PERIGORD de VILLECHENON
blason de la famille Périgord, branche de Beaulieu
blason de la famille Périgord, branche de Villechenon
Coupé, au 1 d'azur à trois étoiles d'or posées 1 et 2;
au 2 d'argent à deux coeurs de gueules rangés en fasce, traversés chacun par une flèche de sable, posée en barre, la pointe à dextre.
(Périgord de Beaulieu)
D'argent à trois pommes de pin de pourpre.
(Périgord de Villechenon)

I) Périgord Julien, bourgeois et marchand de Saint-Junien (Haute-Vienne).
Il eut d'une alliance inconnue :

II) Périgord Antoine, bourgeois et marchand de Saint-Junien.
Il naquit vers 1605.
Il fut membre de la confrérie de "Monsieur Saint-Junien", dès 1625, puis bayle de cette confrérie en 1642, consul de la ville de 1646 à 1652. Il décéda après le 2 août 1657, date où il fut cité comme créancier de feu son beau-père, (étant alors presque aveugle, ce que ne l'empêcha pas de signer).
Il épousa vers 1630, Jeanne Clémenson, fille de Jean, sieur de Boisse, bourgeois et marchand de Saint-Junien, et de Marie Codet. (elle fut marraine le 10 avril 1633, à Chasseneuil sur Bonnieure, de Jean Barjoulin).
Le 10 avril 1633, deux de ses fils s'installèrent à La Rochefoucauld.
Ils eurent 10 enfants, dont neuf atteignirent l'âge adule, et se marièrent, entre autres :
  1) Jacques, né vers 1635, avocat en Parlement. Il fut consul de Saint-Junien en 1670 et 1678.
Il décéda avant le 25 novembre 1691.
Il avait épousé le 22 juin 1677, Jeanne Durand, et de cette union naquirent :
  a) Joseph, bourgeois de Saint-Junien, habitant Oradour sur Vayres.
Il épousa en premières noces, le 6 mai 1709, à Saint-Jean de Vayres, Marguerite Brandy. Devenu veuf, il épousa en secondes noces, le 26 février 1726, à Cieux, Jacquette Chareyron, veuve de Thomas Thelloet, et fille de Pierre, sieur des Fosses, et d'Anne Sornin.
Joseph eut une postérité de ses deux alliances.
b) Anne, née vers 1689. Elle épousa Simon de Villechèze, d'Oradour sur Glane.
2) Jean. Il fut témoin au mariage de Léonard de Villechèze, à Oradour, en 1683.
3) François, notaire à Cieux. Il testa en 1684.
Il se maria deux fois, et eut de sa seconde alliance :
  a) Suzanne, qui épousa en premières noces François de Villechèze, notaire à Oradour sur Glane, puis en secondes noces, le 9 décembre 1687, à Veyrac, François Sègue, avocat.
b) François, sieur de la Vallade. Il épousa les 10 et 20 juin 1705, à Oradour, Marguerite de Villechèze, fille de Léonard, potier d'étain à Oradour, et de Marguerite Chaseau.
4) Jacques, seigneur de Saumagne. Il épousa Marie-Madeleine Damazaud.
Ils eurent pour enfants :
  a) Anne, qui épousa le 28 janvier 1687, Arnaud de Lescours, chevalier, seigneur d'Oradour, fils de Jean, et de Marie de Lescours.
5) Philippe, qui suit.

III) Périgord Philippe, avocat.
Il épousa en 1648, Louise Goursaud de La Jousselenie.
Ils eurent pour enfants :
  1) Jean, qui suit.
2) peut-être Jeanne, qui épousa le 9 février 1689, à Rochechouart, Léonard Dupuy, avocat en Parlement, juge d'Oradour sur Glane.

IV) Périgord Jean, sieur de Puyblanc de Rochechouart, conseiller du roi, receveur des tailles.
Il épousa le 6 février 1680, Françoise Maisondieu (née en 1666, et décédée le 21 mars 1745 à Rochechouart), fille de Jean-François, bourgeois de Rochechouart, et de Jeanne de Sourdanes.
De cette union naquirent :
  1) Louis.
2) Louise, qui épousa le 27 avril 1705, Louis Desvergnes.
3) Philippe, qui épousa Marie Périgord.
Ils eurent pour enfants :
  a) Léonarde, qui épousa Pierre Tardieu.
4) Jean, qui suit.

