de MONTARDY
blason de la famille de Montardy
Ecartelé, au 1 d'or à l'arbre arraché de sinople; au 2 d'azur à trois fleurs de lys rangées en fasce; au 3 d'azur au chevron d'or accompagné de 3 croissants de même; au 4 d'or à l'aigle éployée de sable, languée et onglée de gueules.
(Alfred de Froidefond de Boulazac : Armorial du Périgord).

MONTARDY, du Pré, du Peyrat, de la Palurie, de Montfort, de Fontfroide, des Ages.
Cette famille est originaire du village de Montardy, paroisse de Gouts (Gouts-Rossignol - Dordogne).
Le roi Louis XIV accorda des lettres patentes de noblesse, en récompense des services de la part des MONTARDY de La Palurie, le 7 avril 1777.
Leurs qualifications d'écuyer et de chevalier se justifient pleinement par leurs services militaires.
Aux Etats Généraux de 1789, cette famille vota à Périgueux, dans l'Ordre de la Noblesse.

Noms isolés :
- de MONTARDY Antoine.
17 mars 1570 : Insinuation par Antoine de MONTARDI de la donation par lui faite en faveur de mariage des biens y contenus à Jehan de MONTARDI son fils, et Françoise de Badaillac, époux futurs par acte signé Chappelet. (Gontran du Mas des Bourboux).

- de MONTARDY Guilhem.
Ier juillet 1598 : Insinuation par Guilhem de MONTARDY et Marion Pindray conjoints de la donation par eux faite à Geoffroy Pindray, sieur de Puyacaud. (Gontran du Mas des Bourboux).

Filiation suivie :
I) de MONTARDY Jehan.
D'après un fragment de contrat de mariage du 8 mai 1576, (passé par Petit, notaire à Mareuil), il épousa François de Montauzon, fille de Raymond. (Généalogie manuscrite rédigée par J de MONTARDY en juillet 1903 - Gontran du Mas des Bourboux).
De cette union naquit :

II) de MONTARDY Dauphin.
Il épousa par contrat du 4 janvier 1618, Françoise de Badaillac. (Acte rédigé par Farges, notaire royal à Gouts). (Généalogie manuscrite rédigée par J de MONTARDY en juillet 1903 - Gontran du Mas des Bourboux).
Ils eurent pour enfants :

 

1) Jehan, qui suit.
2) Françoise.


III) de MONTARDY Jehan.
Il épousa par contrat vers 1640, Jacqueline Gibouin. (Contrat sans doute de Farges, notaire de Gouts). (Généalogie manuscrite rédigée par J de MONTARDY en juillet 1903 - Gontran du Mas des Bourboux).
De cette union naquit :

IV) de MONTARDY Pierre, écuyer, seigneur du Pré.
Il épousa par contrat du 7 février 1661 (Farges, notaire royal à Gouts), Louise de Morel. (Généalogie manuscrite rédigée par J de MONTARDY en juillet 1903 - Gontran du Mas des Bourboux).
Ils eurent pour enfants, au moins :

 

1) Charles, prêtre.
2) Jehan, qui suit.


V) de MONTARDY Jehan, écuyer.
Il entra aux cadets gentilshommes en 1684, et devint capitaine au Royal-Dauphin Infanterie en 1692.
Le 10 mars 1698, il épousa par contrat (signé Delamareuilh, notaire à La Valette), Marie Cadiot de Pontenier. (Généalogie manuscrite rédigée par J de MONTARDY en juillet 1903 - Gontran du Mas des Bourboux).
Il fut blessé à la bataille de Steinkerque, et reçut également de nombreuses blessures dans les campagnes suivantes de 1701 à 1714.
Le roi lui octroya la charge de conseiller secrétaire du Roi, en 1713, ce qui lui permit d'accéder à la noblesse. Il lui y couta 6000 livres, dont quittance du trésorier des revenus casuels du 22 août 1713, signé Bertin. Reçu aussi signé à Paris le 3 septembre 1713, par Pélerin, de la somme de 54 livres pour droit de marc d'or. Le tout fut enregistré au parlement de Bordeaux (bureau es finances), le 29 janvier 1714. (Gontran du Mas de Bourboux - L'ancienne noblesse du Périgord subsistant en Dordogne).
De son union avec Marie Cadiot, il eut au moins 6 fils :

 

1) Joseph, qui suit.
2) Etienne, seigneur des Ages.
Il fut capitaine dans le régiment Dauphin-Cavalerie, et fut reçu chevalier de Saint-Louis, le 12 février 1763.
3) Jean, écuyer, fut garde du corps dans la compagnie du Prince de Beauveau.
Il donna consentement pour le mariage de Joseph de MONTARDY, son neveu, avec Catherine Dubois.
4) Joseph, écuyer, seigneur de Montfort.
Il fut capitaine dans la compagnie de Watteville, et fut reçu chevalier de Saint-Louis.
5) Etienne, fut lieutenant au régiment d'infanterie Rouergue.
Il décéda au service dès sa première campagne à Lancof (Bavière), en 1743.
6) Jean, écuyer, seigneur de Fontfroide.
Il fut prêtre, docteur en théologie.
Il décéda le 24 janvier 1767.


