marsanges
de MARSANGES

blason de la famille de Marsanges
D'argent à trois merlettes de sable.

Famille de la Marche qui s'est progressivement répandue en Poitou et en Limousin, où elle a formé plusieurs branches importantes.
Ses membres furent qualifiés de barons de Montrocher (Montrol-Sénard - Haute-Vienne), et de seigneur de la Corre (Bellac - Haute-Vienne), et de Vaulry (Haute-Vienne).
En Charente, il semble qu'ils ne furent présents qu'à la Courrière (Lesterps), de 1745 à la Révolution.

- de MARSANGES Gaston Godefroy, chevalier, seigneur de la Courrière, fils de Jean, Chevalier, seigneur de la Corre et de Berneuil (Haute-Vienne), et d'Isabeau de Chantillac.
En 1745, il épousa Renée Boudet, héritière de la Courrière (Lesterps). (José DÉLIAS)
De leur union naquirent :
  1) Martial.
2) Marie Anne, qui épousa par contrat du 9 avril 1769, (passé à Saint-Germain sur Vienne (Charente), devant Des Granges et Négrier, notaires à Bellac), Léonard de Marsanges, son cousin, chevalier, seigneur de la Corre (né à Saint-Sauveur de Bellac le 4 avril 1743), fils de Jacques, chevalier, seigneur de la Corre et de Berneuil, et d'Anne du Rieu, sa seconde épouse. (Le contrat fut passé en présence d'Antoine de Marsanges, frère de Léonard).
(Léonard servit dans les guerres du Hanovre, et fut cadet dans les volontaires du Hainaut en 1771. Lieutenant au régiment provincial de Limoges, puis aux grenadiers royaux, il servit pendant 25 ans).
Marie Anne et Léonard eurent 9 enfants, dont 3 seulement survécurent :
  a) Jacques Philippe, qui continua la descendance.
b) Marie, née et baptisée à Saint-Sauveur de Bellac, le 8 septembre 1776.
Elle fit ses preuves de noblesse pour entrer à Saint-Cyr, le 8 avril 1786, et elle en sortit le 24 septembre 1792.
c) Léonard, qui décéda sans postérité.
3) Marie.

- BEAUCHET-FILLEAU : Dictionnaires des familles de l'ancien Poitou.
- José DÉLIAS : Article sur la Courrière (Lesterps), dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
retour vers le menu des mises à jour.retour vers le sommaire