de Verthamon
blason de la famille de Verthamon

Ecartelé, au 1 de gueules au lion passant d'or, au 2 et 3 à cinq points d'or équipolé d'azur, et au 4 de gueules plein.

- Marie-Anne de Verthamon, veuve de Jean Constantin (décédé en 1757), avait acheté une partie du tiers de la seigneurie de Barret. Elle même décéda en 1772.
Le 25 novembre 1747, M. Pierre de Noailles, porteur de procuration de dame Marie-Anne de Verthamon, afferme à Louis Gardrat, notaire royal à Barret, tous les revenus du fief "d'Itier de Barbezieux", sauf les lods et ventes excédant la somme de 600 livres, et ceux que la dite dame voudra retirer, pour 2200 livres par an.
(Le fief de l'enclave des Bruns, Fongareau et les Grollons, possédé par Marie-Anne de Verthamon, veuve de Jean Constantin, conseiller au parlement de Bordeaux, consistait en rentes et agrières, comportant droits de lods et ventes, et de prélation sur les héritages de ladite enclave, tenu à foi et hommage sous le devoir d'un épervier.
Ce fief est le résultat d'un échange conclu, le 30 juillet 1239, à Saintes, par Hugues X et sa femme Isabelle, et le seigneur de Barbezieux, qui leur abandonna en contre-partie ses droits sur Merpins et Bouteville. Il était autrefois de la mouvance d'Archiac, et s'étendait sur les paroisses de Barret, Lagarde et La Chaise.)

- Martial-François de Verthamon d'Ambloy, fit renouveler le terrier du tiers de la seigneurie de Barret en 1773.
- Jean-Baptiste-Maurice de Verthamon, président à mortier du parlement de Guyenne (1746-1809), est dit sieur du tiers de la seigneurie de Barret. Il vote à Saintes, pour son fief, en 1789.

retour vers le menu des mises à jour