POUTHE, POUTE

blason de la famille Poute
 
blason de la famille Poute de Nieul
 
aytre blason de la famille Poute de Nieul
Palé d'argent et de sable de 7 piles, au chevron de sable brochant sur le tout, au chef d'argent.
 
D'argent à trois pals de sable, au chevron de même brochant sur le tout.
Marquis de Nieul (Chérin)
 
D'argent à trois chevrons de sable.

Famille noble, orignaire de la Basse-Marche, où elle fut citée au XIIIème siècle, prouva sa filiation depuis Périchon POULTE, écuyer, seigneur du Château de Dampierre.
Elle vint plus tard s'établir en Poitou, en Limousin, ainsi qu'en Charente limousine, à la fin du XVIIIème siècle, où Alexis Benjamin François POULTE fit l'acquisition du comté de Confolens et de la baronnie de la Villatte (Ansac sur Vienne).

Noms isolés :
- PAUTA Johannes, bourgeois de Noailhac, fit hommage à l'évêque de Limoges, en 1296. (abbé Joseph NADAUD)
- de PUOTA Sibilla. Elle épousa Hardouin de Magnac, noble homme, chevalier, seigneur du Château de Dompierre, le jeudi avant la fête de Saint-Jean Baptiste de l'an 1309, comma il apparaît dans un acte d'afranchissement de serfs, reçu Raspil, chapelain de Magnac, notaire juré, sous le scel de la sénéchaussée de Poitou, à Montamisé.
- POUTE, ou PAOTE Jean, prêtre titulaire d'une chapelle fondée par Hilaire Bellace de Magnac, jadis dame de Dompierre, dans l'église de ce lieu. Il vivait en 1339.
- POUTE Isabelle. Elle épousa Esmery Coche, chevalier, seigneur de la Coste. Il la nomma, par son testament en date du 21 octobre 1366, une de ses légataires, au cas où il n'aurait pas d'héritiers sa vie durant, et si elle ne se remariait pas.
- PAUTE, ou POUTE N., chevalier. Il se porta, en 1384, héritier de Robert de Magnac, comme descendant d'Eveline de Magnac, soeur d'Itier de Magnac, aussi chevalier.
- POUTE Mondot. Il fut en 1388 l'un des écuyers de la compagnie de Jacques de Montbron.
- POUTE Guillaume, alias Guillaume de Lavau. Il était qualifié de damoiseau de Dompierre, et vivait en 1407.
- POUTE Guillaume. Il fonda en 1579, la chapelle des Ecossais, en l'église Saint-Porchaire de Poitiers. (Pouillé du diocèse).
- POUTHE des FORGES Madeleine, prit l'habit des Hospitalières de Saint-Dominique, aux Hospitalières de la ville de Magnac, en 1711. (abbé Joseph NADAUD)
- PAUTE François, écuyer, paroisse de Lésignac sur Goire (Charente), épousa Marie Hugonneau. (abbé Joseph NADAUD)
De cette union naquit :
  1) Jean Michel, qui fut tonsuré en 1767. (abbé Joseph NADAUD)
- POUTE Amable Marie, paroisse de Peyrat-Lanonier, épousa en 1771, Christophe de Panevert, paroisse de Miremont, diocèse de Clermont. (abbé Joseph NADAUD)
- POUTE Agathe. Elle épousa en mai 1790, Fortuné-Jean-Marie de Milon.

