du THEIL, alias du TEIL

Blason de la famille du Theil
 
blason de la famille du Teil
D'or au chef d'azur, au lion de gueules armé, lampassé et couronné d'argent, brochant sur le tout.
(Henri JOUGLA de MORENAS - Grand Armorial de France).
 
D'or à un lion rampant de gueules, armé, lampassé et couronné d'argent,
au chef d'azur.

(Simon des COUSTURES)
(abbé NADAUD)

Cette famille tire son nom de l'une des nombreuses terres dites le Teil, ou le Theil, en Poitou, parmi lesquelles se distingue le Teil, commune de Bonnes (Vienne). Dans cette commune existait un vieux château en ruines sur la rive droite de la Vienne, d'où ressortaient les noms de Petronus de THEL en 1004, Helias des TEL en 1087, Elias de TELLIO en 1112, Willelmus de TEILLO en 1216, Laurentius de TILIA en 1216, Boemundus de TYLIA en 1248, et Helyas de THYLIA en 1250.
Son nom fut orthographié du TEIL, du THEIL, du TEILH, ou DUTHEIL.
En 1250, (à moins qu'il ne s'agisse d'une famille homonyme), ce nom de TEIL se retrouve au fief du Teil à Joussé (Vienne). S'y trouvait un Raoul du THEIL, qui fit un accord avec l'abbé de Charroux au sujet de quelques héritages, puis Foucault du THEIL, seigneur dudit lieu de Joussé, qui d'après une tradition familiale, reçut chez lui le roi de France Jean II, à la veille de sa rencontre avec le Prince Noir (1356).
Le 19 septembre 1356, trois sur quatre des fils de Foucault furent tués à la bataille de Poitiers.
En 1489, Ythier du THEIL obtint du roi Charles VIII, l'autorisation de fortifier son manoir et d'en faire une place forte, connue sous le nom de château de Joussé. Cette seigneurie cessa d'appartenir aux du THEIl en 1575, par extinction de la branche aînée masculine.
La branche cadette de la famille du THEIL, d'abord fixé à Saint-Christophe (Charente), alla ensuite résider à Mouterre (Vienne), où elle forma plusieurs rameaux, et posséda les terres de Bussière, Verneuil, la Font, la Rodière, le Coteau, etc., jusqu'à la Révolution.
Cette famille eut plusieurs maintenues de noblesse faite sous Louis XIV et Louis XV, par les intendants Colbert, Barentin, d'Aguesseau et Quantin de Richebourg.
(Jean Pierre Armand de La PORTE des VAULX).
Elle posséda en Charente :
- La Cour (Château) de Saint-Christophe, de la seconde moitié du XVème siècle au début du XVIIIème siècle.
- Le Montet (Saint-Christophe), du milieu du XVIIème siècle à 1694.
- La Renaudie (Alloue), au milieu du XVIIIème siècle.
- La Lande (Brillac), de la fin du XVIIème siècle à 1774.
- La Bussière (Mouthiers sur Boême), durant la première moitié du XVIIIème siècle.
- Fissac (Ruelle sur Touvre), de 1701 au 21 avril 1769.
- Les Cossières (Saulgond), aux environs de 1749.

Filiation suivie :
I) du THEIL Foucault, chevalier, seigneur de Joussé (Vienne).
Ce fut lui qui en 1356, (cité dans l'introduction), reçut le roi de France Jean II à la veille de sa rencontre avec le Prince Noir.
Il fut nommé en 1344 au contrat de mariage de sa fille. (Jean Pierre Armand de La PORTE des VAULX).
D'une alliance inconnue, il eut pour enfants, au moins :
  1) Simon, qui suit.
2) Isabeau, qui épousa par contrat en 1344 Geoffroy de Foelix, écuyer. (Jean Pierre Armand de La PORTE des VAULX).
3) N., tué à la bataille de Poitiers le 19 septembre 1356. (Jean Pierre Armand de La PORTE des VAULX).
4) N., tué à la bataille de Poitiers le 19 septembre 1356. (Jean Pierre Armand de La PORTE des VAULX).
5) N., tué à la bataille de Poitiers le 19 septembre 1356. (Jean Pierre Armand de La PORTE des VAULX).

II) du THEIL Simon, né vers 1342, écuyer, seigneur de Joussé.
De son union avec Marguerite de L'Age, naquirent : (Jean Pierre Armand de La PORTE des VAULX).
  1) Foucault, qui suit.
2) Jeanne, qui épousa peut-être Philippe de Brouillac, écuyer, seigneur de Puymorand. (Jean Pierre Armand de La PORTE des VAULX).

III) du THEIL Foucault, écuyer, seigneur de Joussé.
Le 12 janvier 1438, il rendit aveu au seigneur de Brigueuil.
Le 3 février 1445, alors comme capitaine de Charroux, et avec Pierre Guy, capitaine de Mauprévoir, il figura dans un traité au sujet des bois de La Réau, entre Robert de Goupillières, abbé du monastère de La Réau, et Jeanne d'Ayrenval, dame de Mauprévoir. (Jean Pierre Armand de La PORTE des VAULX).
D'une union inconnue, il eut au moins pour fils :

IV) du THEIL Ythier, écuyer, seigneur de Joussé (Vienne), et de la Cour de Saint-Christophe (Charente).
Le château de Saint-Christophe se dressait au centre du bourg. Cette seigneurie dépendait de celle de Brigueuil. (José DÉLIAS).
En 1456, Ythier du Breuil-Hélion, écuyer, seigneur des Combes, lui rendit un dénombrement de sa seigneurie, qui relevait de Joussé, au devoir d'une paire de gants blancs.
Il figura sur le rôle des nobles du Poitou convoqués en 1467 par Yvon du Fou, chambellan de Louis XI. (Sur le même rôle figuraient également François du THEIL et Jacques du THEIL, peut-être ses frères ?)
Le 10 décembre 1482, il fut arbitre avec Thibault Bonnyn, seigneur de Messignac Jehan Rigault, sénéchal de Persac et autres, au sujet d'un différend qui opposait les seigneurs de la Brulonnière et de la Mothe de Persac.
Ythier reçut en 1489, du roi Charles VIII, la faculté de "fortifier et emparer sa maison de Joussé et d'y faire faire murailles, foussez, tourelles, pons leveys, barbecanes, faulces brayes et toutes autres fortifications que bon luy semblera".
Par contrat de mariage du 27 juillet 1472, accordé sous le scel de Lesterps (Charente), et devant Charles Prosaq, notaire, il épousa Marguerite de Pressac, fille de Guy, seigneur de la Mothe-Macquart.
Ythier était encore vivant en 1502, date du mariage de son fils. (Armand de La PORTE des VAULX).
De son union avec Marguerite naquit :

V) du THEIL Antoine, écuyer, seigneur de Joussé, la Mothe-Marquart et Saint-Christophe (Charente).
Agé de 16 ans, il servi pour son père au ban de 1489, puis à celui de 1491 en son nom.
Par contrat passé devant Moureau, notaire à Confolens, il épousa le 11 août 1502, Françoise Chauvette, alias Chauvet, fille de feu Jean, sieur des Brosses, et de Jacquette Gaytelle.
Durant ses vieilles années, il s'employa à compléter les fortifications de son château de Joussé.
Il décéda peu avant 1545, ayant eu pour enfants : (Armand de La PORTE des VAULX).
  1) Jacques, qui suit.
2) François, qui fit la branche de Saint-Christophe.

VI) du THEIL Jacques, écuyer, seigneur de Joussé et de la Mothe-Macquart.
Le 3 mai 1545, il partagea avec François, son frère, les seigneuries, fiefs, domaines et héritages provenant de la succession de leurs père et mère. Cet acte fut passé devant Peyris et Bertrand, notaires jurés sous la cour de Lesterps.
Le 9 août 1547, il épousa Marie Bouthon, alias Bouthou, fille de Pierre, écuyer, seigneur de La Beaugessière. (Armand de La PORTE des VAULX).
De cette union ne naquit que :
  1) Françoise, qui épousa le 27 février 1575, Georges de Moussy, seigneur de Peyroux, gentilhomme de la vénerie du roi.
Par cette union, la terre de Joussé passa dans la famille de Moussy. (Armand de La PORTE des VAULX).