VI) de MONTARDY Joseph, écuyer, seigneur de la Palurie (Palluaud).
Il fut garde du corps sous Louis XV, dans la compagnie du duc de Charost.
Il se retira du service en 1736, à la suite d'une grave blessure.
De son union avec Marie Bareau, il eut pour enfants, au moins :

VII) de MONTARDY Joseph, seigneur de la Palurie, comte des Ages.
Il fut qualifié de chevalier, et entra dès l'âge de 16 ans, dans les gardes du corps où il devint maréchal des logis.
En 1774, il fut reçu chevalier de Saint-Louis.
Ce fut lui qui en récompense des services rendus au Roi reçut des lettres patentes de noblesse, datées du 7 avril 1777 et enregistrées en novembre de la même année, à la cour des Aides de Bordeaux;
Le 3 juin 1793, il émigra et servit à l'armée des Princes.
Il épousa par contrat du 12 décembre 1763 (reçu Caillaud, notaire royal à Angoulême), Catherine Dubois de Mornac de Lavergne, fille de Pierre, écuyer, sieur de la Vergne, et de Marie Françoise Salomon, demeurant paroisse Saint-Paul à Angoulême. Dans ce contrat de mariage, Joseph était dit demeurant en son logis de Montardy, paroisse de Gouts (Gouts-Rossignol - Dordogne). Ce contrat ce fit également du consentement de Jean de MONTARDY, son oncle, écuyer, garde du corps du Roi, car son père était décédé à ce moment.
De cette union naquirent :

 

1) Joseph, qui suit.
2) Marie, née à Gouts.
Elle décéda le 10 janvier 1857, à Douzillac (Dordogne), âgée de 92 ans. (Annuaire de la noblesse - André Borel d'Hauterive).


VIII) de MONTARDY Joseph, chevalier, seigneur de la Palurie, de la Forest (Sainte-Croix de Mareuil). Il naquit à Montardy le 21 octobre 1766.
Agé de 17 ans, il fut présenté par Fonbressin (du Chassaing), le 29 juin 1783, pour être reçu dans la compagnie des gardes du corps.
Il y avait au lieu de la Palurie un moulin sur la Lizonne. En 1789, il y avait deux cuves à papier. Ce moulin fut vendu comme bien national à M. Bossuet. (Histoire de la papeterie d'Angoulême - Auguste Lacroix).
Il fut réformé le 30 mars 1788 et rentra chez lui le Ier janvier 1789. Il avait un traitement de 610 livres à la date du Ier juillet 1791.
Il fut convoqué par Louis Boisseau, huissier de Bourdeille, le Ier juillet 1789, pour assister en tant que noble, la 11 mars suivant, à "l'assemblée des Trois-Etats". (Gontran du Mas de Bourboux - L'ancienne noblesse du Périgord subsistant en Dordogne).
En septembre 1791, il émigra et servit à l'armée des Princes, où il reçut un certificat élogieux du maréchal de Broglie.
Sous la Restauration, il entra à la compagnie de Luxembourg des gardes du corps, et fut reçut chevalier de Saint-Louis le Ier août 1814. Il se retira l'année suivante avec le grade de capitaine de cavalerie. (Gontran du Mas de Bourboux - L'ancienne noblesse du Périgord subsistant en Dordogne).
Il décéda à Angoulême le 27 septembre 1842.
Le 1 septembre 1786, il avait épousé Louise Rose de Monteil, fille de René et de Marie de Grailly, chevalier, seigneur de Fayolle, Maville et Douzillac (Dordogne); et de Marie de Grailly.
De cette union naquirent :

 

1) Louis René, qui fera sa branche .
2) Henry, qui suit.
3)
N.


IX) de MONTARDY Henry, né en 1791 à Gouts Rossignol (Dordogne).
Il fut garde du corps de Louis XVIII et de Charles X dans la compagnie de Luxembourg, puis devint agriculteur.
Il décéda le 24 août 1864, à Douzillac
Il avait épousé Marie Roux, et eurent pour enfants :

 

1) Joseph, né en 1827 à Périgueux (Dordogne).
Il décéda le Ier décembre 1833, à Douzillac, âgé de 6 ans.
2) Frédéric, né en 1830. Il décéda le 13 décembre 1831, à Douzillac.
3) Gaston, né le 5 décembre 1832.
Il épousa le 24 août 1863, Adèle de Bonnegens des Hermitans. (Veuve, elle décéda âgée de 70 ans).
Ils n'eurent pas d'enfants.
4) Elie, qui suit.