Filiation suivie :
I) POUTE Percehon, ou plutôt Périchon, écuyer, seigneur du Château de Dompierre les Eglises, la Grange, etc...
Il obtint en 1441 du seigneur de Magnac, la permission de fortifier son château de Dompierre.
Il fit hommage en 1477 de sa terre de la Grange, à Gilbert Brachet.
Le 4 juin 1482, il fit donation à Gilbert, son petit-fils. (Abbé Joseph NADAUD).
Il épousa en premières noces Marguerite de Viville, et en eut pour enfants :
  1) Catherine, qui épousa Guillaume Ricoux de Sicardière, noble homme, le 26 octobre 1441.
2) N., qui épousa un homme de la maison de Mons.
3) Marie, qui épousa, le 29 juin 1656, Jean de Bossignet, seigneur d'Azillet.
Percehon épousa ensuite en secondes noces, le 15 janvier 1427, Belassis de Leigne, fille d'Hélioz, dit Turpin, écuyer, seigneur de Forges, et de Hélis de Senis, alias Seris.
Ils eurent pour enfants :
  4) Jean, qui épousa le 26 juin 1455 Denise Mansier. De cette union naquirent :
  a) Anne, qui épousa Ebrard Fricon, écuyer.
b) Jeanne, qui épousa le 28 septembre 1486, Jean Savary, écuyer.
Il décéda après le 9 mai 1509.
5) Mondot, qui suit.
6) Guillaume.
7) Antoine, qui fut prêtre.

II) POUTE Mondot, écuyer, seigneur du Puy, Montmerault, la Barde, la Loge.
Il servit dans les bans et arrière-bans de son temps.
Il reçut en 1482, une donation de son père qui le considérait comme son principal héritier, son frère aîné Jean n'ayant pas d'enfants mâles.
Il était décédé avant la date du 9 mai 1509.
Il avait épousé, le 13 octobre 1472, Souveraine de Boyzé de Courcenay, (alias de Boisse) fille de Mathurin, seigneur du dit lieu.
Ils eurent pour enfants :
  1) Gilbert, qui suit.
2) Albert, qui fut religieux de Saint-Benoit.
3) Charles, qui devint curé de Saint-Sornin, au diocèse de Limoges, licencié es lois.
En 1514, ils firent faire une enquête sur leur noblesse, de laquelle il parut qu'ils étaient 'réputés nobles et de gouvernement noble".
4) Catherine, qui épousa N. du Gourgat, écuyer, seigneur du dit lieu, le 29 janvier 1509. Elle vivait encore en 1559.
5) Marie, qui épousa, le 13 mai 1513, Pierre Laigneau, alias Lignaud, écuyer, seigneur de la Morinière.
6) Pierre. Il fut nommé dans une donation faite par son aïeul à son père, le 14 juillet 1482.
Il fut curé de Dompierre, et assista comme tel, au mariage de Marie, sa soeur, en 1513.
7) François, nommé dans l'acte de 1482.
8) Bernard. Il fut substitué dans la testament de Jean, son oncle, le 9 mai 1509, à son frère Gilbert.
9) Marc, qui fut tonsuré en 1497 à la Souterraine (Creuse), où il fit profession en 1510.
Il fut également prieur de Lussac les Eglises en 1506. (Abbé Joseph NADAUD).

III) POUTE Gilbert, écuyer, seigneur du Château de Dompierre, la Grange de Lavaux, etc...
Il servit dans divers bans et arrière-bans.
Il décéda avant le 26 mars 1552.
Il avait épousé en 1509, Vincente de Rancé, fille de Jean, seigneur de la Chapelle-Bâton. (alias de Vausse - Abbé Joseph NADAUD).
De leur union naquirent :
  1) Jean, qui suit.
2) Claude, qui fut protonotaire du Saint-Siège, prieur de Lussat, et curé de Tersannes.
3) Anne, qui épousa Jean Gazeau, écuyer, seigneur de la Tour-Gazeau.
4) Jeanne. Elle était dite mariée et dotée dans le contrat de mariage de son frère Jean, mais le nom du mari est inconnu.
5) Claudine, qui fut légataire de Charles, son oncle, le 7 décembre 1556.

IV) POUTE Jean, écuyer, seigneur du Château de Dompierre, la Chaussade, etc...
Il était, en 1555, homme d'armes dans la compagnie du duc de Guise.
Il était décédé à la date du Ier mai 1564.
Il avait épousé, le 9 janvier 1541, Renée Vigneron, qui lui donna pour enfants :
  1) Jean, qui suit.
2) Christophe, qui fut tonsuré en 1557. (Abbé Joseph NADAUD).
3) Jean, également tonsuré en 1557.