V) Périgord Jean, sieur de la Guinandie. Il naquit vers 1682, et décéda le 18 janvier 1755, à Rochechouart.
Il était dit aussi sieur de Beaulieu et de Villechenon.
Il fut avocat en Parlement, conseiller du roi, receveur des tailles, et subdélégué de M. l'Intendant de Poitiers, à Rochechouart.
Il épousa par contrat du 20 février, puis le Ier mars 1710, à Saint-Pierre du Queyroix de Limoges, Anne de Marcillac (née en 1692, et décédée le 6 juin 1774, à Rochechouart), fille de François de Marcillac d'Oradour et de Confolens.
Ils eurent six enfants :
  1) Catherine, née en 1711, qui épousa le 12 septembre 1728, Jean Babaud de Lafordie de Belivier, procureur du roi en l'élection de Confolens. Elle décéda en 1779. Ils n'eurent qu'un fils.
2) Léonard Charles.
3) N.
4) Louise. Elle épousa le 7 novembre 1740, Jean-Baptiste Goursaud de Merlis, sieur de la Jousselenie et de Merlis, avocat en Parlement, veuf.
5) Charles Ambroise, qui suit.
6) Françoise, né en 1723 à Rochechouart.
Elle épousa Adrien Sicaire de Texier, gendarme de la Garde du Roi.
Elle fut guillotinée le 13 mars 1794, place de la Nation.

VI) Périgord Charles Ambroise, sieur de la Guinandie.
Il fut avocat en Parlement, subdélégué de M. l'Intendant de Poitiers au département de Rochechouart, de 1745 à 1789.
Il acheta une charge de secrétaire du roi, en 1757. Cette charge donnait droit à l'anoblissement.
Il fut notamment chargé du tirage au sort des conscrits, et de 1776 à 1778, sa maison abrita la maréchaussée.
Les 28 et 29 juillet 1789, "l'annada de la paour", une lettre mystérieuse lui fut remise, qui déclencha une terreur panique dans la ville.
Il épousa le 13 juillet 1751, Anne Antoinette de Lestang (née en 1730, et décédée le 9 septembre 1780), fille de Jean, écuyer, sieur de Lestang, et de Anne Vidaud de Grandchamp.
Ils eurent 24 enfants, dont 12 seulement atteignirent l'âge de l'adolescence :
  1) Julien Ambroise, né en 1752. Il décéda au berceau.
2) Charles Ambroise, qui suit.
3) Jean Julien, alias Jules Périgord de la Guinandie et de Villechenon, né le 23 juin 1754 à Rochechouart.
Il étudia à Paris au séminaire de Saint-Sulpice, puis au collège de Navarre, d'où il sortit docteur en théologie.
Il fut d'abord curé de Marval de 1782 à 1787, puis il enseigna la théologie au séminaire de Limoges.
Ayant refusé le serment de 1791, il se rendit à Paris, et echappa de justesse au massacre des Carmes, le 2 septembre 1792. De là, il s'exila alors en Angleterre.
Il fut curé-archiprêtre de Rochechouart du 24 avril 1803, par suite de sa nomination par Monseigneur du Bourg, à 1813. Puis il fut choisi par l'évêque de Limoges, comme vicaire général de cette ville. Il fut aussi momentanément supérieur du grand séminaire, pendant l'interdiction des Sulpiciens, par l'Empereur.
Il décéda le 19 juin 1821.
( Il avait encore été chanoine de Limoges en 1817, avec 267 francs de pension).
Son nom se trouve dans l'église de Rochechouart, avec ceux de ses deux frères.
4) Nicolas, né le 13 juin 1756.
5) Xavier Louis Léonard, né le 21 novembre 1757, et décédé en 1791, sans alliance.
6) Jean Charles (Périgord des Borderies), né le 7 mars et baptisé le 8 mars 1759, à Rochechouart.
Il fut prêtre et curé de Marval de 1789 à 1791, et il refusa de prêter serment.
Il fut recueilli en 1791, par François Charron, à Champniers. Ils se tenaient assidûment dans l'église, confessaient et donnaient la communion, disant qu'il ne fallait pas reconnaître les prêtres constitutionnels sous peine de se damner. Il fut traduit devant le tribunal révolutionnaire du département, et pour sa défense, il se retrancha derrière le secret de la confession. Il fut condamné, le 19 juin 1792, à être privé de son traitement, et à être déchu des droits de citoyen actif. Il s'exila alors en Espagne.
En 1817, il était prêtre à Chalons (Marne), avec 267 francs de pension.
Il décéda le 6 octobre 1832, curé de Saint-Pierre du Queyroix de Limoges, etr son nom fut inscrit en l'église de Rochechouart, avec ceux de ses deux frères.
7) Marie-Antoinette, née le 28 février 1760.
8) Jean, qui suivra :
9) Anne Antoinette, née le 17 mars 1762.
Elle épousa à Rochechouart, le 12 mai 1789, Jean des Roches, seigneur de Chassay, ancien premier lieutenant au régiment de la Fère Infanterie, fils de Louis, alias Louis-Philippe, seigneur de la Vallade, et de Rose Maréchault.
Elle décéda le 29 mars 1840, à Saint-Claud. Ils eurent 4 enfants.
10) Jean Ambroise, (Périgord de la Guinandie), né le 21 avril 1763 à Rochechouart.
Il devint prêtre, curé, résidant à Chartres en 1817, avec une pension de 267 francs.
11) Catherine Louise (Périgord des Courtils, alias Conties), née le 19 mars 1764.
Elle épousa, le 20 décembre 1798, à Rochechouart, Pierre Jean Auguste Emmanuel de Villoutreys de Faye, écuyer, sieur de Faye, chevalier de Saint-Louis, chevau-léger de la Garde Ordinaire du Roi, fils de Jean, et de Jeanne Morel de Fromental. Ils n'eurent pas de postérité.
Elle fonda l'hôpital de Rochechouart, en 1818.
12) Marie-Anne (Périgord de Villechenon), née le 14 février 1765. Elle fut religieuse, et décéda en 1841.
13) Jean-François (Périgord des Conties), né le 26 février 1766, ou 1768, à Rochechouart.
Prêtre, il fut arrêté le 27 janvier 1794 à Rochechouart. Il s'exila en Espagne.
Il fut plus tard nommé curé de Biennac en 1803, (il avait une pension de 267 francs en 1817), puis devint curé-doyen d'Oradour sur Vayres, le 12 août 1821. Il décéda doyen d'Oradour le 22 novembre 1851. Son nom se trouve dans l'église de Rochechouart avec ceux de ses deux frères.
Il avait fondé avec sa soeur Catherine-Louise, après la révolution, l'hôpital de Rochechouart.
14) Anne-Catherine, qui épousa Psalmet de La Seine. Ils eurent deux enfants.
15) Louis, né le 5 avril 1768.
16) Monique, baptisée le 5 juin 1770.
17) Radegonde, baptisée le 5 juin 1770.

