de MANNY
blason de la famille de Manny
blason de la famille de Manny
D'argent au croissant de gueules.
(Cachet de famille).
Ecartelé, aux 1 et 4 d'argent au croissant de gueules; aux 2 et 3 losangé d'or et de gueules; sur le tout d'or au lion de sable.
(Nouveau d'Hozier - Chérin)

De MASNY, DUMASNY, DUMESNY, sieurs de Fleuray, la Choquinière, la Barre en Ronsenac, le Maine Gruyer (Charmant), l'Etang, etc.
Cette famille a été maintenue dans sa noblesse en 1601, et maintenue en 1668, lors d'une vérification.
D'après Alcide Gauguié, cette famille serait originaire du Hainaut, et serait venue s'établir en France après la guerre de Cent Ans.

Filiation suivie :
I) de MANNY René, écuyer, sieur de la Barre de Ronsenac.
Il épousa Antoinette ... Lomere, qui lui donna pour enfants, au moins :

II) de MANNY René, sieur de Fleuray, de la Choquinière et de la Barre.
Par contrat du 29 juin 1585, il épousa Jeanne Marie du Sou.
De cette union naquit au moins :

III) de MANNY René, qui épousa par contrat du 28 avril 1613, Jacquette Avril.
Ils eurent pour enfant, au moins :
  1) Jean Jacques, qui suit.
2) peut-être Jehan, qui en 1631 était qualifié de seigneur de Marsac (Fouquebrune), (Petiot, notaire).
Il habitait le village de Mondoux en la paroisse de Charmant. (A l'heure actuelle, ce village n'est plus que ruines se trouvant en plein bois, sur une hauteur, près du village de Livernant. (Michelle Aillot : Fouquebrune).

IV) de MANNY Jean Jacques.
De son union avec Marie de Faye, naquit au moins :
  1) Christophe Joseph, qui suit.
2) Marguerite, qui épousa François Bareau. Ce François Bareau avait auparavant été l'époux de Marie de Bazille, soeur cadette d'une autre Marie de Bazille, épouse de son frère Christophe Joseph.

V) de MANNY Christophe Joseph, écuyer, sieur de Fleuray et de la Barre.
Il demeurait dans le bourg de Ronsenac et était dit posséder les deux petits fiefs de la Barre et de l'Etang, plus un autre petit fief à Saint-Amant de Montmoreau, ainsi que trois métairies. (Michelle Aillot : Moulins et forges).
En 1713, il vendit pour 150 livres, des rentes seigneuriales à lui dues : trois boisseaux de froment et autant d'avoine, à Pierre Barillaud. (Michelle Aillot - Moulins et forges).
Il épousa en premières noces en 1677 Louise de Viaud.
De sa première union, il eut au moins :
  1) Jean, qui suit.
Il épousa ensuite en secondes noces Marie de Bazille, et en eut :
  2) Pierre Gaston, qui fera une branche cadette.

VI) de MANNY Jean, sieur de la Barre.
Il avait le logis de la Barre en 1745 (Michelle Aillot - Moulins et forges).
Il épousa Jeanne Lortal, d'où au moins :

VII) de MANNY Pierre, sieur de la Barre, électeur en 1789.
Il épousa Jeanne Rousseau, de Magnac, qui lui donna pour enfants, au moins :
  1) Etienne, prêtre.
Il refusa de prêter serment et fut déporté.
Il possédait à Ronsenac, le domaine de la Barre, en indivision. (Michelle Aillot - Moulins et forges). Ses biens furent vendus comme biens nationaux le 12 Floréal An III (Ier mai 1795). (Alain Valageas - la Barre de Ronsenac).
Il fut nommé vicaire à Montboyer, et décéda le 22 mars 1842.
2) N., qui épousa Jean de Jovelle, de Saint-Projet.

Branche cadette :
VI) de MANNY Pierre Gaston, sieur du Maine Gruyer. (Charmant).
Il épousa Pétronille Ferré, d'où au moins :