V) POUTE Jean, chevalier, seigneur du Château de Dompierre, baron de Fromental, seigneur des Forges, Puyrobin, et Saint-Sornin, (Saint-Sornin Leulac - Haute-Vienne).
Il fut maintenu dans sa noblesse par jugement du 7 juin 1599. Il assista au ban des nobles de la Basse-Marche, convoqués en 1635.
En 1598, il fit quelques échanges avec le chapitre de Masseré, touchant la terre de Dompierre. (Abbé LECLER)
Il épousa, le 30 avril 1564 Renée de Razès, dame de Puyrolin (ou Puits Robin), fille de feu Louis, écuyer, seigneur de Courtail, les Marches, etc..., et de Madeleine Mancier.
Ils eurent pour enfants :
  1) Claude, qui suit.
2) François, qui fera la seconde branche.
3) Françoise. Il lui fut assuré, par le contrat de mariage de Claude, son frère, 1500 livres de dot.

VI) POUTE Claude, chevalier, seigneur du château de Dompierre, et des Forges.
Il testa le 27 avril 1609, et décéda avant son père.
Il épousa en premières noces, en 1592 Madeleine de Sainte-Maure, fille de Pierre, chevalier, seigneur de Lordouet, gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, et de Marguerite de Saint-Marsault.
Il épousa ensuite en secondes noces, par contrat du 10 février 1601, (reçu Micheau, notaire au Dorat), Marguerite de Durfort, fille de Jean, seigneur de Born, chevalier du Saint-Esprit, etc... et de Louise de Polignac d'Escoyeux. (Marie de Durfort épousa en secondes noces Isaac de Maine, baron de Bour en Quercy) (Abbé Joseph NADAUD).
Il eut pour enfants de son second mariage :
  1) Jean, qui suit.
2) Marie, qui épousa, le Ier décembre 1625, Jacques de Chassaignes, écuyer, seigneur de Monjeau.

VII) POUTE Jean, né en 1606, chevalier, seigneur du Château de Dompierre, Saint-Sornin, les Forges, la Grange, la Mothe, la Lande, etc...
Il servit aux armées d'Italie et de Guyenne, et fut pourvu d'une charge de gentilhomme de la chambre du roi.
Il fut maintenu noble en 1666.
Le 3 janvier 1627, (alias le 13 avril - abbé Joseph NADAUD), il épousa Antoinette de Secondat, fille de Jacob, baron de Montesquieu, chevalier de Saint-Michel, etc...
Il décéda le 13 juillet 1669. ayant eu pour enfants :
  1) François, qui suit.
2) Jean, seigneur de Saint-Sornin. Il transigea avec ses frères et sa mère, le 25 février 1673.
Il fut nommé dans des lettres de bénéfice d'âge, accordés le 17 décembre 1689, à Jacques de La Chassaigne, son neveu.
Est-ce lui qui épousa Françoise Des Maisons (décédée le 30 septembre 1675, âgée de 20 ans) ? (André LECLER)
Elle décéda au village des Rivières, paroisse de Vicq (Haute-Vienne). (abbé Joseph NADAUD)
De cette union était né :
  a) Jean, qui décéda à l'âge de 9 ans, et qui fut inhumé à Vicq, le 29 septembre 1675. (abbé Joseph NADAUD)
3) autre Jean, seigneur de Forget. Il fut aussi nommé dans l'acte déjà cité.
4) Marguerite, qui épousa François de Raymond, conseiller du roi, et lieutenant général au siège royal de Bellac, avant 1673.
5) Louise, qui épousa, le 21 mars 1669, Honoré de Chassaigne, chevalier, seigneur de Montjouant.
Elle reçut 20000 livres de dot de son père. Elle était remariée, à la date du 25 février 1673, avec Jean de La Rye, écuyer, seigneur de Lauberge et Château-Tizon, dont elle fut veuve avant le 19 août 1720.
6) Suzanne, qui fut novice au couvent d'Orsant, le 25 février 1673.