Branche de la COUR de SAINT-CHRISTOPHE (Charente) :
VI) du THEIL François, écuyer, seigneur de la Cour de Saint-Christophe, second fils d'Antoine et de Françoise Chauvet (Branche principale, degré V).
Le 3 mai 1545, devant Peyris et Bertrand, notaires jurés sous la cour de Lesterps, il partagea avec son frère Jacques, la succession de leurs père et mère. Comme cadet, il eut pour sa part, la seigneurie et maison noble de la Cour en Saint-Christophe.
Par contrat passé au lieu de la Chapelle, devant Joly et Garnier, notaires sous le scel de la châtellenie de Marcillac, il épousa le 27 juillet 1550, Marie de Livenne, fille de feu Jean, seigneur de la Chapelle et Saint-Genis en partie, et de Josette de Manat. (Armand de La PORTE des VAULX).
De cette union naquirent au moins :
  1) Simon, qui suit.
2) Charles, qui fit la branche de Bussière.
3) Anne, qui épousa en premières noces (abbé NADAUD), en 1579, Claude de Leyrisse, seigneur de la Mothe Saint-Cyr.
En secondes noces, elle épousa le 7 janvier 1586, François Veyrinaud, alias Vérinaud, écuyer, fils de Pierre et de Marguerite Rabaud. (Armand de La PORTE des VAULX).

VII) du THEIL Simon, écuyer, seigneur de la Cour de Saint-Christophe.
Il partagea les biens de son père le 2 septembre 1607.
En 1630, il comparut comme tuteur de ses neveux, au partage des biens de Charles du THEIL.
En 1635, il fut convoqué au ban de la sénéchaussée d'Angoumois. Il n'y paru cependant pas car déclaré infirme, et fut remplacé par son fils René.
Le 27 janvier 1596, (Bouthier, notaire), il épousa Anne Veyrinaud, dame de la Triboisière, (ou Tribozière), paroisse de Mouterre (Vienne), dont son frère Charles, prit la soeur pour épouse. (Armand de La PORTE des VAULX), (Auguste de La BOURDELIÈRE).
De son union avec Anne naquit :

VIII) du THEIL René, écuyer, seigneur de la Cour en Saint-Christophe et du Montet, fief qui relevait de Brigueuil (Charente), et de la Tribozière (Mouterre sur Blourde).
blason de la famille du Teil
De gueules, au lion d'argent, armé de sable, au chef cousu d'azur chargé d'une couronne d'argent.
(De BREMOND d'ARS)
Il fut convoqué avec son père au ban d'Angoumois, le Ier septembre 1635. Son père étant infirme, il fit le service à la place de son père, et lui-même fut remplacé, comme seigneur du Montet, par Casimir Barbarin, écuyer, sieur de Fonteyroux.
Le 12 juillet 1620, (Denesde et Douadic, notaires), il épousa par contrat sans filiation, Catherine Dreux, de la famille de Dreux-Brézé, de la branche de Montrollet (Charente). (Auguste de La BOURDELIÈRE).
René décéda en 1660, date du partage de sa succession. (Armand de La PORTE des VAULX).
De son union avec Catherine étaient nés :
  1) François, qui épousa en 1656, Catherine (Charlotte) du Rousseau (de Fayolle), peut-être fille de Jacques, seigneur de Fayolle, et de Jeanne Sapineau (Sapinaud).
2) François, qui suit.
3) peut-être René, alias Pierre, seigneur du Montet (Saint-Christophe), qui épousa le 28 janvier 1684, Marie Anne de Grimoard, fille de Jean, sieur des Frateaux, et de Charlotte de Villoutreys. (Chantal LAURENT)
Le 13 décembre 1694, Marie Anne de Grimoard étant alors veuve, elle fit dresser au lieu noble du Montet, l'inventaire des meubles. (Bruno SÉPULCHRE et Jean-Paul GAILLARD
4) Gillone, qui épousa Gaspard de Beyzat, écuyer, sieur de la Feuilletrie.
Le 6 juillet 1660, son mari fit un partage noble avec ses deux beaux-frères. (Auguste de La BOURDELIÈRE).
5) Jacquette, qui épousa le 14 juillet 1659, Gaspard Turpin, chevalier, seigneur de Busserolle, fils de Jacques et de Jeanne Taveau de Morthemer. (Armand de La PORTE des VAULX).

IX) du THEIL François, écuyer, seigneur de Saint-Christophe (Charente) et de la Tribozière (Mouterre sur Blourde - Vienne).
Par contrat du 29 novembre 1659, signé Bosredon, notaire royal, il épousa Françoise Vedrenne. (Auguste de La BOURDELIÈRE)
Le 6 juillet 1660, il partagea avec son frère René (ou Pierre), et Gaspard de Beyzat, écuyer, sieur de la Feuilletrie, époux de Gillone du THEIL, la succession de leur père. (Vignault, notaire). (Abbé NADAUD), (Auguste de La BOURDELIÈRE).
Il fut maintenu noble en 1666 par d'Aguesseau, intendant de Limoges, chargé de la recherche de la noblesse en Angoumois et Limousin.
De son union avec Françoise naquirent :
  1) François, écuyer, seigneur la Cour de Saint-Christophe et de la Tribozière.
Par contrat du 7 février 1695, il épousa Catherine de Feydeau, fille de Guy et de Catherine de Plument, et soeur de Robert, époux de sa soeur Elisabeth.
L'armorial général de France dressé par Charles d'Hozier, montre à la généralité de Limoges, un blason de fantaisie accolé à celui de sa femme, de fantaisie également.
Blasons accolés de François du THEIL et de sa femme.
1) D'argent au chevron ondé de gueules.
2) D'or au lion échiqueté d'argent et d'azur.
(Armorial Général de France - Charles d'HOZIER)
Le 4 mars 1702, (Mercier, notaire), il partagea avec ses frères la succession des biens de leurs père et mère.
Dans ce partage, il eu comme aîné, les avantages et préciputs de la Coutume. (Auguste de La BOURDELIÈRE)
Le 2 janvier 1717, demeurant paroisse de Mouterre en la Basse-Marche, il obtint une ordonnance de maintenue comme noble et écuyer. (signé Latour). (Auguste de La BOURDELIÈRE)
François décéda sans postérité, ce qui fit passer la seigneurie de Saint-Christophe dans la famille de Feydeau. (José DÉLIAS)
2) Joseph, écuyer, seigneur de Lestang.
Le 4 mars 1702, (Mercier, notaire), il partagea avec ses frères la succession des biens de leurs père et mère. (Auguste de La BOURDELIÈRE)
3) François, qui suit.
4) Elisabeth, qui épousa par contrat du 7 février 1695, Robert de Feydeau, écuyer, seigneur de la Fuye et la Charbonnière, fils de Guy et de Catherine de Plument, et frère de Catherine, épouse de son frère François.
Son frère François étant décédé sans postérité, elle apporta dans la famille de son mari, les terres de Saint-Christophe. (José DÉLIAS)
5) peut-être Anne, qui épousa le 15 juin 1717, Pierre du PIN, (né vers 1687, décédé le 28 mai 1723), écuyer, seigneur de Masjoubert et des Cossières (Saulgond - Charente), fils de Charles et de Jeanne Vidaud.
Anne décéda en la maison noble de Masjoubert le 25 mars 1749, et fut inhumée dans l'église de Saulgond. Comme elle décéda après son mari, sans lui avoir donné de postérité, la terre des Cossières (Saulgond), passa dans la famille du THEIL.(Généalogie du PIN)
Je ne sais pas ce qu'est devenue cette terre ensuite. (Jean-Marie OUVRARD)

X) du THEIL François, écuyer, sieur de la Mondie (Mouterre sur Blourde).
Le 4 mars 1702, (Mercier, notaire), il partagea avec ses frères la succession des biens de leurs père et mère. (Auguste de La BOURDELIÈRE)
Par contrat (Beau, notaire royal), il épousa le 14 avril 1710, et en l'église de Saint-Christophe, le 29 avril, Jeanne du Pin, (née en 1684, inhumée dans l'église de Saulgond - Charente, le 30 décembre 1739), fille de Charles, écuyer, seigneur de la Rivière Puytaillé (Saires - Vienne), et de Marguerite du Pin. Jeanne apporta une dot de 1500 livres. (Généalogie du PIN)
Ils eurent au moins un fils :