VII) Périgord de Beaulieu Charles-Ambroise, écuyer, né le 3 mars 1753 à Rochechouart. Il décéda le 24 février 1833.
Il était propriétaire à Rochechouart, et il exerça le rôle de premier suppléant à la justice de paix de Rochechouart.
Il avait épousé le 18 septembre 1787, à Linards, Anne-Françoise Bourdeau de Lajudie (née le 25 octobre 1757 à Limoges, et décédée le 31 octobre 1839, au même lieu), fille de Léonard, écuyer, seigneur de Lajudie, Villoutreix, Saint-Martin, Linards, les Salles; et de Françoise Mauduit.
Ils eurent pour enfants :
  1) Léonard Jean Baptiste Hippolyte, né le 22 juin 1790 à Rochechouart, et décédé le 15 février 1851 à Rochechouart.
Il épousa le 2 janvier 1814 à Rochechouart, Eglantine Goursaud de Laumont-Chandeau (née le 3 mai 1795, et décédée le 12 mai 1860).
De cette union naquirent :
  a) Virginie, née le 21 août 1815, ou 1817, à Rochechouart, et décédée le 24 juin 1904 au même lieu. Elle épousa le 23 juillet 1837 à Rochechouart, Pierre Soury Lavergne (né en 1805, et décédé en 1882).
Ils eurent 3 enfants.
b) Noémie Anne Françoise, née le 23 février 1819 à Rochechouart, et décédée le 9 avril 1904 au même lieu.
Elle épousa le 30 septembre 1840, alias le Ier octobre 1840, à Rochechouart, Jacques Auguste de Rousiers, son cousin, capitaine de frégate (né le 10 février 1811 au Rhus, et décédé le 24 octobre 1855, ou 1865 au Rhus - Saint-Maurice des Lions), fils de Clément, et de Marie Madeleine Babaud de La Fordie. Ils eurent 4 enfants.
2) Julie, née le 5 juillet 1793 à Rochechouart, et décédée le 17 décembre 1877.
Elle épousa le Ier février 1815 à Rochechouart, Louis Joseph de Verdillac, officier de cavalerie (né le 5 septembre 1878 à Saint-Victurnien, et décédé en 1837 au Loubier), fils de Joseph Simon, et de Catherine Souchon de Jouvre.
Ils eurent 7 enfants.