VIII) de POUTE François, né en 1637, seigneur du Château de Dompierre, Saint-Sornin, Lussat, etc...
Il fut reçu chevalier de Malte en 1648, et fit ses preuves en 1651 et 1654.
Il servit dans les gardes du corps du roi, compagnie de Luxembourg.
Il avait épousé en 1671, ou 1674, Marie Arnoul, dame de Nieul, fille de Léon, chevalier, baron de Nieul le Viroul, et de Marguerite de Rabaynes.
Il décéda le 24 octobre 1700, (alias 1697 ?), ayant eu pour enfants :
  1) Jean-Baptiste, qui suit.
2) Jean, qui fut baptisé le 26 février 1684. Il fut reçu chevalier de Malte en 1700.
3) Marie, qui épousa, le 16 août 1688, Jacques-César Couraud, chevalier, seigneur de la Roche-Chevreux.
4) Agnès, qui épousa avant le 20 septembre 1729, René du Rousseau, chevalier, seigneur de Ferrières.

IX) POUTE Jean-Baptiste, né en 1686, chevalier, seigneur de Dompierre, Saint-Sornin, marquis de Nieul.
Il fut ommé leitenant général, puis grand sénéchal de Saintonge.
Il épousa en premières noces, Marie-Anne-Marguerite Arnoul.
Ils eurent pour enfant :
  1) Marie-Thérèse, qui épousa Louis-René de Courbon, marquis de Blénac.
Jean-Baptiste épousa ensuite en secondes noces, le 20 septembre 1729, Anne-Louise de La Rochefoucauld, fille de François, marquis de Surgères, capitaine de vaisseau. Elle était veuve de Charles-Germanie Le Mastin, comte de Nuaillé.
Il décéda en 1752, ayant eu pour enfants :
  2) Arnoul-Claude, qui suit.
2) Alexis-Benjamin-François, comte de Confolens, baron de la Villatte, (Ansac sur Vienne), chevalier de Saint-Louis, dit le comte de Nieul.Il avait acheté le comté de Confolens et la baronnie de la Villatte qui y étaient associée,le 16 février 1786, de Charles-Louis Auguste de La Vieuville, marquis de Saint-Chamond, (qui s'était ruiné), pour 446000 livres.
Il fut capitaine du régiment du Roi-Infanterie, puis ensuite colonel du régiment de Foix-Infanterie.
Il obtint en 1779, 1200 livres de pension à titre de gratification annuelle, comme commandant ce corps.
Il fut nommé brigadier le Ier mars 1780, puis maréchal de camp le Ier janvier 1784, breveté chevalier de Saint-Louis.
Il décéda à Poitiers, le 31 octobre 1787. Il laissa ses fiefs, entre autres, de Confolens et de la Villatte, à son frère, Arnoul-Claude.

X) POUTE Arnoul-Claude, né le 22 juillet 1730, chevalier, marquis de Nieul le Viroul, seigneur de Saint-Hilaire du Bois, du château de Dompierre les Eglises, de Saint-Sornin (Saint-Sornin Leulac - Haute-Vienne), comte de Confolens et baron de la Villatte (Ansac sur Vienne).
Il fut conseiller du roi en ses conseils, grand sénéchal de Saintonge, et fut reçu chevalier de Saint-Lazare en 1780.
Il devint alors commandeur de cet ordre, et fut nommé commandeur de Saint-Louis, le 2 août 1788.
Il était en 1782, inspecteur général des troupes de la marine, et en 1784, inspecteur du corps royal des canonniers -matelots.
Il reçut, le 20 août 1784, le grade de chef d'escadre des armées navales.
Il fut promu ensuite au grade de contre-amiral, le Ier janvier 1792, mais n'ayant pas paru à la revue du 15 mars suivant, il fut rayé du contrôle.
En 1789, il présida à Saintes les élections aux Etats Généraux des trois ordres.
Il émigra à la Révolution, et commanda, à l'armée des Princes, la seconde division du corps de la marine.
Il avait été aussi syndic de l'ordre de l'assemblée provinciale de Poitou.
Le 9 brumaire an II, (31 octobre 1793), la Villatte fut vendue comme bien national, au prix de 50010 francs, à Jean-Baptiste Peyraud
Il avait épousé, par contrat du Ier avril 1762, (Bourbeau, notaire à Poitiers), Augustine-Jeanne des Francs, fille d'Augustin, chevalier, seigneur de la Bretonnière, et de Jeanne Henriette Milon. La célébration religieuse eut lieu le même jour dans la chapelle du château de la Bretonnière, paroisse de Cramard (réunie à Chlandray - Vienne). Elle décéda à Poitiers le Ier mai 1809. (Abbé Pierre BUREAU).
Par arrêté des Consuls du 4 Thermidor an IX, il fut définitivement rayé de la liste des émigrés. (Abbé Pierre BUREAU).
Il décéda à Poitiers, le 19 avril 1806, ayant eu pour enfants :
  1) Augustin-Marie, qui suit.
2) Amable, qui fut sous-lieutenant au régiment du Roi-Infanterie, et qui servit à l'armée de Condé.
3) Alexandrine-Thérèse, qui épousa le 2 décembre 1782, Henri-Jacques-Louis d'Espaignes, comte de Vennevelle.
4) Marie-Thérèse, qui épousa Renaud de Courbon, marquis de Blénac.