XI) du THEIL Charles, écuyer, seigneur des Cossières.
Le 16 juillet 1736, il épousa à Saulgond, Magdeleine de La Garde. (Jean-Luc MONVOISIN)
De cette union naquit au moins :

XII) du THEIL Jean, écuyer, seigneur de Chambeaupuy.
En 1775, il épousa Catherine Palland. (Jean-Luc MONVOISIN).
De cette union naquit au moins :
  1) Anne. (Jean-Luc MONVOISIN)

Branche de BUSSIÈRE (Mouterre sur Blourde- Vienne) :
VII) du THEIL Charles, écuyer, seigneur de Bussière (Mouterre-sur Blourde- Vienne), second fils de François, écuyer, seigneur de Saint-Christophe, et de Marie de Livenne, branche de Saint-Christophe, degré VI).
Il servit sous les rois Henri III et Henri IV, et occupa pendant de nombreuses années le poste de gouverneur de la ville et citadelle de Mauléon.
En 1611, il se retira du service, et reçut un brevet de rente viagère de 300 livres, en considération des services qu'il avait rendus aux roi Henri III et à Henri IV.
En 1620, il fit partie de la répartition entre les nobles de la Basse-Marche, des sommes dépensées aux Etats-Généraux par les deux députés de la province, MM Poussard, seigneur du Vigean, et Frotier, seigneur de la Messelière.
Par contrat du 29 novembre 1605, devant Latus, notaire à l'Isle-Jourdain, il épousa Jeanne Veyrinaud, fille de Bertrand, écuyer, sieur de Bussière, et de Marguerite Jousserand. Cette union se fit en présence de son frère Simon, seigneur de la Triboisière, qui lui-même, avait épousé la soeur de Jeanne, Anne Veyrinaud.
Charles décéda avant 1630, époque du partage de ses biens entre ses enfants, qui étaient : (Armand de La PORTE des VAULX).
  1) Henri, qui suit.
2) François, écuyer, seigneur de Sainte-Anne.
Il était mineur en 1630 au moment du partage.
En 1642, il transigea avec son frère Henri, tant en son nom qu'en celui de ses frères plus jeunes.
Il entra dans le clergé et devint curé d'Availles-Limousine (Vienne). (Armand de La PORTE des VAULX).
3) Charles, écuyer.
4) Marguerite.
5) Esther.
Les noms de ses 3 derniers enfants n'apparaissent que dans les accords de famille de 1630 et 1642. (Armand de La PORTE des VAULX).

VIII) du THEIL Henri, écuyer, seigneur de Bussière et Verneuil (Mouterre sur Blourde - Vienne).
Le 22 juillet 1630, Jeanne Veyrinaud, sa mère, fit un accord en forme de partage avec ses enfants, Henri, François, Charles, Marguerite et Esther, représentés par leurs tuteurs, qui était Fortuné de La Feste et Simon du THEIL, écuyer, seigneur de Saint-Christophe, au sujet du partage des maisons noble de Bussière et de la Tribarderie, indivises entre les parties.
Une sentence des Elus de Poitiers, signée Doriou, en date du 30 juin 1634, donna à Henri, acte de la représentation des titres justificatifs de sa noblesse depuis l'an 1472, et ordonna qu'il continuerait d'être mis au rôle des tailles de la paroisse de Mouterre, dans le rang des nobles, comme issu de noble lignée et extraction.
En 1634, il ut convoqué au ban de la Basse-Marche.
Une transaction en forme de partage, passée au lieu noble de Bussière, devant Latus, notaire de la châtellenie de l'Isle-Jourdain, le 16 juin 1642, intervint entre lui d'une part, et François du THEIL, écuyer, sieur de Sainte-Anne, son frère, agissant tant pour lui que pour Charles, Marguerite et Esther, des biens provenant de la succession de leur père commun.
Par contrat passé devant Girard, notaire royal à Poitiers, il épousa le 12 mai 1630, Marie de La Feste, fille de Fortuné, juge sénéchal de Morthemer, et de Marguerite Viault.
En 1654, il assista au mariage de son fils aîné, François Simon.
Le 28 mars 1665, une ordonnance de l'intendant du Poitou, Colbert de Croissy, commissaire départi pour la recherche des faux nobles, lui donna acte de la représentation de ses titres.
En 1667, il fut maintenu de nouveau, ainsi que François Simon, son fils, dans leur qualité de nobles et d'écuyers, avec leur postérité née et à naître, par Barentin, autre intendant du Poitou, chargé par le roi Louis XIV de continuer la recherche que Colbert avait commencée.
Le 8 juin 1680, il transporta à Joseph, Jacques, Jacquette et Esther, ses enfants, la métairie de Villiers, pour la cinquième partie, à chacun d'eux appartenant dans les biens de Marie de La Feste, leur mère, décédée. (Armand de La PORTE des VAULX).
De son union avec Marie de La Feste naquirent :
  1) François Simon, qui suit.
2) Joseph, qui fit la branche de la Lande et la Rochère.
3) Jacques, écuyer, seigneur de la Coutardière.
Il reçut cette terre par le partage du 8 juin 1680.
Le 17 avril 1707, il consentit à l'entérinement des lettres de bénéfice d'âge, accordées à son neveu Simon.
Est-ce lui qui fit enregistrer le blason suivant dans l'armorial général de la France, dressé par Charles d'Hozier, à la généralité du Poitou ?
Blason de Jacques du THEIL
D'or au lion de gueules, au chef d'azur chargé d'une couronne d'argent.
(Armorial Général de France - Charles d'HOZIER)
Il ne semble pas qu'il se maria. (Armand de La PORTE des VAULX).
4) Jacquette, qui fut nommée dans le partage de 1680, ainsi que dans un autre de 1691. (Armand de La PORTE des VAULX).
5) Esther, qui fut nommée dans le partage de 1680, ainsi que dans un autre de 1691. (Armand de La PORTE des VAULX).

IX) du THEIL François Simon, écuyer, seigneur de Bussière (Mouterre sur Blourde) et Verneuil.
Par contrat passé à Chabanais, devant Andrieux, notaire, il épousa en premières noces le 5 juillet 1654, Louise de Chazault.
Il ne semble pas qu'il eut d'enfants de cette première union.
Veuf, il épousa en secondes noces, par contrat passé au château et maison noble de Pindray, le 9 novembre 1659, devant Augier et Naudé, notaires royaux à Montmorillon, Marguerite de Ferré, fille de Florent, écuyer, seigneur de Boiscommun et de Pindray, et d'Elisabeth de Cormeil.
Une transaction au sujet de la dot promise intervint le 25 septembre 1663, devant Goudon, notaire à Montmorillon, entre Elisabeth de Cormeil, veuve de Florent Ferré, Louis Ferré, chevalier, seigneur de Pindray, son fils, et François Simon, agissant tant pour lui que pour Marguerite de Ferré, son épouse.
En 1685, François Simon assista au mariage tardif de son frère Joseph.
François Simon décéda avant le 8 octobre 1687, date à laquelle sa veuve transigea devant Thoury, notaire de la sénéchaussée de Basse-Marche, au Dorat, avec leur fils unique : (Armand de La PORTE des VAULX)