X) de MONTARDY Elie, (alias François), né le 25 mai 1835.
Il épousa le 14 juin 1867, Marie Louise Dausset, fille de Philippe, député de l'Assemblée Nationale, sénateur, président du conseil général de la Dordogne, officier de la Légion d'Honneur; et de Marie Vidal de Boisset.
De cette union naquirent :

 

1) Yvonne Marie Lucie Gaston, née le 8 février 1870 à Périgueux. Elle épousa en décembre 1893, à La Rochelle, Martin de Beaucé. (Annuaire de la noblesse - André Borel d'Hauterive).
2) Henry Gabriel Joseph, né le 13 octobre 1871, au château de Puy-Robert (Montignac sur Vézère - Dordogne).


Branche de Louis René :
IX) de MONTARDY Louis René, chevalier, seigneur de la Palurie.
Il fut garde du corps de Louis XVIII et de Charles X dans la compagnie de Luxembourg, et se retira capitaine de cavalerie en 1824.
Il épousa Caroline de Roussel de Gaudeville, et en eut pour enfant :

X) de MONTARDY Edmond, qui naquit le 4 août 1832.
Il fut maire d'Aussac. (André Borel d'Hauterive).
Il épousa Marie Catherine Amélie d'Hemery, (née le 22 août 1835, décédée en 1936), fille de André Marie Frédéric, maire de Ruffec, conseiller général de la Charente, et de Léopoldine Rivaud de La Raffinière. (Annuaire de la noblesse - André Borel d'Hauterive).
De cette union naquirent :

 

1) Marie, née en 1860. Elle épousa en 1886 Adalbert de Beaucorps (1843-1919), fils d'Octave Marie, et de Olympe Elisabeth Boucher de Molandon. Ils eurent deux enfants.
Elle décéda en 1923.
2) Marguerite, née le 13 mai 1865 à Bordeaux, qui épousa le 7 novembre 1888, Marie François Louis Raymond Paul de Laage de Meux, (né en 1861), capitaine au 4èmes chasseurs, fils d'Alexandre de Laage, et de Marie Vallet de Payreaud. (André Borel d'Hauterive).
Elle décéda le 15 janvier 1896, à Paris, âgée de 30 ans, et fut inhumée le 18, à Libourne. (Annuaire de la noblesse - André Borel d'Hauterive).
Elle avait eu trois enfants : Alexandre, Gabrielle et Simone.
3) Jean, né le 6 mai 1867, à Bordeaux. Il décéda le 8 décembre 1940 à Bordeaux.
Il avait épousé le 18 avril 1906, à Limoges Marguerite Jabet (née en 1875 et décédée en 1964), et en eut 4 enfants.
4) Louis, qui suit.


XI) de MONTARDY Louis, (alias René, selon Borel d'Hauterive), né en 1868. Il décéda en 1939.
Il épousa à Poitiers le 19 mars 1890 N. de Ferré de Péroux (née vers 1873). (Annuaire de la noblesse de Borel d'Hauterive).
De cette union naquirent :
  1) Jeanne, (alias Françoise), née en 1891.
Elle épousa Raymond de Laulanié de Sainte-Croix, (1890-8 août 1960), ingénieur agronome. Il était fils de Marie René Maxence et de Marie Anne Marguerite Clock de Longueville.
Ils eurent 13 enfants.
Elle décéda en juillet 1977.
2) Joseph, qui suit.
3) Marie Bernard, né le 2 avril 1897 à Poitiers.
Il fut élève du collège Saint-Joseph de 1909 à 1913.
Le 13 juillet 1915, il signa son engagement au 32ème régiment d'infanterie. Au mois de mars 1916, il rejoignit le front avec le 174ème régiment d'infanterie.
Le Ier mai 1916, il fut blessé par une grenade qui explosa à ses pieds.
Il fut tué le 4 mai 1917, étant alors dans les tranchées du secteur du Godat, face à Bermicourt, non loin du fort de Brimont, au nord-ouest de Reims, par une balle allemande qui lui traversa le front, au moment où il sortit du trou d'obus où il était retranché, pour porté un pli à son capitaine.

XII) de MONTARDY Joseph, né en 1892.
Il épousa en premières noces N., qui lui donna deux enfants.
Puis en secondes noces, il épousa Anne de La Myre-Mory (née en 1900). (Elle avait déjà été mariée en premières noces avec un Monsieur d'Eaubonne). Elle décéda en 1981. (Sa tombe est visible dans le cimetière de Saint-Claud, en Charente).
(Renseignements de Mr Michel COLOMBIER).

- Gontran du Mas des Bourboux : L'ancienne noblesse du Périgord subsistant en Dordogne.
- Alfred de Froidefond de Boulazac : Armorial de la noblesse du Périgord.
- André Borel d'Hauterive : Annuaire de la noblesse.
- Auguste Lacroix : Histoire de la Papeterie d'Angoulême.
- Renseignements de Mr Michel COLOMBIER.
- Site Internet sur le 174ème régiment d'infanterie, relatif à Marie Bernard de MONTARDY : http://videlaine.canalblog.com/archives/2008/12/09/11681148.html
retour vers le menu des mise à jourretour vers le sommaire
Cette page a été modifiée le 15 janvier 2010.