XI) POUTE Augustin-Marie. Il naquit le 25 novembre 1765, titré vicomte de Nieul.
En 1785,il fut admis aux Honneurs de la Cour, et fut breveté chevalier de Saint-Louis.
Il fut garde du corps du roi, compagnie de Beauveau, puis sous-lieutenant au régiment Dauphin-dragons.
Il épousa, le 23 janvier 1786, Anne-Françoise de La Luzerne, fille de César-Henri, comte de Beuzenville sur le Vey, etc... et de Marie-Adélaïde Angran. Le contrat de mariage fut honoré de la signature du roi et des princes.
Ils eurent pour enfants :
  1) Ange-Félix-Arnoul, qui naquit le 28 janvier 1787. Il décéda le 15 janvier 1790.
2) Augustine-Denise-Henriette-Zoé, née le 26 janvier 1789. Elle décéda le 15 juillet 1790.
3) Augustin-Arnoul-César, qui suit.

XII) POUTE Augustin-Arnoul-César. Il naquit le 17 décembre 1790.
Il fut garde du corps du roi en 1814, lieutenant dans la garde en 1815, capitaine d'état-major en 1817, sous-lieutenant aux gardes de Monsieur être nommé lieutenant-colonel en 1829. Il fut chevalier de la Légion d'Honneur.
Il épousa en premières noces, le 14 décembre 1813, Joséphine-Adélaïde de Mac-Mahon, fille de Maurice, comte de Mac-Mahon, et de Marie-Pélagie de Caraman.
Il épousa ensuite en secondes noces, le 6 mai 1829, Renée-Octavie de Menou, fille de René-Louis-François, et de Thérèse-Gabrielle-Octavie, princesse de Broglie.
Il décéda en 1854, ayant pour enfants de son premier mariage :
  1) Georges-Augustin-Arnoul, qui suit.
2) Marie-Césarine-Charlotte-Céline, née le 19 mai 1819.
3) Marie-Edmée-Pélagie, née le 14 octobre 1821, au chateau de Sully (chez son grand père maternel Maurice François de Mac Mahon (père du Duc de Magenta). Sa grand mère Caraman était la descendante de Pierre Paul Riquet de Caraman "créateur" du canal du midi. (*1)

XIII) POUTE Georges-Augustin-Arnoul, né le 4 avril 1815.
Il épousa en 1848, Alliette du Cambout de Coislin, et en eut pour enfants, au moins :

XIV) POUTE Maurice, né en 1859, marquis de Nieul.
Il épousa Huguette de Valon d'Ambrugeac, et en eut une fille.