X) du THEIL Louis, chevalier, seigneur de Bussière et Verneuil (Mouterre sur Blourde - Vienne), et de la Bussière (Mouthiers sur Boëme - Charente).
Par contrat passé le 29 juin 1687, devant Pougeard, notaire à Confolens, il épousa Marie Gabrielle d'Hauteclaire, fille de François, chevalier, seigneur de Fissac, et de feue Marie Pastoureau.
Peu de temps après, ayant perdu son père, il transigea avec sa mère, le 8 octobre 1687, au sujet de l'exécution de son contrat.
En 1701, Louis fit l'acquisition du fief de Fissac (Ruelle sur TOUVRE). (Christian GILLET)
En 1702, Louis possédait le logis de la Bussière (Mouthiers sur Boëme). (Jean-Paul GAILLARD et Jérôme ROYER).
Le 17 avril 1707, il consentit à l'entérinement des lettres de bénéfice d'âge accordées par le roi à Simon du THEIL, son cousin germain, fils de Joseph, seigneur de la Lande.
Il semble qu'il fut maintenu noble par Boucher d'Orsay, intendant de la généralité de Limoges, lors de la recherche des usurpateurs de cette qualité, qui fut faite sous Louis XIV.
En 1729, alors veuf, il assista au mariage de son fils. (Armand de La PORTE des VAULX)
De son union avec Marie Gabrielle naquirent :
  1) Joseph, qui suit.
2) François Simon, écuyer, seigneur de Bussière (Mouterre sur Blourde), de la Bussière (Mouthiers sur Boëme), et de Fissac (Ruelle sur Touvre).
Le 21 février 1735, il épousa Marie Louise Gracieux, fille de Jean Louis, écuyer, seigneur de Beauchesne. (Armand de La PORTE des VAULX)
En 1735, comme seigneur de la Bussière (Mouthiers sur Boëme), il était dit demeurant à Fissac (Ruelle sur Touvre). La Bussière passa avant 1746 à la famille Préveraud. (Jean-Paul GAILLARD et Jérôme ROYER).
Le 21 avril 1769, le logis de Fissac fut vendu à Claude Trémeau, juge au présidial et ancien maire d'Angoulême. (Christian GILLET)
De cette union naquit une fille :
  a) Marie Charlotte, qui épousa le 10 novembre 1764, René Turpin de Jouhé, chevalier de Saint-Louis, seigneur de Nalliers. (Armand de La PORTE des VAULX)

XI) du THEIL Joseph, baptisé dans l'église de Mouterre le 7 décembre 1692, écuyer, seigneur de Verneuil et de la Renaudie.
Par contrat du 27 juin 1729, passé devant Benoît, notaire royal, il épousa à Brie (en Angoumois), Marie de Nesmond, fille de feu Martial, écuyer, sieur de Brie et la Sauvagère, et de Suzanne Cadillat du Plantier, sa veuve.
Le 14 septembre 1736, Joseph obtint un arrêt de la Cour des Aides de Paris, contre les syndics, manants et habitants de la paroisse d'Allouë (Alloue - Charente), par lequel, sur le vu de ses titres remontés à Foucault, son septième aïeul, il fut maintenu dans les privilèges de sa noblesse et exempté des tailles, au sujet de sa métairie de la Renaudie, située dans ladite paroisse et indûment comprise au rôle. (Armand de La PORTE des VAULX)
En 1739, Joseph et son épouse, demeuraient au logis de la Renaudie. (Il ne reste de nos jours aucune trace du logis). (Bruno SÉPULCHRE et Jean-Paul GAILLARD)
Il semble qu'il n'eut pas d'autre enfants de Marie, que :
  1) Charlotte, qui épousa avant 1768, Charles François Regnaud, écuyer, seigneur de Fontaines et Maslandry, dont elle eut plusieurs enfants.
Elle était veuve avant 1789, et fut convoquée à l'assemblée de la noblesse d'Angoumois pour l'élection des députés aux Etats Généraux. (Armand de La PORTE des VAULX)

Branche de la LANDE (Brillac - Charente) et de la ROCHÈRE (Mouterre sur Blourde - Vienne) :
IX) du THEIL Joseph, écuyer, seigneur de la Lande (Brillac), Verneuil en partie et la Rochère.
(Il était fils d'Henri et de Marie de La Feste, branche de Bussière, degré VIII).
Il fit partie du partage du 8 juin 1680, fait par son père, avec ses frères et soeurs.
Par contrat passé le 10 mai 1685, devant Desbrousses et Jousseaume, notaires au Dorat, il épousa Jeanne de l'Age, fille de feu Philippe, chevalier, seigneur de Tissière, et de Jeanne Pastoureau.
Le 10 mai 1691, il fit avec sa soeur Jacquette, un partage des biens restés indivis entre eux.
Joseph décéda avant 1706, date à laquelle un bénéfice d'âge fut accordé par le roi Louis XIV à son fils aîné. (Armand de La PORTE des VAULX)
De son union avec Jeanne étaient nés :
  1) François Simon, qui suit.
2) Jean, qui fut nommé dans le testament de son père.
Il ne semble pas avoir été marié. (Armand de La PORTE des VAULX)

X) du THEIL François Simon, né à la Lande le 16 octobre 1686, et baptisé le même jour dans l'église de Brillac, écuyer, seigneur de la Lande (Brillac), Verneuil en partie. Il eut pour parrain François Simon du THEIL, écuyer, seigneur de Bussière, son oncle.
A 19 ans, il obtint des lettres de bénéfice d'âge qui furent entérinées le 17 avril 1707, de l'aveu de son oncle, Jacques du THEIL de la Coutardière, et de son cousin, Louis du THEIL de Bussière. (Armand de La PORTE des VAULX)
Le 25 mai 1710, il épousa dans l'église de Mouterre, Marie Anne Foucard de La Garde, dame de la Rochère (Mouterre), (née le 8 mars 1695 à l'Isle-Jourdain, décédée le 2 juin 1756 à Mouterre), fille de Nicolas et de Marguerite de La Touche. (Sylvie VEYE-CHARETON).
Par cette union, elle lui apporta la seigneurie de la Rochère.
le 17 avril 1715, il fut maintenu dans sa noblesse par l'intendant du Poitou, Quentin de Richebourg.
Il acheta des biens en 1721, comme seigneur de la Lande (Brillac), demeurant au lieu noble de la Rochère.
Dans son testament en date du 4 février 1740, reçu Patharin de La Gasne, notaire du marquisat de l'Isle-Jourdain, il demanda à être inhumé dans l'église de Mouterre, et institua pour héritier Louis, son fils aîné, sieur de la Rochère, nommant comme exécuteur testamentaire Jean du THEIL. (Armand de La PORTE des VAULX)
Il décéda le 10 février 1740, et fut inhumé le lendemain dans l'église de Mouterre, près des balustres du côté de l'Evangile. (Sylvie VEYE-CHARETON)
De cette union étaient nés :
  1) Louis, qui suit.
2) Gabriel, chevalier, seigneur de la Fond.
Il entra jeune au service militaire, où il passa une partie de sa vie.
Le 29 octobre 1745, il transigea avec ses frères au sujet de la succession paternelle.
Le 26 juin 1775, il épousa à Fontaine-Molière (dans quelle commune ?), Marie Françoise de Marans, fille de François, chevalier, seigneur de la Grandmaison, et de Madeleine Lelièvre.
Il fit construire le logis de la Fond, dans la commune de Mouterre.
En 1789, il figura au Catalogue des gentilshommes électeurs de la Basse-Marche, comme ancien officier d'infanterie.
Il ne semble pas eu de postérité. (Armand de La PORTE des VAULX)
3) Jean, chevalier, seigneur du Cousteau, alias Coteau, dans la paroisse de Mouterre, et de Puisebert, dans celle de Millac (Vienne).
Par contrat du 27 janvier 1761, il épousa à Adriers, Marguerite de Sautereau, fille de Jacques, avocat, et de Marguerite Bost, en présence de Louis et de Gabriel, ses frères.
Le 7 avril 1780, résidant à Puisebert, il reçut en faveur de son fils aîné, un curieux testament, émanant d'un certain Gilbert du THEIL, écuyer, capitaine d'invalides, (dont le degré de parenté n'était pas indiqué). Dans ce document, le testateur, après avoir recommandé son âme à Dieu et indiqué les détails de sa sépulture, établit son seul et unique héritier général et universel de tous ses biens, Louis, fils aîné de Jean du THEIL, écuyer, et lègue à tous prétendants droits à sa future succession, chacun 5 sols, car telle est sa volonté (Testament passé au lieu de Puisebert, devant Bonneau, notaire du marquisat de l'Isle-Jourdain, et Martin, son confrère.)
Jean décéda sans doute avant 1789, ayant eu pour enfants : (Armand de La PORTE des VAULX)
  a) Louis, né le 13 octobre 1764, écuyer, seigneur de Puisebert.
Il entra jeune au service dans l'arme du génie, et y devint officier.
Le 30 juillet 1788 à Yvrac et Malleyrand (Charente), il épousa Gabrielle Armande de Vaslin, fille de Jean, écuyer, sieur du Porteau, et de Louise de Turpin.
En 1789, il fut convoqué à l'assemblée de la noblesse de la Basse-Marche pour l'élection des députés aux Etats Généraux.
Il n'émigra pas pendant la Révolution.
Après la Révolution, il racheta le château de la Rochère, ainsi que deux métairies qui en dépendaient.
Louis décéda le 23 septembre 1840 à Mouterre, ayant eut pour fille unique : (Armand de La PORTE des VAULX)
  a1) Louise Armande, née vers 1795 à Millac (Vienne).
Elle épousa le 27 mai 1812 à Mouterre, François Henri Guiot (né vers 1787 à Mauprévoir - Vienne, décédé en 1869 à Mouterre), percepteur, fils de Gilbert, écuyer, sieur des Touches, et de Catherine Perot de Champagné. (Sylvie VEYE-CHARETON)
Par cette union, elle porta la terre de la Rochère dans la famille Guiot.
Par un décret impérial du 23 mars 1864, les enfants issus de cette union obtinrent l'autorisation d'ajouter à leur nom patronymique celui de la Rochère, et de s'appeler Guiot de La Rochère. (Armand de La PORTE des VAULX)
Louise Armande décéda le 24 octobre 1834 à Mouterre. (Sylvie VEYE-CHARETON)
b) Nicolas, seigneur de Villevert, alias Vilvert (petite ferme dans la paroisse de Mouterre).
En 1789, il fut convoqué avec son frère Louis, aux assemblées de la noblesse de la Basse-Marche.
Il émigra et fit la campagne de 1792 avec l'armée des Princes. (Armand de La PORTE des VAULX)
c) Marie Louise, mineure en 1789.
Elle fut déclarée plus tard comme propriétaire du fief de Vilvert. (Armand de La PORTE des VAULX)
4) Jacques, écuyer, sieur des Brosses.
En 1745, il transigea avec ses frères l'héritage paternel.
Il semble qu'il décéda jeune et sans postérité. (Armand de La PORTE des VAULX)
5) Françoise, dite mademoiselle de la Brosse.
Elle épousa en 1756, Gaspard de Ferré, écuyer, sieur des Sermonnières. (Armand de La PORTE des VAULX)
6) Jeanne, dite mademoiselle de la Lande, qui épousa vers 1756, Antoine de Marsanges, chevalier, seigneur de Berneuil, fils de Jacques, ancien capitaine au régiment du Vexin.
Veuve en 1789, elle fut convoquée avec la noblesse de Basse-Marche, pour élire les députés aux Etats Généraux. (Armand de La PORTE des VAULX)
7) Marguerite, dite mademoiselle de la Rochère.
Elle épousa en Vendée, Augustin de Vaslin, écuyer, seigneur de Lorberie. (Armand de La PORTE des VAULX)
8) Jeanne, dite mademoiselle du Cousteau, qui resta célibataire.
Elle fut convoquée avec sa soeur Jeanne, en 1789, aux assemblées de la noblesse de la Basse-Marche. (Armand de La PORTE des VAULX)