VII) Périgord de la Guinandie et de Villechenon Jean. Il naquit le 12 mars 1761 à Rochechouart, et décéda le 19 février 1810, à Confolens.
Il fut élève de l'école de Mézières, et devint colonel du Génie.
Il fit la campagne d'Italie en 1796, et fut fait prisonnier à Mantoue.
Il fut chevalier de la Légion d'Honneur en 1805.
Il épousa, le 27 septembre 1796, Catherine Babaud de Lafordie (alias de la Sudrie), sa cousine, fille de Jean, et d'Anne des Vaux de Clairfeuille.
Ils eurent pour enfants :
  1) Ambroise.
2) autre Ambroise.
3) Joseph, qui suit.
4) Anne Julienne, née le 17 décembre 1805, et décédée le 8 avril 1890, sans avoir eu de postérité.

VIII) Périgord de la Guinandie Joseph, né le 6 août 1804 et décédé le 18 février 1891.
Il épousa le 5 mai 1828 Clémence de La Sudrie Gamory (née le 18 août 1807 et décédée le 21 janvier 1875).
Ils eurent pour enfants :
  1) Ambroise Jacques Jean, né le 15 avril 1829 à Confolens. Il décéda le 13, alias 23, mars 1908, à Jallais.
Il fut lieutenant-colonel (ou colonel), commandeur de la Légion d'honneur.
Il épousa le 18 septembre 1871, Alexandrine Louise Alice Bégouen (née en 1849 et décédée en 1879).
Ils eurent pour enfants :
  a) Louise-Marie-Caroline, née le 2 août 1872 à Vendôme. Elle décéda le Ier mars 1963 à Veyrac, au château de la Cosse (Haute-Vienne). Elle épousa à Confolens, le 2 septembre 1895, André Marie Joseph Descubes du Châtenet (né en 1868 et décédé en 1938), fils de Charles Marie Gaëtan, et de Marie-Antoinette du Cheyron du Pavillon. Ils eurent deux enfants.
2) Marcelline (Périgord de la Guinandie), née le 27 mars 1830. Elle décéda le 12 avril 1905.
Elle épousa le 9 mars 1854, le colonel Jean Pierre Ferdinand de Béhagle (né vers 1820 et décédé en 1870, au combat de Beaumont).
Ils n'eurent pas de postérité.
3) Clémentine (Périgord de la Guinandie), née le 25 septembre 1831. Elle décéda en septembre 1904, sans alliance.
4) Antoine, né le Ier avril 1835. Il décéda en octobre 1898, ou le 9 décembre 1907 ?
5) Louise, née en 1839.
6) Joseph, né en 1840, et décédé en 1843.
7) Hippolyte Jean (Périgord de la Guinandie, ou de Villechenon), né le 17 juillet 1842, à Confolens.
Il épousa le 25 octobre 1872, Marie de Tolouze (née le 15 juillet 1849 à Bordeaux, et décédée le 31 juillet 1879 à Menton), fille de François Marie Henri Nicolas, et de Jeanne Suzanne Exshaw.
Ils eurent trois filles :
  a) Marie Joséphine Suzanne, née le 6 octobre à Confolens, et décédée le 26 décembre 1878, à Menton.
b) Marie (Anne Clémence), née le 14 avril 1876 à Paris. Elle épousa le 26 décembre 1898, à Saint-Maurice des Lions, Henri, vicomte de Beaucorps (né à Orléans le 16 juin 1873, et décédé au même endroit le 28 janvier 1961), fils de Maxime, et de Thérèse Sourdeau de Beauregard. Ils eurent 6 enfants.
Elle décéda le 3 octobre 1965.
c) Marie Anne Clémence (Périgord de Villechenon), née le 8 mars 1878.
Elle épousa le 5 juin 1900, à Saint-Maurice des Lions, Robert Charles Maurice Pinot (né en 1862, et décédé entre 1924 et 1927).
Ils eurent 4 enfants, autorisés par décret du 3 février 1922, à joindre à leur patronyme le nom de leur mère, ce qui donna les Pinot Périgord de Villechenon.
8) Caroline (Périgord de la Guinandie), née le 26 mai 1844, et décédée le 22 octobre 1888.
Elle épousa le 20 août 1871, le marquis Arthur de Saluces (né en 1842 et décédé en 1899).
Sa postérité si elle eut une, est inconnue.
9) Anne Louise Clémence (Périgord de La Guinandie), née le 22 mai 1845.
Elle épousa le 2 juillet 1873 Jean-Charles de Meschinet (né en 1825 et décédé en 1894.
A la mort de son mari, elle se fit religieuse. Elle décéda en 1917.


