PAULTE
blason de la famille Paulte
blason de Jean et de Françoise Paulte
D'or à un chevron d'azur, accompagné de trois griffes d'oiseau de même.
D'argent à un chevron de gueules accompagné de trois griffes d'oiseau de même.
Il semblerait que le berceau de la famille PAULTE, ou Paute, soit la région de Rochechouart.
- On la trouve présente sur la commune de Videix en Haute-Vienne, où Aimery XI, vicomte de Rochechouart, ayant reconnu que PAULTE Pierre, fils et héritier de noble PAULTE Guy, chevalier, seigneur des Moulins, avait la possession par ses ancêtres, de la viguerie des bourg et ville de Videix, maintint dans ladite possession ledit Pierre, par lettres du vendredi avant l'Ascension, l'an 1305.

- Un certain PAULTE Adémar se trouve dans les registres de Borsandi, notaire à Limoges, ainsi qu'un PAULTE Louis.
- En 1365, il existe un acte d'échange entre Paute Etienne, seigneur de la Brousse, et Paute Hélie, seigneur du Boucheron (Oradour sur Vayre -87)
- PAULTE Jean, damoiseau, décéda le 31 décembre 1400.
- PAULTE Jean, écuyer, sieur de la Brousse (ou de la Brosse), paroisse de Chassenon, en 1472.
- PAULTE Olivier, écuyer, sieur de la brousse, comparut au ban de Poitiers, en 1564, et déclara 30 livres pour son fils .

- PAULTE François. Il épousa ?, et en eut :

- PAULTE Olivier, écuyer, sieur de la Brousse, en 1527.
Il habitait Puymie, paroisse de Pressignac, écuyer, maître d'hôtel au château de Rochechouart, en 1548.
Il testa le 27 février 1556, et eut de son mariage avec ? :

- PAULTE Pierre, sieur de la Brousse, en 1558.
Il semble qu'il épousa en premières noces Jeanne Danché, (alias d'Anché ?), puis en secondes noces, par contrat du 14 février 1561, Renée Estourneau.
En 1567, Il cèda à Olivier PAULTE (sans doute son fils) ses droits sur le Bennétève, sur les territoires situés dans le bourg de Pressignac, les villages de Machat, des Molieras, de Bourneys et de la Pelladye.
Il testa le 3 mars 1574, et décéda en 1585.
Il semble qu'il eut pour enfants de ses deux mariages :
  1) Jacques, né à Rochechouart le 29 octobre 1567.
2) Claude, écuyer, sieur de la Brousse et de Chantrezac.
3) Anne, dame de la Brousse. Elle épousa en 1573 Léonard, ou Léonet de Lubersac, écuyer, seigneur de la Chandellerie, veuf de Jeanne de Saint-Amand. Elle était veuve, le 16 novembre 1625, lorsqu'elle fit son testament (signé Goursaud), par lequel elle voulait être inhumée dans l'église de Chassenon, dans les tombeaux de ses père et mère. Que, à son enterrement, 13 pauvres femmes, veuves, portent des torches, et qu'il leur soit recommandé de dire leur chapelet durant les services.
4) Charlotte, épouse de Foulque Troubat, écuyer, sieur du Maine-Grand.
5) Renée.
6) Louis, écuyer, sieur de la Brousse en 1595.
7) Olivier, écuyer, sieur de la Brousse. Il épousa le 20 avril 1603 Françoise Barbarin.
8) Louise.

On trouve aussi au moins deux autres grandes familles PAULTE, très certainement cousines de celle de Chassenon, à savoir celle de Taponnat et celle de Ruelle.
I) Taponnat :
Un vieux proverbe présente ainsi les PAULTE, avec deux autres familles :
" Chambes, PAULTE et Tison,
Sont d'Angoumois bonnes maisons."

L'abbé Mondon, dans son ouvrage sur la baronnie de Marthon, leur donne pour blason :
" D'or, à un chevron d'argent, accompagné de trois griffes, ou pattes, ou PAULTEs d'oiseau de même."
Cette description n'est pas correcte, car une des principales règles de l'héraldique interdit de poser "métal sur métal, ainsi qu'émail sur émail", sauf cas très exceptionnel. Or l'or et l'argent sont tout les deux des émaux. L'abbé Adolphe Mondon a fait une erreur de retranscription car en remontant à sa source, qui est "de Bremond d'Ars", on trouve bien que le chevron et les pattes sont d'azur, et non pas d'argent.