XI) du THEIL Louis, né le 26 et baptisé à Mouterre le 27 décembre 1712, chevalier, seigneur de la Lande (Brillac), la Rochère et l'Age-Malcouronne (Toulon ?, ou Voulons (Le Dorat - Haute-Vienne).
Par contrat passé au Dorat, le 22 juin 1740, devant Maige et Patharin, notaires royaux, il épousa Marie Thérèse Geneviève Vacherie, (née le 25 avril 1720 au Dorat - Haute-Vienne, décédée le 24 janvier 1776 au Dorat), fille de Jacques, sieur de la Vallette, et de Marie Geneviève Robert. Par ce contrat, Louis se constitua en dot, tous les biens nobles et roturiers lui appartenant, comme héritier universel de son père.
Le 7 décembre 1743, il fut qualifié de chevalier, dans une sentence rendue en l'élection de Limoges, par laquelle, vu les titres présentés par lui pour justifier sa qualité de noble, il fut fait défense aux consuls et collecteurs du Dorat de le comprendre dans leurs rôles de tailles, pour son domaine de l'Equeur.
En 1756, Louis demeurait en son château de La Lande. (Ce petit logis a complètement disparu de nos jours). (José DÉLIAS).
Marie Thérèse Geneviève décéda au château de Malcouronne en 1776.
Louis décéda à la Rochère, le 26 mars 1776, ayant eu pour enfants : (Armand de La PORTE des VAULX) (le 25 mars 1784, pour Sylvie VEYE-CHARETON).
  1) Jacques, qui suit.
2) François, né au Dorat le 14 décembre 1744, et baptisé dans l'église Saint-Pierre.
Le 19 février 1763, il obtint un certificat de noblesse pour entrer aux chevau-légers.
Il décéda jeune, au service, sans postérité. (Armand de La PORTE des VAULX)

XII) du THEIL Jacques, né au Dorat (Haute-Vienne), le 11 avril 1741, qualifié de marquis, seigneur de la Lande (Brillac), la Rochère et l'Age-Malcouronne.
Il entra très jeune au service, et se trouva à 24 ans, capitaine au régiment de Coigny.
Le 5 octobre 1765, il fit établir ses preuves de noblesse par d'Hozier.
blason de la famille du Teil
D'or au chef d'azur, au lion de gueules brochant sur le tout.
Supports : 2 lions.
Couronne de marquis.
(Jean Pierre Armand de La PORTE des VAULX :
Les Gens de qualité en Basse-Marche)
Par contrat du 14 août 1766, à Paris, qualifié alors de capitaine-commandant de dragons au régiment de Damas, marquis de la Lande et comte de Rochère, il épousa Thérèse Caroline Pauline Amélie de Savary, (née le 11 avril 1741 au Dorat, décédée le 21 avril 1784 au Dorat), fille mineure de feu Pierre Paul, seigneur de Boutervilliers, et de Marie Anne Christine (ou Chrispine) de Sevelinges.
Sans doute suite à un train de vie trop dispendieux, le 14 juillet 1774, parue dans les "Affiches du Poitou", la mise en vente de la terre et seigneurie de la Lande, paroisse de Brillac, avec château, chapelle, futaie et 4 domaines.
Thérèse Pauline Amélie décéda en 1784.
Le 12 février 1786, Jacques reçu le brevet de chevalier de Saint-Louis.
En 1789, il assista aux assemblées de la noblesse de la Basse-Marche, pour l'élection des députés aux Etats-Généraux.
Jacques émigra à la Révolution, avec son fils aîné, et reçu à Coblentz, le 30 avril 1792, un brevet de brigadier (colonel), de la deuxième compagnie d'ordonnance du roi.
Etant major du régiment de M. le duc de Chastillon, il fit son testament à Londres, le 26 mai 1795. (Sa terre de la Rochère avait été entre temps vendue comme bien national) (Armand de La PORTE des VAULX)
Il décéda le 21 janvier 1808 au Dorat. (Sylvie VEYE-CHARETON)
De son union avec Thérèse Pauline Amélie étaient nés :
  1) Israël Théobald Nicolas, né au Dorat le 16 mars 1770, qui fut qualifié de marquis du THEIL après son père.
Le 8 avril 1785, il fit ses preuves pour la grande écurie, devant d'Hozier.
Etant sous-lieutenant au Royal-Dragons quand la Révolution éclata, il suivit son père en émigration.
Il servit comme officier dans différents corps d'émigrés.
Par contrat du 8 mai 1802, il épousa à Londres, Marie Euphémie Aglaé du TEIL, fille de Nicolas François, chevalier, chargé d'affaires de Sa Majesté auprès du roi d'Angleterre, et d'Edmée Bonneville de Sainte-Anne.
Après l'amnistie, ils rentrèrent en France.
A la Restauration, il reprit du service et reçut un brevet d'officier supérieur, avant d'être retraité.
Sur la fin de sa vie, il vint habiter au bord de la Vienne, une maison voisine du château de Touffou, où résidait son parent Alexandre de Gréaulme.
Il y décéda, ayant pour enfants : (Armand de La PORTE des VAULX)
  a) Maurice, qui décéda âgé de 15 ou 16 ans, en se baignant dans la Vienne. (Armand de La PORTE des VAULX)
b) Adèle, qui décéda en bas-âge. (Armand de La PORTE des VAULX)
c) Eusébie, qui épousa M. Lelarge d'Ervau, capitaine de frégate en retraite.
Elle décéda en donnant le jour à son fils, Léopold. (Armand de La PORTE des VAULX)
d) Charles Léopold, né au Dorat le Ier juillet 1811, qualifié de marquis du THEIL et de la ROCHÈRE.
Il sortit de l'école militaire comme sous-lieutenant au 16ème de ligne, et quitta le service comme lieutenant.
Il devint ensuite secrétaire particulier de M. de Salvandy, ministre de l'instruction publique. (Armand de La PORTE des VAULX)
Résidant à Nice, il décéda au château de Sainte-Anne d'Acnos (Var), en juin 1895, célibataire.(Annuaires de la noblesse 1843-1910)
e) Louise, qui prit le voile au couvent des Augustines de Paris.
Elle décéda en 1887. (Armand de La PORTE des VAULX)
2) Charles François, qui suit.
3) Pierre Alexandre, qui entra jeune dans l'armée.
Il décéda à Alexandrie, en Piémont, pendant les guerres de la République, sans avoir été marié. (Armand de La PORTE des VAULX)