Seconde branche :
V) POUTE François, seigneur baron de Fromental, Chabannes, Puyrobin, le Mazeau du Puy-Chaumet.
Il assista au ban des nobles de la Basse-Marche en 1635.
Il épousa, le 5 juin 1622, Françoise de Chaslus, dame de la Ville du Bois (Creuse), veuve de François Boslebert, baron de la Roche, et fille de N., baron des Ordes, et de Jeanne de La Roche-Aymon.
Ils eurent pour enfant, au moins :

VI) POUTE André, chevalier, seigneur du Chiron et de la Roche-Aymon.
Il épousa le 23 février 1666, Jeanne Barthon de Montbas, fille de Claude, chevalier, seigneur de Fayolle, et d'Eléonor de Saint-Julien.
Ils eurent au moins :

VII) POUTE Antoine, chevalier, seigneur de la Roche-Aymon, la Ville du Bois et Peyrat.
Il épousa, le 9 février 1702, Marie de Thianges, fille de Joseph, chevalier, seigneur de Lussat, Malleville, et de Marie-Gabrielle de Montagnac.
Ils eurent pour enfants :
  1) Jean-Joseph, qui suit.
2) Claude, qui fera la troisième branche.

(*) VIII) POUTE Jean-Joseph, chevalier, seigneur de la Roche-Aymon, le Chiroux, la Ville du Bois, la Grande Fayolle.
Il épousa, le 7 mai 1742, Anne-Marie-Françoise de Gamaches, fille de Balthazar, comte de Condron, et de Marguerite de Peyroux.
Ils eurent pour enfant, au moins :

(*) IX) POUTE Amable-Gaspard, chevalier, seigneur de la Ville du Bois, annexe de Fayolles (paroisse de Sannat - Creuse), seigneur de Saint-Pardoux le Pauvre (Sannat).
Il épousa en premières noces, Marie-Ursule de Pichard, fille de Paul, chevalier, seigneur baron de Saint-Julien. (Saint-Julien Le Chatel - Creuse).
Devenu veuf, il épousa en secondes noces le 31 août 1773 à Mazirat (Allier), Catherine-Françoise Le Bel (née le 17 décembre 1753 à Villefranche - Allier), fille de Claude, chevalier, seigneur dudit lieu de la Voreille, et de feue Catherine de La Roche de Robinière. Ils eurent pour témoins Monsieur Depoutes du Chiroux, Mesdames de La Roche et de Robinière.
Elle épousa en secondes noces en 1780, Gaspard Souchard, et décéda le 10 juillet 1832 à la Voreille, paroisse de Mazerat.
Il était décédé avant le 20 octobre 1773, date de l'inventaire de sa succession, où il apparaît qu'il avait épousé en secondes noces N. Le Bel de La Vareille.
Il avait épousé en premières noces, Marie-Ursule de Pichard, fille de Paul, chevalier, seigneur baron de Saint-Julien.
Il eut pour enfants :
  1) François-Augustin, qui fut baptisé le 17 septembre 1763.
2) N.

Troisième branche :
VIII) POUTE Claude, chevalier, seigneur de la Roche-Aymon.
Il fut capitaine au régiment royal Barrois-Infanterie, et chevalier de Saint-Louis.
Il épousa, le 29 avril 1746, Madeleine Odille. Elle en était veuve, le 26 février 1766, et tutrice de ses trois enfants mineurs.
Cependant seul est connu :

IX) POUTE Amable-Gaspard-Joseph, chevalier, seigneur du Chiroux.
Il fut garde du corps du roi.
Il épousa, le 24 décembre 1770, Henriette de La Pivardière, fille de Gilbert, chevalier, seigneur de la Chassaigne, etc...
Ils eurent pour enfant :
  1) Claude-Amable, né le 29 juillet 1778.

- BEAUCHET-FILLEAU : Dictionnaires historique et généalogique des familles du Poitou.
- Association Promotion Patrimoine : Châteaux, Manoirs et Logis de La Charente.
- Les amis du vieux Confolens : numéro "le Vieux Confolens".
- André LECLER : Dictionnaire historique et géographique de la Haute-Vienne.
- abbé Pierre BUREAU : Les émigrés charentais.
- Henri JOUGLA de MORENAS : Grand Armorial de France.
- abbé Joseph NADAUD : Nobiliaire du diocèse et de la généralité de Limoges.
- (*) Précisions généalogiques communiquées par M. Roger MICARD.
- (*1) Précisions généalogiques communiquées par M. Bruno Jean MANCHON.
retour vers le menu des mise à jourretour vers le sommaire