU)
De cette union naquit :

X) DEMÂNES Pierre Delphin, né en 1832.
Il épousa en 1862 Anne Vrillaud. (Yves TESSONNEAU)
De cette union naquirent :
  1) Gabrielle, née en 1866. (Yves TESSONNEAU)
2) Marie Louise Marguerite Amélie, née le 15 avril 1875 à Orignolles.
Elle épousa par contrat du 30 juillet 1907, et célébré le 16 août, Pierre Etienne Georges TESSONNEAU (né le 4 avril 1876 à Gauriac), fils d'Antoine Etienne, et de Jeanne Massé. (Yves TESSONNEAU)


- Henri JOUGLA de MORENAS : Grand Armorial de France.
- Léon AUDEBERT, baron de La MORINERIE : La noblesse de Saintonge et d'Aunis, convoquée pour les Etats Généraux de 1789.
- abbé Joseph TRICOIRE : Le Château d'Ardenne.
- Archives Historiques du Poitou, Année 1908.
- Jean-Paul GAILLARD : article sur Bois-Charente (Graves Saint-Amant), dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- Frédéric CHASSEBOEUF : articles sur les Couts et le Vivier-Jussaud (Chives), dans Châteaux, manoirs et logis de la Charente-Maritime.
- BEAUCHET-FILLEAU : Dictionnaires des familles de l'ancien Poitou.
- Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790 (Charente), rédigé par P. de FLEURY et J. de La MARTINIÈRE.
- Armorial Général de la France de Charles d'HOZIER - Généralité de Poitiers.
- Fabien ARBANÈRE : Généalogie de MANES : http://gw.geneanet.org/fab21?lang=fr;pz=fabien;nz=arbanere;ocz=0;m=N;v=de+manes+du+gazon
- Yves TESSONNEAU : Généalogie familiale.
retour vers le menu des mise à jourretour vers le sommaire