XIII) du THEIL Charles François, né au Dorat le 28 janvier 1772, dit le chevalier, puis le comte du THEIL.
Il était sous-lieutenant quand la Révolution éclata.
Il n'émigra pas, et devint lieutenant en 1792. (Armand de La PORTE des VAULX)
Le 16 juin 1794, il épousa en premières noces à Niort, Marie Sophie Bernard, (née le 28 mai 1775 à Niort, décédée le 21 novembre 1831 à Moussac), fille d'André Jean Baptiste et de Suzanne Catherine Griveau. (Sylvie VEYE-CHARETON)
En 1801, alors capitaine d'infanterie, il donna sa démission, puis reprit du service en 1816.
Breveté chevalier de Saint-Louis, à sa retraite, il se fixa à Laudonnière (Moussac sur Vienne). (Armand de La PORTE des VAULX)
Il décéda le 3 mars 1852 à Poitiers. (Sylvie VEYE-CHARETON)
De son union avec Marie Sophie naquirent :
  1) Alexis Charles, qui suit.
2) Théobald, qui fit un rameau.
3) Gaston, qui épousa à Salles, le 7 novembre 1830, sa belle-soeur, Irma de La Porte, fille de feu Jérôme Augustin, seigneur des Vaux, et de Marie Louise Ribière de La Besse.
Il exploita une petite minoterie au bord de la Vienne.
Il décéda en 1854, ayant eu pour fille : (Armand de La PORTE des VAULX)
  a) Héloïse, née à Salles.
Elle épousa après le décès de son père, Victor Bardet.
Elle décéda quelques années après son mariage, sans avoir eu de postérité. (Armand de La PORTE des VAULX)
4) Pauline Amélie, qui resta célibataire et partit de fixer à Tours, où elle décéda en 1883. (Armand de La PORTE des VAULX)
Veuf, Charles François se retira à Lussac les Châteaux (Vienne), (Armand de La PORTE des VAULX) et contracta un second mariage le 2 juin 1841 à Lussac, avec Marie Anne Chantreau, (née en 1795 à Moussac). (Sylvie VEYE-CHARETON).
Il décéda à Poitiers le 4 mars 1852, et écrivait alors son nom DUTHEIL. (Armand de La PORTE des VAULX)
De cette seconde union naquit un fils :
  5) N., garçon, qui décéda jeune, sans postérité. (Armand de La PORTE des VAULX)

XIV) du THEIL de La ROCHÈRE Alexis Charles, né à Niort (Deux-Sèvres), le 29 mars 1799, dit le comte de la Rochère.
Il vécut d'abord à Niort auprès de sa grand-mère, puis fut pensionnaire du lycée de Poitiers.
La Restauration étant survenue au moment il était aux écoles militaires, le marquis du THEIL, son cousin, obtint pour lui un brevet de sous-lieutenant dans la légion du Gard, en date du 23 octobre 1816.
Il fit au 16ème de ligne, en 1823, la campagne d'Espagne, sous les ordres du duc d'Angoulême, et fut nommé lieutenant en 1824.
Le 3 juillet 1828, au moment de partir pour l'expédition de Morée, il épousa à Ollioules (Var), Marie Claire Eugénie Mistral, (née le 5 juillet 1810 à Toulon, décédée le 27 mai 1899 à Ollioules), fille de feu Henri Hyacinthe et de Marie Joséphine Bernard Dufau.
En 1838, Alexis Charles était capitaine et breveté chevalier de la Légion d'Honneur, lorsqu'il résolut de prendre part au concours pour l'intendance militaire. Il fut admis et envoyé successivement en résidence à Strasbourg, Bastia, Gap, Draguignan, Cahors, puis à Constantine.
En 1846, il publia un livre intitulé : "Les devoirs du soldat".
Il était à Marseille lorsqu'éclata la révolution de 1848.
En 1849, il fut désigné comme chef du service administratif de l'armée envoyée à Rome, sous les ordres du duc de Reggio, avec la mission de rétablir le pape Pie IX dans la ville éternelle. Il y gagna du Saint-Père, la croix de commandeur de Saint-Grégoire le Grand.
En 1857, il fut nommé intendant militaire de la division de Montpellier, membre du comité d'infanterie à Paris en 1859.
Il fut breveté commandeur de la Légion d'Honneur en 1860, et fut fait chevalier de Charles III d'Espagne.
Le 24 août 1864, il fut autorisé à ajouter à son nom patronymique, celui de La Rochère, et à s'appeler à l'avenir DUTHEIL de La ROCHÈRE (Annuaires de la noblesse 1843-1910)
Il prit sa retraite en 1864.
Il décéda à Toulon le 23 mai 1885.
Marie Claire Eugénie écrivit quelques romans, entre autres : "Les châtelaines de Roussillon", "Thebaldo", "Rome", "L'Aumônier du régiment", etc. (Armand de La PORTE des VAULX)
De l'union d'Alexis Charles et de Marie Claire Eugénie naquirent :
  1) Charles Henri Léonce, qui suit.
2) Isabelle, née au château de Loubresay.
Elle décéda en bas-âge. (Armand de La PORTE des VAULX)
3) Armand Charles Alfred Marie, qui fit un rameau.
4) Eugène, décédé en bas-âge. (Armand de La PORTE des VAULX)
5) Charles Edouard Marie Victor, né à Bastia le 29 novembre 1840.
Il fut élève de Saint-Cyr, capitaine d'état-major, puis lieutenant au 55ème de ligne.
Il fut breveté chevalier de la Légion d'Honneur.
Le 27 janvier 1870, il épousa Augustine Caroline Louise Aubert du Petit-Thouars de Saint-Georges, sa belle-soeur. (Annuaires de la noblesse 1843-1910)
Ils n'eurent pas de postérité. (Armand de La PORTE des VAULX)
6) Paul Marie Joseph, né à Marseille en 1846.
Elève de Saint-Cyr et de l'école de guerre, il fut classé au numéro 146 au concours de l'Ecole Militaire, du 5 octobre 1865. (Annuaires de la noblesse 1843-1910)
Il devint capitaine d'infanterie.
Le 16 décembre 1879, il épousa Renée Blanc de La Nautte d'Hauterive, fille de Bruno et de Caroline de La Forest.
Il décéda au service, étant alors capitaine au 111ème de ligne, le 5 septembre 1883 à Toulon, sans postérité. (Annuaires de la noblesse 1843-1910)
7) Henri Marie Victor, qui fit un rameau.

XV) du THEIL de La ROCHÈRE Charles Henri Léonce, né à Toulon le 14 novembre 1827, marquis du THEIL.
Blason de la famille du THEIL
D'or au chef d'azur, au lion de gueules armé, lampassé et couronné d'argent, brochant sur le tout.
Supports : 2 lions
Couronne de marquis.