- Le 12 octobre 1548, le baron Jean Ier de La Rochefoucauld échangea avec PAULTE Jehan, écuyer, et PAULTE Jacques, chanoine prébendé de l'église collégiale de Notre-Dame de La Rochefoucauld, ce qu'il possèdait dans la paroisse de Taponnat et autres, contre diverses rentes dépendant du Fief aux Aubert, dans la ville de La Rochefoucauld, depuis la porte basse du "Gua", jusqu'à celle appelée "PAULTE", (depuis nommé porte Héraut), et aux environs.

- Le 20 août 1466, PAULTE Jehan, sieur de la Brousse et de la Prébotière (ces deux terres étant à Taponnat, il était assez fréquent au Moyen-Age de retrouver les mêmes noms de fiefs au main d'une même famille, mais répartis sur des paroisses différentes, parfois même très éloignées les unes des autres). Il cèda des terres, maisons et vergers situés à la Chassaigne (Taponnat), à François Boulant, Marguerite Vessade, veuve de Pierre Bernard, et Jehan son fils, moyennant une rente annuelle et seigneuriale de 8 sols, 6 boisseaux de froment, 6 de seigle, 7 d'avoine (mesure de La Rochefoucauld), et 2 gélines.

- PAULTE Jehan, assisté de Jacques, son frère, donnèrent à rente à Lesliot Châtenet, dit Chardon, le mas mouvant de la Rudelière (Taponnat), contre 8 sols 6 deniers, 6 boisseaux de seigle et d'avoine, et 2 gélines; et à Jean Berthet, celui de Landouère, pour 45 sols, 8 boisseaux de froment et seigle, 6 d'avoine, 5 gélines.
Ils consentirent une baillette du village de Clouslas assis en la paroisse de Fleurignac.

- PAULTE Jehan, noble homme, seigneur de Taponnat et autres lieux étant décédé, la seigneurie échut par acte de partage du 9 septembre 1500 à demoiselle PAULTE, sa fille. Elle fut l'épouse de Claude de Sainte-Maure, seigneur de Chaux, qui devint ainsi aussi seigneur de Taponnat.

- PAULTE Jacquette, épousa François Dauphin, qui vivait en 1525, seigneur de la Faurie et de la Cadoue, paroisse de Fleurignac.

II) Ruelle :
- PAULTE Berthomé, marchand de la ville d'Angoulême, passa un contrat d'échange (qui portait sur ?), le 29 mai 1532 avec Gabriel Dexmier, sieur de la Cour de Moulidars. (P. Trigeau, notaire à Angoulême).

- PAULTE Jean, maire et capitaine d'Angoulême en 1562, favorisa les Protestants.
En 1566, il habitait aux Déffends en Bunzac.
Il épousa Jeanne Chambaud.
Ils eurent au moins 4 enfants :
  1) Daniel, (alias Samuel), qui suit.
* 2) Hélie.
* 3) Françoise. Catholique, elle épousa David de La Porte, un protestant, le 7 août 1639. Ce qui créa quelques désordres. Ce qui ne les empêcha pas de donner la vie à 7 enfants. David de La Porte décéda le 5 avril 1656, et Françoise, une maîtresse femme, fit son testament le 15 décembre 1706.
Elle fut enregistrée dans l'armorial de France, dressé par Charles d'Hozier.
* 4) Catherine. Au contraire de sa soeur, elle manquait de caractère. Elle épousa Jean Boisson avant 1647, et eut au moins 4 enfants : Antoine, Clément, Jean, et une fille religieuse. Veuve, elle se remaria avec un homme trop jeune pour elle : Charles de La Marthonnie. Ce dernier la rendit malheureuse, mais elle ne se décida pas à le laisser. Il aimait son argent et lui fit mille promesses. Ils n'eurent pas d'enfants.