VII) de MANNY Joseph, écuyer, sieur de Fleuray et du Maine Gruyer.
Il demeurait à Landaule (Charmant), et au Maine Gruyer, (domaine situé sur le chemin boisné).
En 1750, il épousa Marie du Souchet de la Coudre.
De cette union naquirent 8 enfants (3 garçons et 5 filles, tous baptisés à Charmant (Michelle Aillot : Fouquebrune), dont :
  1) Jean, écuyer, sieur du Maine Gruyer, né le 14 et baptisé le 15 mai 1751 (Il y a d'autres dates de naissance, soit le 30 septembre, ou le 5 octobre 1751, et baptême du 6 octobre à Notre-Dame de Charmant).
Chevau-léger de la garde du Roi, major de la ville d'Angoulême, électeur en 1789, il émigra à la Révolution, puis fut nommé maréchal des camps et armées du Roi, et chevalier de Saint-Louis.
Il décéda le 15 janvier 1815 (alias le 6 mars 1815), à Paris Xème, à l'hôpital de la Garde Royale. Il avait fait sa déclaration devant le préfet de la Charente le 13 prairial An X et avait été amnistié le 21 prairial an XI. (Pierre Bureau : Les émigrés charentais 1789-1814).
Il avait épousé en premières noces à Fouquebrune, le 21, alias 29 décembre 1773, Marie Madeleine Dorothée de Montalembert, fille de Jean Charles, chevalier, sieur du Groc et de Fouquebrune, gouverneur d'Angoulême, et de Marie Suzanne Hinault.
Son mari ayant émigré à la Révolution, elle obtint le divorce, afin de pouvoir préserver son patrimoine. Elle s'endetta même pour racheter une petite partie des terres du Groc, saisies sur son frère, et le domaine de Marsac saisi sur son beau-frère, Paul de MANNY. (Michelle Aillot : Fouquebrune).
Dans une lettre aux responsables de la municipalité de Fouquebrune, elle indiqua que la rente de 4 livres 5 sols qui lui était allouée journellement pour nourrir ses cinq filles ne suffisait pas parce qu'elles mangeaient certainement pour plus de 4 livres de pain par jour et qu'elle était obligée d'emprunter pour les nourrir. Elle demanda également que les meubles appartenant à son ex-mari fussent vendus et qu'on ne lui laissa que le strict nécessaire. Après une enquête, il fut conclut que la femme de MANNY et sa famille eurent droit "aux secours qu'accorde la loi". (Michelle Aillot : Fouquebrune).
Elle décéda le 4 messidor An XI à Charmant.
De cette union naquirent :
  a) une fille, décédée au berceau.
b) Adélaïde Renée.
c) Marie Françoise (en famille Mélanie), qui épousa le 3 décembre 1804 Louis Michel de Courtray, baron de Nieuil, sieur de Saint-Georges des Coteaux, la Valde, Pradel; lieutenant-colonel et chevalier de Saint-Louis.
d) Dorothée Euphrasie, qui épousa François Moyneaud.
e) Suzanne Pauline, qui épousa Pierre Moreau de Pradelle.
(Dans une lettre à la municipalité, ces quatre dernières filles réclamèrent les secours qui étaient accordés aux enfants dont les pères étaient émigrés. (Michelle Aillot : Fouquebrune).
Jean épousa en secondes noces le 9 février 1804 (ou 19 pluviôse An XII), Jeanne Rose Boucheron (née le 5 mai 1769, décédée le 12 ou 15 mars 1840, à Marsac), fille de Jean Baptiste, sieur de Marsac, officier de marine, et de Marie de La Charlonnie.
En 1820, Jeanne Rose Boucheron, alors veuve de Jean de MANNY, afferma ses deux métairies situées à Marsac et au village des Bois. (Michelle Aillot : Fouquebrune).
Ils eurent pour enfants :
  f) Adèle, née le 9 juin 1807 à Fouquebrune.
Elle épousa Philippe Ducluzeau.
g) Marie Jeanne, (alias Marie Françoise), née à Fouquebrune le 19 janvier 1810.
Elle épousa François Defarges, fils de Jean et de Thérèse Cirbiot. (Michelle Aillot : Fouquebrune).
Jean eut également trois garçons de ses deux unions, qui décédèrent tous en bas-âge.
2) Paul, qui suit
3) Sicaire, baptisé le 28 avril 1758 à Charmant.
Le troisième jour complémentaire de l'an X, devant le préfet de la Charente, sa nièce, Euphrasie Dorothée de MANNY, son héritière déclarée, réclama en vue d'obtenir un acte d'amnistie pour Sicaire, disant qu'il était prévenu d'émigration par la vente de ses biens, quoique non inscrit sur la liste des émigrés, et qu'il était sorti de France en 1784 pour aller sur son habitation dans l'île de Saint-Domingue et qu'il y était décédé pendant les troubles qui ont régné sur cette île.
Comme elle ne pu se procurer la preuve de son décès, sa réclamation n'eut aucune suite. (Pierre Bureau : Les émigrés charentais 1789-1814).