(Annuaire Général Héraldique Universel - 1901).
Il fut contrôleur des contributions directes..
Le 10 novembre 1863, il épousa à Toulon, Marie Augustine Nathalie de Prud'homme de Borre, (née le 25 novembre 1839 à Toulon, décédée le 14 avril 1917 à Evenos), fille de François Joseph, baron, capitaine de vaisseau, et de Sophie de Cipières. (Armand de La PORTE des VAULX) (Sylvie VEYE-CHARETON).
Le 24 août 1864, il fut autorisé à ajouter à son nom patronymique, celui de La Rochère, et à s'appeler à l'avenir DUTHEIL de La ROCHÈRE (Annuaires de la noblesse 1843-1910)
Il décéda le 11 janvier 1919 à Evenos (Var). (Sylvie VEYE-CHARETON).
De cette union naquirent :
  1) Charles, qui décéda âgé de 6 mois. (Armand de La PORTE des VAULX)
2) Marie, née à Sainte-Anne d'Evenos (Var) en novembre 1865. (Armand de La PORTE des VAULX)
3) Etienne, né à Sainte-Anne d'Evenos en mai 1868. (Armand de La PORTE des VAULX)
4) Thérèse, née à Marseille en février 1870. (Armand de La PORTE des VAULX)
Elle fut religieuse de la Visitation. (Annuaire général héraldique universel - 1901)
5) Paul Marie Joseph, qui suit.
6) Eugénie, née à Marseille en juin 1874. (Armand de La PORTE des VAULX)
7) Francis, né à Marseille en novembre 1877. (Armand de La PORTE des VAULX), ou 1878 (Sylvie VEYE-CHARETON).

XVI) du THEIL de La ROCHÈRE Paul Marie Joseph, né à Marseille le 15 janvier 1872. (Armand de La PORTE des VAULX)
Il fut lieutenant de chasseurs alpins à Villefranche, et colonel d'infanterie.
Le 27 janvier 1900, il épousa à Nice, Gabrielle Marie Priska Diesbach de Belleroche, (née le 20 avril 1877 à Diepenbroek - Belgique, décédée le 19 novembre 1965 à Montpellier), fille d'Ernest Gabriel Philippe Frédéric, et de Marie Priska Ernestine Colette Ghislaine de Ghellenck d'Elgenheim. (Sylvie VEYE-CHARETON).
Il décéda le 21 janvier 1949 à Montpellier (Hérault), ayant eu pour enfants :
  1) Xavier Marie Joseph, qui suit.
2) Paul Marie Léonce Frédéric, né le 5 novembre 1902 à Villefranche sur Mer (Alpes-Maritimes).
Il fut chef d'escadron d'artillerie.
Le 13 janvier 1932, il épousa à Hyères (Var), Paule Marie Marguerite de David de Beauregard, (née le 11 mars 1910 à Toulon - Var, décédée le 16 décembre 2002 à Paris).
Paul décéda le 5 janvier 1954 à Cussac (Cantal). (Sylvie VEYE-CHARETON).
3) Régis Marie Stéphane, qui fit son rameau.

XVII) du THEIL de La ROCHÈRE Xavier Marie Joseph, né le 19 janvier 1901 à Villefranche sur Mer (Alpes-Maritimes).
Le 22 avril 1931, il épousa à Hyères (Var), Mireille Gabrielle Joseph de David de Beauregard, (née le 6 janvier 1905 à Oran - Algérie, décédée le 2 septembre 1988 à Toulon - Var), fille de Marie Charles Stanislas, et de Cécile de Boutiny. (Sylvie VEYE-CHARETON).
Xavier décéda le 23 octobre 1954 à Evenos (Var), ayant eu pour enfant :

XVIII) du THEIL de La ROCHÈRE François Régis Marie Paul, qui eut de son union avec Françoise Marie Catherine Cornec :(Sylvie VEYE-CHARETON).
  1) Jean Baptiste. (Sylvie VEYE-CHARETON).
2) Anne Béatrice. (Sylvie VEYE-CHARETON).
3) Marie Agnès. (Sylvie VEYE-CHARETON).

Rameau de RÉGIS MARIE STÉPHANE :
XVII) du THEIL de La ROCHÈRE Régis Marie Stéphane, vicomte, né le 8 août 1906 à Villefranche sur Mer (Alpes-Maritimes), fils de Paul Marie Joseph, et de Gabrielle Marie Priska Diesbach de Belleroche, degré XVI branche de la Lande.
Il fut capitaine de corvette.
Le 4 août 1930, il épousa à Hyères (Var), Thérèse Marie Charlotte Emile de David de Beauregard, (née le 8 juin 1906 à Hyères - Var, décédée le 5 avril 1980 à Toulon - Var), fille de Marie Charles Stanislas et de Cécile de Boutiny.
Il décéda le 2 décembre 1973 à Toulon (Var), ayant eu pour enfant : (Sylvie VEYE-CHARETON).

XVIII) du THEIL de La ROCHÈRE Christian Marie Gabriel, qui eut de son union avec Bernadette Marie Antoinette Grout de Beaufort : (Sylvie VEYE-CHARETON).

XIX) du THEIL de La ROCHÈRE Etienne, qui épousa Ludovine Megret d'Etigny de Serigny.
De cette union naquirent : (Sylvie VEYE-CHARETON).
  1) Madeleine. (Sylvie VEYE-CHARETON).
2) Maxence. (Sylvie VEYE-CHARETON).
3) Gaspard. (Sylvie VEYE-CHARETON).
4) Clotilde. (Sylvie VEYE-CHARETON).

Rameau d'HENRI MARIE VICTOR :
XV) du THEIL de La ROCHÈRE Henri Marie Victor, né à Marseille le 10 novembre 1848, fils d'Alexis Charles et de Marie Claire Eugénie Mistral, degré XIV branche de la Lande.
Candidat à l'Ecole Navale Impériale, il fut par décision du 16 septembre 1865, classé au numéro 24. (Annuaires de la noblesse 1843-1910)
Il fut lieutenant, puis capitaine de vaisseau, et fut breveté chevalier de la Légion d'Honneur.
Par décret du 12 septembre 1868, il fit partie de la liste des aspirants de première ligne. (Annuaires de la noblesse 1843-1910)
Le 7 décembre 1882, il épousa à Marseille Marie de Formy de La Blanchetée, fille de Ferdinand Xavier, général, et de Faustine de Rossi. (Annuaires de la noblesse 1843-1910)
De cette union naquirent :
  1) Mathilde, née à Nice en novembre 1883. (Armand de La PORTE des VAULX)
2) Charles, né à Nice en octobre 1884.
Il décéda âgé de 6 mois. (Armand de La PORTE des VAULX)
3) Ferdinand, né au château de la Tourelle, en octobre 1885. (Armand de La PORTE des VAULX)
4) Cécile, née à Toulon en 1887.
Elle décéda âgée de 7 mois. (Armand de La PORTE des VAULX)
5) Amélie, née à Toulon en juin 1888. (Armand de La PORTE des VAULX)
6) Suzanne, née au château de la Tourelle. (Annuaire général héraldique universel - 1901)
7) Thérèse, née à Toulon. (Annuaire général héraldique universel - 1901)
8) Geneviève, née à Toulon. (Annuaire général héraldique universel - 1901)
9) Madeleine, née à Toulon. (Annuaire général héraldique universel - 1901)

Rameau d'ARMAND CHARLES ALFRED MARIE :
XV) du THEIL de La ROCHÈRE Armand Charles Alfred Marie, né à Ollioules le 4 janvier 1833, comte du THEIL, fils d'Alexis Charles et de Marie Claire Eugénie Mistral, degré XIV branche de la Lande.
Elève de Saint-Cyr, il devint chef d'escadron d'état-major, et gravit les échelons jusqu'à celui de colonel du 55ème de ligne.
Il fut décoré officier de la Légion d'Honneur, de l'ordre romain de Pie, de l'ordre du Lion et du soleil de Perse. Il fut également nommé officier de l'ordre de la Couronne d'Italie, et était membre de la Société des Sciences, belles-lettres et arts du département du Var. (Armand de La PORTE des VAULX)
Le 24 août 1864, il fut autorisé à ajouter à son nom patronymique, celui de La Rochère, et à s'appeler à l'avenir DUTHEIL de La ROCHÈRE (Annuaires de la noblesse 1843-1910)
Alors capitaine d'état-major, le 20 juillet 1869, il épousa Marie Cécile Léontine Aubert du Petit-Thouars de Saint-Georges, (décédée en novembre 1878 à Toulon), fille de Georges Henri et de Cécile Marie de Nonant-Rary, au château du Petit-Thouars, près de Saint-Germain sur Vienne (Indre et Loire).(Annuaires de la noblesse 1843-1910)
Armand décéda en décembre 1914. (Annuaires de la noblesse 1843-1910)
De cette union naquirent :
  1) Maurice, qui suit.
2) André, né à Versailles le Ier août 1871. (Armand de La PORTE des VAULX)
Il fut lieutenant au 6ème chasseurs à Rouen. (Annuaire général héraldique universel - 1901)
3) Marguerite, née à Versailles le 10 mai 1872. (Armand de La PORTE des VAULX)
Elle épousa le baron Robert de Noyer de Lescheraines. (Annuaire général héraldique universel - 1901)
4) Valentine, née à Versailles le 7 octobre 1873. (Armand de La PORTE des VAULX)
Elle épousa Jean Chareton. (Annuaire général héraldique universel - 1901)
5) Louise, née à Clermont-Ferrand le 21 janvier 1875. (Armand de La PORTE des VAULX)
Elle épousa à Ollioules (Var), le 14 novembre 1895, Max de Courtois, enseigne de vaisseau, fils d'Albert, consul de France et de feue Léontine de Witte. (Annuaires de la noblesse 1843-1910)
6) Marie Nathalie Pauline, née à Toulon en octobre 1876. (Armand de La PORTE des VAULX), ou Draguignan (Annuaire général héraldique universel - 1901)
Elle épousa Charles de Baudel. (Annuaire général héraldique universel - 1901)
7) Marthe Marie Cécile Henriette, née à Toulon en janvier 1878. (Armand de La PORTE des VAULX)
Elle épousa le 27 mars 1900, le comte Camille de Baciocchi. (Annuaire général héraldique universel - 1901)

