abbaye des religieuses
de SAINT-AUSONNE

bason des religieuses de l'abbaye de saint-ausonne
D'azur à un Saint-Ausonne, évêque et martyr posé de front, vêtu d'un rochet et d'un camail, ayant la tête coupée couverte d'une mitre et la portant de ses deux mains, le saint surmonté d'une gloire rayonnante et mouvante du chef, le tout d'or.
(Armorial général de la France - d'Hozier)

Abbaye bénédictine de femmes, dite des Religieuses de SAINT-AUSONNE, fondée au XIème siècle à Angoulême.
Les Dames de Saint-Ausone tenaient selon la tradition leur monastère de sainte Calfagie, contemporaine de saint Ausone, le premier évêque d'Angoulême. Le monastère a été créé au bas des remparts, près du tombeau de Saint-Ausone.
Durant les sièges de la ville en 1568 et en 1573, pendant les guerres de religion, l'abbaye de Saint-Ausone fut détruite. Les Bénédictines se replièrent alors sur le plateau.
Elles s'installèrent au prieuré Notre-Dame de Beaulieu qui existait depuis le XIe siècle, puis achetèrent de Jean Caluau le château de Beaulieu, ou de Bellejoie.
Elles étendirent ensuite progressivement leur domaine jusqu'à l'église paroissiale.
L'église Notre-Dame de Beaulieu, aujourd'hui détruite, était l'église paroissiale de la partie occidentale du plateau. Les Bénédictines de Saint-Ausone achetèrent la nef en 1614 pour en faire leur chapelle conventuelle.
Elles restèrent dans ces locaux conventuels jusqu'à la Révolution.
Le blason ci-dessus fut attribué lors de la création de l'Armorial Général de la France, dressé par Charles d'Hozier.
Il fut enregistré dans le registre du 19 mai 1699.


- - Armorial Général de la France, dressé par Charles d'HOZIER, publié par J. MOREAU de PRAVIEUX.
retour vers le menu des mises à jourretour vers le sommaire