Noms isolés :

- Périgord Jean, sieur de Masrocher, de la ville de Rochechouart. Il épousa dans l'église de Pressignac, le 17 janvier 1668, une demoiselle de Saint-Laurent, fille d'Henri, écuyer, sieur du Chalard, du village de Peymie (Confolens), et de Marie de Saint-Laurent.

- Périgord Lazare, praticien (es lois ?), demeurant au Maine du Corps, Saint Plany, passa un acte devant Pierre Audouin, à Angoulême, le 7 juin 1675.

- Périgord Jean-François, écuyer, seigneur de Marié, capitaine-major des ingénieurs des camps et armées du roi, eut une sommation pour recevoir 935 livres de Daniel Berry, conseiller en l'élection de Saintes, qui avait été condamné à le payer.
(acte du 18 décembre 1687, devant Pierre Audouin, notaire à Angoulême).

- Le 23 août 1698, eut lieu le baptême à Saint-Junien, de Jean, fils naturel et illégitime de Jean Périgord, sieur du Maine, et d'Anne de La Judie, sevante.

- Périgord Jean, notaire, procureur en la vicomté de Rochechouart, demeurant au bourd de Mas-Dieu, et sa femme, dame Marie Fresser, au sujet de la succession de leur mère et belle-mère, dame Louise Rivet, passèrent un acte devant Jean Rivet, notaire à Ambernac, en juin 1703, avec François Fresser, sieur du Fresse au village de Perzérive à Chantrezac, ainsi qu'avec dames Françoise, Jeanne et Anne Fresser, enfants de la dite dame.

- Périgord Jean, marchand à Perzérive, acheta une maison en 1704, devant Rivet, notaire à Ambernac.

- Périgord Jacques, clerc, tonsuré et chanoine. Il représenta en 1721, messire Périgord, chanoine et curé de Saint-Cyr à Saint-Junien. Est-ce lui qui fut admis au sous-diaconat le 24 novembre 1734 ?
- Périgord Jean-Baptiste, notaire et procureur. Il eut de son alliance avec N. :
  1) un fils, né à Saint-Junien, le 8 juillet 1737.
2) un fils décédé le 30 novembre 1748. Il s'agit peut-être de la même personne que le n°1
- Périgord Philippe, maître chapelain de la chapelle Notre-Dame du cimetière de Chassenon, vicaire de Saint-Claud, fit une permutation avec un autre prêtre, le 21 mai 1738, devant maître Guillaume Jeheu, notaire à Angoulême.
- Périgord Jeanne, de la paroisse Sainte-Eulalie de Bordeaux, épouse de Jean de Chazelle. Ils eurent une fille, Marie, qui épousa le 9 juillet 1761, à Availles-Limousine (Vienne), Guillaume de Chambaude, écuyer, sieur de la Jonchère, chevalier de Saint-Louis, veuf de Catherine de Bologne.
- Périgord Joseph, maître d'armes, épousa Louise Guinardière.
Il eut d'une alliance inconnue :
 

1) Magdeleine, qui décédé à 56 ans le 31 mai 1765 à Fontaine le Comte (Vienne). Elle serait donc née vers 1709
2) Mathurin Joseph, maître d'armes, vivant en 1765.

- Périgord Georges, maître, clerc, tonsuré, chanoine en 1761 à Saint-Junien.
- le sieur Périgord, chirurgien. Il épousa le 3 décembre 1768, Anne Laurière.
- Périgord Georges, né le 4 mars 1769 à Saint-Junien. Il fut militaire, sergent, et reçut pour ses blessures et deux ans de service, 220 francs de pension.

- Périgord Jean, curé de Maisonnais, près de Reilhac-Champniers (Haute-Vienne), entre 1767 et 1780.

- Périgord Martial Jean Charles Aristide, né le 7 janvier 1826 à Saint-Junien.

- le site Internet de Pierre Driout : http://perso.club-internet.fr/driout/PERIGORDbis.htm
- Association Promotion Patrimoine : Châteaux, manoirs et logis de la Charente.
retour vers le menu des mise à jourretour vers le sommaire