- PAULTE Daniel (alias Samuel), écuyer, seigneur des Riffauds en Ruelle, maître particulier des eaux et forêts d'Angoumois, conseiller du roi.
Il fut reçu conseiller par la promotion de Jean Boisson à l'échevinage, le 24 mars 1642, puis échevin par la mort de Samuel Briand, le 7 novembre 1654. Le sieur Gillibert, maire, fut reçu échevin par la mort dudit PAULTE, le 17 septembre 1657.
Il épousa, par contrat du 9 ou du 11 février 1608, Lucrèce Le Musnier, fille de feu François, seigneur de Lartige, et de Charlotte Laisné. Il avait acheté judiciairement les biens concernant la Charbonnière en Chazelles, et en prit possession en 1628. Elle était veuve à la date du 29 novembre 1657, date à laquelle ses enfants partagèrent la succession de leur père.
Ils eurent pour enfants :
  1) Hélie, qui suit.
* 2) Samuel, écuyer, sieur des Riffauds et de la Charbonnière, y demeurant.
Il naquit en 1618, et décéda le 11 mai 1678, sans enfants.
Il épousa en 1644 Marguerite de Viaud.
Il laissa la Charbonnière à Joseph de Viaud, son neveu.
Il fut parrain, le 30 avril 1664, de Catherine Le Musnier, fille de Jean-Louis et de Catherine Cartier. (La marraine était Catherine de Paris, dame de la Pouyade).
Il s'entendait très bien avec l'un de ses beaux-frères, étant tous les deux méchants et de mauvais caractère.
Veuve, Marguerite se remaria avec Jean de Montserand.

- PAULTE Hélie, seigneur des Riffauds, maître particulier des eaux et forêts d'Angoumois.
Il épousa Suzanne du Maignon, mariage qui fut réhabilité à Saint-André le 29 juillet 1641.
Ils eurent pour enfants :
  1) Jean, sieur des Riffauds.
Il fut enregistré dans l'armorial de France, dressé par Charles d'Hozier.
Il épousa après contrat du 4 décembre 1670, reçu Jeheu, Catherine des Forges, fille de Pierre, seigneur du Châtelard, avocat au parlement de Paris, et de Geneviève Couturier.
Il semblerait qu'il se soit remarié avec Marie du Chazeau.
Ils eurent au moins une fille nommée :
  * a) Marie. Elle épousa Noël-Bertrand de La Laurencie, fils de Bertrand et d'Henriette de Javerlhac. Son mariage, et le remariage de sa mère, se firent le même jour, le 20 décembre 1731.
Ils eurent 15 enfants .
Celle-ci, veuve, se remaria à son tour avec Bertrand de La Laurencie, marquis de Charras.
Elle fut inhumée à 90 ans dans l'église de Charras, le 17 mars 1772.
2) François, demeurant au faubourg Saint-Aubin à Pont de Cé, en Anjou.
3) Suzanne, qui épousa Pierre Rullier, seigneur de Beinoir.
4) Lucrèce, qui épousa Jean Cadiot le 12 avril 1661.

Noms isolés :
- Le 6 août 1450, Agnès de Beaulieu, damoiselle, dame de Mainzac, héritière de noble homme PAULTE Raymond, damoiseau, seigneur de Mainzac, était dite veuve de Jean de Villard.
Elle rendit son hommage à l'évêque d'Angoulême.
- PAULTE Antoinette, fut l'épouse de Geoffroy Guy, écuyer, seigneur de Ferrières en Champniers.
- PAULTE Marie, épousa Noël Bertrand, marquis de Charras.

Marie Gailhou, veuve depuis 1676 de Gabriel de Mascureau, seigneur de Sainte-Terre, se remaria avec messire Jean POULTE (PAULTE ?) , écuyer, seigneur de Saint-Sornin la Marche (Pont Saint-Martin).
- Jean Robert Charraud : Histoire de Besnest, enclave poitevine de Charente.
- Nobiliaire de la Généralité de Limoges : Simon des Coustures
- André Leclerc : Dictionnaire historique et géographique de la Haute-Vienne.
- Abbé Joseph Nadaud : Nobiliaire du diocèse et de la généralité de Limoges.
- A Cadet : Le fief de Taponnat et ses seigneurs.
- Abbé Adolphe Mondon : Notes historiques sur la baronnie de Marthon.
- Abbé Tricoire : Le château d'Ardenne.

* Précieux renseignements fournis par Mme Besse, que je remercie vivement.
retour vers le menu des mises à jourvers l'armorial d'Hozierretour vers le sommaire