XVI) du THEIL de La ROCHÈRE Maurice, né à Versailles le 9 mai 1870. (Armand de La PORTE des VAULX)
Il fut capitaine d'artillerie de marine, et obtint un brevet de la Légion d'Honneur.
Le 5 avril 1899, il épousa à Toulon Anne de Boisgillet. (Annuaire général héraldique universel - 1901)
De cette union naquit une fille :
  1) Isabelle. (Annuaire général héraldique universel - 1901)

Rameau de THÉOBALD :
XIV) du THEIL Théobald, né à Moussac sur Vienne (Vienne) en 1807, fils de Charles François et de Marie Sophie Bernard, degré XIII, branche de la Lande.
Le 18 avril 1829, il épousa en premières noces à Sales (Le Vigean - Vienne), Hortense de La Porte, fille de feu Jérôme Augustin, chevalier, seigneur des Vaux, et de Marie Louise Ribière de La Besse.
Ils habitèrent à la Carte (Moussac), où Hortense décéda quelques années après.
De cette union naquirent :
  1) Auguste, qui décéda au Canada, vers l'âge de 30 ans, célibataire. (Armand de La PORTE des VAULX)
2) Victoria, qui épousa à Jersey en 1855, Albert Brond-Geest, fils d'un conservateur des musées royaux de Hollande.
Son mari décéda jeune, et en eut une fille qui ne vécut pas longtemps.
Victoria décéda à Paris en 1881. (Armand de La PORTE des VAULX)
3) Amélie, qui fut élevée par sa marraine, Mme de Salvert, (née Girard de Pindray).
Elle épousa par l'entremise de sa marraine, à Chasseneuil (Vienne), le 14 avril 1868, le docteur Claude Raveau, médecin des eaux. (Armand de La PORTE des VAULX)
4) Alexis, qui suit.
Théobald épousa en secondes noces à Toulouse (Haute-Garonne), Marie Pujol, fille d'un ancien magistrat, et partirent vivre dans l'Ile de Jersey, où il résida une vingtaine d'années.
A nouveau veuf, il revint finir ses jours à Moussac, où il décéda en 1867, ayant eu de cette seconde union : (Armand de La PORTE des VAULX)
  5) N., garçon, qui décéda jeune.

XV) du THEIL Alexis, né à Moussac sur Vienne, le Ier avril 1835.
Il était encore au berceau lorsque sa mère décéda.
Il fut élevé par son oncle, le chanoine de La Porte, puis entra dans l'armée comme engagé volontaire en 1852.
Il fut nommé sous-lieutenant à la première campagne de Chine, avec le général Montauban.
Le 27 septembre 1863, il épousa à Guéret (Creuse), Marie Gaillard (décédée le 5 octobre 1915), fille de Pierre, avocat et maire de Guéret, et de Marie Marguerite Betholaud du Colombier.
Le 24 novembre 1865, alors sous-lieutenant au 14ème régiment de ligne, il fut autorisé à ajouter à son nom celui de La Rochère, et à s'appeler à l'avenir DUTHEIL de La ROCHÈRE. (Annuaires de la noblesse 1843-1910)
Retiré du service comme capitaine, il fut breveté chevalier de la Légion d'Honneur en 1882. (Armand de La PORTE des VAULX)
Alexis décéda le 25 février 1898 à Guéret. (Annuaires de la noblesse 1843-1910)
De cette union naquirent :
  1) Amélie, qui décéda âgée de 22 ans. (Armand de La PORTE des VAULX)
2) Louis Henri, qui suit.

XVI) du THEIL Louis Henri, né à Guéret le 26 juin 1866.
Il fut élève à La Flèche (Sarthe). (Armand de La PORTE des VAULX)
Le 14 janvier 1894, il épousa Berthe Victoire N. (Annuaires de la noblesse 1843-1910)

Noms isolés :
- du TEIL Suzanne, paroisse d'Asnières (Vienne), épousa en 1762, Jean Baptiste Blanchard, écuyer, sieur de la Mafle, paroisse de Saint-Maurice, près de la Souterraine (Creuse). (Abbé Joseph NADAUD).

- du THEIL Aglaé Eulalie Lydie, qui épousa Anatole de Guillobon.
Elle décéda en novembre 1844. (Annuaires de la noblesse 1843-1910)

- DUTHEIL de La ROCHÈRE André Georges Marie, qui fut admis en 1890 au numéro 52, parmi les candidats à l'Ecole de Saint-Cyr. (Annuaires de la noblesse 1843-1910)

- DUTHEIL de La ROCHÈRE Paul Marie Joseph, qui fut admis en 1890 au numéro 134, parmi les candidats à l'Ecole de Saint-Cyr.
(Annuaires de la noblesse 1843-1910)

- DUTHEIL de La ROCHÈRE Henri, né le 16 juin 1896, au château de la Lande.
Il était fils de M. et Mme Louis. (Annuaires de la noblesse 1843-1910)

- DUTHEIL de La ROCHÈRE Elisabeth, née en juin 1905. (Annuaires de la noblesse 1843-1910)

- DUTHEIL de La ROCHÈRE, qui fit sa sortie de l'école de Saumur, et fut nommé dans la cavalerie, avec le garde de sous-lieutenant. (Annuaires de la noblesse 1843-1910)


- Jean Pierre Armand de La PORTE des VAULX : Les Gens de qualité en Basse-Marche.
- Henri JOUGLA de MORENAS : Grand Armorial de France.
- de BREMOND d'ARS : Extrait du cahier du rôle du ban et arrière-ban de la sénéchaussée d'Angoumois, 1635.
- Simon des COUSTURES : Nobiliaire de la Généralité de Limoges.

- Abbé Joseph NADAUD : Nobiliaire du diocèse et de la généralité de Limoges.
- Bruno SÉPULCHRE et Jean-Paul GAILLARD : Articles sur la Renaudie (Alloue), et le Montet (Saint-Christophe), dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- José DÉLIAS : Articles sur La Lande (Brillac), et le château de Saint-Christophe, dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- Jean-Paul GAILLARD et Jérôme ROYER : Article sur la Bussière (Mouthiers sur Boëme), dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- Christian GILLET : Article sur Fissac (Ruelle sur Touvre), dans Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente - Librairie Bruno Sépulchre.
- Annuaires de la noblesse 1843-1910.
- Annuaire général héraldique universel - 1901.
- Jean-Luc MONVOISIN : Informations généalogiques sur la branche de la Mondie, issue de celle de Saint-Christophe.
- Généalogie sur Geneanet : Sylvie VEYE-CHERETON : https://gw.geneanet.org/vsylvie3?lang=fr&pz=claire&nz=veye+dit+chareton&ocz=0&p=joseph&n=du+theil
- Chantal LAURENT : Généalogie sur Geneanet : https://gw.geneanet.org/chantallmc?n=du+teil&oc=&p=rene
retour au menu des mises à jourretour vers le sommaire