VIII) de MANNY Paul, (dit BEAUMONT de MANNY), sieur de l'Etang, né le 17 octobre 1752 à Charmant.
Il fut chevau-léger de la garde du roi, officier au régiment de Béon.
En 1787, il était propriétaire du logis de l'Etang (Ronsenac). (Alain Valageas - l'Etang de Ronsenac).
A la Révolution, il émigra en 1791, fut capturé à Quiberon et fusillé à Vannes le 31 juillet 1795.
Il avait épousé, par contrat du 30 mars (contrat reçu Labat, notaire), et le 4 octobre 1780 à Léguillac de Cercles (Dordogne), sa cousine Jeanne Doumeix (alias Dumais, Daumaix, ou encore du May), veuve d'Antoine Romain de La Roche-Aymon, chevalier, sieur de la Roussie, et fille de Michel, sieur de Lestrade et de Gabrielle de MANNY. Elle décéda le 9 octobre 1783, âgée de 24 ans.
De cette union naquit un fils unique :

IX) de MANNY Etienne Gaston, né le 13 septembre 1781.
Le 25 prairial an X, il réclama pour obtenir l'amnistie de son père, devant le préfet de la Charente, sans fournir d'acte authentique de son décès. Il n'obtint cependant pas le certificat en question. (Pierre Bureau : Les émigrés charentais 1789-1814).
Il épousa le 5 mai 1816 Suzanne Marie Elisabeth Boivin.
Il décéda le 11 août 1847 à Landaule, étant maire de Charmant.
De son union avec Suzanne Marie Elisabeth étaient nés :
  1) Etienne, né le 25 janvier 1818.
Il fut avocat, et épousa le Ier septembre 1845, Caroline de Chergé, fille de N. de Villognon, et de Luce Elisabeth de Brilhac.
Ils eurent une fille unique :
  a) N., qui épousa son cousin Raoul Chausse de Lunesse (décédé en 1913 à Mareuil).
2) Etienne, qui suit.

X) de MANNY Etienne (en famille Beaumont), né le 4 septembre 1840 à Landaule.
Il fut docteur en médecine, mais exerça également comme juge de paix de Brossac, puis de Chalais.
Il fut encore maire de Chalais, conseiller général, et nommé chevalier de la Légion d'Honneur.
Le 14 octobre 1867, il épousa à Brossac, Marie Cécile Julia Marchadier (née en 1845, décédée le 19 mars 1919), fille de Jean Jules, capitaine d'infanterie, chevalier de la Légion d'Honneur, et de Marie Marguerite Rosalie Perrier.
Il décéda le 26 octobre 1914, âgé de 75 ans.
De son union avec Marie Cécile Julia naquirent :
  1) Marie Elisabeth Antonine, née en avril 1872. Elle décéda le 30 septembre 1873.
2) Marie Elisabeth Hélène, née le 18 novembre 1875. Elle décéda en 1959.
Elle avait épousé le 22 avril 1897 Antony Czechovitz d'Ostoïa, ingénieur agronome. De cette union naquirent deux filles.
c) Gaston, qui suit.

XI) de MANNY Gaston, né le 9 mars 1869.
Il exerça le métier de docteur en médecine à Ambarès, où il décéda en 1899.
En 1887, il avait épousé Marie Castaigne, fille de Charles Philippe, commandant d'infanterie, chevalier de la Légion d'Honneur, ancien officier d'ordonnance de Napoléon III; et de Joséphine Marie Alice Desperoux. Devenue veuve, elle se remaria avec Gérald de Faye, architecte à Melun.
De cette union étaient nés :
  1) Robert.
2) Gaston.

- Généalogie sur la famille de MANNY, envoyée par M. Hubert MARCHADIER.
(Cette généalogie a été constituée d'après les données de Callandreau (l'Ordre de la noblesse d'Angoumois), de Jean Pinasseau (l'émigration militaire), ainsi que des notes personnelles).
- Michelle Aillot : ouvrages sur "Fouquebrune" et "Moulins et Forges du canton de Villebois-Lavalette".
- Alain Valageas : articles sur la Barre et l'Etang de Ronsenac, dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente, Editions Bruno Sépulchre.
- Pierre Bureau : Les émigrés charentais (1789-1814).

retour vers le menu des mises à jourretour vers le sommaire
Cette page a été mise à jour le 2 janvier 2010.